Voyager : définition de voyager


Voyager : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

VOYAGER1, verbe intrans.

A. − [Le suj. désigne un animé]
1. Se déplacer, généralement sur une longue distance, aller d'un lieu à un autre, effectuer un trajet, un parcours.
a) [Gén. mentionné par le compl.] Accomplir un déplacement vers une destination précise en empruntant un moyen de transport. Avez-vous jamais voyagé sur la mer? Couché dans votre cabine, suiviez-vous, la nuit, le mouvement du bateau s'inclinant à droite, à gauche, et si fort qu'il semblait parfois hésiter à se relever? (Barrès, Cahiers, t. 9, 1912, p. 281).Les invités qui ne voyageaient pas par la route descendaient comme autrefois en gare de Blangy-sur-Bresle du train de neuf heures trente-six (Nizan, Conspir., 1938, p. 134).
SYNT. Voyager à cheval, à pied, en avion, en autocar, en berline, en chemin de fer, en diligence, en voiture, en wagon-lit; voyager en mer, par les airs, sur un paquebot; voyager debout, assis, en première, en seconde classe; voyager de jour, de nuit; voyager sans argent, sans passeport, à ses frais, à tarif réduit; voyager de (...) à (...), entre (...) et (...); voyager incognito.
MAR. Effectuer un déplacement en mer en étant seul maître du parcours et du déroulement de la traversée. Le capitaine est d'abord un marin. Il doit conduire à destination son navire en voyageant « en droiture », c'est-à-dire sans « relâcher », sauf cas de force majeure, en dehors des escales prévues (M. Benoist, Pettier, Transp. mar., 1961, p. 137).
b) Se déplacer; parcourir une certaine distance. J'ai voyagé soixante lieues à travers les fleurs (Michelet, Journal, 1837, p. 772).Les départs étaient laborieux chez moi; mon père, qui ne voyageait que pour les enterrements, m'avait légué sa peur des salles d'attente (Giraudoux, Simon, 1926, p. 36).
c) Voyager dans.Se déplacer dans un lieu. Voyager dans la lune, dans le Midi. Avant de voyager dans l'espace interplanétaire, (...) [l'homme] doit progresser encore dans l'« espace » des possibles techniques (Ruyer, Cybern., 1954, p. 224).
2. Faire un/des voyage(s); se déplacer hors de son domicile dans un but d'étude, de découverte, de loisirs.
a) [Le suj. désigne un savant, un explorateur] Aller à la découverte d'un pays, d'une civilisation pour les étudier ou les conquérir. Après un séjour de deux ans, arriva un Espagnol, se disant venir du nouveau Mexique, et voyageant pour faire des découvertes (Crèvecœur, Voyage, t. 3, 1801, p. 213).En Asie Mineure, l'Anglais Fellows voyage à partir de 1832, particulièrement en Lycie où il commence des fouilles en 1842 (L'Hist. et ses méth., 1961, p. 259).
b) Faire un voyage d'agrément, seul ou en groupe, dans un but de détente, de dépaysement, de loisirs. J'ai un cousin qui a voyagé en Suisse l'année dernière, et qui me disait qu'on ne peut se figurer la poésie des lacs, le charme des cascades, l'effet gigantesque des glaciers (Flaub., MmeBovary, t. 1, 1857, p. 93).Si l'homme d'affaires sait que les aléas du voyage rentrent dans le cadre de ses ennuis de travail, le touriste voyage pour son plaisir et ne les accepte pas (Defert, Pol. tour. en Fr., 1960, p. 68).
SYNT. Voyager seul, en groupe, en isolé, individuellement; voyager au loin, à l'étranger, à travers le monde (synon. bourlinguer), en Europe, en Afrique, au Sahara, en Angleterre; voyager en famille; voyager beaucoup, partout; avoir l'intention, être content de voyager; voyager pour se distraire, pour s'instruire, pour passer le temps, pour chercher la sagesse; voyager pour voyager.
Proverbe. Qui veut voyager loin ménage sa monture*.
c) Empl. fréq.
α) Faire des voyages; avoir une expérience approfondie des déplacements lointains, des pays et des peuples visités. Aimer voyager; besoin, bonheur, charme, désir, envie, faculté, habitude, plaisir de voyager. J'ai voyagé. J'ai été dans l'Inde, j'ai parcouru les Gaules. J'ai traversé le désert où l'on a soif (Flaub., Tentation, 1856, p. 630).Je veux sortir, voyager, connaître des gens, je veux la gloire et l'amour; je veux vivre (Beauvoir, Mandarins, 1954, p. 494).
β) [Le suj. désigne une pers. en activité, en mission] Accomplir des déplacements en France ou à l'étranger (pour son propre compte ou pour le compte d'un employeur). Voyager pour ses affaires, son commerce, pour un armateur, pour une maison de vin, de pâtes. J'échappe à M. Thomas, ex-lieutenant, voyageant pour une compagnie d'assurance (Michelet, Journal,1830, p. 77).Il y avait à bord six passagers: un guernesiais, deux malouins (...), un « touriste » (...), un parisien (...) et un américain voyageant pour distribuer des bibles (Hugo, Travaill. mer, 1866, p. 190).
γ) Se déplacer sous l'effet de certaines contraintes, politiques, militaires, etc. Les guerres de la Révolution et de l'Empire ont fait terriblement voyager notre peuple, par nature casanier comme il est économe (Bourget, Essais psychol., 1883, p. 102).
3. [Le suj. désigne un animal]
a) Se déplacer dans son élément, son milieu naturel. Les hirondelles, les frégates, les marsouins et les thons voyagent avec plus de vitesse (Bern. de St-P., Harm. nat., 1814, p. 373).Nous avons (...) rencontré un narval qui voyageait à la surface de la glace, avec sa grande pique de corne, et qui tâchait de retrouver un trou d'eau (Duhamel, Suzanne, 1941, p. 113).
b) Accomplir une migration. Les milliers et les milliers de lamproies accouplées émigrent vers les fleuves. Elles voyagent par bancs, entre deux eaux, en colonne profonde (Pesquidoux, Chez nous, 1921, p. 151).
4. P. anal.
a) Se déplacer sur de courtes distances en assimilant ce parcours à un véritable voyage. Synon. circuler, déambuler.Jusqu'au déjeuner, elle voyageait d'une pièce dans l'autre, causait avec la femme de ménage, les mains inertes (Zola, Bête hum., 1890, p. 122).Sa mère, ici, commençait de souffrir, et sa sœur voyageait d'un malade à l'autre au milieu de la nuit (Malègue, Augustin, t. 2, 1933, p. 281).
b) Se déplacer en tous sens, sans but précis. Synon. errer, vagabonder.Cette fois, elle [la noce] voyageait au milieu du musée de la marine, parmi des modèles d'instruments et de canons, des plans en relief, des vaisseaux grands comme des joujoux (Zola, Assommoir, 1877, p. 447).
c) CHORÉGR. ,,Dévier de sa place en faisant une pirouette`` (Nouv. Lar. ill. et Rigaud, Dict. arg. mod., 1881, p. 388).
B. − [Le suj. désigne un inanimé]
1. [Le suj. désigne un moyen de transp.] Se déplacer sous la conduite de la personne qui en a la commande. Il possédait (...) des navires jumeaux voyageant à volonté sous le pavillon américain ou sous le pavillon espagnol (Zola, E. Rougon, 1876, p. 19).La diligence voyage de nuit, à cause de la chaleur (Benoit, Atlant., 1919, p. 41).
2. [Le suj. désigne le ou les produit(s) transporté(s)] Être acheminé, livré, expédié par divers moyens de transport. Colis, lettre, marchandise qui voyage. Par les fenêtres encombrées de géranium, on vit la malle voyager à dos d'homme (Malègue, Augustin, t. 1, 1933, p. 33).Charles Tellier (...) fit voyager de la viande fraîche de Rouen jusqu'à Buenos-Aires en 1876 sur son navire Le Frigorifique (Lesourd, Gérard, Hist. écon., 1968, p. 279).
En partic. Supporter (bien ou mal) le transport. Est-ce que les hommes d'un pays seraient comme leur vin, auraient la même facilité d'émigration, les mêmes facultés de transport? Le vin d'ici ne voyage pas (Goncourt, Journal, 1860, p. 735).On choisissait les échantillons et, l'hiver assis, dans les beaux jours lumineux du milieu de la saison, où les vins voyagent heureusement, on envoyait chercher les commandes faites (Pesquidoux, Livre raison, 1925, p. 113).Changer d'affectation, être transféré. Nous sommes tombés au mauvais moment; nos fonds voyagent (Gozlan, Notaire, 1836, p. 286).
3. P. anal.
a) [Le suj. désigne un astre, un phénomène optique ou physique (atmosphérique, météorologique)] Effectuer un mouvement réel ou apparent. Des clartés sur les prairies voyageaient, que suivaient des ombres mouvantes (Rivière, Corresp. [avec Alain-Fournier], 1907, p. 44).Il y avait au ciel de grands nuages libres qui voyageaient (Genevoix, Raboliot, 1925, p. 224).
b) [Le suj. désigne un phénomène acoust., auditif ou olfactif] Se propager, se répandre, se diffuser. Le son voyage en raison de 332 mètres par seconde (Flammarion, Astron. pop., 1880, p. 115).Il n'y a pas de vent (...) et cependant les parfums voyagent (La Varende, Normandie en fl.,1950, p. 229).
c) [Le suj. désigne un cours d'eau] Parmi la langueur d'une cloche qui tinte, On dirait des ruisseaux d'eau pâle voyageant Des ruisseaux de silence aux rives non précises Dont le peu d'eau glisse au hasard (Rodenbach, Règne sil., 1891, p. 87).
4.
a) Effectuer un long trajet avant d'arriver à destination. Les chansons voyagent et volent comme les graines à travers l'air (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t. 4, 1863, p. 131).
b) Effectuer des mouvements continuels de va-et-vient, faire de nombreux aller-retour, aller et venir. J'appris que ce bréviaire historique, qui, depuis trois cents ans voyageait de bibliothèque en bibliothèque, était à vendre (Dumas père, Monte-Cristo, Drame, 1848, V, 10etabl., 1, p. 122).
En partic.
[Le suj. désigne le regard, les yeux] Souvent, en laissant voyager mes yeux sur une moulure déjetée, je rencontrais des développements nouveaux (Balzac, Peau chagr., 1831, p. 103).
[Le suj. désigne un ou des son(s)] Les chants voyagent d'un point à l'autre de la basilique, se répondent, s'appellent de nouveau et semblent se chercher comme des aveugles (Green, Journal, 1935, p. 10).
c) Circuler, passer de main en main. Le saladier voyageait de main en main, les visages se penchaient et cherchaient des champignons (Zola, Assommoir, 1877, p. 574).
d) Changer de place, se déplacer. Dans les grands chaumes, le parc voyageait, ne restait guère plus de deux ou trois jours à la même place, juste le temps laissé aux moutons de tondre les herbes folles (Zola, Terre, 1887, p. 292).
En partic. Se déplacer dans l'organisme. Cellules qui voyagent. Les embolies d'ailleurs rares qui surviennent à la suite des phlébites sont dues aux mouvements qui font voyager les caillots de sang jusqu'au cœur (Alain-Fournier, Corresp.[avec Rivière], 1911, p. 314).
C. − Au fig. ou p. métaph.
1. [Par substitution du temps à l'espace]
a) [Corresp. à voyage III A 1] Tout se trouve dans ce curieux musée, où chaque pas dans l'espace vous fait voyager dans le temps (Michelet, Introd. Hist. univ., 1831, p. 431).
b) [Corresp. à voyage III A 2] Voyager à travers la vie. Nous voyons seulement passer devant nous une petite portion des hommes voyageant du berceau à la tombe dans leur succession rapide (Chateaubr., Natchez, 1826, p. 342).
2. Faire une ou des expérience(s) comparable(s) à un voyage d'exploration, de découverte.
a) [Dans l'au-delà, l'imaginaire]
α) [Le suj. désigne une pers. et, p. méton., un de ses attributs] Les colonies gagneraient beaucoup à la présence de ces savans, qui, cessant de voyager en esprit, ne s'occuperaient que de choses vraies (Baudry des Loz., Voy. Louisiane, 1802, p. 154).Julien n'écoutait pas, son esprit voyageant ailleurs (Champfl., Bourgeois Molinch., 1855, p. 255).
β) En partic. ,,Atteindre l'état provoqué par l'absorption d'hallucinogènes`` (Gilb. 1971). Les jeunes gens voyagent au LSD (L'Express, 12 déc. 1966ds Gilb. 1980).La cigarette de marijuana fait voyager (L'Express, 1ersept. 1969,ds Gilb. 1980).
b) Faire une expérience personnelle (d'ordre culturel, social etc.); progresser dans la perception et la compréhension de phénomènes concrets ou abstraits. En un mois, j'ai coupé un morceau dans l'Allemagne; j'ai touché toutes ses électricités (...). Mais combien j'ai plus encore développé la mienne! Combien j'ai voyagé en Jules Michelet, plus qu'en Allemagne (Michelet, Journal, 1842, p. 457):
Dans cette journée que je me suis donnée pour errer au travers de moi-même à la recherche de ce désir, j'ai eu comme jamais je ne l'avais eue, la sensation violente et par instants presque hallucinatoire qu'en effet je voyageais au travers de moi-même! Alain-Fournier, Corresp.[avec Rivière], 1906, p. 113.
3. [Le suj., au plur., désigne deux notions concomitantes (tour positif) ou antinomiques (tour négatif); gén. au sing., dans le tour voyager avec] Aller de pair, être habituellement associés. L'amour n'avait pas voyagé de compagnie avec l'ivresse (Balzac, Peau chagr., 1831, p. 68).Ce sont les conquérants du monde Cherchant la fortune chimique personnelle; Le sport et le confort voyagent avec eux (Rimbaud, Illumin., 1873, p. 304).
REM. 1.
Voyageant, -ante, part. prés. en empl. adj.En voyage. Synon. usuel voyageur.Te voilà déjà voyageante; c'est fort bien; épargne sur des bijoux et autres niaiseries pour aller voir Milan ou Paris (Stendhal, Corresp., t. 1, 1808, p. 322).
2.
Voyageotter, verbe intrans.,fam. Faire de petits déplacements, de courts voyages. Vivotter, dans quelque province, ou, si je peux, voyageotter à petites journées par tout ce pays-ci (...) c'est mes buts (Verlaine, Corresp., t. 3, Lettres à E. Delahaye, 1875, p. 104).
Prononc. et Orth.: [vwajaʒe], (il) voyage [-ja:ʒ]. V. voyage. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1385 (Eustache Deschamps, Œuvres, éd. G. Raynaud, t. 9, p. 80: or fault avoir pour voyagier Grant argent); 2. a) 1749 fig. « se déplacer » (Buffon, Hist. et théorie de la terre, p. 72: ces glaces énormes [...] viennent comme des montagnes flottantes voyager et se fondre jusque dans les régions tempérées); b) 1786 (Letourneur, Trad. de Cl. Harlowe, t. VII, p. 157 ds Littré: Cette lettre voyagera toute la nuit); 3. 1893 (DG: Du vin qui ne peut pas voyager). Dér. de voyage*; dés. -er. Fréq. abs. littér.: 2 012. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 3 731, b) 3 277; xxes.: a) 2 112, b) 2 343.

Voyager : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

VOYAGER1, verbe intrans.

A. − [Le suj. désigne un animé]
1. Se déplacer, généralement sur une longue distance, aller d'un lieu à un autre, effectuer un trajet, un parcours.
a) [Gén. mentionné par le compl.] Accomplir un déplacement vers une destination précise en empruntant un moyen de transport. Avez-vous jamais voyagé sur la mer? Couché dans votre cabine, suiviez-vous, la nuit, le mouvement du bateau s'inclinant à droite, à gauche, et si fort qu'il semblait parfois hésiter à se relever? (Barrès, Cahiers, t. 9, 1912, p. 281).Les invités qui ne voyageaient pas par la route descendaient comme autrefois en gare de Blangy-sur-Bresle du train de neuf heures trente-six (Nizan, Conspir., 1938, p. 134).
SYNT. Voyager à cheval, à pied, en avion, en autocar, en berline, en chemin de fer, en diligence, en voiture, en wagon-lit; voyager en mer, par les airs, sur un paquebot; voyager debout, assis, en première, en seconde classe; voyager de jour, de nuit; voyager sans argent, sans passeport, à ses frais, à tarif réduit; voyager de (...) à (...), entre (...) et (...); voyager incognito.
MAR. Effectuer un déplacement en mer en étant seul maître du parcours et du déroulement de la traversée. Le capitaine est d'abord un marin. Il doit conduire à destination son navire en voyageant « en droiture », c'est-à-dire sans « relâcher », sauf cas de force majeure, en dehors des escales prévues (M. Benoist, Pettier, Transp. mar., 1961, p. 137).
b) Se déplacer; parcourir une certaine distance. J'ai voyagé soixante lieues à travers les fleurs (Michelet, Journal, 1837, p. 772).Les départs étaient laborieux chez moi; mon père, qui ne voyageait que pour les enterrements, m'avait légué sa peur des salles d'attente (Giraudoux, Simon, 1926, p. 36).
c) Voyager dans.Se déplacer dans un lieu. Voyager dans la lune, dans le Midi. Avant de voyager dans l'espace interplanétaire, (...) [l'homme] doit progresser encore dans l'« espace » des possibles techniques (Ruyer, Cybern., 1954, p. 224).
2. Faire un/des voyage(s); se déplacer hors de son domicile dans un but d'étude, de découverte, de loisirs.
a) [Le suj. désigne un savant, un explorateur] Aller à la découverte d'un pays, d'une civilisation pour les étudier ou les conquérir. Après un séjour de deux ans, arriva un Espagnol, se disant venir du nouveau Mexique, et voyageant pour faire des découvertes (Crèvecœur, Voyage, t. 3, 1801, p. 213).En Asie Mineure, l'Anglais Fellows voyage à partir de 1832, particulièrement en Lycie où il commence des fouilles en 1842 (L'Hist. et ses méth., 1961, p. 259).
b) Faire un voyage d'agrément, seul ou en groupe, dans un but de détente, de dépaysement, de loisirs. J'ai un cousin qui a voyagé en Suisse l'année dernière, et qui me disait qu'on ne peut se figurer la poésie des lacs, le charme des cascades, l'effet gigantesque des glaciers (Flaub., MmeBovary, t. 1, 1857, p. 93).Si l'homme d'affaires sait que les aléas du voyage rentrent dans le cadre de ses ennuis de travail, le touriste voyage pour son plaisir et ne les accepte pas (Defert, Pol. tour. en Fr., 1960, p. 68).
SYNT. Voyager seul, en groupe, en isolé, individuellement; voyager au loin, à l'étranger, à travers le monde (synon. bourlinguer), en Europe, en Afrique, au Sahara, en Angleterre; voyager en famille; voyager beaucoup, partout; avoir l'intention, être content de voyager; voyager pour se distraire, pour s'instruire, pour passer le temps, pour chercher la sagesse; voyager pour voyager.
Proverbe. Qui veut voyager loin ménage sa monture*.
c) Empl. fréq.
α) Faire des voyages; avoir une expérience approfondie des déplacements lointains, des pays et des peuples visités. Aimer voyager; besoin, bonheur, charme, désir, envie, faculté, habitude, plaisir de voyager. J'ai voyagé. J'ai été dans l'Inde, j'ai parcouru les Gaules. J'ai traversé le désert où l'on a soif (Flaub., Tentation, 1856, p. 630).Je veux sortir, voyager, connaître des gens, je veux la gloire et l'amour; je veux vivre (Beauvoir, Mandarins, 1954, p. 494).
β) [Le suj. désigne une pers. en activité, en mission] Accomplir des déplacements en France ou à l'étranger (pour son propre compte ou pour le compte d'un employeur). Voyager pour ses affaires, son commerce, pour un armateur, pour une maison de vin, de pâtes. J'échappe à M. Thomas, ex-lieutenant, voyageant pour une compagnie d'assurance (Michelet, Journal,1830, p. 77).Il y avait à bord six passagers: un guernesiais, deux malouins (...), un « touriste » (...), un parisien (...) et un américain voyageant pour distribuer des bibles (Hugo, Travaill. mer, 1866, p. 190).
γ) Se déplacer sous l'effet de certaines contraintes, politiques, militaires, etc. Les guerres de la Révolution et de l'Empire ont fait terriblement voyager notre peuple, par nature casanier comme il est économe (Bourget, Essais psychol., 1883, p. 102).
3. [Le suj. désigne un animal]
a) Se déplacer dans son élément, son milieu naturel. Les hirondelles, les frégates, les marsouins et les thons voyagent avec plus de vitesse (Bern. de St-P., Harm. nat., 1814, p. 373).Nous avons (...) rencontré un narval qui voyageait à la surface de la glace, avec sa grande pique de corne, et qui tâchait de retrouver un trou d'eau (Duhamel, Suzanne, 1941, p. 113).
b) Accomplir une migration. Les milliers et les milliers de lamproies accouplées émigrent vers les fleuves. Elles voyagent par bancs, entre deux eaux, en colonne profonde (Pesquidoux, Chez nous, 1921, p. 151).
4. P. anal.
a) Se déplacer sur de courtes distances en assimilant ce parcours à un véritable voyage. Synon. circuler, déambuler.Jusqu'au déjeuner, elle voyageait d'une pièce dans l'autre, causait avec la femme de ménage, les mains inertes (Zola, Bête hum., 1890, p. 122).Sa mère, ici, commençait de souffrir, et sa sœur voyageait d'un malade à l'autre au milieu de la nuit (Malègue, Augustin, t. 2, 1933, p. 281).
b) Se déplacer en tous sens, sans but précis. Synon. errer, vagabonder.Cette fois, elle [la noce] voyageait au milieu du musée de la marine, parmi des modèles d'instruments et de canons, des plans en relief, des vaisseaux grands comme des joujoux (Zola, Assommoir, 1877, p. 447).
c) CHORÉGR. ,,Dévier de sa place en faisant une pirouette`` (Nouv. Lar. ill. et Rigaud, Dict. arg. mod., 1881, p. 388).
B. − [Le suj. désigne un inanimé]
1. [Le suj. désigne un moyen de transp.] Se déplacer sous la conduite de la personne qui en a la commande. Il possédait (...) des navires jumeaux voyageant à volonté sous le pavillon américain ou sous le pavillon espagnol (Zola, E. Rougon, 1876, p. 19).La diligence voyage de nuit, à cause de la chaleur (Benoit, Atlant., 1919, p. 41).
2. [Le suj. désigne le ou les produit(s) transporté(s)] Être acheminé, livré, expédié par divers moyens de transport. Colis, lettre, marchandise qui voyage. Par les fenêtres encombrées de géranium, on vit la malle voyager à dos d'homme (Malègue, Augustin, t. 1, 1933, p. 33).Charles Tellier (...) fit voyager de la viande fraîche de Rouen jusqu'à Buenos-Aires en 1876 sur son navire Le Frigorifique (Lesourd, Gérard, Hist. écon., 1968, p. 279).
En partic. Supporter (bien ou mal) le transport. Est-ce que les hommes d'un pays seraient comme leur vin, auraient la même facilité d'émigration, les mêmes facultés de transport? Le vin d'ici ne voyage pas (Goncourt, Journal, 1860, p. 735).On choisissait les échantillons et, l'hiver assis, dans les beaux jours lumineux du milieu de la saison, où les vins voyagent heureusement, on envoyait chercher les commandes faites (Pesquidoux, Livre raison, 1925, p. 113).Changer d'affectation, être transféré. Nous sommes tombés au mauvais moment; nos fonds voyagent (Gozlan, Notaire, 1836, p. 286).
3. P. anal.
a) [Le suj. désigne un astre, un phénomène optique ou physique (atmosphérique, météorologique)] Effectuer un mouvement réel ou apparent. Des clartés sur les prairies voyageaient, que suivaient des ombres mouvantes (Rivière, Corresp. [avec Alain-Fournier], 1907, p. 44).Il y avait au ciel de grands nuages libres qui voyageaient (Genevoix, Raboliot, 1925, p. 224).
b) [Le suj. désigne un phénomène acoust., auditif ou olfactif] Se propager, se répandre, se diffuser. Le son voyage en raison de 332 mètres par seconde (Flammarion, Astron. pop., 1880, p. 115).Il n'y a pas de vent (...) et cependant les parfums voyagent (La Varende, Normandie en fl.,1950, p. 229).
c) [Le suj. désigne un cours d'eau] Parmi la langueur d'une cloche qui tinte, On dirait des ruisseaux d'eau pâle voyageant Des ruisseaux de silence aux rives non précises Dont le peu d'eau glisse au hasard (Rodenbach, Règne sil., 1891, p. 87).
4.
a) Effectuer un long trajet avant d'arriver à destination. Les chansons voyagent et volent comme les graines à travers l'air (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t. 4, 1863, p. 131).
b) Effectuer des mouvements continuels de va-et-vient, faire de nombreux aller-retour, aller et venir. J'appris que ce bréviaire historique, qui, depuis trois cents ans voyageait de bibliothèque en bibliothèque, était à vendre (Dumas père, Monte-Cristo, Drame, 1848, V, 10etabl., 1, p. 122).
En partic.
[Le suj. désigne le regard, les yeux] Souvent, en laissant voyager mes yeux sur une moulure déjetée, je rencontrais des développements nouveaux (Balzac, Peau chagr., 1831, p. 103).
[Le suj. désigne un ou des son(s)] Les chants voyagent d'un point à l'autre de la basilique, se répondent, s'appellent de nouveau et semblent se chercher comme des aveugles (Green, Journal, 1935, p. 10).
c) Circuler, passer de main en main. Le saladier voyageait de main en main, les visages se penchaient et cherchaient des champignons (Zola, Assommoir, 1877, p. 574).
d) Changer de place, se déplacer. Dans les grands chaumes, le parc voyageait, ne restait guère plus de deux ou trois jours à la même place, juste le temps laissé aux moutons de tondre les herbes folles (Zola, Terre, 1887, p. 292).
En partic. Se déplacer dans l'organisme. Cellules qui voyagent. Les embolies d'ailleurs rares qui surviennent à la suite des phlébites sont dues aux mouvements qui font voyager les caillots de sang jusqu'au cœur (Alain-Fournier, Corresp.[avec Rivière], 1911, p. 314).
C. − Au fig. ou p. métaph.
1. [Par substitution du temps à l'espace]
a) [Corresp. à voyage III A 1] Tout se trouve dans ce curieux musée, où chaque pas dans l'espace vous fait voyager dans le temps (Michelet, Introd. Hist. univ., 1831, p. 431).
b) [Corresp. à voyage III A 2] Voyager à travers la vie. Nous voyons seulement passer devant nous une petite portion des hommes voyageant du berceau à la tombe dans leur succession rapide (Chateaubr., Natchez, 1826, p. 342).
2. Faire une ou des expérience(s) comparable(s) à un voyage d'exploration, de découverte.
a) [Dans l'au-delà, l'imaginaire]
α) [Le suj. désigne une pers. et, p. méton., un de ses attributs] Les colonies gagneraient beaucoup à la présence de ces savans, qui, cessant de voyager en esprit, ne s'occuperaient que de choses vraies (Baudry des Loz., Voy. Louisiane, 1802, p. 154).Julien n'écoutait pas, son esprit voyageant ailleurs (Champfl., Bourgeois Molinch., 1855, p. 255).
β) En partic. ,,Atteindre l'état provoqué par l'absorption d'hallucinogènes`` (Gilb. 1971). Les jeunes gens voyagent au LSD (L'Express, 12 déc. 1966ds Gilb. 1980).La cigarette de marijuana fait voyager (L'Express, 1ersept. 1969,ds Gilb. 1980).
b) Faire une expérience personnelle (d'ordre culturel, social etc.); progresser dans la perception et la compréhension de phénomènes concrets ou abstraits. En un mois, j'ai coupé un morceau dans l'Allemagne; j'ai touché toutes ses électricités (...). Mais combien j'ai plus encore développé la mienne! Combien j'ai voyagé en Jules Michelet, plus qu'en Allemagne (Michelet, Journal, 1842, p. 457):
Dans cette journée que je me suis donnée pour errer au travers de moi-même à la recherche de ce désir, j'ai eu comme jamais je ne l'avais eue, la sensation violente et par instants presque hallucinatoire qu'en effet je voyageais au travers de moi-même! Alain-Fournier, Corresp.[avec Rivière], 1906, p. 113.
3. [Le suj., au plur., désigne deux notions concomitantes (tour positif) ou antinomiques (tour négatif); gén. au sing., dans le tour voyager avec] Aller de pair, être habituellement associés. L'amour n'avait pas voyagé de compagnie avec l'ivresse (Balzac, Peau chagr., 1831, p. 68).Ce sont les conquérants du monde Cherchant la fortune chimique personnelle; Le sport et le confort voyagent avec eux (Rimbaud, Illumin., 1873, p. 304).
REM. 1.
Voyageant, -ante, part. prés. en empl. adj.En voyage. Synon. usuel voyageur.Te voilà déjà voyageante; c'est fort bien; épargne sur des bijoux et autres niaiseries pour aller voir Milan ou Paris (Stendhal, Corresp., t. 1, 1808, p. 322).
2.
Voyageotter, verbe intrans.,fam. Faire de petits déplacements, de courts voyages. Vivotter, dans quelque province, ou, si je peux, voyageotter à petites journées par tout ce pays-ci (...) c'est mes buts (Verlaine, Corresp., t. 3, Lettres à E. Delahaye, 1875, p. 104).
Prononc. et Orth.: [vwajaʒe], (il) voyage [-ja:ʒ]. V. voyage. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1385 (Eustache Deschamps, Œuvres, éd. G. Raynaud, t. 9, p. 80: or fault avoir pour voyagier Grant argent); 2. a) 1749 fig. « se déplacer » (Buffon, Hist. et théorie de la terre, p. 72: ces glaces énormes [...] viennent comme des montagnes flottantes voyager et se fondre jusque dans les régions tempérées); b) 1786 (Letourneur, Trad. de Cl. Harlowe, t. VII, p. 157 ds Littré: Cette lettre voyagera toute la nuit); 3. 1893 (DG: Du vin qui ne peut pas voyager). Dér. de voyage*; dés. -er. Fréq. abs. littér.: 2 012. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 3 731, b) 3 277; xxes.: a) 2 112, b) 2 343.

Voyager : définition du Wiktionnaire

Verbe

voyager \vwa.ja.ʒe\ intransitif, parfois transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Faire un ou des voyages, se déplacer selon un itinéraire d’une certaine longueur à destination d’une autre ville, d’un autre pays.
    • En sortant de la kasba nous voyons nos chameaux poindre à l'horizon, et la prudence nous commande de les attendre pour voyager de conserve avec eux. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 45)
    • L’exploit dont on désespérait était accompli ! Un homme voyageait dans les airs, à son gré et en toute sécurité ! — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 30 de l’éd. de 1921)
  2. En parlant d'un objet, être transporté d’un lieu à un autre.
    • Ce paquet a beaucoup voyagé avant d’arriver à destination.
    • Ce vin ne peut pas voyager.
  3. (Transitif) Transporter pour un voyage.
    • Elle a été voyagée en transport adapté, dans une chaise roulante. — (site pages.videotron.com)
    • La peinture était la chasse la plus célèbre et le travail réussi et a été voyagée autour du monde. — (site www.worldlingo.com)

Nom commun

voyager \ˈvɔ.ɪə.dʒə\

  1. Voyageur, voyageuse.
  2. Nom donné à un programme d’exploration spatiale de la NASA.
    • La sonde voyager 2 a survolé les planètes Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Voyager : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

VOYAGER. v. intr.
Faire un voyage, se déplacer selon un itinéraire d'une certaine longueur à destination d'une autre ville, d'un autre pays. Il a bien voyagé, il a bien vu du pays. Voyager par toute l'Europe. Voyager en Italie, en Grèce, en Asie. Il a passé sa vie à voyager. Voyager par terre, par mer. Voyager sur mer. Voyager en chemin de fer, en automobile, en avion. Voyager à pied, en voiture. Voyager à petites journées. Prov. et fig., Qui veut voyager loin ménage sa monture, Il ne faut point faire d'excès, il faut user avec ménagement de ses forces, de ses facultés, pour les conserver longtemps.

VOYAGER se dit, par analogie, de Certains oiseaux qui vont d'un pays dans un autre. Les grues, les hirondelles voyagent. Il se dit aussi des Objets et signifie Être transporté d'un lieu à un autre. Ce paquet a beaucoup voyagé avant d'arriver à destination. Ce vin ne peut pas voyager.

Voyager : définition du Littré (1872-1877)

VOYAGER (vo-ia-jé ; quelques-uns disent voi-ia-jé. Le g prend un e devant a et o : voyageant, voyageons) v. n.
  • 1Faire voyage, aller en pays éloigné. J'employai le reste de ma jeunesse à voyager, à voir des cours et des armées, à fréquenter des gens de diverses humeurs et conditions, Descartes, Méth. I, 14. Il lui prit aussi envie [à Ésope] de voyager et d'aller par le monde, s'entretenant de diverses choses avec ceux que l'on appelait philosophes, La Fontaine, Vie d'Ésope. Certes, dit-il, mon père était un pauvre sire ; Il n'osait voyager, craintif au dernier point, La Fontaine, Fabl. VIII, 9. Amants, heureux amants, voulez-vous voyager, Que ce soit aux rives prochaines, La Fontaine, ib. IX, 2. Ce n'est qu'avec de la sagesse et de la prévoyance qu'on voyage bien, Sévigné, 15 janv. 1674. Les anciens voyageaient rarement au delà de l'équateur, Mairan, Élog. de Halley. Voyager pour voyager, c'est errer, être vagabond ; voyager pour s'instruire est encore un objet trop vague ; l'instruction qui n'a pas un but déterminé, n'est rien, Rousseau, Ém. v. Quand on ne veut qu'arriver, on peut courir en chaise de poste ; mais, quand on veut voyager, il faut aller à pied, Rousseau, ib. Voyager est, quoi qu'on en puisse dire, un des plus tristes plaisirs de la vie, Staël, Corinne, I, 2.

    Il se dit aussi des oiseaux. Les grues se mettent en ordre pour voyager.

    Fig. Chaque soleil est le centre de plusieurs planètes qui voyagent continuellement autour de lui, Voltaire, Dial. 15. Enfin, portant les yeux jusqu'aux extrémités du globe, je vois ces glaces énormes qui se détachent des continents des pôles, et viennent comme des montagnes flottantes voyager et se fondre jusque dans les régions tempérées, Buffon, Théorie de la terre, 2e disc. Voyageons dans leur âge [des anciens], où, libre, sans détour, Chaque homme ose être un homme, et penser au grand jour, Chénier, l'Invention. Et vous me demandez, sollicitude amère : " Où donc ton père ? où donc ton fils ? où donc ta mère ? " - Ils voyagent aussi ! Le voyage qu'ils font n'a ni soleil ni lune, Hugo, Feuilles d'automne, à un voyageur.

  • 2Être transporté, en parlant d'objets. Cette lettre voyagera toute la nuit, Letourneur, Trad. de Cl. Harl. t. VII, p. 157.

PROVERBES

Qui veut voyager loin, ou, plus souvent, qui veut aller loin, ménage sa monture, il ne faut pas faire d'excès, il faut user avec ménagement. Qui veut voyager loin ménage sa monture, Racine, Plaid. I, 1.

Avec le latin, le roussin et le florin, on peut voyager par tout le monde, c'est-à-dire celui qui sait le latin, qui a un bon cheval et de l'argent, peut aller partout.

Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

HISTORIQUE

XVe s. Les marchans gaignoient, Nobles voyageoient, Et chascun planté de monnoye, Chartier, Bible.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « voyager »

Étymologie de voyager - Wiktionnaire

De voyage.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de voyager - Littré

Voyage.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « voyager »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
voyager vwajaʒe play_arrow

Conjugaison du verbe « voyager »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe voyager

Citations contenant le mot « voyager »

  • L'Espagne fait néanmoins partie des pays ouverts aux Français sans restrictions et les lieux les plus touristiques demeurent opérationnels. Pour y voyager sereinement, il suffit de rester vigilant et de respecter les nouvelles règles sanitaires. Geo.fr, Quelles sont les formalités à connaître pour voyager en Espagne cet été ? - Geo.fr
  • Pour partir à l'étranger : si vous voulez voyager en dehors de l'Union européenne, "c'est possible à partir du 1er juillet, mais seulement dans les pays où l'épidémie sera maîtrisée", précise le gouvernement, en renvoyant aux conseils fournis aux voyageurs par le Quai d'Orsay. De nombreux pays n'ont toujours pas rouvert leurs frontières, et les Français ne sont parfois pas les bienvenus. Si vous envisagez de voyager sur un autre continent, le mieux reste de vous renseigner au préalable auprès de l'ambassade française installée dans le pays de votre choix.  Franceinfo, Coronavirus : on vous explique tout sur les restrictions de voyages en cours
  • Pour la famille, voyager avec des enfants en bas âge avait soulevé une appréhension. Vite balayée. « Ce qui peut faire peur devient un avantage. Tout est tout le temps à disposition : le change, la cuisine… Alix, la plus grande, a adoré l’effet cabane du toit relevable. Habitant en ville à Brest, on ne se voit pas acheter parce que ce n’est pas facile. Mais on gardera l’option de location pour les vacances dans les années qui viennent ». Le Telegramme, Dans le pays de Brest : voyager en fourgon aménagé, bien plus qu’un effet de mode - Brest - Le Télégramme
  • Il faut voyager pour frotter et limer sa cervelle contre celle d'autrui. De Michel de Montaigne / Les Essais
  • Mieux vaut voyager plein d’espoir que d’arriver au but. De Proverbe japonais
  • Le travail d’un acteur, c’est de voyager dans l’imagination et de pouvoir voyager dans ses sentiments. De Marta Etura / Evene.fr - Février 2007
  • Le pétrole fait voyager loin mais rétrécit l’horizon De Gauz / Debout payé
  • Rester, c’est exister : mais voyager, c’est vivre. De Gustave Nadaud / Contes, scènes et récits
  • On ne voyage pas pour voyager mais pour avoir voyagé. De Alphonse Karr
  • "Lire, c'est voyager ; voyager, c'est lire." De Victor Hugo / Choses vues
  • Qui veut voyager loin ménage sa monture. De Jean Racine / Les Plaideurs
  • Femme qui voyage laisse voyager son coeur. De Antoine de Rivarol
  • Ce que j'ai gagné à voyager en France, c'est surtout le fait d'avoir appris à mieux me contenter de mon propre pays. Samuel Johnson, Cité par James Boswell dans The Life of S. Johnson

Images d'illustration du mot « voyager »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « voyager »

Langue Traduction
Corse viaghjà
Basque bidaia
Japonais トラベル
Russe путешествовать
Portugais viagem
Arabe السفر
Chinois 旅行
Allemand reise
Italien viaggiare
Espagnol viajar
Anglais travel
Source : Google Translate API

Synonymes de « voyager »

Source : synonymes de voyager sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires