La langue française

Grondeur

Sommaire

  • Définitions du mot grondeur
  • Étymologie de « grondeur »
  • Phonétique de « grondeur »
  • Citations contenant le mot « grondeur »
  • Traductions du mot « grondeur »
  • Synonymes de « grondeur »
  • Antonymes de « grondeur »

Définitions du mot « grondeur »

Trésor de la Langue Française informatisé

GRONDEUR, -EUSE, adj.

A. − [Correspond à gronder A] Qui produit un grondement. Vent grondeur. La terre est calme auprès de l'océan grondeur (Hugo, Légende, t. 3, 1877, p. 27).D'un livide brouillard chaud des fauves odeurs Que répandent les ours et les lions grondeurs (Leconte de Lisle, Poèmes barb.,1878, p. 3).
B. − [Correspond à gronder A ou B, en parlant d'une pers.] Qui a l'habitude de gronder (bougonner ou réprimander) ou qui gronde momentanément. Synon. bougon, grognon, ronchon, râleur (pop.).Certainement, j'ai de l'humeur; et j'aimerais mieux vous voir brusque, grondeur, grossier même, que d'une complaisance aussi ridicule (Leclercq, Prov. dram., Manie prov., 1835, 1, p. 9).Une vieille dame d'Amiens, insupportable, prêcheuse, hargneuse, grondeuse, mauvaise et vindicative (Maupass., Contes et nouv., t. 2, Farce, 1883, p. 1281) :
1. Alors Deschartres, qui jusque-là avait gardé un ton magistral, entre en colère et devient rude, grondeur, insolent. Des reproches il passe aux menaces. Sand, Hist. vie, t. 1, 1855, p. 428.
Emploi subst., vx. Le débardeur était une femme, une vieille grondeuse acariâtre, à moitié homme, ayant une grosse voix enrouée (Ponson du Terr., Rocambole, t. 1, 1859, p. 539).Cet insupportable grondeur [Alceste] qui fait profession de rompre en visière à tout le genre humain (Mauriac, Journal 2,1937, p. 170).
P. méton. Qui exprime la gronderie ou le mécontentement. Ton grondeur, voix grondeuse. Elle rapportait chez elle une humeur grondeuse, une imagination distraite, un esprit de parcimonie (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 33).− Vous ne croyez pas en Dieu. Elle répétait avec la tendresse grondeuse d'une mère pour son enfant fautif (Jouve, Paulina,1925, p. 105) :
2. Justin, dans cette paix nocturne, se laissait aller à des confidences grondeuses : « Cette maison est un gouffre!... Ils sont tous très épatants, c'est entendu, mais ils ne ferment pas les portes, ils ne ferment pas les placards. Ils n'ont aucune discipline... ». Duhamel, Désert Bièvres,1937, p. 140.
Prononc. et Orth. : [gʀ ɔ ̃dœ:ʀ], fém. [-ø:z]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1586 (I. Lambert, Discours évangéliques, II, 119a ds Rom. Forsch. t. 32, p. 74). Dér. de gronder*; suff. -eur2*, -euse. Fréq. abs. littér. : 90.

Wiktionnaire

Adjectif

grondeur \ɡʁɔ̃.dœʁ\

  1. Qui aime à gronder, à réprimander.
    • Il est grondeur.
    • Il est d’une humeur grondeuse.
    • Sa voix grondeuse emplissait l'espace. — (Jean Ray, Harry Dickson, L'Ile de la terreur, 1933)
    • Ce gros homme, qui s’emportait parfois jusqu’à suffoquer, me témoignait une affection vigilante, grondeuse, mais non moins douce qu’une caresse. — (Marcel Arland, Terre natale, 1938, réédition Le Livre de Poche, page 34)
    • Juvénal osa insulter dans une de ses Satires le mime Pâris, qui me plaisait. J’étais las de ce poète enflé et grondeur. — (Marguerite Yourcenar, Mémoires d’Hadrien, Plon, 1958 ; coll. Folio, 1974, p. 249-250.)
    • Plus tard, nous souvenant de la bonne voix grondeuse de Nounours dans Bonne nuit les petits on aura l’impression que c’était de Gaulle qui venait nous border tous les soirs. — (Annie Ernaux, Les années, Gallimard, 2008, collection Folio, page 95.)

Nom commun

grondeur \ɡʁɔ̃.dœʁ\ masculin

  1. (Zoologie) Une des espèces de poissons osseux marins capables de produire du son en grinçant leurs dents.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GRONDEUR, EUSE. adj.
Qui aime à gronder, à réprimander. Il est grondeur. Il est d'une humeur grondeuse.

Littré (1872-1877)

GRONDEUR (gron-deur, deû-z') adj.
  • Qui aime à gronder, à réprimander. Humeur grondeuse. Ce n'est qu'en mots fâcheux qu'éclate votre ardeur ; Et je ne vis jamais un amour si grondeur, Molière, Mis. II, 1. Jean est grondeur, mais je m'en ris, Béranger, le Troisième mari.

    Substantivement. Un grondeur. Une grondeuse. Allons nous réjouir, et que le grondeur se pende s'il veut ! Brueys, Grondeur, III, 20. Un gros homme, d'une taille au-dessous de la médiocre, d'une allure assez pesante, avec une mine de grondeur, Marivaux, Pays. parv. 4e part.

    S. m. Voy. GURNEAU, poisson.

HISTORIQUE

XVIe s. Mettez la main à la besongne, et cependant que les grondeurs et leurs confesseurs…, D'Aubigné, Hist. III, 184.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

GRONDEUR, voyez Rouget.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « grondeur »

(Siècle à préciser) Dérivé de gronder avec le suffixe -eur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « grondeur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
grondeur grɔ̃dœr

Citations contenant le mot « grondeur »

  • Mieux vaut ami grondeur que flatteur. De Proverbe français / Livre du Chevalier de la Tour Landry pour l'enseignement de ses filles

Traductions du mot « grondeur »

Langue Traduction
Anglais scolder
Espagnol regañar
Italien scolder
Allemand scolder
Chinois 责骂
Arabe المندب
Portugais ralhador
Russe женщина, постоянно нарушающая общественный порядок
Japonais 叱る
Basque scolder
Corse scolder
Source : Google Translate API

Synonymes de « grondeur »

Source : synonymes de grondeur sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « grondeur »

Partager