Élan : définition de élan


Élan : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉLAN1, subst. masc.

ZOOL. Mammifère ruminant, de la famille des Cervidés, vivant dans les contrées septentrionales de l'hémisphère nord. Chasser l'élan; les bois de l'élan sont aplatis; andouiller d'élan. L'Empire britannique se propose à l'univers, aux nègres et aux girafes, aux zèbres et aux Cafres, aux Indiens et aux élans gigantesques, comme une doctrine brutale (Morand, Londres,1933, p. 163):
... ton père (...) est mort à cent deux ans sans avoir rien à se reprocher, car ce ne sont pas des forfaitures que de tuer par mégarde un daim ou un élan du roi. Hugo, Han d'Islande,1823, p. 406.
Rem. La variété d'élan connue au Canada est nommée orignal (cf. Duchartre 1973).
Prononc. et Orth. : [elɑ ̃]. Ds Ac. 1718-1932. Étymol. et Hist. Fin du xiiies. hele (Sone de Nansai, 4289 ds T.-L.); 1414 hellent (G. de Lannoy, Voyage ds DG); 1519 eslams plur. (Lett. de Christiern à François Ierds Gdf. Compl.). Les formes hellent, ellend (1564, Thierry) sont prob. empr. au h. all. elen, elend, de même sens, lui-même empr. aux lang. baltiques (lituanien élnis, cf. Kluge; Duden Etymol.); la forme plus anc. hele pourrait être empr. directement par le fr. aux lang. baltiques (FEW t. 15, 2, p. 87a). Bbg. Arveiller (R.). R. Ling. rom. 1972, t. 36, p. 230. − Quem. Fichier.

ÉLAN2, subst. masc.

A.− Domaine du monde physique
1. [En parlant d'animés]
a) [Toujours au sing.; et sans compl. de nom] Mouvement simple ou complexe (course, par ex.) pour se lancer ou pour lancer quelque chose. Sauter sans élan, avec élan; calculer son élan. Il se ressaisit, et d'un seul élan la jeta sur le lit (Aymé, Jument,1933, p. 255).L'élan doit permettre au sauteur d'arriver sur la planche d'appel à sa vitesse maximum (Vuillemin, Memento Éduc. phys.,1941, p. 143):
1. Un petit saut d'enfant d'abord, puis, d'un élan, il dépasse la roche et s'envoie dans une épaisseur de six mètres d'air. Giono, Regain,1930, p. 117.
P. anal. Cette ville [New-York] qui regorge de coûteuses magnificences, a poussé d'un élan trop rapide et trop fougueux (Loti, Vertige mond.,1917, p. 189).
Loc. Prendre de l'élan, son élan. Se donner ou recevoir l'impulsion nécessaire pour accomplir quelque chose. Parfois le cerceau prend un élan, se sauve (Romains, Hommes bonne vol.,1932, p. 178).
P. métaph. Pour faire chaque fois prendre à son esprit un plus grand élan vers la confidence suprême (Malègue, Augustin,t. 1, 1933, p. 39).
Au fig. Donner, apporter un élan, de l'élan (à qqc.). Transmettre une impulsion à quelque chose. Donner de l'élan à l'industrie. Synon. essor, impulsion; anton. coup d'arrêt.Un ancien fabricant de chapeaux (...) fouilla le passé des Rougon (...). Il en dit assez pour donner aux commérages un nouvel élan (Zola, Fortune Rougon,1871, p. 256):
2. Peu de temps après cette conversation, vinrent à Paris les ballets russes, qui apportèrent l'élan et le renouveau que l'on sait. Gide, Journal,1941, p. 79.
Spéc., PHILOS. Élan vital [chez Bergson]. Impulsion fondamentale de la vie telle qu'elle se manifeste dans l'évolution en produisant, à partir de la matière inerte, des formes biologiques capables d'adaptation et tendant vers une complexité croissante (d'apr. Thinès-Lemp. 1975). Il n'a pas plus de spontanéité, de « dynamisme », d'élan vital, de volonté, que la nature elle-même (Ruyer, Esq. philos. struct.,1930, p. 181).Il paraît que cela fait mieux comprendre la sculpture, l'élan vital de la sculpture, comme disent les bergsoniens (Thibaudet, Réflex. litt.,1936, p. 175):
3. L'élan vital, traversant la matière, voudrait obtenir tout d'un coup. Il y réussirait, sans doute, si sa puissance était illimitée ou si quelque aide lui pouvait venir du dehors. Mais l'élan est fini, et il a été donné une fois pour toutes. Il ne peut pas surmonter tous les obstacles. Bergson, L'Évolution créatrice,1907, p. 254.
b) P. méton. (au sing. ou au plur.). Mouvement brusque, rapide, vers l'avant. Cheval qui ne va que par élans (Ac.).Synon. bond.
P. ext. [En parlant de la voix] Reprise soudaine. S'il se présente dans le cours d'un morceau (...) un élan de voix plus puissant, il est inutile de chercher à le renforcer (Pothier, Mélod. grégor.,1890, p. 20).
P. anal. Entre ce visage toujours noyé sous la vitre et les élans du violon, se pouvait-il qu'il n'y eût vraiment aucune concordance cachée (Duhamel, Jardin bêtes sauv.,1934, p. 73).
2. Mouvement d'une chose lancée. L'élan d'une voiture; il l'a heurté en plein élan. Synon. mouvement; anton. arrêt.Elles [les hirondelles] progressent en restant les ailes étendues, en planant comme l'on dit : l'élan et la résistance de l'air suffit à les maintenir (H. Coupin, Animaux de nos pays,1909, p. 126).Le sable tombe, et le courant se remêle à l'élan général du flot (Queffélec, Recteur,1944, p. 113):
4. Notre couverture, telle que nous l'avions envisagée, n'était plus en mesure d'arrêter l'élan des cinq corps ennemis qui lui étaient opposés; ... Joffre, Mém.t. 1, 1931, p. 163.
P. métaph. Le rempart émoussait l'élan des quartiers neufs (Romains, Hommes bonne vol.,1932, p. 200).
Au fig. L'élan symboliste dura une quinzaine d'années (Thibaudet, Hist. litt. fr.,1936, p. 487).
3. P. ext. Mouvement qui anime quelque chose. Être pris par l'élan de la vie parisienne. Synon. rythme.Jules respire du même élan que la voix (Giono, Gd. troupeau,1931, p. 60):
5. ... la démarche même et l'élan de la langue allemande me pénètre. Arnoux, Contacts allemands,1950, p. 27.
Au fig. La symphonie de Michel est aimable; (...) Mozart ajoute l'élan et la grandeur (Ghéon, Prom. Mozart,1932, p. 248).Récit dont l'ampleur, le mouvement, l'élan indivisible sont aussi beaux que ceux de la tragédie elle-même (Thibaudet, Réflex. litt.,1936, p. 215).
B.− Domaine des sentiments
1. Au sing. Mouvement intérieur suscité par un vif sentiment envers quelqu'un ou quelque chose.
[Avec un compl.] Élan de tendresse, de passion, d'amitié; élans de cœur, de jeunesse. Synon. effusion, transport, accès.Mon émotion devant une angoisse de sa voix, le recul affolé d'une pensée dans mon élan d'amour (Bousquet, Trad. du silence,1935-36, p. 209).L'âme entière du pays se lèvera en un élan de solidarité nationale (Camus, Révolte Asturies,1936, III, 2, p. 425):
6. Le plus grand cataclysme de ce siècle, (...) fut le tremblement de terre de 1924, (...) et fut la cause d'un extraordinaire élan de solidarité internationale. Goldschmidt, L'Aventure atomique,1962, p. 57.
Au fig. Mais on cherche en vain, dans la série interminable de ses portraits [de Reynolds] une figure dressée tout à coup dans un élan inattendu de pureté (Lhote, Peint. d'abord,1942, p. 95).
2. P. méton. (au sing. ou au plur.). Mouvement brusque.
Emploi abs. Avoir des élans pour qqn; maîtriser, réfréner ses élans. Tu n'es pas vraie. Tu n'es pas nue. Tu n'as aucun des élans, des franchises des êtres nus (Giraudoux, Sodome,1943, II, 8, p. 153).Vos paroles sont dures, mais je sens que de plus dures encore ne sauraient briser l'élan qui me porte vers vous (Bernanos, Dialog. Carm.,1948, 2etabl., 1, p. 1586):
7. Il s'en fiche. Pas un regret, pas un élan alors que moi je déborde de peine. Montherlant, Fils de personne,1943, I, 4, p. 287.
C.− Domaine du comportement.Vif mouvement. Parler, répondre avec élan. Synon. ardeur, chaleur, vivacité, emportement.La tristesse confiante de sa voix m'alla au cœur; je dis avec élan : « il y a plus malade que vous » (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 71):
8. − Un homme, repris-je avec un élan soudain excessif comme si j'allais entonner l'hymne de la famille... Duhamel, Chronique des Pasquier,Le Jardin des bêtes sauvages, 1934, p. 30.
Prononc. et Orth. : [elɑ ̃]. Ds Ac. 1694 et 1718 sous l'anc. forme et au plur. eslans; ds Ac. 1740 et 1762 sous la forme mod. mais toujours au plur.; ds Ac. 1798-1932 au singulier. Étymol. et Hist. 1409 eslan (Boucicaut, II, 21 ds Gdf. Compl.). Déverbal de élancer*.
STAT. − Élan1 et 2. Fréq. abs. littér. : 3 392. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 446, b) 3 556; xxes. : a) 5 901, b) 6 883.

Élan : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉLAN1, subst. masc.

ZOOL. Mammifère ruminant, de la famille des Cervidés, vivant dans les contrées septentrionales de l'hémisphère nord. Chasser l'élan; les bois de l'élan sont aplatis; andouiller d'élan. L'Empire britannique se propose à l'univers, aux nègres et aux girafes, aux zèbres et aux Cafres, aux Indiens et aux élans gigantesques, comme une doctrine brutale (Morand, Londres,1933, p. 163):
... ton père (...) est mort à cent deux ans sans avoir rien à se reprocher, car ce ne sont pas des forfaitures que de tuer par mégarde un daim ou un élan du roi. Hugo, Han d'Islande,1823, p. 406.
Rem. La variété d'élan connue au Canada est nommée orignal (cf. Duchartre 1973).
Prononc. et Orth. : [elɑ ̃]. Ds Ac. 1718-1932. Étymol. et Hist. Fin du xiiies. hele (Sone de Nansai, 4289 ds T.-L.); 1414 hellent (G. de Lannoy, Voyage ds DG); 1519 eslams plur. (Lett. de Christiern à François Ierds Gdf. Compl.). Les formes hellent, ellend (1564, Thierry) sont prob. empr. au h. all. elen, elend, de même sens, lui-même empr. aux lang. baltiques (lituanien élnis, cf. Kluge; Duden Etymol.); la forme plus anc. hele pourrait être empr. directement par le fr. aux lang. baltiques (FEW t. 15, 2, p. 87a). Bbg. Arveiller (R.). R. Ling. rom. 1972, t. 36, p. 230. − Quem. Fichier.

ÉLAN2, subst. masc.

A.− Domaine du monde physique
1. [En parlant d'animés]
a) [Toujours au sing.; et sans compl. de nom] Mouvement simple ou complexe (course, par ex.) pour se lancer ou pour lancer quelque chose. Sauter sans élan, avec élan; calculer son élan. Il se ressaisit, et d'un seul élan la jeta sur le lit (Aymé, Jument,1933, p. 255).L'élan doit permettre au sauteur d'arriver sur la planche d'appel à sa vitesse maximum (Vuillemin, Memento Éduc. phys.,1941, p. 143):
1. Un petit saut d'enfant d'abord, puis, d'un élan, il dépasse la roche et s'envoie dans une épaisseur de six mètres d'air. Giono, Regain,1930, p. 117.
P. anal. Cette ville [New-York] qui regorge de coûteuses magnificences, a poussé d'un élan trop rapide et trop fougueux (Loti, Vertige mond.,1917, p. 189).
Loc. Prendre de l'élan, son élan. Se donner ou recevoir l'impulsion nécessaire pour accomplir quelque chose. Parfois le cerceau prend un élan, se sauve (Romains, Hommes bonne vol.,1932, p. 178).
P. métaph. Pour faire chaque fois prendre à son esprit un plus grand élan vers la confidence suprême (Malègue, Augustin,t. 1, 1933, p. 39).
Au fig. Donner, apporter un élan, de l'élan (à qqc.). Transmettre une impulsion à quelque chose. Donner de l'élan à l'industrie. Synon. essor, impulsion; anton. coup d'arrêt.Un ancien fabricant de chapeaux (...) fouilla le passé des Rougon (...). Il en dit assez pour donner aux commérages un nouvel élan (Zola, Fortune Rougon,1871, p. 256):
2. Peu de temps après cette conversation, vinrent à Paris les ballets russes, qui apportèrent l'élan et le renouveau que l'on sait. Gide, Journal,1941, p. 79.
Spéc., PHILOS. Élan vital [chez Bergson]. Impulsion fondamentale de la vie telle qu'elle se manifeste dans l'évolution en produisant, à partir de la matière inerte, des formes biologiques capables d'adaptation et tendant vers une complexité croissante (d'apr. Thinès-Lemp. 1975). Il n'a pas plus de spontanéité, de « dynamisme », d'élan vital, de volonté, que la nature elle-même (Ruyer, Esq. philos. struct.,1930, p. 181).Il paraît que cela fait mieux comprendre la sculpture, l'élan vital de la sculpture, comme disent les bergsoniens (Thibaudet, Réflex. litt.,1936, p. 175):
3. L'élan vital, traversant la matière, voudrait obtenir tout d'un coup. Il y réussirait, sans doute, si sa puissance était illimitée ou si quelque aide lui pouvait venir du dehors. Mais l'élan est fini, et il a été donné une fois pour toutes. Il ne peut pas surmonter tous les obstacles. Bergson, L'Évolution créatrice,1907, p. 254.
b) P. méton. (au sing. ou au plur.). Mouvement brusque, rapide, vers l'avant. Cheval qui ne va que par élans (Ac.).Synon. bond.
P. ext. [En parlant de la voix] Reprise soudaine. S'il se présente dans le cours d'un morceau (...) un élan de voix plus puissant, il est inutile de chercher à le renforcer (Pothier, Mélod. grégor.,1890, p. 20).
P. anal. Entre ce visage toujours noyé sous la vitre et les élans du violon, se pouvait-il qu'il n'y eût vraiment aucune concordance cachée (Duhamel, Jardin bêtes sauv.,1934, p. 73).
2. Mouvement d'une chose lancée. L'élan d'une voiture; il l'a heurté en plein élan. Synon. mouvement; anton. arrêt.Elles [les hirondelles] progressent en restant les ailes étendues, en planant comme l'on dit : l'élan et la résistance de l'air suffit à les maintenir (H. Coupin, Animaux de nos pays,1909, p. 126).Le sable tombe, et le courant se remêle à l'élan général du flot (Queffélec, Recteur,1944, p. 113):
4. Notre couverture, telle que nous l'avions envisagée, n'était plus en mesure d'arrêter l'élan des cinq corps ennemis qui lui étaient opposés; ... Joffre, Mém.t. 1, 1931, p. 163.
P. métaph. Le rempart émoussait l'élan des quartiers neufs (Romains, Hommes bonne vol.,1932, p. 200).
Au fig. L'élan symboliste dura une quinzaine d'années (Thibaudet, Hist. litt. fr.,1936, p. 487).
3. P. ext. Mouvement qui anime quelque chose. Être pris par l'élan de la vie parisienne. Synon. rythme.Jules respire du même élan que la voix (Giono, Gd. troupeau,1931, p. 60):
5. ... la démarche même et l'élan de la langue allemande me pénètre. Arnoux, Contacts allemands,1950, p. 27.
Au fig. La symphonie de Michel est aimable; (...) Mozart ajoute l'élan et la grandeur (Ghéon, Prom. Mozart,1932, p. 248).Récit dont l'ampleur, le mouvement, l'élan indivisible sont aussi beaux que ceux de la tragédie elle-même (Thibaudet, Réflex. litt.,1936, p. 215).
B.− Domaine des sentiments
1. Au sing. Mouvement intérieur suscité par un vif sentiment envers quelqu'un ou quelque chose.
[Avec un compl.] Élan de tendresse, de passion, d'amitié; élans de cœur, de jeunesse. Synon. effusion, transport, accès.Mon émotion devant une angoisse de sa voix, le recul affolé d'une pensée dans mon élan d'amour (Bousquet, Trad. du silence,1935-36, p. 209).L'âme entière du pays se lèvera en un élan de solidarité nationale (Camus, Révolte Asturies,1936, III, 2, p. 425):
6. Le plus grand cataclysme de ce siècle, (...) fut le tremblement de terre de 1924, (...) et fut la cause d'un extraordinaire élan de solidarité internationale. Goldschmidt, L'Aventure atomique,1962, p. 57.
Au fig. Mais on cherche en vain, dans la série interminable de ses portraits [de Reynolds] une figure dressée tout à coup dans un élan inattendu de pureté (Lhote, Peint. d'abord,1942, p. 95).
2. P. méton. (au sing. ou au plur.). Mouvement brusque.
Emploi abs. Avoir des élans pour qqn; maîtriser, réfréner ses élans. Tu n'es pas vraie. Tu n'es pas nue. Tu n'as aucun des élans, des franchises des êtres nus (Giraudoux, Sodome,1943, II, 8, p. 153).Vos paroles sont dures, mais je sens que de plus dures encore ne sauraient briser l'élan qui me porte vers vous (Bernanos, Dialog. Carm.,1948, 2etabl., 1, p. 1586):
7. Il s'en fiche. Pas un regret, pas un élan alors que moi je déborde de peine. Montherlant, Fils de personne,1943, I, 4, p. 287.
C.− Domaine du comportement.Vif mouvement. Parler, répondre avec élan. Synon. ardeur, chaleur, vivacité, emportement.La tristesse confiante de sa voix m'alla au cœur; je dis avec élan : « il y a plus malade que vous » (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 71):
8. − Un homme, repris-je avec un élan soudain excessif comme si j'allais entonner l'hymne de la famille... Duhamel, Chronique des Pasquier,Le Jardin des bêtes sauvages, 1934, p. 30.
Prononc. et Orth. : [elɑ ̃]. Ds Ac. 1694 et 1718 sous l'anc. forme et au plur. eslans; ds Ac. 1740 et 1762 sous la forme mod. mais toujours au plur.; ds Ac. 1798-1932 au singulier. Étymol. et Hist. 1409 eslan (Boucicaut, II, 21 ds Gdf. Compl.). Déverbal de élancer*.
STAT. − Élan1 et 2. Fréq. abs. littér. : 3 392. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 446, b) 3 556; xxes. : a) 5 901, b) 6 883.

Élan : définition du Wiktionnaire

Nom commun 1

élan \e.lɑ̃\ masculin

  1. Mouvement pour s’élancer.
    • Ce héros, la lance brandie en avant, l’oriflamme sacrée flottant au-dessus de sa tête, entra d'un élan fougueux dans la masse guerrière qui lui prêtait le flanc. — (Ivan Gobry, Charles VIII: Fils de Louis XI 1483-1498, Éditions Flammarion, 2012)
    • Prendre son élan pour sauter.
  2. Continuation sans dynamisme d'un mouvement déjà amorcé.
    • Avec l'élan qu’avait le patineur au moment de sa chute, il ne pouvait qu’heurter violemment le rebord.
  3. Comportement vif et dynamique.
    • Répondre avec élan.
    • Ce jeune homme manque d’élan.
  4. (Figuré) Changement subit d'attitude, sous l’influence d’un sentiment vif ou généreux.
    • Ne désespérons cependant pas de voir un jour le parlement, dans un élan collectif de patriotisme, oser braver certaines tendances funestes, chères à une partie de l'opinion publique, et de risquer même le danger d'une impopularité passagère, pour assurer le bien du peuple malgré lui. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • La révolution de Palais, qui se produisait le 13 décembre 1940 et dans laquelle Alibert s'était compromis, devait briser net l’élan réformateur du premier garde des sceaux de Vichy. — (Le droit sous Vichy, page 241, Vittorio Klostermann, Francfort/Main, 2006)
    • L'odeur de l’ambre solaire avait curieusement un effet aphrodisiaque sur Albert qui devenait infernal. Moi, je mesurais mes élans car je détestais prendre un râteau. — (Michel Charton, Chronique ordinaire d'un baby-boomer, Éditions du Panthéon, 2015)

Nom commun 2

élan \e.lɑ̃\ masculin

  1. (Zoologie) Espèce de mammifère ruminant ressemblant à un grand cerf (c'est le plus grand des cervidés) avec de très grands bois plats, que l'on trouve dans les pays septentrionaux, Europe du Nord et Canada.
    • Une corne ou un bois d’élan peut atteindre un mètre.
  2. (Absolument) Variété européenne de cet animal, par opposition à l’orignal.
  3. (Héraldique) (Rare) Meuble représentant l’animal du même nom dans les armoiries. À rapprocher de biche, cerf, chevreuil et daim.
    • D’azur à un élan d’argent attaqué à la croupe par un faucon fondant d’or et à l’avant par un lévrier rampant du même bloquant la patte senestre de l’élan de la sienne, qui est de Jämtland en Suède → voir illustration « armoiries avec un élan »
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Élan : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉLAN. n. m.
Espèce de cerf qui se trouve dans les pays septentrionaux. Corne d'élan. Il se dit aussi d'une Variété d'antilopes de l'Afrique du Sud.

Élan : définition du Littré (1872-1877)

ÉLAN (é-lan) s. m.
  • 1Mouvement pour s'élancer. Il prit son élan. L'élan qu'il avait le fit tomber. Il partit comme un trait, mais les élans qu'il fit Furent vains…, La Fontaine, Fabl. VI, 10.

    N'avancer que par élans, avancer par des mouvements brusques et saccadés.

  • 2Action d'élancer la voix. À prix de faux clins d'yeux et d'élans affectés, Molière, Tart. I, 6. Que dis-tu de m'y voir rêveur, capricieux, Tantôt baissant le front, tantôt levant les yeux, De paroles en l'air par élans envolées, Effrayer les oiseaux perchés dans mes allées ? Boileau, Épît. X. Aux élans redoublés de sa voix douloureuse Tous ses valets tremblants quittent la plume oiseuse, Boileau, Lutr. IV. Il pousse des élans et des soupirs, La Bruyère, XIII.
  • 3 Fig. Ardeur inspirée par la passion, par l'enthousiasme. Cette continuité [de l'oraison] consistait dans divers actes et dans de continuels élans de leur dévotion, Bossuet, États d'orais. VI, 40. Sénèque… vous offrira des idées ingénieuses et fines, des élans hardis et lumineux, Diderot, Ess. sur Claude. Mais on admire, on aime, on soutient les talents, C'est en vain qu'on voudrait repousser leurs élans, Gilbert, le Poëte malheureux. Oui, ce discours sans doute est un élan sublime, Chénier M. J. Charles IX, III, 1. Ces élans inquiets vers la postérité Ne sont pas de l'orgueil une vaine chimère, Legouvé, Épichar. et Nér. II, 2.

    Ce jeune homme a de l'élan, c'est-à-dire il a un cœur disposé à l'enthousiasme.

  • 4Ancien terme de marine. Écart que fait un vaisseau tantôt à tribord, tantôt à bâbord. Les élans sont à tribord.

HISTORIQUE

XVIe s. Mais en l'homme, que le corps se meuve et seuffre quant et les eslans des passions, on l'apperçoit evidemment par la couleur pasle en frayeur…, Amyot, De la vertu morale, 25.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « élan »

Étymologie de élan - Littré

Voy. ÉLANCER ; Berry, alan. L'orthographe eslan ne laisse aucun doute sur l'origine de ce mot.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de élan - Wiktionnaire

(Nom commun 1) Déverbal sans suffixe de élancer.
(Nom commun 2) Du haut-allemand elend (allemand Elen), de même sens, apparenté à éland, élaphe.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « élan »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
élan elɑ̃ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « élan »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « élan »

  • Des marches pour le climat à la grève des femmes en passant par les manifestations contre les violences policières, les jeunes sont omniprésents dans la rue, revendiquant un changement de société à coups de slogans provocateurs. Mobilisée massivement sur les réseaux sociaux où les élans contestataires se répandent comme une traînée de poudre, la jeune génération redessine les contours de l’engagement militant. Le Temps, L’élan militant de la jeunesse suisse - Le Temps
  • Les startups françaises résistent à la crise et continuent de lever des fonds... mais le Covid-19 a bel et bien brisé la belle dynamique d'hyper-croissance de la French Tech. C'est le principal enseignement de notre analyse des levées de fonds du premier semestre 2020. D'après nos calculs, les startups françaises ont levé 2,7 milliards d'euros entre janvier et juin, soit quasiment autant qu'au premier semestre 2019 (2,8 milliards d'euros). Mais si ce très léger recul (-3,5%) peut paraître anecdotique et rassurant à première vue, il est trompeur. Il révèle surtout que la crise économique a bel et bien stoppé net le très fort élan du capital-risque français, habitué à une croissance à deux chiffres à chaque semestre (+39% en moyenne sur les quatre dernières années au premier semestre). C'est même la première fois, depuis la création du label French Tech en 2013 et donc de la structuration de l'écosystème, que le montant levé sur un semestre recule sur un an. La Tribune, 2,7 milliards d'euros levés : la crise stoppe l'élan de la French Tech au premier semestre
  • La nature peint avec l'élan de sa force même, tandis que le peintre marie son imagination aux hésitations de sa main et de son esprit. De Ernest Pallascio-Morin / Brentwick
  • Le sentiment de la vie justifie tout, même le crime, même l'horreur. Etre civilisé, c'est modérer ou moduler ses élans. De Jean-François Somain / La Nuit du chien-loup
  • Toute censure est stupide par essence puisqu'elle qualifie, précise, décuple les élans de la révolution qui la fera sauter. De Jean-Marie Poupart / Angoisse play
  • Je sais bien que le plus petit élan d'amour vrai nous rapproche beaucoup plus de Dieu que toute la science que nous pouvons avoir de la création et de ses degrés. De Antonin Artaud
  • Toujours l'homme chez qui une pensée germe sur une autre pensée s'éloigne de son but, parce que l'une affaiblit l'élan de l'autre. De Dante
  • Il ne faut pas connaître trop de choses, on y perd son élan vital. De Gilles Martin-Chauffier / Une vraie Parisienne
  • Vivre est un élan hasardeux et il n'y a aucune conclusion à en tirer. De Marc Gendron / Le Prince de ouaouarons
  • Un homme se définit aussi bien par ses comédies que par ses élans sincères. De Albert Camus / Le Mythe de Sisyphe
  • C'est l'amour qui pousse, qui donne des élans au coeur et des idées en tête. De Béatrix Boily / Sur la brèche
  • Il ne se passe pas de jours que nous menions à l'abattoir les plus purs de nos élans. De Henry Miller / Crucifixion en rose
  • Chaque journée est un élan qui traverse l’histoire. De Jim Morrison / Wilderness
  • Nos espoirs ne seraient-ils que des prétextes à nos élans ? De Jean Rostand
  • Une fille laide est une fille qu'on saute sans élan. De Francis Veber
  • L'élan fait partie du saut. De Halil Sarkis / Statue
  • A nouvel an, nouvel élan. De Christelle Heurtault

Images d'illustration du mot « élan »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « élan »

Langue Traduction
Corse momentu
Basque momentu
Japonais 勢い
Russe импульс
Portugais impulso
Arabe قوة الدفع
Chinois 动量
Allemand schwung
Italien quantità di moto
Espagnol impulso
Anglais momentum
Source : Google Translate API

Synonymes de « élan »

Source : synonymes de élan sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « élan »



mots du mois

Mots similaires