Forban : définition de forban


Forban : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

FORBAN, subst. masc.

A.− Vieilli. Marin qui exerçait la piraterie pour son propre compte et non pour celui d'un souverain ou d'un gouvernement. Les forbans sont traités comme voleurs (Ac.1798-1878).Synon. corsaire, écumeur de mer, pirate.J'ai traversé la Sicile et la Calabre, j'ai navigué deux mois dans l'archipel, et je n'ai jamais vu l'ombre d'un bandit ni d'un forban (Dumas père, Monte-Cristo,t. 1, 1846, p. 383).Au moyen âge, on appelait surtout forban le corsaire qui ne déposait pas les armes à la fin des hostilités (Bouillet1859).
B.− P. ext. Homme sans scrupule, qui ne respecte aucun droit. Synon. bandit, brigand, pirate, voleur.Et c'était vraiment, pour ce forban du pavé de Paris, brûlé et tanné dans tous les guet-apens financiers, une chance imméritée (Zola, Argent,1891, p. 174).L'habile forban qui a volé le panneau était un instrument de la justice inconnue qu'il convient de ne pas contrarier (Camus, Chute,1956, p. 1540):
La plupart traînaient après eux des ballots énormes où l'on apercevait des postes de TSF, des appareils photographiques, des bronzes, de l'argenterie, tout ce qu'ils avaient pu voler dans l'affolement et l'impunité (...) Nous n'étions pas fiers de penser que ce ramassis de forbans fût composé de nos compatriotes. Ambrière, Gdes vac.,1946, p. 375.
[Employé comme injure] Un vrai cosaque, un forban, un papavoine, un goujat! (Reybaud, J. Paturot,1842, p. 43).
En partic.
1. Forban de presse. Journaliste sans scrupule qui se vend au plus offrant. Il y aura toujours des forbans de presse, pour mettre le papier imprimé à la disposition de l'ennemi, de l'étranger, de la finance, de ministres véreux (L. Daudet, Brév. journ.,1936, p. 144).S'il a l'étoffe d'un forban de presse, il créera une feuille à lui; peu importent le format, la périodicité, le tirage : la mise de fonds la plus infime suffit (Civilis. écr.,1939, p. 42-05).
2. Forban littéraire. Homme de lettres sans scrupule, en partic. plagiaire. J'ai dans ce voyage surtout vécu de la vie de poète, de rêveur, bu du soleil et recouvré quelque jeunesse qui ne m'est pas encore passée. C'est elle qui m'a fait donner ce coup d'épée en revenant à Paris contre nos forbans littéraires (Sainte-Beuve, Corresp.,t. 3, 1839, p. 139).
Rem. Certains dict. enregistrent un emploi anc. de forban en dr. féod. Synon. de bannissement. Droit de forban (DG, Lar. Lang. fr.).
REM. 1.
Forbannir, verbe trans.dr. féod. Synon. de bannir.P. ext. éloigner quelqu'un. Si le général avait eu le malheur de se montrer généreux sans discussion, comme il arrive quelquefois à certaines âmes candides, il eût été forbanni pour toujours (Balzac, Langeais,1834, p. 262).
2.
Forbannerie, subst. fém.Acte de forban. Aristobule régna ainsi quelque temps (...) faisant sur terre et sur mer des expéditions que l'on qualifiait de forbanneries, et qui peut-être y ressemblaient beaucoup (Renan, Hist. peuple Isr.,t. 5, 1892, p. 145).
Prononc. : [fɔ ʀbɑ ̃]. Étymol. et Hist. 1. 1247 « bannissement » (Cout. d'Anjou et du Maine, I, 82 ds R. Hist. litt. Fr. t. 12, p. 706); 2. ca 1273 forsban « corsaire, pirate » (Etablissements de Saint Louis, éd. P. Viollet, t. 2, p. 388), attest. isolée; de nouv. 1505 fourban (Relation authentique du voyage du capitaine de Gonneville, éd. M. d'Avezac, p. 108); 3. 1831 forban « individu sans scrupules capable de tous les méfaits » (Sue, Atar Gull, p. 10). Déverbal d'un anc. forbannir « bannir » (ca 1260 ds Gdf.), prob. de l'a. b. frq. *firbannjan « bannir » (cf. m. néerl. verbannen, Verdam; all. verbannen) qui a subi une altération du préf. germ. fir- (all. ver-) par la prép. fors* (du lat. foris); cf. FEW t. 15, 1, 65b et 66a. Le terme est également attesté en b. lat., où l'on a forbannire « bannir, interdire; requérir le témoignage de quelqu'un » dep. le vies. (Nierm.). Fréq. abs. littér. : 64. Bbg. La Landelle (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, p. 107, 413.

Forban : définition du Wiktionnaire

Nom commun

forban \fɔʁ.bɑ̃\ masculin

  1. (Autrefois) Pirate, voleur de mer, qui naviguait sans commission d’aucun gouvernement, sans lettre de marque ou de lettre de course.
  2. (Figuré) Se dit de celui qui est capable de tous les méfaits.
    • Que veux-tu faire avec des forbans de cette espèce ? Disqualifié, fichu, méprisé, il n'en continuait pas moins à rançonner ses contemporains. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 103)
    • Frank Harris, […], combina un déjeuner au cours duquel Wilde stimula si habilement la vanité du forban à cervelle d'oiseau que celui-ci en vint à s'enorgueillir de son ignominie. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942, note de bas de page, p.128)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Forban : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FORBAN. n. m.
Il signifiait autrefois Pirate, voleur de mer, qui naviguait sans commission d'aucun gouvernement, sans lettre de marque. Il se dit figurément de Celui qui est capable de tous les méfaits. Ce financier, cet entrepreneur est un forban. Un forban littéraire, Celui qui s'approprie avec audace des idées, des morceaux qui ne lui appartiennent point.

Forban : définition du Littré (1872-1877)

FORBAN (for-ban) s. m.
  • Corsaire, pirate.

    Fig. et adjectivement. Il faut des rameurs sur les bancs Et des muets aux rois forbans, Béranger, Ste Alliance.

    Un forban littéraire, un plagiaire.

REMARQUE

L'Ordonnance d'août 1681 écrit fourban : Seront de bonne prise tous vaisseaux appartenans à nos ennemis ou commandés par des pirates, fourbans et autres gens courans la mer sans commission d'aucun prince ni estat souverain.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Forban : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

FORBAN, s. m. (Jurisprud.) se dit en quelques coûtumes pour bannissement. L’ancienne coûtume du Perche chap. jv. appelle droit de forban, ce que la nouvelle coûtume appelle bannir. La coûtume de Bretagne art. xj. appelle sentence de forban celle qui prononce un bannissement. V. Bannissement. (A)

Forbans, pl. (Marine.) on donne ce nom à ceux qui courent les mers sans commission, & qui attaquent & pillent indistinctement tous ceux qu’ils rencontrent, amis ou ennemis. Les forbans n’ont point de pavillon particulier, mais arborent indifféremment ceux de toutes les nations, pour se mieux déguiser, suivant les circonstances ; aussi lorsqu’on les prend, ils sont traités comme des voleurs publics, & pendus tout de suite. (Z)

* Forban, (terme de Pêche.) petit bateau pêcheur du Marbian, ou baie de Vannes.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « forban »

Étymologie de forban - Wiktionnaire

Déverbal de *forbannir (non attesté, mais dont l’existence est postulée par l’attestation, en bas latin mérovingien, au VIe siècle, de forbannire), probablement du vieux-francique *firbannjan « bannir » (→ voir verbannen en allemand), avec influence de la préposition fors à l'initiale [1]. Quelqu'un qui est rejeté hors du ban.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de forban - Littré

Forban (de foris, hors, et bas-latin bannum, ban) signifiait, dans l'ancien français, bannissement ; dans le moderne, il signifie celui qui est banni, un bandit, et, particulièrement, un bandit de mer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « forban »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
forban fɔrbɑ̃ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « forban »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « forban »

  • D'autre part, la faille SEP ne peut pas être exploitée à partir d'un jailbreak lancé depuis un navigateur web ou une application. Autrement dit, il faut que le forban ait un accès physique à l'iPhone pour réussir son attaque. Bien sûr, c'est toujours possible, mais cela limite fortement la dangerosité de cette découverte même si la trouvaille peut certainement intéresser toutes sortes d'agences gouvernementales à acronymes. iGeneration, Une faille de sécurité découverte dans l'enclave sécurisée d'Apple | iGeneration
  • Sous les traits de Vincent Dedienne, alias Eliott, un jeune anthropologue lancé sur la trace effacée des Otopis, on reconnaît très bien David. Même livre de chevet (« Tristes Tropiques »), même ferveur exploratrice, même tenue négligée et même barbe noire de trois jours. Même besoin, aussi, de rompre avec l’hérédité : la mère possessive et castratrice d’Eliott, Chantal de Bellabre (Catherine Deneuve, restée depuis quarante-cinq ans sur l’île vénézuélienne du « Sauvage »), est également ethnologue. Fuir Œdipe permet d’approcher les Otopis. On vous laisse découvrir à quoi ils ressemblent, l’usage qu’ils font du mercure et quel forban les rançonne. L'Obs, « Terrible Jungle » : une hilarante équipée tintinophile (et bien plus)

Traductions du mot « forban »

Langue Traduction
Corse forbanu
Basque forban
Japonais 禁じる
Russe forban
Portugais forban
Arabe حظر
Chinois 禁令
Allemand forban
Italien forban
Espagnol prohibir
Anglais forban
Source : Google Translate API

Synonymes de « forban »

Source : synonymes de forban sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires