La langue française

Brin

Sommaire

  • Définitions du mot brin
  • Étymologie de « brin »
  • Phonétique de « brin »
  • Évolution historique de l’usage du mot « brin »
  • Citations contenant le mot « brin »
  • Traductions du mot « brin »
  • Synonymes de « brin »
  • Antonymes de « brin »

Définitions du mot brin

Trésor de la Langue Française informatisé

BRIN, subst. masc.

I.− [L'idée dominante est celle d'un produit naturel, d'orig. végétale]
A.− Rejet bien droit provenant d'une souche restée en terre lorsqu'un arbre a été coupé :
1. À grands coups, joyeux de se sentir seul et maître d'un chantier de quinze jours, il [Gilbert] avait jeté à bas les brins de hêtre, de bouleau, de charme, de tremble, et même de chêne... R. Bazin, Le Blé qui lève,1907, p. 115.
2. Au delà de vingt ans, le taillis perd, en ce sens qu'il se gêne, ne s'étoffe plus, occupe la souche sans profit, retarde le renouvellement des brins. Pesquidoux, Le Livre de raison,1925, p. 1.
P. métaph., fam. Un beau brin de garçon ou de fille. Une jeune personne grande et robuste. Quel beau brin de fille (Balzac, Les Paysans,1844, p. 205).Un joli brin de plume. Manière d'écrire élégante et agréable à lire (cf. J. de La Varende, Monsieur le Duc de Saint-Simon et sa Comédie humaine, 1955, p. 221).
P. méton. Subst. + de brin.Qui a naturellement une forme élancée.
1. EAUX ET FORÊTS Arbre de brin. Arbre qui provient d'une semence et qui ne possède qu'une seule tige bien droite.
2. CHARPENT. Bois de brin. Arbre qui se trouve équarri sans avoir besoin d'être scié.
B.− Petite tige allongée et fragile, qui provient de la germination d'une graine (brin de marjolaine, de persil, de bruyère, etc.). Jeter un brin d'herbe à une pauvre fourmi (G. Sand, Lélia,1833, p. 36);un brin de muguet (Sandeau, Sacs et parchemins,1851, p. 15);un brin d'estragon (Proust, Du côté de chez Swann,1913, p. 20):
3. C'est encore l'hiver, la nuit durcit la boue des chemins (...) et les femmes qui reviennent du marché rapportent un brin de mimosa sur leur cabas rempli. Chardonne, Romanesques,1937, p. 49.
Loc. adv. Brin à brin. Un brin après l'autre et successivement. Synon. fibre par fibre.Ma vie d'oiseau allant chercher son nid brin à brin (Balzac, Lettres à l'Étrangère,t. 1, 1850, p. 54).
P. métaph. Recueillir brin à brin l'humble vérité de sa vie (Bernanos, La Joie,1929, p. 262).
II.− [L'idée dominante est celle d'une petite partie d'un tout organique]
A.− Petit morceau que l'on a détaché d'un ensemble généralement menu, allongé, souple ou impalpable. Un brin de laine (Quinet, Ahasvérus,1833, p. 135);un brin de ses cheveux (Lamartine, Le Tailleur de pierre de Saint-Point,1851, p. 458);des brins de poussière (Flaubert, L'Éducation sentimentale,t. 2, 1869, p. 90):
4. ... les paquets d'épinards, les paquets d'oseille, les bouquets d'artichauts, les entassements de haricots et de pois, les empilements de romaines, liées d'un brin de paille, chantaient toute la gamme du vert... Zola, Le Ventre de Paris,1873, p. 627.
Spécialement
1. TEXT. Filament délié du chanvre ou du lin.
P. méton. (cf. supra I A). De premier (ou deuxième) brin. Qui représente le premier (ou deuxième) produit; p. ext. qui est de première (ou de deuxième) qualité :
5. ... on obtient successivement des fibres [de chanvre] longues ou de premier brin...; puis des fibres de deuxième brin servant à faire le bitord. J. Galopin, Cours de lang. mar.,Matelotage et technol., 1925, p. 25.
2. ÉLECTR. Chacun des fils d'un câble :
6. Comme antenne, l'abbé utilisa un fil téléphonique (...) Il ligatura les deux brins du fil coupé en les séparant par un isolant... Van der Meersch, Invasion 14,1935, p. 63.
3. MÉCAN. Partie d'une courroie qui transmet le mouvement. Brin conducteur (P. Gorgeu, Machines-outils,1928, p. 85).
4. PÊCHE. Brin d'une ligne. L'un des éléments d'une canne à pêche démontable ou télescopique.
B.− P. ext. et fam.
1. [En parlant d'un inanimé concr. ou abstr.] Très petite quantité de quelque chose. Synon. un peu de.Un brin d'amour pour les choses célestes (M. de Guérin, Journal intime,1835, p. 163);un brin de causette (Boylesve, La Leçon d'amour dans un parc,1902, p. 102);un brin de rosée (Pourrat, Gaspard des Montagnes,La Tour du Levant, 1931, p. 221):
7. ... je ne déteste pas un brin de galanterie, car je suis coquette, je dois l'avouer. É. Augier, Un Beau mariage,1859, p. 163.
8. Il [Thurn] avait déjeuné sous le couvert, mais il y faisait une chaleur insupportable, sans un brin d'air et plein de mouches... Giono, Bonheur fou,1957, p. 389.
[En constr. abs.] Pas un brin. Pas du tout. Ma femme n'a pas de cœur : pas un brin (E. et J. de Goncourt, Charles Demailly,1860, p. 298).
2. Loc. adv. Un brin. Un peu.
a) [Précédé d'un verbe] Gronder un brin (Balzac, Le Père Goriot,1835, p. 108);rire un brin (Courteline, Le Train de 8 h 47,1888, p. 86):
9. Rose pleurait : un bon jeune homme voulut la consoler un brin. Banville, Odes funambulesques,1859, p. 188.
Pop. Ça le faisait un brin marrer (A. Simonin, Touchez pas au grisbi,1953, p. 16).
b) Rare. [Suivi d'un adj.] Tu te sens un brin jaloux (G. Sand, François le Champi,1850, p. 171).
PRONONC. : [bʀ ε ̃].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. a) Ca 1393 « tige menue » un brain de fanoil (Ménagier, éd. Sté Bibliophile fr., t. 2, p. 218); cf. 1532 brin de paille (Rab., Pant., III, 18 dans Littré); d'où 1497 « parcelle de qqc. » brin de loyaulté (O. de S. Gel., Ep. d'Ov., Ars. 5108, fo136 vodans Gdf. Compl.); 1577 un brin + adj. « un peu » un brin sot (Belleau, La Reconn., 4, ibid.); b) 1471 « filament délié de chanvre, de lin » d'où drap de brin (Compt. du R. René, p. 285, Lecoy dans Gdf.); 2. 1611 « rejeton qui pousse droit d'une souche restée en terre lorsque l'arbre a été coupé » (Coutumes de la ville et jurisdiction de Poperinghe, titre VI, art. premier dans Nouv. coutumier génér., t. 1, p. 931, col. b); 1718 fig. un beau brin de fille, un beau brin de femme (Ac.). Orig. obsc. L'hyp. d'un empr. à un gaul. *brinos « verge, baguette » (REW3, no1304) fait difficulté étant donné le manque de fondement de l'étymon dans les lang. celt.; l'étymon lat. primus (EWFS2), par l'intermédiaire du prov., fait difficulté des points de vue phonét. et sémantique.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 937. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 076, b) 1 873; xxes. : a) 1 519, b) 1 148.
BBG. − De Gorog 1958, p. 79. − Duch. 1967, § 19. − Gottsch. Redens. 1930, p. 150. − Rommel (A.). Die Entstehung des klassischen französischen Gartens im Spiegel der Sprache. Berlin, 1954, p. 169. − Sain. Sources t. 1 1972 [1925], p. 328; t. 2 1972 [1925], p. 285, 378, 381; t. 3 1972 [1930], pp. 422-423.

Wiktionnaire

Nom commun

brin \bʁɛ̃\ masculin

  1. (Botanique) Ce que le grain ou la graine pousse d’abord hors de terre.
    • Un brin d’herbe.
    • Le seigle et le froment ont déjà poussé de beaux brins.
  2. (Par extension) Toute petite partie de certaines choses longues et minces.
    • […], puis on réunissait par juxtaposition un certain nombre de brins pour former un fil. — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature, 1re partie : Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
    • Il n’a que quelques brins de cheveux sur la tête.
    • Arracher le crin d’un cheval brin à brin.
    • Un brin de paille.
    • Un brin de fil.
    • Un brin de soie.
  3. (Mécanique) Segment droit d'un câble compris deux poulies ou serre-câble.
    • Le mouflage automatique permet au grutier de passer de 4 brins à 2 brins en fonction du travail et des charges à transporter. — (Grutiers.net : Mouflage automatique)
  4. (Optique) Fibre optique élémentaire d'un même câble (l'équivalent du toron pour un câble métallique).
    • Un câble en fibre optique comporte généralement plusieurs brins indépendants rassemblés dans un même tube. — (http://www.cyberlycee.fr/reseau_barthou/res_lex.htm)
  5. (Par extension) (Vieilli) Filasse de lin ou de chanvre, de première qualité.
    • Avec une palette en bois mince, on fait tomber la chènevotte broyée, et il ne reste plus qu'à peigner la filasse ainsi mise à nu. On la divise ordinairement en deux qualités ; la plus pure est le brin, la plus grossière est l’étoupe. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 151)
  6. (Familier) Très petite quantité de certaines choses, un peu.
    • Attends-moi, nous allons faire un brin de chemin ensemble. — (Jo Barnais [Georges Auguste Charles Guibourg, dit Georgius], Mort aux ténors, ch. II, Série noire, Gallimard, 1956, p. 19)
    • Si vous voyagez un brin du côté de Saint-Quentin, dîtes bonjour à mes parents qui habitent le cinquième rang. — (La Bottine souriante, "Dans nos vieilles maisons")
    • Je tourne en rond dans mon appartement en attendant un signe d'elle. […]. J'en suis à faire un brin de nettoyage alors que tout est déjà rutilant, parce que j'ai une femme de ménage. — (Margaux Guyon, Nunuche Story, Éditions Plon, 2014, chap. 2)
    • Casquette prolétarienne pour beaucoup, catogan ou fichu pour les femmes, parfois légèrement maquillées, non sans un brin de coquetterie pour certaines [...] — (Philippe Pons, Corée du Nord, un État-guérilla en mutation, Gallimard, coll. « La Suite des temps », avril 2016, page 422 ISBN 9782070142491)
  7. (Familier) (Par extension) Toute petite partie de certaines tâches.
    • Attendez moi, je sais faire un brin de toilette avant de sortir.
  8. (Botanique) Pousses grêles et allongées des arbres, des arbustes, des plantes.
    • Un brin de marjolaine.
    • Des brins de romarin.
    • Couper des brins de bouleau pour faire un balai.
    • Ce myrte a poussé de beaux brins cette année.
  9. (Agriculture) Jet de bois sortant d’une souche restée en terre après que l’arbre a été coupé.
    • Avec la serpette, elle fend en quatre l'extrémité d'un brin qu'elle engage ensuite dans le fendoir. Un coup de manivelle et le brin s'ouvre en quatre comme une corolle de fleur. — (François Gardi, L’Atelier du vannier, Éditions de Borée, 2004, page 383)
    • Arbre de brin : arbre qui n’a qu’une tige et qui provient de semence.
    • Un beau brin de chêne, de hêtre, etc.
      • C’est un beau brin de bois : c’est une poutre longue et droite.
  10. (Figuré) (Familier)
    • C’est un beau brin d’homme : c’est un jeune homme grand et bien fait.
    • C’est un beau brin de fille, un beau brin de femme : c’est une jeune fille, une femme grande et bien faite.
  11. (Marine) Cordage qui soutient la partie mobile du palan.
  12. (Marine) Qualité de la toile à voile, ou des matelots.
  13. (Menuiserie) Tringle en bois. (En particulier) L’une des sections d’une canne à pêche qui s’emboitent l’une dans l’autre.
  14. Bordel → voir bringue.
    • Ils ont foutu le brin jusqu’à trois heures du matin.
  15. (Mathématiques) Étant donné un ensemble A de n points du disque unité ouvert D de ℂ, application b continue de [0, 1] dans D telle que b(0) et b(1) appartiennent à A.
    • La réunion de brins constants constitue la tresse triviale.
  16. (Haut-de-France) Merde.

Nom commun

brin masculin

  1. Brin.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BRIN. n. m.
Ce que le grain ou la graine pousse d'abord hors de terre. Brin d'herbe. La grêle n'a pas laissé dans ce pré un brin d'herbe. Le seigle et le froment ont déjà poussé de beaux brins. Ôter les mauvaises herbes brin à brin. Il se dit, par extension, de Toute petite partie de certaines choses longues et minces. Il n'a que quelques brins de cheveux sur la tête. Arracher le crin d'un cheval brin à brin. Un brin de paille. Un brin de fil. Un brin de soie. Fam., Un brin se dit quelquefois, surtout avec la négation, pour exprimer une Très petite quantité de certaines choses. Ces pauvres gens n'ont pas un brin de paille pour se coucher. Il n'a pas un brin de bois pour se chauffer. Il n'y avait pas un brin de fourrage pour nourrir les chevaux. On le dit quelquefois figurément. Il a pour elle un petit brin d'amour. Il se dit également des Pousses grêles et allongées des arbres, des arbustes, des plantes. Un brin de marjolaine. Des brins de romarin. Couper des brins de bouleau pour faire un balai. Ce myrte a poussé de beaux brins cette année. Il se dit aussi d'un Jet de bois sortant d'une souche restée en terre après que l'arbre a été coupé. En termes d'Agriculture, Arbre de brin, Arbre qui n'a qu'une tige et qui provient de semence. Les arbres de brin viennent plus droits et vivent plus longtemps que les autres. En termes de Charpenterie, Bois de brin, Bois qui n'a point été fendu par la scie. Tout ce comble est en bois de brin. Solives de bois de brin. Solives de brin. C'est un beau brin de bois, C'est une poutre longue et droite. Un beau brin de chêne, de hêtre, etc. Fig. et fam., C'est un beau brin d'homme, C'est un jeune homme grand et bien fait. On dit de même C'est un beau brin de fille, un beau brin de femme, C'est une jeune fille, une femme grande et bien faite.

Littré (1872-1877)

BRIN (brin) s. m.
  • 1 Terme de sylviculture. Jet de bois. Quand on coupe les taillis, on laisse les brins les plus hauts et les plus droits qui sont sur les souches pour venir en haute futaie.

    Arbre de brin, arbre qui n'a qu'une tige. L'arbre étant coupé, la souche restée en terre donne naissance à un ou plusieurs brins, qui deviennent autant d'arbres nouveaux, Revue des deux mondes, t. XXV (1860), p. 457. Enlever les brins surabondants au fur et à mesure de leur développement, ib. p. 467.

    En termes de chasse, le plus haut du buisson où se tient l'oiseau se nomme le brin.

    Terme de charpente. Bois de brin, arbre qui n'a pas été scié, et qui est seulement équarri. Un chêne de brin, chêne de belle venue, assez gros pour sa longueur, et qui s'emploie en bâtiments, sans avoir besoin d'être scié pour être équarri, La Quintinye, Jardins, 1re partie, Dictionn.

    Terme de marine. Brins de bois, petites vergues qu'on ajoute par des anneaux de fer aux grandes vergues pour porter des bonnettes.

    Fig. et familièrement. C'est un beau brin d'homme, c'est-à-dire un homme grand et bien fait. Un beau brin de fille, de femme, c'est-à-dire fille, femme grande et bien faite.

  • 2Tige menue, pousse grêle et allongée. Un brin d'herbe. Un brin de bouleau. L'hirondelle leur dit : Arrachez brin à brin Ce qu'a produit ce maudit grain, La Fontaine, Fab. I, 8. [Il] Lui dit : Eh ! parmi nous que venez-vous donc faire ? - Partager un brin d'herbe entre quelques fourmis, La Fontaine, ib. XII, 21. … à l'appétit d'un bruit Qui nous honore après que nous sommes sous terre, Et de te voir paré de trois brins de lierre, Régnier, Sat. IV.

    Terme de marine. Cordage de premier brin, cordage fait avec du chanvre de première qualité.

  • 3 Par extension, toute partie de certaines choses longues et ténues. Un brin de paille. Un brin de fil. Un brin de soie.

    Un brin de plume, une plume d'autruche. Vieux en cet emploi.

    Familièrement, la moindre parcelle, la moindre quantité. Il n'y a pas un brin de vent, Sévigné, 433. Et qui pour elle aura le moindre brin de flamme, Molière, Pastorale, 3. Ne t'attends pas que je t'aide un seul brin, La Fontaine, Pap. Sans qu'il se doute brin de ce que…, La Fontaine, Cuv. Est-il possible qu'il ne te soit pas venu le moindre brin d'imagination ? Hamilton, Gramm. 3.

    Fig. et familièrement. Il y a un brin de dispute entre l'abbé et moi, Sévigné, 43. Il y a dans ce qui vient de vous autres un petit brin d'impétuosité, Sévigné, 125. Je vous souhaite quelquefois un petit brin de ce que l'on a ici de reste, Sévigné, 110.

  • 4Chevalet sur lequel on arrange les pièces d'artifice.

    Chacune des petites pièces qui soutiennent le papier d'un éventail.

HISTORIQUE

XIIe s. Dist Viviens, Bertran, sire cosin, Or vos en mainent li gloton de put lin, Guichart l'enfant et Girart le meschin. Las ! hui perdra Guillaumes tot son brin, la Bataille d'Aleschans, 337. À voix s'escrient toz ensemble à un brin, ib. 1664. Puis passerons là outre tuit ensemble à un brin, Sax. 118. Silemers et Buevon qui demainent grant brin, ib. 185.

XIIIe s. De m'avangarde vos ai baillé le brin, Agolant, dans DU CANGE, brin. Auques avons abatu de leur brin, ib.

XIVe s. Elle plouroit et demenoit grant brin, Baud. de Seb. I, 160.

XVe s. Mais quand les Angloys l'aviserent, Pour les François dedans navrer, Par tel party lors se tirerent, Que nul brin ne s'osoit monstrer, Martial de Paris, Vigilles de Ch. VII, t. I, p. 165, dans LACURNE.

XVIe s. S'escurant les dents avecq ung brin de paille, Rabelais, Pant. III, 18. Là nous fit apporter myrobalans, brain de basme et zinzembre vert confit, Rabelais, ib. V, 7. Deux petits brins de coral rougissant, Du Bellay, J. II, 25, verso. … cent fois baisé les brins De ses boutons cinabrins, De ses levres pourperées, Ronsard, 552. Celuy qui bouchera les hayes pourra se servir pour cela des breins ou branches des dittes hayes, Nouveau Coust. general, t. I, p. 931, col. 2, dans LACURNE SAINTE-PALAYE. Je ne veulx pas reprendre, dist le chevalier, ni sa prouesse ni sa bonté ; mais l'entreprinse qu'il maintient ne m'est un seul brin agreable, Don flores de Grece, f° CXXXVII, recto.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

BRIN, s. m. se dit en général de toute petite portion d’un corps foible & long ; ainsi on dit un brin de soie. Il se dit même quelquefois aussi d’un corps long & menu, comme un brin de paille.

Brin de fougere, terme d’Architecture, sorte de pan de bois. Voyez Pan de bois. (P)

Brin ; les Artificiers appellent ainsi une tringle de bois de trois à quatre pouces de grosseur, sur laquelle on arrange les pots à feu, en les plantant par le moyen des chevilles attachées à leurs bases, dans les trous pratiqués le long de cette tringle.

Brin, (Corderie ou Œconom. rustiq.) on appelle ainsi les filamens du chanvre, sur-tout quand ils ont été affinés & peignés. Les filamens les plus longs qui restent dans les mains des peigneurs s’appellent le premier brin : on retire du chanvre qui est resté dans le peigne des filamens plus courts, qu’on appelle le second brin ; le reste est l’étoupe, qui sert à d’autres usages.

Brin, en terme d’Eventailliste, c’est une de ces petites fleches qui forment ces especes de rayons de bois, d’ivoire, &c. qu’on voit aux éventails, qui en soûtiennent le papier, & qui se réunissent par leur extrémité comme à un centre où ils sont unis par un clou. Voyez fig. 4. Pl. de l’Eventailliste.

Brin, maître-brin, (terme d’Eventailliste.) ce sont deux longs montans de bois, d’écaille, d’ivoire, &c. auxquels sont collées les deux extrémités du papier d’un éventail, & entre lesquels les fleches sont resserrées. Voyez Eventail. Voyez les fig. 22. & 24. Pl. de l’Eventailliste.

Brin, (Jardinage.) on dit un arbre d’un beau brin, c’est-à-dire, d’une belle venue, d’une tige droite & unie, soit que ce soit un arbre fruitier ou un sauvage.

En fait de charpente, on dit une poutre, une solive de brin, quand la piece est prise dans le montant de l’arbre, & non dans ses branches. (K)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « brin »

(Siècle à préciser) Origine obscure, peut-être du gaulois *brinos. Comparez avec bringue.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. et espagn. brin ; portug. brim. Ce mot offre de grandes difficultés : jusqu'au XIVe siècle, il signifie force, orgueil, bruit, et, dans la locution à un brin, il signifie à la fois ; puis, au XVe siècle et au XVIe, il prend la signification qu'il a aujourd'hui. Pour Diez, ce sont deux mots distincts : il rattache le premier à l'ancien scandinave brim, anglais, brime, le flot de la mer, mais avec peu d'apparence, à cause du sens ; et le second, avec toute apparence au celtique : bas-breton, brienen, brin, d'où bran, son (voy. BRAN), d'un radical signifiant chose menue. Il est singulier que brin des anciens temps ne descende pas plus bas, et que brin des temps nouveaux ne remonte pas plus haut ; il y a solution de continuité : ce qui fait qu'on ne peut savoir s'il n'y aurait pas quelque intermédiaire qui les rapprochât l'un de l'autre. Il faut remarquer que brin ne veut pas dire seulement une chose menue, mais qu'il veut dire toute espèce de tige, même les plus grosses ; cette dernière signification est-elle aussi primitive que l'autre ou bien en est-elle dérivée ?

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « brin »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
brin brɛ̃

Évolution historique de l’usage du mot « brin »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « brin »

  • Dieu ne se répète jamais, même dans un brin d'herbe. De Taylor Caldwell
  • Un repas est insipide, s’il n’est assaisonné d’un brin de folie. De Érasme
  • Pour expliquer un brin de paille, il faut démonter tout l'univers. De Rémy de Gourmont
  • L'espoir luit comme un brin de paille dans l'étable. De Paul Verlaine
  • Il n’y a pas un brin d’herbe, il n’y a pas une couleur dans ce monde qui ne soit faite pour nous réjouir. De John Calvin
  • Un sourire est un brin d’amour déposé sur les lèvres. De Ariane Angeloglou / Petit Dictionnaire de l’amour
  • Pour juger quelqu'un comme un génie il faut l'être un brin soi-même. De Jean-Marie Poupart / Que le diable emporte le titre
  • Moi, mon père, il me l'a transmise, la soumission. Mais avec un brin d'orgueil, un brin de noblesse. De Jean-Pierre Darroussin / "Et le souvenir que je garde au cœur"
  • Le plus court chemin d’une personne à une autre… c’est un brin de gentillesse. De Anonyme
  • On le sait que c'est l'intention qui compte, mais ça aide de la farcir d'un brin de discernement, de temps en temps. De Antonine Maillet / Pélagie-la-Charette
  • Le plus beau chez un homme viril c’est un brin de fémininité ; le plus beau chez une femme féminine c’est un peu de masculinité. De Susan Sontag / Against interpretation
  • Les peuples innombrables et les plus puissantes armées ne sont que comme des fourmis qui se disputent les uns aux autres un brin d'herbe sur ce morceau de boue. De Fénelon / Les aventures de Télémaque
  • Tu as vingt ans, tu déconnes un brin et quand tu te réveilles, tu en as trente. C’est fini, plus jamais ton âge ne commencera par un deux. De Frédéric Beigbeder / L’Amour dure trois ans
  • On a beau méditer, le souvenir d'un ami fait pousser parfois dans le coeur le plus serein un brin de nostalgie. C'est une herbe qu'on ne doit pas cultiver en trop grand quantité car elle rend l'âme triste. De Pierre Guénette / Pas d'hiver ! Quelle misère !
  • Sur la façade sombre du bâtiment, son cerisier tranche. « Il y a un contraste avec le gris et le rose puissant. Les pétales qui s’envolent amènent un brin de poésie », décrypte le graffeur, dont l’ambition est de parfaitement intégrer l’œuvre dans son environnement urbain. « Dans un milieu très bétonné, cela donne une prestance à l’arbre. Je cherche à créer une sorte de contemplation chez le spectateur, quelque chose qui provoque une émotion ». Le Telegramme, Just do paint : « Un brin de poésie » avec Pakone - Saint-Brieuc - Le Télégramme

Traductions du mot « brin »

Langue Traduction
Anglais strand
Espagnol brizna
Italien filo
Allemand strang
Portugais pouco
Source : Google Translate API

Synonymes de « brin »

Source : synonymes de brin sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « brin »

Partager