La langue française

Erre

Définitions du mot « erre »

Trésor de la Langue Française informatisé

ERRE, subst. fém.

A.− Au sing.
1. Allure, manière d'avancer, de marcher. Ils [les lapins] détalaient grand'erre et comme s'ils eussent eu les chiens aux trousses (Gautier, Fracasse,1863, p. 360):
... j'aperçus une jeune fille qui se hâtait, je crus reconnaître son erre, je m'approchai, c'était Dina! Borel, Champavert,1833, p. 126.
2. MAR. Vitesse, élan acquis par un navire lorsqu'il cesse d'être propulsé. Briser son erre. L'ordre de stopper avait été donné, et la frégate ne courait plus que sur son erre (Verne, Vingt mille lieues,t. 1, 1870, p. 49).
Prendre de l'erre. Augmenter sa vitesse. La barque, penchant, prenait de l'erre (La Varende, Homme aux gants,1943, p. 417).
P. anal. Enfin, la voiture de Randoulet prit de l'erre, doucement à travers les terres meubles qui entouraient la ferme (Giono, Joie demeure,1935, p. 205).
P. métaph. Vivre sur son erre. Vivre sur sa lancée, sur son acquis. À différents signes, je soupçonne que vous marchez simplement sur l'erre de votre éducation (Gobineau, Pléiades,1874, p. 284).Si admirables que soient vos grandes « Odes », elles pouvaient me faire craindre que désormais vous viviez sur votre erre (Gide, Corresp. [avec Claudel], 1899-1926, p. 159).
B.− P. méton., au plur., VÉN. Traces marquant le passage du gibier. Un chien vite et solide, et qui prend bien les erres sur la feuille (Vialar, Pt jour,1947, p. 247).
Erres rompues. Traces effacées. Les erres sont rompues (Littré).
Hautes erres. Traces anciennes. Aller de hautes erres. Être passé depuis longtemps. Il l'avait fait faire suite sur (...) de hautes erres, progressivement refroidies (Genevoix, Dern. harde,1938, p. 173).
P. métaph. Pas, traces. Il [un homme] zigzaguait souvent comme s'il eût voulu brouiller ses erres (Arnoux, Paris,1939, p. 227).
Revenir sur ses erres. Revenir sur ses pas. Puis, perdu au labyrinthe de petits cabinets baroques, [au Louvre] revenant sur mes erres, on retrouve les Botticelli de ma jeunesse (Arnoux, Paris,1939p. 19).
Prononc. et Orth. : [ε:ʀ]. Homon. aire, ère, ers, haire, hère. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1remoitié du xiies. « voie, chemin » (Psautier de Cambridge, éd. F. Michel, p. 2 [Ps. 1, 7] : l'eire des feluns), réputé ,,un peu vieux`` ds Rich. 1680; 2. a) 1160-74 « marche, allure, train » (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, t. 2, p. 317, appendice, vers 266); b) 1687 mar. (Desroches, Dict. des termes de mar. ds Jal); 3. ca 1375 vén. (Roi Modus, éd. G. Tilander, § 50, 10). Du lat. class. iter « trajet, voyage, marche; chemin, route » ou déverbal de l'a. fr. errer « voyager » (v. errant1). Fréq. abs. littér. : 11. Bbg. Jourjon (A). Rem. lexicogr. R. de Philol. fr. et de Litt. 1915/16, t. 29, pp. 64-65. − La Landelle (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, p. 220, 221.

Wiktionnaire

Nom commun 1

erre \ɛʁ\ masculin ou féminin (l’usage hésite)

  1. Lettre latine R, r.
    • […] en substituant des paroles sans erre, ou sans re, car on n’écrit plus la lettre erre, comme l’aurait écrite mon grand-père, on écrit la lettre re. — (Giacomo Casanova, Histoire de ma vie, volumes 9 à 10, Éditions F. A. Brockhaus, page 267)

Nom commun 2

erre \ɛʁ\ masculin

  1. Dix-septième lettre et douzième consonne de l’alphabet cyrillique : Р (majuscule), р (minuscule).

Nom commun 3

erre \ɛʁ\ féminin

  1. (Vieilli) Train ; allure.
    • Les chevaux tapaient du fer, culaient aux ridelles et grinçonnaient sur les mors et dans les sonnailles. Enfin, la voiture de Randoulet prit de l’erre, doucement à travers les terres meubles qui entouraient la ferme. — (Jean Giono, Que ma joie demeure, éd. Grasset, 1935, p. 205)
    • Aller grand-erre. : Aller bon train, aller vite.
    • Par monts, par vaux, le drôle allait déjà grand’erre. — (J.-B.-A. Clédon, Poésies diverses, tome Ier, Fables, livre II, XVII : Le crime et le châtiment, Delaunay libraire, Paris, 1811, page 54)
  2. (Marine) Vitesse acquise d’un bâtiment, sous l'effet de sa propulsion, de son inertie, ou du vent.
    • Mais tandis que je m’efface instinctivement derrière le cormier pour ne pas être vue, la barque pique droit, sans même balancer, file vivement sur son erre. — (Hervé Bazin, Qui j’ose aimer, Grasset, 1956. p. 40.)
    • Amortir, diminuer l’erre d’un vaisseau.
    • Ce bâtiment n’a plus d’erre : Il est arrêté, il ne marche plus.
    • Ce bâtiment a repris son erre.
  3. (Chasse) (Au pluriel) Traces ou voies du cerf.
    • Les erres sont rompues : Les traces sont effacées.
    • Les hautes erres : Se dit quand il y a un certain temps qu’un cerf est passé.
  4. (Au pluriel) (Figuré) (Familier)
    • Suivre les erres, marcher sur les erres, aller sur les erres de quelqu’un : Tenir la même conduite que lui, l’imiter.

Forme de verbe

erre \ɛʁ\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de errer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de errer.
    • La critique qui s’en tient à la lettre erre nécessairement, mais pire est celle, psychanalytique, thématique ou abyssale qui prétend reconstruire les œuvres de l’intérieur et accompagner l’auteur dans sa création. — (La Quinzaine littéraire, 1967, page 36)
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de errer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de errer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de errer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ERRE. n. f.
Train allure. Il n'est usité que dans ces phrases, qui même ont vieilli, Aller grand-erre, Aller bon train, aller vite. En termes de Marine, il signifie Vitesse acquise d'un bâtiment. Amortir, diminuer l'erre d'un vaisseau. Ce bâtiment n'a plus d'erre, Il est arrêté, il ne marche plus. Ce bâtiment a repris son erre.

ERRES, au pluriel, se dit, en termes de Chasse, des Traces ou voies du cerf. Les erres sont rompues, Les traces sont effacées. Les hautes erres se dit quand il y a un certain temps qu'un cerf est passé. Fig. et fam., Suivre les erres, marcher sur les erres, aller sur les erres de quelqu'un, Tenir la même conduite que lui, l'imiter.

Littré (1872-1877)

ERRE (ê-r') s. f.
  • 1Train, allure. Il n'est usité que dans ces locutions : aller grand'erre ; aller belle erre. Aucuns à coups de pierre Poursuivirent le dieu qui s'enfuit à grand'erre, La Fontaine, Scam. Car comme l'on m'a fait tantôt courir grand'erre, Th. Corneille, Geôlier de soi-même, III, 3.
  • 2 Terme de marine. Vitesse acquise par le navire. Ce bâtiment n'ayant plus assez d'erre, le gouvernail ne fonctionne pas. Diminuer l'erre d'un vaisseau.
  • 3 Au plur. Terme de chasse. Traces et routes d'un cerf. Les erres sont rompues, les traces sont effacées. On dit qu'un cerf est de hautes erres lorsqu'il fait de longues fuites, ou quand il y a plusieurs heures qu'il est passé.

    Fig. Suivre les erres, aller sur les erres de quelqu'un, l'imiter dans sa conduite ; adopter ses opinions, ses sentiments. Reprendre, suivre les premières erres, les dernières erres, reprendre une affaire où on l'avait laissée.

    Les erres, parties de devant d'une bête à quatre pieds, en y comprenant les épaules.

HISTORIQUE

XIIe s. Endementres [pendant ce temps] ad fait tut sun eire [voyage] aprester, Th. le mart. 48.

XIIIe s. Le jor qu'el devra l'erre prendre [venir], la Rose, 14521.

XVe s. Il n'est pas bon de trop enquerre Ne s'empechier es faiz des cours ; S'on m'assault, pour avoir secours, Vers nonchaloir iray grant erre, Orléans, Rond. Le mareschal appresta son erre au plus tost qu'il put, Boucic. II, 6.

XVIe s. Bajazet se sauvoit belle erre sur une jument arabesque, si…, Montaigne, I, 367. Mais quoi ? je vole un peu trop hault, Et m'esloigne trop de mes errès, Du Bellay, J. VII, 74, verso. Montauban demeura donc jusques à la paix en cet estat, où nous la lairrons pour conduire le duc de Montpensier et Burie joint à lui, sur les airres des vaincus, D'Aubigné, Hist. I, 162. Voiant aux desmarches du duc qu'il prenoit toutes les erres d'un siege, D'Aubigné, ib. II, 310. Hocstrat, esperant annuler la sentence, print ses erres vers Rome, Sleidan, f° 23.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ERRE. Ajoutez : - REM. Malherbe, Lexique, éd. L. Lalanne, a fait masculin ce mot au sens d'errement : Il y a ici un autre livre nouveau fait par Bandole… on m'a dit qu'il continue toujours ses premiers erres de parler contre un homme qu'il ne nomme point. C'est un archaïsme ; erre était masculin dans l'ancienne langue.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ERRE, s. f. en terme de Marine, signifie l’allure ou la façon dont le vaisseau marche. (Z)

Erres du Cerf, (Ven.) sont ses naces ou voies.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « erre »

(Nom 1) Du latin er.
(Nom 3) Du latin iter (« trajet, chemin, voyage, marche »), via l’ancien français errer (« voyager »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. iter, chemin ; ce que montre l'ancienne orthographe eire, et aussi oire, et le provençal edrar, voyager, qui représente iterare, au sens non latin de voyager.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « erre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
erre ɛr

Évolution historique de l’usage du mot « erre »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « erre »

  • Le bonheur de l'impie est toujours agité, Il erre à la merci de sa propre inconstance. De Jean Racine / Esther
  • Notre siècle a tout appris, il n'erre plus que sur l'essentiel qui est la connaissance de l'homme. De Bruno Samson / L'amer noir
  • Personne n'erre seulement pour son propre compte, mais on est la cause et le promoteur de l'erreur d'autrui. De Sénèque / La Vie heureuse
  • Là où tu étais, un vide a pris ta place, autour duquel j’erre le jour, et dans lequel je sombre la nuit. De Edna St. Vincent Millay / Lettre - 1952
  • C’est l’histoire d’une reconversion. Une de plus dans le Perche, décidément une terre d’accueil pour tous ceux qui veulent changer de vie. C’est le cas de Laurence Le Ray. , À Saint-Hilaire-sur-Erre, une Bretonne qui nous fait aimer la galette | Le Perche
  • Il n’est pas là pour faire de la figuration et compter les points entre le maire sortant Jean-Pierre Bouquet et la liste « Unis pour Vitry », rassemblant les candidats Cyril Triolet et Linda Munster. Pascal Erre, tête de liste RN, en appelle à sa base, aux « électeurs de Marine Le Pen », pour ce second tour « qui a plus des allures de nouvelle élection ». Journal L'Union abonné, À Vitry-le-François, Pascal Erre l’affirme : « Le RN est toujours là »
  • Le rendez-vous était fixé à 15 heures, esplanade de Strasbourg. Les candidats sont arrivés en avance. Cyril Triolet (ex-LR) emboîtant le pas de Pascal Erre (RN), premier sur les lieux, tous deux rapidement rejoints par le maire sortant, Jean-Pierre Bouquet (PS). Chacun avait le loisir de venir accompagné d’une personne : Pascal Erre par Guy Bertrand, Cyril Triolet par Thibaut Duchêne et Jean-Pierre Bouquet par Thierry Mouton. Journal L'Union abonné, Le débat a tenu ses promesses à Vitry-le-François
  • Jean Pierre Bouquet, maire sortant de Vitry-le-Fra... , Municipales 2020 à Vitry-le-François : le second tour de Pascal Erre
  • «Ma mère ne me supportait pas. Il fallait que je fasse oublier mon existence.» Trente ans après sa mort, Léa Salamé tente de percer les «Secrets de François Truffaut». Dans cette archive, on voit le cinéaste, le front relevé, la voix posée, qui théorise son effacement derrière son art. Pour cerner sa personnalité, la journaliste et son équipe enquêtent auprès d’actrices qui l’ont connu, Brigitte Fossey ou Andréa Ferréol, et de spécialistes de cinéma, dont Serge Toubiana et notre confrère Éric Neuhoff. Enfance triste et solitaire donc. Le garçon erre dans les rues de Paris et oublie dans les salles obscures l’indifférence de ses parents. À 26 ans, avec Les Quatre Cents Coups, il partira à la recherche de cette enfance perdue, «contradictoire et tourmentée». Contradictoire, lui le sera toute sa vie: à la fois intellectuel et instinctif, violent dans ses critiques rédigées aux Cahiers du cinéma mais tendre avec ses amis, militant auprès des étudiants en 1968 et bourgeois à la ville. Le Figaro.fr, François Truffaut, rencontre d’un autre type sur France 5

Traductions du mot « erre »

Langue Traduction
Anglais wanders
Espagnol deambula
Italien wanders
Allemand wandert
Chinois 徘徊
Arabe يجول
Portugais vagueia
Russe вандерс
Japonais さまよう
Basque wanders
Corse vagabonde
Source : Google Translate API

Synonymes de « erre »

Source : synonymes de erre sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « erre »

Erre

Retour au sommaire ➦

Partager