La langue française

Éthéromane

Définitions du mot « éthéromane »

Wiktionnaire

Nom commun

éthéromane \e.te.ʁɔ.man\ masculin et féminin identiques

  1. Celui, celle qui abuse de l’éther.
    • Yoyo Gérard est, depuis deux ans, un éthéromane de notoriété publique. — (Gérard Lauriette, Les mésaventures d’un maire français, 1989)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉTHÉROMANE. n. des deux genres
. Celui, celle qui abuse de l'éther.

Étymologie de « éthéromane »

 Dérivé de éther avec le suffixe -mane.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « éthéromane »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
éthéromane eterɔman

Évolution historique de l’usage du mot « éthéromane »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « éthéromane »

  • Dîners avec Catulle Mendès (éthéromane qui tombe du train et se tue), cocktails avec Georges Feydeau, « noctambule impénitent mais neurasthénique », conversations avec Marie de Heredia qui se réinvente sous le nom de Gérard d’Houville, soirées avec D’Annunzio, « yeux câlins de ténor napolitain, moustache bouclée sur une bouche en cerise gourmande ». Passent Henri de Régnier, « fantômatique et rêveur », Stéphane Mallarmé, « phare à éclipses », Joris-Karl Huysmans, qui hésite alors « entre la littérature et la Trappe, aussi dégoûté de l’une que de l’autre », Anatole France « avec son pantalon à pieds en laine bien chaude », Pierre Loti, fardé comme une vieille coquette... L'Obs, « Quand Paris était un paradis », le livre qui raconte une vie passée à l’ombre de la tour Eiffel
  • Prix de la mise en scène : The Assassin, Hou Hsiao-hsien Dans ce coin-là du palmarès, personne n’était plus légitime que lui. Une précision, au sujet de son film. Il est plutôt rare qu’un geste aussi moderne par nature (tout en retraits, frôlements, rêveries éthéromanes) relève en même temps de la pure prestidigitation, au point que l’on se pose devant le film, en des endroits nombreux, cette question réservée d’ordinaire aux blockbusters et aux spectacles de magie : mais comment a-t-il fait ? Chro, Cannes 2015#12 : les bigorneaux (bilan) - Chro
  • Le style, c’est la nuit qui visite le jour ; c’est le cavalier poussiéreux qui descend de sa monture ; c’est l’astre solitaire inexorablement sur orbite. Fermé, c’est fermé. Il y a ainsi quelque chose de fermé dans le style, de circulaire. Sur orbite – on l’a dit. D’obstiné, d’aveugle… ce bœuf qui inlassablement tourne et creuse son sillon et retourne ; cette plume de diamant qui fulgure dans le ciel. Le même entêtement, la même fixation, la même précision, la même dureté. Sourd… insensible… profondément égoïste… ainsi vu du commun. Mais le style n’est pas d’ici, il est hors sujet, au-delà des jugements, de la raison et de la morale commune. Il n’a pour seul maître et censeur que lui-même, ne répond que de lui-même, à son monde, ne rend compte qu’à lui-même ; ne se plie qu’à ses règles, sa dictée ; et échappe au groupe, à toute association. Oui… le style est libre. Sans concession. Et forcément subversif. Car, comme tout mouvement, il pousse et déplace et transforme. Et porte un serpent en son désir. Et s’il peut être conjugué à tous les temps, il demeure invariable, pareil à un fleuve qui ne peut remonter son cours. A jamais étranger, et à toute influence, il s’en nourrit cependant, et pleinement, comme il utilise et se repaît de tout ce qui a gravité et se risque dans son champ. Il n’a pas de sentiments, il n’en fait pas – du moins de la sorte. Le style est absolu, il est lui-même, celui qui est. Alors il s’étend vaste, torturé en son dedans et par ses multitudes ; et se tient droit, comme une colonne, géant, barre fixe, tout là-haut, aristocrate et thaumaturge de ses nuits et de ses fêtes, éthéromane et clochard céleste le jour ; ici-bas… albatros aux ailes dépouillées. Triste. Et s’il se signale par sa singularité, et qu’il paraît bien seul, sans famille au-dehors, jamais il ne se sent seul. Car c’est un univers, un monde foisonnant d’images, de formes, de lignes, de couleurs, de langages, de fantômes, de sang, de meurtres, d’incestes, d’amours, de haines, de soupirs, de féerie, avec des monts, des vallées, des lances, des cours d’eau, de la rocaille, des étoiles, et mille autres inventions comme ressources. AgoraVox, Le style et son double - AgoraVox le média citoyen

Traductions du mot « éthéromane »

Langue Traduction
Anglais etheromaniac
Espagnol éteromaníaco
Italien etheromaniac
Allemand ätherisch
Chinois 以太狂
Arabe الهوس الأثير
Portugais eteromaníaco
Russe etheromaniac
Japonais エーテルマニアック
Basque etheromaniac
Corse etheromaniac
Source : Google Translate API

Synonymes de « éthéromane »

Source : synonymes de éthéromane sur lebonsynonyme.fr

Éthéromane

Retour au sommaire ➦

Partager