Suspension : définition de suspension


Suspension : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

SUSPENSION, subst. fém.

I. − [Dans l'espace]
A. − [Corresp. à suspendre I A]
1.
a) Action de suspendre quelque chose/quelqu'un, de se suspendre (à, sur quelque chose); résultat de cette action. La vertigineuse horreur de la chute mêlée d'attirance qu'inspire la suspension au-dessus d'un gouffre (Gautier, Fracasse, 1863, p. 414).Ce cachet (...) est percé dans la partie hémisphérique qui servait à le tenir d'un trou destiné au passage d'un lien de suspension. Les assyriologues ont l'impression que son propriétaire le portait suspendu au cou (L'Hist. et ses méth., 1961, p. 396).
Vieilli. Synon. de pendaison.Mort par suspension. Je pense que, lorsqu'on est pendu, on souffre quelque chose de semblable. Cela ne me donne pas trop de goût pour la suspension! (Mérimée, Lettres à une inconnue, t. 2, 1861, p. 171).
Loc. adv. et adj. En suspension. (Attaché, fixé) de manière à pendre. Synon. en suspens (v. ce mot III A).Les cuirs sont disposés en suspension (à cheval sur des barres en bois reposant sur une saillie intérieure de la cuve) dans des cuves ou bassins en ciment (Bérard, Gobilliard, Cuirs et peaux, 1947, p. 72).V. bergamot(t)e ex. 2.
b) Spécialement
BIOL. Propriété qu'ont certains animaux de se suspendre lorsque cela est nécessaire; position de l'animal ainsi suspendu. Le fil de suspension de l'Épéire (E. Perrier, Zool., t. 1, 1893, p. 1080).
CIRQUE, GYMN. Exercice qui consiste à se suspendre à des agrès. Certains exercices: (...) suspensions par les mains, les pieds, les genoux, le ou les talons, le menton, le cou ou les dents (...) procurent au spectateur une impression où se mêlent l'admiration et le sentiment de la beauté (Hist. spect., 1965, p. 1533).La maîtrise de la suspension et de l'appui propres à chaque agrès commande tous les exercices (Petiot1982).
MÉCANIQUE
Manière dont un objet suspendu est maintenu en équilibre stable. Décrire la suspension d'une pendule, d'un balancier (Rob. 1985). Suspension à la Cardan. Système permettant à un corps suspendu de garder sa position quel que soit le mouvement du support, grâce à un joint de cardan. Pour éviter le vacillement du pendule, on a utilisé occasionnellement des ressorts doubles (...) et surtout des suspensions à la Cardan (Bassermann-Jordan, Montres, horl. et pend., 1964, p. 181).
Point de suspension. Point fixe auquel un corps est suspendu, autour duquel il peut se mouvoir mais sans l'abandonner:
... si du sommet d'une tour fort élevée, on abandonne un corps à sa pesanteur, il retombera sur un plan horizontal passant par le pied de la tour, à une petite distance à l'est du point de contact de ce plan avec une boule suspendue par un fil dont le point de suspension est celui du départ du corps. Laplace, Théor. analyt. probabil., 1812, p. 353.
P. méton. ,,Ensemble des organes élastiques placés entre un véhicule et le sol, afin d'absorber les inégalités et amortir les chocs`` (Dew. Technol. 1973). Amortisseur, système de suspension; bonne, mauvaise suspension. L'ensemble des ressorts de suspension et des pièces servant à la liaison entre ces ressorts et les boîtes d'essieux d'une part, le châssis d'autre part, constitue les organes de suspension (Bailleul, Matér. roulant ch. de fer, 1951, p. 7).
MÉD. Méthode de traitement du tabès qui consiste à suspendre le malade pendant quelques minutes par les aisselles, la nuque et le menton. Un des seuls ataxiques auquel la suspension a réussi (Goncourt, Journal, 1889, p. 1041).Mode de traitement des fractures des mem-bres inférieurs qui consiste à soulever le membre immobilisé au moyen d'un système de poulies. Nous ne nous occuperons aujourd'hui que du traitement des fractures par la suspension (Journ. de méd. et de chir. pratiques, 1835, VI, p. 244 ds Quem. DDL t. 8).
MÉD. VÉTÉR. Méthode employée dans le traitement de l'appareil locomoteur des grands animaux qui consiste à maintenir le sujet en position verticale à l'aide d'un dispositif spécial fixé au plafond de l'écurie ou de l'étable (d'apr. Villemin 1975). On peut essayer de placer l'animal dans un appareil à suspension formé d'un large tablier qui le soutient sous la poitrine et sous l'abdomen, tablier que l'on accroche à des poutres du plafond (Garcin, Guide vétér., 1944, p. 150).
2. P. méton.
a) LITURG. CATH. [Surtout au Moy. Âge] Système de conservation des hosties consacrées dans un vase de métal précieux, le plus souvent en forme de colombe, suspendu au-dessus de l'autel; vase réservé à cet usage. On appelle Suspension, Ce qui tient le saint Sacrement suspendu en certaines Églises (Ac.1798).
b) Corbeille ou poterie contenant des fleurs ou des plantes vertes que l'on suspend, à des fins décoratives, dans une maison ou sous une véranda; p. méton., plante ainsi suspendue. Trois ou cinq suspensions remplies de plantes tombantes, accrochées à la marquise, produisent le meilleur effet (Gressent, Créat. parcs et jardins, 1891, p. 459).
c) Appareil d'éclairage, comportant plusieurs lampes ou bougies, que l'on suspend au plafond. Synon. plus usuel lustre.Suspension électrique; suspension à gaz, à pétrole; suspension en bronze, en cuivre, en laiton; allumer la suspension. La clarté gaie de la suspension sur la nappe blanche, les réchauffa (Zola, Joie de vivre, 1884, p. 1065).Ils ont même décroché les gravures et la suspension de la salle à manger (Duhamel, Notaire Havre, 1933, p. 223).
d) HORLOG. Ensemble des pièces servant à suspendre un régulateur d'horloge. Depuis que Huygens a placé au premier plan de la technique horlogère l'isochronisme du régulateur, on n'a cessé d'accorder une importance extrême aux paliers et aux suspensions (Bassermann-Jordan, Montres, horl. et pend., 1964, p. 181).
B. − [Corresp. à suspendre I B]
1.
a) Action de (se) maintenir en l'air; résultat de cette action. Suspension des nuages dans le ciel. En allégeant la nacelle de tous les objets qu'elle contenait, les passagers avaient pu prolonger, pendant quelques heures, leur suspension dans l'air (Verne, Île myst., 1874, p. 5).
ATHL. Suspension (dynamique). ,,Dans la foulée de course comme dans le saut: temps intermédiaire entre l'impulsion et la réception, pendant lequel le corps se meut dans l'espace sans aucun appui au sol`` (Petiot 1982). Les 4 phases successives du saut en longueur: l'élan, l'appel, la suspension et la chute (R. Vuillemin, Éduc. phys., 1941, p. 143).
b) Action de placer, de construire quelque chose en un lieu élevé; ce qui est sur une hauteur ou en surplomb. V. babélisme ex. 1.
2. CHIM. Propriété de certains corps réduits à l'état de fines particules d'être immergés dans un liquide sans s'agglomérer ni précipiter; p. méton., ,,milieu hétérogène constitué par des particules microscopiques dispersées dans un liquide`` (Méd. Flamm. 1975). Synon. en suspens (v. ce mot III A).Phénomène de suspension; observer, préparer une suspension. V. floculer ex., floculant rem. s.v. floculer ex. de Caillère, Hénin.
Loc. adv. et adj. En suspension. (Qui flotte) sans s'agglomérer ni précipiter; p. ext. (qui se maintient (dans un milieu gazeux)) sans tomber, (qui est) en équilibre. Poussières en suspension dans l'air; se tenir en suspension. La poudre fine en suspension dans l'alcool (MmeP. Curie, Isotopie, 1924, p. 73).Les éléments du sol en suspension dans l'atmosphère se déposent sur le végétal et se dissolvent dans l'eau de condensation (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 1, 1961, p. 454).
Spécialement
GÉOMORPHOL., HYDROL. ,,Phénomène de déplacement des matériaux fins entraînés par le courant d'un cours d'eau et qui ne touchent pas le fond; p. méton., ces matériaux eux-mêmes`` (Hydrol. 1978).
PEINT. Milieu* de suspension.
PHARM. Forme médicamenteuse liquide dans laquelle le principe actif, insoluble, se trouve à l'état de fines particules (d'apr. Villemin 1975). Suspension buvable, injectable.
II. − [Dans le temps]
A. − [Corresp. à suspendre II A]
1.
a) Interruption momentanée d'une activité ou d'un processus; en partic., dissipation provisoire d'un sentiment, d'un affect. Suspension d'un chagrin, d'une amitié, d'une maladie. Synon. suspens (v. ce mot II A).L'inaction où la laissait la suspension de ses courses avec Jos-Mari (Peyré, Matterhorn, 1939, p. 100).La crise entraîna la suspension provisoire des travaux de construction de la fabrique de la mine Anna (Industr. fr. engrais chim., 1956, p. 11).
b) En partic. Synon. pause (v. ce mot A 2), suspens (v. ce mot II A).
Temps de silence marqué par un locuteur. Suspension de quelques secondes; marquer, observer une suspension. De sa voix la plus creuse, avec des suspensions dramatiques et des mouvements d'yeux de traître, il expliqua à son ancienne maîtresse que l'affaire était excellente (Goncourt, MmeGervaisais, 1869, p. 270).Une rhétorique balbutiante, pleine de réticences pudiques, de douloureuses suspensions et de gémissements (Vercel, Cap. Conan, 1934, p. 77).
Vieilli. Temps de repos interrompant une activité. S'accorder un jour de suspension. Des baies d'aération (...) maintenues ouvertes pendant les suspensions de classe (Macaigne, Précis hyg., 1911, p. 290).À une suspension de la danse, les deux enfants m'entraînent (Gide, Voy. Congo, 1927, p. 779).
c) Spécialement
ART MILIT. Suspension d'armes. V. arme II A 4 a.
DROIT
Suspension d'audience. ,,Interruption de l'audience pendant un temps limité par le président du tribunal`` (Cap. 1936). P. méton. Durée de cette suspension. Après le réquisitoire de l'avocat général et pendant la suspension de l'audience (Mussetds R. des Deux Mondes, 1832, p. 638).
Suspension d'instance. ,,Arrêt provisoire d'une instance par accord des parties, par décision du juge ou par survenance d'un incident (exception, question préjudicielle)`` (Barr. 1967 et 1974).
Suspension de paiements. ,,Impuissance où se trouve accidentellement un industriel, un négociant, de payer ce qu'il doit`` (Jossier 1881). Cette brèche faite au crédit de M. Malot ne pourrait-elle point, en alarmant les personnes qui ont des fonds chez lui, amener une suspension de paiements véritable? (Stendhal, L. Leuwen, t. 3, 1835, p. 80).
Suspension des poursuites (dr. pénal). ,,Arrêt de l'action publique pour une cause légale`` (Barr. 1967 et 1974).
Suspension de prescription. ,,Arrêt temporaire du cours de la prescription au profit de certaines personnes (...) ou pour certaines causes déterminées par la loi, et sans anéantissement rétroactif du temps couru antérieurement`` (Cap. 1936).
GRAMM. Points de suspension. V. point1I B 1 e.
PALÉOGR. Abréviation par suspension. Abréviation qui laisse un mot inachevé. Dans les manuscrits, les abréviations peuvent se diviser en cinq parties: 1 par sigles (...) 2 par contraction (...) 3 par lettre suscrite (...) 4 par suspension ou mot inachevé: cap. - caput; 5opar signes spéciaux (Maire,Manuel biblioth.,1896,p. 277).
2.
a) Vieilli ou littér. Fait d'être indécis, incertain. Synon. indécision, incertitude, suspens (v. ce mot II A 2).Cet état de suspension et d'incertitude (...) où l'on ne sait plus que désirer (...) ni que vouloir, parce que l'on voudroit tout (Senancour, Rêveries, 1799, p. 73).Je suis dans un état de crainte et de suspension qui nuit singulièrement à la liaison et à l'arrangement des idées (Maine de Biran, Journal, 1819, p. 230).
Suspension de jugement. Action de suspendre son jugement; résultat de cette action. Une suspension de jugement n'est pas un doute, elle n'en est qu'une structure nécessaire (Sartre, Être et Néant, 1943, p. 203).PHILOS. Suspension du jugement. ,,Chez les sceptiques pyrrhoniens: attitude consistant à prétendre suspendre son jugement et ne rien affirmer pour aboutir à l'ataraxie`` (Foulq. St-Jean 1962). S'accomplir implique que cesse enfin cette suspension du jugement, qui est peut-être la raison d'être de l'apparition de Gide ici-bas (et qui est en tout cas le point par où il a droit à se considérer comme le vrai fils de Montaigne) (Du Bos, Journal, 1927, p. 305).
b) MUS. Suspension (de notes). ,,Attaque légèrement retardée d'une note, dont l'expression est intensifiée grâce à l'effet rythmique de syncope produit par l'entrée du son après un court silence sur le temps fort`` (Mus. 1976). Lorsque, par la prolongation d'une note d'un premier accord sur l'accord suivant, on ne fait que retarder l'une des notes intégrantes de ce second accord, on appelle cette prolongation: retard, retardement ou suspension (E. Durand, Traité harm., s.d., p. 337).
c) RHÉT. ,,Figure qui consiste à piquer la curiosité de l'auditeur ou du lecteur, à lui faire pressentir une chose dont on retarde ensuite l'énoncé, afin de mieux combler son attente ou de surprendre davantage`` (Morier 1961). Synon. suspens.En tant que figure de l'ancienne rhétorique, la suspension consiste dans la création d'un écart entre le topique de l'énoncé, renvoyé à la fin de celui-ci, et son annonce allusive, située au début (Greimas-Courtés1979).
B. − DR. [Corresp. à suspendre II B]
1. Action de suspendre un acte, l'exercice de quelque chose ou p. méton. une disposition légale; résultat de cette action. Suspension de la constitution; suspension d'une loi, d'un permis de conduire, d'un règlement. La première proposition que l'on soumit au corps législatif fut la suspension de la liberté de la presse (Staël, Consid. Révol. fr., t. 2, 1817, p. 204).La suspension ou menace de suspension du trafic avec la firme dominante (Perroux, Écon. XXes., 1964, p. 43).
En partic. Interdiction temporaire de la parution ou de la diffusion d'(un écrit), de la représentation d'(un spectacle). Suspension d'un journal, d'une pièce de théâtre. La Sorbonne censura le quatrième livre et la publication en fut suspendue (...) Après un délai que nous ne pouvons déterminer, la suspension fut levée (A. France, Rabelais, 1909, p. 213).
DR. COMM. Suspension des poursuites. ,,Conséquence du règlement judiciaire et de la liquidation des biens qui interdit aux créanciers de procéder à des poursuites individuelles contre le débiteur`` (Jur. 1981).
2.
a) ADMIN. Suspension (de fonctions). ,,Interdiction temporaire par mesure disciplinaire d'exercer une certaine activité (fonctionnaire, avocat, magistrat)`` (Barr. 1974). Les autres sanctions disciplinairessuspension pour une durée supérieure à un an avec privation totale ou partielle du traitement et révocationsont prononcées par des juridictions dont le ministre a seulement la charge de notifier les arrêts (Encyclop. éduc., 1960, p. 345).
P. ext. Destitution temporaire du titulaire d'une charge, d'un emploi. La commune insurrectionnelle fit la loi (...) elle imposa la suspension du roi, ce qui était la déchéance moins le mot (Bainville, Hist. Fr., t. 2, 1924, p. 70).La suspension de sept chirurgiens mutualistes par le conseil de l'Ordre ouvre un vaste débat entre la « médecine libre » et la « médecine sociale » (Le Monde, 19 janv. 1952, p. 4, col. 1-2).
b) ART MILIT. ,,Sanction provisoire prévue par le statut des militaires de 1972 et qui est immédiatement prononcée contre un militaire de carrière ayant commis une faute grave en attendant qu'une sanction statutaire définitive ait été prise à son égard`` (Lar. encyclop. Suppl. 1975).
c) SPORTS. ,,Interdiction, provisoire ou définitive, prononcée par l'autorité fédérale à l'encontre du titulaire d'une licence, de participer aux organisations officielles`` (Petiot 1982). La suspension pourra être aussi prononcée dans le cas où un coureur est reconnu positif à l'issue d'un contrôle médical (SudresCycl.1984).
REM.
Suspensoïde, adj. et subst. masc.,chim. (Colloïde ou solution colloïdale) hydrophobe qui donne par floculation des flocons ou poudres presque anhydres (d'apr. Plais.-Caill. 1958). Les suspensoïdes (...) dont font partie des colloïdes minéraux, métaux ou sulfures (La Gde encyclop.,Paris, Larousse, t. 15, 1973, p. 3043, col. 3).
Prononc. et Orth.: [syspɑ ̃sjɔ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. 1174-76 « interdiction pour un temps de l'exercice d'une fonction » (Guernes de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, éd. E. Walberg, 1170); 2. a) 1542 « interruption, cessation pour un temps qui peut être déterminé » (Les Quinze-Vingts, Mém. Soc. Hist. de Paris, XIV, p. 82 ds Gdf. Compl.); spéc. b) 1615 suspension d'armes (A. de Montchrestien, Traicté Oeconomie politique, p. 222); c) 1761 suspension de payement (A. Barbier, Journal, p. 195); d) 1769 suspension de loix (Ch. Bonnet, La Palyngenesie, p. 188); 3. 1580 « état de doute, de report à plus tard d'une décision » suspension de jugement (Montaigne, Essais, II, 12, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 505); 1632 en suspension « dans un état de doute, d'absence de parti pris ou de jugement, dans l'expectative » (Le Père Mersenne, Corresp., t. 3, p. 329); 4. a) 1660 « état d'attente, d'interruption ou de déviation de l'action qui suscite l'attention et éveille l'intérêt » (Corneille, Discours des Trois unités, p. 124); b) 1704 « figure de rhétorique par laquelle on tient l'auditeur ou le lecteur en suspens » (Trév.); 5. 1737 mus. (Rameau, Génération harmonique, 159 ds IGLF); 6. a) 1752 (Trév.: Suspension, En termes de Grammaire, on appelle suspension, un certain repos très-marqué, où le sens est interrompu brusquement, et n'est point achevé. Ces sortes de suspensionse marquent par trois ou quatre points de suite); 1846 points de suspension (Besch., s.v. ponctuation); b) 1896 abréviations par suspension (Maire, loc. cit.); 7. 1832 « interruption par une mesure d'interdiction (ici, de représentations théâtrales) » (Hugo, Corresp., p. 520). B. 1. a) 1639 « fixation, par le haut, maintien par le haut » poinct de suspension (Mersenne, Les Nouvelles Pensées de Galilée, éd. Costabel et Lerner, p. 88); spéc. b) 1656 suspension du Saint Sacrement (Pascal, Provinciales, XVI ds Œuvres, éd. Lafuma, Seuil, p. 448); c) 1812 « pendaison » (Mozin-Biber t. 2); d) 1835 « procédé de positionnement des membres fracturés » (Journ. de méd. et de chir. prat., loc. cit.); e) 1872 « procédé de soutien d'un cheval ayant une fracture » (Littré); f) 1889 « procédé consistant à suspendre un malade à des fins thérapeutiques » (Goncourt, loc. cit.); 2. a) 1744 « dispositif qui permet de suspendre un instrument » (E. F. Gersaint, Catalogue raisonné d'une collection considérable de diverses curiosités ... contenües dans les cabinets de feu M. Bonnier de la Masson, p. 133); b) 1718 (Ac.: On appelle, Suspension, Ce qui tient le S. Sacrement suspendu en certaines Églises); c) 1765 « ensemble des pièces par lesquelles un régulateur est suspendu » (Encyclop. t. 15); d) 1797 « appareil pendu au plafond et qui supporte une ou plusieurs lampes » (Chateaubr., Essai Révol., t. 2, p. 350); 3. 1866 « construction haut perchée ou en surplomb » (Hugo, Travaill. mer, p. 277); 4. 1905 « dispositif ou système qui, sur un véhicule, amortit les cahots de la route » (Haton de La Goupillière, Exploitation mines, p. 771). C. 1. 1684 « fait de tenir en l'air sans support ni soutien » (Bernier, Abrégé Philosophie de Gassendi, p. 322); 2. 1846 chim. (pharm.) (Besch.); 1862 en suspension (Hugo, Misér., t. 2, p. 222). Empr. au lat.suspensio, -onis, dér. du rad. du supin de suspendere (v. suspendre), « voûte » en lat. impérial puis « interruption, arrêt, retenue; fait d'être relevé, tiré vers le haut, d'être tenu accroché par le haut; attente, incertitude » en lat. tardif (Souter, A Glossary of Later Latin; Blaise Lat. chrét.) et en lat. médiév. « interdiction de l'exercice d'une fonction » (Nierm.; Latham). Fréq. abs. littér.: 389. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 493, b) 547; xxes.: a) 508, b) 633. Bbg. Gohin 1903, p. 301. − Quem. DDL t. 8, 33.

Suspension : définition du Wiktionnaire

Nom commun

suspension \sys.pɑ̃.sjɔ̃\ féminin

  1. Action de suspendre ; état d’une chose suspendue.
    • La suspension d’un pendule. - Le point de suspension d’une balance.
  2. (Physique) État de particules qui sont mêlées à un fluide sans être dissoutes par lui.
    • Cette substance est en suspension dans l’eau,
  3. (Physique) Mélange de particules dans un fluide de cette nature.
    • La barbotine est une suspension d’alumine dans de l’eau.
    • Un coup de poussière est l’explosion d’une suspension d’alumine dans l’air.
  4. (Pharmacie) Forme galénique dans laquelle le principe actif non soluble mis en suspension (au sens physique du terme).
    • L’Amoxicilline pédiatrique est sous forme de suspension buvable aromatisée.
  5. Appareil suspendu au plafond, qui supporte une lampe, des lampes.
    • — Puisque nous ne travaillons pas, vous pourriez baisser la lampe. Il est inutile de faire un aussi fort éclairage…
      Sur la pointe des pieds, elle se hausse vers la suspension et tourne la clef de bronze. Le pétrole exhale aussitôt, en protestation, une odeur âcre.
      — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, pages 20-21.)
    • Anne s’était levée ; elle alluma la lampe de la suspension. Lentement, lentement, les divers personnages qui composaient cette scène sortirent de l’ombre. — (Pierre Benoit, Mademoiselle de la Ferté, Albin Michel, 1923, Cercle du Bibliophile, page 177.)
    • Sur la table, que la lampe de la suspension illuminait à toute mèche, les pièces démontées du fusil de mon père s’étalaient autour d’une soucoupe pleine d’huile. — (Marcel Pagnol, Le château de ma mère, 1958, collection Le Livre de Poche, pages 195-196)
    • D'abord, et surtout, c'était la salle à manger, avec en son milieu une longue table de chêne blond éclairée par une suspension de cuivre habillé d'un abat-jour en porcelaine surmonté d'une grosse boule colorée que l'on appelait « le monte-baisse ». — (Claude Brahic, Emma, la fille des Cévennes, TDO Éditions, 2017, chap. 4-1)
  6. (Mécanique) Ensemble des organes qui servent, sur un véhicule (voiture, camion, moto, bicyclette, etc.) à amortir les chocs et à améliorer la tenue de route.
    • La suspension de cette voiture est excellente.
    • Les premières fourches à suspension apparurent sur les bicyclettes en 1989.
  7. (Figuré) Surséance, cessation momentanée.
    • La suspension de l’exécution d’un jugement. - Suspension de poursuites. - La suspension des paiements.
  8. Action d’interdire pour un temps à un fonctionnaire public l’exercice de ses fonctions.
    • Il a été prononcé contre cet avoué une suspension de trois mois.
  9. (Grammaire) Sens interrompu brusquement et qui n’est pas achevé.
    • La suspension, dans l’écriture, dans l’impression, se marque par une suite de points.
  10. (Mathématiques) Construction topologique définie par écrasement des extrémités d'un cylindre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Suspension : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SUSPENSION. n. f.
Action de suspendre; État d'une chose suspendue. La suspension d'un pendule. Le point de suspension d'une balance. Cette substance est en suspension dans l'eau, Ses particules sont mêlées à l'eau sans être dissoutes par elle.

SUSPENSION se dit aussi d'un Appareil suspendu au plafond, qui supporte une lampe, des lampes. Une suspension de bronze doré. Il se dit encore de l'Ensemble des organes qui servent, dans une voiture, à amortir les chocs. La suspension de cette voiture est excellente.

SUSPENSION s'emploie aussi figurément et signifie Surséance, cessation momentanée. La suspension de l'exécution d'un jugement. Suspension de poursuites. La suspension des paiements. Suspension d'armes, Cessation momentanée des hostilités.

SUSPENSION désigne aussi l'Action d'interdire pour un temps à un fonctionnaire public l'exercice de ses fonctions. Il a été prononcé contre cet avoué une suspension de trois mois. Il se dit également, en termes de Grammaire, d'un Sens interrompu brusquement et qui n'est point achevé. La suspension, dans l'écriture, dans l'impression, se marque par une suite de points. Points de suspension, Points mis à la suite les uns des autres pour marquer la suspension.

Suspension : définition du Littré (1872-1877)

SUSPENSION (su-span-sion ; en vers, de quatre syllabes) s. f.
  • 1Action de suspendre, état de ce qui est suspendu. Le point de suspension d'une balance.

    Manière de suspendre. M. Coulomb, de l'Académie des sciences, ayant imaginé une suspension dans laquelle l'aiguille est sans frottement, Buffon, Min. t. IX, p. 221.

    En médecine légale, mort par suspension, mort par la pendaison.

    Terme de vétérinaire. La suspension d'un cheval qu'on veut empêcher de rester constamment couché, pendant certaines maladies des organes locomoteurs, peut être pratiquée à l'aide de différents moyens.

    Suspension à la Cardan, mode de suspension qui permet à un objet de conserver sensiblement sa position par rapport à l'horizon malgré les déplacements du support.

    Terme d'horlogerie. Se dit des pièces ou parties par lesquelles un régulateur est suspendu.

  • 2 Terme de chimie. État d'une substance tenue dans un liquide sans se précipiter.
  • 3Support suspendu, dans lequel on met une lampe, des fleurs. Une belle suspension. Une suspension de bronze doré. Bronze, pendules, candélabres, lustres, lampes, feux, suspensions, Monit. univ. 18 juin 1867, Annonces.
  • 4 Nom donné à un phénomène optique, dans lequel des objets éloignés, vus à l'horizon, paraissent simplement suspendus en l'air, à la différence du mirage où il y a de plus une image renversée ; le fait est que dans la suspension la seconde image existe, mais elle est extrêmement aplatie et réduite à une dimension infiniment petite, ce qui empêche de la voir, Biot, Instit. Mém. scienc. 1809, p. 8.
  • 5Cessation temporaire. Suspension des poursuites. La suspension du payement d'une rente. La suspension de la fièvre. Une suspension de tout le mouvement de la machine ronde, Sévigné, 9 mars 1672. J'ai été si occupée, mon cher cousin, à prendre Philisbourg, qu'en vérité je n'ai pas eu un moment pour vous écrire ; je m'étais fait une suspension de toutes choses, Sévigné, à Bussy, 3 nov. 1688. Tout ce que lui avait dit Mme de Chartres en mourant, et la douleur de sa mort avaient fait une suspension à ses sentiments qui lui faisait croire qu'ils étaient entièrement effacés, La Fayette, Princ. de Clèv. Œuvr. t. II, p. 83, dans POUGENS.

    En droit commercial, la suspension de payement diffère de la cessation de payement qui constitue la faillite, en ce que la cessation est réelle et générale, tandis que la première n'est qu'accidentelle et temporaire.

  • 6Suspension d'armes, cessation momentanée des actes d'hostilité. Comme ils [les Romains] ne faisaient jamais la paix de bonne foi, et que, dans le dessein d'envahir tout, leurs traités n'étaient proprement que des suspensions de guerre, Montesquieu, Rom. 6.
  • 7État d'un homme en suspens, en incertitude. Et les braves pyrrhoniens, en leur ataraxie, sont en suspension perpétuelle, Pascal, dans COUSIN. Cette suspension de désirs entre la vie et la mort, et cette volonté soumise à celle de Dieu, ne sont-ce pas des caractères d'une âme chrétienne ? Fléchier, Duch. de Montaus.

    Terme des mystiques. Suspension des puissances, voy. LIGATURE.

  • 8Action d'interdire un fonctionnaire de ses fonctions pour un temps.
  • 9 Terme de grammaire. Sens interrompu, inachevé. La suspension se marque par une suite de points.
  • 10Figure de style qui consiste à tenir les auditeurs en suspens. La suspension, qui consiste à faire attendre une pensée qui surprend, Dumarsais, Œuvr. t. v, p. 286.
  • 11 Terme de musique. Marche d'un accord dans lequel on soutient un ou plusieurs sons de l'accord précédent, avant de passer à ceux qui appartiennent à l'accord actuel. On pourrait dire par exemple suspension de tel accord sur tel autre, suspension ascendante ou descendante, suspension simple ou double, suspension de tel degré de la gamme en partant de tel autre degré, Grétry, Méth. pour prél. 15.

HISTORIQUE

XIIe s. Mais li reis nel volt pas metre à desfactium ; Ains li dist qu'il alast maneir à sa maisun ; Mais de tut sun mestier li fist suspensiun, Th. le mart. 28.

XVIe s. Leur effect [des pyrrhoniens], c'est une pure, entiere et très parfaite surseance et suspension de jugement, Montaigne, II, 234.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Suspension : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

SUSPENSION, s. f. en Méchanique, le point de suspension d’une balance est le point où la balance est arrêtée & suspendue. Les points de suspension des poids de la balance sont les points où sont attachés ces poids. Le point de suspension d’une balance à bras égaux est le point de milieu de la balance. Il n’en est pas de même de la balance romaine, dont le point de suspension est fort près d’une de ses extrémités. Voyez Appui, Balance, Levier, Peson, Romaine. (O)

Suspension, (Belles-Lettres.) figure de rhétorique par laquelle l’orateur commence son discours de maniere que l’auditeur n’en prévoit pas la conclusion, & que l’attente de quelque chose de grand excite son attention & pique sa curiosité. Telle est cette pensée de Brebeuf dans ses entretiens solitaires. Il s’adresse à Dieu :

Les ombres de la nuit à la clarté du jour,
Les transports de la rage aux douceurs de l’amour,
A l’étroite amitié la discorde & l’envie,
Le plus bruyant orage au calme le plus doux,
La douleur au plaisir, le trépas à la vie,
Sont bien moins opposés que le pécheur à vous.

Autre sorte de suspension :

Vel pater omnipotens adigat me fulmine ad umbras,
Pallentes umbras erebi, noctemque profundam,
Ante pudor quam te violo, aut tua jura resolvo.

Didon s’arrête à la fin du premier vers ; elle fortifie son serment, elle s’effraye elle-même par des spectres, afin de s’encourager à tenir son serment.

Voici une même suspension dans des vers qui ne le cedent point en beauté à ceux de Virgile ; c’est Clitemnestre qui s’adresse à Oreste qui avoit demandé en mourant que sa cendre fût déposée à côté de celle d’Agamemnon son pere ; elle lui dit : tu veux donc

Que je descende au fond de ces grands monumens,
Où la nuit du trépas, cette nuit immobile,
De l’ombre de ton pere est l’éternel azile.

Suspension, s. f. en Musique ; on appelle ainsi tout accord sur la basse duquel on soutient un ou plusieurs sons de l’accord précédent, avant que de passer à ceux qui lui appartiennent ; comme si la basse passant de la tonique à la dominante, je suspens encore quelques instans sur cette dominante l’accord de la tonique qui la précede, avant que de le résoudre sur le sien, c’est une suspension.

Il y a des suspensions qui se chiffrent & entrent dans l’harmonie ; quand elles sont dissonantes, ce sont toujours des accords par supposition. Voyez Supposition. D’autres suspensions ne sont que de goût ; mais de quelque nature qu’elles soient, on doit toujours les assujettir aux trois regles suivantes.

1°. La suspension doit se faire sur le frappé de la mesure, ou du moins sur un tems fort.

2°. Elle doit toujours se résoudre diatoniquement, soit en montant, soit en descendant, c’est-à-dire que chaque partie qui a suspendu, ne doit ensuite monter ou descendre que d’un degré, pour arriver à l’accord naturel de la note de basse qui a porté la suspension.

3°. Toute suspension chiffrée doit se sauver en descendant, excepté la seule note sensible qui se sauve en montant.

Avec ces précautions il n’y a point de suspension qui ne puisse se pratiquer avec succès ; mais c’est au goût seul qu’il appartient de les distribuer à-propos. (S)

Suspension, (Jurisprud.) signifie quelquefois cessation, interruption, comme quand on dit qu’il y a eu cessation de poursuites.

Quelquefois suspension signifie interdiction ; c’est ainsi que les défenses que les cours font aux officiers inférieurs, portent ordinairement la clause à peine de suspension de leurs charges. Voyez Interdiction.

En matiere canonique on dit plutôt suspense que suspension. Voyez Suspense. (A)

Suspension d’armes, en terme de Guerre, est une treve de peu de jours dont les parties belligerantes conviennent pour avoir le tems d’inhumer leurs morts, d’attendre du secours ou les ordres de leurs souverains, &c. Chambers.

C’est aussi une treve ou un tems pendant lequel on convient de ne faire aucun acte d’hostilité de part & d’autre. Voyez Armistice. (Q)

Suspension, terme d’Horlogerie, se dit en général des pieces ou parties par lesquelles un régulateur est suspendu.

Suspension par des soies. La suspension la plus usitée du pendule, lorsqu’il est court & léger, comme celui des pendules à ressort, des réveils, &c. est une soie doublée & attachée au coq par ses deux extrémités ; le haut de la verge du pendule qui dans ce cas est recourbé, s’accroche au milieu de la soie, & le mouvement est communiqué à ce pendule au moyen de la fourchette qui le prend aux environs du tiers de sa longueur. Voyez Fourchette & Pendule.

Suspension par des ressorts. Dans les pendules à grandes vibrations, au lieu de soie on se sert de deux ressorts très-affoiblis, qui passant au-travers du coq ont retenus par les parties de cuivre où ils sont rivés. Dans cette pratique, la fourchette a le même usage que dans la précédente. Voyez la fig.

Suspension par des couteaux. Une autre suspension qui est encore fort usitée dans les pendules, sur-tout en Angleterre, c’est celle qu’on appelle suspension à couteaux. Elle n’exige point de fourchette, le pendule y est suspendu à une tige, aux extrémités de laquelle on forme des angles d’environ 30 degrés, ou des couteaux, lesquels s’appuient dans des angles internes plus ouverts fixés sur chacune des platines, ou comme le pratique M. Graham sur des plans droits paralleles ; les angles étant alors le centre de l’arc décrit, le frottement devient peu considérable ; & l’on remédie au petit retard qui peut naître de la diminution d’élasticité des ressorts.

Suspension par des rouleaux. M. Suly, ingénieux artiste, employoit pour le régulateur de ses pendules & montres marines, une suspension que quelques horlogers ont aussi appliquée aux pendules ordinaires. Elle consistoit en deux grands rouleaux posés parallelement aux platines, & formant entr’eux un angle curviligne aussi grand qu’il se pouvoit. Le pivot de l’arbre qui portoit le pendule & qui en étoit le plus près venoit s’appuyer dans l’angle ci-dessus. Quand le pendule étoit en vibration, tout le frottement de la suspension étoit peu sensible ; ce frottement se transportant sur les pivots des rouleaux, qui parcouroient un espace diminué, dans le rapport de leur grandeur à celle de leurs pivots. L’expérience a fait voir que cette suspension, quoiqu’inférieure aux précédentes dans les pendules, pouvoit devenir fort utile pour diminuer le frottement des pivots des balanciers.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « suspension »

Étymologie de suspension - Littré

Provenc. suspensio ; espagn. suspension ; ital. sospensione ; du lat. suspensionem, de suspensum, supin de suspendere, suspendre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de suspension - Wiktionnaire

De suspendre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « suspension »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
suspension syspɑ̃sjɔ̃ play_arrow

Citations contenant le mot « suspension »

  • Le segment des services publics est principalement stimulé par laugmentation des incitations financières et des soutiens réglementaires des gouvernements à léchelle mondiale. Les denrées Rotule de suspension actuelles sont principalement affectées par la pandémie de COVID-19. La plupart des projets en Chine, aux États-Unis, en Allemagne et en Corée du Sud sont retardés, et les entreprises sont confrontées à des problèmes opérationnels à court terme en raison des contraintes de la chaîne dapprovisionnement et du manque daccès au site en raison de lépidémie de COVID-19. LAsie-Pacifique devrait être fortement affectée par la propagation du COVID-19 en raison de leffet de la pandémie en Chine, au Japon et en Inde. La Chine est le centre épique de cette maladie mortelle. La Chine est un pays majeur en termes dindustrie chimique. Thesneaklife, Marché mondial des Rotule de suspension 2020 meilleures entreprises – ZF Friedrichshafen, TRW Automotive, Federal-Mogul Holdings, MAS Industries, Original Birth, AlloyUSA, KOREA CENTRAL – Thesneaklife
  • La justice espagnole a maintenu la suspension du projet de fusion des activités européennes du groupe de télévision italien Mediaset, accédant à la demande de Vivendi qui s'oppose farouchement à l'opération. Ces derniers mois, les justices italienne et néerlandaise avaient en revanche rejeté les recours du géant français des médias Vivendi. Le litige espagnol est donc le dernier frein à ce projet dont l'objectif est, à terme, de fédérer les grands acteurs européens de la télévision afin de mieux lutter contre les plateformes numériques comme Netflix. , La justice espagnole maintient la suspension du projet de fusion des activités européennes du groupe de télévision italien Mediaset
  • Le Tribunal du contentieux électoral équatorien a annulé la décision de suspension du parti Fuerza Compromiso Social (FCS), fidèle à l’ex-président Rafael Correa (2007-2017), prise en juillet par le Conseil national électoral (CNE), a annoncé dimanche le Tribunal. Mediapart, Equateur: la justice annule la suspension du parti de l’ex-présient Correa - Page 1 | Mediapart
  • La durée des suspensions du permis de conduire a été revue, en concertation avec les forces de l’ordre, au regard des spécificités de la délinquance routière et de l’accidentologie du département. www.leveil.fr, Des règles plus strictes autour de la suspension du permis de conduire en Haute-Loire - Le Puy-en-Velay (43000)
  • https://www.capital.fr/entreprises-marches/dlsi-reprise-progressive-de-lactivite-et-suspension-du-dividende-1376956 Capital.fr, DLSI: reprise progressive de l'activité et suspension du dividende - Capital.fr
  • Des propriétaires riverains demandent l’annulation de cet arrêté pour excès de pouvoir au motif que l’autorité administrative a décidé la suspension de la servitude sur certaines portions du littoral. , La suspension d’une servitude de passage des piétons sur littoral ne peut être qu’exceptionnelle - Éditions Francis Lefebvre
  • Au bord du monde, quelle que soit la force qui nous pousse vers le vide, beaucoup d’entre nous se retournent et veulent faire durer le plus longtemps possible cet instant de suspension. De Antoine Audouard / Une Maison au bord du monde
  • La guerre est beaucoup plus qu'agression et conquête, c'est une suspension des contrôles de "civilisation", un déchaînement ubrique des forces de destruction. De Edgar Morin / Le Paradigme perdu
  • Il faut beaucoup de talent pour faire rire avec des mots. Mais il faut du génie pour amuser avec des points de suspension... De Frédéric Dard / France-Soir - 11 Décembre 1975
  • L'amour comme dérobade, l'étreinte comme ultime argument, la jouissance en points de suspension. De Amin Maalouf / Le Premier siècle après Béatrice
  • L’écriture est suspension pour moi de toutes les sensations autres que celles qu’elle fait naître, qu’elle travaille. De Annie Ernaux / L’usage de la photo
  • Le point de suspension, c'est ce qui vous reste à dire quand vous avez tout dit. De Frédéric Dard
  • Si les points de suspension pouvaient parler, ils pourraient en dire des choses et des choses ! De Pierre Dac / Y'a du mou dans la corde à noeuds !
  • L'épée de Damoclès : la suspension à la mode du temps. De Jules Renard / Journal 1893 - 1898
  • Je ne finirai jamais par des points de suspension. Ça fait partie de mon écriture. De Franck Thilliez
  • L'amitié entre femmes n'est jamais que la suspension des hostilités. De Antoine de Rivarol

Images d'illustration du mot « suspension »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « suspension »

Langue Traduction
Corse sospensjoni
Basque etetea
Japonais サスペンション
Russe подвеска
Portugais suspensão
Arabe ايقاف عن العمل
Chinois 悬挂
Allemand suspension
Italien sospensione
Espagnol suspensión
Anglais suspension
Source : Google Translate API

Synonymes de « suspension »

Source : synonymes de suspension sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « suspension »



mots du mois

Mots similaires