La langue française

Goutte

Sommaire

  • Définitions du mot goutte
  • Étymologie de « goutte »
  • Phonétique de « goutte »
  • Citations contenant le mot « goutte »
  • Images d'illustration du mot « goutte »
  • Traductions du mot « goutte »
  • Synonymes de « goutte »
  • Antonymes de « goutte »

Définitions du mot goutte

Trésor de la Langue Française informatisé

GOUTTE1, subst. fém.

A. − Très petite quantité de liquide de forme arrondie. Grosse, large, petite goutte; les gouttes jaillissent, perlent, tombent. La forme simple par excellence, en vertu même de cette loi d'attraction, est la forme sphérique; c'est celle que prend une goutte d'eau, une goutte de mercure livrée à elle-même (Flammarion, Astron. pop.,1880, p. 94).
1. [Le subst. suivi d'un adj. ou d'un compl. déterminatif désigne de l'eau] Gouttes claires, transparentes; gouttes denses, rapides, torrentielles; goutte de rosée; pleuvoir à grosses gouttes. Des gouttes de pluie faisaient sur la robe du fleuve des cercles, que le courant entraînait en dansant (Rolland, J.-Chr., Aube, 1904, p. 69).Modulation d'une goutte d'eau qui, de seconde en seconde, tombait du robinet avec un son cristallin (Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p. 115).V. aventure ex. 33 :
1. Sur la main de Cénabre, une goutte de pluie tomba, chaude, pesante, parfumée comme une goutte de nard, et qui était l'essence même du jour évanoui. Bernanos, Joie,1929, p. 714.
a) Goutte (d'eau, de pluie). Ne pas avoir une seule goutte de pluie pendant un séjour; il n'a pas plu une seule goutte. Écrivez-moi un petit mot. La vue seule de votre chère écriture sera comme la goutte d'eau dans le désert (Flaub., Corresp.,1874, p. 167).La terre souffrait d'une terrible sécheresse, pas une goutte d'eau n'était tombée depuis six semaines (Zola, Terre,1887, p. 204).
Fam. et p. plaisant. Passer entre les gouttes. Se faufiler sous une averse. Au fig. Se sortir d'une situation difficile, se sortir de difficultés (cf. Littré, Guérin 1892). L'heure [minuit] où l'on cherche désespérément à ne pas se faire prendre, à passer entre les gouttes. Minuit, c'est une heure déroutante (J.-F. Six, Le Courage de l'espérance, Paris, Seuil, 1978, p. 33).
b) Loc. proverbiales
C'est une goutte d'eau dans la mer (cf. eau A 2 a). En partic. [En matière d'argent] . Je sais aussi (...) que pour lui qui est si riche, c'est une goutte d'eau dans la mer... et (...) je ne peux pas te dissimuler qu'(...) il ne m'en reste pas lourd de cet argent (Anouilh, Sauv.,1938, II, p. 179).
C'est la goutte (d'eau) qui fait déborder le vase. Un petit fait ajouté à d'autres déclenche une réaction violente (cf. déborder I A 2) :
2. Chaque journée tombait comme une goutte d'eau. Chaque goutte semblait prête à faire déborder le vase. Mais le vase grandissait en même temps que son contenu. C'était maintenant une jarre immense, une de ces jarres que les nègres du Tchad emploient pour enterrer leurs morts. H. Bazin, Tête contre murs,1949, p. 350.
[En parlant de pers.] ,,Se ressembler comme deux gouttes d'eau`` (Ac. 1798-1932). ,,Se ressembler parfaitement`` (Ac. 1798-1932). Ressembler à qqn comme deux gouttes d'eau. Je ne sais pas comment il peut la [sa fille] renier, elle lui ressemble comme deux gouttes d'eau (Balzac, Goriot,1835, p. 61).
Rem. Littré et certains grammairiens ont critiqué cette seconde tournure qui est de fait justifiée par une ellipse et illustrée par de nombreux ex. d'aut. (cf. Dupré 1972).
c) P. métaph. [Portant sur la transparence, le son cristallin de la goutte d'eau] et au fig. Goutte de lumière; gouttes nacrées des perles. La goutte de clarté d'une veilleuse (Zola, Assommoir,1877, p. 431).De la musique, tout m'émeut, des larges notes aux petites gouttes sonores du piano (Renard, Journal,1905, p. 1023) :
3. ... dans les marsaules du talus, la fauvette babillarde jette deux ou trois notes soudaines, irrésistibles, gouttes de joie limpide qui tintent au cœur de la journée. Genevoix, Rroû,1931, p. 144.
d) Ne voir/entendre goutte. Ne voir, n'entendre rien. Il fait bien obscur ici, je ne vois goutte, je n'y vois goutte (Ac. 1835, 1878); v. aussi goutte2, A, Proverbes).
N'y voir goutte. Ne rien voir du tout. Vieux, boiteux, n'y voyant goutte, probablement un peu sourd (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 635).Mais qu'il fait sombre! On n'y voit goutte... Lève donc un peut l'abat-jour (Géraldy, Toi et moi,1913, p. 28).
Au fig. N'entendre goutte aux affaires. Ils ne comprennent goutte à ma conduite (Flaub., Corresp.,1873, p. 111).Charmes, dont il s'agit, divise ses lecteurs. On sait que les uns n'y voient goutte; qu'il n'est que trop clair pour les autres (Valéry, Variété III,1936, p. 71) :
4. Christophe n'y voyait goutte [au théâtre]; il confondait tout, prenait un personnage pour un autre, tirait son grand-père par la manche, pour lui poser des questions saugrenues, qui prouvaient qu'il n'avait rien compris. Rolland, J.-Chr., Aube, 1904, p. 73.
Rem. Dans l'anc. langue, goutte était suivi d'un partitif. Je n'ai goutte d'argent. Je n'ai pas du tout d'argent (cf. Dupré 1972). On retrouve trace de cette constr. arch. chez Fabre (Chevrier, 1867, p. 291) : Mon oncle chantait, ne se faisant goutte de mauvais sang en nulle circonstance de sa vie.
2. [Le subst. compl. de nom désigne un liquide organique] Goutte de sperme, d'urine. Elle s'était égratignée à des épines, et sur la fine peau une goutte de sang perlait (Ramuz, A. Pache,1911, p. 215).En vain, d'une langue inquiète, je cherchais, au fond de ma bouche, une introuvable goutte de salive (Duhamel, Jard. bêtes sauv.,1934, p. 47) :
5. Il marchait avec beaucoup de dignité, sans un geste inutile. Quelques gouttes de sueur perlaient sur son front, mais il ne les essuyait pas. Camus, Étranger,1942, p. 1134.
Expressions
Suer à grosses gouttes. Suer abondamment. M. Ouine (...) suait à grosses gouttes, car la chaleur lui a toujours été contraire (Bernanos, M. Ouine,1943, p. 1535).
Avoir la goutte au nez (fam.). Expr. synon. avoir le nez qui coule.Le vieux qui, au dessert, la goutte au nez, vient tendre la main (Renard, Journal,1906, p. 1065).
Goutte militaire (vieilli et pop.). Blennorragie chronique se caractérisant par une goutte au méat urinaire (cf. Littré). Son danger social, car la « goutte militaire » est l'agent ordinaire de la contamination des jeunes mariées (Hudelo dsNouv. Traité Méd. fasc. 1, 1926, p. 507).
Avoir une goutte de sang royal, de sang bleu, de sang juif. Avoir une origine noble, juive :
6. ... il n'est pas une petite fille assise aux bancs du pensionnat qui ne porte en elle une goutte de ce sang éternel et royal qui fit les grandes princesses d'autrefois. Mallarmé, Dern. mode,1874, p. 803.
Verser pour qqn sa dernière goutte de sang. Aller jusqu'au sacrifice total. Je répandrai jusqu'à la dernière goutte de mon sang pour... (Ac. 1835-1932). Tant qu'il me restera une goutte de sang dans les veines je vous défendrai (Ac. 1835-1932. Je me suis pris à l'aimer... ardemment, passionnément (...) prêt à verser pour elle ma dernière goutte de sang (Ponson du Terr., Rocambole, t. 3, 1859, p. 72).
P. hyperb. N'avoir plus une goutte de sang dans les veines, sur le visage. Être saisi de frayeur, d'émotion et en devenir très pâle. P. ext. Être sans courage. Je n'avais plus une goutte de sang sur le visage, et mes jambes tremblaient sous moi (Bosco, Mas Théot.,1945, p. 24).
3. [Le subst. désigne un liquide quelconque] Goutte d'acide, d'alcool, d'huile, de mercure, de miel, de plomb fondu, de suif. Comme dans une pinte d'eau, si vous mettez une goutte d'indigo, l'eau deviendra bleuâtre; une goutte d'encre, elle deviendra grise; si une goutte de sirop, sucrée; si de vinaigre, âcre (Karr, Sous tilleuls,1832, p. 106) :
7. Des hommes (...) soufflaient dans de longues cannes au bout desquelles ils venaient de cueillir une large goutte d'or qui s'enflait tandis qu'ils faisaient tourner la tige de métal entre les deux paumes (...), prenait la forme d'un cylindre, devenait d'un vert transparent, glauque, en refroidissant, gonflé de bulles comme une eau morte. Vialar, Pt jour,1947, p. 182.
PHYS. Point de goutte. ,,Température à laquelle une substance, passant de l'état solide à l'état liquide (...), laisse tomber une goutte de l'extrémité de l'appareil utilisé`` (Grand. 1962).
Fréq. [Désignant une boisson] Goutte de lait; exprimer quelques gouttes d'un citron; ranimer qqn avec quelques gouttes de liqueur. Elle reprenait ma mère sur un grain de sel, une goutte de vinaigre, un atome de saindoux, un soupçon de farine (Duhamel, Notaire Havre,1933, p. 181).V. aussi appréciateur ex. 2 :
8. Chacun perdait l'esprit, quand la plus âgée des bonnes sœurs, soutenant la tête de la malade, glissa entre ses lèvres la timbale de Boule de suif et lui fit avaler quelques gouttes de vin. Maupass., Contes et nouv., t. 2, Boule de suif, 1880, p. 127.
P. métaph. V. aguet ex. 20.
La dernière goutte. Boire, extraire jusqu'à la dernière goutte. Boire, extraire jusqu'au bout, totalement. Boire son café, un verre de vin jusqu'à la dernière goutte. Alors l'indienne tira de son sein le flacon (...) le porta à ses lèvres et but jusqu'à la dernière goutte (Ponson du Terr., Rocambole, t. 2, 1859, p. 436).Au fig. Il pressure avec méthode le fait « mariage » pour en extraire jusqu'à la dernière goutte ce qu'il contient de poésie vraie et fausse (Montherl., Lépreuses,1939, p. 1405).
[La dernière goutte (de la coupe, du calice) figurant le point extrême de l'amertume, de la douleur qu'on doit supporter] Il en est, en tout cas, une [douleur], qui a dû être pour lui la dernière goutte du calice à boire; l'on n'en connaît vraiment pas de plus amère (Huysmans, Oblat, t. 2, 1903, p. 59).
Faire goutte. [Le suj. désigne un sirop] Couler en formant des gouttes. (Ds Rob.).
En partic. Globule de médicament, qui se détache du bord du flacon légèrement incliné ou du compte-gouttes, et servant de dose. Compter les gouttes. On évalue la goutte à peu près au poids d'un grain (Ac.1798-1932).Lui donner vingt gouttes de laudanum dans un demi-verre d'eau (Zola, Joie de vivre,1884, p. 1087).
Au plur. Médicament actif qui s'administre par gouttes souvent diluées dans de l'eau. Mettre des gouttes dans l'œil, dans l'oreille. Gouttes d'Angleterre, gouttes d'Hoffman (Ac. 1835, 1878). Le médecin arriva et administra un calmant à la mode qu'on appelait des gouttes (Sand, Consuelo, t. 1, 1842-43, p. 173).Mon petit chéri sera bien mignon, bien raisonnable, il va se laisser mettre des gouttes dans le nez bien gentiment (Sartre, Mots,1964, p. 14).
Gouttes amères de Baumé (cf. Codex, 1908, p. 733), gouttes d'atropine (cf. Deschamps d'Avallon, Compendium pharm. prat., 1868, p. 855). Alcool de Lavande ammoniacal, ou Gouttes Anglaises Céphaliques (Code pharm.1821, p. 265).
4. Loc. adv. Goutte à goutte. Une goutte après l'autre. S'amasser, suinter, verser goutte à goutte; verser l'huile goutte à goutte dans une sauce. Au milieu s'élevoit un rocher d'où tomboit goutte à goutte une eau noirâtre, et le bruit foible et sourd des gouttes qui tomboient, étoit le seul bruit qu'on entendît (Lamennais, Paroles croyant,1834, p. 142) :
9. L'eau coulait goutte à goutte d'un chéneau invisible avec une plainte étrange, une sorte de tintement cristallin, pareil à l'appel du crapaud. C'était le seul bruit qui troublât le silence... Bernanos, Crime,1935, p. 804.
P. métaph. et au fig. Petit à petit :
10. En l'homme le savoir est nécessairement gradué, le pouvoir nécessairement rationné : l'homme rampe mètre par mètre, apprend goutte à goutte, acquiert par petites doses. Jankél., Je-ne-sais-quoi,1957, p. 247.
Emploi subst. Au collège d'Harcourt, il n'avait certes pas perdu son temps, mais il n'avait pas pu se faire à l'émiettement des matières, au goutte-à-goutte des leçons, à la pesante lenteur des maîtres (Bremond, Hist. sent. relig., t. 3, 1921, p. 306).
B. − P. ext.
1. Petite quantité de liquide, notamment de boisson. Ne jamais boire une goutte de vin. Il retourna chez lui, grognant : quand j'aurai bu une goutte de café noir et grignoté une croûte de pain, peut-être arriverai-je à me ressaisir (Huysmans, Oblat, t. 2, 1903, p. 38).Eh bien oui, dit Anne-Marie, nous boirions bien une goutte de lait chaud (Pourrat, Gaspard,1931, p. 178).
Goutte de lait. Organisme créé au xixesiècle dans le but de surveiller régulièrement les nourrissons et de leur assurer une distribution de lait; lieu où se déroulent les consultations. Mes enfants, votre père est à sa Goutte de lait, pour la consultation (Duhamel, Nuit St-Jean,1935, p. 66).
Pop. Donner la goutte. Donner une tétée, un biberon (cf. Rigaud, Dict. jargon paris., 1878, p. 179).
2. En partic. Petite quantité de boisson alcoolisée. Et ses yeux allumés encor d'un brin de fièvre Par la goutte de rhum bue en trinquant gaîment Avec moi, présage gentil d'un choc bien plus charmant (Verlaine, Œuvres compl., t. 2, Odes en son honn., 1893, p. 31).Absol. Petit verre d'eau-de-vie, de liqueur. Offrir, payer la goutte :
11. Plantée devant l'Assommoir, Gervaise songeait. Si elle avait eu deux sous, elle serait entrée boire la goutte. Peut-être qu'une goutte lui aurait coupé la faim. Ah! elle en avait bu des gouttes! Ça lui semblait bien bon tout de même. Zola, Assommoir,1877, p. 769.
Arg., vieilli. Boire la goutte. Se noyer. Au fig. ,,Subir une perte d'argent`` (Riv.-Car. 1969). Il avait bu la goutte avec le Panama (Bruant1901, p. 355).Arg. des comédiens. Boire la goutte. Être sifflé. Payer la goutte. ,,Siffler`` (Esn. 1966). V. aussi Richepin, Miseloque, 1893, p. 86.
3. VINIFICATION et FABRICATION DU CIDRE. ,,Première goutte, mère goutte, vin de goutte`` (Littré). ,,Le vin, le cidre qui coule de la cuve ou du pressoir sans qu'on ait pressuré le raisin, les pommes`` (Littré). C'était sa mère-goutte, le plus capiteux de sa récolte, boisson détestable, mais que le Berrichon préfère à tous les vins du monde (Sand, Meunier d'Angib.,1845, p. 350).
Rem. Une var. goutte-mère chez Huysmans dans un emploi métaph. : La luxure est la goutte-mère du démonisme (Là-bas, 1891, p. 149).
C. − P. anal.
1. Ce qui ressemble à une goutte, tache, petit objet. [Le bourreau] − Tu auras soin, Bechlie, d'enlever les gouttes de rouille qui ont délustré ma hache (Hugo, Han d'Isl.,1823, p. 454).
2. Spécialement
a) ARCHIT. ,,Motifs d'ornementation en forme de tronc de cône qui se trouvent dans l'ordre dorique à la base des triglyphes et à la partie inférieure des mutules`` (Lavedan 1964). Les gouttes de la corniche (Ac. 1835-1932); v. aussi Ch. Blanc, Gramm. arts dessin, 1876, p. 156).
b) FOND. ,,Petite partie tirée d'une fonte d'or ou d'argent qu'on remet à l'essayeur pour avoir le rapport du titre`` (Ac. 1835-1932); cf. Chesn. 1857).
c) JOAILL. Goutte d'eau. ,,Variété de topaze`` (Littré). Pierre précieuse ou semi-précieuse transparente taillée en forme de goutte et sertie sur une fine monture. Un diamant que les dames riches ne peuvent garder à l'oreille, c'est la goutte d'eau (Renard, Journal,1905, p. 956).Les pendants : style goutte d'eau. Montés sur métal coloris doré. Pour oreilles percées (Catal. La Redoute, automne-hiver 1979-80, p. 205).
d) MÉTALL. Gouttes froides. ,,Défaut de fonderie caractérisé par la présence, généralement près de la surface des moulages, de petites sphères métalliques de même composition que le métal de base, encastrées dans le métal`` (Bader-Th. 1962).
e) MÉCAN. Rivet en goutte de suif. ,,Suivant la forme de sa tête, le rivet est dit à tête en goutte de suif, à tête sphérique, à tête fraisée`` (Gorgeu, Machines-outils, 1928, p. 51).
f) MÉTÉOR. Goutte froide. ,,Masse d'air froid éloignée de son origine entourée de masses plus chaudes`` (George 1970, s.v. pression).
g) PAPET. Défaut du papier provenant de gouttes d'eau tombées sur la feuille encore en pâte; ce qui en a diminué l'épaisseur (Maire, Manuel biblioth.,1896, p. 341).
REM. 1.
Gougoutte, subst. fém.,synon. pop. (supra B 1).Quand Margot dégrafait son corsage Pour donner la gougoutte à son chat (G. Brassens, Poèmes et chansons, Brave Margot, Paris, Éd. Mus. 57, 1952).
2.
Goutiou, subst. masc.,région. Petite fontaine. Claude, au « goutiou » se lava les mains et le visage (Mauriac, Chair et sang,1920, p. 200).
3.
Goutté, -ée, adj.,hérald. Chargé de gouttes figurées (cf. Littré, Guérin 1892, Lar. 19eSuppl., Lar. 20e). Goutte d'argent, d'azur, d'or (J. Woodward, G. Burnett, A treatise on heraldry, Rutland, Tuttle, 1969, p. 114).
Prononc. et Orth. : [gut]. Ds Ac. 1694-1932. Homon. formes du verbe goûter. Étymol. et Hist. 1. Fin xes. gute « petite quantité de liquide qui prend une forme sphérique » (Passion, éd. d'A. S. Avalle, 128); 2. a) ca 1160 ne [veoir] gote « ne rien [voir] » (Enéas, 195 ds T.-L.), tour gén. employé avec les verbes veoir et oïr; b) fin xiies. d'abord utilisé dans des phrases négatives goute de + subst. « petite quantité de » (Prise Orange, éd. C. Régnier, 463); ca 1200 emploi adv. (Escoufle, 1183 ds T.-L.); 3. ca 1393 mère goute « vin qui coule de la cuve avant toute pression » (Ménagier II, 260, ibid.); 4. p. anal. 1568 archit. goutte (P. Delorme, Architecture, p. 149); 5. 1700 méd. goutte d'Angleterre (J. P. de Tournefort, in Mémoires de l'Académie royale des Sciences, Paris, 73 ds R. Ling. rom. t. 36, p. 228); 6. 1795 goutte « eau de vie » (Fauche-Borel ds ses Mémoires, Paris, 1825, t. 1, p. 303 ds R. Philol. fr. t. 24, p. 110). Du lat. gutta « goutte d'un liquide », « petite partie de » et terme d'architecture. Bbg. Le Pelley (R.). Le Vocab. de l'eau-de-vie. In : Colloque sur le Fr. parlé ds les Villages de Vignerons. Paris, 1977, pp. 89-96. - Yvon (H.). Les Expr. négatives ds la Queste del St Graal. Romania. 1959, t. 80, pp. 74-75; p. 77.

GOUTTE2, subst. fém.

A. − Gén. au sing. Maladie souvent héréditaire due à un excès d'acide urique dans l'organisme et caractérisée par des accès inflammatoires aigus très douloureux touchant principalement les articulations, notamment celles du gros orteil. Accès, crise de goutte; être pris d'une violente attaque de goutte. Goutte chaude, froide (Ac. 1798-1878); goutte vague (Ac. 1835, 1878). Des nœuds de goutte déformaient ses doigts disséqués par la maigreur (Hugo, Homme qui rit, t. 1, 1869, p. 76).V. aussi ankyloser ex. 2 :
Aujourd'hui, je suis vieux, mon Hélène (...). Je ne suis plus qu'un pauvre vieillard, mangé de goutte et de rhumatismes, criblé de douleurs et d'infirmités. Sandeau, Mllede La Seiglière,1848, p. 266.
Goutte remontée, rétrocédée ou métastatique. ,,Accidents viscéraux ou nerveux qui peuvent remplacer brusquement un accès de goutte articulaire à la suite d'un traitement énergique`` (Méd. Biol. t. 2 1971). Il est mort d'une goutte remontée (Ac.1798-1878).V. aussi Geoffroy, Méd. prat., 1800, p. 419.
Goutte abarticulaire, viscérale (Méd. Biol. t. 2 1971). Troubles viscéraux, nerveux, etc., observés chez les goutteux.
Goutte saturnine. ,,Manifestations articulaires du saturnisme rappelant celles de la goutte`` (Garnier-Del. 1978). Cette uricémie (...) peut aboutir à une variété de goutte (goutte saturnine) remarquable par sa tendance à envahir plusieurs jointures (Roger dsNouv. Traité Méd. fasc. 6, 1925, p. 54).
SYNT. Goutte articulaire aiguë (anton. goutte articulaire chronique); goutte nouée, rhumatismale, tophacée; être perclus de goutte; avoir la goutte aux pieds, aux genoux, aux mains.
Proverbes
La goutte vient de la goutte. ,,La goutte est causée par l'intempérance dans le boire`` (Littré).
N'avoir pas la goutte aux pieds. Être prêt à s'enfuir (d'apr. Littré).
Aux fièvres et à la goutte, les médecins ne voient goutte. (Ds Ac. Compl. 1842, Littré, Rob.).
Goutte tracassée est à demi pansée. L'exercice physique est recommandé aux goutteux (d'apr. Rob.).
B. − P. anal., vieilli. Goutte + adj. ou subst. en appos.Maladie que l'on attribuait à l'infiltration de gouttes d'humeur. Goutte migraine (Méd. Biol.t. 21971).
Goutte rose. Couperose (Littré-Robin 1865).
Goutte sciatique. Douleur siégeant le long du nerf sciatique (Ac. 1798-1878; v. aussi Balzac, Peau chagr., 1831, p. 232).
Goutte sereine. Paralysie du nerf optique entraînant la perte partielle ou totale de la vue. Synon. amaurose.Il a perdu tout d'un coup la vue par une goutte sereine (Ac.1798-1878).Êtes-vous né aveugle, ou êtes-vous aveugle par ... − Par accident, répondit-il vivement, une mauvaise goutte sereine (Balzac, Facino Cane,1836, p. 377).
REM.
Goutte-crampe, subst. fém.Synon. vieilli de crampe (cf. Ac. 1798-1878).
Prononc. et Orth. : [gut]. Ds Ac. dep. 1694. Homon. formes du verbe goûter. Étymol. et Hist. Ca 1170 male gote dans une formule d'imprécation (Béroul, Tristan, éd. E. Muret, 1916); ca 1200 goute (Auberee, éd. A. Ebeling, 167). De goutte1*, parce que cette maladie était attribuée à des gouttes d'humeur viciée.
STAT. Goutte1 et 2. Fréq. abs. littér. : 4 118. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 5 287, b) 8 121; xxes. : a) 6 841, b) 4 535.

Wiktionnaire

Nom commun

goutte \ɡut\ féminin

  1. Très petite quantité d’un liquide qui se détache avec une forme sphérique.
    • Une petite pluie froide faisait furtivement briller la couverture d’un appentis et tinter sur le zinc, à de rares intervalles, de pesantes gouttes d’eau qui s’échappaient d’une chanlatte percée. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • « Putain de bordel de merde ! » vociféra Chak, le visage perlé de gouttes de sueur. — (Pierre Bordage, Les Derniers Hommes, épisode 2: Le cinquième ange, Éditions Au Diable Vauvert, 2010, chap. 15)
    • Une bâche de 1000 m² qui la recouvre et un dispositif d’aspersion de gouttes d’eau contribuent à éviter les projections alentour et à limiter la diffusion des poussières. — (Vincent Charbonnier, La déconstruction inédite d’une tour lyonnaise, dans l’Usine nouvelle du 22 mars 2012, page 24)
  2. (Figuré) Très petite quantité d’un liquide.
    • Enfin, elle articula timidement, d’une voix aiguë et mal assurée comme un violon qui crincrine : — Vous n’auriez pas une goutte de lait ? — (Jacques Yonnet, Enchantements sur Paris‎, 1966, page 77)
  3. (Familier) Eau-de-vie.
    • Nous avons été ensemble boire une petite goutte au débit d’à côté ; le pauvre vieux ne déteste pas ça, quoi qu’il n’en ait jamais abusé. — (Émile Thirion, La Politique au village, Fischbacher, 1896, page 133)
    • Il entra pour boire une goutte et fit la paix avec son cousin. — (Pierre Gamarra, Rosalie Brousse, chapitre IV ; Éditeurs Français Réunis, Paris, 1953)
    • Le grand-père, pendant toute sa vie, n'avait jamais touché une goutte d'alcool. Un litre de vin par jour, parce que pour un tailleur de pierre, qui travaille toujours en plein air, le vin est une nourriture : mais jamais d'apéritif, et il refusait toujours la goutte. — (Marcel Pagnol, Le temps des secrets, 1960, collection Le Livre de Poche, page 51)
    • Elle bougonnait, puis elle apportait la casserole de café bouillante avec ses filets de mousse blanche, elle versait la goutte sur le fond de sucre collé dans la tasse. Tout le monde rinçait la tasse avec la goutte, en la remuant doucement. — (Annie Ernaux, La femme gelée, 1981, réédition Quarto Gallimard, page 327)
  4. (Figuré) Quantité insignifiante.
    • C’est une goutte d’eau.
  5. (Pharmacie) Mesure de certaines liqueurs qui s’emploient à très petite dose.
    • On évalue la goutte à peu près au poids d’un grain.
  6. (Au pluriel) Certains remèdes liquides qui ne s’administrent ordinairement qu’à très petites doses, à cause de leur énergie.
  7. (Métallurgie) Petite partie tirée d’une fonte d’or ou d’argent qu’on remet à l’essayeur pour avoir le rapport du titre.
  8. (Verrerie) Quantité de verre en fusion qui sert de matière à élaborer un objet.
  9. (Architecture) (Ornement) Petits ornements de forme conique placés dans le plafond de l’ordre dorique ou sous les triglyphes.
    • Les gouttes de la corniche.
  10. (Nosologie) Affection caractérisée par des troubles articulaires, due à l’accumulation de l’acide urique dans l’organisme (hyperuricémie).
    • La vieille dame mourut de joie et d’une goutte remontée au cœur, en revoyant à Tours le duc d’Angoulême. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Les podagres doivent-ils s'abstenir entièrement de vin ? Il y a un axiome populaire qui dit : buvez ou ne buvez pas de vin , et vous n'en aurez pas moins la goutte. — (Édouard Monneret & Louis Fleury, Compendium de médecine pratique, tome 4, Béchet jeune & Labbé, 1841, page 357)
    • Ses doigts malhabiles, enflés par la goutte, lui obéissaient très mal. — (Ivan Tourgueniev, L’Exécution de Troppmann, avril 1870, traduction française de Isaac Pavlovsky, publiée dans ses Souvenirs sur Tourguéneff, Savine, 1887)
    • La goutte abarticulaire est celle qui s'installe ailleurs que sur les articulations. La goutte abarticulaire peut être aiguë, paroxystique, ou bien larvée. La goutte abarticulaire paroxystique est celle qui fait le mieux ses preuves. — (Charles Achard, Maladies de la nutrition: rhumatisme chronique, Éditions Maloine, 1922 , p 366)
    • Jamais Clément Talon ne faisait un pas qui ne fût absolument nécessaire ; il marchait lentement, lourdement, avec quelque chose de contraint qui me porte à croire qu’il souffrait de la goutte. — (Julien Green, Le voyageur sur la terre, 1927, Le Livre de Poche, page 128)
  11. (Vosges) Ruisselet, tout petit ruisseau.
    • Les différentes gouttes alimentent la rivière principale en amont.
    • (Toponymie) Goutte de Parfongoutte, Goutte du Raindé, Goutte du Couchetat — (Ruisseaux de la Bresse)
  12.  (Héraldique) Meuble dans la forme d'une goutte, hémisphérique vers le bas et pointue vers le haut.

Adverbe

goutte \ɡut\ invariable

  1. (Vieilli) Pas, rien. Utilisé avec ne pour négation.
    • Mais à sa grande surprise, la liste de présence dont elle se sert tous les jours est couverte de signes mystérieux auxquels elle ne comprend goutte. — (Pierre Barthelemy, Passeur de sciences, 2014)
    • N’y comprenant goutte et sentant mon cœur battre douloureusement, je rentre chez moi. — (Anton Tchekhov, Fragments du journal d’un irascible, traduction Anne Coldefy-Faucard, Librio 698, 2004, E.J.L.)
    • On retrouve là cette combinaison bien connue d’arnaque et de faux-semblant (puisque personne n’avait le droit de parler des sociétés véreuses des îles Caïmans) au sein d’un dispositif sciemment conçu pour être inintelligible à tous. Les managers à qui l’on refilait le bébé n’y comprenaient goutte, pour la bonne raison qu’il n’y avait rien à y comprendre : ce n’était qu’un absurde rituel. — (David Graeber, traduit par Élise Roy, Bullshit jobs, Les liens qui libèrent, 2018, ISBN 979-10-209-0633-5)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GOUTTE. n. f.
Petite partie d'une chose liquide. Goutte d'eau de vin, de bouillon, d'huile, d'encre, de suif, de plomb fondu, etc. Ce vin se conservera bon jusqu'à la dernière goutte. Il n'en reste pas une goutte. Des gouttes de pluie commençaient à tomber. Il pleut à grosses gouttes. Des gouttes de rosée. Suer à grosses gouttes.

Littré (1872-1877)

GOUTTE (gou-t') s. f.
  • 1Globule qui se détache de la masse d'un liquide. Une goutte de plomb fondu. Si tous les hommes de la terre ne sont devant ses yeux [de Dieu] qu'une goutte d'eau et un peu de poussière, comme parle l'Écriture, Nicole, Ess. mor. 3e traité, ch. 5. Non-seulement il se trouve quelquefois des gouttes d'eau renfermées dans le cristal de roche ; mais on en voit encore plus souvent dans les agates et autres pierres vitreuses qui n'ont qu'une demi-transparence, Buffon, Min. t. VI, p. 140. La figure sphérique des gouttes de la rosée produirait-elle dans les rayons de la lumière des réfractions nuisibles aux feuilles ? Bonnet, Us. feuilles plant. 2e mém.

    Se ressembler comme deux gouttes d'eau, se ressembler beaucoup. Ces deux sœurs se ressemblent comme deux gouttes d'eau.

    On ne peut dire comme deux gouttes d'eau qu'en nommant deux personnes ; et la locution devient fausse quand on n'en nomme qu'une seule, comme dans ces phrases de Mme de Maintenon et de Voltaire : Mme de St-Pars trouve que M. d'Auxerre vous ressemble comme deux gouttes d'eau, Maintenon, Lett. à Mme de Caylus, 11, oct. 1715. Nous avions parmi les spectateurs [d'une représentation de l'Orphelin de la Chine à Ferney] une espèce de Kalmouk qui disait que je ressemblais à Gengis-khan comme deux gouttes d'eau, et que j'avais le geste tout à fait tartare, Voltaire, Lett. d'Argental, 6 juill. 1763. On en a fait plaisamment ressortir le vice en disant de la rivière artificielle de Trianon qu'elle ressemble à une vraie rivière… comme deux gouttes d'eau.

    On dit dans le même sens : comme deux gouttes de lait. Et vos airs dans les siens sont si reconnaissables, Que deux gouttes de lait ne sont pas plus semblables, Regnard, Ménechmes, I, 2.

    Suer à grosses gouttes, être tout couvert de sueur. Il suait à grosses gouttes, quoique ce fût au mois de janvier, Guez de Balzac, le Barbon.

    Se dit des larmes. De grosses gouttes coulaient le long de ses joues.

    Il se dit aussi des mucosités nasales. Il a toujours la goutte au nez.

    Fig. Il passerait entre les gouttes de pluie, se dit d'un homme adroit, qui sait se ménager entre les difficultés, entre les partis.

    Fig. C'est une goutte d'eau dans la mer, se dit d'une petite quantité qui se perd dans une plus grande. Après des siècles d'efforts réunis et continus, les secrets que vous aurez arrachés à la nature, comparés à son immense richesse, ne seront que la goutte d'eau enlevée au vaste océan, Raynal, Hist. phil. XIX, 4.

  • 2 Par extension, petite quantité de liquide. Prenez une goutte de ce bouillon. Je vous promets qu'il n'en laissera goutte [d'un breuvage], La Fontaine, Mandr. Les fontaines sans une goutte d'eau, Sévigné, 291. Une goutte d'eau éternellement demandée et éternellement refusée, le ciel de fer sur ta tête, la terre d'airain sous tes pieds, voilà ce que mérite ton indifférence [du mauvais riche], Bossuet, Pens. chrét. 12.

    Fig. …Que Dieu lui-même puise au lac de sa bonté, Et qu'il donne ici-bas sa goutte à tout le monde, Lamartine, Joc. IX, 284.

    Fig. Une goutte d'eau, une très petite quantité de quoi que ce soit, et qui est tout à fait insuffisante pour les besoins. Le roi fit donner six cents livres de gratification à chaque capitaine de cavalerie, et trois cents livres à chaque capitaine d'infanterie : tout cela ensemble coûta beaucoup ; mais pour chacun ce fut une goutte d'eau, Saint-Simon, 60, 15.

    La dernière goutte, la petite quantité qui emplit le vase et le fait déborder. Ce courrier de Bavière, qui était arrivé le jeudi au soir, et dont il ne vint rendre compte que le samedi à cinq heures du soir, a été la dernière goutte qui a fait répandre le verre, Sévigné, 390.

    La dernière goutte est aussi celle du fond. Ils ont bu jusqu'à la dernière goutte. Ce vin se conservera bon jusqu'à la dernière goutte.

  • 3Goutte se dit du sang qui coule dans les veines ou hors des veines. Tant qu'il lui restera une goutte de sang dans les veines, il combattra pour sa patrie. Il est de tout son sang comptable à la patrie ; Chaque goutte épargnée a sa gloire flétrie, Corneille, Hor. III, 6. Sans qu'il en coûte à Rome une goutte de sang, Corneille, Tite et Bérén. II, 1. Résolu de défendre et l'Église et le pasteur jusqu'à la dernière goutte de son sang, Fléchier, Hist. de Théodose, III, 56.

    Fig. S'ils ont quelque goutte de sang français dans les veines et quelque amour pour la gloire de leur pays, Voiture, Lett. 74. Si du sang de nos rois quelque goutte échappée…, Racine, Athal. I, 1.

    Fig. N'avoir pas une goutte de sang dans les veines, être saisi d'effroi, d'horreur.

    Fig. La dernière goutte du sang, tout ce qu'on a de ressources, d'argent. J'avais mis jusqu'à la dernière goutte de mon sang à cet établissement très utile, sans y avoir d'autre intérêt que celui de bien faire, Voltaire, Lett. d'Argental, 3 nov. 1776.

  • 4 Populairement. Petit verre plein d'eau-de-vie ou autre liqueur spiritueuse. Offrir, accepter une goutte. Aimer la goutte, aimer l'eau-de-vie. À quatorze ans dans les déserts Je vous portais la goutte, Béranger, Vivand.
  • 5 Terme de pharmacie. Mesure de certains liquides médicamenteux qui s'emploient à très petite dose. Huit gouttes de laudanum de Sydenham. La goutte est la petite quantité de liquide qui se détache sous forme sphérique du bord d'un flacon ou d'une fiole doucement inclinée.

    Gouttes d'Angleterre, médicament liquide dont un sel d'ammoniaque fait le principe excitant. Ces paroles firent sur l'âme de l'Ingénu l'effet des gouttes d'Angleterre qui rappellent un mourant à la vie et lui font entr'ouvrir des yeux étonnés, Voltaire, Ingénu, 10. Suzanne, des gouttes à ta maîtresse ! tu sais comment je les prépare, Beaumarchais, Mère coupable, IV, 18.

  • 6 Fig. Il se dit de taches colorées. Il [le martin pêcheur huppé] est parsemé de gouttes blanches, jetées par lignes transversales sur un fond gris noirâtre du dos à la queue, Buffon, Ois. t. XIII, p. 277.
  • 7 Populairement. Goutte militaire, nom donné aux blennorrhagies devenues chroniques, qui ne se caractérisent plus que par une goutte se montrant de temps en temps au méat urinaire, ainsi dite parce qu'il arrive souvent aux soldats de contracter la blennorrhagie.
  • 8 Terme de fondeur. Petite partie tirée d'une fonte d'or et d'argent qu'on remet à l'essayeur pour en reconnaître le titre. Prendre la goutte, faire essai.
  • 9 Terme d'architecture. Petits ornements de forme conique qui se placent dans les plafonds.
  • 10Chez les horlogers, petite plaque ronde convexe d'un côté et concave de l'autre.
  • 11Chez les potiers d'étain, petits trous qui se forment aux pièces d'étain dans les moules.
  • 12Goutte d'eau, variété de topaze.
  • 13Goutte de lin, la cuscute.
  • 14Goutte bleue, volute hispidule (coquille).
  • 15Goutte se joint à la négation pour lui donner plus d'énergie, comme pas, point, et anciennement mie (ces mots exprimant une petite quantité en général et voulant dire qu'il n'y a goutte, pas, point, miette de la chose dont il s'agit). Sous Henri, c'est ne voir goutte Que de révoquer en doute Le salut des fleurs de lis, Malherbe, II, 2. Pour moi je ne vois goutte en ce raisonnement, Corneille, Nicom. III, 4. Quand on est mort, qu'on ne voit goutte, Malheur que surtout je redoute : Car quand on ne voit goutte, on est Croquignolé par qui vous plaît, Scarron, Virg. III. …J'avoue en bonne foi Que mon esprit d'abord n'y voyait goutte, La Fontaine, Confid. Une valeur brutale qui ne voit goutte et qui ne sait que mépriser la vie, n'est pas celle d'un honnête homme ni d'un roi, Pellisson, Conversat. de L. XIV devant Lille, p. 24. C'était un temps à n'y voir goutte du brouillard, Sévigné, 610. Hélas ! combien de grands docteurs qui ne voient goutte, croyant tout voir ! Fénelon, t. XVIII, p. 111. Je vous dirai, monseigneur, que je n'entends goutte à l'être simple de Wolf, Voltaire, Lett. Prusse, 29.
  • 16Goutte à goutte, loc. adv. Goutte après goutte. Je ne puis tuer mon esclave ; mais je puis faire couler son sang goutte à goutte sous le fouet d'un bourreau, Raynal, Hist. phil. XI, 24.

    Fig. Ce peuple réprouvé [les Juifs] ne sert plus qu'à montrer la malédiction et la vengeance divine qui distille sur lui goutte à goutte, Fénelon, t. XVII, p. 190. De mépris, de dégoûts, d'outrages ténébreux Abreuve goutte à goutte un vieillard malheureux, Ducis, Lear, I, 4.

  • 17Mère goutte, ou première goutte, le vin, le cidre qui coule de la cuve ou du pressoir, sans qu'on ait pressuré le raisin, les pommes. Tous les ans son maître d'hôtel allait recueillir la mère goutte des meilleurs celliers de Bourgogne, Marmontel, Mém. v.

    On dit aussi vin de goutte.

    Fig. Pressurer quelqu'un jusqu'à la dernière goutte, en tirer tout ce qu'on peut en arracher.

    PROVERBE

    La goutte creuse la pierre.

HISTORIQUE

XIIe s. Ne dirai mès que veez gote, Benoit de Sainte-Maure, II, 15043.

XIIIe s. Son repaire [de l'étoile polaire] sevent [ils suivent] à route, Quant li tans n'a de clarté goute, Tout cil qui font ceste maistrise, Lais inédils, p. III. Se toutes les goutes de mer Estoient langues por parler, Salut d'amors, dans JUBINAL, t. II, p. 261. Et c'est bien à savoir certain Qu'on le puet bien veoir à plain ; Goute de rousée resamble, Quant l'une goute à l'autre assamble, Rutebeuf, II, 223. Quant je entrai leans, es barons firent touz si grant joie que en ne pooit goute oïr, et en louoient nostre Seigneur, Joinville, 242.

XIVe s. 3. La mere goute, c'est-à-dire la fleur du vin, Ménagier, II, 5. Un chasuble, tunique et dalmatique de camocaz noir, goutté de goutes blanches, pour l'office des morts, Du Cange, gutta.

XVe s. Oncques goutte d'eau du ciel durant six semaines n'y cheÿ, tant fit chaud et sec, Froissart, II, III, 8. Et si sa dame à la fenestre vient Soy monstrer goutte [un peu], Ou se le vent une fenestre boute, Dont il cuide que sa dame l'escoute, S'en va coucher joyeulx, n'en faites doubte, Chartier, Poésies, p. 559.

XVIe s. Enfans, ne pleurez goutte, il est encores tout chauld, je vous le guariray aussi sain que il feut jamais, Rabelais, Pant. II, 30. Tant qu'il nous demeure quelque goutte de justice, Calvin, Inst. 583. Ils ne sont point une seule goutte plus purs en doctrine, voire s'ils n'y sont plus impurs, Calvin, ib. 842. Et estant presque hors d'aleine, souffloit et suoit à grosses gouttes, Amyot, Phocion, 13. [Vous qui êtes] la pure cresme de nos provinces, la mere goute de nos gouvernements, Sat. Mén. Harangue de M. de Lyon.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

1. GOUTTE. Ajoutez :
18 Terme d'astronomie. Goutte noire, dite aussi pont et ligament noir, tache noire qui se montre lors des passages de Vénus au contact du soleil et de la planète, Ch. André, Acad. des sc. Comptes rendus, t. LXXXIII, p. 946.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

GOUTTE, s. f. (Physiq.) petite portion de fluide détachée du reste.

La forme sphérique que prennent les gouttes des fluides, n’a pas laissé que d’embarrasser les Philosophes. L’explication que l’on en donnoit autrefois, étoit que la pression égale & uniforme du fluide environnant ou de l’atmosphere, obligeoit les gouttes à prendre cette figure ; mais cette raison n’est plus recevable depuis que nous savons que le même phénomene a lieu dans le vuide, comme en plein air.

Les philosophes Newtoniens l’attribuent à l’attraction, laquelle étant mutuelle entre les parties du fluide, les concentre, pour ainsi dire, & les rapproche les unes des autres aussi près qu’il est possible ; ce qui ne sauroit arriver, sans qu’elles prennent une forme sphérique.

Voici comme s’explique sur ce sujet M. Newton : Guttæ enim corporis cujusque fluidi, ut figuram globosam inducere conentur, facit mutua partium suarum attractio ; codem modo quo terra mariaque in rotunditatem undique conglobantur, partium suarum attractione mutuâ, quæ est gravitas. Opt. page 338. Voyez Attraction.

En effet, si on imagine plusieurs corpuscules semblables qui s’attirent mutuellement, & qui par leur attraction se joignent les uns aux autres, ils doivent nécessairement prendre la figure sphérique, puisqu’il n’y a point de raison pourquoi un de ces corpuscules sera placé sur la surface de la goutte d’une autre maniere que tout autre corpuscule, & que la figure sphérique est la seule que la surface puisse prendre pour que toutes les parties du fluide soient en équilibre. Quoique cette explication soit plausible, du moins en admettant le principe de l’attraction, cependant il ne faut pas abuser de ce principe pour expliquer le phénomene de l’adhérence des particules fluides. Voyez Adhérence & Cohésion. (O)

Goutte & Gouttes, (Pharmacie.) La goutte est la plus petite mesure des liquides.

Le poids d’une goatte est évalué par approximation à un grain. On conçoit que ce poids doit varier selon la pesanteur spécifique ou la tenacité de chaque liquide.

On prescrit par gouttes les liqueurs qu’on employe à très petite dose pour l’usage intérieur ; telles que les baumes, les huiles essentielles, les élixirs, les mixtures, les esprits alkalis volatils, certaines teintures.

Quelques liqueurs composées de cette classe, ont tiré de cet usage d’être ordonnées par gouttes le nom de gouttes. C’est sous ce nom que les mixtures magistrales qui agissent à très-petite dose, sont ordonnées communément, quoique l’on puisse déterminer par gros, & même par cuillerées, la quantité de ce remede excédent trente ou quarante gouttes.

C’est cette forme de remede qui est appellée dans Gaubius (method. concinnandi formulas medicament.) mixtura contracta ; & dans Juncker, (consp. therap. gen.) mixtura concentrata.

On trouve dans les pharmacopées plusieurs compositions sous le nom de gouttes. Celle de Paris en renferme deux : savoir, les gouttes d’Angleterre anodynes, & les gouttes d’Angleterre céphaliques.

Gouttes d’Angleterre anodvnes. Prenez d’écorce de sassatras, de racine de cabaret, de chacun une once ; de bois d’aloës demi-once ; d’opium choisi deux gros ; de sels volatils de crane humain & de sang humain, de chacun demi-gros ; d’esprit-de-vin rectifié une livre : digérez à une chaleur douce pendant vingt jours, décantez & gardez pour l’usage dans un vaisseau fermé.

L’opium est dans cette préparation environ une quarante-huitieme partie du tout ; par conséquent il faut en donner deux scrupules ou environ cinquante gouttes, pour avoir un remede narcotique répondans à un grain d’opium.

Gouttes d’Angleterre céphaliques. Prenez de l’esprit volatil de soie crue avec son sel, quatre onces ; d’huile essentielle de lavande un gros ; d’esprit-devin rectifié demi-once : faites digérer pendant vingt quatre heures, & distillez doucement au bain marie jusqu’à ce qu’il s’éleve de l’huile ; gardez pour l’usage. Voyez à l’art. suivant un procedé un peu différent.

Ce n’est ici proprement qu’un esprit volatil aromatique huileux ; il ne differe de celui qu’on trouve sous ce nom générique dans la pharmacopée de Paris, qu’en ce que sa composition est beaucoup plus simple que celle de celui-ci, & qu’on y employe un alkali volatil plus gras, celui de soie, au lieu de celui de sel ammoniac ; mais ces différences ne sont point essentielles quant aux vertus medecinales. V. Esprit volatil aromatique huileux. (b)

Gouttes de Goddard, (Chim.) remede chimique qui a fait autrefois beaucoup de bruit, & qui a été fort vanté pour les vertus qu’on lui attribuoit dans les foiblesses, l’assoupissement, la léthargie, l’apoplexie, & autres maladies aussi graves.

Goddard son inventeur exerçoit la Medecine à Londres avec réputation sous le regne de Charles II. Ce prince eut bien de la peine à obtenir de lui son secret pour vingt-cinq mille écus ; mais enfin il le lui vendit cette somme par respect & par égard : c’est ce qui a fait donner à ce remede en France le nom de gouttes d’Angleterre, qu’on appelloit dans le pays gouttes de Goddard.

Charles II. ne tarda pas à communiquer à ses medecins la composition des gouttes de Goddard ; cependant elle a été long-tems un mystere, connu seulement de quelques anglois qui le cachoient aux étrangers. Mais Lister célebre par divers ouvrages, persuadé que cette jalousie de nation est ennemie du genre humain, découvrit la préparation à M. de Tournefort, qui l’a rendue publique. La voici.

Prenez de la soie crue, remplissez-en une cornue luttée ; donnez-y un feu doux, il en sortira un phlegme, un sel volatil, & une huile qui se fige comme du beurre. Prenez quatre onces de sel volatil, une dragme d’huile de lavande & huit onces d’esprit-devin ; mettez le tout dans une petite cornue de verre, adaptez-y un récipient, luttez les jointures ; placez-la sur le feu de sable, le sel passera d’abord en forme seche ; ensuite viendra l’esprit éthéré de lavande & de vin imprégné du sel volatil : voilà les gouttes de Goddard.

Ces gouttes ne sont donc que l’esprit volatil de soie crue, rectifié avec l’huile essentielle de lavande ; & M de Tournefort a trouvé par expérience qu’elles n’ont aucun avantage sur les préparations de la corne de cerf & du sel ammoniac, si ce n’est par une odeur plus supportable.

Cependant leur préparation nous apprend comment il faut faire les sels volatils huileux. En effet, au lieu de sel de la soie, on peut se servir de sel ammoniac & du tartre en parties égales. On met le mélange dans une cucurbite de verre ou de grès, on y verse de bon esprit-de-vin jusqu’à ce qu’il surpasse la matiere de quatre doigts ; on brouille les matieres, on ajuste un chapiteau & un récipient à la cucurbite, on lutte les jointures, on pose le vaisseau sur le sable ; on lui donné un feu leger durant deux ou trois heures, il vient un sel & un esprit ; lorsqu’il ne sort plus rien, on délutte les vaisseaux, on met le sel volatil dans une cucurbite ; sur une once, on verse deux dragmes de quelque essence aromatique, on remue la matiere, on adapte un chapiteau à la cucurbite avec un récipient, on lutte les jointures, on pose cette cucurbite sur le sable ; on lui donne un petit feu, il s’élevera un sel volatil ; & alors vous laisserez refroidir le vaisseau pour retirer votre sel.

Ces sels volatils huileux passerent dans les commencemens pour des panacées, de sorte qu’on les multiplia de tous côtés. De-là vinrent plusieurs sortes de liqueurs ou de teintures qu’on appella indistinctement gouttes d’Angleterre, & que l’on confondit souvent au grand préjudice des malades, puisque les unes étoient de simples mélanges de sels ou esprits volatils & d’essences aromatiques, & les autres étoient des mélanges de teinture d’opium distillé, & de quelques esprits volatils. Or on sent bien que les opérations de ces deux différens remedes, sous le même nom, devoient être très-différentes. Aujourd’hui les gouttes d’Angleterre ou de Goddard ont fait place à d’autres remedes du même genre, sel d’Angleterre, teinture de karabé, esprit-de-sel ammoniac, & plusieurs autres semblables à qui l’on donne tous les jours de nouveaux noms pour renouveller leur débit ; & cette ruse ne manquera jamais de succès. (D. J.)

Goutte, parmi les Horlogers ; c’est une petite plaque ronde convexe d’un côté, & plate ou concave de l’autre ; on l’appelle aussi quelquefois goutte de suif. Dans une montre la goutte de la grande roue sert à la maintenir toûjours contre la base de la fusée. Cette goutte est souvent quarrée, pour qu’on puisse la prendre avec des pincettes, & l’enfoncer avec force sur l’arbre de la fusée. Elle est ordinairement noyée dans la petite creusure de la grande roue, qui est opposée à celle où est l’encliquetage. Voyez Fusée, Grande Roue, &c. Voyez nos Planches de l’Horlogerie, & leur explication. (T)

GOUTTE, s. f. (Medecine.) maladie, douleur des jointures ou articulations.

La goutte signifie en françois ce que les Grecs ont désigné par le mot ἀρθρῖτις dérivé d’ἄρθρον, jointure ou articulation ; & les Latins, par morbus articularis, dolor juncturarum.

Les auteurs latins, dit Sennert, se sont barbarement servis du mot gutta, goutte, pour nommer quelques maladies aiguës ou chroniques, fort différentes entr’elles. De l’aveu du plus grand nombre, ils ont donné ce nom aux maladies brusques, subites, indépendantes d’aucune cause connue, qui frappent tout-d’un-coup, & qui semblent tomber du ciel comme une goutte de pluie ; telles sont l’apoplexie, l’épilepsie, la crampe, &c. Ils l’ont aussi donné aux maladies, pour la production desquelles ils ont cru qu’il suffisoit d’une ou de quelques gouttes de l’humeur propre à les engendrer : telle est la goutte serene, la goutte rose, & la maladie dont il est question, qui s’est acquise le droit & le privilége de porter le nom de goutte, comme par excellence.

C’est la douleur des articulations, lorsqu’elle est l’effet d’une cause cachée & ignorée, qui caractérise la goutte. La douleur qui suit les luxations, les entorses, les foulures, les coups, les chûtes, les violens exercices du corps, les grandes fatigues, la fievre, le mauvais régime, &c. qui sont des causes évidentes, ne porte point le nom de goutte ; les douleurs même, si ressemblantes à la goutte, si analogues avec elle, peut-être aussi violentes, aussi intolérables, qui y dégenerent quelquefois, qui attaquent plusieurs articulations en même tems, souvent toutes ensemble, ou qui les parcourent successivement, ces douleurs ne sont point goutte, quand elles sont l’effet d’une cause connue ou d’une intempérie de chaud & de froid, mais rhumatisme. Voyez Rhumatisme ou Catarrhe.

Il y a lieu de penser que les anciens n’ont pas fait la différence de ces maladies, comme nous la faisons, & qu’ils ont donné le même nom d’arthritis à toutes les douleurs des articulations, soit goutteuses, rhumatiques ou catarrhales, comme l’observe & le pratique Gainerius, de ægritudine juncturarum, cap. j. Aussi ne trouve-t-on ni nom, ni description de rhumatisme dans les ouvrages des premiers medecins jusqu’au tems de Galien, à qui Cardan ne laisse pas de reprocher qu’il confond l’arthritis avec la podagre.

Description. La goutte est cette douleur vive & presque toûjours brûlante des articulations, qui, à l’âge de 30 à 40 ans, comme l’a si bien décrit Sydenham, commence sans aucune raison & en pleine santé par attaquer la jointure du gros doigt du pié, & du pié gauche le plus souvent, quelquefois le talon ou la cheville, & quelquefois aussi, mais rarement, quelqu’une des articulations des doigts de la main, qui s’annonce ordinairement à la fin de Janvier ou au commencement de Février par un tiraillement & un déchirement à la partie affectée, qui sur les deux heures après minuit éveillent le patient en sursaut, vont en augmentant jusqu’au matin, redoublent encore le soir, & ne se calment que le lendemain vers la pointe du jour, qui au bout des premieres 24 heures produisent un peu de gonflement, de la rougeur à la peau, l’élévation & l’engorgement des veines, une chaleur, & quelquefois un feu semblable à celui d’un tison embrasé qu’on sent avec la main en l’approchant d’assez loin ; enfin une impuissance au mouvement & une imbécillité de forces, qui rendent la partie attaquée incapable d’aucun exercice.

La goutte prélude souvent par quelque douleur irréguliere à quelque doigt des piés & des mains, & par la débilité de l’articulation attaquée, qui se dissipe sans qu’on sache pourquoi, comme elle étoit venue : c’est en ce cas qu’elle est méconnue, & qu’on ne manque pas d’en accuser un soulier, un faux-pas, quelque coup, une entorse, &c. Elle ne se fait connoître qu’en se mettant en regle, lorsque l’excès de la douleur surpasse le pouvoir de la cause qu’on accusoit ; & lorsque ses retours, sa durée, son siége, & ses autres accidens viennent à la caractériser, à dissiper un doute dans lequel on se plaisoit, & à manifester une vérité qu’on eût voulu pour son repos ignorer pour jamais.

La douleur qui s’étoit d’abord fixée au gros doigt du pié, qui n’en avoit affligé qu’un, les attaque dans les paroxysmes suivans tous les deux à-la-fois, ou successivement ; elle s’étend sur le tarse & le métatarse, monte aux malléoles, aux genoux, aux hanches, aux vertebres, tandis qu’elle fait le même progrès des doigts de la main au métacarpe, au carpe, au coude, au bras, à l’épaule, & grimpe enfin jusqu’à l’articulation de la mâchoire, & même jusqu’aux sutures des os du crane. Elle étend son domaine en vieillissant, & toûjours plus cruelle & plus opiniâtre, sans abandonner les premiers membres qu’elle a perclus & rendus presqu’insensibles à force de souffrances, elle s’empare de ceux où le sentiment est encore dans son entier, les parcourt, les ravage, jusqu’à ce que le corps accablé, vaincu, périt enfin sous la violence du mal.

Il n’est aucune articulation, aucune suture qui ne puisse être le siége de la goutte, & qui ne le devienne en effet par succession ou par bizarrerie de la maladie ; mais c’est alors un évenement extraordinaire. Elle se borne communément aux piés, aux mains, & à la hanche, qui sont les trois endroits par où elle a coûtume de débuter. C’est à raison de ces trois siéges ou de ces trois origines principales, que les Grecs lui ont donné des noms particuliers, composés du nom de la partie attaquée & du mot grec ἄγρα, qui signifie capture ou saisissement. Ainsi de ποδον, pié, ils ont fait ποδαγρα, podagre, c’est-à-dire saisissement du pié ou la goutte au pié ; de χείρ, main, ils ont fait χειραγρα, cheiragre, qui est la goutte à la main ; & d’ἴσχιον, hanche, ils ont fait ἴσχιαδα, sciatique, qui est la goutte à la hanche. Voyez Sciatique. Ils auroient pû multiplier les noms autant que les articulations, s’ils eussent été prodigues de choses inutiles, comme l’a entrepris Ambroise Paré. De ces trois grandes sources, & principalement de la podagre, la goutte par succession de tems, par bizarrerie ou par accident, se répand dans les autres articulations, qui deviennent sa proie par extension, ou conjointement, ou séparément ; mais elle n’est presque jamais reconnue pour telle, qu’après avoir débuté de l’une des trois manieres. Aussi Galien remarque-t-il, au sujet de l’aphorisme xxviij. de la sect. 6. que presqu’aucun goutteux ne le devient, qu’il n’ait commencé par être podagre.

La douleur dont l’excès surpasse quelquefois toute patience humaine, n’est pas le seul symptome de la goutte existante ; elle est encore accompagnée d’inquiétudes, d’insomnies, de legers frissons, de mouvemens de fievre, de petites sueurs, de dégoût des alimens, quelquefois de diarrhée, & d’une impuissance ou imbécillité de forces à la partie souffrante, telle qu’elle est incapable d’aucune fonction ou exercice, même quelque tems après la dissipation de la douleur. Ce qu’il y a de remarquable dans cette maladie, c’est que la douleur, à quelque degré qu’elle puisse monter, n’est jamais suivie de convulsions ni de mouvemens convulsifs, & que l’inflammation accompagnée de gonflement, de chaleur brûlante, de battemens, de tiraillemens, &c. ne tourne jamais en suppuration. A l’arrivée du gonflement la douleur diminue ; & quand le gonflement commence à se dissiper, tout se dissipe aussi : il ne reste plus qu’une demangeaison à la peau, dont l’épiderme jaunit peu-à peu, se seche, tombe par lambeaux ou par écailles ; & la partie reprend son état ordinaire, à la réserve qu’elle conserve pendant assez long-tems une couleur violette ou bleue semblable à la meurtrissure, qui succede à la rougeur au premier moment de la déclinaison, & qu’elle devient aussi quelquefois œdemateuse pour quelque tems.

Quoique la goutte, quand elle est nouvelle & d’un caractere benin, ne laisse aucune trace après l’acces parfaitement fini ; en vieillissant, ou lorsqu’elle est d’une mauvaise qualité, elle laisse sur les parties qu’elle attaque des depôts gypseux, tartareux, pierreux, qui usent peu à peu la peau, l’enflamment, & la percent pour se faire jour. Elle contourne aussi les os, les déplace, tuméfie leurs têtes, & détruit enfin, en s’invétérant, le mouvement des membres attaqués hors même le tems des paroxysmes.

Comme l’asthme, la goutte est une maladie intermittente de toute la vie, elle revient presque tous les ans, & souvent plusieurs fois dans la même année ; l’hyver, le printems, l’autonne, sont les tems de ses accès. Leur durée n’a rien de limite, quoiqu’Hippocrate, aphorisme xljx. sect. 6. la fixe à 40 jours. Les premiers ne sont souvent que d’un demi-jour, d’un jour, ou deux, ou trois, &c. ils deviennent plus longs à-mesure qu’ils se répetent ; enfin en vieillissant, ils durent les mois & les saisons entieres ; de sorte que les vieux goutteux souffrent pendant les trois quarts de l’année, & n’ont de libre, encore très-imparfaitement, que le tems des plus fortes chaleurs de l’été. Les paroxysmes qui viennent pendant la maturité de l’âge, & dans les commencemens d’une goutte confirmée, sont les plus douloureux & les plus insupportables ; ils sont chacun composés d’autres petits paroxysmes de dix ou douze heures chaque jour ; les autres qui sont longs, & qui regardent l’âge le plus avancé, sont aussi composés d’autres paroxysmes chacun de plusieurs jours, pendant lesquels les douleurs se soûtiennent au même degré, mais moins insupportables que dans la vigueur de l’âge.

Outre les paroxysmes de la goutte qui reviennent périodiquement, les goutteux sont quelquefois exposés à des accès subits & irréguliers d’une douleur si vive, si véhémente, si intolérable, qui surprend quelque partie du corps, qu’elle jette le souffrant dans le desespoir, & qu’elle seroit capable de lui arracher la vie, si elle ne se dissipoit presqu’aussi brusquement qu’elle arrive. Ils sont aussi sujets à des petites douleurs vagues & irrégulieres indépendantes des accès qui durent plus ou moins, selon les circonstances, & qui peuvent menacer de quelque paroxysme surnuméraire ou de quelque anomalité, selon le siége qu’elle occupent.

Quand la goutte s’est une fois emparée d’un corps, elle y regne seule ordinairement ; les autres maladies en sont presque bannies ; & s’il s’en déclare quelqu’une, elle est fort suspecte d’être une goutte déguisée, à cause de la propriété qu’elle a d’affecter, comme un prothée, toutes sortes de formes. Celle qu’elle s’associe, & qui est sa compagne la plus ordinaire, c’est la pierre dans la vessie, & quelquefois les hémorrhoïdes ; comme si ce n’étoit pas assez d’elle seule pour tourmenter un malheureux goutteux, & qu’il fallût la réunion de deux autres terribles maladies pour achever de le desespérer.

Differences. Les articulations, principalement celles des extrémités, sont le siége naturel de la goutte réguliere qui vient d’être décrite ; mais il n’est aucune partie du corps, ni aucun viscere qui ne puisse le devenir dans son irrégularité. C’est pourquoi on distingue la goutte en réguliere & en irréguliere. Lorsque le levain ne se porte que sur les piés & les mains, comme sur son propre domaine, elle est parfaitement réguliere : lorsqu’il tombe sur les autres articulations, conjointement ou séparément, elle est imparfaitement réguliere ; & même irréguliere, selon quelques auteurs, quand elle affecte les articulations du tronc. Mais ce n’est pas-là la vraie irrégularité. La goutte irréguliere véritable, celle qui mérite le nom d’anomale, qu’on appelle aussi remontée, est celle qui attaque les visceres ou l’intérieur du corps, & qui fait autant de maladies différentes qu’elle afflige de parties, soit qu’elle s’y jette avant de tomber sur les articulations, soit qu’elle abandonne les articulations pour rentrer dans l’intérieur du corps. Il y a des apoplexies, des esquinancies, des fluxions de poitrine, des coliques goutteuses, &c. qui sont l’effet du levain goutteux qui se porte au cerveau, au gosier, sur le poumon, dans le bas-ventre, &c.

La goutte considérée en elle-même, est d’un bon ou d’un mauvais caractere, simple ou noüée : elle est d’un caractere benin, ou benigne, quand ses douleurs sont supportables, qu’elle occupe une petite étendue, qu’elle est bornée aux extrémités, & que les paroxysmes sont courts. Elle est d’un caractere malin, ou maligne, quand les souffrances sont excessives, qu’elle occupe plusieurs membres à-la-fois ou successivement, qu’elle menace l’intérieur en s’attachant au tronc ou à la tête, & que les paroxysmes sont si longs ou se répetent si souvent, qu’elle dure la meilleure partie de l’année. Elle est simple, quand elle se résout parfaitement, & qu’elle ne laisse aucune trace après la solution parfaite de l’accès. Elle est noüée, lorsqu’elle contourne les articulations, qu’elle les déplace, les gonfle, en détruit le mouvement, & qu’elle y laisse des concrétions plâtreuses, pierreuses, &c.

On fait encore plusieurs différences de la goutte ; l’une est récente ou douteuse ; l’autre ancienne ou confirmée. L’une est fixe & sédentaire, quand elle s’attache à la partie qu’elle occupe pendant toute la durée du paroxysme. L’autre est vague, ambulante & indéterminée, quand elle parcourt plusieurs articulations successivement, sans se décider pour aucune. L’une est particuliere, quand elle n’attaque qu’une articulation ou un seul membre. L’autre est universelle, quand elle les attaque tous ou presque tous à la-fois. Enfin l’une est héréditaire, quand elle est transmise par les parens. L’autre est accidentelle, quand elle est acquise & née d’elle-même.

Il a plu à Musgrave, on ne sait pas pourquoi, de considérer la goutte ou comme maladie essentielle & indépendante, ou comme maladie subordonnée & produite par une autre, de distinguer par conséquent la goutte en idiopatique & en symptomatique, & se bornant à cette derniere, de donner un traité détaillé de la filiation de la goutte par le rhûmatisme, le scorbut, la chlorose, l’asthme, &c. Comme s’il n’étoit pas plus raisonnable de croire que la goutte est une maladie toûjours premiere, idiopatique & essentielle ; qu’elle n’est engendrée par aucune autre, & que celles dont il la fait descendre ne sont qu’une goutte déguisée, ou tout-au-plus compliquée avec elles, puisqu’on connoît la propriété qu’elle a de se métamorphoser sous toute sorte de formes, & que selon Musgrave même, elle est très-difficile, pour ne pas dire impossible, à reconnoître avant qu’elle ait pris celle qui lui est propre.

Causes. Nous recevons de nos parens au moment de la conception, ou nous engendrons en nous-mêmes & de notre propre fond, ou, comme le pense Boerhaave, nous acquérons par la communication & la contagion, le levain propre à former la goutte. Ce levain, comme bien d’autres auxquels le corps est sujet, produit tantôt un effet prompt & prématuré, tantôt il n’agit qu’après plusieurs années. Quand il s’est une fois annoncé, & qu’il a donné des marques certaines de son existence, son propre est de se renouveller chaque année, soit que le corps une fois infecté soit capable d’en engendrer une nouvelle quantité, soit que quelque parcelle du premier dompté pour un tems sans être détruit, reprenne vigueur & se multiplie pour former un nouvel accès.

On connoît mieux les effets de ce maudit levain, qu’on n’en connoît ni la nature ni les qualités. A en juger par les principaux, la douleur excessive, la chaleur, les concrétions plâtreuses ou pierreuses ; par les urines épaisses, chargées de caroncules & d’un sédiment tartareux ou plâtreux ; & par son association avec la pierre dans la vessie : on peut croire que sa nature est saline, tartareuse, acre, mordante, & peut-être pierreuse, comme l’a avancé Quercetan dans une consultation sur la goutte & le calcul, & comme n’ose le décider Sydenham.

On ne connoît guere mieux les causes éloignées de la goutte, que la qualité du levain ; la multitude de celles qu’on accuse, ne prouve que trop bien qu’on ignore la plus coupable. Hippocrate a écrit que les bûveurs d’eau, les eunuques, les enfans avant l’âge de puberté, & les femmes avant d’avoir perdu leurs regles, n’étoient point sujets à la goutte. Il en a conclu qu’elle étoit fille de Bacchus & de Vénus. Mais l’expérience a démenti tout ce qu’il a avancé à cet égard ; & tous ceux qui étoient de son tems favorisés d’une heureuse exemption, avoient déjà perdu leur privilége du tems de Galien, & ne joüissent plus d’aucun parmi nous, où le nombre des goutteux tant hommes que femmes, est devenu prodigieux.

On ne sauroit douter que les excès dans tous les genres ne soient capables d’attirer la goutte, comme ils le sont de produire toute autre maladie, telle que l’asthme, la migraine, la néphrétique, &c. mais on ne voit pas assez clairement qu’ils ayent le pouvoir de l’engendrer, non plus que les autres maladies qu’on vient de citer. Tous les excès nuisent, en ce qu’ils épuisent ou qu’ils dérangent les fonctions du corps, & qu’un levain qui seroit peut-être demeuré caché toute sa vie, se trouve par-là disposé à germer comme une semence, à se développer & à produire son action. On ne sauroit pourtant assurer qu’un tel excès, par exemple celui du vin, ait engendré la goutte. Le nombre des goutteux ivrognes est très-petit, & celui des ivrognes non-goutteux très-grand. S’il y a des vins propres à fomenter ou à irriter la goutte, comme on le prétend des vins de Moravie, de Bohème, du Champagne mousseux, &c. il y en a aussi, tels que les vins d’Espagne, de Bourgogne, &c. qui non-seulement ne lui sont point contraires de l’aveu de tout le monde ; mais qui en sont plûtôt le préservatif & le remede, si l’on en croit M. Liger dans son traité de la goutte, & Ambroise Paré qui, liv. XVIII. chap. xjv. rapporte un exemple de guérison par la crapule qu’on n’avoit pu obtenir par aucun autre moyen, & qui la conseille deux ou trois fois le mois pour se préserver de la goutte. La Bourgogne & la Champagne sont presque exemptes de la goutte, selon M. Liger, à cause de leurs vins ; tandis qu’elle est endémique en Flandres & en Normandie, où l’on n’en cueille point. S’il est vrai que ces heureuses provinces n’enfantent point de goutteux, elles deviendront bien-tôt la patrie de ceux qui le sont ; l’agrément du remede autant que ses vertus, augmenteront chaque jour le nombre de ses partisans & de leurs citoyens. Le vin ne doit pourtant pas se trop glorifier encore de sa nouvelle fortune ; l’eau dont personne ne fait excès, & qui avoit été accusée, selon Sennert, de donner la goutte à ceux qui en bûvoient par goût ou par nécessité, joüissoit depuis long-tems de l’honneur d’être un spécifique, quand le vin convaincu d’être le seul coupable est venu le lui enlever ; s’il manque de pouvoir pour soûtenir sa nouvelle réputation, il sera bien-tôt dépossédé. La gloire vraie ou fausse que l’eau & le vin ont eus en différens tems d’être tantôt les auteurs & tantôt les libérateurs de la goutte, marque trop bien qu’ils sont aussi indifférens à son égard que les autres choses non-naturelles, & qu’on ignore parfaitement toutes les vraies causes de cette cruelle maladie.

Il en est des excès de Vénus comme de ceux de Bacchus ; les intempérans sont malades après leurs débauches, de toute autre maladie que de la goutte ; s’ils deviennent goutteux, ils ont cela de commun avec les plus retenus. Il y a plus de goutteux modérés en amour, qu’il n’y en a de débauchés. On peut raisonner tout de même de la bonne chere & de tous les excès, & conclure qu’il n’en est aucun en particulier qui ait la propriété de produire la goutte ; mais que chacun peut tellement disposer le corps, que le levain engendré de lui-même ou par une cause inconnue & cachée, se réveille & se mette en action pour former la maladie.

Les gens de la campagne & ceux qui s’occupent à des travaux pénibles, sont moins sujets à la goutte que ceux de la ville & que les fainéans : mais ce n’est pas à raison de leur sobriété ; ils font des excès de vin & souvent de femmes, comme ceux de la ville. La pureté & la salubrité de l’air dans lequel ils vivent, les mettent sans doute à couvert ; s’ils respirent quelque portion du levain goutteux, ou qu’il en naisse dans leur sang, leurs travaux pénibles le dissipent avec la sueur & les autres évacuations, avant qu’il ait eu le tems de se manifester.

Non-seulement la nature du levain goutteux est inconnue, non-seulement on ignore les causes éloignées qui lui donnent naissance, on n’est pas même d’accord touchant le vrai siége de la goutte. Il est décidé que c’est sur l’articulation qu’elle se jette : mais sur quelle partie de l’articulation ? est-ce sur les ligamens, sur les glandes synoviales, sur le périoste ? voilà sur quoi les Medecins sont partagés. Il est certain que dans les violentes attaques de goutte, dans la goutte ancienne & confirmée, toutes ces parties sont attaquées, ainsi que la peau & tout ce qui compose le membre affligé ; mais elles ne l’ont pas été toutes dans le même instant, il en est une qui a été la premiere occupée, la préférée, sur laquelle le levain a commencé à se déposer, & de laquelle, comme d’un centre, il a rayonné & s’est étendu tout-autour dans le voisinage. Cette partie favorite paroît être le périoste de la tête des os principalement ; ensorte que la goutte peut être regardée comme une vraie maladie des os.

La premiere preuve de la préférence du levain goutteux pour le périoste, est que dans les premiers momens d’un accès de goutte avant le gonflement, & dans les derniers après qu’il est dissipé, on peut sentir avec le doigt en pressant, le point de la douleur sur le corps de l’os, & qu’on peut faire joüer l’articulation avec la main sans peine & sans souffrance, quoiqu’elle ne puisse pas exercer librement ses fonctions.

La deuxieme, c’est que la douleur gagne & s’étend tout du long des os, le long des phalanges, & du métatarse ou du métacarpe, selon qu’elle est aux piés ou aux mains ; ce qui met le comble à l’impuissance de l’exercice du membre malade.

La troisieme, c’est que les os se tordent, & que leurs têtes se gonflent dans certaines gouttes d’un mauvais caractere, indépendamment de toute concrétion ou dépôt.

La quatrieme, c’est que la goutte attaque souvent le talon, où il n’y a ni synovie ni ligamens.

La cinquieme enfin, c’est que dans l’odontalgie, qui est une des plus cruelles gouttes, l’humeur ne peut tomber que sur le périoste de la dent attaquée, & qu’il n’y a ni synovie ni ligament pour la recevoir. Il ne paroît donc pas que ce soit la synovie qui soit l’humeur infectée du levain goutteux, comme plus analogue avec lui qu’aucune autre. L’expérience prouve au contraire qu’elle est la derniere attaquée, & que l’intérieur de l’articulation est en bon état, tandis que l’extérieur souffre beaucoup. Ce n’est qu’après un long-tems & dans les gouttes noüées, que les articulations se déplacent, & qu’elles reçoivent des dépôts dans leur intérieur.

Diagnostic. On ne sauroit méconnoître la goutte, lorsqu’une douleur vive vient subitement, en pleine santé, & sans savoir pourquoi, attaquer quelqu’une des articulations, principalement quand elle commence par une seule, par le pié ou la main, & qu’elle n’est accompagnée en naissant d’aucune tumeur : quand cette douleur se déclare la premiere fois dans le cœur de l’hyver, au milieu de la nuit, ou qu’elle redouble dans le lit ; quand elle prive la partie attaquée de la force & de la liberté de l’exercice qui lui convient, & qu’elle la rend impuissante & foible, même quelque tems après sa dissipation ; quand elle produit après les premieres vingt-quatre heures un gonflement, de la chaleur, des battemens sans aucune suppuration, une rougeur vive qui dégénere bien-tôt en violet ; quand elle se renouvelle chaque année au milieu de l’hyver, ou vers la fin du printems ; enfin lorsqu’elle dépose & qu’elle laisse des nœuds, des concrétions plâtreuses ou pierreuses aux parties qu’elle a martyrisées.

La goutte irréguliere & remontée n’est pas moins évidente que la réguliere, quand le levain déposé dans son siége naturel, l’abandonne, après le paroxysme commencé, pour aller occuper quelqu’autre partie ou quelque viscere. Il n’en est pas de même lorsque le levain goutteux s’empare de quelque partie intérieure, avant de s’être fait sentir sur les extérieures qu’il avoit coûtume d’attaquer ; il se cache trop bien sous les nouvelles formes qu’il emprunte pour qu’on ne s’y méprenne pas quelquefois : cependant le tempérament goutteux du malade, la nature des symptomes qui caractérisent la maladie formée par le levain irrégulier, le tems & la saison des attaques, la déclaration brusque, subite & sans cause de la maladie, le décelent le plus souvent ; mais on n’en est bien convaincu qu’au moment que la goutte devenant réguliere, fait cesser la maladie anomale en reprenant son poste naturel. A l’égard de cette espece de goutte anomale qui commence par être telle sans s’être annoncée par aucune attaque réguliere, ni même par aucune sorte de prélude, capable de faire soupçonner l’existence du levain goutteux dans le sang, le malade n’étant pas né d’ailleurs de parens goutteux, il n’est pas possible de la reconnoître par aucun signe ; il faut la deviner.

Prognostic. C’est le sort des maladies les plus douloureuses de n’être point mortelles, si ce n’est par accident. La goutte, quand elle n’est point troublée dans son cours, ne le devient qu’après un long-tems, lorsque des attaques longues & répétées ont entierement épuisé les forces ; lorsque le levain ne pouvant plus se débarrasser de la masse du sang, ni être chassé vers les articulations, s’arrête ou se dépose dans les visceres, & fait la goutte remontée. C’est proprement l’état de la vieillesse, & la fin de presque tous les goutteux.

Mais si le levain contrarié, troublé, interrompu dans son cours, ne peut se déposer ou se fixer dans son siége naturel, soit par la mauvaise conduite des goutteux, par leurs imprudences, par des remedes mal administrés, par des applications repercussives, ou parce qu’il est trop abondant & d’un caractere malin, il forme alors la goutte irréguliere ou remontée, qui est une maladie presque toûjours mortelle ; & la mort qui en résulte, est plus ou moins subite, plus ou moins certaine, selon la qualité du viscere attaqué, & selon la nature & l’abondance du levain remonté.

La goutte est une maladie intermittente, dont les accès reviennent tous les ans au-moins une fois, & durent plus ou moins, sont plus ou moins violens, selon qu’elle est plus nouvelle ou plus ancienne, d’un caractere benin ou malin. Il arrive cependant quelquefois que les intermittences sont de deux ou trois ans, & même davantage ; mais on remarque que quand les accès ont manqué un an, ou deux, ou trois, &c. le premier qui survient est très-fort, & d’autant plus violent, qu’il a différé plus long-tems. Les goutteux aguerris ne regardent pas ces longs intervalles comme un heureux succès ; ils ont raison de se méfier du retard de leur goutte, & d’en craindre l’irrégularité, ou du-moins de redouter la violence du premier accès, qui ne leur devient supportable qu’en dissipant leurs alarmes par son retour.

C’est peut-être la suspension des accès de goutte qui a fait croire à quelques goutteux qu’ils en étoient guéris ; ils ont fait honneur de leur guérison à quelque dernier moyen qu’ils avoient employé, dont on a enrichi le catalogue des spécifiques ; peut-être aussi que faute de distinguer le rhûmatisme, le catarrhe, ou toute autre douleur des articulations d’avec la goutte, quelques auteurs assûrent de l’avoir guérie. Le petit nombre des exemples qu’ils citent, le peu de soin qu’ils ont pris de caractériser la maladie, la nature des moyens dont ils se sont servis, devenus impuissans en d’autres mains, donnent de justes sujets de douter des guérisons qu’ils publient ; & l’on n’est que trop bien fondé à regarder encore aujourd’hui la goutte comme une maladie incurable, comme on l’a dit de tout tems de la goutte noüée, selon ce vers d’Ovide,

Tollere nodosam nescit Medicina podagram ;

parce qu’elle porte un caractere auquel personne ne peut se méprendre.

Tous les Medecins conviennent, à commencer par Hippocrate, que la goutte est pourtant guérissable, & qu’il est possible de trouver des moyens de la dompter, pourvû qu’elle ne soit ni héréditaire ni invétérée, ni noüée ; mais qu’elle ait été guérie parfaitement & sans retour, si ce n’est par hasard & par quelque heureux concours de circonstances difficiles à rencontrer, on en doute avec juste raison : peut-être sera-t-on plus heureux à l’avenir, qu’on n’a été par le passé. La violence des douleurs qui a fait inventer tant de moyens différens pour s’en délivrer, féconde en expédiens & en tentatives, pourra bien rencontrer enfin le remede tant desiré : mais ce remede est encore ignoré, & la goutte peut de nos jours pour le malheur du genre humain, tenir le même langage que Lucien lui faisoit tenir de son tems, qu’elle est la maîtresse souveraine & indomptée des douleurs, qu’on ne peut la fléchir par la violence, qu’elle se rend d’autant plus redoutable qu’on lui livre plus de combats, & d’autant plus benigne qu’on lui cede & qu’on lui obéit plus patiemment & plus aveuglement.

Les exemples de guérisons & de merveilles opérées par la diete, l’abstinence du vin & des femmes, l’usage du lait, de l’eau tiede pour toute nourriture, & quelques autres remedes, sont plus consolans pour les goutteux avides de guérir, qu’ils ne sont certains. Cardan, de curatione admirandâ, n°. 16. rapporte quatre exemples de guérisons de sa façon, par des moyens qui depuis lui n’ont guéri personne. Schenckius, lib. V. observ. Solenander, consil. 1°. sect. 5. en rapportent aussi quelques exemples, ainsi que tant d’autres auteurs qu’il est inutile de nommer. Carolus Piso fait l’histoire d’un certain Cornélius Perdæus de Picardie, qui étant goutteux depuis l’âge de sept ans, & ayant de fréquentes attaques chaque année, fut guéri à l’âge de trente ans, après s’être abstenu de vin pendant deux ans, s’être bien vêtu, bien couvert pendant la nuit, pour pouvoir suer le matin à l’issue du sommeil, & s’être legerement purgé trois ou quatre fois le mois avec le sirop de roses pâles, comme il le lui avoit conseillé. M. Desault se flatte, de nos jours, dans son traité de la goutte, d’avoir opéré des guérisons avec les apéritifs martiaux, secondés de l’usage du lait ; & à la page 168, il assûre avoir vû un goutteux s’être guéri parfaitement pour avoir avalé tous les matins à jeun pendant un mois, neuf gousses d’ail ; ayant ainsi enchéri sur ce qui est rapporté dans la pratique de Lazare Riviere, que quelques personnes regardent comme un grand remede d’avaler le matin à jeun trois gousses d’ail pour guérir de cette maladie. Cayrus, dans sa pratique, a la hardiesse d’avancer que dans un accès de goutte où il n’avoit que la langue de libre, ayant pris une dose de son électuaire cariocostin, & s’étant fait porter à quatre sur son siége, il n’eut pas plûtôt poussé trois ou quatre selles, qu’il marcha seul & n’eut besoin du secours de personne ; comme si la goutte universelle étoit assez docile pour se laisser ainsi porter à quatre, & se dissiper à l’instant par trois ou quatre selles. Il ressemble bien à ces charlatans qui possedent des spécifiques souverains, & qui savent porter des coups beaucoup plus sûrs à la bourse qu’à la maladie, surtout quand il ajoûte que par le secours de son remede pris trois ou quatre fois par an, il se délivra de la goutte pendant trente ans.

Les guérisons extraordinaires & les miracles opérés par la joie, la crainte, les douleurs même, ne méritent pas plus de confiance ; les moyens en sont d’ailleurs trop impraticables pour que la Médecine en puisse retirer d’autre fruit que l’admiration. Andræus Libavius, epist. lxxiij. in cycta med. raconte l’histoire d’un cabaretier goutteux, qui avoit fait un marché de 300 florins avec un medecin logé chez lui, s’il le guérissoit ; celui-ci l’ayant fait saisir par ses domestiques, lui cloüa les piés sur un poteau avec six gros clous ; partit sans dire adieu, & revint trois ans après exiger son salaire, ayant appris que le patient n’avoit plus eu d’attaque de goutte. Franc. Alexander raconte de Franc. Pecchius, goutteux décidé, qu’ayant été détenu vingt ans en prison, il fut exempt de goutte en sortant pour le reste de sa vie. Guilhelmus Fabricius, observat. lxxjx. cent. 1. fait l’histoire de trois malheureux goutteux qui ayant été appliqués à la torture pour leur faire avoüer un crime dont ils étoient soupçonnés, & ayant été reconnus innocens, furent délivrés pour leur vie de celle de la goutte, qu’ils avoient éprouvée plusieurs fois auparavant. Le même auteur, epist. xlvij. raconte qu’un goutteux, dans le tems du paroxysme, ayant été enlevé de son lit par un ennemi masqué, traîné par l’escalier, ensuite mis sur ses piés au bas de la maison, pour prendre haleine, le spectre prétendu ayant fait semblant de le ressaisir pour le porter hors de la maison, le goutteux prit la fuite en montant l’escalier, & alla crier au secours par les fenêtres. Le même Fabricius fait mention d’une guérison subite arrivée à un coupable perclus de goutte qu’on menoit au supplice, qui en apprenant à moitié chemin que le prince lui faisoit grace, se mit sur ses piés, & fut délivré pour le reste de sa vie. Sennert assure qu’un jeune goutteux, allarmé du feu qui avoit pris la nuit dans la maison voisine de la sienne, se leva brusquement, descendit l’escalier, traversa un fossé plein d’eau, & fut ainsi délivré de son accès & des suivans pendant plusieurs années. Il raconte aussi, d’après Doringius, qu’un habitant de Giesse, dans un accès violent de douleur & d’impatience, s’amputa le doigt du pié souffrant, & fut exempt de retour tout le reste de sa vie. On pourroit rapporter plusieurs autres exemples qui ne tendroient, comme celui-ci, qu’à prouver combien on s’est attaché de tout tems à remarquer ce qui avoit quelque pouvoir sur cette fatale maladie, sans avoir encore pû découvrir aucun moyen certain pour la detruire.

Traitement. Rien n’est plus naturel pour les souffrans, que de chercher des remedes & du soulagement dans les tourmens de leurs accès : rien n’est plus sage & plus prudent dans les intervalles, que de se précautionner contre leurs retours, & de mettre tout en usage pour s’en préserver.

Le meilleur remede pendant la douleur, c’est la douleur même, selon Sydenham, quand on a le courage de la supporter, parce qu’elle n’est jamais suivie d’aucun fâcheux évenement ; & qu’elle termine l’accès d’autant plus promptement & plus parfaitement, qu’elle est plus violente : au lieu que les moyens qu’on employe pour l’adoucir, la prolongent le plus souvent, la font déposer, & quelquefois remonter. Mais tous les patiens n’ont pas un courage suffisant pour demeurer ainsi tranquilles ; l’excès de la douleur peut d’ailleurs vaincre toute patience & toute fermeté : c’est alors qu’il convient de donner des secours, qui, n’en portassent-ils que le nom, en deviennent de réels, & empêchent les souffrans de se desespérer.

Lorsque la fievre est de la partie, ou que les douleurs sont intolérables, si le goutteux est jeune, d’un tempérament sanguin & pléthorique, la saignée peut être pratiquée une ou deux fois. Simon Pauli préfere celle des veines gonflées de la partie affligée ; & il assûre, class. iij. tit. boni Henric. quadripart. botan. que par le secours d’une pareille saignée & du cataplasme suivant, il a fait en trois jours des guérisons miraculeuses.

♃ du bon Henri sans fleurs, quatre poignées ; des fleurs seches de camomille & de sureau, de chacune deux poignées : cuisez-les dans s. q. d’eau de sureau : tirez-en la pulpe, & mêlez-y demi-once de gomme caranne, & demi-gros de camphre.

M. Vieussens, auteur du novum syst. vasorum, préféroit la saignée à la partie goutteuse, & l’a pratiquée sur lui-même avec succès. Je l’ai faite aussi, & je puis assûrer que tant que le sang couloit, il n’étoit plus question de douleur ; que le sang jaillissoit avec une impétuosité étonnante, quoique le pié fût dans une situation beaucoup plus élevée que la tête, & qu’il n’eût pas été question de le mettre dans l’eau ; mais que la douleur recommençoit comme auparavant, dès que le sang avoit cessé de couler. Les sangsues peuvent souvent tenir lieu de la saignée, sur-tout pour les personnes délicates, & donner plus ou moins de soulagement, selon qu’elles tirent à-la-foi, une plus grande ou une moindre quantité de sang.

Le régime de vivre doit être severe, sur-tout pendant la fievre ; &, selon le degré, la continuité ou la durée, ne pas passer les bouillons ou les potages. Hors le cas de fievre, on peut vivre comme en santé ; avec la reserve pourtant de ne point souper, ou de souper peu ; d’éviter les ragoûts, le haut goût, les fritures, les viandes salées, les légumes secs, les artichauds, les asperges ; le poisson mou, comme la carpe, que julius Alexander, lib. V. salubr. cav. vj. assûre avoir donné la goutte à un de ses amis, qui étoit certain d’en prendre une attaque chaque fois qu’il en mangeoit.

La situation du membre souffrant est plus importante qu’on ne le pense communément, pour diminuer l’excès de la douleur & la rendre supportable ; il doit être élevé autant qu’il est possible, délivré du poids des couvertures, & souvent de la chaleur du lit, qui contribue si fort, sur-tout pendant la nuit, à augmenter celle qui existe déjà, & à irriter la douleur au point de ne laisser prendre aucun repos au malheureux goutteux.

Les applications les plus utiles & les plus innocentes qu’on ait encore trouvées, sont le lait froid ou tiede au sortir du pis de l’animal qu’on trait sur la partie malade, ou qu’on y applique avec des compresses ; le cataplasme avec le lait & les farines d’orge, d’avoine, ou la mie de pain blanc ; la tomme fraîche de lait de brebis, qu’on renouvelle souvent ; la pulpe d’oignon de lis ou d’oignon ordinaire, cuits au four ou sous la cendre, & nourrie avec l’huile d’amande douce, récente, tirée sans feu ; la chair de bœuf ou de veau, dont on applique des roüelles froides ou toutes palpitantes ; la cervelle des veaux, agneaux, moutons ; les anodyns, tels que le jaune d’œuf frais, l’onguent anodyn de Crollius ; les narcotiques même, si l’on est forcé d’y avoir recours. Mais la douleur, dans ses premiers transports, plus puissante que les remedes, élude presque toûjours leur secours, & n’en reçoit aucun adoucissement. C’est alors que le desespoir, qui ne connoît ni frein ni danger, a inventé les bains d’eau froide, douce ou salée, de glace ou de neige, qui ont fait des guérisons promptes & miraculeuses ; mais qui ont fait aussi plus souvent remonter la goutte, ou qui l’ont changée en une mort subite.

Dans une maladie aussi indomptable, il n’est pas étonnant qu’on se soit retourné de tous les côtés, qu’on ait presque tout tenté ; & qu’après avoir éprouve le froid contre le chaud, combattu le mal par son contraire, on se soit avisé de lui opposer son semblable, & d’attaquer le feu par le feu même. Wilelm. Tenrhyne, dissert. de arthritide, pag. 102. soûtient que le feu est un excellent remede contre la goutte ; qu’il est innocent, & qu’il a vû les Japonois se guérir de leurs attaques, en mettant feu à du papier ou de la mousse dont ils entouroient la partie goutteuse : on en trouve plusieurs exemples dans Hippocrate & les anciens, qui se sont servis d’étoupes, de charpie, de mousse, &c. pour une pareille opération. Boerhaave la conseille, ainsi que le foüet avec des orties, pour attirer le levain en-dehors, lorsqu’on craint que la partie ne se durcisse trop tôt, & ne perde sa mobilité.

On seconde l’effet des topiques par les boissons de petit-lait, par les juleps anodyns, les opiates, par les clysteres émolliens ; mais ce n’est qu’après la premiere impétuosité de la douleur, qui est toujours invincible, selon Sydenham, qu’on peut retirer quelque fruit des applications propres à résoudre & à accélérer la destruction du levain goutteux. C’est alors qu’on peut employer avec succès l’emplâtre de Tachenius, dont voici la recette.

♃ de l’huile rosat ℔ j. Quand il sera chaud, délayez-y du savon blanc rapé ℥ iiij. ensuite ajoutez-y de la céruse & du minium en poudre, de chacun ℥ iiij. cuisez le tout lentement, en remuant toujours avec une spatule de bois, jusqu’à ce qu’il ait acquis la consistence d’un emplâtre : alors, après avoir laissé un peu refroidir, en remuant toûjours, mêlez-y une once de camphre, dissous auparavant dans un mortier avec q. s. d’esprit-de-vin, pour le réduire en forme de bouillie.

C’est au même moment de la diminution des tourmens, que M. James, dans son dictionnaire de Medecine, à la fin de l’article goutte, dans ses réflexions, propose un topique qui lui a été communiqué par un goutteux, qui n’est composé que de fleurs de sureau, de vinaigre & d’un peu de sel digérés ensemble, qui appliqué froid, ne laisse pas de faire beaucoup transpirer la partie ; & qui doit par conséquent, en attirant au-dehors & en évacuant le levain goutteux, l’empêcher de déposer, & abréger beaucoup la durée du paroxysme. C’est dans le même tems qu’on peut aussi appliquer avec utilité le baume de soufre térébenthine ; la térébenthine elle-même sur les étoupes, dont quelques personnes font un grand secret, ainsi que tous les différens baumes, principalement celui de la Mecque, avec lequel quelques goutteux croyent s’être guéris, ou du moins préservés de la goutte pendant plusieurs années.

On pourroit bien, avec autant de raison, appliquer les lithonptriptiques, les sels lixiviels, les absorbans, les savons, qui sont peut-être les seuls remedes capables d’attaquer la cause du mal, comme l’a soupçonné M. Deydier dans sa dissertation sur la goutte, imprimée à Montpellier en 1726 : an arthritidi curandæ quærendum topicum lithomptripticum. On pourroit bien aussi en faire usage intérieurement, comme nous le dirons ci-après, ainsi que des amers stomachiques aromatiques, qui ont toûjours été employés en pareille occasion pour fortifier l’estomac, ranimer les digestions, & détruire les reliquats du levain goutteux.

A l’égard de la purgation, elle ne trouve presque jamais place dans le tems de l’accès, à-moins qu’il n’y ait complication, parce que dans tous ses tems, au commencement, au milieu, à la fin, les purgatifs ne sont propres qu’à troubler le dépôt du levain goutteux, le suspendre, le faire remonter, ou affoiblir les forces nécessaires pour sa coction, sa résolution & sa destruction. On n’en fait guere plus d’usage à l’issue de l’attaque, parce que les forces sont déjà trop affoiblies ; que l’ennemi n’existe plus, ou qu’il est hors de la portée de leur action.

S’il est un tems pour attaquer la goutte & la combattre avec avantage, le véritable est dans l’intervalle des accès. Il est bien plus important d’empêcher la formation & l’accumulation du levain goutteux pendant la bonne santé, que de s’occuper de sa destruction dans le tems des tourmens qu’il cause. C’est en printems & en autonne qu’on peut dans les sujets pléthoriques employer les saignées préservatives ; & dans les cacochimiques, les legers émétiques ou la purgation, que Boerhaave conseille de composer avec les purgatifs hydragogues mêlés avec les mercuriaux. C’est le tems d’employer le lait & la diete blanche, les martiaux, tels que l’alkool martis de Musgrave, ou toute autre préparation ; les amers antipodagragogues des anciens, tels que la poudre arthritique amere du codex parisiensis ; les os humains brûlés, que Galien, lib. IX. de simpl. medic. facult. assûre avoir vû guérir des goutteux & des épileptiques, &c. Outre ces remedes, dont on prolonge l’usage pendant les six mois & les années entieres, les chaleurs de l’été invitent aux eaux minérales ferrugineuses, aux bains domestiques, ou dans l’eau de la mer & des rivieres, qui sont très utiles aux jeunes personnes sanguines & bilieuses. L’autonne fournit les bains de vendange bouillante, tant vantés par Antonius ab Alto-mari, & dont tant de personnes ont ressenti les bons effets. Quelques goutteux se trouvent bien de porter toute l’année ou des chaussons ou des semelles d’une toile cirée verte, qui entretient une transpiration continuelle des piés. D’autres usent toute l’année aussi d’une décoction legere d’ortie, qu’ils prennent en forme de thé.

Un remede qui paroît prendre faveur, & qui porte déjà le nom de spécifique, c’est le savon blanc ordinaire, ou le savon médicinal, dont on commence à faire usage une ou deux fois par jour pendant long-tems, en commençant par quinze ou vingt grains, & augmentant insensiblement jusqu’à demi-dragme ou deux scrupules par prise. Quoique l’expérience n’ait point encore consacré ce remede, sa vertu lithomptriptique doit lui servir de recommandation ; & quand il ne produiroit d’autre bien que d’empêcher la formation du calcul, si souvent uni à la goutte, il ne laisseroit pas d’être d’une grande utilité. Il semble que les alkalis volatils & fixes, que tant d’illustres auteurs recommandent, n’ont mérité leur confiance qu’à cause de la vertu commune qu’ils ont avec le savon.

Le meilleur remede qu’on ait encore trouvé, le plus certain, le plus utile, celui qui réunit le suffrage de tous les Medecins tant anciens que modernes, c’est un bon régime de vivre, c’est l’usage raisonnable des six choses non naturelles : non saturari cibis, & impigrum esse ad laborem. Manger peu, sur-tout le soir ; boire sobrement, éviter les alimens contraires, se coucher de bonne-heure, être assez bien couvert pour pouvoir transpirer le matin à la fin du sommeil ; faire un exercice proportionné, tant à pié qu’à cheval, ou en voiture, &c. voilà le seul spécifique connu. S’il ne remplit pas son nom, comme on n’en sauroit disconvenir, il diminue du-moins beaucoup la violence du mal ; il en empêche les fréquens retours ; il seconde efficacement tous les moyens dont on se sert pour le détruire ou pour l’adoucir, qui deviendroient inutiles sans son secours. C’est lui que Sydenham, sectateur de Lucien, préfere à tous les moyens connus de son tems, & dont il a eu la triste satisfaction de faire l’expérience sur lui-même. Le lait, qui étoit alors à la mode, n’a, selon lui, d’autre propriété que d’adoucir & de retarder les accès de goutte tant qu’on en fait usage ; mais dès qu’on l’abandonne, les premiers accès qui reviennent sont les plus violens & les plus insupportables. L’usage des purgatifs produit aussi, selon lui, plus de mal que de bien, & ainsi des autres remedes.

La goutte noüée, soit de sa nature, soit par ancienneté, doit être conduite comme la goutte simple : ce qu’elle exige de plus, c’est quelque moyen local pour fondre les nodosités, les concrétions plâtreuses ou pierreuses qui rendent le membre difforme, incommode, perclus, & qui le font enfin éclater, pour donner issue aux matieres qui s’y sont déposées. Le meilleur topique qu’on ait encore trouvé pour ce cas, c’est le cataplasme de vieux fromage de vache, délayé dans un bouillon de pié de cochon salé, inventé par Galien, & rapporté liv. X. de medic. simpl. facult. cap. jx. de caseo, auquel les Arabes ont ajoûté l’euphorbe, & dont on se sert toûjours en pareil cas, ainsi que des emplâtres de savon. Les bains & la douche des eaux de Bareges ont guéri plusieurs gouttes noüées, selon M. Desault ; il cite dans son livre plusieurs exemples des succès opérés par ces eaux admirables, qui sont du-moins toûjours innocentes.

A l’égard de la goutte remontée, où les forces vitales trop affoiblies par l’âge, ou par toute autre cause, ne peuvent plus pousser au loin le levain goutteux dans son siege naturel ; où le levain déréglé & mal moriginé, au lieu de se porter dans les articulations, se jette sur les visceres ; où les applications mal entendues, & quelques fautes dans le régime & les remedes, le repercutent & le chassent en-dedans du corps : les cordiaux sont le seul remede pour le premier cas, tels que la thériaque vieille, la poudre de Gascogne, les bons vins vieux, les liqueurs même spiritueuses & les alimens nourrissans, parce qu’ils sont capables de relever les forces, & de faire faire un effort à la nature pour chasser l’ennemi.

Dans le second on doit suivre le même traitement pour les maladies causées par le levain goutteux, que si elles étoient dépendantes de causes ordinaires ; avec cette attention particuliere, que les forces doivent être ménagées, & par conséquent les saignées & les purgatifs économisés, les cordiaux presque toûjours employés ; & qu’on doit s’occuper particulierement de rappeller à son siége naturel le levain qui s’en est écarté, par le moyen des frictions seches, des emplâtres céphaliques, de la poix de Bourgogne, de l’urtication, du bain chaud, de la peau chaude de quelqu’animal nouvellement écorché, des synapismes & des vésicatoires même sur la partie dont il s’est dévoyé, & sur laquelle il doit revenir pour la délivrance parfaite de celles qui en sont opprimées.

Dans le troisieme cas il faut recourir à des applications contraires aux repercussives qui ont repoussé le levain en-dedans, aux bains chauds de la partie, &c. comme dans le second cas ; à la saignée même dérivative, si les forces sont suffisantes ; aux cordiaux, & même aux anodyns pris intérieurement, selon le besoin. Cet article est de M. Penchenier, Docteur en Medecine à Montelimart en Dauphiné.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « goutte »

(Nom) Du latin gŭtta. (Vers 980) gutas (pluriel).
(Adverbe) Du nom commun signifiant la moindre quantité.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bourguig. gôte ; provenç. et espagn gota ; ital. goccia ; du latin gutta, qui se rattache au goth. giuian, verser, allem. giessen, grec, χεύω, rapportés par Bopp au radical sanscrit cud, couler goutte à goutte.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « goutte »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
goutte gut

Citations contenant le mot « goutte »

  • L’aromathérapie désigne l’utilisation d’huiles essentielles à des fins thérapeutiques tant sur le plan physique que sur le plan émotionnel. Elles ont des propriétés de curation, préventives, et de bien-être à partir des principes actifs des plantes. Elle s’intéresse également aux végétaux porteurs de senteurs. Un combo gagnant donc puisque c'est naturel, ça fait du bien et en plus ça sent bon ! Quant à son utilisation, il est conseillé d’appliquer 2-3 gouttes sur le coude et d’attendre 24h pour savoir si l'huile en question convient à votre peau. So Soir, Aromathérapie : trois huiles essentielles indispensables pour l'été
  • Une goutte d'eau assidue, à force de tomber, creuse dans le roc même une crevasse. Bion, de Phlossa, Bucoliques, Fragments I (traduction Legrand)
  • L'eau, goutte à goutte, creuse le roc. De Théocrite
  • Dieu tombe goutte à goutte du ciel, et larme à larme de nos yeux. De Victor Hugo / Post-scriptum de ma vie
  • La vie est un tissu de poignards qu'il faut boire goutte à goutte. De Michel Rocard / Le Journal du dimanche - 16 Juin 1991
  • La dernière goutte est celle qui fait déborder le vase. De Proverbe français
  • Le colonialisme, c'est maintenir quelqu'un en vie, pour boire son sang goutte à goutte. De Massa Makan Diabaté / Le Coiffeur de Kouta
  • On ne change pas les dimanches de novembre, on les pleure goutte à goutte, lentement, avec chaque minute qui coule. De Jeanne Voidy / Lectures brèves pour le métro
  • On avale à pleine gorgée le mensonge qui nous flatte, et l’on boit goutte à goutte une vérité qui nous est amère. De Denis Diderot / Le Neveu de Rameau
  • La gaffe est l'administration massive, intempestive, et inopportune de ces vérités qu'une posologie civilisée dose en général goutte par goutte. De Vladimir Jankélévitch / Le je-ne-sais-quoi et le Presque rien
  • Bavardage est écume sur l’eau, action est goutte d’or. De Proverbe tibétain
  • La soif du coeur ne s'apaise pas avec une goutte d'eau. De Mocharrafoddin Saadi
  • La jalousie, c'est une preuve de coeur comme la goutte de jambes. De Paul-Jean Toulet
  • Unie à l'océan, la goutte d'eau demeure. De Proverbe indien
  • Chaque goutte de sève contient la plénitude de l'arbre entier. De Maharishi Mahesh Yogi
  • Une goutte de poix peut gâter tout un tonnelet de miel. De Proverbe bulgare
  • En refusant d'être goutte d'eau tu acceptes d'être océan. De Lionel Daudet / Grimpez
  • La goutte est considérée comme un rhumatisme. Elle est due à un taux trop élevé d’acide urique dans le sang (ou hyperuricémie), un déchet de l’organisme provenant du fonctionnement des cellules de l’organisme et de la dégradation de certains aliments. Dans le cas de la goutte, il n’est plus correctement éliminé dans les urines, s’accumule dans le sang et se cristallise dans les articulations. Ce qui génère des douleurs intenses : c’est la fameuse crise de goutte. Femme Actuelle, 5 vérités sur la goutte : Femme Actuelle Le MAG
  • Camper dans les arbres, c'est possible. Vivre la vie d'une chrysalide dans un cocon, c'est possible aussi. Grâce aux tentes "gouttes", tentez l'expérience du camping dans les arbres. Franceinfo, Des tentes "gouttes" pour camper dans les arbres
  • Pour bien faire, il faudrait aussi contrôler l’uniformité du débit d’eau, en positionnant des seaux sous les goutteurs et en calculant le débit réel. « Malheureusement, à l’exception des viticulteurs confrontés à des restrictions d’eau, peu prennent le temps de le faire » regrette l’expert. Vitisphere.com, Viticulture / oenologie -Viticulture- : Les clés d’une bonne remise en route du goutte-à-goutte
  • Le TROD : c'est le nom donné à ces tests rapides pour savoir si vous avez déjà contracté le coronavirus. Depuis samedi 11 juillet, il suffit de vous rendre en pharmacie. Une goutte de sang pour détecter d'éventuels anticorps : c'est le même principe que la sérologie en laboratoire. Alors, concrètement, comment ça va fonctionner ?  Comme pour un test glycémique. Il suffira d'une goutte de sang et d'un peu de réactif pour savoir si, oui ou non, vous avez été en contact avec le coronavirus, si vous avez développé des anticorps. Un test donc réalisable rapidement, mais dont la fiabilité n'est pas sûre à 100%. François Blanchecotte, président du syndicat des biologistes, a participé à l'étude remise à la Haute Autorité de santé.  RTL.fr, Coronavirus : les tests rapides en pharmacie sont-ils efficaces ?
  • Le rapport du marché mondial goutte à goutte émetteurs 2020 est une recherche complète qui se concentre sur la structure globale de la consommation, les tendances de développement, les modèles de vente et les ventes des principaux pays sur le marché mondial goutte à goutte émetteurs. L’étude de marché de goutte à goutte émetteurs fournit des informations sur la taille, les tendances, la croissance, la structure des coûts, la capacité, les revenus et les prévisions de l’industrie de goutte à goutte émetteurs en 2025. Ce rapport comprend également l’étude globale de la part de marché de goutte à goutte émetteurs avec tous ses aspects influençant la croissance du marché. , Marché goutte à goutte émetteurs 2020: croissance future, enquête mondiale, examen, taille, part, résultats clés, profils d’entreprise, analyse complète, stratégie de développement, technologies émergentes, prévisions de tendances d’ici 2025 – Commune Magazine
  • C’est une idée qui pousse à Saint-Denis, mais qui prend ses racines au Maroc. En 2017, Younesse Oubane y voit l’exploitation de pastèques, dans laquelle son père a investi, dépérir faute de connaissances en matière d’irrigation et d’accès à l’eau suffisants. Le Dionysien, ingénieur en robotique de formation, ne peut alors s’empêcher de réfléchir à une solution pour que la mésaventure n’arrive plus ; ni à son père, ni à aucun autre. Il nourrit l’idée d’un système d’arrosage intelligent, écologique et connecté, qui calculerait à la goutte près la quantité d’eau nécessaire à n’importe quelle culture. , Au compte-gouttes | LeJSD
  • Le rapport de recherche sur le marché mondial du marché goutte à goutte café 2020 se concentre sur la taille du marché, la part, la croissance, les fabricants et les prévisions jusqu’en 2026. Son vaste référentiel fournit des statistiques et des données analytiques importantes pour donner une compréhension complète du marché. Le rapport est bénéfique pour les stratèges et les acteurs de l’industrie pour planifier leurs futures stratégies commerciales. Le rapport d’étude de marché de goutte à goutte café se base principalement sur les facteurs sur lesquels les entreprises se positionnent sur le marché et sur ce facteur utile à l’entreprise. De plus, le rapport présente des graphiques, des chiffres et des tableaux sportifs qui offrent un point de vue transparent sur le marché des cartes commerciales / d’entreprise. , Marché mondial goutte à goutte café 2020 par entreprise, régions, type et application, prévisions jusqu’en 2026 – Derrière-l'Entente.com
  • Le 7 juin dernier, ce fut la goutte d’eau. À tel point qu’une partie de la famille d’un jeune homme de 24 ans se barricade dans sa maison de Moulle, craignant sa fureur. Et à raison, de rage, il casse la porte à coups de pied, entre dans la maison, frappe son beau-frère qui tentait de s’interposer entre lui et sa mère, et la menace d’un coup de poing. Ce n’était pas le premier déchaînement de violence. Du ressentiment envers sa mère l’a nourri. C’est contre... La Voix du Nord, Moulle: des menaces et des propos inquiétants envers sa mère, il retourne en prison
  • La goutte froide peine à nous quitter, nous concernant depuis plusieurs jours et se déplaçant aléatoirement sur le pays. Celle-ci se retrouve en effet bloquée entre la dorsale anticyclonique présente sur l’Atlantique et celle présente sur la Scandinavie, alimentée en air frais et humide par le Nord-Ouest. , Goutte froide Nadine : Nombreuses averses orageuses cette semaine - 15-juin-2020.html
  • Quand il n’y a que très peu de victimes qui dénoncent, leurs témoignages ne représentent qu’une goutte d’eau dans l’océan. Comme on a pu le constater cette semaine, plus il y a de gouttes, plus ça fait des vagues et c’est tant mieux ! Le Journal de Montréal, Je te crois | Le Journal de Montréal
  • Comme leur nom l’indique, il s’agit de gouttes souvent bien plus liquides qu’un autobronzant traditionnel (plutôt sous forme de crème, d’huile ou de lait), qui se mélangent à une crème hydratante habituelle. madmoiZelle.com, Gouttes autobronzantes : conseils d'utilisation, guide d'achat
  • Market.us research report analyzing Tuyau d’irrigation goutte à  goutte market and includes past and prediction data for Type, Application, regional, and country level.Impact of COVID-19 Outbreak on Tuyau d’irrigation goutte à  goutte market Growth & Investment Opportunities.The report concentrates on the Industry Analysis, Growth Opportunities, Risk Analysis, Current Trends, Competitive Landscape, Investment Strategies, and Forecast by 2029. The research is based on Tuyau d’irrigation goutte à  goutte business to the evaluation of the trends, which are based on the current, future, and strategies which are used in the past. The report highlights the main market developments including the latest trends, technological advancements, and market players Jain Irrigation Systems, Netafim, Rain Bird Corporation, The Toro Company, EPC Industries, Eurodrip, Hunter Industries, Rivulis Irrigation, Chinadrip Irrigation, Shanghai Huawei Water Saving Irrigation, Antelco, Elgo Irrigation. The Tuyau d’irrigation goutte à  goutte market report covers the estimates, investigation, and discussion of major industry trends, market volume, value, market share estimates, and profiles of the leading industry players. boursomaniac, Croissance du marché des tuyaux d'irrigation goutte à goutte par les principaux fabricants, la production industrielle, la valeur de l'action avec les tendances futures 2029 - boursomaniac
  • QYReports diffuse un nouveau rapport intitulé Global Irrigation goutte à goutte Market, dans son dépositaire massif de rapports. La circulation parle des moteurs modestes qui impulsent le développement de l’entreprise et des troubles qui montent contre le marché dans son ensemble. Il comprend également les grandes lignes essentielles qui ont tendance à évoluer sur le marché mondial Irrigation goutte à goutte. Le marché mondial Irrigation goutte à goutte devrait croître à un TCAC massif au cours de la période de prévision 2020-2027. , Aperçu du marché de l’irrigation goutte à goutte 2020 avec analyse d’impact et prévisions Covid-19 jusqu’en 2026 – Pêche Alliance
  • Market.us research report analyzing Systèmes d’irrigation goutte à  goutte market and includes past and prediction data for Type, Application, regional, and country level.Impact of COVID-19 Outbreak on Systèmes d’irrigation goutte à  goutte market Growth & Investment Opportunities.The report concentrates on the Industry Analysis, Growth Opportunities, Risk Analysis, Current Trends, Competitive Landscape, Investment Strategies, and Forecast by 2029. The research is based on Systèmes d’irrigation goutte à  goutte business to the evaluation of the trends, which are based on the current, future, and strategies which are used in the past. The report highlights the main market developments including the latest trends, technological advancements, and market players Netafim Limited (Israà«l), Jain Irrigation System Limited (Inde), The Toro Company (à‰tats-Unis), Eurodrip SA (Grèce), Driptech Incorporated (Inde), EPC Industrie Limited (Inde), Hunter Industries Incorporated (à‰tats-Unis), Microjet Irrigation Systems (Afrique du Sud). The Systèmes d’irrigation goutte à  goutte market report covers the estimates, investigation, and discussion of major industry trends, market volume, value, market share estimates, and profiles of the leading industry players. boursomaniac, Rapport d'étude de marché sur les systèmes d'irrigation goutte à goutte - Étude statistique de l'industrie des années de prévision 2020-2029 - boursomaniac
  • Rhumatisme inflammatoire connu depuis des siècles, la goutte touche surtout les hommes de plus de 45 ans. Certaines boissons ou la malbouffe aggravent cette maladie qui nécessite d’adopter de nouvelles habitudes alimentaires. , Que manger en cas de goutte ? 
  • Le mode d’emploi : pour un massage du bas du dos, mélanger 50 gouttes d’huile essentielle d'ylang-ylang dans 50 ml d’une huile végétale très grasse comme l’huile d’amande douce. Femme Actuelle, Désir, confiance en soi : 5 huiles essentielles idéales pour booster sa libido : Femme Actuelle Le MAG
  • Les tests sérologiques TROD consistent à prélever une goutte de sang en piquant la peau, généralement au bout du doigt, puis à la mettre en contact avec un réactif. Le résultat apparaît en quelques minutes. Jusqu’à présent, ce prélèvement ne pouvait être réalisé que par un laboratoire d’analyses médicales, en ville ou à l’hôpital. petitbleu.fr, Les tests en pharmacie, c’est possible - petitbleu.fr
  • Dans la commune de Tabia, le Premier ministre se rendra à une exploitation agricole d’arboriculture et de vignobles dont l’irrigation est assurée par le système du goutte à goutte économisant l’utilisation de l’eau.M. Djerad procèdera, en outre, au niveau du village Djouaher, dans la commune de Sidi Lahcen, à la mise en service du réseau d’alimentation en gaz naturel au profit des habitants de ce village considéré comme zone d’ombre. , Le Premier ministre entame une visite de travail dans la wilaya de Sidi Bel-Abbès
  • La nouvelle piscine en forme de goutte d'eau, les bains d'eau froide et chaude ne seront pas livrés cet été. Les travaux ont pris du retard en raison de la crise du covid. Des entreprises ont engagé des effectifs restreints et l'entreprise de placo-plâtre/peinture a même mis la clé sous la porte. Il faudra donc atteindre afin de tester ce nouvel équipement dont la direction des thermes attend beaucoup.  France Bleu, Les thermes de Vals-les-Bains rouvrent ce lundi
  • Cette arrestation apportera encore d’autres révélations. Mais de nouveau au compte-goutte. Confronté au rapport toxicologique, il distillera ainsi l’information que c’est bien lui qui avait versé quelque chose dans le verre de sa sœur et de son beau-frère avant qu’ils ne trinquent. Dans la cuisine, il aurait pris le flacon sans étiquette qu’il avait commandé sur internet pour le mélanger au Get 27. Mais jamais dans l’intention de les tuer. Il aurait seulement voulu provoquer un état d’euphorie. Lui-même n’en aurait pas pris, car il devait aller travailler le soir. Le Quotidien, Couple empoisonné à Bereldange : des révélations au compte-goutte | Le Quotidien
  • « Manchester City n’a pas déguisé ses contrats de sponsoring mais a échoué à coopérer avec l’UEFA », a justifié le TAS dans sa décision. Le club mancunien voit aussi l’amende infligée par l’instance européenne baisser de 30 à 10 millions d’euros (payable dans les 30 jours). Presque une goutte quand on dispose d’un budget annuel de 565 millions d’euros. Le Monde.fr, Football : le fair-play financier en petite forme après sa défaite contre Manchester City
  • L'anticyclone des Açores se renforce sur le proche Atlantique alors qu'une dépression particulièrement creuse circule sur la Scandinavie. La perturbation associée à cette dépression traverse la France du nord au sud, épargnant les régions méditerranéennes. En raison de pressions élevées sur notre pays, cette perturbation est de très faible activité, apportant un ciel par moment nuageux et quasiment aucune goutte. , Actualité Météo : meteo-du-lundi-6-juillet---nuages-et-temperatures-en-baisse--sauf-au-sud-est - METEO CONSULT
  • Le Rapport sur le marché Sac goutte à goutte café offre un aperçu complet sur les principaux facteurs, les opportunités, les défis, les tendances de lindustrie et de leur impact sur le marché. Le rapport du marché Sac goutte à goutte café offre également le profilage stratégique des acteurs clés. Ce rapport contient également des données sur la stratégie de prix, stratégie de marque, et cible client associée à marché Sac goutte à goutte café. fournit également la liste des Distributeurs / Traders offert par la société. Ce rapport de recherche implique également laccent sur historique ainsi que des prévisions de revenus des segments de marché et les taux de croissance prévus. Les principaux éléments dentraînement et ayant un impact données sur le marché de croissance et danalyse sont dérivés dune combinaison de sources primaires et secondaires. , Impact de Covid-19 sur Sac goutte à goutte café marché: lindustrie mondiale des acteurs clés, Aperçu de lindustrie, lapplication et lanalyse de 2020-2024 – MillauJournal
  • Synopsis : Dans "Souvenirs goutte à goutte", une femme de 27 ans, à un carrefour de sa vie, décide de quitter Tokyo pour rendre visite à des parents à la campagne. Au cours de son voyage, elle réfléchit au fait de grandir et se demande si elle a réalisé les ambitions de son enfance pour son avenir. Business Insider France, Le classement des 22 films du studio Ghibli, du moins bon au meilleur, à voir sur Netflix
  • Pour beaucoup, c'était la goutte de trop: quand le pouvoir a voulu les reconfiner, des milliers de Serbes sont descendus dans la rue pour protester contre une gestion jugée incohérente de la pandémie. Le Point, Serbie: pourquoi le virus déclenche la colère - Le Point
  • Le traitement de la goutte consiste à prendre en charge la crise de goutte ainsi qu'à prévenir les récidives et les complications éventuelles notamment en évitant les produits qui font monter l’acide urique dans l'organisme. La revue Prescrire alerte sur le fait que des données concordantes montrent une corrélation entre une consommation quotidienne de boissons sucrées, notamment avec du fructose, et la survenue de crises de goutte. Santé Magazine, Crises de goutte : mieux vaut proscrire les boissons sucrées | Santé Magazine
  • 600 000 Français souffrent de la goutte, une maladie chronique et inflammatoire, à l'origine de crises très douloureuses. On fait le point. Femme Actuelle, Crise de goutte : comment reconnaître les symptômes annonciateurs ? : Femme Actuelle Le MAG
  • La goutte est une maladie chronique qui touche environ 0,9% de la population française, les hommes âgés étant les plus vulnérables. Elle est induite par une augmentation anormale du taux d’acide urique dans le sang et de dépôts de microcristaux d’acide urique dans les articulations et les tissus environnants, ce qui entraîne une inflammation. L’affliction se manifeste par des poussées que l’on appelle “crise de goutte”. Les malades ressentent alors des douleurs articulaires, qui s'accompagnent de rougeurs, d'un réchauffement et d'un gonflement de la région touchée. Généralement, chez les hommes, le gros orteil est le plus touché. Chez les femmes, d’autres articulations peuvent être mises à mal. Outre la douleur qu’elle entraîne, l’inflammation accrue les risques cardiovasculaires. www.pourquoidocteur.fr, Crises de goutte : les boissons sucrées sont à éviter
  • Le patient doit avoir conscience qu’il est essentiel de traiter le plus précocement possible une crise de goutte : dès l’apparition des premiers symptômes. Il doit être capable de s’auto-médiquer à partir d’une prescription pré-établie avec son médecin (grade C). Medscape, Crise de goutte : enfin des recommandations françaises!
  • La goutte est une maladie articulaire chronique, provoquée par un excès d'acide urique dans le sang. Elle touche majoritairement les hommes vers 35 ans et les femmes à la ménopause. Une crise de goutte est très douloureuse et débute souvent au gros orteil. , Goutte : que faire en cas de crise ?
  • Le nombre croissant de cas de coronavirus a impacté de nombreuses vies, a fait de nombreuses victimes et a touché la structure économique au niveau mondial. Analyse dune seule goutte de sang a analysé et publié le dernier rapport sur le marché Analyse dune seule goutte de sang mondial. Des modifications du marché ont affecté la plateforme mondiale. Comme le marché Analyse dune seule goutte de sang, de nombreux marchés font également face à des situations similaires. Ainsi, de nombreuses entreprises ont été ruinées du fait de l’augmentation généralisée du nombre de cas à travers le monde.se connecter à la vente dexperts [email protected] or call us on +1-312-376-8303. Instant Interview, marché Analyse d’une seule goutte de sang mondial 2020 tenant compte de l’analyse de l’épidémie de COVID-19 par acteurs clefs as been segmented into, Blood Collection, Blood Analyzers, Consumable Technologies, By Application Single Blood Drop Analysis has been segmented int – Instant Interview
  • L'irrigation goutte à goutte est une invention israélienne. Elle est considérée comme une méthode d'économie d'eau mais assure toujours la croissance des cultures. Actuellement, cette méthode d'irrigation n'a pas été largement appliquée au Vietnam. VietnamPlus, La riziculture du Vietnam peut appliquer l'irrigation goutte à goutte | Économie | Vietnam+ (VietnamPlus)
  • la société Engen, l'unique qui alimente la ville de Mbandaka en carburant maintient le prix officiel de 2 150 Fc. Cependant, les clients se plaignent du fait que cette dernière ne vend ce produit qu'à compte-goutte. Ce qui a créé un engouement, les files d'attente des motards qui cherchent à se ravitailler à la pompe au prix officiel deviennent de plus en plus longues. , mediacongo.net - Actualités - Equateur : le litre d'essence passe de 2 200 à 5 000 FC à Mbandaka
  • Mais quelle emprunte laissera-t-elle dans l’univers de la série ? Et quelles conclusions permet-elle de tirer ? Difficile de trancher. Quoi qu’il en soit, l’œuvre de Baran Bo Odar et Jantje Friese restera à jamais un monument. Aussi complexe que novatrice, la série tire sa révérence avec un certain brio. Puisqu’il n’y a rien de pire que de connaître l’histoire avant de l’avoir vue de ses propres yeux, la rédaction vous fait une promesse : après avoir lu cet article, vous n’aurez perçu qu’une goutte d’eau de la troisième saison. À vous d’aller dompter son océan ! WorldZine.fr - Magazine jeune et pertinent, DARK. Un épilogue cérébral – WorldZine.fr – Magazine jeune et pertinent
  • Deux études se sont intéressées à ce phénomène. Après avoir suivi plusieurs milliers de patients, les scientifiques ont observé que le risque de goutte est multiplié par deux dès qu’une boisson sucrée est consommée de façon quotidienne (et ce comparé à ceux qui n’en buvaient pas). SudOuest.fr, Crises de goutte : évitez les sodas
  • S'il pouvait faire en sorte qu'on puisse accrocher les vélos dessus car depuis quelques années Moudenc et son équipe transforment le mobilier urbain en bitte tout lisse histoire qu'on puisse plus accrocher les vélos et du coup, c'est de plus en plus compliqué étant donné qu'il mette des arceaux au compte goutte. ladepeche.fr, Toulouse : tripes à l'air, perforée d'une balle, ou joliment enceinte, découvrez les bittes mutantes de Pica - ladepeche.fr
  • Dorénavant, il réfléchira deux fois avant de prendre une goutte d’alcool. Arrêté pour conduite en état d’ivresse et agression sur deux policiers, un chauffeur de taxi âgé de 48 ans, a obtenu la liberté conditionnelle après avoir fourni une caution de Rs 25 000 et signé une reconnaissance de dette de Rs 100 000. Cet habitant de morcellement d’Albert a été surpris complètement ivre à bord de sa voiture en stationnement en face du domicile de sa femme à Medine Camp de Masque, vendredi 10 juillet aux petites heures du matin. , Agression sur deux policiers : Le chauffeur de taxi libéré sous caution – inside news :
  • Lorsqu’une personne tousse, parle ou simplement respire, elle projette de minuscules gouttelettes dans l’air ambiant. Les plus petites d’entre elles sont capables d’y flotter des heures durant. Or, de solides preuves scientifiques indiquent que ces gouttelettes peuvent contenir des coronavirus vivants, si la personne qui les a émises est infectée. The Conversation, Covid-19 : la diffusion par aérosol, une menace plus grande que l’OMS ne le supposait
  • Créée en 2017,  Clever beauty innove en proposant des vernis à ongles aux formules biosourcées, sans substances chimiques. Et Maëva Bentitallah ne s’est pas arrêtée là en terme d’innovation esthétique, puisqu’elle a également imaginé un bouchon anti-gaspi permettant, par une simple pression, de faire descendre le pinceau jusqu’au fond du flacon et d’utiliser jusqu’à la dernière goutte de vernis, soit 20% de produit en plus. D’autre part, un dissolvant naturel comprenant 98% d’ingrédients naturels à base de maïs est lui aussi à découvrir parmi les produits de la marque. Made in Marseille, Clever Beauty, le vernis à ongles bio et anti-gaspi, fabriqué en Provence
  • L'irrigation goutte à goutte, est idéale pour les petites étendues, comme les plantes du balcon. LE système est facile à mettre en place et offre une irrigation en eau continue, durant votre absence.  Biba Magazine, Voilà la solution pour que vos plantes ne meurent pas pendant les vacances
  • La réaction de son établissement scolaire sera la goutte d’eau qui a débordé le vase. L’établissement estime que ces manuels scolaires sont des outils pédagogiques classiques. Vexé, le jeune lycéen a lancé une pétition contre l’utilisation de ces manuels, laquelle a reçu un écho favorable. "Le livre n’a pas été soumis pour approbation et ne devrait donc pas être utilisé en classe", a déclaré Sebastian Schumacher, porte-parole du ministère de l’Éducation de Basse-Saxe, martelant qu’"il ne devrait pas y avoir de place dans les manuels scolaires pour les clichés, les ressentiments ou même le racisme." Bladi.net, En Allemagne, un lycéen marocain lutte contre le racisme en milieu scolaire
  • Au XIIè siècle, on ne disait pas : "je ne bois pas de vin", mais "je ne bois goutte". LExpress.fr, Pas, point, mie, goutte : les trois mousquetaires de la négation - L'Express
  • Une pétition a eu raison de la « goutte » d’Evian. Virginie B., une « citoyenne comme les autres », l’avait lancée le 5 juin dernier sur la plate-forme change.org. Intitulée « Pour le retrait des minibouteilles d’Evian ! », elle réclamait l’arrêt de la production de ce contenant operculé en polyéthylène[…] emballagesmagazine.com, Evian stoppe la Goutte
  • Une pétition aura eu raison d'une goutte. Celle d'Evian, lancée il y a cinq ans. Sur Change.org, plus de 158 000 personnes ont signé la pétition lancée par une "citoyenne comme les autres" en juin dernier demandant à Danone d'arrêter la production. "Comme vous je ne suis pas madame parfaite, mon bilan carbone n’est pas irréprochable et je ne suis pas une donneuse de leçon. Je bois moi même de l’eau en bouteille (bou hou hou), et je prends l’avion une à deux fois pas an. Je suis cadre dirigeante en entreprise et je ne fais pas partie des gens qui haïssent les multinationales" explique-t-elle, "j'en ai simplement assez de voir des entreprises agir à l'encontre de leurs valeurs affichées et de l'urgence écologique notamment en matière de plastique. La vision de Danone (propriétaire d'Evian) est "One planet. One health" (.../...) Alors j’ai envie de dire à Danone : à quel moment vous connectez vos actes avec vos valeurs affichées ?". Danone arrêtera la Goutte d'ici la fin de l'année. Un autre projet de design plus durable est en marche avec Virgil Abloh dont l'usage est, pour l'heure, réservé à quelques testeurs privilégiés. CB News, Evian arrête la "Goutte" - Image - CB News
  • L’infiltration d’une arthrite goutteuse n’est  pas conseillée. Matin Libre, Santé: Les principes du traitement de goutte – Matin Libre
  • Pour Cédric Haxaire, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. « Nous avons eu au mois d’avril 2020, les élections municipales passées, en plein confinement, une somme qui n’a pas été votée dans un budget, ni dans une ouverture anticipée de crédit, de 318 000 euros. Qui a été débloquée et payée aux Constructeurs du Bois ( N.D.L.R : entreprise en charge des travaux de la résidence pour seniors ). Concernant la légalité, nous verrons bien. Concernant la moralité, nous avons tout vu ! », fustige-t-il. , Economie | Le maire de Capavenir Vosges découvre de nouvelles dettes
  • Pour Bruno Guglielminetti, spécialiste des médias numériques, c'est une goutte d'eau dans l'océan, le réseau social ayant généré des recettes publicitaires de l'ordre de 17,44 milliards de dollars américains de janvier à mars dernier. Radio-Canada.ca, Boycottage de Facebook : le gouvernement Legault se donne-t-il bonne conscience? | Radio-Canada.ca
  • Dans certaines conditions, une goutte d'eau qui tombe sur une surface peut rebondir. Des conditions que des chercheurs viennent juste d'éclaircir. Une découverte qui pourrait aider, notamment à développer des techniques d'impression 3D plus efficaces. Futura, Pourquoi certaines gouttes d’eau rebondissent et d’autres pas ?

Images d'illustration du mot « goutte »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « goutte »

Langue Traduction
Anglais drop
Espagnol gota
Italien far cadere
Allemand fallen
Chinois 下降
Arabe قطرة
Portugais solta
Russe падение
Japonais 落とす
Basque askatu
Corse goccia
Source : Google Translate API

Synonymes de « goutte »

Source : synonymes de goutte sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « goutte »

Partager