La langue française

Jaune

Définitions du mot « jaune »

Trésor de la Langue Française informatisé

JAUNE, adj., adv. et subst.

I. − Adjectif
A. − [Jaune est inhérent à la nature, à la qualité du qualifié] Qui constitue la couleur la plus chaude et la plus lumineuse et rappelle notamment la couleur du citron, de l'or, des blés mûrs.
1. [En parlant d'un inanimé concr.]
a) [d'un élément de la nature]
Qui est naturellement de cette couleur, dont une variété est de cette couleur. Boue, pierre, sable jaune; miel jaune. Ce grand désert jaune et calme, où errent des chameaux (Maupass., Contes et nouv., t. 2, Qui sait, 1890, p. 1193).Des champs de colzas fleuris, jaunes, jaunes à perte de vue, dans lesquels, charmé, ébloui, il n'osait plus bouger (Châteaubriant, Lourdines,1911, p. 35).
SYNT. Ambre, argile, marbre jaune; fleur jaune; iris, rose, tulipe jaune.
Qui passe naturellement par cette couleur, signe de maturité puis de dessèchement. Anton. vert.Blé jaune, feuilles jaunes d'automne. Nous disons qu'un abricot est d'abord vert, et qu'il est jaune quand il est mûr (Alain, Beaux-arts,1920, p. 244):
1. Vers la fin d'octobre, (...) Chenillat est devenu le centre de tout le paysage au-dessus duquel il se dressait comme une enclave de couleurs vives et contrastées : des saules aux têtes rouges et roses, des peupliers jaune très pâle, − jaune de Naples, − d'autres jaune vif alternant avec des chênes et des sapins restés verts d'un vert noir... Larbaud, Journal,1934, p. 326.
b) [d'une source lumineuse naturelle ou artificielle] Étoile, soleil jaune; clarté, lueur jaune d'une veilleuse. Un clair de lune jaune, qui parsème la friche de flaques d'or pâle doucement luisantes (Genevoix, Boue,1921, p. 156).Éclairage, lumière jaune de l'électricité (v. Merleau-Ponty, Phénoménol. perception, 1945, p. 359).
c) [d'un objet fabriqué teint, peint en jaune ou naturellement jaune, d'une matière première transformée] Crépi, cuir, satin jaune; or jaune. Il [le papier] était froissé et il était jaune, non point jauni par la vétusté et un séjour dans quelque poche sordide, mais jaune de couleur, d'un jaune paille (Ponson du Terr., Rocambole, t. 3, 1859, p. 142).Verres lourds où le vin rouge a les reflets sombres du rubis et le vin jaune ceux de la topaze (Erckm.-Chatr., Ami Fritz,1864, p. 23):
2. Enfin il [Bergotte] fut devant le Ver Meer (...) où, grâce à l'article du critique, il remarqua pour la première fois des petits personnages en bleu, que le sable était rose, et enfin la précieuse matière du tout petit pan de mur jaune. Proust, Prisonn.,1922, p. 187.
SYNT. Colorant, cuivre, liqueur jaune.
En partic.
Chambre jaune, salon jaune. Pièce tapissée, décorée de jaune. Le plancher − car (...) la chambre jaune était planchéiée − était recouvert d'une natte jaune (G. Leroux, Myst. ch. jaune,1907, p. 33).
Gants jaunes. V. gant I A.
Le métal jaune. L'or. V. avaricieux ex. 2.
Nain* jaune.
Toile jaune. Grosse toile qui n'a pas été blanchie. (Dict. xixe-xxes.).
Vin jaune. Vin blanc du Jura issu d'un seul cépage, le Savagnin, dont les grappes sont cueillies à l'extrême limite de la maturité (d'apr. Ac. Gastr. 1962).
[En parlant des vêtements] Châle, chaussure, ciré, gant, gilet, jupe, redingote jaune. Des bottines de cuir jaune à grelots (Goncourt, Journal,1864, p. 66):
3. Celle-ci portait une robe neuve, aussi courte, toutefois, aussi jaune que par le passé; plus jaune même; d'un jaune incomparable, jaune-canari ou jaune-topaze, jaune soleil, jaune d'or, jaune d'œuf... Toulet, Demois. La Mortagne,1920, p. 70.
2. [En parlant d'un animé]
a) [D'une pers.] Prunelles jaunes. [De Marsay :] − (...) Et d'abord, ce qui m'a le plus frappé (...) ce sont deux yeux jaunes comme ceux des tigres; un jaune d'or qui brille (...) de l'or qui aime et veut absolument venir dans votre gousset! (Balzac, Fille yeux d'or,1835, p. 351).Les camarades l'appelaient La Gueule-d'or, à cause de sa belle barbe jaune (Zola, Assommoir,1877, p. 473).
En partic. Race jaune. Race humaine particulièrement formée d'asiatiques, caractérisée par une pigmentation jaune de la peau. V. affectif ex. 12.
[P. méton.] Ce qui se rapporte à la race jaune. Femme jaune, peuple jaune. L'Islam renaît, le monde jaune s'éveille : à l'un l'Asie, l'Afrique à l'autre (Maurras, Kiel et Tanger,1914, p. 200).Péril jaune (au fig.). Danger que constitueraient les pays de race jaune à cause de leur surpeuplement dû à une forte natalité. Il y avait le péril rouge, le péril jaune : bientôt des confins de la terre et des bas-fonds de la société une nouvelle barbarie déferlerait; la révolution précipiterait le monde dans le chaos (Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 129).[Actuellement, le péril jaune désigne un danger écon.] Le péril jaune, l'expansion de l'automobile nippone outre-Atlantique, outre-Manche, en Allemagne, chez nous, prennent les dimensions d'un casus belli (L'Est républicain,24 oct. 1980, p. 22).
Spécialement
ANAT. Ligaments jaunes. ,,Ligaments élastiques qui réunissent les apophyses transverses des vertèbres entre elles`` (Lar. méd. 1970).
PHYSIOL. Corps jaune (v. corps III B 3 c).
b) [D'un animal] Cheval, chien, poussin, serpent jaune. Des salamandres noires et jaunes qui me mangeaient les orteils (Nodier, Fée Miettes,1831, p. 123).
Bec jaune. Bec des oisillons. Au fig. Cf. béjaune.
B. − [Dont la teinte jaune, généralement désagréable, provient d'une altération de la couleur originelle ou naturelle et traduit un manque d'éclat]
1. [En parlant d'un inanimé concr.]
a) [D'un élément naturel souillé, pollué] Eaux troubles et jaunes. On piétine longtemps dans la neige jaune, pâteuse, du chemin (Vercel, Cap. Conan,1934, p. 14):
4. Il est, il est sur terre une infernale cuve, On la nomme Paris; c'est une large étuve, Une fosse de pierre aux immenses contours Qu'une eau jaune et terreuse enferme à triple tours... Barbier, Ïambes,1840, p. 95.
En partic. [D'un fleuve] Jauni par ses alluvions. Fleuve jaune qui roulait ses eaux lourdes entre deux rives basses (Mille, Barnavaux,1908, p. 2).Le beau Danube jaune (Aragon, Rom. inach.,1956, p. 117).Le fleuve Jaune, la mer Jaune.
b) [D'un lieu, d'un élément du paysage éclairé par un jour douteux] Le ciel (...) est si sale, si jaune que le sol blanc ne parvient plus à éclairer (Vercel, Cap. Conan,1934, p. 12):
5. ... le mot [jaune] d'ailleurs est brutal; il dénature un ton de toute finesse et qui n'est qu'une apparence. Exprimer l'action du soleil sur cette terre ardente en disant que cette terre est jaune, c'est enlaidir et gâter tout. Fromentin, Été Sahara,1857, p. 29.
c) [D'un objet dont la couleur est altérée par le temps, la saleté, qui est jauni] Notable fragment d'un journal jaune et déchiré (Duhamel, Suzanne,1941, p. 108).
Jaune de.Elle n'avait aucun dégoût, habituée à l'ordure; elle enfonçait ses bras nus et roses au milieu des chemises jaunes de crasse, des torchons raidis par la graisse des eaux de vaisselle (Zola, Assommoir,1877, p. 506).Camions aux bâches jaunes de poussière (Malraux, Espoir,1937, p. 517).
2. [En parlant de la pers.] Avoir les dents jaunes.
a) [des cheveux, synon. péj. de blond] Il s'appelle Poil de Carotte au point que la famille hésite avant de retrouver son vrai nom de baptême. − Pourquoi l'appelez-vous Poil de Carotte? À cause de ses cheveux jaunes? − Son âme est encore plus jaune, dit madame Lepic (Renard, Poil Carotte,1894, p. 293).
b) [du teint altéré par l'âge, la fatigue, l'inquiétude, certaines maladies du foie] Être jaune, être tout jaune. Je trouve Alphonse la figure fondue, tirée et jaune, jaune à la suite d'une épouvantable crise d'estomac (Goncourt, Journal,1896, p. 963).Il portait sur son visage des marques de fatigue; teint jaune, yeux injectés (Joffre, Mém., t. 1, 1931, p. 332).
Être jaune comme un citron, comme un coing. Avoir le teint fort jaune. Le visage de l'autodidacte, jaune et dur comme un coing, s'est figé dans un tétanos réprobateur (Sartre, Nausée,1938, p. 154).
MÉD. Fièvre jaune. Maladie infectieuse et contagieuse due au virus amaril transmis par la piqûre d'un moustique sévissant dans les pays chauds, caractérisée par la teinte jaune de la peau et des tissus blancs. Synon. typhus d'Amérique (Ac. 1835-1935).Puissé-je finir sur le grabat de la fièvre jaune dans l'Amérique espagnole (Gobineau, Pléiades,1874, p. 179).
C. − [Dont la couleur jaune a valeur de symbole] Maisons où flotte le drapeau jaune du choléra (Barrès, Cahiers, t. 11, 1916, p. 178).
En partic. [La couleur jaune considérée comme symbole d'infamie, de déshonneur] :
6. ... que dirait un sous-chantre du seizième siècle, en voyant le beau badigeonnage jaune dont nos vandales archevêques ont barbouillé leur cathédrale? Il se souviendrait que c'était la couleur dont le bourreau brossait les édifices scélérés; il se rappellerait l'hôtel du Petit-Bourbon, tout englué de jaune aussi pour la trahison du connétable... Hugo, N.-D. Paris,1832, p. 128.
[Cette couleur étant imposée aux Juifs dès le Moyen Âge] Tu as un bonnet jaune (...), un bonnet de juif? (Hugo, M. Tudor,1833, I, 6, p. 41).
Étoile jaune. Signe de reconnaissance dont on avait imposé le port aux Juifs au cours du Moyen Âge et sous le régime nazi. Il est interdit à partir du 7 juin [1942] à tout Juif de plus de six ans de paraître en public sans porter l'étoile jaune (Blumenkranz, Hist. des Juifs en France, Toulouse, Privat, 1972, p. 397).V. étoile II A 2.
Passeport jaune. Pièce d'identité des forçats libérés. Il est parti avec un passeport sur papier jaune et la marque d'un anneau à la cheville (Ponson du Terr., Rocambole, t. 1, 1859, p. 625).
Syndicats jaunes. [P. oppos. aux syndicats rouges liés aux thèses socialistes de la lutte des classes] Syndicats qui arboraient pour insigne un gland jaune et un genêt et défendaient un type d'action fondé sur la collaboration avec la classe dirigeante (cf. Jaurès, Ét. soc., 1901, p. 88). Auj. [Pour les syndicats grévistes] Syndicat opposé à une grève, à une action revendicative.
II. − Adverbe
A. − Rare. En produisant une lumière, une teinte jaune. V. jaunir ex. 2.
B. − Au fig. et fam. Rire jaune. Rire de façon contrainte en dissimulant sa gêne, son dépit. On apprend (...) à adresser des sourires sucrés à sœur Aurélie (...). On apprend même à sourire jaune à l'odieuse MlleRinquet (Simenon, Vac. Maigret,1948, p. 19).
Rem. Emploi adj. au sens de « contraint ». Enthousiasme jaune de Coppée (Renard, Journal, 1903, p. 829).
III. − Subst. Couleur qui parmi les sept couleurs fondamentales du spectre, se situe entre le vert et l'orangé.
A. − Subst. masc.
1. Couleur jaune. Beau jaune; peindre en jaune; couleur qui tire sur le jaune; être habillé de jaune, en jaune; salon tendu de jaune. L'habit est jaune citron; et c'est ce jaune-là qui fait tout son mérite (Florian, Fables,1792, p. 148).Au loin chantait à présent la symphonie coutumière : le bleu du ciel, le jaune étendu des boutons d'or, et dans ce jaune les taureaux éclatants de noirceur (Montherl., Bestiaires,1926, p. 434).De mauvais pacages froids, sablés d'un jaune pâle là où les jeannettes étaient en fleur; et ailleurs, là où c'étaient les soucis d'eau, d'un jaune éclatant comme l'or (Pourrat, Gaspard,1931, p. 83):
7. Si, d'un côté, il [le peintre] appuie fortement sur un ton chaud, le jaune par exemple, comme le fit Van Gogh, ce messager du soleil, le jaune puissant fera éclore mille virtuelles violettes, une forêt de lilas. Lhote, Peint. d'abord,1942, p. 69.
[Caractérisée avec une nuance particulière]
a) [Par un adj. de couleur précédé parfois du trait d'union] Jaune brun, marron, ocre, orange ou orangé, vert. [Par un adj., au sens I A] Jaune clair, doré, foncé, impérial, tendre, vif. [Par un adj., au sens I B] Jaune sale, terne, verdâtre.
b) [Par un subst. précédé parfois d'un trait d'union] Jaune citron, cuivre, jonquille, miel, mirabelle, moutarde, nankin, paille, safran, serin, soufre. Supra ex. 3.
c) [Par un subst. compl.] Jaune d'ambre, d'ivoire, d'or.
Rem. Au plur. jaune et le terme associé restent invariables, jaune étant pris substantivement. Des robes jaune vif = robes [d'un] jaune vif.
En partic., vieilli et fam. [La couleur jaune étant symbole d'infamie, de déshonneur conjugal] Être peint en jaune. Être trompé par sa femme. Elle plaignait son frère, ce jeanjean que sa femme peignait en jaune de la tête aux pieds (Zola, Assommoir,1877, p. 635).V. supra ex. 6.
[La couleur jaune ayant été imposée aux juifs comme marque de reconnaissance et d'infamie] Être habillé en jaune. Se signaler comme juif :
8. À moi, qui depuis vingt ans crie tout haut que si la famille Rothschild n'est pas habillée en jaune, nous serons très prochainement, nous chrétiens, domestiqués, ilotisés, réduits en servitude, le livre de Drumont m'a causé une certaine épouvante par la statistique et le dénombrement de leurs forces occultes. Goncourt, Journal,1886, p. 562.
2. Matière qui sert à teindre et à colorer en jaune. Jaune végétal; jaune minéral, d'Italie (v. Rousset, Trav. pts matér., 1928, p. 77). Le jaune de Naples, le jaune minéral, le jaune de chrome, (...) sont des couleurs que l'on fabrique artificiellement à l'aide de l'antimoine, du plomb, du chrome et de l'arsenic (Manuel du fabricant de couleurs,t. 2,1884,p. 1).Rubens préparait un corps avec un ton rose qu'il recouvrait, dans la lumière, de jaune de Naples (Goncourt, Journal,1894, p. 591).Supra ex. 1.
SYNT. Jaune de Cassel ou de Paris, de Turner; jaune d'antimoine, de cadmium, d'outremer, de zinc; un tube de jaune.
3. Objet, partie d'un objet jaune.
a) Jaune d'œuf. Partie intérieure centrale de l'œuf employée dans de nombreuses préparations culinaires. Avaler un jaune d'œuf; incorporer (à la pâte) un jaune d'œuf. Dorer de la pâte avec des jaunes d'œufs (Ac.1798-1935).Tasse de chocolat dans laquelle vous ferez délayer deux jaunes d'œufs frais (Brillat-Sav., Physiol. goût,1825, p. 252).
P. ell. L'œuf qu'elle cassa dans la tasse (...) se trouva avoir deux jaunes (Van der Meersch, Empreinte dieu,1936, p. 145).
b) Pop. Eau-de-vie vieillie en fût, p. oppos. à la blanche. Donnez-moi de la jaune, de votre pissat d'âne premier numéro (Zola, Assommoir,1877, p. 622).
c) Jaune antique. ,,Variété de marbre`` (Littré). Deux génies (...) en bronze doré, soutenaient de leurs bras élevés une petite table de jaune antique (Stendhal, Nouv. inéd., t. 1, 1842, p. 203).
d) Case de jeu de couleur jaune. Miser sur le jaune (Lar. Lang. fr.). Il gagnait souvent sa pitance à l'appareil à sous où, par haine de son père, il jouait sur le vert ou le jaune (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 211).
B. − Substantif
1. Personne de race jaune. Elle aimait de toute son âme cet étranger sec et dédaigneux, cet oriental aux yeux bridés, ce jaune! et lui la regardait à peine (Mille, Barnavaux,1908, p. 162):
9. Il [l'empereur] est nettement convaincu (...) que sa mission est d'imposer une discipline militaire très dure aux peuples de l'Europe pour qu'ils puissent s'opposer aux jaunes. Barrès, Cahiers, t. 4, 1905, p. 103.
2. Ouvrier, ouvrière qui s'oppose aux ,,idées révolutionnaires des syndicats dits rouges`` (Ac. 1935), refuse de prendre part à une action revendicative, une grève. Une jeune femme, une « jaune », qu'une bande d'ouvriers et d'ouvrières avait serrée contre le mur et couvrait de crachats (Guéhenno, Journal homme 40 ans,1934, p. 116):
10. Agents, gardes municipaux, gendarmes, avaient dû déblayer les alentours [de l'usine] pour protéger le travail qui n'avait pas été repris par le nombre d'ouvriers qu'on escomptait, mais enfin. Des jaunes avaient été molestés. Aragon, Beaux quart.,1936, p. 263.
REM. 1.
Jauniot, adj. masc.,hapax. Un peu jaune. Visage mélancolique et jauniot (L. Daudet, Dev. douleur,1931, p. 76).
2.
Jaunotte, subst. fém.,région. (Lorraine, Cher, Franche-Comté). Synon. région. de girolle.Ils passent dans les taillis, souples et furtifs, cherchant les jaunottes et les nids d'étourneaux (Moselly, La Vie lorraine, Paris, Nouvelle librairie Nationale, 1907, p. 18).
Prononc. et Orth. : [ʒo:n]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Adj. 1. ca 1100 « qui est de la couleur de l'or, etc. » (Roland, éd. J. Bédier, 1494); ca 1165 « se dit de la couleur parcheminée de la peau, et notamment du teint du visage, qui dénote la fatigue » (Benoît de Ste-Maure, Troie, 16486, var. ds T.-L.); 1834 le métal jaune (Balzac, E. Grandet, p. 14); 2. 1748 femme jaune (Montesquieu, Esprit des lois, livre seizième, 6, éd. J. Brethe de la Gressaye, t. 2, p. 248); 1840 race jaune (Ac. Compl. 1842); 3. 1814 fièvre jaune (Nysten); 4. 1832 « qui est de couleur jaune, symbole d'infamie » (Hugo, N.-D. Paris, p. 128); 1859 passeport sur papier jaune (Ponson du Terr., op. cit., t. 1, p. 625); 5. 1901 syndicat jaune (d'apr. Esn.). B. Subst. 1. 1165-70 « couleur jaune » (Chr. de Troyes, Erec et Enide, éd. M. Roques, 3603); 2. 1538 jaune-d'œuf (Est., s.v. luteus); 3. 1617 « la couleur jaune, symbole d'infamie » (A. d'Aubigné, Faeneste, I, 2 ds Œuvres, éd. E. Réaume et de Caussade, t. 2, p. 390); 1899 « ouvrier appartenant à un syndicat jaune » (d'apr. Esn.); 4. 1867 les Jaunes « représentants de la race jaune » (Littré). C. Adv. 1740-55 rire jaune (Saint-Simon, Mémoires, éd. de Boilisle, t. 8, p. 18). Du lat. galbinus « vert pâle ». Fréq. abs. littér. : 5 369. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 4 096, b) 11 320; xxes. : a) 11 259, b) 6 500.
DÉR.
Jaunasse, adj.,péj. Qui tire sur le jaune. Une jaunasse frimousse (Balzac, Corresp.,1821, p. 117).Une longue bâtisse de trois étages, jaunasse, plate et sans balcons, mais qui, sous le soleil d'été, prenait des tons savoureux de crépi italien (Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p. 21).L'émeraude, pourvu qu'elle n'ait pas Dieu sait quoi, dans son eau, d'un peu clair, d'un peu jaunasse (Colette, Gigi,1944, p. 55).[ʒonas]. 1reattest. fin xiies.-début xiiies. galnace « qui tire sur le jaune » (Lapidaires anglo-norm., éd. P. Studer et J. Evans, IV, 736, p. 180); de jaune, suff. -asse*.
BBG. Grundt (L.-O.). Ét. sur l'adj. invarié en fr. Bergen-Oslo-Tromsø, 1972, p. 249. - Kristol (A.M.). Color. Berne, 1978, pp. 293-345. - Quem. DDL t. 10, 13, 16, 20. - Sain. Arg. 1972 [1907], p. 46, 118.

Wiktionnaire

Adjectif

jaune \ʒon\ masculin et féminin identiques

  1. Désigne une couleur du spectre située entre le vert et l’orange. #ffff00
    • Il y a des betteraves blanches, il y en a de jaunes, de rouges, et de marbrées, et quelquefois la pellicule est rouge et la chair est blanche. — (Jean-Antoine Chaptal, Mémoire sur le sucre de betterave, Mémoires de l’Académie des sciences, Tome 1, 1818, pages 347-388)
    • Au printemps les sous-bois se tapissent des fleurs de Caltha palustris, Ranunculus Ficaria, Prímula elatíor dont la jaune monotonie s’égaie du bleu des Glechoma hederacea et Viola silvestris. — (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises, les associations végétales de la vallée de La Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, page 149)
    • Le forsythia est un arbuste ornemental dont la couleur jaune des fleurs et la floribondité sont très appréciées au début du printemps. — (Claire Doré & Fabrice Varoquaux, Histoire et amélioration de cinquante plantes cultivées, Éditions Quae, 2006, page 314)
    • Mon frère […] composa pour elle ces chansons qui s’échappent de nous dans des moments de puérilité sauvage, ces enfants étranges du rythme, du mot répété, épanouis dans le vide innocent de l’esprit. Un refrain louait la Toutouque d’être :
      Jaune, jaune, jaune,
      Excessivement jaune,
      A la limite du jaune
      — (Colette, La maison de Claudine, Hachette, 1922, réédition Livre de Poche, 1960, page 87)
  2. Qualifie les syndicats, créés en 1899 contre les syndicats « rouges », qui refusent certains modes d’action comme la grève et l’affrontement contre le patronat.

Nom commun

jaune \ʒon\ masculin

  1. La couleur jaune.
    • Les pailles, dont les couches épaisses recouvraient entièrement le sol de la cour, se doraient peu à peu d’un jaune pâle sous la lueur grandissante du crépuscule. — (Jules Case, La Fille à Blanchard, 1886)
    • Le soleil qui quelques minutes avant était rouge cramoisi, était devenu d'un jaune vif, et les rayons d'or qu'il dardait étaient si flamboyants que l'œil en était ébloui ; […]. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 68)
    • Mais dans le même temps qu'elle admirait les robes, Francie éprouvait un étrange malaise. Ses yeux voyaient bien les couleurs, le cerise, l'orange, le bleu vif, le rouge et le jaune, mais elle avait l’impression qu'une chose sournoise se cachait derrière les costumes : […]. — (Betty Smith, Le lys de Brooklyn, traduit par Maurice Beerblock, 1947, Éditions Belfond, 2014, chap. 4)
  2. (Par extension) Colorant de cette couleur.
    • De nombreux jaunes, par exemple, qu’ils soient d’origine naturelle (flavoniques) ou artificielle (azoïques) présentent une fluorescence non négligeable. — (Éric Felder, Surfaces, tribologie et formage des matériaux, 2001, page 139)
  3. (Par métonymie) Personne xanthoderme, ayant la peau de couleur jaune. — Note d’usage : Le terme prend alors souvent une majuscule, à la façon des gentilés.
    • « Il faudra, me dit Sir Wilfrid Laurier, au moment de prendre congé de lui, obtenir un règlement de nature à pacifier l'Ouest qui est hostile à l'intrusion des jaunes. [...] » — (Mémoires de Rodolphe Lemieux [c. 1933], cités dans René Castonguay, Un diplomate à la découverte du Japon, Québec, Septentrion, 2018, p. 141)
  4. (Désuet) Membre d’un syndicat jaune (droite prolétarienne).
  5. (Par extension) Travailleur qui refuse de participer à une grève, ouvrier briseur de grève.
    • Entre eux, les tondeurs sedanais font des assemblées. Après avoir bien réfléchi et discuté avec les maîtres depuis avril, le 1er août 1750 ils décident d’engager la « cloque », c’est à dire la grève générale des sept cents compagnons, et de « muleter » les jaunes de cinquante livres d’amende selon la tradition du compagnonnage auquel ils semblent appartenir. — (Henri Manceau, Des luttes ardennaises, 1969)
  6. (Par ellipse) Jaune d’œuf.
    • Le jaune d’œuf contient des lipides, des protéines, des glucides, des minéraux, des vitamines et de l’eau. L’eau constitue 48 % de la masse totale du jaune. — (Reproduction des animaux d’élevage, Éditions Educagri, 2005, page 348)
    • Les protéines du blanc d’œuf sont réputées pour leurs propriétés foisonnantes (ovalbumine) et stabilisantes de mousse (ovomucine, globuline et lysozyme).
      Les protéines du jaune sont peu foisonnantes mais possèdent d'excellentes propriétés émulsifiantes dues aux phospholipides et aux lipoprotéines (effet stabilisant).
      — (Nathalie Nathier-Dufour, Les œufs et les ovoproduits, Éditions Educagri, 2005, page 39)
  7. (Populaire) Pastis.
    • Les fraises des bois et le petit verre de jaune ou de verte
      Au choix
      Qu’on vous verse au café, dissipent un peu ce léger malentendu.
      — (Schweizer Alpen-Club, L’Écho des alpes, A. Jullien, 1894, page 360)
    • C’est un amusement culinaire, que l’on déguste entre amis autour d’un verre de jaune, autrement dit d’un pastis. — (Tristan Cuche, Madeleine Racat, Marie-Madeleine Lauprete, Le Petit Futé Hérault, 2008, page 41)
  8. (Par métonymie) Verre de pastis.
    • Moi : « De toute manière, ça nous empêche pas de boire un jaune. »
      Denis : « Pardi ! »
      — (Lucien Lubrano, Une lueur dans les yeux, Mon Petit Éditeur, 2010, page 272)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

JAUNE. adj. des deux genres
. Qui est de couleur d'or, de citron, de safran. Fleur jaune. Il a le teint jaune. Fam., Être jaune comme un coing, comme un citron. Adverbialement, Rire jaune, Dissimuler sous le rire son mécontentement, son dépit. En termes de Médecine, Fièvre jaune, ou Typhus d'Amérique, Affection aiguë très grave, dans le cours de laquelle la peau et les tissus blancs se teintent ordinairement de jaune. La race jaune, Une des divisions du genre humain dont la peau a une teinte jaunâtre.

JAUNE est aussi nom masculin et désigne La couleur jaune. Quelle couleur est-ce là? C'est du jaune, du beau jaune doré. Il se dit également de Certaines matières minérales, végétales ou artificielles qui ont une couleur jaune et qui servent à teindre ou à colorer en jaune, comme le jaune de Naples, le jaune de montagne, le jaune de chrome. Jaune d'œuf, Cette partie de l'intérieur de l'œuf qui est jaune. Avaler un jaune d'œuf. Dorer de la pâte avec des jaunes d'œufs. Les Jaunes, Ceux qui font partie de la race jaune. On dit aussi Un Jaune, des jaunes pour désigner un Ouvrier ou un groupement d'ouvriers opposés aux idées révolutionnaires des syndicats dits rouges.

Littré (1872-1877)

JAUNE (jó-n') adj.
  • 1Qui est de couleur d'or, de citron, de safran, de renoncule des prés. C'est un homme qui a une large barbe noire, et qui porte une fraise avec un habit jaune et vert, Molière, Méd. m. lui, I, 5. Il [Jouvenet] a peint presque tous les objets d'une couleur un peu jaune ; il les voyait de cette couleur par une singulière conformation d'organes, Voltaire, Louis XIV, Artistes. Joignez à cela son impertinente manie de ne porter jamais que des ajustements jaunes et de se placer toujours à côté de moi qui suis blonde, Poinsinet, Cercle, sc. 3. Une seule qualité physique peut conduire l'esprit qui s'en occupe a une infinité de choses diverses ; prenons une couleur, le jaune par exemple : l'or est jaune, la soie est jaune, le souci est jaune ; la bile est jaune, la lumière est jaune, la paille est jaune ; à combien d'autres fils ce fil ne répond-il pas ?… le fou ne s'aperçoit pas qu'il en change ; il tient un brin de paille jaune et luisante à la main, et il crie qu'il a saisi un rayon de soleil, Diderot, Lett. à Mlle Voland, cité dans STE-BEUVE, Poésies, les Rayons jaunes.

    Le même nom s'applique à cette même couleur devenue plus ou moins foncée : le jaune du souci est entre le jaune et l'orangé ; le jaune serin est un jaune tirant sur le blanc ; le jaune feuille morte est presque brun.

    Toile jaune, grosse toile de ménage qui vient de dessus le métier, et qui n'a pas encore été blanchie.

    Jaune safran, jaune comme le safran.

    Terme d'anatomie. Ligaments jaunes, faisceaux ligamenteux, fixés au bord des lames des vertèbres, depuis l'intervalle qui sépare la seconde de la troisième, jusqu'à celui qui sépare la dernière du sacrum.

    Fig. Faire des contes jaunes, dire des choses incroyables.

    Fig. Bec jaune (on prononce béjaune), voy. BÉJAUNE.

  • 2Qui a une teinte jaune, en parlant de la couleur de la peau. On dit que ton front jaune et ton teint sans couleur Perdit en ce moment son antique pâleur, Boileau, Lutr. I. Plus je m'asservissais à leur direction, plus je devenais jaune, maigre, faible, Rousseau, Conf. VIII.

    Être jaune, être tout jaune, avoir le teint jauni par la maladie, la fatigue, l'inquiétude. Hamilton, qui le vit tout jaune et tout rêveur, s'imagina qu'il ne venait que de s'apercevoir de ce que tout le monde voyait depuis longtemps, Hamilton, Gramm. 8. Montchevreuil était un fort honnête homme… sa femme… était une grande créature, maigre, jaune, qui riait niais, et montrait de longues et vilaines dents, dévote à outrance, d'un maintien composé, et à qui il ne manquait que la baguette pour être une fée parfaite, Saint-Simon, Mém. (t. I, p. 4, édit. de 1830).

    Être jaune comme un coing, comme souci, comme safran, avoir le teint fort jaune.

    Race jaune ou mongolique, race d'hommes occupant la Chine et la Tartarie.

    Substantivement. Les jaunes, les hommes de la race jaune.

  • 3Fièvre jaune, appelée aussi fièvre pestilentielle, mal de Siam, causus, vomissement noir, typhus ictérode, typhus amaril, typhus des tropiques ou d'Amérique, fièvre épidémique et contagieuse, dans le cours de laquelle la peau et les tissus blancs se teignent ordinairement en jaune.
  • 4Adverbialement. Avec la couleur, la teinte jaune. La lampe [dans l'église] brûlait jaune, et jaune aussi les cierges, Sainte-Beuve, Poésies, les Rayons jaunes.

    Fig. Rire jaune, avoir, malgré le rire, l'air du mécontentement. [Chamillard était] très entêté, très opiniâtre, riant jaune avec une douce compassion à qui opposait des raisons aux siennes, Saint-Simon, 85, 106. Le duc de Bresmes, fort ami de Charmel [que le roi blâmait] ricanait jaune et se mettait tantôt sur un pied, tantôt sur un autre, Saint-Simon, 157, 27. Je pars pour ma campagne, où je compte élucubrer dans le cours de l'été un ou deux volumes à la façon des Lettres de Junius et dans le style de Courier, qui feront rire jaune plus d'un de nos matadors politiques, Ch. de Bernard, la Cinquantaine, § XI.

  • 5 S. m. Le jaune, la couleur jaune. Jaune couleur de citron, ou jaune-citron. Le jaune est une des sept couleurs primitives, et la troisième couleur du spectre solaire placée entre l'orangé et le vert. Les oranger, isabelle, aurore, zinzolin, jaune doré, couleurs de tuile et de chamois, pelure d'oignon, seront teints suivant leurs nuances de gaude, et garancés, Règlement sur les manufactures, août 1669, Teinturier en laine, art. 24. Les jaunes pâles, citrons et soufres seront teints avec gaude, ib. art. 26. Les quatrièmes [personnes seront vêtues] d'un jaune d'aurore, Fénelon, Tél. XI.
  • 6Nom de certaines matières de couleur jaune, et servant à teindre ou à colorer en jaune. Jaune de Naples. Les jaunes de graine seront alunés, Règlement sur les manufactures, août 1669, Teinturiers en soie, laine et fil, art. 14.

    Jaune de montagne, ocre ou argile chargée d'oxyde de fer.

    Jaune de Cassel, espèce d'oxychlorure de plomb, de couleur jaune, qu'on obtient en calcinant une partie de sel ammoniac et quatre parties de litharge.

    Jaune de Turner, oxychlorure de plomb calciné.

  • 7Jaune d'œuf, partie de l'intérieur de l'œuf qui est jaune. Sentez-vous le citron dont on a mis le jus [dans une soupe] Avec des jaunes d'œuf mêlés dans du verjus ? Boileau, Sat. III. Le jaune est un grand sac, à peu près rond, formé de deux membranes fines et transparentes, qui renferme une substance huileuse, de couleur jaune, destinée à nourrir l'embryon, Bonnet, Consid. corps org. Œuvr. t. VI, p. 412, note 2. Les œufs qui n'ont point été fécondés, ont un jaune qui ne diffère point de celui qu'on trouve dans les œufs fécondés, Bonnet, ib. Les vaisseaux du poulet naissant se confondent avec ceux du jaune de l'œuf, et forment avec eux un tout continu, Condorcet, Haller.

    Jaune d'œuf, nom d'une coquille du genre nérite. Jaune d'œuf aplati, le nérite albumine.

  • 8Jaune antique, marbre que les anciens tiraient de la Numidie.
  • 9Jaune écarlate, agaric orangé.

    Jaune à collet rouge, champignon blanc, cerné de jaune, muni d'un collet un peu rouge.

  • 10 S. f. Nom de plusieurs espèces de pêches ou de figues de couleur jaune.

    Jaune lisse, espèce de pêche.

    Grosse jaune tardive, autre espèce de pêche.

    Grosse jaune, espèce de figue.

HISTORIQUE

XIe s. Blanche la queue et la crignete [crinière] jalne, Ch. de Rol. CXIII.

XIIIe s. Que j'en sui devenue aussi jaune com cire, Berte, LXXXVIII.

XIVe s. Si chevel [ses cheveux] sont plus gane que fins ors qui resplent, le Bastart de Bouillon, ms. franç. V. 2328.

XVIe s. Jaune, paisle jaune doré, couleur de Judas, de verollé, d'aurore, de serain, D'Aubigné, Faen. I, 2. Aleberges de jaune doré ayant la chair ferme, De Serres, 678. Si le mary l'entend jaune, elles [les femmes] veulent verd, Cholières, Contes, t. II, après-dînée 2, p. 71, dans POUGENS. Pourquoi ne leur sera il permis, disent ils [les pyrrhoniens], comme il est entre les dogmatistes, à l'un dire vert, à l'aultre jaulne, à eulx aussi de doubter ? Montaigne, II, 232.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

JAUNE. Ajoutez :
11Le jaune, nom d'une maladie de la vigne causée par les pluies froides.

PROVERBE

Le jaune est le fard des brunes.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

JAUNE, adj. (Gram. Physiq. & Teint.) couleur brillante, & celle qui réfléchit le plus de lumiere après le blanc. Voyez Couleur & Lumiere.

Il y a plusieurs substances jaunes qui deviennent blanches, en les mettant alternativement pendant quelque tems au soleil & à la rosée, telles sont la cire, la toile de chanvre, &c. Voyez Blanchissement, Poil, &c.

Ces mêmes substances, quoiqu’entierement blanches, si on les laisse long-tems sans les mouiller redeviennent jaunes.

Le papier & l’ivoire présentés au feu deviennent successivement jaunes, rouges & noirs. La soie qui est devenue jaune se blanchit, par le moyen de la fumée du soufre. Voyez Blanc & Blancheur.

Le jaune en teinture est une des cinq couleurs primitives. Voyez Couleur & Teinture.

Pour avoir les jaunes les plus fins, on commence par faire bouillir le drap ou l’étoffe dans de l’alun & de la potasse, ensuite on lui donne la couleur avec la gaude. Voyez Gaude.

La turmeric donne aussi un bon jaune, mais moins estimé cependant. On a encore un bois des Indes, qui donne un jaune tirant sur l’or ; & l’on fait une quatrieme espece de jaune avec de la sariette, mais c’est le moindre de tous.

Le verd se fait ordinairement avec du jaune & du bleu, mêlés l’un avec l’autre.

Avec du jaune, du rouge de garance, & du poil de chevre teint par la garance, on fait le jaune doré, l’aurore, la pensée, le nacarat, l’isabelle & la couleur de chamois, qui sont toutes des nuances du jaune.

Jaune de Naples. (Peinture.) Le jaune de Naples est une pierre seche, & trouée comme nos pierres communes que l’on met dans des fondations avec la chaux & sable pour faire corps ensemble ; elle est cependant friable. Elle se tire des environs du mont Vésuve, proche Naples, & participe beaucoup du soufre ; elle a un sel très-âcre, que l’on ne peut lui ôter qu’en la faisant tremper dans de l’eau, & la changeant d’eau tous les jours ; malgré cela le sel pénetre au travers de la terrine, & paroît tout blanc au-dehors ; il faut aussi la réduire en poudre avant de la mettre tremper, & lorsqu’on la broye sur le porphyre, ne point se servir de couteau de fer pour la ramasser, parce que le fer la fait verdir & noircir ; mais on se sert pour cela de couteau de bois de châtaignier, cette couleur est très-bonne à l’huile comme à l’eau.

Jaune des Corroyeurs, couleur que ces ouvriers donnent aux cuirs ; cette couleur se fait avec de la graine d’Avignon & de l’alun, dont ils mettent une demi-livre de chacun sur trois pintes d’eau, qu’ils font bouillir à petit feu, jusqu’à ce que le tout soit réduit aux deux tiers pour le moins. Voyez Corroyeur.

Jaune d’œuf. Voyez Œuf.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « jaune »

Wallon, gène ; namur. jane ; Hainaut, gane ; picard, gane ; provenç. jaune ; du lat. Galbĭnus, jaune verdâtre, dérivé de galvus, jaune ; all. gelb ; angl. yellow.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIIe siècle) Du latin galbinus, dérivé de galbus (« vert pâle, jaune »). (1080) jalne.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « jaune »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
jaune ʒon

Citations contenant le mot « jaune »

  • L’arbitre de football aimait tellement sa profession que chaque fois que sa femme le trompait, il lui montrait un carton jaune... De Roger Pierre
  • Une poule a-t-elle pondu un oeuf, Le seigneur en prend le jaune, Sa noble dame le blanc et au paysan ne reste que la coquille. De Thomas Murner
  • Un verre de Riesling, jaune comme or, C'est une joie à chanter, Et surtout quand deux chères mains Apportent la bouteille. De Eugène Ehretsmann / Rieslinglied
  • Peu m'importe qu'il soit blanc, noir, jaune ou indien. Il suffit qu'il soit un homme, il ne peut rien être de pire. De Mark Twain
  • C’est sur "leur" rond-point des Prés-d’Arènes, site de prédilection depuis le début de leur action il y a maintenant 20 mois, que les "Gilets jaunes" de Montpellier ont érigé pour deux jours leur "village jaune". midilibre.fr, Montpellier : les "gilets jaunes" ont érigé leur village - midilibre.fr
  • Mieux vaut rester rouge cinq minutes que jaune toute la vie. De Proverbe brésilien
  • Quand deux sages confrontent leurs idées, ils en produisent de meilleures ; le jaune et le rouge mélangés produisent une autre couleur. De Proverbe tibétain
  • Tout semble jaune à celui qui a la jaunisse. De Proverbe chinois
  • Un humoriste, c'est un philosophe qui rit jaune... De Emile Coderre / Jean Narrache chez le diable
  • Certains peintres transforment le soleil en un point jaune ; d’autres transforment un point jaune en soleil. De Pablo Picasso
  • Dans un oeuf, y’a du blanc et du jaune. Eh bien plus on mélange, plus il n’y a que du jaune ! De Coluche / Les vacances
  • L’alcool est blanc mais rougit le visage, l’or est jaune mais noircit le coeur. De Proverbe chinois
  • Le ciel est un oeuf, la terre en est le jaune. De Chag Heng
  • Je sais bien rire de moi devant le monde, mais tout seul je ris jaune. De Maurice Sachs / Derrière cinq barreaux
  • L'homme, blanc en Europe, noir en Afrique, jaune en Asie, et rouge en Amérique, n'est que le même homme teint de la couleur du climat. De Georges-Louis Leclerc de Buffon
  • Trempé dans du lait pour l'adoucir, recouvert de jaune d'oeuf et de sucre, et cuit dans une poêle. Il n'est pas perdu, le pain perdu, puisqu'on le mange. De Christian Bobin / La part manquante
  • INSOLITE - “Toute la carapace et le corps de l’animal secouru sont jaunes.” Le 19 juillet, les habitants d’un village indien de l’État d’Odisha ont découvert une tortue jaune unique, que vous pouvez voir dans la vidéo en tête d’article. Le responsable du département forestier, Bahnoomitra Acharya, en a été le premier surpris. Il n’a pas pu caché son honnêtement à la vue de cette espèce tout droit sortie d’un film.  Le HuffPost, Une rare tortue jaune découverte en Inde | Le HuffPost
  • Le petit train jaune qui sillone les Pyrénées catalanes entre Villefranche-de-Conflent et Latour-de-Carol a été saccagé. Les tags seraient signés. Une enquête a été ouverte.  midilibre.fr, Pyrénées-Orientales : le Train jaune pris pour cible et entièrement recouvert de tags - midilibre.fr
  • Le principe ? On casse avec précaution la coquille de l'œuf dans un bol. Dans une main, on prend une bouteille en plastique. On appuie dessus pour faire sortir un peu d’air puis on maintient ce geste, afin que l’air n’y entre pas à nouveau. On positionne ensuite le goulot au-dessus du jaune et on desserre doucement la pression sur la bouteille. Résultat : le jaune de l’œuf est absorbé, comme par magie, dans la bouteille, et celui-ci reste en plus intact ! Visionné près de 3 millions de fois, ce hack food a séduit en nombre les utilisateurs de TikTok : « Si ça marche, c’est du génie » ; « Très utile »…, peut-on ainsi lire parmi les 650 commentaires. A noter toutefois que cette astuce nécessite un peu de dextérité, si le premier essai est une réussite, le second l’est un peu moins… , Cette astuce permet de séparer le jaune du blanc d’œuf en un instant, sans utiliser la coquille, et on n’y aurait jamais pensé
  • BEIJING, 20 juillet (Xinhua) -- L'observatoire national de la Chine a renouvelé lundi une alerte jaune aux températures élevées, alors que sanfu, la période la plus chaude de l'année devrait durer jusqu'à fin d'août. , La Chine renouvelle son alerte jaune à la canicule_French.news.cn

Images d'illustration du mot « jaune »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « jaune »

Langue Traduction
Anglais yellow
Espagnol amarillo
Italien giallo
Allemand gelb
Chinois 黄色
Arabe الأصفر
Portugais amarelo
Russe желтый
Japonais
Basque horia
Corse ghjallu
Source : Google Translate API

Synonymes de « jaune »

Source : synonymes de jaune sur lebonsynonyme.fr

Jaune

Retour au sommaire ➦

Partager