Trace : définition de trace


Trace : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

TRACE, subst. fém.

I.
A. − Suite d'empreintes, de marques laissées par le passage de quelqu'un, d'un animal, d'un véhicule; chacune de ces empreintes ou de ces marques.
1. [Gén. au sol, p. réf. à la notion de pieds, de pas, de pattes, de sabots, de roues,...] S'attacher à la trace de; flairer la trace de (qqn, d'un animal); cacher sa trace, marquer la trace de ses pas; traces de pas, de bêtes, de pneus, de roues sur le sol, dans la neige; suivre la trace d'un traîneau. [Le faisan] laisse là, avec ses plumes et avec ses pattes, des traces tangibles, qui renseignent sur sa proximité immédiate (Vidron, Chasse, 1945, p. 33).L'enquête s'efforce d'établir si les vandales qui semblent avoir été deuxon a relevé leurs empreintes et les traces de leurs semelles de crêpen'ont pas emporté divers objets (Le Figaro, 19-20 janv. 1952, p. 2, col. 5).
VÉN. Marque laissée par le passage de toute bête; en partic, empreinte du pied du sanglier; p. méton., pied du sanglier. Synon. abattures, foulée, piste, voie.Alexandre de Vitry s'empara d'une de ses traces [du sanglier mort] pour le tirer sur le rivage (La Hêtraie, Chasse, vén., fauconn., 1945, p. 183).
Lever la trace. ,,Couper le pied droit du sanglier, pour en faire les honneurs à la curée`` (Lar. encyclop.).
2. [P. réf. à la notion de doigts, de mains, et aux empreintes qui en résultent] Il palpait le cou: « Étranglée avec les mains sans laisser d'ailleurs aucune trace particulière, ni marque d'ongle ni empreinte de doigt. (...) » (Maupass., Contes et nouv., t. 2, Pte Roque, 1885, p. 1024).
Trace de + subst. désignant le geste, l'action manuelle à l'origine de la trace.Trace de strangulation. Nulle trace d'effraction, pas d'empreintes de souliers dans la terre humide (A. France, Putois, 1904, p. 70).La clôture portait trace d'une attaque de nuit (Hamp, Champagne, 1909, p. 167).
En partic. [Notamment dans les affaires criminelles] Preuve matérielle. Traces insignifiantes; laisser de nombreuses traces de son passage; faire disparaître les moindres traces; une mort sans traces. Songez que tous les jours meurent des femmes qui ont été aimées, que tous les jours les traces, les preuves de leur faute tombent entre les mains du mari (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Nos lettres, 1888, p. 1107).
3. [P. réf. à l'eau] Sillage. La mer immobile (...) s'étalait sous un ciel infini. Les roues battaient l'eau et troublaient son calme sommeil. Et, derrière nous, une longue trace écumeuse, une grande traînée pâle où l'onde remuée moussait comme du champagne, allongeait jusqu'à perte de vue le sillage tout droit du bâtiment (Maupass., Contes et nouv., Voy. noce, 1882, p. 646).
4. ALPIN., SKI., gén. au plur. Marque(s) creusée(s) dans la neige par les pas, les skis. Tout évoquait les sports d'hiver (...) grandes photographies de téléphériques, de champs de neige éblouissants rayés de traces (Butor, Modif., 1957, p. 53).
Faire la trace. Marcher le premier dans la neige, sur la glace. Faire la trace à tour de rôle. Estienne a quelque mal pour faire la trace (J. Coste, Quatre premières années, 1927ds Petiot 1982).Faire la trace. Passer le premier dans une neige profonde de manière à imprimer les deux traces des skis. Faire la trace est une opération fatigante (surtout à la montée) (Gautrat1970).
5. P. anal. Ce qui subsiste.
a) Dans le domaine mus., des bruits, des sons.La voix qui redescend de sa montée meurtrie rentre dans les traces de l' Arietta (Rolland, Beethoven, t. 2, 1937, p. 490).La porte qui filtrait les sons devient sèche; à peine une buée de bruits de pas; la trace d'un rire (Butor, Passage Milan, 1954, p. 124).
b) Dans le domaine olfactif (la trace provenant d'un parfum, d'une odeur).Jeannot allait au bain, et laissait derrière lui en secouant les lianes de jasmin une trace plus parfumée que celle de la première de chez Guerlain (Giraudoux, Suzanne, 1921, p. 207).
6. Loc. verb.
a) Suivre qqn à la trace. Suivre quelqu'un en se guidant sur ce qu'il a laissé derrière lui (empreinte, odeur). Suivre un malfaiteur, le gibier à la trace. Il en est [des malades] qui suivent les personnes à la trace comme un chien, et reconnaissent à l'odorat, les objets dont ces personnes se sont servies (Cabanis, Rapp. phys. et mor., t. 1, 1808, p. 458).
P. métaph. ou au fig. Ce qui nous intéresse, ce n'est pas de savoir dans quelle mesure exacte Robespierre ou Marat demeurèrent ou non « bourgeois », mais de suivre à la trace le courant de démocratie que nous étudions, divergent de la démocratie classique (Vedel, Dr. constit., 1949, p. 195).
b) Aller, courir sur les traces de qqn. Suivre quelqu'un, courir après lui. Je demande l'addition, je cours sur ses traces et j'arrive... trop tard! Il venait de tout raconter à ma femme! (Labiche, J'invite le colonel, 1860, 3, p. 337).
c) Être, mettre sur la/les trace(s) de. Être sur la piste de, mettre sur la voie menant à. La justice est sur la trace des coupables, grâce à deux pièces de conviction (Labiche, Affaire rue Lourcine, 1879, 7, p. 452).Ne méprisons donc pas les petits signes: ils peuvent nous mettre sur la trace de choses plus importantes (Freud, Introd. psychanal., trad. par S. Jankélévitch, 1959 [1922], p. 37).Mettre sur une trace. Mettre sur une piste. Il suffit quelquefois d'un rien, d'un mot, d'un simple indice, d'une ligne d'écriture, pour mettre sur une trace cherchée en vain jusque-là (Ponson du Terr., Rocambole, t. 2, 1859, p. 232).
d) Perdre la trace de qqn. Ne pas savoir où il est, le perdre de vue. Dès 1876 (...) on perd un peu sa trace (Verlaine, Œuvres compl., t. 5, Hommes d'auj. (Rimbaud), 1885-93, p. 365).Faire perdre la trace (à qqn). Égarer (quelqu'un), le dérouter. C'est tout à fait le ton de Molière [dans Macette de Régnier] (...) sans rien de ces étrangetés qui nous déroutent ailleurs chez Régnier et nous font perdre la trace (Sainte-Beuve, Prem. lundis, t. 3, 1864, p. 177).Goupil (...) espérait bien, à la faveur des ronces et des clématites, faire perdre sa trace au limier farouche qui lui donnait la chasse (Pergaud, De Goupil, 1910, p. 39).
e) Marcher sur, suivre les traces de qqn (au fig.). Imiter, suivre l'exemple de quelqu'un. Marcher sur les traces de son père, de ses aïeux. Piedigriggio a deux fils, qui, marchant noblement sur ses traces, ont joué de l'escopette et tiennent le maquis à leur tour (A. Daudet, Nabab, 1877, p. 232).Celui-ci suivra les traces d'Ingres, celui-là de Delacroix, cet autre de Daumier (Faure, Hist. art, 1921, p. 201).
B. −
1. Marque physique, matérielle laissée par quelqu'un ou quelque chose sur, en quelqu'un ou quelque chose.
a) [L'agent désigne notamment]
α) [un coup, une brûlure, griffure ou morsure, des tortures, une plaie, les séquelles du vieillissement ou de la maladie, la manifestation d'un chagrin...] Porter la trace de coups; (cacher, réparer) les premières traces des années; traces de larmes; ne porter aucune trace de violence; traces de varicelle, de petite vérole. La manche de sa blouse dissimulait (...) un hideux moignon, qui du reste ne portait aucune trace de couture ou de cicatrice (...) cet enfant était « né comme ça » (Gide, Journal, 1915, p. 525).Cette hémarthrose peut disparaître sans laisser de trace ou récidiver et aboutir à l'arthrite (Ravault-Vignon, Rhumatol., 1956, p. 564).
β) [une impression au niveau de l'esprit, du psychisme] Impression. Garder des traces de l'influence de qqn (maîtres, parents); laisser des traces ineffaçables dans le cœur, dans l'esprit, la mémoire (de qqn); le souvenir garde des traces de certains événements. C'était une personne distinguée (...) elle laissa chez ma sœur une trace profonde (Renan, Ma sœur, 1862, p. 11).Les traces affectives laissées par des incidents psychiques deviennent inconscientes par refoulement (Ricœur, Philos. volonté, 1949, p. 360).
PSYCHANAL., PSYCHOL. Trace mnémonique, mnésique. Empreinte laissée dans le cerveau par une information. H. Piéron, à propos d'expériences sur des (...) petits mollusques gastéropodes, parla d'apprentissage et de traces mnémoniques (1910), ce qui interdit le simple recours aux tropismes de Loeb (Hist. sc., 1957, p. 1682).[Chez Freud] Mode d'inscription des images perceptives dans le psychisme. La notion de trace mnésique apparaît comme inséparable de toute conception sous-jacente de la mémoire chez Freud (Thinès-Lemp.1975).
b) [L'agent désigne notamment]
α) [un phénomène (ouragan, séisme, éruption volcanique, le feu, la pluie, un outil, une arme à feu; l'usure, la guerre...)] Trace d'une balle, d'un projectile; traces d'un sinistre. Les constructions (...) portaient de nombreuses traces des combats de 14 (Romains, Hommes bonne vol., 1938, p. 91).Il lui manquera toujours [à la photographie] l'accent incisif, la touche manuelle, la trace vivante d'un outil (Prinet, Phot., 1945, p. 121).
PHYS. Trace d'ionisation. ,,Manifestation visible de la trajectoire d'une particule ionisante dans une chambre à nuage, une chambre à bulles ou une émulsion nucléaire`` (Nucl. 1975).
[Dans un cont. métaph.] Le soleil déjà haut rayonnait dans un ciel tout bleu qui gardait vers l'horizon une teinte un peu rosée, comme une trace affaiblie de l'aurore (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Mais. Tellier, 1881, p. 1192).Cachées dans l'herbe, d'autres fleurs bleuissaient doucement; on aurait dit des traces de lune qu'avait oubliées la nuit et qui veillaient en clignotant, presqu'éteintes dans la gloire du jour (Genevoix, Marcheloup, 1934, p. 56).
β) [une matière organique susceptible de tacher, une réaction chimique sur un matériau...] La réaction s'opère sur le cuir et laisse des traces allant de la couleur terre de Sienne naturelle (...) jusqu'à la terre de Sienne brûlée (Closset, Trav. artist. cuir, 1930, p. 44).C'était une grosse brune dont le bras nu laissa sur le veston noir du docteur une trace de crème grasse autour du col (Aragon, Beaux quart., 1936, p. 225).
En partic. Trace de + subst. désignant un objet fixé quelque part puis une fois enlevé qui laisse la marque de son emplacement.Aux murs, la trace demeurait encore des portraits anciens (Mauriac, Th. Desqueyroux, 1927, p. 260).Le parquet gardait trace d'un ancien linoléum (Malègue, Augustin, t. 2, 1933, p. 441).
c) Mention, témoignage dans un document écrit. J'ai été à la mairie, mais on n'a pas retrouvé trace du décès d'un nommé Mouilleminche (Queneau, Pierrot, 1942, p. 206).Demeura-t-il à l'hospice des catéchumènes après son baptême? (...) Pas de trace de sa sortie sur le registre (Guéhenno, Jean-Jacques, 1948, p. 47).
LING. [P. réf. à la disparition d'une cons. intervocalique du lat. en fr. dans un mot donné] Les consonnes placées en position intervocalique tendent à s'affaiblir, et peuvent même disparaître complètement: le mot français vie n'a plus trace du t intervocalique de la forme latine vita (Perrot, Ling., 1953, p. 129).
2. Indice, marque qui témoigne
a) de l'existence de quelque chose. Les arbres se font rares; nulle part ne se montrent de traces d'une végétation silvestre, comme celle dont la Brie offre partout des lambeaux (Vidal de La Bl., Tabl. géogr. Fr., 1908, p. 144):
1. Qui remplace une mère? Mon Dieu! une trique remplacerait assez bien la mienne! (...) Toutes les traces de sa tutelle, de sa sollicitude, se lisent en raies blanches, en petites places bleues (...) il me sera donné d'être encore aimé, battu, fouetté... Vallès, J. Vingtras, Enf., 1879, p. 116.
En partic. Trace de + subst.Semblant de. Un étrange bonhomme s'est précipité à mon cou, au coin d'une trace de rue et d'un fantôme de placette (Arnoux, Juif Errant, 1931, p. 206).Les hommes échangeaient parfois, entre voisins, une trace de sourire (Romains, Hommes bonne vol., 1938, p. 93).
b) de l'existence passée de quelque chose, d'une action antérieure. Synon. débris, restes, souvenir, vestiges.Retrouver des traces d'une civilisation ancienne, des grandes glaciations. Le Colisée est la trace gigantesque d'un peuple surhumain, qui élevait, pour son orgueil et ses plaisirs féroces, des monuments capables de contenir toute une nation (Lamart., Confid., Graziella, 1849, p. 145).Partout (...) on relève les indices des rudes épreuves subies par l'ennemi, les traces et les vestiges d'une retraite précipitée (Foch, Mém., t. 1, 1929, p. 132).
3. BIOL., CHIM., PHYS., SC. DE LA TERRE. Très faible taux d'une substance que l'on découvre, à l'analyse, dans une autre substance; quantité à peine décelable de quelque chose. (Tel corps) se trouve en traces dans telle région; telle substance renferme, contient, montre des traces d'une autre substance; persister sous forme de traces; traces infinitésimales, insignifiantes (d'or, de radium); traces de gaz imprégnant le sol; dosage des traces (d'éléments); traces mises en évidence par l'analyse microchimique (des sols); ne contenir aucune trace (d'alcool). L'acide sulfhydrique se reconnaît aisément à l'odeur même à l'état de traces (Boullanger, Malt., brass., 1934, p. 592).Le plasma ou le sérum sanguin (...) contiennent des traces des diverses hormones (J. Verne, Vie cellul., 1937, p. 12).
P. métaph. Le soir tombait. La tiédeur, le doré du jour, la paix, tout ce qui en avait sa gloire subsistaient en traces légères malgré les ombres (Giono, Hussard, 1951, p. 332).
Au fig. Marque, preuve. Il avait proposé le médecin sans presque y croire. Qu'elle-même en parlât, l'invitât à l'aller chercher, il ne savait s'il devait voir là une marque de prudence ou la trace d'une inquiétude (Daniel-Rops, Mort, 1934, p. 529).
[Notamment dans des tournures restr. ou nég.] Quand l'artiste affronte le public, il doit distribuer ses gestes avec aisance (...) sans accuser la moindre trace de fatigue (Bourgat, Techn. danse, 1959, p. 22).
II.
A. −
1. Chemin à travers une forêt vierge. C'est une route à élire dans un pays de toutes parts inconnu, où chacun fait sa découverte et (...) ne la fait que pour soi; de sorte que la plus incertaine trace dans la plus ignorée Afrique est moins douteuse encore (Gide, Nourr. terr., 1897, p. 155).
2. En partic.
a) Ligne sinueuse représentant le parcours suivi par un cours d'eau, une route, sur un plan, une carte. Synon. tracé:
2. Au plein des midis, les aigles de la montagne descendent sans un geste jusqu'au-dessus de la grande trace blanche [la route] et y restent suspendus, la suivant lentement tout de son long, comme emportés par une sorte de magnétisme. Giono, Eau vive, 1943, p. 148.
b) ,,Ligne sinueuse d'amplitude variable constituant l'enregistrement graphique d'un ébranlement sismique`` (Pétrol. 1964).
c) SKI. Être en trace directe. [En parlant d'un skieur] Avoir une position telle que la direction du mouvement est celle de l'axe des skis, ces derniers étant parallèles (d'apr. Gautrat Ski 1969). Trace serrée. La trace est serrée lorsque les skis sont peu écartés (Petiot1982).
B. − Spécialement
1. ARTS. Tracé grandeur d'exécution sur la toile d'après les maquettes. Commencer la trace d'une toile de fond (Adeline, Lex. termes art, 1884).
2. BOTANIQUE
a) Synon. de coulant, stolon. (Ds Lar. Lang. fr.).
b) Trace d'une feuille, trace foliaire. Ensemble du système vasculaire qui raverse la tige pour se rendre dans une feuille (d'apr. Gatin 1924).
3. ÉLECTRO-ACOUST. Trace acoustique. ,,Empreinte photographique produite sur une piste d'enregistrement par l'enregistrement d'un signal acoustique`` (Lar. encyclop.).
4. MINES. Intersection d'une surface ou d'un volume avec un autre plan. Trace d'une faille, d'une couche, sur un parement de galerie ou sur un front d'avancement (Lar. Lang. fr.).
5. MATHÉMATIQUES
a) ALG. Trace d'une matrice carrée. Somme des éléments de la diagonale principale (d'apr. Bouvier-George Math. 1979).
b) GÉOM. DESCRIPTIVE. Trace d'une droite sur un plan. Point d'intersection de la droite et du plan (d'apr. Bouvier-George Math. 1979).
6. TECHNOL. ,,Pioche à deux tranchants pointus, en usage dans certains pays pour l'exploitation des carrières de pierre et de marbre`` (Jossier 1881). Abatage à la trace. ,,Mode d'exploitation des carrières, qui consiste à tracer préalablement chaque bloc au moyen d'entailles latérales, avant de l'arracher de son lit à l'aide de coins ou de quelque autre procédé`` (Jossier 1881).
7. TÉLÉDÉTECTION. ,,Suite d'empreintes laissées par le passage d'un objet`` (franterm Néol. 1984).
8. TRAV. D'AIGUILLE. ,,Premiers points ou traits pour marquer les contours d'un ouvrage à l'aiguille`` (Peyroux Techn. Métiers 1985).
Prononc. et Orth.: [tʀas]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. a) 1remoit. xiies. « vestige que quelqu'un laisse à un endroit où il est passé » (Psautier d'Oxford, 79, 19 ds T.-L.); d'où α) 1580 suivre à la trace (Montaigne, Essais, II, 12, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 463); 1887 alpin. faire la trace (Annuaire du Club alpin fr. Année 1886, p. 100 ds Quem. DDL t. 27); β) 1843 être sur la trace de « être en voie de découvrir » (Balzac, Illus. perdues, p. 599); b) fig. 1174-76 « manière de se conduire » ensivre les mors et la trace d'aucun (Guernes de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, éd. E. Walberg, 3545); 1601 suivre les traces de qqn « imiter » (P. Charron, De la sagesse, Trois Livres, p. 252); 2. a) 1erquart xiiies. « ce qui reste d'une action passée » (Reclus de Molliens, Charité, 190, 3 ds T.-L.); b) 1675 « impression qui demeure dans l'esprit » (P. Nicole, Essais de Morale, t. 3, p. 105); 3. mil. xiiies. « marque laissée par ce qui agit sur quelque chose » (Robert de Blois, Floris et Liriope, éd. Von Zingerle, 762); 4. a) 1377 « quantité très faible d'une substance qui demeure » (Lanfranc, Chirurgie, fo42 vods Littré); spéc. 1846 « particule d'une substance que l'on découvre à l'analyse d'une autre substance » (Dumas père, Monte-Cristo, t. 1, p. 613); b) 1623 fig. (Coeffeteau, Histoire romaine, p. 256). B. 1. a) 1269-78 « chemin » (Jean de Meun, Roman de la Rose, éd. F. Lecoy, 20232); b) 1933 « chemin qu'on se fraye dans la forêt vierge » (Lar. 20e); 2. 1694 « lignes qui marquent le dessein d'un ouvrage de tapisserie, de broderie » (Ac.); spéc. 1872 terme de point d'Alençon (Littré); 3. 1799-1800 math. « intersection d'une droite avec un plan » (G. Monge, Géométrie descriptive, p. 21 ds Quem. DDL t. 1); 4. 1872 mines trace d'un filon (Littré); 5. 1876 bot. « coulon » (Lar. 19e). C. 1876 « pioche à deux tranchants pointus » (ibid.). Déverbal de tracer*. Fréq. abs. littér.: 4 259. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 7 584, b) 5 620; xxes.: a) 4 855, b) 5 705. Bbg. Quem. DDL t. 27, 36.

Trace : définition du Wiktionnaire

Nom commun

trace \tʁas\ féminin

  1. Marque ou empreinte laissée sur le sol par le passage d’une personne, d’un animal ou d’un objet.
    • Voyez-vous la trace de l’oiseau qui passait tout à l’heure ? eh ! bien, mes actions, pures comme l’air est pur, n’en laissent pas davantage. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • A Beduaram il entre dans cette vaste et monotone plaine saharienne, sans végétation et où l’empreinte même de l’animal ne laisse qu’une trace insensible que le moindre vent efface. — (Pierre Legendre, La conquête de la France africaine : Nombreuses illustrations photographiques, Paris : chez P. Paclot & Cie éditeurs, 1900, page 119)
    • Les gendarmes avaient enquêté, mais dans cette boue, la trace se referme comme sur de l’eau. Personne ne savait rien. — (Jean Rogissart, Mervale, Éditions Denoël, Paris, 1937, page 19)
    • Compte tenu de la pluie qui était tombée, Misty avait sûrement laissé des dizaines de traces qui nous permettraient de remonter jusqu’à elle si on se grouillait un peu. — (Andrée A. Michaud, Lazy Bird, page 121, Québec Amérique, 2009)
  2. (Par extension) Marque qui résulte d’une action.
    • Le complet de serge laissait voir maintes traces d’usure, et les entournures trop larges faisaient paraître l’homme plus robuste qu’il n’était en réalité. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 341 de l’éd. de 1921)
    • Soit qu’on vogue au large, soit qu’on pénètre dans les fjords tortueux, partout on reconnaît les traces évidentes de l’action combinée des glaces et des volcans. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 60)
    • La foudre est tombée à cet endroit, on en voit encore la trace.
    • La petite vérole n’a laissé sur son visage que des traces imperceptibles.
  3. (Spécialement) Ce qui subsiste en faible quantité ou en moindre proportion.
    • On a alors l’acide palmitique accompagné d'un peu d’acide stéarique, et peut-être d’acide arachidique, de traces d’acides myristique et laurique qu’on n'arrive jamais à éliminer complètement par la cristallisation seule. — (J. Fritsch, Fabrication et raffinage des huiles végétales, manuel à l’usage des fabricants, raffineurs, courtiers et négociants en huiles, Paris : chez H. Desforges, 1905, page 5)
  4. (Spécialement) Preuve matérielle.
    • Or, comme c’était par l’odorat qu’avait été empoisonnée Jeanne de Navarre, c’était le cerveau, seule partie du corps exclue de l’autopsie, qui devait offrir les traces du crime. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre I)
  5. (Mathématiques) Somme des éléments diagonaux d’une matrice carrée.
    • La trace de la matrice identité n’est autre que la dimension.
    1. Trace d’un endomorphisme d’un espace vectoriel de dimension finie : trace de la matrice associée à cet endomorphisme.
      • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  6. Dessin de fils servant d’armature générale dans la dentelle à l’aiguille.
    • La trace : c’est la charpente du travail. De sa solidité et de sa précision dans le suivi du trait dépend la qualité de la dentelle future. — (Brigitte Delesque-Déspall, La dentelle à l’aiguille, Éditions Créer, 2002, page 28)
  7. (Grammaire) Position vide d’où un syntagme a été déplacé.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  8. (Programmation informatique) Représentation de l’exécution d’un programme.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  9. Gros papier gris autrefois utilisé pour la fabrication des cartes à jouer.
  10. (Figuré) (Par analogie) Impression laissée par un événement.
    • Il y a ensuite une crise économique et sociale, qui se traduit par une récession, une montée du chômage, une austérité à venir et un très probable accroissement des inégalités qui vont laisser des traces d’autant plus profondes que les économies étaient fragiles et que l’Etat social était réduit. — (Didier Fassin, Nicolas Truong, Didier Fassin : « Avec le coronavirus, notre vision du monde s’est rétrécie comme jamais », Le Monde. Mis en ligne le 24 mai 2020)
    • Cette aventure a laissé des traces profondes dans mon esprit.
    • On n’aperçoit en lui aucune trace de la bonne éducation qu’il a reçue.
    • On ne trouve aucune trace de cet événement dans l’histoire.

Forme de verbe

trace \tʁas\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de tracer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de tracer.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de tracer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de tracer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de tracer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Trace : définition du Littré (1872-1877)

TRACE (tra-s') s. f.
  • 1Vestige qu'un homme ou un animal laisse à l'endroit où il a passé. Sur quel espoir nouveau, dans quels heureux climats Croyez-vous découvrir la trace de ses pas ? Racine, Phèdre, I, 1. Il aurait voulu pouvoir baiser les traces de ses pas, Fénelon, Tél. VII. Les Brutiens sont légers à la course comme les cerfs et comme les daims… à peine laissent-ils dans le sable quelques traces de leurs pas, Fénelon, ib. x.

    Terme de vénerie. Marque que le sanglier, et, en général, les bêtes noires laissent de leurs pieds sur la terre, ce qui les fait reconnaître des chasseurs.

    Aller, revenir sur la trace, sur les traces, suivre, rejoindre. Dès que je le pourrai, je reviens sur vos traces, Racine, Brit. v, 2.

    Sur les traces de quelqu'un, à sa suite. Moi, je m'arrêterais à de vaines menaces ? Et je fuirais l'honneur qui m'attend sur vos traces ? Racine, Iphig. I, 2.

    Fig. Les cœurs volent sur ses traces, il s'attire la bienveillance, l'amour de tout le monde. Jadis en moi se trouvaient réunis Les doux attraits, la jeunesse, les grâces Et de Narcisse et de votre Adonis ; Aussi les cœurs volaient tous sur mes traces, Malfilâtre, Narcisse, III.

  • 2 Fig. Exemple à suivre. Et ces fameux héros, dont il suivra la trace, Corneille, Othon, III, 3. Les bons et vrais dévots, qu'on doit suivre à la trace, Molière, Tart. 6. Fais connaître à mon fils les héros de sa race ; Autant que tu pourras, conduis-le sur leur trace, Racine, Andr. IV, 1. Craint-on de s'égarer sur les traces d'Hercule ? Racine, Phèdre, I, 1. Grand Dieu ! si tu prévois qu'indigne de sa race, Il doive de David abandonner la trace, Racine, Ath. I, 2. Il me disait tout ce que je devais faire pour marcher sur les traces de mon aïeul Minos, Fénelon, Tél. XII. Tout s'enflamma du désir de s'illustrer sur les traces de ce héros et de ses élèves, Raynal, Hist. phil. v, 7.
  • 3Marque, impression que laisse un chariot, un carrosse, etc. Suivre la trace d'un chariot.
  • 4Toute marque laissée par une chose. Il porte sur son visage la trace de longues souffrances. Qu'on remue ces ruines, on trouvera, dans les restes de ce bâtiment renversé, et les traces de ses fondations, et l'idée du premier dessin, et la marque de l'architecte, Bossuet, la Vallière. De son généreux sang la trace nous conduit, Racine, Phèdre, v, 6. Quelles traces de sang vois-je sur vos habits ? Racine, Théb. I, 3. Celle-ci [Iris], volant d'une aile légère, fend les espaces immenses des airs, laissant après elle une longue trace de lumière, Fénelon, Tél. XVI. Jamais d'aucun mortel le pied… N'imprima sur la terre une plus forte trace, Lamartine, Nouv. Médit. Bonaparte.

    Fig. De quelque côté que je suive les traces de la glorieuse origine de Madame, je ne découvre que des rois, Bossuet, Duch. d'Orl.

  • 5 Fig. Impression que les objets font dans l'esprit, dans la mémoire. Cette aventure a laissé des traces profondes dans mon esprit, dans ma mémoire. L'agitation attachée au commandement et aux grands rôles a fait de trop profondes traces [chez le duc de Chaulnes], pour qu'elles s'effacent jamais, Sévigné, 13 mai 1695. Quelle possession vous avez prise de mon cœur, et quelle trace vous avez faite dans ma tête ! Sévigné, à Mme de Grignan, 27 sept. 1679. Tout [excepté penser à Mme de Grignan] passe, tout glisse, tout est par-dessus, et ne fait que de légères traces à mon cerveau, Sévigné, 15 juin 1680. Les traces du cerveau n'obéissent point à l'âme, elles ne s'effacent pas lorsqu'elle le souhaite : elles lui font au contraire violence, et l'obligent même à considérer sans cesse les objets, d'une manière qui l'agite et qui la trouble en faveur des passions, Malebranche, Rech. vér. v, 11. Effacer les traces de la première habitude, Buffon, Hist. nat. hom. Œuv. t. IV, p. 435. Eh quoi ! n'en pourrons-nous fixer au moins la trace [des jours de bonheur] ? Lamartine, Médit. le Lac.
  • 6 Fig. Tout ce qui sert à laisser une marque, une impression. On ne voit plus aucun reste ni des anciens Assyriens, ni des anciens Mèdes, ni des anciens Perses, ni des anciens Grecs, ni même des anciens Romains ; la trace s'en est perdue, et ils se sont confondus avec d'autres peuples, Bossuet, Hist. II, 7. On vit François de Paule traverser toute la Sicile, laissant partout des traces d'une charité bienfaisante, Fléchier, Panég. St Franç. de Paule. De mes feux mal éteints je reconnus la trace, Racine, Andr. I, 1. Du sort de cet enfant on n'a donc nulle trace, Racine, Athal. III, 4. Ces églises si célèbres… où il ne reste plus maintenant de traces de christianisme, Massillon, Carême, Parole de Dieu. Sous Tibère, ils [les sénateurs romains] se portèrent si avidement au-devant du joug, que ce prince, le plus timide et le plus soupçonneux des hommes, s'en plaignait quelquefois et aurait voulu retrouver quelque trace d'une liberté qu'il redoutait, Condillac, Étud. hist. II, 1.
  • 7Lignes que l'on fait sur le terrain pour un dessin, un plan, etc. Faire la trace d'un parterre.
  • 8En géométrie descriptive, les traces d'un plan, d'une droite, sont les lignes, les points suivants lesquels ce plan, cette droite coupent les plans de projection.
  • 9Premiers points, premiers traits pour marquer les contours d'un ouvrage à l'aiguille.

    Terme de point d'Alençon. Travail consistant à couvrir d'un fil les parties piquées (voy. PICAGE) ; autrement dit, reproduction exacte du dessin sur le parchemin dans la dentelle réseau.

  • 10Trace d'un filon, petite fente qui se conserve dans l'amincissement ou l'étranglement d'un filon, et sert à le retrouver en conduisant à son redressement.
  • 11 Terme de vétérinaire. Trace de balzane, tache blanche peu étendue située sur la couronne d'un cheval.
  • 12Voie, chemin (sens qui vieillit). Les deux nonnains n'oublièrent la trace Du cabinet, La Fontaine, Mazet. Que servent tant de questions, sinon à nous faire perdre, parmi des détours infinis, la trace toute droite de la vérité ? Bossuet, Sermons, Haine pour la vérité, 2. Un homme issu d'un sang fécond en demi-dieux, Suit, comme toi, la trace où marchaient ses aïeux, Boileau, Sat. v.

HISTORIQUE

XIIe s. Et les tues traces [tes traces] ne serunt cuneüdes [connues], Liber psalm. p. 104. Cil fu bons emperere, Deus li duna sa grace ; Saint iglise l'eshauce, il veit Deu face à face ; Li reis devreit ensiwre e ses mors [mœurs] e sa trace, Th. le mart. 91.

XIIIe s. …tantost com Meraugis Fu armez, un cheval de pris Lui amaine on en mi la place ; Li cheval fu jusqu'en la trace Couvertz d'un blanc dyapre chier, Meraugis, p. 229. Et il a pris le liemier, Si a trové dedans son tor Trace d'un grant porc quartenor, Partonop. v. 1830. Que mes traces ne soient meues de ton plesir, mais demorer m'i fes, Psautier, f° 22. Toute la plaie fu si afermée… fors tant sanz plus que ilecques estoit demoré une trace endurcie, Miracles st Loys, p. 178. [Les ronces] Mainte trace m'ont faite par dessus ma chair nue, Berte, LII. Quant Enguerrans le voit, le cuer en a joiant, Isnelement le suit à esperon brochant, De la trace qu'il tint ne perdi il noiant, Ch. d'Ant. III, 638.

XIVe s. Et lors li tribuns du plebe prenoient les anciens chevaliers, et nombroient quantes foiz il avoient esté en bataille rengée, et quantes plaies et traces il avoient sur leurs corps, Bercheure, f° 95, verso. Soit argent vif mis en une escuelle d'estaing, et crache dessus, et puis le broie o [avec] cheveux d'omme, et soit tant debatu qu'il ne demeure point de trace d'argent vif, Lanfranc, f° 42, verso. [Ils voulaient] … que partout alast la trace De leur valour, de leur bonté, De leur pris, de leur loyauté, Machaut, p. 43.

XVe s. Vous partirez de ceste place, D'Anglois n'y en demorra trace, Myst. du siege d'Orleans, p. 739.

XVIe s. Un chien suyt son maistre à la trace, Montaigne, II, 172. Aux desportemens de Nicias on ne trouvera aucune trace de audace ou d'oultrecuidance, Amyot, Crass. et Nic. 3. Pegase se tarist, et n'y a plus de trasse Qui nous puisse conduire au sommet du Parnasse, Ronsard, 703.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Trace : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

TRACE, s. f. (Gramm.) empreinte qui reste sur un endroit, ou sur un corps, du passage d’un autre. On dit la trace d’un carosse ; les traces affligeantes d’une armée ; les Euménides suivent dans Eschile, le parricide Oreste à la trace. Le sage Salomon dit qu’on ne peut remarquer la trace de la fleche ou de l’oiseau dans l’air, du serpent sur la pierre, de l’homme sur la femme. Au figuré, on dit les traces des héros, les traces que les passions laissent dans l’ame.

Trace, (Papeterie.) nom que les Papetiers donnent à une sorte de papier gris, qui s’appelle autrement mainbrune ; il sert à faire le corps des cartes à jouer. Il y a une autre sorte de papier que l’on appelle aussi trace ou maculature, qui approche de la qualité du premier ; il s’emploie à envelopper les rames de papier. (D. J.)

Trace, terme de Chasse, c’est la forme du pié d’une bête noire sur l’herbe, ou sur les feuilles, &c. par où elle a passé. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « trace »

Étymologie de trace - Wiktionnaire

(Date à préciser) Déverbal sans suffixe de tracer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de trace - Littré

Voy. TRACER ; bourg. traice ; wallon track, féminin, action de traquer ; provenç. trassa et tras, masculin ; espagn. traza ; ital. traccia.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « trace »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
trace tras play_arrow

Citations contenant le mot « trace »

  • Le Bien ne laisse aucune trace matérielle - et donc aucune trace, car vous savez ce que vaut la gratitude des hommes. Rien ne s’oublie aussi vite que le Bien. De Amélie Nothomb / Péplum
  • Si l’homme construit les routes, la femme trace les chemins. De André Lévy / Les Femmes
  • Je préfère, lorsque de l'homme, on ne perçoit qu'une trace. De Gao Xingjian / La montagne de l'âme
  • Blessures du coeur, votre trace est amère ! Promptes à vous ouvrir, lentes à vous fermer. De Alfred de Musset / Le Saule
  • Qui écoute les donneurs d’avis suit le vent à la trace. De Proverbe haoussa
  • Ce n’est pas la bouche, mais le pied qui trace le sentier de la parenté. De Proverbe bambara
  • Les ronces et les épines poussent sur la trace des armées. De Lao-Tseu
  • Au bout de la corde, la tente ; au bout de l'homme, la trace. De Proverbe touareg
  • Le temps n'efface pas la trace des grands hommes. De Euripide / Andromaque
  • La trace de l’animal, c’est lui-même qui la montre. De Proverbe mbédé
  • Devient gaga, celui qui trace sa trajectoire en ligne droite. De Clément Pansaers / Ca ira - Mars 1921
  • On ne trace pas de message sur une vitre propre. De Robert Mallet / Apostilles ou l'utile et le futile
  • Les marques du fouet disparaissent, la trace des injures, jamais. De Proverbe africain
  • Une trace ineffaçable n'est pas une trace. De Jacques Derrida / L'écriture et la différence
  • Qui laisse une trace, laisse une plaie. Henri Michaux, Tranches de savoir, Cercle des Arts

Images d'illustration du mot « trace »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « trace »

Langue Traduction
Corse traccia
Basque aztarna
Japonais 痕跡
Russe след
Portugais vestígio
Arabe أثر
Chinois 跟踪
Allemand spur
Italien traccia
Espagnol rastro
Anglais trace
Source : Google Translate API

Synonymes de « trace »

Source : synonymes de trace sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires