Interruption : définition de interruption


Interruption : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

INTERRUPTION, subst. fém.

A. − Action d'interrompre (quelque chose); état de ce qui est interrompu. Synon. arrêt, coupure, pause, suspension; anton. continuation, reprise, rétablissement.
1. [Dans l'espace] Interruption de la circulation, des communications. Un peu au nord-est, grâce à l'interruption des hauteurs, nous avons entrevu la baie de Cancale (M. de Guérin, Journal,1833, p. 157).Le wagon tapait durement sur la voie, et, mal suspendu, tressautait à chaque interruption du rail (Daniel-Rops, Mort,1934, p. 159).
2. [Dans le temps] Les deux petites Cadeau sont nourries à la cantine dix jours de suite; puis interruption : censément elles vont déjeuner à la maison (Frapié, Maternelle,1904, p. 187).Je viens d'achever la première partie (...) : sauf d'infimes interruptions : téléphones, lettres, déjeuner, j'y ai travaillé depuis l'arrivée de Laurence à 9 h 15 (du Bos, Journal,1928, p. 122):
1. Je me souviens d'une course en voiture que nous fîmes, à Fécamp. Je me promettais beaucoup de joie d'un peu de temps passé seul avec elle; mais elle ne consentit à cette interruption de ses menues occupations journalières que si nous emmenions aussi les deux bonnes « à qui cette promenade fera plus de plaisir encore qu'à moi », disait-elle. Gide, Et nunc manet,1951, p. 1138.
SYNT. Moment d'interruption; suite d'interruptions; interruption du cours d'une chose, d'une entreprise, d'un travail; interruption des études, des hostilités; interruption de courant, de programme, de séance; interruption de x heures, jours; x heures d'interruption; brève, longue interruption; reprendre un travail après une interruption; causer une interruption.
Spécialement
DR. Interruption de prescription. Arrêt du cours d'une prescription. (Ds Lemeunier 1969, Jur. 1974). Interruption civile (provenant d'un fait civil). ,,L'interruption peut provenir (...) d'un fait civil (poursuite exercée par le propriétaire, reconnaissance volontaire par le possesseur)`` (Barr. 1974). Interruption naturelle. Il y a interruption naturelle, lorsque le possesseur est privé, pendant plus d'un an, de la jouissance de la chose, soit par l'ancien propriétaire, soit même par un tiers (Code civil,1804, art. 2243, p. 410).Interruption de l'instance. ,,Arrêt du déroulement d'un procès par suite du décès d'une des parties`` (Barr. 1974).
MÉD., p. euphém. Interruption de grossesse, interruption volontaire de grossesse (abrév. I.V.G.). Synon. de avortement.Avoir évincé du centre d'interruption volontaire de grossesse les personnes qu'il ne jugeait pas assez incitatives à l'avortement (La Croix,13 juin 1980, p. 9, col. 1).
SC. POL. Interruption de session. ,,Ajournement de séance de l'Assemblée nationale supérieur à huit jours francs`` (Lar. encyclop.). La durée totale des interruptions de la session ne peut excéder quatre mois. Sont considérés comme interruption de session les ajournements de séance supérieurs à dix jours (Doc. hist. contemp.,1946, p. 184).Les délais sont suspendus en cas d'interruption de session et peuvent être prolongés par l'Assemblée Nationale (sur la demande du Conseil de la République en général) (Vedel, Dr. constit.,1949, p. 485).
Sans interruption, loc. adv. Sans arrêt. Synon. continuellement, continûment, d'affilée.Continuer, couler, parler, se poursuivre, travailler sans interruption; magasin ouvert sans interruption (de telle heure à telle heure). De gros nuages noirs venant du nord apportèrent la neige, qui tomba sans interruption pendant toute la soirée et toute la nuit (Maupass., Contes et nouv., t. 2, Boule de suif, 1880, p. 118):
2. ... si les révolutions et les guerres qui se sont succédé sans interruption depuis quarante ans n'étaient venues montrer à tous que la révolution industrielle et le nouvel esprit scientifique n'étaient pas en eux-mêmes suffisants pour mettre fin aux malheurs de l'humanité. Fourastié, Gd espoir du xxes., 1969, p. 339.
Plus rare. [Dans l'espace] Sans discontinuité, sans coupure. Cette chaîne de montagnes s'étend sans interruption d'une extrémité à l'autre de l'île.
B. − Action d'interrompre (une personne qui parle). Faire une interruption. Ici il y eut interruption, mais étouffée par les chut de tout le monde (Stendhal, Rouge et Noir,1830, p. 378).Je pensais que, peut-être, instruit de la situation, vous pourriez... Il s'attendait à une interruption indignée; il n'en vint aucune et il dut poursuivre (Estaunié, Ascension M. Baslèvre,1919, p. 210).
P. méton. Cris, paroles qui interrompent. Véhémente, vive interruption; de fréquentes interruptions. M. de Charlus (...) de la même manière que les bons orateurs à la Chambre, ne répondait jamais à une interruption et feignait de ne pas l'avoir entendue (Proust, Sodome,1922, p. 957).Philippe, à la suite de ses interruptions, avait été mis à la porte de la salle (Arland, Ordre,1929, p. 132):
3. ... il m'est impossible de ne pas dire avec quelle horreur profonde j'ai entendu les injures accumulées ici contre des hommes que je respecte. (Applaudissements à droite. Bruit et interruptions [it. ds le texte] à gauche et à l'extrême-gauche). Barrès, Cahiers, t. 4, 1906, p. 183.
Prononc. et Orth. : [ε ̃tε ʀypsjɔ ̃] ou [ε ̃te-]. Mart. Comment prononce 1913, p. 297 [-ε ʀ ʀ-]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1281 « ce qui interrompt le cours de qqc. » spéc. dr. « fait qui trouble ds la jouissance d'un droit » (La Rochelle, 363, 15 d'apr. Cl. Diekamp ds Z. fr. Spr. Lit. t. 84, 1974, p. 341 : aveient tenu e espleité les chouses dessus dites por plusorz anz... sanz iterrupcion); 1671 (Pomey : un discours fait sans interruption. Interruption d'un homme qui parle). Empr. au b. lat.interruptio « interruption, discontinuation; interruption de l'usucapion (droit) ». Fréq. abs. littér. : 703. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 191, b) 897; xxes. : a) 975, b) 906.

Interruption : définition du Wiktionnaire

Nom commun

interruption \ɛ̃.tɛ.ʁyp.sjɔ̃\ féminin

  1. Action d’interrompre ou état de ce qui est interrompu.
    • 8 m a r s. — Il a plu sans interruption depuis près de vingt heures, et le terrain où nous campons est complètement détrempé. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 138)
    • L’atmosphère avait été lourde pendant toute la journée, et le soir un orage terrible se déclara. Les coups de tonnerre se succédaient sans interruption ; la pluie tombait, torrentielle. — (Octave Mirbeau, La Chambre close, Ernest Flammarion, Paris, 1920)
    • […], et une fontaine qui ne jaillissait, de mémoire d’homme, qu’à la fonte des neiges, avait coulé sans interruption depuis. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • En réalité, au delà de l'octroi, sans interruption perceptible, s'étale une zone de grosses communes industrielles où la population est de 65 000 âmes. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • La corporation des férons est donc une des plus ancienne qui soit, et elle s'est probablement continuée sans aucune interruption depuis le « faber » romain jusqu'à la réforme de Turgot. — (Maurice Lecerf, Le Fer dans le monde, Payot, 1942)
    • Travailler, parler sans interruption.
  2. (En particulier) Action d’interrompre une personne qui parle.
    • La moindre interruption peut troubler un orateur.
    • Cette interruption est venue fort mal à propos.
    • bruyante interruption.
    • De fréquentes interruptions.
  3. (En particulier) (Architecture des ordinateurs) Évènement survenant dans un microprocesseur, pouvant stopper l'exécution de processus.
  4. (Rhétorique) Action d’interrompre le fil de son discours, pour se livrer à d’autres idées.
    • Il y a un tour de Fiction, au moyen duquel la penſée ne doit pas être entendue littéralement comme elle eſt énoncée, mais qui laiſſe apercevoir le véritable point de vûe en le rendant ſeulement plus ſenſible & plus intéreſſant par la Fiction même. De là naissent l’Hyperbole, la Litote, l’Interrogation, la Dubitation, la Prétérition, la Réticence, l’Interruption, le Dialogiſme, l’Épanorthoſe, l’Épitrope, & l’Ironie ; celle-ci ſe ſoudiviſe, à raison des points de vûe ou des tons, en ſix eſpèces ; ſavoir, la Mimèſe, le Chleuaſme ou Perſifflage, l’Aſtéiſme, le Charientiſme, le Diaſirme, & le Sarcaſme. — (Encyclopédie méthodique : Grammaire et Littérature, tome second, Panckoucke / Plomteux, Paris / Liège, 1784)

Nom commun

interruption \Prononciation ?\

  1. Interruption, rupture.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Interruption : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

INTERRUPTION. n. f.
Action d'interrompre ou État de ce qui est interrompu. Cette fontaine coule sans interruption. Travailler, parler sans interruption. Interruption de travail. L'interruption d'un commerce. L'interruption d'une séance. Longue interruption. Il se dit, particulièrement, de l'Action d'interrompre une personne qui parle. La moindre interruption peut troubler un orateur. Cette interruption est venue fort mal à propos. Bruyante interruption. De fréquentes interruptions. Il désigne quelquefois l'Action d'interrompre le fil de son discours, pour se livrer à d'autres idées.

Interruption : définition du Littré (1872-1877)

INTERRUPTION (in-tè-ru-psion ; en vers, de cinq syllabes) s. f.
  • 1Action d'interrompre, état de ce qui est interrompu. L'interruption des travaux. Sans interruption de vos sacrés concerts, à son avénement tenez les cieux ouverts, Rotrou, St Genest, IV, 5. Le Messie est attendu par les Hébreux, il vient et il appelle les gentils comme il avait été prédit ; le peuple qui le reconnaît comme venu, est incorporé au peuple qui l'attendait, sans qu'il y ait entre deux un seul moment d'interruption, Bossuet, Hist. II, 13. Le caractère infaillible et ineffaçable de toutes les sectes, sans excepter une seule depuis que l'Église est Église, c'est qu'on leur marquera toujours leur commencement et le point d'interruption par une date si précise, qu'elles ne pourront elles-mêmes le désavouer, Bossuet, Var. 1er instr. past. § 14. Seize ans d'une prospérité accomplie, qui coulèrent sans interruption, Bossuet, Reine d'Anglet. C'est, dit-on, un obstacle à la perfection de l'amour et une interruption de son exercice, que de réfléchir sur l'amour et sur sa durée, ou sur son accroissement et sa diminution, Bossuet, Ét. d'orais. V, 32. L'interruption du commerce désespère tout le monde, Voltaire, Corresp. d'Alembert, 10 août 1767. On ne peut voir nulle part une image aussi frappante de l'interruption subite de la vie, Staël, Corinne, XI, 4.

    Terme de jurisprudence. Interruption civile, interruption de la prescription par un acte signifié à la personne à qui on veut ôter le bénéfice de la prescription. Interruption naturelle, celle qui résulte de la privation de jouissance pendant un an. Il y a interruption naturelle, lorsque le possesseur est privé, pendant plus d'un an, de la jouissance de la chose, Code Nap. 2243. Une citation en justice, un commandement ou une saisie, signifiés à celui qu'on veut empêcher de prescrire, forment l'interruption civile, ib. 2244.

  • 2 Particulièrement. Action d'interrompre une personne qui parle. Une interruption qui trouble un orateur.

    Paroles prononcées pour interrompre. Des interruptions partirent de tous les points de la salle.

  • 3 Terme de rhétorique. Figure dans laquelle on interrompt volontairement le fil de son discours pour se livrer à d'autres idées, et qui est plus connue sous le nom de suspension ou réticence.

HISTORIQUE

XVIe s. C'est miracle de veoir continuer des actions si diverses, d'une si pareille teneur qu'il n'y sente point d'interruption et d'alteration, aux confins mesmes et passage de l'une à l'autre, Montaigne, I, 396.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Interruption : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

INTERRUPTION, s. f. (Jurisprud.) est l’effet de quelque acte ou circonstance qui arrête le cours de la prescription, ou qui trouble quelqu’un dans sa possession.

Il y a certaines circonstances, telles que la minorité, qui interrompent la prescription sans aucun acte judiciaire ni extra-judiciaire.

Le trouble de fait ne forme pas une interruption de la possession & prescription, mais bien le trouble de droit, c’est-à-dire lorsqu’il y a une demande judiciaire ; car un simple acte extra-judiciaire ne forme pas une interruption civile.

L’action en déclaration d’hypotheque est aussi appellée interruption. Voyez Hypotheque, Possession, Prescription, Trouble. (A)

* Interruption, (Belles-Lettres.) figure de Rhétorique, dans laquelle l’orateur ou distrait par un sentiment plus violent, qui s’éleve subitement au fond de son ame, ou honteux de ce qui lui reste à dire, s’interrrompt lui-même & se livre à d’autres idées.

Tu veux que je le fuie ; hé bien, rien ne m’arrête ;
Allons, n’envions plus son indigne conquête :
Que sur lui sa captive étende son pouvoir ;
Fuyons : mais si l’ingrat instruit dans son devoir,

Si la foi dans son cœur retrouvoit quelque place,
S’il venoit à mes piés me demander sa grace,
Si sous mes lois, amour, tu pouvois l’engager,
S’il vouloit… mais l’ingrat ne veut que m’outrager.

Ces interruptions ont beaucoup de vérité & de force ; il est impossible à la passion, lorsqu’elle est extrème, de suivre un long enchaînement d’idées : le trouble de l’ame passe dans le discours, & il se brise & se décout.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « interruption »

Étymologie de interruption - Littré

Lat. interruptionem, de interruptum, supin de interrumpere, interrompre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de interruption - Wiktionnaire

Du latin interruptio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de interruption - Wiktionnaire

(Siècle à préciser) Du latin interruptio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « interruption »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
interruption ɛ̃tɛrypsjɔ̃ play_arrow

Citations contenant le mot « interruption »

  • HUMEUR - Avant l’interruption de la Liga en raison de la pandémie de Coronavirus, le titre paraissait promis au club catalan. Et puis soudain… Sport24, Le Real Madrid, un titre gracieusement offert par le Barça - Espagne - Etranger - Football
  • Pour le 5ème été consécutif, une longue interruption du trafic affecte la ligne A du tramway à Orléans, sur sa portion Sud : aucune rame ne circulera entre CHRO et Tourelles Dauphine, à partir de ce lundi 20 juillet et jusqu'au vendredi 28 août inclus. Encore et toujours des travaux... France Bleu, Orléans : la ligne A du tram de nouveau coupée au sud pendant 6 semaines pour des travaux
  • Emirates, la plus grande compagnie aérienne du Moyen-Orient basée à Dubaï, a repris ses vols vendredi depuis et à destination de l'Iran, après cinq mois d'interruption en raison de la pandémie de nouveau coronavirus. Le Figaro.fr, Emirates reprend ses vols vers l'Iran après cinq mois d'interruption
  • Qu'est-ce que la vie, après tout ? La vie, c'est une série d'interruptions !... Dès que quelque chose va bien, il faut changer. De Robert Hollier / Marche ou crève Carignan
  • Par vos interruptions de grossesse, de plaisance ou de complaisance, vous avez assassiné Beethoven, Pasteur ou Charlie Chaplin. De Philippe de Villiers / L'Evénement du jeudi - 1er Janvier 1987
  • Un être qui perçoit tout et qui voit tout et qui observe tout, et cela sans interruption, n'est pas aimé, il est plutôt craint. De Thomas Bernhard / Oui
  • Le dandy doit aspirer à être sublime sans interruption. Il doit vivre et dormir devant un miroir. De Charles Baudelaire / Mon Coeur mis à nu
  • Cette chose que l’on nomme échec n’est pas une chute, mais une interruption. De Mary Pickford
  • Jouir sans interruption, c’est ne jouir de rien. De Baron d’Holbach / Système de la nature

Images d'illustration du mot « interruption »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « interruption »

Langue Traduction
Corse interruzzione
Basque etenik
Japonais 中断
Russe прерывание
Portugais interrupção
Arabe مقاطعة
Chinois 打断
Allemand unterbrechung
Italien interruzione
Espagnol interrupción
Anglais interruption
Source : Google Translate API

Synonymes de « interruption »

Source : synonymes de interruption sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « interruption »



mots du mois

Mots similaires