Malade : définition de malade


Malade : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

MALADE, adj. et subst.

I. − Emploi adj.
A. −
1. [En parlant d'une pers.] Dont la santé est altérée; qui est atteint d'une maladie, qui éprouve un malaise. Synon. indisposé, souffrant, en mauvaise santé; anton. bien portant, en bonne santé.Elle avala un verre d'eau où elle avait fait tremper une poignée d'allumettes, ce qui la rendit horriblement malade , sans la tuer (Zola, Nana, 1880, p. 1452).Je sortais d'un dispensaire, j'avais joué avec des enfants malades, sans répugnance pour leurs plaies, toute douce et toute attendrie (Bernstein, Secret, 1913, iii, 3, p. 35).Sa voisine de chambre était gravement malade, (...) elle avait un cancer (...), elle allait mourir (Simenon, Vac. Maigret, 1948, p. 38):
1. L'Amiral n'avançait guère, il se traînait plutôt, en ronronnant, d'un roulis vers l'autre. Ce n'était plus un voyage, c'était une espèce de maladie. Les membres de ce concile matinal, à les examiner de mon coin, me semblaient tous assez profondément malades, paludéens, alcooliques, syphilitiques sans doute... Céline,Voyage,1932, p. 144.
SYNT. Être incurablement, légèrement, réellement, sérieusement malade; être bien malade; être trop malade (pour faire qqc.); être malade comme une bête, comme un chien, à mourir; avoir l'air malade; se croire, se rendre, se sentir malade; manger, rire à s'en rendre malade.
Tomber malade. Devenir malade. − (...) Si tu te voyais! Tu es blême!Tu me fais peur, tu vas tomber malade... − C'est des idées que tu te fais, je vais très bien. Évidemment, je suis fatiguée (Triolet,Prem. accroc,1945, p. 72).
ARM. Se faire porter malade. Se faire inscrire comme malade. Synon. fam. se faire porter pâle.Pendant l'hiver de 1917, quand j'étais prisonnier, la nourriture était si mauvaise que tout le monde est tombé malade. Naturellement, je me suis fait porter malade comme les autres: mais je n'avais rien (Sartre,Nausée,1938, p. 137).Fam. Se déclarer malade (sans l'être forcément). Elle crut que Paul l'avait prise en grippe et la fuyait. Le lendemain, elle se fit porter malade, se coucha et dîna dans sa chambre (Cocteau,Enfants,1929, p. 144).
Expr. iron., fam. et vieilli
Le voilà, vous voilà bien malade. ,,Il se plaint, vous vous plaignez injustement`` (Ac., Littré).
Est bien malade qui en meurt. ,,Pour se moquer d'un danger qui menace plusieurs personnes et dont on croit pouvoir se tirer sans peine`` (Ac. 1878).
Il ne mourra que les plus malades. ,,Pour nier ou narguer un danger`` (Ac. 1878).
Malade + compl. prép.
[Le compl. désigne ce qui rend qqn malade]
Malade + subst. déterminé ou non.Malade de/par suite de (la) chaleur, de/du froid. Il a été trois jours malade du plaisir qu'il avait pris à cette soirée (Dumas père, Lorenzino,1842, ii, 4, p. 239).Ma femme étant dans son lit, malade par suite des fatigues que je lui ai données, je veux vous envoyer moi-même de mes nouvelles (Tocqueville,Corresp. [avec Gobineau], 1850, p. 104).Françoise dépensait dans ces allées et venues une telle ardeur que maman voyant sa figure enflammée craignait que notre vieille servante ne tombât malade de surmenage (Proust,J. filles en fleurs,1918, p. 445).
Malade + inf.La moitié des dames qui ont assisté au bal du prince sont dans leur lit, malades d'avoir eu froid en sortant (Flaub.,Corresp.,1865, p. 168).
[Le compl. désigne la nature de la maladie] Malade de la grippe, d'une dysenterie. Je suis inquiet de Théo. Je trouve qu'il vieillit étrangement. Il doit être très malade, d'une maladie de coeur, sans doute. Encore un qui s'apprête à me quitter (Flaub.,Corresp.,1872, p. 356).Au cas où il tomberait malade de la peste et en mourrait (Camus,Peste,1947, p. 1306).
[Le compl. désigne l'organe, la partie du corps atteinte] Malade du coeur, du foie, de la moelle, des reins. Elle est malade de la poitrine et (...) elle a presque toujours la fièvre (Dumas fils, Dame Cam.,1848, p. 78).Madame, qui est malade du ventre et ne peut avoir d'enfants, ne veut plus entendre parler de la chose (Mirbeau,Journal femme ch.,1900, p. 41).Tout est revenu. Des années venaient de passer d'un seul coup. J'avais été bien malade de la tête (Céline,Mort à crédit,1936, p. 215).
Pop. Malade du pouce. Avare ou paresseux (d'apr. France 1907). Fam. Il est malade du cerveau! Il est fou!
En partic. Dont les fonctions psychiques sont perturbées; p. ext., qui n'agit pas raisonnablement, qui ne parle pas, ne juge pas avec bon sens. Ah! ça, est-ce que tu es malade? Des femmes, il te faut des femmes, maintenant, et avec une gueule comme la tienne! (Courteline,Train 8 h 47,1888, 1repart., v, p. 54).− C'est affreux ce que vous dites là, Monsieur Georges. Il continue encore, tandis que je me tordais les mains: − Pourquoi est-ce affreux?... Mais non, ce n'est pas affreux... C'est juste. Tu me crois malade... Tu crois qu'on est malade, quand on a de l'amour (Mirbeau,Journal femme ch.,1900p. 141).
Malade d'esprit. V. âme ex. 118.
Qui est perturbé, dégoûté, attristé, qui éprouve un malaise plus moral que physique. Ça me rend malade de voir ça. Je hais le mensonge. Le moindre mensonge me rend malade (Cocteau,Parents,1938, ii, 1, p. 231).
Malade + compl. prép. indiquant la cause du malaise.
[Le compl. est un subst.] Malade d'anxiété, de chagrin, de colère, de dégoût, d'envie, de fureur, de haine, d'incertitude, de jalousie, de peur, de tristesse. Charles d'Este, malade d'impatience allait faire quelque folie, lorsque la nouvelle de Sadowa bourdonna, grandit, éclata enfin (Bourges,Crépusc. dieux,1884, p.38).Pourquoi ai-je consenti, puisque je ne vous aimais point?... Je ne puis pas me souvenir, j'étais si triste, si malade du départ d'Honoré (Zola,Débâcle,1892, p. 527).Il a vu une fois à Paris un film soi-disant andalou exécuté à Hollywood. Il a été obligé de quitter la salle, il n'a pas pu dîner, il était malade de souffrance, de rage, physiquement malade; il ne pouvait plus parler (Montherl.,Bestiaires,1926, p. 462).
[Le compl. est un inf. introd. par de ou plus rarement par à] L'homme, par la fenêtre ouverte, montre tout Au roi pâle et suant qui chancelle debout, Malade à regarder cela! «C'est la crapule, Sire. Ça bave aux murs, ça monte, ça pullule (...)» (Rimbaud,Poés.,1871, p. 55).Il se remit à rôder, malade de ne point la voir (Zola,Rêve,1888, p. 92).Avec toi j'ai rencontré l'amour. Je l'aimais assez pour le lui cacher (...). Je l'aime assez pour être malade d'avoir à lui tirer ce coup de revolver à bout portant (Cocteau,Parents,1938, ii, 1, p. 234).
2. [En parlant d'une partie du corps, d'un organe] Qui est atteint d'une maladie, dont la fonction est perturbée; qui est le siège d'une douleur. Corps, organisme malade; bras, épaule,jambe malade; coeur, estomac, foie, gorge, poitrine, poumon malade; bronches, dents malades. Vent d'est. Elle a été moins bien aussi. D'abord, la tête malade; puis son ventre enfla un peu et elle eut des hoquets (Michelet,Journal,1858, p. 392).Il a besoin de moi pour ne pas penser qu'il va mourir. Il a les reins très malades (Aragon,Beaux quart.,1936, p. 310).V. acoquiner ex. 13:
2. Paul Alexis (...) a toujours les yeux bien malades: il ne peut plus lire et est maintenant obligé de dicter ses articles. Goncourt,Journal,1894, p. 599.
[P. méton.] Quant au mari, la vue de plus en plus malade, il avait dû cesser tout travail de peinture (Zola,Fécondité,1899, p. 471).
En partic. Qui n'a plus toute sa raison. Cerveau malade. Lord Rochester, la retenant par sa robe: Francis, ne me dis pas adieu! Lady Francis: Il me tutoie! (...) A-t-il la tête un peu malade? (Hugo,Cromwell,1827, p. 215).Ton esprit est tellement malade que tu ne t'en aperçois pas, et que tu crois être dans ton naturel, chaque fois qu'il sort de ta bouche des paroles insensées (Lautréam.,Chants Maldoror,1869, p. 159).Vous déparlez, je vous dis; vous avez la tête malade. Il n'y a pas de serpents dans votre main (Giono,Colline,1929, p. 32).
[P. méton., en parlant d'une faculté, d'un sentiment, d'une manifestation de la pers.] Qui dénote le manque de raison; qui a quelque chose d'anormal, d'excessif. Cette émotion flatta, démesurément Frédéric, dont l'orgueil était malade (Flaub.,Éduc. sent., t. 2, 1869, p. 53).Elle m'aime, pensai-je. Que ce soit un caprice de cette imagination blasée et malade, c'est probable. Mais enfin elle m'aime (Gobineau,Pléiades,1874, p. 69).Elle se renversa sur sa chaise pour rire plus à son aise, mais d'un rire énervé, malade, un de ces rires qui tournent en attaques de nerfs (Maupass.,Contes et nouv., t. 1, Cri d'al., 1886, p. 1063):
3. Quelqu'un voyait M. Barrault, l'instituteur, le collègue de mon grand-père, sous l'aspect d'un vieux pauvre. Quelque part, dans une tête, rôdait cette pensée malade et criminelle. Sartre,Mots,1964, p. 63.
[En parlant d'un attribut de la pers.] Qui est inquiet, troublé, tourmenté. Esprit malade. La conscience de Hulot était si malade, qu'il trouva je ne sais quoi de sinistre et de froid dans la figure de Mitouflet (Balzac,Cous. Bette,1846, p. 301).Je vous envoie mon coeur gonflé de vous, avide De vous, mon coeur malade et triste à se briser. Je vous envoie ma peine, et ma vie insipide, Mon tourment, mon désir, mes soirs éternisés (Géraldy,Toi et Moi,1913, p. 105):
4.... Héloïse s'efforçait d'éteindre aux eaux de la piété des feux brûlants encore; mais la religion, impuissante à guérir cette âme malade, ajoutait à ses tourments. La tristesse, les regrets amers, les remords, un insurmontable amour, dévoraient les journées de cette pâle recluse... Toepffer,Nouv. genev.,1839, p. 91.
[P. méton.] Qui est le fait d'un esprit tourmenté. Jeunes gens qui dormez de ce sommeil malade, (...) qui vous penchez aux lucarnes des villes afin de déchiffrer les énigmes nocturnes et de surprendre une réponse à votre appel (...) ne renoncez pas à vous réunir par petits groupes et à vous exprimer par des organes modestes (Cocteau,Foyer artistes,1947, p. 60).
3. [En parlant de l'aspect, du comportement de la pers.] Qui dénote la maladie, la faiblesse. La câline noire et jaune, essayée chez les dames Colin, va parfaitement à sa charmante distinction, mais la jaunit beaucoup et lui donne le teint plus malade (Michelet,Journal,1858, p. 435).De loin en loin ils croisaient quelque visage étranger aux traits creusés, au regard morne, la démarche lente et malade (A. Daudet,Tartarin Alpes,1885, p. 202).
B. −
1. [En parlant d'animés non hum.] Qui est atteint de maladie.
a) [En parlant d'animaux] Si un de tes boeufs est malade, tu paieras les frais! (R. Bazin,Blé,1907, p. 299):
5. ... elle revint, portant la couvée malade dans une corbeille garnie de duvet, qu'elle glissa précieusement sous l'édredon. (...) D'instant en instant, elle allait regarder dans le nid fiévreux, enlever un nouveau poussin mort pour l'empêcher de faire mourir les autres. Alain-Fournier,Meaulnes,1913, p. 302.
b) [En parlant de plantes] Sur les hauteurs pierreuses croissent de maigres froments, gravement malades cette année, et dont le grain éclate en poudre noire (Sand,Prom. autour vill.,1860, p. 97).Il y avait un châtaignier malade d'une décortication, auquel on avait mis pour pansement une bande de zinc clouée (Hugo,Misér.,t. 1, 1862, p. 476).
[P. méton.] Le maître a ces deux arpents, trois aux Rosaies et deux encore sur la route de Villers. Terre ramassée, vigne répandue. Quand une pièce est malade l'autre est sauve (Hamp,Champagne,1909, p. 115).
P. ext. Qui n'a pas sa pleine vigueur. [Le] jardin (...) n'était qu'un petit enclos d'arbres grillés et d'herbe malade (Nizan,Conspir.,1938, p. 9).
2. [En parlant d'inanimés]
a) [En parlant du vin] Qui a subi une altération. Souvent les vins jeunes, au lieu de se clarifier, ont une tendance à prendre un aspect louche et à revêtir les caractères d'un vin malade (Brunet,Matér. vinic.,1925, p. 424).
b) [En parlant de perles, de pierres précieuses] Qui est altéré et, p. ext., qui n'a pas toutes ses qualités. Une bande d'un vert pâle comme celui des turquoises malades (Huysmans,Soir. Médan, Sac au dos, 1880, p. 113):
6. ... sa soeur, guérisseuse ou plutôt éplucheuse de perles, au doigté et au toucher prestigieux, renommée dans tous les ateliers, et on lui envoyait des tas de perles malades ou défectueuses de Paris, de Londres et de New-York. Cendrars,Bourlinguer,1948, p. 81.
c) P. ext. [En parlant d'un objet] Qui est en mauvais état, détérioré. Navire, voiture (bien) malade; livre malade. J'en étais quitte pour quelques contusions et deux ou trois écorchures. Le plus malade était mon paletot (About,Roi mont.,1857, p. 215).Un Grec de la grande époque n'eût pas compris la splendeur des arcs-boutants de Notre-Dame et n'y eût vu sans doute qu'un assez pauvre expédient destiné à sauver un édifice malade (Green,Journal,1938, p. 130).Se détachant en noir sur les façades lépreuses, et d'autant plus malades que le soleil du matin les éclairait en plein (...) j'aperçus le pauvre clocheton ajouré des Accoules (Cendrars,Homme foudr.,1945, p. 57).
C. − P. métaph. ou au fig. Qui n'est pas dans son état normal; qui est affaibli.
1. [Pour qualifier une époque, une société] Qui présente des signes de trouble, de désorganisation, qui a perdu le sens de certaines valeurs. Monde malade. Nous avons eu des orages nouveaux, des coups de pistolets, des velléités d'émeute! Notre société est de plus en plus malade. Et je n'entrevois plus de médecin (Sainte-Beuve,Corresp.,1841, p. 154):
7. ... il [Dieu] met à notre décharge, dans ses balances équitables, les superstitions et les incrédulités des époques où nous vivons. Nous vivons dans un temps malade: il le voit. Notre intelligence est blessée: il nous pardonnera, si nous lui donnons tout entier ce qui peut nous rester de sain. Joubert,Pensées, t. 1, 1824, p. 105.
[Malade + compl. indiquant la cause de la désorganisation]Si la France n'eût été malade du scepticisme, jamais assurément, dans son état normal, on ne lui eût fait accepter à elle, fille de Descartes et de Voltaire, l'amer breuvage des sibylles du Nord (Quinet,All. et Ital.,1836, p. 96).
En partic.
[En parlant de certains principes, de certains organes soc., de manifestations soc., de pers. représentant un certain pouvoir, de nations] Qui a perdu sa puissance, son autorité. Gouvernement, pouvoir malade; la gauche malade. La République avait le dessus partout, et l'on commençait à voir que, lorsqu'un peuple se lève pour défendre la justice, les despotes et ceux qui les soutiennent sont bien malades (Erckm.-Chatr.,Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 67).Toute la terreur bourgeoise apparut, car l'antique et sainte propriété était bien malade, si les fils des durs paysans d'autrefois en arrivaient à mettre en commun leurs lopins de terre (Zola,Travail, t. 1, 1901, p. 272).Ça commence à aller assez mal, là-bas aussi. L'esprit des sympathisants est moins bon, des domestiques retournent à la niche (...). Les grèves malades, ça se soigne avec des victoires (Malraux,Conquér.,1928, p. 59).
[En parlant d'une entreprise, de la pers. qui la représente] Dont les affaires vont mal. Léonce: Dites donc, mon père, hier, à la Bourse, il courait de mauvais bruits sur votre banquier, M. Turneps... On le dit malade... Blandinet: Ah! le pauvre homme!... j'irai lui porter ma carte. Léonce: Non!... malade... dans ses affaires! (Labiche,Pts oiseaux,1862, i, 2, p. 187).On cause que la banque Corcenet est malade (L. Daudet,Médée,1935, p. 120).
2. [Pour qualifier une pers., une faculté de la pers., certaines valeurs individuelles]
a) Qui a perdu sa force. Ma première idée fut d'user de mes jambes tandis que j'en avais encore la libre disposition. Mais il faut croire que ma volonté était bien malade, car il me fut impossible de mettre un pied devant l'autre (About,Roi mont.,1857, p. 230).Puisque mes chefs jugent mon projet opportun, exécutable avec les moyens dont ils disposent, pourquoi ne passe-t-on pas à la réalisation? - Et il racontait ses démarches inutiles, le retour au Soudan avec son illusion malade, brisée, vivace quand même (Vogüé,Morts,1899, p. 260).Ces soldats dans mon genre dont l'idéal patriotique était simplement compromis ou tout à fait malade (Céline,Voyage,1932, p. 77).
b) Qui a quelque chose de dénaturé, de perverti. Par l'acte seul de son amour immense, le verbe unit à lui notre nature malade, déchue, proscrite (Ozanam,Philos. Dante,1838, p.199).La Civilisation, dit Gandhi, l'est seulement de nom (...). Le vrai ennemi de l'Inde, c'est elle, bien plus que les Anglais qui, individuellement, ne sont pas méchants, mais malades de leur civilisation (Rolland,Gandhi,1923, p.45).Surtout il [le jeune homme] n'ose regarder en face une bête forcenée en lui; il ménage, il flatte en secret cette chair malade qui communique de sa frénésie aux passions intellectuelles de l'adolescent (Mauriac,Trois récits,1929, p.22).
[En parlant de manifestations de l'activité intellectuelle] C'est le langage de 1940 que Parain étudie, non la langue universelle. C'est le langage aux mots malades, où «Paix» signifie agression, où «Liberté» veut dire oppression (Sartre,Sit. I,1947, p. 194).
3. [Pour qualifier une couleur, la lumière et, p. méton., ce qui a une telle couleur, une telle lumière] Qui n'a pas tout son éclat, pâle, faible. Vingt heures de nuit, quatre heures de jour, et d'un jour malade! Comment peindre? (Sainte-Beuve,Nouv. lundis, t. 6, 1863, p. 115).Ô Soleil! (...) À présent, nous voyons Un disque safrané, malade, sans rayons, Qui meurt à l'horizon (Laforgue,Poés.,1887, p. 38).Les volets verts − d'un vert déteint − alternaient avec les petits pavillons d'un ocre malade, les murs labourés d'inscriptions (Carco,Équipe,1919, p. 29).
[Pour parler du mauvais temps, d'un temps humide] Le jour était malade. Les gouttes longues sifflaient en passant (Valéry,Corresp.[avec Gide], 1891, p. 90).C'est un soir malade. Le vent s'est élevé du Rhône. Un orage doit boucher le défilé de Mondragon (Giono,Colline,1929, p. 28).
4. [Pour qualifier une chose] Qui est malsain. Ils avaient vu laver des rougets dans l'eau malade des petits canaux si mornes et si doux (Barrès,Enn. Lois,1893, p. 127).Les ruelles malades et nauséabondes (Milosz,Amour. initiation,1910, p.220).J'peux pas. J'suis d'colombins! Il montre la pelle et le balai à l'aide desquels il accomplit le long des murs, penché dans une atmosphère malade, sa tâche de boueux et de vidangeur (Barbusse,Feu,1916, p. 86).
II. − Emploi subst. Personne atteinte d'une maladie, d'un traumatisme:
8. ... pour beaucoup de médecins, la médecine n'est qu'une industrie. Le but, c'est d'avoir le plus de malades possible. Pinel disait: «Une maladie étant donnée, trouver sa place dans un cadre nosologique»; ces médecins disent: «Une malade ou un malade étant donnés, en tirer le meilleur profit possible.» Cl. Bernard,Princ. méd. exp.,1878, p. 181.
Malade + adj.À l'hôpital les médecins faisaient passer l'arme à gauche aux malades trop détériorés, histoire de ne pas se donner l'embêtement de les guérir (Zola,Assommoir,1877, p.483).Oh! je serai une malade très docile, docteur, soumise comme un petit chien. Je passerai partout où il faudra, surtout si ce n'est pas trop douloureux (Romains,Knock,1923, ii, 5, p. 13).Les dyspeptiques, bien étudiés par Régis, sont des malades chagrins, anxieux, hypocondriaques, passionnés (Mounier,Traité caract.,1946, p. 220).
SYNT. Un grand malade; malade condamné, incurable, intransportable, perdu, mortellement atteint; malade abattu, affaibli, agité, amaigri, épuisé; malade contagieux, fiévreux; malade angoissé, capricieux, courageux, exigeant, patient.
Malade imaginaire. Personne dont la maladie n'existe que dans son imagination. Au fig. Les négociants de Gênes voulurent voir quelque préméditation dans l'attitude du jeune consul, à qui l'héritière eût peut-être échappé s'il n'eût pas joué ce rôle de malade imaginaire en amour (Balzac,Honorine,1843, p. 316).
Malade mental. Personne dont les facultés psychiques sont perturbées. On présente au sujet des photographies très étudiées, dont chacune porte le visage d'un malade mental caractéristique d'une des «pulsions» de base dégagées par Szondi (Mounier,Traité caract.,1946p. 21).
Absol. Malade mental et, p. ext., personne qui ne se conduit pas raisonnablement. Ceux qui avaient connu Nathalie à Limoges et à Barbazac la considéraient comme une femme un peu légère, soudain touchée par la grâce (...) ou simplement comme une malade hantée d'idées fixes (Chardonne,Dest. sent., iii, 1936, p. 173).À Sainte-Anne, un malade criait de son lit: «Je suis prince! Qu'on mette le Grand-Duc aux arrêts» (Sartre,Mots,1964, p. 173).
Malade + verbe ou loc. verb.
[Malade est suj. du verbe] Le petit malade touchait alors à la fin de sa convalescence, et, quoique privé de promenades, il déployait la gaieté d'un enfant en train de renaître à la vie (Bourget,Disciple,1889, p. 200).Le malade se lamenta: des élancements dans la nuque, des étouffements, l'envie de rendre (Mauriac,Baiser Lépreux,1922, p. 155):
9. Un malade avait manqué trépasser d'une typhoïde que le médecin n'avait pas su reconnaître à temps. Il guérit néanmoins, puis d'aventure, s'alita de nouveau. Le médecin d'accourir (...) il entama une vigoureuse offensive contre la typhoïde. Malheureusement, ce coup-là, c'était l'appendicite, et le pauvre malade en creva. J.-R. Bloch,Dest. du S.,1931, p. 181.
SYNT. Le malade a des convulsions, des troubles digestifs, des frissons, une syncope, des nausées, la fièvre; le malade éprouve des douleurs, de la difficulté à respirer, un mal de tête; le malade est atteint de pneumonie, de tuberculose; le malade consulte (un médecin); le malade guérit, se remet; le malade délire, crache du sang, étouffe; le malade sombre dans le coma, dans le gâtisme; le malade agonise, périt, succombe.
[Malade est obj. du verbe] Après avoir tâté le malade dans tous les sens, le médecin déclara qu'il n'y avait rien de fracturé. La jambe seule était fortement contusionnée (Theuriet,Mar. Gérard,1875, p. 188).Il examinait le malade: «Voulez-vous déboutonner votre chemise? (...) Comptez trente et un, trente-deux, trente-trois...» (Mauriac,Baiser Lépreux,1922, p. 196).
SYNT. Hospitaliser, isoler, opérer, panser, purger, saigner, soulager, ranimer, veiller, visiter un malade; guérir, sauver, soigner, traiter un malade; donner des soins à un malade; prendre soin du malade; condamner un malade; répondre d'un malade; mettre un malade en observation, à la diète; faire suivre un régime à un malade; faire la tournée des malades; administrer (les sacrements à) un malade.
Subst. + malade.Pâleur d'un malade; (être, se tenir, veiller au) chevet d'un malade; salle des malades (dans un hôpital); fantaisie(s) de malade. Malgré tous nos soins, l'état de la malade empirait: des symptômes aigus avaient succédé au marasme chronique. La fièvre redoublait, la tête était prise; les médecins appelaient cela une méningite (Reybaud,J. Paturot,1842, p.443).La tante Antoinette n'en finissait pas de mourir. Elle avait la méchanceté raffinée des très grands malades; elle occupait son interminable agonie de paralytique à ronger l'existence de sa fille Jeanne, qui la soignait et ne la quittait pas (Nizan,Conspir.,1938, p.221).C'était là un caprice de malade, aisé à satisfaire (Queffélec,Recteur,1944, p.136).
RELIG. Sacrement des malades. Synon. de extrême-onction. (Ds Bouyer 1963).
Malade de + subst. indiquant la nature, la cause de la maladie ou l'organe atteint.Les malades de l'estomac, du poumon, des reins. Il y a certains défauts qui préservent de quelques vices épidémiques: comme on voit, dans un temps de peste, les malades de fièvre quarte échapper à la contagion (Chamfort,Max. et pens.,1794, p. 29).
Au fig. Les malades d'amour, les trahis, les jaloux doivent sentir la même odeur (Colette,Naiss. jour,1928, p. 12).
Prononc. et Orth.: [malad]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Fin xes. malabde «celui qui souffre d'une quelconque altération de la santé» (Passion, éd. D'Arco Silvio Avalle, 463); 1155 malade (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 8070); 2. 1357 malade de «rendu malade par» ici fig. (Guillaume de Machaut, Le Confort d'Am., 2140 ds Œuvres, éd. E. Hoepffner, III, 76: A cuers qui damours sont malades); 1471 malade de maladie (J. de Roye, Chron. scand., I, 760 ds IGLF); 3. 1549 «dont le fonctionnement est gravement compromis» ung proces bien malade (Est.); 4. 1552 «qui subit des perturbations» ma raison fut malade (Ronsard, Amours, LI, 5 ds Œuvres, éd. P. Laumonier, t. 4, p. 54); 1580 esprit malade (Garnier, Antigone, 587 ds IGLF); 5. 1563 «(d'un animal ou d'une plante) dont l'organisme, les organes sont déficients» (B. Palissy, Recepte, p. 42: les arbres ... sont malades en produisant). Du lat. d'époque impériale male habitus «qui est en mauvais état, malade» (Masurius Sabinius, Fragm. ds Aulu-Gelle, 4, 20, 11 ds TLL s.v. malus, 239, 31: equum male habitum), du lat. male, v. mal adv. et habitus part. passé de habere «être dans tel ou tel état»; le lat. class. aeger (post-class. aegrotus) a complètement disparu (cf. ital. malat(t)o, a. esp. malato). Fréq. abs. littér.: 10939. Fréq. rel. littér.: xixs.: a) 13330, b) 18496; xxes.: a) 16362, b) 15396. Bbg. Foerster (W). Étymol. rom. Malade. Z. rom. Philol. 1879, t. 3, pp.573-574. _ Quem. DDL t. 19. _ Sain. Arg. 1972 [1907], p.92, 233, 314. _ Thomas (A.) Nouv. Essais 1904, p.22.

Malade : définition du Wiktionnaire

Adjectif

malade \ma.lad\ masculin et féminin identiques

  1. Dont la santé est altérée.
  2. (Par extension) Se dit aussi des choses.
    • Ne touchez pas son bras malade.
    • Ces plantes, ces arbres sont malades.
  3. (Familier) Fou, dérangé.
    • Mais il est malade ce type !
  4. (Familier) Génial, excellent, qui sort de l’ordinaire.
    • Je suis allé voir un concert hier, c'était malade.
    • Hein, c’est malade comme idée, il faut absolument qu’on le fasse un jour.

Nom commun

malade \ma.lad\ masculin et féminin identiques

  1. Personne en mauvaise santé.
    • Leur pouvoir était illimité ; ils guérissaient les malades abandonnés des médecins, rendaient fécondes les terres stériles, arrêtaient les épidémies de bestiaux, mais ils n’étaient point toujours d’humeur à ces sorcelleries bienfaisantes, […]. — (Octave Mirbeau, Rabalan,)
    • Mais je conseille peu l’Islande aux malades, aux invalides et à quiconque est habitué au confort des hôtels et des wagons-lits. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 19)
    • [...] — (les Martiens, au moyen d’une drogue procurant des rêves magnifiques, supprimaient les malades, les infirmes et les mal nés, de sorte que, chez eux, la pitié était des plus rudimentaires) — [...] — (Benjamin De Casseres, Arcvad le terrible, traduction de Émile Armand, dans Les Réfractaires, n° 1, janvier 1914)
  2. (Spécialement) Personne faisant l'objet des soins d'un médecin ou d'un établissement de santé. (syn. : patient)
    • Que dire à ce point de vue de l’infirmerie de Gray's Inn? Pour ces 500 malades, il n’y a qu'un médecin. — (Paul-Gabriel d’Haussonville, L’Enfance à Paris, 1879, Calmann-Lévy, p. 126)
    • L’état physique du malade était des plus piteux : […]. Le malade vint en septembre 1915, sur le conseil d’un de mes clients. À partir de ce moment, les progrès ont été très rapides et actuellement (1925), ce monsieur se porte parfaitement bien. C’est une vraie résurrection. — (Émile Coué, La Maîtrise de Soi-même par l’autosuggestion consciente, 1922, éd. 1935, p.40)
    • La façon dont le malade a eu connaissance de son diagnostic est très variable. — (Maurice Tubiana, Le refus du réel, 1977, Robert Laffont)
    • Ce matin du 29 février 1968, les médecins, les infirmières et les malades de l'Hôtel-Dieu de Limonois n'en croyaient pas leurs yeux. — (Pierre Gérin, Comme un vol de corbeaux, MFR éditeur, 2000, p. 65)
  3. (Familier) Personne dangereuse parce que dérangée mentalement, ou présentée comme telle.
    • « Il me battait avec la ceinture. Il me la montrait avant, puis, après m'avoir « strapé », il me demandait de l'embrasser sur le bord de la joue... c'est un malade! Le même soir, il est venu me chercher dans mon dortoir et il m'a agressé physiquement, sexuellement, c'est allé jusqu'à la sodomie. C'est une bête... c'est un sadique, un malade! », a déclaré une victime qui a accepté de raconter son calvaire aux médias. — (Le Journal de Québec, 25 mars 2010)
  4. (Droit) Personne ne participant plus aux hostilités du fait d'une maladie et qui à ce titre ne constitue plus une cible légitime et bénéficie de la protection du droit international humanitaire s'il dépose les armes.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Malade : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MALADE. adj. des deux genres
. Qui éprouve, qui souffre quelque altération dans sa santé. Légèrement, gravement, dangereusement malade. Malade à mourir. Il s'est fait tant de souci qu'il en est malade. Il est malade de la poitrine, de l'estomac. Il est tombé malade. Il est malade au lit. Malade d'esprit. Avoir l'air malade. J'ai un cheval, un chien malade. Mon chien est malade. Substantivement, Soigner, guérir un malade. Visiter, garder les malades. Il y a beaucoup de malades dans cet hôpital. Ce médecin a beaucoup de malades. Un bon, un mauvais malade. Un malade imaginaire. Par extension, Ne touchez pas son bras malade. Ces plantes, ces arbres sont malades. Fig., Depuis les derniers événements, ce pays est bien malade, Cet homme a l'imagination, l'esprit, le cœur malade. Fam., Le temps est bien malade. Ironiq. et fam., Vous voilà bien malade! Vous vous plaignez injustement, vous n'avez pas sujet de vous plaindre.

Malade : définition du Littré (1872-1877)

MALADE (ma-la-d') adj.
  • 1Qui a quelque altération dans sa santé. Il était déjà malade de la maladie dont il est mort. Qui ne sent point son mal est d'autant plus malade, Corneille, Rodog. III, 6. Flavie, au lit malade, en meurt de jalousie, Corneille, Théod. I, 1. Qui fait le plus de bruit n'est pas le plus malade, Corneille, Perthar. III, 3. Mais, monsieur, mettez la main à la conscience : est-ce que vous êtes malade ? Molière, Mal. imag. I, 5. Quand je vous écris de grandes lettres, ma chère enfant, vous avez peur que cette application ne me fasse malade, Sévigné, 30 juill. 1877. Je vous dirai que nous regardons la fatigue de venir par les chaleurs et par la diligence comme une chose terrible, et qui pourrait vous faire malade, Sévigné, 8 juill. 1676. Que me sert, en effet, qu'un admirateur fade Vante mon embonpoint, si je me sens malade ? Boileau, Ép. IX. Je suppose qu'une belle princesse, qui n'aura jamais entendu parler d'anatomie, soit malade pour avoir trop mangé, trop dansé, trop veillé, trop fait tout ce que font plusieurs princesses, Voltaire, Dict. phil. Maladie. J'aimerais mieux qu'il fût quelquefois malade que sans cesse attentif à sa santé, Rousseau, Ém. II.

    Malade de, qui a telle ou telle partie affectée. Malade de la poitrine. Malade de corps et d'esprit.

    Malade à mourir, extrêmement malade. Quoi ! vous n'êtes point malade à mourir comme je vous ai vue ! ah ! ma bonne, je suis trop heureuse, Sévigné, 21 juin 1671.

    Avoir l'air malade, paraître malade.

    Ironiquement et fig. Le voilà bien malade, se dit de quelqu'un qui souffre ou se plaint de quelque mal léger. Vous voilà tous bien malades d'avoir un méchant rôle à jouer, Molière, Impromptu, 1. Ce ne sont plus rien que des idées ou des fantômes, des façons de chevaux. - Les voilà bien malades ! ils ne font rien, Molière, l'Avare, III, 5. Comment ! elle consent à t'épouser ? - La voilà bien malade ! Marivaux, Jeux de l'am. et du has. III, 7. Vous voilà bien malade ; il faut servir les grands ; On amuse souvent plus par son ridicule Que l'on ne plaît par ses talents, Voltaire, Prude, prol.

  • 2Il se dit, au même sens, des animaux. Un cheval malade de la morve. Mon chien est malade. Les vers à soie sont malades cette année.

    Les plantes, étant vivantes, sont malades comme les animaux. La vigne est malade. Les cerisiers ont été, à différentes reprises, malades dans les environs de Paris.

    Les fruits et les produits végétaux sont malades aussi. Pommes de terre malades. Tomates malades.

    Enfin on l'applique à certains produits végétaux altérés. Ce vin est malade, a la couleur malade.

  • 3Qui a subi quelque altération pathologique, en parlant des parties du corps. Les climats chauds rendent facilement le foie malade. Il a les poumons malades. Appliquer le remède à la partie malade. Ne me touchez pas la main droite, c'est la main malade.
  • 4Avoir l'esprit malade, être un peu fou. Fais quelque chose enfin pour mon esprit malade, Corneille, Théod. I, 1. Un fou rempli d'erreurs, que le trouble accompagne, Et malade à la ville ainsi qu'à la campagne, En vain monte à cheval…, Boileau, Ép. V.
  • 5Malade se dit quelquefois, dans le langage familier, pour exprimer qu'une chose a reçu quelque atteinte, est en mauvaises conditions. Cette entreprise est bien malade ; les fonds manquent. On dit que le ministère a un fort parti contre lui et qu'il est malade. Amour fit une gambade, Et le petit scélérat Me dit : pauvre camarade, Mon arc est en bon état, Mais ton cœur est bien malade, La Fontaine, Imit. d'Anacréon.

    Cet habit, ce livre est bien malade, c'est-à-dire est en mauvais état.

  • 6 Fig. Qui est affecté de quelque trouble, de malaise moral. Nous sommes dans la corruption des siècles et dans la caducité de la nature ; tout est faible, tout est malade dans les assemblées des hommes, Guez de Balzac, De la cour, 6e disc. Et, contents d'avoir connu nos plaies, nous en sommes, ce semble, plus tranquillement malades, Massillon, Orais. fun. Villars.

    Un cœur malade, cœur troublé par quelque passion. Ainsi le cœur malade des mortels compte toujours pour rien ce qu'il a le plus désiré dès qu'il le possède, Fénelon, Tél. XXIV.

    L'âme malade, l'âme pécheresse. Les figures de l'Évangile pour l'état de l'âme malade sont des corps malades, Pascal, Pens. XXV, 189, éd. HAVET.

  • 7 S. m. et f. Celui, celle dont la santé a subi quelque altération. Et lorsque le malade aime sa maladie, Qu'il a peine à souffrir que l'on y remédie ! Corneille, Cid, II 5. Voilà, monseigneur, une grande obligation que vous aura le doyen des malades de France, Scarron, Virg. II, épître. Le médecin Tant-pis allait voir un malade Que visitait aussi son confrère Tant-mieux, La Fontaine, Fabl. V, 12. Voilà une malade qui n'est pas tant dégoûtante, et je tiens qu'un homme bien sain s'en accommoderait assez, Molière, Méd. malgré lui, II, 6. Lorsque le médecin fait rire le malade, c'est le meilleur signe du monde, Molière, ib. Est-il possible qu'on laisse comme cela un pauvre malade tout seul ? Molière, Mal. imag. I, 1. Je parlerai à Duchesne de votre petit médecin, à qui nous donnerons dans notre quartier quelques malades à tuer pour voir un peu comme il s'y prend, Sévigné, 1er nov. 1679.

PROVERBES

Il n'en mourra que les plus malades, se dit quand on se moque d'un danger commun qui menace plusieurs personnes.

On dit à peu près dans le même sens : Est bien malade qui en meurt. Il est fort malade, rien ne lui demeure à la bouche [par ironie, il se porte fort bien], Leroux de Lincy, Prov. t. I, p. 263.

HISTORIQUE

XIIe s. Et les malades reposer et baigner, Ronc. p. 159. Malabde, Passion de J. C. 116.

XIIIe s. Comme cil qui rapareille le lit du malade por reposer, Psautier, f° 51. Et vint tout droit en Acre, et first le malade et le mesaisié, et chemina dusques al hospital, Chr. de Rains, p. 107.

XIVe s. Celui qui est malade, il n'est pas en sa volenté d'estre sain quant il lui plaira, Oresme, Eth. 74.

XVe s. Le disent ainsi : que mallade riant meurt, et le plorant gharist, Chastelain, Chr. des ducs de Bourg. I, 67. Quant il amende au malade, il empire au mire [médecin], Leroux de Lincy, Prov. t. I, p. 263.

XVIe s. Vespasien estant malade de la maladie dont il mourut, Montaigne, III, 89. À l'œil malade la lumiere nuit, Cotgrave La mort n'a point d'ami, le malade n'a qu'un demy, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « malade »

Étymologie de malade - Littré

Bourguign. mailaide ; wallon, malâd ; provenç. mal apte, malaut ; anc. catal. malaut ; catal. mod. malalt ; anc. espagn. et anc. ital. malato ; de la combinaison latine male aptus, mal apte (voy. APTE). On a objecté que l'italien devrait être malatto ; mais il y a en effet malattia, et malato a été formé sur le verbe emmalare, rendre malade. On a objecté encore que le français devrait être malate ; mais malade est une contraction facile de malabde. La formation de malade est analogue à celle de l'ancien français rade, du lat. rapidus, d'où rabde, puis rade, comme malabde, puis malade.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de malade - Wiktionnaire

(c. 980) De l’ancien français malabde venant du latin vulgaire male habitus signifiant « qui se trouve en mauvais état », en latin classique aeger.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « malade »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
malade malad play_arrow

Citations contenant le mot « malade »

  • "ce malade s'appelle Marcel Ngandu. C'est un infirmier de profession. Il a été testé positif au coronavirus depuis le 16/7/2020 à Kinshasa et tentait de regagner Mbuji Mayi au Kasaï Oriental. Il est en possession des médicaments et est sous traitement. Néanmoins,  ce malade ne présente pas les symptômes de la maladie. Nous avons dépêché nos équipes techniques à Mbulungu et toutes les personnes qui étaient à bord de quatre camions dans le convoi où se trouvait ce malade ont toutes été mises en isolement pour 14 jours" précise le gouverneur intérimaire du Kasaï Central qui indique que toutes les dispositions ont été prises pour veiller sur les personnes mises en quarantaine. Actualite.cd, Covid19 : le malade qui s'est échappé à Kinshasa retrouvé à Mbulungu (Kasaï Central) | Actualite.cd
  • Le président de l'ONG Gert-Peter Bruch a précisé que Raoni « a fait un test Covid négatif ». « On a pensé au coronavirus », admet le président de l'ONG qui a organisé des levées de fonds pour le peuple Kayapo du cacique. Le cacique « a commencé à être malade il y a 15 jours, avec de la fièvre, des diarrhées et des vomissements » et était déshydraté. leparisien.fr, Brésil : malade, le cacique Raoni changé d'hôpital après «aggravation de son état» - Le Parisien
  • un malade d Alzheimer.... il vaudrait mieux dire une personne atteinte de la maladie d Alzheimer... ça sonne mieux. midilibre.fr, Sernhac : un malade d'Alzheimer retrouvé après des recherches actives - midilibre.fr
  • «Elle s'inquiète du fait qu'elle va mourir dans cette prison [...] Avant, elle craignait d'être testée positive, ce qui vient d'être fait. Maintenant, elle a peur de tomber malade et ils ne pourront rien faire pour l'aider», a confié sa soeur Britanny Winner, selon le journal britannique The Guardian. La lanceuse d'alerte aurait en effet eu des problèmes de bronche ainsi que de boulimie et serait ainsi considérée comme vulnérable, d'après l'avocate des droits civils Alison Grinter basée à Dallas. CNEWS, Une lanceuse d'alerte de la NSA malade du Covid-19 en prison | CNEWS
  • L'épidémie ne s'arrêtera que quand une part importante de la population aura été en contact avec le virus (sans être malade pour autant) midilibre.fr, Coronavirus : des malades de plus en plus jeunes ? - midilibre.fr
  • Atteint de chalarose (un champignon), le frêne était malade. Ses racines n’étaient plus assez solides et il commençait par représenter un danger. , Environnement | Un frêne centenaire, malade, a été abattu
  • La loi du 9 mai 2014 dite "loi Mathys" du nom d'un petit garçon atteint d'un cancer, permet le don de jours de repos à un parent d'un enfant gravement malade. Au sein de BPALC, "nous avons souhaité aller plus loin en élargissant à la situation d'un conjoint", via un accord avec les partenaires sociaux, explique le directeur des ressources humaines de la banque, David Marchal.  LExpress.fr, Haut-Rhin : un don de 150 jours de RTT pour veiller sur son conjoint malade du Covid - L'Express
  • Notre pays est toujours malade de ses exceptions. De Michel Godet / Le Figaro, 26 janvier 2015
  • Le mensonge, c'est la première mort du malade. De Léon Schwartzenberg / Le médecin et la mort - 5 Octobre 1995
  • - Parle à mon colt, ma tête est malade. De Michel Audiard / Elle cause plus... elle flingue
  • Les bêtes savent quand on est malade : elles fuient. De Françoise Giroud / La rumeur du monde
  • Un malade est un coupable qui s'ignore. De Patrick Segal / L'homme qui marchait dans sa tête
  • Dans le corps malade, l’âme se sent toute seule. De Joseph d’Arbaud / Le laurier d’Arles
  • Le malade ne guérit pas seulement de soins. De Patrick Segal / L’Homme qui marchait dans sa tête
  • Un corps peut-il guérir, dont le coeur est malade ? De Pierre Corneille / Clitandre
  • Le menteur, quand il dit la vérité, tombe malade. De Proverbe roumain
  • Moins un homme sent son mal, plus il est malade. De Pierre Corneille
  • Le malade prend l'avis du médecin. Le médecin prend la vie du malade. De Anonyme
  • Si Dieu existe, il est malade mental. De Benoît Gagnon
  • Le malade n’a pas d’amis. De Proverbe créole
  • Au malade, le miel est amer. De Sénèque
  • C’est déjà être malade que de se croire malade. De Proverbe québécois
  • Dans le corps malade, l'âme se sent toute seule. Joseph d'Arbaud, Le Laurier d'Arles
  • Je n'ai plus que deux affaires : l'une de savoir être malade, l'autre de savoir mourir. Charles de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu, Mes pensées
  • Tu ne meurs pas de ce que tu es malade, tu meurs de ce que tu es vivant. Michel Eyquem de Montaigne, Essais, III, 13

Images d'illustration du mot « malade »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « malade »

Langue Traduction
Corse malatu
Basque gaixo
Japonais 病気
Russe больной
Portugais doente
Arabe مرض
Chinois 生病
Allemand krank
Italien malato
Espagnol enfermo
Anglais sick
Source : Google Translate API

Synonymes de « malade »

Source : synonymes de malade sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « malade »



mots du mois

Mots similaires