La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « séraphique »

Séraphique

Définitions de « séraphique »

Trésor de la Langue Française informatisé

SÉRAPHIQUE, adj.

A. − RELIG. JUDÉO-CHRÉT. Qui est propre au séraphin, qui a trait au séraphin. Ardeur, extase, zèle séraphique. Les chœurs superposés des Anges et l'organisation de cette prodigieuse cité des esprits, cette grappe innombrable de lampes tout entière suspendue à la Flamme séraphique (Claudel, Fig. et parab., 1936, p. 114).
B. − HIST. RELIG.
1. Subst. masc. Le Séraphique. [Surnom donné à saint François d'Assise] Ces Bienheureux qui furent les premiers compagnons du Séraphique, dont les mains pleines de fleurs ont parfumé l'Occident (Bloy, Femme pauvre, 1897, p. 91).
2. [P. réf. à saint François d'Assise]
Docteur séraphique. Saint Bonaventure, théologien franciscain aux écrits mystiques. Malheureusement pour ses disciples, le séraphique docteur s'éleva trop tôt, et par une voie trop courte, à ces sommités mystérieuses qu'il avait signalées d'en bas (Ozanam, Philos. Dante, 1838, p. 47).V. angélique1ex. 5.
Ordre séraphique. Ordre des franciscains fondé par saint François. Cette abnégation totale des biens terrestres, qui a mérité pendant tant de siècles à l'ordre séraphique l'éclatante protection de Dieu et la tendre admiration de l'univers chrétien (Montalembert, Ste Élisabeth, 1836, p. 200).
Vision séraphique. Extase de saint François au cours de laquelle il reçut les stigmates d'un séraphin crucifié. (Dict. xixeet xxes.).
C. − P. anal. Qui rappelle les séraphins ou un attribut des séraphins. Synon. angélique1.Air, aspect, beauté, bonté, chant, voix séraphique; âme, ardeur séraphique; enfant, femme séraphique. Mon amour, séraphique en sa présence, devenait loin d'elle mordant et altéré comme un fer rouge (Balzac,Lys,1836,p. 109).− (...) Cette toile... − Eh bien ? − C'est séraphique, dit-il avec extase. Nous autres, Américains, nous voulons de la peinture pour gens heureux (Sartre, Mort ds âme, 1949, p. 27).
Prononc. et Orth.: [seʀafik]. Ac. 1694, 1718: se-; dep. 1740: sé-. Étymol. et Hist. 1. Ca 1460 « propre aux séraphins » (G. Chastellain, Douze dames de rhétorique ds Œuvres, éd. Kervyn de Lettenhove, t. 7, p. 171: l'ordre séraphique [des anges]); 2. ca 1460 « qui évoque les séraphins » (Id., Épistre à Jehan Castel, ibid., t. 6, p. 141: regard séraphique); 3. a) 1527 épithète donnée à saint François d'Assise (F. Dassy, Le Peregrin, f o1 r o: le temple du seraphique sainct François); b) 1631 docteur séraphique, saint Bonaventure (L. Quinet, La prudente conduite des prélats et supérieurs [...] du Docteur séraphique S. Bonaventure ds Cioranescu 17e); c) 1718 ordre séraphique (Ac.); d) 1842 vision séraphique (Ac. Compl.). Empr. au lat. médiév.seraphicus, dér. de Seraphim « séraphins ». Fréq. abs. littér.: 99.
DÉR. 1.
Séraphiser, verbe intrans.,rare et littér. [Corresp. à supra B] Être séraphique. On devrait inventer un mot comme marivauder pour saint François de Sales, mais un mot sans blâme et sans injure: je dirai de lui qu'il séraphise (Sainte-Beuve, Caus. lundi, t. 10, 1854, p. 33).Empl. pronom. réfl. Devenir séraphique. [La cathédrale] se spiritualisait, se faisait tout âme, toute prière (...) légère et gracile, presque impondérable, elle était l'expression la plus magnifique de la beauté qui s'évade de sa gangue terrestre, de la beauté qui se séraphise (Huysmans, Cathédr., 1898, p. 163). [seʀafize]. 1resattest. a) 1587 trans. « assimiler aux séraphins » (Cholières, 1reApresdisnee, p. 48 ds Hug.) rare avant le xixes.: 1803 « consacrer; élever au ciel; mettre au rang des bienheureux » (Boiste), 1895 (Huysmans, En route, p. 116: une tendresse séraphisée de sons), b) 1845 pronom. (Besch.), 1898 (Huysmans, op. cit., p. 66), c) 1854 intrans. (Sainte-Beuve, loc. cit.); de séraph(in)*, suff. -iser*.
2.
Séraphisme, subst. masc.,rare et littér. Caractère séraphique d'une personne, d'une œuvre. Séraphisme de saint François d'Assise. Si l'on pouvait discerner et ôter ce qui est du pur écrivain en verve (...), combien n'aurait-on pas à rabattre peut-être du scepticisme de Montaigne, de l'absolutisme de de Maistre, du séraphisme de saint François de Sales, et du jansénisme de saint Augustin! (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 2, 1842, p. 92). [seʀafism̭]. 1reattest. 1837 (Id., Corresp., t. 2, p. 195: séraphisme de saint François de Sales); de séraph(in)*, suff. -isme*.
BBG. Henschel (B.). Qq. dat. nouv. du xviiies. Fr. mod. 1969, t. 37, p. 130. − t. 14.

Wiktionnaire

Nom commun - français

séraphique \se.ʁa.fik\ masculin et féminin identiques

  1. Ensemble de ce qui concerne les anges.
    • Le vivre et le couvert. Le coucher et le séraphique. J’ai une chambre donnant sur paradis. Juste derrière la sacristie. — (Jean Vautrin, « Le Pogo aux yeux rouges », dans le recueil Baby Boom, 1985, p. 193)

Adjectif - français

séraphique \se.ʁa.fik\ masculin et féminin identiques

  1. (Littéraire) Relatif aux séraphins.
    • Un chant séraphique leur annonce le lieu où réside la Vierge qui renferma dans son flanc celui que l'univers ne peut contenir. — (François-René de Chateaubriand, Les Natchez, 1827, p. 115)
    • Mais au moment où l’auguste pardon descendait sur elle, un sourire céleste illumina ses traits innocents : le prêtre pensa qu’elle se sentait sauvée et que d’obscures visions séraphiques transparaissaient pour elle sur les mortelles ténèbres de la dernière heure. — (Auguste de Villiers de L’Isle-Adam, « Les Demoiselles de Bienfilâtre », dans les Contes cruels, vol. 1, 1883, éd. J. Corti, 1954, page 12)
    • Saint-Germain nous dit : « Les prêtres, en imitant les pouvoirs séraphiques, sont couverts d’ornements qui ont la forme des ailes. » — (Virgil Gheorghiu, De la vingt-cinquième heure à l’heure éternelle, 1965, page 60)
  2. (Figuré) Qui est digne d’un séraphin.
    • À cette nouvelle Chantal il fallait un saint François de Sales ; elle le trouva dans Fénelon, moins serein, moins innocent, il est vrai, moins rayonnant d’enfance et de grâce séraphique, mais singulièrement noble et fin, subtil, éloquent, contenu, très-dévot, très-politique. — (Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, 3e éd., Hachette & Paulin, 1845, page 140)
    • Il posa d’abord l’excellence a priori d’Odette, l’axiome de sa supra-humanité séraphique, la révélation de ses vertus indémontrables et dont la notion ne pouvait dériver de l’expérience. — (Marcel Proust, Un amour de Swann, 1913, réédition Le Livre de Poche, page 161)
    • Par un mystérieux tour de force, il avait réussi à se raser et à lisser ses cheveux dorés. Son visage était tout à fait séraphique. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 262 de l’édition de 1921)
    • Avec les vierges séraphiques, je n’avais aucune chance. — (Amélie Nothomb, Attentat, Éditions Albin Michel, Paris, 1997, p. 34)
  3. (Catholicisme) Qualifie l’ordre des religieux franciscains.
    • […] & les Cordons bleus de l’Ordre s’étant capitulairement assemblés, déciderent d’une voix unanime que la congrégation séraphique ne pouvoit faire une meilleure acquisition que celle du Frere Norbert, à qui on résolut de faire prononcer les derniers vœux […] — (François-Antoine Chevrier, La Vie du fameux Pere Norbert ex-capucin, connû aujourd’hui sous le nom de l’Abbé Platel, Jean Nourse, Londres, 1762, page 37)
    • Rigoureusement, je sais bien que les Israélites peuvent être appelés nos « frères », — au même titre, j’en ai peur, que les plantes ou les animaux dénommés ainsi par le séraphique saint François, qui ne s’est jamais trompé. — (Léon Bloy, Le Salut par les Juifs, Joseph Victorion et Cie, 1906)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SÉRAPHIQUE. adj. des deux genres
. Qui appartient aux séraphins. Ardeur séraphique. Zèle séraphique. Il s'emploie aussi figurément et signifie Qui est digne d'un séraphin. Une douceur séraphique. Un air séraphique. L'ordre séraphique, L'ordre des religieux franciscains. Le Docteur séraphique, Saint Bonaventure.

Littré (1872-1877)

SÉRAPHIQUE (sé-ra-fi-k') adj.
  • 1Qui appartient aux séraphins. Ardeur séraphique.
  • 2Ordre séraphique, famille séraphique, institut séraphique, noms donnés à l'ordre des religieux franciscains. François d'Assise, fondateur de l'ordre séraphique, disait aux cigales et aux lièvres : chantez, ma sœur la cigale ; broutez, mon frère le levraut, Voltaire, Dict. phil. Genèse.

    Vision séraphique, se dit particulièrement d'une extase de saint François d'Assise.

    Le docteur séraphique, saint Bonaventure.

  • 3Gomme séraphique, voy. SAGAPÉNUM.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SÉRAPHIQUE, adj. ce qui appartient aux séraphins, ou ce qui les imite. Boyle a composé un traité de l’amour séraphique, c’est-à-dire de l’amour de Dieu. On donne dans les écoles le titre de docteur séraphique à S. Bonaventure, à cause de sa ferveur & de son extrème piété.

S. François d’Assise est appellé le pere séraphique, en mémoire ou en honneur d’une vision qu’il eut sur le mont Alverne, où, après un jeûne de quarante jours & d’autres grandes austérités, étant en extase, il vit un séraphin qui descendit rapidement du ciel sur lui, & lui imprima aux mains, aux piés & au côté des stigmates qui représentoient les plaies que les cloux & la lance firent au corps de Jesus-Christ lorsqu’on le crucifia. Voyez Stigmates.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « séraphique »

Voy. SÉRAPHIN.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) Emprunté au latin médiéval seraphicus, de seraphim (« séraphins »)[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « séraphique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
séraphique serafik

Citations contenant le mot « séraphique »

  • Ces personnages extraordinaires ont inspiré Haendel, Haydn ou encore Gluck dans des pages d’une musique suave et séraphique, que Clara Izambert-Jarry vous révèlera grâce à la sonorité cristalline et savoureuse de son instrument historique. Unidivers, La Dive Musique: David, Orphée et Apollon Chapelle du Château de Chavigny Lerné dimanche 16 août 2020
  • Une fois lancé, l'événement va faire apparaître une tour qui sert à fabriquer un Satellite d'artillerie séraphique. Mais avant d'en construire un, il faut d'abord alimenter la machine. Pour ce faire, des tours secondaires vont apparaître au fur et à mesure autour de la tour centrale pour faire apparaître des charges de polarité. Jeuxvideo.com, Destiny 2, la Saison des Dignes : tout savoir sur les Tours Séraphiques, le nouvel événement public - Actualités - jeuxvideo.com

Traductions du mot « séraphique »

Langue Traduction
Anglais seraphic
Espagnol seráfico
Italien serafico
Allemand seraphisch
Chinois 六翼天使
Arabe السيرافي
Portugais seráfico
Russe серафический
Japonais セラフィック
Basque seraphic
Corse serafichi
Source : Google Translate API

Synonymes de « séraphique »

Source : synonymes de séraphique sur lebonsynonyme.fr

Séraphique

Retour au sommaire ➦

Partager