La langue française

Éthéré

Sommaire

Définitions du mot éthéré

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉTHÉRÉ, ÉE, adj.

Qui concerne l'éther.
A.− [Correspond à éther I]
1. Qui est de la nature de l'éther (cf. ce mot I A ou C). Astres formés de la substance éthérée (Dupuis, Orig. cultes,1796, p. 380):
1. Quelle n'est pas la ténuité, la raréfaction, la transparence extrême du milieu éthéré qui remplit les espaces célestes! Flammarion, Astron. pop.,1880, p. 702.
2. Qui est formé ou rempli d'éther, qui appartient à l'éther.
a) Vx ou littér. [Correspond à éther I A ou B] :
2. Du jour où le christianisme a dit à l'homme : − Tu es double, tu es composé de deux êtres (...) l'un charnel, l'autre éthéré (...) le drame a été créé. Hugo, Cromw.,1827, p. 18.
En partic. [En parlant des espaces célestes] Région., voûte éthérée; sphères éthérées :
3. ... chaque soleil que nous voyons comme un point de feu dans le lointain des plaines éthérées mène-t-il son cortège de planètes, et ces planètes ont-elles des habitants? France, Vie fleur,1922, p. 500.
b) PHYS. [Correspond à éther I C] Ondulations éthérées (cf. Renouvier, Essais crit. gén.,3eessai, 1864, p. 65).
3. Au fig. V. aérien1II.
a) Dans le domaine concr.Fin, léger, impalpable, transparent. Brume, robe éthérée; couleur, lumière éthérée; parfum, saveur éthéré(e); style éthéré. Une Anglaise délicate, maladive, éthérée (Goncourt, Journal,1896, p. 904):
4. Qui eût osé soutenir que la chenille, avec ce luxe pesant d'organes digestifs qu'elle traîne et ses grosses pattes velues, fut même chose qu'un être ailé, éthéré, le papillon? Michelet, Insecte,1857, p. 99.
5. Ils étaient, ces yeux, d'un gris qui n'était pas gris, d'un gris qu'on n'avait pas encore vu et qu'on ne reverra plus, d'un gris léger, liquide, subtil, aérien, éthéré, où des points lumineux, à peine perceptibles, se tenaient en suspension, venaient à la surface, plongeaient et reparaissaient encore. France, Vie fleur,1922, p. 550.
En partic., dans le domaine musical.Le rythme grégorien si éthéré (Mocquereau, Nombre mus. grégor.,1908, t. 1, p. 100).Les harmoniques sont les plus éthérées de toutes les sonorités (Lallement, Dyn. instrum. archet,1925, p. 207).
b) Dans le domaine abstr.Pur, élevé, sublime. Un esprit éthéré; idéalisme, lyrisme, spiritualisme éthéré. Une vision supérieure, éthérée de la vie (Rivière, Corresp. [avec Alain-Fournier], 1905, p. 187).Une atmosphère éthérée où les ragots n'ont pas de prise (Fargue, Piéton Paris,1939, p. 71):
6. Lorsqu'on s'adresse aux gens par le ventre, on n'en saurait attendre des réactions éthérées. Ambrière, Gdes vac.,1946, p. 133.
Emploi subst. Trop de paradis, l'amour en arrive à ne pas vouloir cela (...) Le sidéral gêne. L'éthéré pèse. L'excès du ciel dans l'amour, c'est l'excès de combustible dans le feu; la flamme en souffre (Hugo, Homme qui rit,t. 2, 1869, p. 155).
B.− [Correspond à éther II]
1. Qui est de la nature des éthers. Combinaison éthérée. Les alcools, obtenus par distillation simple (...) ont toujours une certaine saveur (...) due à des produits acides, alcooliques et éthérés qui leur sont mélangés (Ser, Phys. industr.,1890, p. 338).
2. Qui concerne les éthers et, en partic., l'éther sulfurique; qui contient de l'éther, qui lui appartient. Extrait éthéré; liqueur, solution éthérée; odeur éthérée. − Comment vous sentez-vous, Barrois? demanda le docteur. − Un peu mieux, monsieur. − Pouvez-vous boire ce verre d'eau éthérée! (Dumas père, Monte-Cristo,t. 2, 1846, p. 303).
Emploi subst. Un (une) éthéré(e). Synon. rare de éthéromane :
7. ... dès qu'il voyait passer un couple se composant d'une poule de luxe qui sentait l'éther et d'un jeune crevé (...) il se précipitait dehors (...) leur offrant un de ses horribles bâtards (...) ratier, roquet, (...) qu'il fourrait jusque sous le nez de la belle éthérée, avec un sourire ignoble et un boniment des plus irrespectueux. Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 68.
Rem. On rencontre ds la docum. le verbe pronom. s'éthérer. Devenir éthéré (cf. supra A 3 b et éthériser A). Il est des instants d'exaltation et d'extase où nos pensées s'épurent, se subtilisent, s'éthèrent en quelque sorte (Sand, Indiana, 1832, p. 301).
Prononc. et Orth. : [eteʀe]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Fin xves. [éd. 1540] « qui tient à l'éther » (Oct. de Sainct-Gelays, Eneide, 58 rod'apr. Delboulle ds R. Hist. litt. Fr. t. 12, p. 142); 2. 1794 fig. voix éthérée (Chénier, Élégies, p. 148); 3. 1742 chim. liqueur éthérée (Hist. de l'Acad. royale des Sciences, sommaire d'apr. Arveiller ds R. Ling. rom. t. 36, p. 233 : Deux procédés nouveaux pour obtenir sans le secours du Feu une Liqueur éthérée fort approchante de celle à laquelle M. Frobaenius Chymiste Allemand, a donné le nom d'Ether. Par M. du Hamel). Dér. de éther*; suff. -é(e)*. Fréq. abs. littér. : 146. Bbg. Mat. Louis-Philippe 1951, p. 58.

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉTHÉRÉ, ÉE, adj.

Qui concerne l'éther.
A.− [Correspond à éther I]
1. Qui est de la nature de l'éther (cf. ce mot I A ou C). Astres formés de la substance éthérée (Dupuis, Orig. cultes,1796, p. 380):
1. Quelle n'est pas la ténuité, la raréfaction, la transparence extrême du milieu éthéré qui remplit les espaces célestes! Flammarion, Astron. pop.,1880, p. 702.
2. Qui est formé ou rempli d'éther, qui appartient à l'éther.
a) Vx ou littér. [Correspond à éther I A ou B] :
2. Du jour où le christianisme a dit à l'homme : − Tu es double, tu es composé de deux êtres (...) l'un charnel, l'autre éthéré (...) le drame a été créé. Hugo, Cromw.,1827, p. 18.
En partic. [En parlant des espaces célestes] Région., voûte éthérée; sphères éthérées :
3. ... chaque soleil que nous voyons comme un point de feu dans le lointain des plaines éthérées mène-t-il son cortège de planètes, et ces planètes ont-elles des habitants? France, Vie fleur,1922, p. 500.
b) PHYS. [Correspond à éther I C] Ondulations éthérées (cf. Renouvier, Essais crit. gén.,3eessai, 1864, p. 65).
3. Au fig. V. aérien1II.
a) Dans le domaine concr.Fin, léger, impalpable, transparent. Brume, robe éthérée; couleur, lumière éthérée; parfum, saveur éthéré(e); style éthéré. Une Anglaise délicate, maladive, éthérée (Goncourt, Journal,1896, p. 904):
4. Qui eût osé soutenir que la chenille, avec ce luxe pesant d'organes digestifs qu'elle traîne et ses grosses pattes velues, fut même chose qu'un être ailé, éthéré, le papillon? Michelet, Insecte,1857, p. 99.
5. Ils étaient, ces yeux, d'un gris qui n'était pas gris, d'un gris qu'on n'avait pas encore vu et qu'on ne reverra plus, d'un gris léger, liquide, subtil, aérien, éthéré, où des points lumineux, à peine perceptibles, se tenaient en suspension, venaient à la surface, plongeaient et reparaissaient encore. France, Vie fleur,1922, p. 550.
En partic., dans le domaine musical.Le rythme grégorien si éthéré (Mocquereau, Nombre mus. grégor.,1908, t. 1, p. 100).Les harmoniques sont les plus éthérées de toutes les sonorités (Lallement, Dyn. instrum. archet,1925, p. 207).
b) Dans le domaine abstr.Pur, élevé, sublime. Un esprit éthéré; idéalisme, lyrisme, spiritualisme éthéré. Une vision supérieure, éthérée de la vie (Rivière, Corresp. [avec Alain-Fournier], 1905, p. 187).Une atmosphère éthérée où les ragots n'ont pas de prise (Fargue, Piéton Paris,1939, p. 71):
6. Lorsqu'on s'adresse aux gens par le ventre, on n'en saurait attendre des réactions éthérées. Ambrière, Gdes vac.,1946, p. 133.
Emploi subst. Trop de paradis, l'amour en arrive à ne pas vouloir cela (...) Le sidéral gêne. L'éthéré pèse. L'excès du ciel dans l'amour, c'est l'excès de combustible dans le feu; la flamme en souffre (Hugo, Homme qui rit,t. 2, 1869, p. 155).
B.− [Correspond à éther II]
1. Qui est de la nature des éthers. Combinaison éthérée. Les alcools, obtenus par distillation simple (...) ont toujours une certaine saveur (...) due à des produits acides, alcooliques et éthérés qui leur sont mélangés (Ser, Phys. industr.,1890, p. 338).
2. Qui concerne les éthers et, en partic., l'éther sulfurique; qui contient de l'éther, qui lui appartient. Extrait éthéré; liqueur, solution éthérée; odeur éthérée. − Comment vous sentez-vous, Barrois? demanda le docteur. − Un peu mieux, monsieur. − Pouvez-vous boire ce verre d'eau éthérée! (Dumas père, Monte-Cristo,t. 2, 1846, p. 303).
Emploi subst. Un (une) éthéré(e). Synon. rare de éthéromane :
7. ... dès qu'il voyait passer un couple se composant d'une poule de luxe qui sentait l'éther et d'un jeune crevé (...) il se précipitait dehors (...) leur offrant un de ses horribles bâtards (...) ratier, roquet, (...) qu'il fourrait jusque sous le nez de la belle éthérée, avec un sourire ignoble et un boniment des plus irrespectueux. Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 68.
Rem. On rencontre ds la docum. le verbe pronom. s'éthérer. Devenir éthéré (cf. supra A 3 b et éthériser A). Il est des instants d'exaltation et d'extase où nos pensées s'épurent, se subtilisent, s'éthèrent en quelque sorte (Sand, Indiana, 1832, p. 301).
Prononc. et Orth. : [eteʀe]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Fin xves. [éd. 1540] « qui tient à l'éther » (Oct. de Sainct-Gelays, Eneide, 58 rod'apr. Delboulle ds R. Hist. litt. Fr. t. 12, p. 142); 2. 1794 fig. voix éthérée (Chénier, Élégies, p. 148); 3. 1742 chim. liqueur éthérée (Hist. de l'Acad. royale des Sciences, sommaire d'apr. Arveiller ds R. Ling. rom. t. 36, p. 233 : Deux procédés nouveaux pour obtenir sans le secours du Feu une Liqueur éthérée fort approchante de celle à laquelle M. Frobaenius Chymiste Allemand, a donné le nom d'Ether. Par M. du Hamel). Dér. de éther*; suff. -é(e)*. Fréq. abs. littér. : 146. Bbg. Mat. Louis-Philippe 1951, p. 58.

Wiktionnaire

Adjectif

éthéré \e.te.ʁe\

  1. (Poétique) Qui a rapport à l’éther, aux espaces célestes.
    • Astre du jour, brille d’une clarté nouvelle ! ajoute par ton éclat à cette auguste solennité ; dissipe les nuages où se forme la foudre ; que le ciel soit pur, afin que nos chants puissent monter plus librement vers la voûte éthérée ! — (Jean-Baptiste-Toussaint Serrurier, Mariage de Mgr. le duc de Berry, 1816, p. 2)
    • Ami lecteur, félicitez-moi d’avoir un sylphe aussi commode, qui tout aussi bien qne celui du prince des philosophes, de Socrate enfin, me transporté avec autant de facilité, tantôt dans les Champs-Elysées, tantôt dans les régions éthérées... — (N. de Bohaire-Dutheil, Nouvelle édition de l'Aréopage des Bois, 1822, p. 21)
    • N’est-ce pas un voyage aussi que celui de l'esprit, parcourant à la suite de la science les régions lointaines des espaces éthérés, et allant d’étape en étape, c'est-à-dire de soleil en soleil, jusqu’aux derniers confins de l’univers visible ? — (Amédée Guillemin, Le Ciel : notions d'astronomie à l'usage des gens du monde et de la jeunesse, Hachette, 1864, p. 2)
  2. (Figuré) Qui est ou paraît diaphane, impalpable, immatériel, sublime.
    • C’est la partie éthérée de ton âme que je veux, c’est ton aspiration brûlante vers le ciel que je veux étreindre et saisir, afin d’être ton ciel et ton âme, comme tu es mon Dieu et ma vie. — (George Sand, Cora, 1833, III)
    • Amour immatériel, pur, éthéré, subtil comme l’haleine du printemps, solide comme l’airain. — (Victor Hugo, Proses philosophiques des années 1860-1865, Les Fleurs, III)
    • Cet homme est si peu élégiaque, si peu éthéré, qu’il ferait horreur même à un notaire. — (Charles Baudelaire, Fusées, 1867, XXII)
    • Il jaillit de plus hauts soleils un éclair qui produit lumière et harmonise, son et couleur, lumière spirituelle qui n’a pas de nom ici-bas, mélodie éthérée que les mortels ne peuvent comprendre ni par symboles, ni par énigmes. — (Auguste Barbier, Études littéraires et artistiques dans Œuvres posthumes, t. 3, L. Sauvaitre, 1888, p. 94)
    • Sans doute, cet idéal semble chimérique à plusieurs d’entre vous, mais je suis sûr aussi qu’il paraît désirable à la plupart et que vous apercevez au loin l’image éthérée d’une société pacifique où les hommes désormais réconciliés laisseront rouiller leurs épées, refondront leurs canons et désarmeront leurs vaisseaux. — (Élisée Reclus, L’Anarchie, conférence du 18 juin 1894)
    • Il voguait dans les sphères d’un bonheur éthéré, nullement dangereux, lourd de reconnaissance et ne pensant plus à rien, à rien. — (Panait Istrati, La Maison Thüringer, 1930)
    • Tout à l’heure, elle deviendra la jeune fille éthérée qu’Augustin Meaulnes aperçoit au cours de la fête étrange, et qu’Alain Fournier avait croisée à Paris, le 1er juin 1905. — (Jeanlouis Cornuz, Hugo, l'homme des Misérables, P.-M. Favre, 1985, p. 150)

Forme de verbe

éthéré \e.te.ʁe\

  1. Participe passé masculin singulier de éthérer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉTHÉRÉ, ÉE. adj.
Qui a rapport à l'éther, aux espaces célestes. Substance éthérée. Corps éthéré. Région éthérée. Poétiq., La voûte éthérée, Le ciel. Il se dit figurément des Sentiments très purs, très immatériels, parfois raffinés, et des Personnes qui les éprouvent. Amour éthéré. Nature éthérée. Jeune fille éthérée.

Littré (1872-1877)

ÉTHÉRÉ (é-té-ré, rée) adj.
  • 1Qui est de la nature de l'éther, qui appartient à l'éther. Corps éthéré. Je contemple sa forme [de Laurence] avec recueillement, Comme un être éthéré tombé du firmament, Lamartine, Jocel. IV, 166.

    La voûte éthérée, la voûte des cieux, le ciel. Elle n'a d'autre objet que la voûte éthérée, Régnier, Sat. XII.

    Matière éthérée, matière très subtile que les physiciens du XVIIe siècle et du XVIIIe supposaient remplir les espaces qui séparent les corps célestes. Si les planètes se meuvent autour du soleil dans un milieu quel qu'il soit, dans une matière éthérée qui remplit tout, et qui, quelque subtile qu'elle soit, n'en résistera pas moins ainsi qu'il est démontré, comment les mouvements des planètes n'en sont-ils pas perpétuellement et même promptement affaiblis ? Fontenelle, Newton.

    Aujourd'hui, pour les physiciens, matière éthérée est synonyme d'éther.

    Les régions éthérées, l'espace du ciel ; et fig. les régions pures et sublimes de l'âme. À mesure qu'on approche des régions éthérées, l'âme contracte quelque chose de leur inaltérable pureté, Rousseau, Hél. I, 23. Il étonna l'Europe par des productions dans lesquelles les âmes vulgaires ne virent que de l'éloquence et de l'esprit, mais où celles qui habitent nos régions éthérées reconnurent avec joie un des leurs, Rousseau, Dialogue II.

    Fig. Il se dit des sentiments très purs et très élevés. Un amour éthéré. Une piété éthérée.

  • 2 Terme de chimie. Qui a les qualités ou les propriétés de l'éther. Liqueur, odeur éthérée.

    Terme de pharmacie. Teintures éthérées, teintures dont l'excipient est l'éther.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « éthéré »

Provenç. etherey ; espagn. et ital. etereo ; du latin aethereus, de aether, éther (voy. ÉTHER).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

→ voir éther
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « éthéré »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
éthéré etere

Évolution historique de l’usage du mot « éthéré »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « éthéré »

  • Le phénoxyéthanol, aussi appelé Phenoxytol, Phenoxethol, Rose ether, Phenyle cellosolve et Ethylene glycol monophenyl ether est un éther de glycol (alcool éthéré), utilisé comme conservateur dans les produits de beauté mais également dans les médicaments. Il se présente sous une forme liquide incolore. Dans la nature, on le trouve dans la chicorée et le thé vert. En cosmétique, il est fabriqué de façon artificielle pour des questions de pureté. Doctissimo, Le phénoxyéthanol - Doctissimo
  • Ce sifflet débloquera un chocobo volant, mais vous ne pouvez pas encore voler. Vous devrez vous lier aux vents éthérés dans chaque zone où le vol est activé. Que sont les vents éthérés et comment les obtenir? On y arrive. Millenium, Guide: Comment voler dans FFXIV - Millenium
  • La structure globale de la chanson reste la même, mais EARTHGANG obtient un bien immobilier important dans les versets qui la sépare de l’original éthéré et lui donne un rebond hip hop encore plus émouvant. Urban Fusions, Madeon appelle EARTHGANG pour un nouveau VIP "No Fear No More" | Musique
  • Note d’intention Ce Requiem n’est pas un ouvrage éthéré qui chante le détachement des soucis terrestres. Il reflète l’angoisse de l’homme devant le mystère de sa fin dernière…Il tend à traduire les sentiments humains devant leur terrifiante, inexplicable ou consolante destinée». Duruflé peint ici une œuvre remplie d’une foi intense et profonde. Ce Requiem est une œuvre majeure de la musique française composé en 1947 pour la version orgue et chœur. En se réappropriant le chant grégorien et en le mêlant aux douces harmonies propres à son écriture, Maurice Duruflé réalise là un monument de la musique sacrée. Les Trois motets de Thierry Escaich, compositeur contemporain qui marque notre temps, sont placés comme un écho direct à la musique de Duruflé. Par leurs ambiances tantôt diaphanes, tantôt brutales, tantôt enjouées, ces pièces extrêmement virtuoses pour la voix ouvrent ce programme comme une apostrophe à tout ce qui suit. Ce reflet croisé ne pouvait trouver sa pleine résonance sans la musique de Francis Poulenc avec un des motets les plus expressifs de ce compositeur : Timor et tremor, extrait des Quatre motets pour un temps de pénitence (1938). A travers les voix a capella, Poulenc transcende l’esprit humain et nous emporte au cœur des passions de l’âme. Unidivers, Le Requiem de Duruflé – Festival de Rocamadour Rocamadour dimanche 16 août 2020
  • Le défi à venir, pour ceux qui redoutent les conséquences de cette première victoire des adeptes du multiculturalisme, va être de tenter de remobiliser cette France qui ne veut plus jouer le jeu éthéré d’une démocratie tournant à vide. Le peuple, en colère ou désabusé, doit redescendre de l’Aventin. La passivité des abstentionnistes peut servir d’argument à des écologistes ayant un dessein subversif derrière leurs camomilles. Après tout : qui ne dit mot consent. On se souvient que l’égérie des vainqueurs de dimanche, la jeune suédoise Greta Thunberg, avait co-signé un texte il y a un an dans lequel le lien était fait entre la crise climatique et "des systèmes d’oppressions coloniaux, racistes et patriarcaux". Cette dialectique est reprise en France par les mouvements "antiracistes" et indigénistes qui s’en prennent aux statues et à la mémoire française. Jadot, ce matin, a admis que son mouvement visait à la reconstruction du socialisme et de ses valeurs. Mais il fut aussi celui qui signa l’appel à manifester contre l’islamophobie, en novembre 2019. Si Jadot s’abstint en définitive de rejoindre cette "manifestation de la honte", organisée par des mouvements islamistes, bien des EELV se mêlèrent à la démonstration de force. Les Français trompés ne peuvent se laisser une nouvelle fois abuser par une écologie doctrinaire. A eux de réagir. Liberté d'expression, La poussée Verte, effet d'un somnambulisme - Liberté d'expression

Traductions du mot « éthéré »

Langue Traduction
Anglais ethereal
Espagnol etéreo
Italien etereo
Allemand ätherisch
Chinois 空灵的
Arabe أثيري
Portugais etéreo
Russe эфирный
Japonais エーテル
Basque etereo
Corse etereale
Source : Google Translate API

Synonymes de « éthéré »

Source : synonymes de éthéré sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « éthéré »

Partager