La langue française

Fraternité

Sommaire

  • Définitions du mot fraternité
  • Étymologie de « fraternité »
  • Phonétique de « fraternité »
  • Évolution historique de l’usage du mot « fraternité »
  • Citations contenant le mot « fraternité »
  • Images d'illustration du mot « fraternité »
  • Traductions du mot « fraternité »
  • Synonymes de « fraternité »
  • Antonymes de « fraternité »

Définitions du mot fraternité

Trésor de la Langue Française informatisé

FRATERNITÉ, subst. fém.

A.− Lien de parenté entre les enfants issus de mêmes parents. La fraternité des traits. La fraternité (...) N'est-elle que le nœud des corps de même souche? (Sully Prudh., Justice,1878, p. 142).La Fraternité est bien (...) un lien de chair (Alain, Propos,1933, p. 1156).
P. ext. Lien affectif entre frères, ou entre frère et sœur :
1. ... voyez Électre. Elle s'est déclarée dans les bras de son frère. Et elle a raison. Elle ne pouvait trouver d'occasion meilleure. La fraternité est ce qui distingue les humains. Giraudoux, Électre,1937, I, 13, p. 109.
B.− P. anal.
1. Lien étroit d'amitié qui unit deux personnes qui ne sont ni frères ni sœurs. C'est une chose si douce pour moi que cette fraternité entre Lamartine et moi sans nuage depuis vingt-six ans! (Hugo, Corresp.,1846, p. 627):
2. La fraternité créait en eux une telle sensibilité qu'ils ne parvenaient plus à rien se cacher d'important. Martin du G., Thib.,Belle sais., 1923, p. 915.
Vieilli. Votre fraternité. ,,Titre que se donnaient entre eux les souverains, les évêques et les moines`` (Littré). Vivre « en fraternité » (loc.). Comme frère et sœur. On va jusqu'à dire que le Roi aurait vécu trois ans « en fraternité » près de sa femme (La Varende, Anne d'Autr.,1938, p. 15).
Expr. Fraternité d'armes. Union de deux chevaliers qui se promettaient de s'aider en toute occasion. Il s'engagea solennellement à le protéger contre tous ses rivaux; et dès ce moment, liés l'un à l'autre par la reconnoissance et les bienfaits, ils furent amis et se jurèrent foi et fraternité d'armes, jusqu'à leur dernier soupir (Cottin, Mathilde,t. 1, 1805, p. 86).
En partic. Fraternité par adoption. La fraternité par adoption, pobratimstvo, alors très en honneur parmi les Slaves du midi (Mérimée, Cosaques d'autrefois,1865, p. 58).Des membres de familles différentes se prennent pour frères et sœurs et forment ce qu'on appelle une confraternité (...) le lien qui unit ces frères électifs est plus fort même que celui qui dérive de la fraternité naturelle (Durkheim, Divis. trav.,1893, p. 186).
2. Sentiment de solidarité et d'amitié
a) [entre les membres d'une association, confrérie, nation, etc.] Fraternité raciale, tribale. La fraternité régnait entre nous, et les enfants couraient derrière le bataillon (Erckm.-Chatr., Hist. paysan,t. 2, 1870, p. 160).S'évader, c'était le moyen d'exprimer sa fraternité avec tant d'hommes qui, de l'autre côté, luttaient les armes à la main (Ambrière, Gdes vac.,1946, p. 220):
3. Unis dans la même souffrance pendant quatre ans, (...) nous avons gagné notre solidarité. Et nous reconnaissons avec étonnement dans cette nuit bouleversante [du 25 août 1944] que pendant quatre ans nous n'avons jamais été seuls. Nous avons vécu les années de la fraternité. Camus, Actuelles I,1944-48, p. 24.
Spéc. Fraternité physique. Ils se pressent contre le voisin, d'une épaule qui mendie : fraternité physique, émouvante et la plus sincère (Benjamin, Gaspard,1915, p. 141).
En partic. [P. réf. à la Révolution de 1789] L'arbre, la fête de la fraternité. Les grands principes de liberté, d'égalité et de fraternité que l'humanité fait l'honneur à la France d'emprunter à la déclaration de 1789 (Déclar. univ. Dr. Homme,1949, p. 18).[Pour saluer qqn que l'on voyait ou à qui l'on écrivait] Salut et fraternité. Artémise. Salut et fraternité! (Dumas père, Chev. Maison-Rouge,1847, XI, p. 32).La fraternité ou la mort. L'An III (octobre 1794) ma grand'mère recevait (...) une lettre avec l'épigraphe : unité, indivisibilité de la République, liberté, égalité, fraternité ou la mort (Sand, Hist. vie, t. 1, 1855, p. 141).
Expr. Fraternité des armes. Lien forgé entre compagnons d'armes, entre personnes ou nations ayant combattu côte à côte. Il est nécessaire (...) de développer entre Français et Britanniques la fraternité des armes (De Gaulle, Mém. guerre,1954, p. 622).
b) [entre les hommes considérés comme les membres d'une même famille] La fraternité humaine, universelle; un idéal, un rêve de fraternité. La fraternité... est l'art d'aimer tous les hommes (Adam, Enf. Aust.,1902, p. 27):
4. ... une fraternité lui vint, pleine de tendresse indulgente pour tous ces vivants endormis, dont bientôt des milliers dormiraient du sommeil de la mort. Zola, Débâcle,1892, p. 74.
c) [entre l'homme et l'univers] La fraternité des êtres et des choses. Il y a fraternité complète entre l'Arabe et le cheval, comme entre nous et le chien (Lamart., Voy. Orient,t. 2, 1835, p. 242).On conçoit cette ardente fraternité qui unissait saint François à la nature entière animée et inanimée (Montalembert, Ste Élisabeth,1836, p. CVI).
C.− Au fig. Intelligence, entente, harmonie entre plusieurs personnes. Fraternité intellectuelle; fraternité d'opinions, de sentiments. Cette fraternité secrète entre des inspirés qui ne se sont pas connus en ce monde [Nerval, Rimbaud, Maurice de Guérin] (Mauriac, Mém. intér.,1959, p. 38):
5. ... un œil spirituel plus attentif verra tout de suite qu'il y a entre tous [Rubens, Véronèse, Delacroix, etc.] une parenté commune, une espèce de fraternité ou de cousinage... Baudel., Curios. esthét.,1867, p. 297.
En partic. Association étroite :
6. Quand un ouvrier a laissé ses outils pendant quelque temps, sa main a fait divorce. Il faut qu'il recommence cette fraternité due à l'habitude, et qui lie la main à l'outil, autant que l'outil à la main. Balzac, Lettres Étr.,t. 1, 1850, p. 394.
P. méton. Communauté ou groupement, laïc ou religieux. Lorsqu'elle faisait la même besogne pour la Fraternité des faubourgs (Daniel-Rops, Mort,1934, p. 431).
Liens créés par qqc. La fraternité des mêmes fatigues, des mêmes douleurs. La fraternité des dangers courus ensemble, ces quelques semaines d'héroïque vie commune qui les avaient unis, plus étroitement que des années d'ordinaire amitié n'auraient pu le faire (Zola, Débâcle,1892, p. 488).
REM.
Fraternitaire, adj.,rare. Qui est relatif aux liens de fraternité entre les hommes. Il y avait dans ce système quelque chose de fraternitaire, en apparence, en même temps que d'entreprenant (Proudhon, Guerre et Paix,1861, p. 385).
Prononc. et Orth. : [fʀatε ʀnite]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Ca 1140 fraternited « lien existant entre personnes ayant des relations fraternelles » (G. Gaimar, Hist. des anglais, éd. A. Bell, 4335). Emprunté au latin fraternitas « confraternité; relations entre frères ». Fréq. abs. littér. : 841. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 966, b) 1 548; xxes. : a) 1 300, b) 1 140. Bbg. Jourjon (A.). Rem. lexicogr. R. Philol. fr. 1915/16, t. 29, p. 227 (s.v. fraternitaire).Mat. Louis-Philippe 1951, p. 39 (s.v. fraternitaire).Reinheimer-Rîpeanu (S.). Faux dérivatifs, faux dér. B. de la Soc. roum. de ling. rom. 1971/72, t. 8, pp. 61-67.

Wiktionnaire

Nom commun

fraternité \fʁa.tɛʁ.ni.te\ féminin

  1. Lien de parenté qui unit les enfants, frères et sœurs, nés des mêmes parents.
    • La seule notion de fraternité qui m'intéressait était celle à laquelle j'avais parfois recours lorsque je séchais sur un devoir. À ce moment, un grand frère ne m'aurait pas déplu. — (Jean Bouvier-Cavoret, Qui sont-elles ?, Éditions JMJBC, 2007, page 98)
  2. Idée selon laquelle tous les humains, hommes et femmes, sont égaux et méritent égale dignité et égale considération.
    • La constitution de 1793 fut le premier pacte social qui, depuis l'origine du monde, eût fait un dogme de la fraternité humaine. — (Alfred Barbou, Les Trois Républiques françaises, A. Duquesne, 1879)
    • Quand nous reconnaissons en l'autre quelques chose qui nous est commun, cela s'appelle la fraternité. Cela s'appelle l'humanité. — (Simone Veil, discours prononcé à la remise du prix Anetje Fels-Kupferschmidt, Amsterdam, le 26 janvier 2006, dans Simone Veil, Mes combats, Bayard, 2016, page 97)
    • La notion de fraternité est éminemment paradoxale, car elle dit le lien avec un terme excluant. — (Réjane Sénac, Les non-frères au pays de l'égalité, Presses de Sciences Po, 2015, page 98)
  3. Liaison étroite que contractent ensemble ceux qui, sans être frères, se traitent néanmoins comme des frères.
    • Il y a fraternité entre ces deux hommes, entre ces deux familles, entre ces deux républiques.
    • Toutefois, si un magnanime sentiment de fraternité s'imposait sincèrement et définitivement, sans arrière pensée, à tous les esprits européens, alors nous n'aurions pas à nous inquiéter du cosmopolitisme marseillais, intéressant embryon de la civilisation future. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
  4. Organisme, association, à caractère religieux, entre personnes voulant vivre de façon fraternelle.
    • En termes d’insertion ecclésiale, ils ont tous, à un moment ou à un autre, étudié dans des pensions privées hors contrat tenues par des prêtres de la Fraternité Saint Pie X, fraternité schismatique d’avec l’Église, fondée par Monseigneur Lefebvre suite à la « crise catholique » (PEL-LETIER, 2002) postconciliaire, ou par la Fraternité Saint Pierre fondée par des membres issus de la précédente fraternité, mais qui sont revenus dans le giron de l’Église catholique romaine, […]. — (Josselin Tricou, « Entre masque et travestissement : Résistances des catholiques aux mutations de genre en France: le cas des "Hommen" », dans la revue Estudos de Religião, vol. 30, n° 1, jan.-avr. 2016, page 53)
  5. Société d'étudiants organisée au sein des universités d'Amérique du Nord.
    • Pourquoi s’était-il ainsi ligoté, un dimanche soir à l’heure paisible et creuse où les garçons, dans les fraternités, les maisons de bois clair et de briques rouges posées sur les collines et dans les vallons, mangeaient le poulet frit au riz brun en écoutant Mitch Miller et ses chœurs chanter Barney Google ? — (Philippe Labro, L’étudiant étranger, Gallimard, 1986, page 19)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FRATERNITÉ. n. f.
Lien qui, selon la nature, existe de frère à frère. En ce sens, il a vieilli. Il signifie surtout aujourd'hui Union fraternelle, amitié fraternelle. Ils vivaient dans une intime fraternité. Il se dit également de la Liaison étroite que contractent ensemble ceux qui, sans être frères, se traitent néanmoins comme des frères. Il y a fraternité entre ces deux hommes, entre ces deux familles, entre ces deux républiques. Liberté. Égalité. Fraternité. Par extension, Fraternité d'esprit. Fraternité de sentiments. Fraternité d'armes.

Littré (1872-1877)

FRATERNITÉ (fra-tèr-ni-té) s. f.
  • 1Parenté entre frères et sœurs. Vous avez beau le renoncer pour votre frère, la renoncer pour votre sœur, vous ne détruirez pas la fraternité qui est entre vous.
  • 2Liaison étroite de ceux qui, sans être frères, se traitent comme frères. Il y a fraternité entre ces deux familles, entre ces deux compagnies. Qu'avons-nous à espérer ou à redouter du ministère anglais ? jeter dès à présent les grandes bases d'une éternelle fraternité entre sa nation et la nôtre serait un acte profond d'une politique vertueuse et rare, Mirabeau, Collection, t. V, p. 314. De là plus d'union, plus de fraternité, Chénier M. J. Gracques, II, 3. Fraternité des arts ! union fortunée ! Soirs dont le souvenir, même après mainte année, Charmera le vieillard ! Sainte-Beuve, Poésies, le Cénacle.
  • 3L'amour universel qui unit tous les membres de la famille humaine. Devise de la France républicaine : liberté, égalité, fraternité. Dieu a établi la fraternité des hommes en les faisant tous naître d'un seul qui, pour cela, est leur père commun et porte en lui-même l'image de la paternité de Dieu, Bossuet, Polit. I, I, 3. Là elle [la nature humaine] découvre les règles de la justice, de la bienséance, de la société ou, pour mieux parler, de la fraternité humaine, Bossuet, Connaiss. V, 6. La liberté générale bannira du monde entier les absurdes oppressions qui accablent les hommes et fera renaître une fraternité universelle, sans laquelle tous les avantages publics et individuels sont si douteux et si précaires, Mirabeau, Collection, t. II, p. 26.
  • 4Fraternité d'armes, union que contractaient deux chevaliers qui se promettaient de s'aider envers et contre tous.

    Par extension, il se dit de deux guerriers quelconques. L'alliance, les dons, la fraternité d'armes N'auraient-ils donc servi qu'au malheur de tous deux ? Voltaire, Olymp. I, 5.

    Il se dit même de deux nations. La fraternité d'armes qui, durant les dernières guerres, a existé entre la France et la Pologne.

  • 5Fraternité, titre que prenaient autrefois entre eux les rois et les empereurs, ainsi que les évêques et les moines.

HISTORIQUE

XIIIe s. Cil de la Trinité [nom d'un couvent] Ont grant fraternité ; Bien se sont aquité : D'asnes ont fait roucin, Rutebeuf, 172.

XVe s. Et le lendemain ils se departirent de la ville en grand fraternité, Monstrelet, liv. II, ch. 10. Et pour seurté de ferme paix jurerent les ducs d'Orleans et de Bourgoingne fraternité, et compaignie d'armes prindrent, et porterent les ordres et les devises l'un de l'autre, Geste des nobles, ch. 85.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

FRATERNITÉ. - HIST. Ajoutez : XIIe s. Car n'a nule ordre en tot le mont Où ait mainz de fraternité [que l'ordre de Clairvaux], Guiot de Provins, Bible, V. 1211.

XIIIe s. Ajoutez : Ainz fustes maintenant sorpris de la doçor et de la fraternité qui doit estre entre ceux qui en sont compaignon, Galaad, de GAUTHIER MAP (ms. de la Bibl. de Bourgogne, n° 9472, f° 21), cité dans Perceval le Gallois, t. VI, p. XLI, éd. Potvin.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

FRATERNITÉ, s. f. (Jurisprud.) est le lien qui unit ensemble des freres, ou le frere & la sœur.

Sur la maniere dont la fraternité doit être prouvée, voyez la loi 13 au code, liv. IV. tit. xjx.

On a aussi donné le nom de fraternité ou confraternité, à certaines sociétés dont les membres se traitent entre eux de freres, ou doivent vivre ensemble comme freres : telles sont les confrairies, les communautés de religieux. Voyez le glossaire de Ducange, au mot fraternitas. (A)

Fraternité d’Armes, (Hist. mod.) association entre deux chevaliers pour quelque haute entreprise qui devoit avoir un terme fixe, ou même pour toutes celles qu’ils pourroient jamais faire ; ils se juroient d’en partager également les travaux & la gloire, les dangers, & le profit, & de ne se point abandonner tant qu’ils auroient besoin l’un de l’autre. L’estime, la confiance mutuelle de gens qui s’étoient souvent trouvés ensemble aux mêmes expéditions, donnerent la naissance à ces engagemens ; & ceux qui les prenoient devenoient freres, compagnons d’armes. Voyez Frere d’Armes.

Ces associations se contractoient quelquefois pour la vie ; mais elles se bornoient le plus souvent à des expéditions passageres, comme une entreprise d’armes, telle que fut celle de Saintré, une guerre, une bataille, un siége, ou quelque autre expédition militaire.

L’usage de la fraternité d’armes dont il s’agit ici, est fort ancien. Nous lisons dans Joinville, que l’empereur de Constantinople & le roi des Commains, s’allierent & devinrent freres ; & pour rendre cette alliance plus solide, « il faillit qu’ils, & chacuns de leurs gens de part & d’autre, se fissent saigner, & que de leur sang ils donnassent à boire l’un à l’autre, en signe de fraternité ; & ainsi se convint faire entre nos gens & les gens d’icelui roi, & mêlerent de leur sang avec du vin, & en buvoient l’un à l’autre, & disoient qu’ils étoient freres l’un à l’autre d’un sang..... ».

Si nous remontons à des siecles plus reculés, nous apprendrons l’antiquité de cette pratique. Octavius faisant le portrait des vices & des crimes des dieux que Cécilius adoroit, dit de l’inhumanité de Jupiter convaincu d’homicide : « Je crois que c’est lui qui a appris à Catilina de confirmer les conjurés dans leur dessein, en buvant le sang les uns des autres ».

Il resta long-tems parmi les hommes des traces de cette barbarie ; car Ducange cite des exemples de chevaliers, qui pour symbole de fraternité, se firent saigner ensemble, & mêlerent leur sang. Si cette derniere pratique paroît à-peu-près aussi folle & aussi barbare que la premiere, du moins rien n’étoit plus éloigné de la barbarie que le sentiment qui l’inspiroit.

Le Christianisme s’étant répandu dans le monde, on l’employa pour rendre les fraternités plus solennelles & plus respectables ; & en conséquence, on les contracta à la face des autels. C’est ainsi que quelques freres d’armes imprimoient à leurs sermens les plus sacrés caracteres de la religion : pour s’unir plus étroitement, ils baisoient ensemble la paix que l’on présente aux fideles dans les cérémonies de la messe. Nous avons même des exemples de la fraternité-d’armes autorisée par la réception de l’hostie consacrée : ce fut de cette maniere, au rapport de Jean Juvénal des Ursins, que les ducs d’Orléans & de Bourgogne lierent une fraternité, qui pourtant ne dura pas longtems : « ils oüirent tous la messe ; reçurent le corps de N. S. & préalablement jurerent bon amour, & fraternité par-ensemble ».

Mais on observoit rarement des cérémonies aussi graves dans ces sortes d’associations ; on les contractoit d’ordinaire, les uns par le don réciproque de quelques armes, les autres par le simple attouchement d’une arme, comme d’une épée ou d’une lance, sur laquelle on se juroit une alliance perpétuelle ; & ceux qui faisoient ces sermens s’appelloient fratres jurati.

Monstrelet nous apprend que le roi d’Arragon se fit frere-d’armes du duc de Bourgogne par un simple traité. Les princes formoient dans l’éloignement leur contrat de fraternité-d’armes, par des traités authentiques, suivant l’usage des tems. Ce fut par un acte semblable que le duc de Bretagne & le comte de Charolois devinrent freres-d’armes l’un de l’autre. M. Ducange, dans sa dissertation sur Joinville, a rapporté le traité de fraternité-d’armes entre Bertrand du Guesclin & Olivier de la Marche, & celui que Louis XI. & Charles dernier duc de Bourgogne firent ensemble.

On vit, à la vérité, le duc de Bourgogne violer les sermens de sa fraternité-d’armes avec le duc d’Orléans ; mais c’est un exemple très-rare, auquel on peut opposer celui du duc de Bretagne, long-tems ennemi irréconciliable du connétable Clisson. La haine de ce duc fit place aux sentimens de la fraternité, lorsqu’il fut devenu frere-d’armes du connétable. Jamais amitié ne fut plus sincere que celle qui regna depuis entr’eux, jusqu’à la mort du duc de Bretagne : Clisson la lui continua encore après sa mort dans la personne de ses enfans ; il fut toûjours leur pere.

Au reste, les fraternités militaires donnoient à des seigneurs particuliers le moyen de faire des entreprises dignes des souverains. Lorsque la guerre ne les retenoit pas au service de leur monarque, ils s’associoient pour aller purger une province de brigands qui l’infestoient ; pour délivrer des nations éloignées du joug des infideles ; pour venger un prince opprimé, & déthroner un usurpateur. Enfin, comme lés meilleures choses dégénerent, il arriva que les fraternités-d’armes rendirent un grand nombre de seigneurs indépendans, & quelquefois rébelles.

Il arriva pareillement de-là, que les fraternités-d’armes contractées par des sujets ou des alliés de nos rois, firent naître des soupçons sur la fidélité de ceux qui avoient pris ces engagemens. Le roi de France, en 1370, témoigna son mécontentement de la conduite d’Ostrenant son allié, qui avoit accepté l’ordre de la Jarretiere ; & l’on ne fut pas moins scandalisé de voir le duc d’Orléans se lier en 1399 par une fraternité-d’armes & d’alliance avec le duc de Lancastre, qui peu après déthrona Richard, roi d’Angleterre, gendre du roi Charles VI. Le crédit que donnoient ces sortes de sociétés étoit en effet d’une conséquence dangereuse pour le repos de l’état : on sait comment elles finirent dans ce royaume. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « fraternité »

Du latin fraternitas, dérivé de frater (« frère »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Prov. fraternitat ; espagn. fraternidad ; ital. fraternità ; du lat. fraternitatem, de fraternus, fraternel, dérivé de frater, frère.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « fraternité »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fraternité fratɛrnite

Évolution historique de l’usage du mot « fraternité »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fraternité »

  • Ne pourrait-on même soutenir que c'est parce que les hommes sont inégaux qu'ils ont d'autant plus besoin d'être frères ? Charles Du Bos, Journal, Corrêa
  • La fraternité se ressemble. Étienne Jodelle, Eugène
  • L'égoïsme et la haine ont seuls une patrie ; La fraternité n'en a pas ! Alphonse de Prât de Lamartine, Poésies diverses, la Marseillaise de la paix
  • Il y a une fraternité qui ne se trouve que de l'autre côté de la mort. André Malraux, L'Espoir, Gallimard
  • La solitude est essentielle à la fraternité. Gabriel Marcel, La Dignité humaine, Aubier
  • Nous, les hommes, nous sommes tous séparés. Dans le ciel fraternisent les oiseaux, et les loups sur la terre. Fazıl Hüsnü Dağlarca, Plein le monde
  • La fraternité du malheur est la fraternité la plus rapide. De José Marti
  • Nous n’avons pas besoin de fraternités communautaires mais d’une fraternité universelle. De Abdennour Bidar / Le Figaro Magazine, 23 janvier 2015
  • Il n'y a pas de théâtre sans fraternité. De Louis Jouvet
  • La fraternité n'a pas ici-bas de pire ennemi que l'égalité. De Gustave Thibon / Diagnostics
  • La pauvreté est un refus de partager la grande fraternité de la merde. De Romain Gary
  • Sans dissidents la fraternité manque de mordant. De Marc Gendron / Opération New York
  • La fraternité bannit la volonté de puissance, et le service la tentation du pouvoir. De Jean-Paul II
  • L’égoïsme et la haine ont seuls une patrie ; la fraternité n’en a pas ! De Alphonse de Lamartine / La Marseillaise de la paix
  • La fraternité est ce qui distingue les humains. Les animaux ne connaissent que l'amour. De Jean Guéhenno
  • La liberté et la fraternité sont des mots, tandis que l'égalité est une chose. De Henri Barbusse / Le feu
  • L’ensemble du pontificat de François s’articule autour de la fraternité. «Frères» est précisément le premier mot qu'il a adressé au monde en tant que Pape le soir du 13 mars 2013. La dimension de la fraternité est, si l'on peut dire, dans l'ADN de ce pontife qui a choisi le nom du Pauvre d'Assise, un homme qui voulait comme seul titre celui de «frère». Fraternelle, c’est aussi la façon dont il définit sa relation avec son prédécesseur, le Pape émérite Benoît XVI. Après la signature de la Déclaration sur la fraternité humaine, cet aspect du pontificat apparaît certainement plus marqué et plus évident pour tous. Pourtant, en remontant les sept premières années du pontificat de François, on trouve plusieurs jalons sur le chemin qui a conduit à la signature, avec le Grand Imam d'Al Azhar, du document historique à Abu Dhabi le 4 février 2019. Un chemin qui continue aujourd’hui encore, car cet événement sur le sol arabe a été, certes, un point d'arrivée, mais aussi un nouveau départ. , Où est ton frère? De Lampedusa à la Covid-19, le défi de la fraternité - Vatican News
  • « Le triptyque républicain de la France, c’est Liberté, Égalité, Fraternité. Et la place du sport, son rôle, sa fonction, au sein de la société, c’est sur le troisième volet. Pour moi, le sport, c’est la fraternité. Oui, le vivre ensemble. Et ce n’est absolument pas un hasard si le sport intervient là où c’est un peu sensible dans la société. On réfléchit à la pratique sportive dans les quartiers, pour les femmes dans les quartiers, pour les personnes handicapées, pour les personnes isolées. On parle aussi beaucoup de sport santé pour sortir de la maladie. C’est bien la preuve que le sport est un des moyens de parvenir à la fraternité. » , Autres | Et si l’on parlait un peu de la fraternité dans le sport ?
  • La nouvelle génération montre sa soif de justice, de vérité, d’égalité et de fraternité. Les mobilisations massives de la jeunesse donnent une belle leçon de ce que sont les valeurs républicaines. Ces mobilisations sont source d’espoir. Site Internet du P.C.F., Les jeunes descendent dans la rue   pour demander justice, égalité et fraternité - Site Internet du P.C.F.

Images d'illustration du mot « fraternité »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « fraternité »

Langue Traduction
Anglais fraternity
Espagnol fraternidad
Italien fraternità
Allemand brüderlichkeit
Chinois 博爱
Arabe الأخوة
Portugais fraternidade
Russe братство
Japonais 友愛
Basque senidetasun
Corse fraternità
Source : Google Translate API

Synonymes de « fraternité »

Source : synonymes de fraternité sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « fraternité »

Partager