Requin : définition de requin


Requin : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

REQUIN, subst. masc.

A. −
1. ICHTYOL. Grand poisson de mer, vorace et redoutable, appartenant à l'ordre des squales, au corps allongé, au museau pointu, dont la bouche, largement fendue en arc, est située sur la face ventrale et comporte des mâchoires puissantes. Hameçon à pêcher le requin; cuir de requin; huile de foie de requin; potage aux ailerons de requin. Puis il la lança [une perruche morte] à la mer, et le requin qui nous suivait la croqua comme une ablette (Loti, Mon frère Yves, 1883, p. 82).Le requin est presque aveugle et ne voit guère qu'en se retournant sur le dos. Est guidé par un petit poisson qui lui fait comprendre (mais comment?) ce qu'il peut manger et ce qu'il fera mieux de ne pas toucher (Green, Journal, 1950, p. 340).
P. ext. Squale de grande taille. (Ds Rob., Lar. Lang. fr.)
2. P. anal. Personne cupide et impitoyable en affaires. Les requins de la finance. Madame de L. (...) avait légué toute sa fortune, nommément, aux victimes de son mari, un des plus avides requins de la grande banlieue, un Topaze, directeur d'une banque de prêts et d'hypothèques (Cendrars, Homme foudr., 1945, p. 355).
B. − P. anal. (de forme). Yacht de régate habitable, de 9 m 60, très rapide mais peu logeable et échouant mal (d'apr. Merrien 1958).
REM. 1.
Requin-, élém. de compos. entrant dans la constr. de subst. masc. pour désigner des squales de grande taille.Requin-marteau (v. requin II A 4 b), requin-taureau, requin-tigre. Dans les Poissons nectoniques des eaux profondes se rangent les grands squales. Le Requin-Baleine (...), le Pèlerin (...), le Requin bleu (...), le Requin-Renard (...), le Requin-Taupe (Zool.,t. 4,1974,p. 1264 (Encyclop. de la Pléiade)).
2.
Requinisme, subst. masc.,rare. [Corresp. à supra A 2] Fait de se montrer cupide. Celui qui, lorsqu'il a trouvé quelque chose de bon à prendre, referme sa patte dessus (...) comme tout le monde, mais la referme avec élégance, la referme sans que cela se voie. C'est ce qu'on peut appeler le requinisme inapparent, le requinisme mondain (Duhamel, Désert Bièvres, 1937, p. 244).
Prononc. et Orth.: [ʀ əkε ̃]. Homon. requint. Att. ds Ac. dep. 1740. Étymol. et Hist. 1. 1539 zool. (J. et R. Parmentier ds Delb. Notes mss); 2. 1790 fig. (Aux voleurs, aux voleurs, numéro 5, 4 ds Quem. DDL t. 19). Orig. controversée. Peut-être de quin, forme norm. de chien (cf. chien de mer « requin », 1remoit. xiiies., v. chien1étymol. B 1, encore att. en Normandie, v. FEW t. 2, 1, p. 194a); FEW t. 2, 1, p. 197a, note 16 doutait de cette étymol. en raison du préf. qui présente aussi la forme ra- (Marseille ds Mistral; Wallonie d'apr. Sain. Sources t. 3, p. 418); Bl.-W.5propose d'interpréter le préf. comme un intensif. En tout cas le mot est souvent associé à chien de mer d'où la forme rechien (1614, Yves d'Evreux, p. 132 ds Fried. 1960, p. 544) et dès 1578 requien (Léry, pp. 32-33, ibid.), puis requiem 1695 (Le Maire, p. 116, ibid.) par l'effet d'un rapprochement avec requiem* d'où l'étymol. de Huet ds Ménage 1750: « quand il a saisi un homme... il ne reste plus qu'à faire chanter le Requiem, pour le repos de l'âme de cet homme-là ». Pour d'autres étymol. peu convaincantes, v. Barbier ds R. Lang. rom. t. 56 1913, pp. 230-231, L. Spitzer ds Z. rom. Philol. t. 42 1922, pp. 342-343, Sain. t. 2, p. 349, Guir. Lex. fr. Étymol. obsc. 1982. Fréq. abs. littér.: 196.

Requin : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

REQUIN, subst. masc.

A. −
1. ICHTYOL. Grand poisson de mer, vorace et redoutable, appartenant à l'ordre des squales, au corps allongé, au museau pointu, dont la bouche, largement fendue en arc, est située sur la face ventrale et comporte des mâchoires puissantes. Hameçon à pêcher le requin; cuir de requin; huile de foie de requin; potage aux ailerons de requin. Puis il la lança [une perruche morte] à la mer, et le requin qui nous suivait la croqua comme une ablette (Loti, Mon frère Yves, 1883, p. 82).Le requin est presque aveugle et ne voit guère qu'en se retournant sur le dos. Est guidé par un petit poisson qui lui fait comprendre (mais comment?) ce qu'il peut manger et ce qu'il fera mieux de ne pas toucher (Green, Journal, 1950, p. 340).
P. ext. Squale de grande taille. (Ds Rob., Lar. Lang. fr.)
2. P. anal. Personne cupide et impitoyable en affaires. Les requins de la finance. Madame de L. (...) avait légué toute sa fortune, nommément, aux victimes de son mari, un des plus avides requins de la grande banlieue, un Topaze, directeur d'une banque de prêts et d'hypothèques (Cendrars, Homme foudr., 1945, p. 355).
B. − P. anal. (de forme). Yacht de régate habitable, de 9 m 60, très rapide mais peu logeable et échouant mal (d'apr. Merrien 1958).
REM. 1.
Requin-, élém. de compos. entrant dans la constr. de subst. masc. pour désigner des squales de grande taille.Requin-marteau (v. requin II A 4 b), requin-taureau, requin-tigre. Dans les Poissons nectoniques des eaux profondes se rangent les grands squales. Le Requin-Baleine (...), le Pèlerin (...), le Requin bleu (...), le Requin-Renard (...), le Requin-Taupe (Zool.,t. 4,1974,p. 1264 (Encyclop. de la Pléiade)).
2.
Requinisme, subst. masc.,rare. [Corresp. à supra A 2] Fait de se montrer cupide. Celui qui, lorsqu'il a trouvé quelque chose de bon à prendre, referme sa patte dessus (...) comme tout le monde, mais la referme avec élégance, la referme sans que cela se voie. C'est ce qu'on peut appeler le requinisme inapparent, le requinisme mondain (Duhamel, Désert Bièvres, 1937, p. 244).
Prononc. et Orth.: [ʀ əkε ̃]. Homon. requint. Att. ds Ac. dep. 1740. Étymol. et Hist. 1. 1539 zool. (J. et R. Parmentier ds Delb. Notes mss); 2. 1790 fig. (Aux voleurs, aux voleurs, numéro 5, 4 ds Quem. DDL t. 19). Orig. controversée. Peut-être de quin, forme norm. de chien (cf. chien de mer « requin », 1remoit. xiiies., v. chien1étymol. B 1, encore att. en Normandie, v. FEW t. 2, 1, p. 194a); FEW t. 2, 1, p. 197a, note 16 doutait de cette étymol. en raison du préf. qui présente aussi la forme ra- (Marseille ds Mistral; Wallonie d'apr. Sain. Sources t. 3, p. 418); Bl.-W.5propose d'interpréter le préf. comme un intensif. En tout cas le mot est souvent associé à chien de mer d'où la forme rechien (1614, Yves d'Evreux, p. 132 ds Fried. 1960, p. 544) et dès 1578 requien (Léry, pp. 32-33, ibid.), puis requiem 1695 (Le Maire, p. 116, ibid.) par l'effet d'un rapprochement avec requiem* d'où l'étymol. de Huet ds Ménage 1750: « quand il a saisi un homme... il ne reste plus qu'à faire chanter le Requiem, pour le repos de l'âme de cet homme-là ». Pour d'autres étymol. peu convaincantes, v. Barbier ds R. Lang. rom. t. 56 1913, pp. 230-231, L. Spitzer ds Z. rom. Philol. t. 42 1922, pp. 342-343, Sain. t. 2, p. 349, Guir. Lex. fr. Étymol. obsc. 1982. Fréq. abs. littér.: 196.

Requin : définition du Wiktionnaire

Nom commun

requin \ʁə.kɛ̃\ masculin

  1. (Zoologie) Espèce de poisson de mer prédateur de la classe des chondrichthyens (Chondrichthyens), à la silhouette fuselée, hydrodynamique, ayant plusieurs rangées de dents tranchantes à chacune des 2 mâchoires, une nageoire dorsale, deux pectorales, et une nageoire caudale hétérocerque (asymétrique), ayant cinq à sept fentes branchiales sur le côté, et une peau rugueuse (denticules dermiques).
    • Pendant que sous la mer profonde
      Les cachalots et les requins
      Ces écumeurs géants de l’onde sonore
      Libres dévorent le fretin
      Nous autres cloués à la rivière basse
      Où la bourrasque venteuse a rejeté
      Notre barque un instant fertile rétive
      Nous pleurons de sang notre liberté.
      — (Pierre Dupont, Le chant des transportés, 1848)
    • Mon sang se glaça sous ma peau ! J’avais reconnu les formidables poissons, (poissons... que dis-je ! Requins !) qui nous menaçaient. C’était un couple de tintoréas, requins terribles, à la queue énorme, au regard terne et vitreux, qui distillent une matière phosphorescente par des trous percés autour de leur museau visqueux. — (Jules Verne, Vingt mille lieues sous les mers, 1870)
    • Dans la nuit du 27 au 28 décembre, le patron du bateau le Saint-André, de Nice, a capturé, au moyen du palangre, quatre moines ou monges, squales de la famille des requins : deux de 17m50 de long, et deux de 19m,50. — (Revue maritime et coloniale, 1895, vol.124, page 469)
    • De temps en temps, un requin paraissait soudainement à la surface avec son cortège habituel de rémoras parasites et de poissons-pilotes. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil, tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Pas plus que nous ne dramatiserons outre mesure les risques encourus, nous ne céderons à ce snobisme pour aventurier de salon, qui consiste à proclamer haut et fort que les requins ne sont pas dangereux quand on sait les prendre ! Prétendre amadouer dans un élément marin qui n’est pas le nôtre des dévoreurs qui peuvent atteindre 10 m de long, mais dont le cerveau ne dépasse guère la taille d’un orange, relève de la plaisanterie. — (Xavier Maniguet, Survivre, comment vaincre en milieu hostile, 1988)
  2. (Figuré) (Familier) Personne avide et cupide qui réussit dans les affaires.
    • Tous ces requins veulent manger de la substance intellectuelle « réalisée » par les pauvres Écrivains ou Poètes. Qu'ils se battent donc entre eux. — (Jehan Rictus, Journal quotidien, cahier 150, page 109, 27 octobre 1932)
    • Ceux qui n’ont personne dehors sont dans un pétrin abominable s’ils s’endettent avec les requins et ne peuvent rembourser. — (Art Pepper, ‎Laurie Pepper, ‎Christian Gauffre, Straight life, page 228, 1982)
    • Pas question pour Villegas de se lier à un « requin de la finance », comme il surnomme son bailleur de fonds italien. — (Pierre Péan, V : enquête sur l'affaire des avions renifleurs et ses ramifications proches ou lointaines, 1984, Fayard)
    • Ce diffuseur originaire du pays du sourire qui vend du toc est un requin.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Requin : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

REQUIN. n. m.
Poisson de mer très vorace, du genre des Squales. Les mâchoires du requin sont garnies de plusieurs rangées de dents. Il se dit figurément et familièrement d'une Personne, cupide, dure en affaires. C'est un requin.

Requin : définition du Littré (1872-1877)

REQUIN (re-kin) s. m.
  • Gros poisson de mer très vorace, du genre des squales ou chiens de mer ; c'était pour Linné le squale carcharias, et à présent c'est le nom vulgaire du carcharias commun, sélaciens. Nous prîmes quelques dorades et deux requins, qui furent pour nous des mets délicieux, parce que nous étions tous réduits au lard salé, La Pérouse, Voy. t. II, p. 172, dans POUGENS.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « requin »

Étymologie de requin - Littré

Prononciation populaire de requiem, à cause qu'il n'y a plus à dire qu'un requiem pour celui qu'un requin saisit. On trouve aussi requien.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de requin - Wiktionnaire

(1539)[1] Variante normande de l'ancien français reschin « grincheux » (12e.), forme déverbale de l'ancien français reschignier « regimber, ruer ; montrer les dents en grimaçant » (cf. ancien picard rekigner « faire triste figure »)[2][3]. → voir rechigner.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « requin »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
requin rœkɛ̃ play_arrow

Citations contenant le mot « requin »

  • Le photographe professionnel et surfeur Jack Bates a pu filmer sur la côte de Juno Beach (comté de Palm Beach, Floride) un requin-tigre consommer les restes de la carcasse d’un requin-marteau. Un «spectacle» rare. CNEWS, La vidéo spectaculaire d'un requin dévorant un autre requin en Floride | CNEWS
  • Le nombre de requins de récif a dangereusement reculé principalement à cause de la pêche, avec un nombre "inquiétant" d'espèces en extinction fonctionnelle, a révélé mercredi une étude sans précédent. Pendant quatre ans, 15.000 caméras sous-marines télécommandées ont filmé plus de 370 récifs coralliens de presque 60 pays pour recenser la population mondiale de requins. Les résultats sont "très inquiétants", a averti Aaron Macneil, co-auteur de l'étude publiée dans la revue scientifique britannique Nature. RTL.fr, Pourquoi les requins sont indispensables à la vie sous-marine
  • Jérôme Bourdillon est un aventurier tiraillé entre la fierté et la déception. « Nous avons été jusqu’où on pouvait. » A la barre de son voilier de douze mètres, ce Brestois de 32 ans a réalisé son rêve : nager avec des requins. Mais son ambition d’évoluer sans cage auprès du grand requin blanc n’a pas pu être assouvie. « Nous n’avons pas eu l’autorisation. Depuis quelques années, même les scientifiques ont du mal à y aller. La nage avec les requins est très lucrative pour certains pays. Ils ne veulent pas prendre le risque de voir des gens y aller en dehors des circuits traditionnels », explique celui qui a imaginé l’aventure Lords of the Ocean. , Quatre Français nagent avec les requins les plus dangereux du monde pour changer leur image
  • Le biologiste marin Ryan Johnson a filmé un moment de vie animale extrêmement rare: la stratégie d'un grand requin blanc pour venir à bout d'une baleine à bosses. , Une attaque de grand requin blanc filmée par drone
  • Une femme est morte, dans le Maine, après avoir été mordue par un grand requin blanc alors qu'elle se baignait. Une attaque sans précédent dans cet Etat du nord-est des Etats-Unis, frontalier avec le Canada.  midilibre.fr, Une nageuse tuée par un grand requin blanc, une attaque rarissime - midilibre.fr
  • Alors qu’ils étaient en train de se diriger vers une petite île en Tasmanie, deux Australiens ont été attaqués par ce qui semblait être un requin blanc. , Un grand requin blanc attaque leur bateau, il filme la scène
  • A Honolulu, il y a tout ce qu’il faut : du sable pour les enfants, du soleil pour les épouses, des requins pour les belles-mères. De Ken Dodd
  • Un peuple qui mange le poisson cru, c'est un peuple de requins. De Delfeil de Ton
  • Pourquoi dit-on communément requin de la finance et jamais mérou ou saumon de la finance ? Demandez aux petits poissons et aux petits actionnaires. De Jean-François Kahn / Dictionnaire Incorrect
  • Le requin est un animal cruel et mythique qui ne se trouve plus guère que dans les basses eaux de la finance. De Philippe Bouvard
  • Si tu gouvernes le requin en toi, tu seras un ange ; car tous les anges, c'est rien de plus que des requins bien gouvernés. De Herman Melville / Moby Dick
  • On reconnaît le rouquin aux cheveux du père et le requin aux dents de la mère. De Pierre Desproges / Dictionnaire superflu
  • Tous les poissons mangent les gens, C’est le requin seul qu’on blâme. De Proverbe martiniquais
  • Moi, si cela avait pu dépendre de ma volonté, j'aurais voulu être plutôt le fils de la femelle du requin, dont la faim est amie des tempêtes, et du tigre, à la cruauté reconnue : je ne serais pas si méchant. Isidore Ducasse, dit le comte de Lautréamont, Chants de Maldoror

Images d'illustration du mot « requin »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « requin »

Langue Traduction
Corse tiburitu
Basque marrazo
Japonais
Russe акула
Portugais tubarão
Arabe قرش
Chinois 鲨鱼
Allemand hai
Italien squalo
Espagnol tiburón
Anglais shark
Source : Google Translate API

Synonymes de « requin »

Source : synonymes de requin sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires