La langue française

Épique

Sommaire

  • Définitions du mot épique
  • Étymologie de « épique »
  • Phonétique de « épique »
  • Évolution historique de l’usage du mot « épique »
  • Citations contenant le mot « épique »
  • Traductions du mot « épique »
  • Synonymes de « épique »
  • Antonymes de « épique »

Définitions du mot « épique »

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉPIQUE, adj. et subst.

I.− Emploi adj. Qui concerne l'épopée.
A.− [En parlant de pers.]
1. Qui est naturellement porté à composer des épopées ou à adopter le ton de l'épopée. Tous ces rois, tous ces conteurs épiques, Nés pour chanter les chocs des glaives et des piques (Banville, Cariat.,1842, p. 26):
1. ... on dirait que nous nous imaginions ce poète épique [Homère] et ce général [Hannibal] aussi éloignés de nous qu'un animal vu dans un jardin zoologique. Proust, Guermantes 2,1921, p. 417.
2. Qui appartient à l'épopée. Les personnages épiques doivent être regardés presque tous comme des créations du poëte (Chateaubr., Martyrs,t. 1, 1810, p. 79).
Au fig. Qui par son caractère extraordinaire pourrait appartenir à l'épopée. Ah! ce Devosge, quel pleutre redondant, quelle ganache épique! (Huysmans, Oblat,t. 1, 1903, p. 292).
B.− [En parlant de choses]
1. Propre à l'épopée; caractéristique de l'épopée. Genre, forme, style épique. Les temps primitifs sont lyriques, les temps antiques sont épiques, les temps modernes sont dramatiques (Hugo, Cromw.,1827, p. 15).
Emploi subst. masc. avec valeur de neutre. Caractère de ce qui appartient à l'épopée :
2. Jamais un pinceau n'a plus furieusement roulé et déroulé des monceaux de chair, noué et dénoué des grappes de corps, berné de la graisse et des tripes. Le grotesque se perd dans l'épique. Goncourt, Journal,1860, p. 809.
Spéc., LING. Allongement épique. [On appelle en grec] allongement épique ,,la décomposition d'une voyelle longue en voyelle double dans des cas où la voyelle longue est interprétée comme le produit d'une contraction`` (Mar.Lex.1933, p. 21).
2. Au fig. Qui mériterait de figurer dans une épopée; d'où iron. et fam., extraordinaire, mémorable. Ce fut épique! Un gueuleton épique (Flaub., Corresp.,1864, p. 144).Les luttes épiques qui suivirent l'abolition des lois mercantiles (Guèvremont, Survenant,1945, p. 278).Je sais un autre couple d'évadés dont l'odyssée s'acheva sur une frayeur épique (Ambrière, Gdes vac.,1946, p. 239).
II.− Emploi subst. masc. Poète que l'on classe parmi les auteurs d'épopées :
3. ... dans un temps où la poésie... se complaît ... dans l'ode et dans l'élégie, et se borne volontiers, chez les épiques, à des études ou fragments d'épopée? France, Vie littér.,1890, p. 36.
Prononc. et Orth. : [epik]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Fin xvies. début xviies. Poëmes épiques (D'Aubigné, Lettres touchant quelques poincts de diverses sciences, éd. E. Réaume et F. de Caussade, Œuvres, t. 1, chap. VI, XI, p. 462). Empr. au lat. class. epicus, du gr. ε ̓ π ι κ ο ́ ς « qui concerne l'épopée, qui relève de l'épopée ». Fréq. abs. littér. : 467. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 991, b) 571; xxes. : a) 551, b) 502.
DÉR.
Épiquement, adv.D'une façon propre à l'épopée. Des tragédies où l'on retrouve quelque chose de l'élévation de Corneille, de l'élégance de Racine, du mouvement, de l'intérêt de Voltaire; où les situations soient amenées avec plus d'art que dans un opéra; où le style ne soit pas tantôt épiquement boursoufflé, et tantôt bourgeoisement familier (Jouy, Hermite,t. 1, 1811, p. 325). [epikmɑ ̃]. Aucune trancr. ds les dict. 1reattest. 1811 id.; de épique, suff. -(e)ment2*. Fréq. abs. littér. : 1.

Wiktionnaire

Adjectif

épique \e.pik\ masculin et féminin identiques

  1. Qui raconte une épopée.
    • Poète épique.
    • Le poème épique raconte, le poème dramatique représente.
    • L’Iliade, la Chanson de Roland, la Jérusalem délivrée sont des poèmes épiques.
  2. Qui est propre à l’épopée ou qui s’y applique.
    • Le genre épique.
    • Donner la forme épique à un récit.
    • Des vers épiques.
    • Il prend le ton épique lorsqu’il devrait être simple.
  3. (Figuré) Qui est digne de figurer dans une épopée. — Note : Ce sens peut être ironique.
    • De héros épique, Mémed devient bandit d’honneur: c'est sa manière d’entrer dans la légende, en conciliant son impossible retour avec son aura […]. — (Jean-Pierre Deléage, Yachar Kémal: forgeron obligé d'écriture, 1998, page 197)
  4. (Figuré) Extraordinaire, inimaginable.
    • Ce fut épique.
    • Ce fut une scène épique.
    • Une bouffe épique pour une dalle épique.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉPIQUE. adj. des deux genres
. Qui raconte une épopée. Poète épique. Le poème épique raconte, le poème dramatique représente. L'Iliade, la Chanson de Roland, la Jérusalem délivrée sont des poèmes épiques. Il signifie également Qui est propre à l'épopée ou qui s'y applique. Le genre épique. Donner la forme épique à un récit. Des vers épiques. Il prend le ton épique lorsqu'il devrait être simple. Il se dit encore et souvent avec ironie au sens d'Extraordinaire, inimaginable. Ce fut épique. Ce fut une scène épique.

Littré (1872-1877)

ÉPIQUE (é-pi-k') adj.
  • 1Il se dit des grandes compositions en vers, où le poëte raconte une action. Le poëme épique, regardé en lui-même, est un récit en vers d'aventures héroïques, Voltaire, Ess. sur la poés. ép. I. Les poëtes épiques sont obligés de choisir un héros connu dont le nom seul puisse imposer au lecteur et un point d'histoire qui soit par lui-même intéressant, Voltaire, ib. III. Les Français riaient quand on leur disait que l'Angleterre avait un poëme épique dont le sujet était le diable combattant contre Dieu et un serpent qui persuade à une femme de manger une pomme… je fus le premier qui fis connaître aux Français quelques morceaux…, Voltaire, ib. IX. Quelques-uns ont voulu réparer notre disette en donnant au Télémaque le titre de poëme épique ; mais rien ne prouve mieux la pauvreté que de se vanter d'un bien qu'on n'a pas : on confond toutes les idées, on transpose les limites des arts, quand on donne le nom de poëme à la prose, Voltaire, ib. IX. Ce serait un grand plaisir et même un grand avantage pour un homme qui pense d'examiner tous ces poëmes épiques de différente nature, nés en des siècles et dans des pays éloignés les uns des autres, Voltaire, ib. I. Thomas est en travail d'un gros poëme épique, Gilbert, XVIIIe siècle.
  • 2Propre à l'épopée. Le genre épique. Des vers épiques. Le ton épique. D'un air plus grand encor la poésie épique, Dans le vaste récit d'une longue action, Se soutient par la fable et vit de fiction, Boileau, Art p. III. Ce reproche fait par un homme d'esprit [Malezieu] à la nation française de n'avoir pas la tête épique, appartient un peu à tous nos peuples modernes, si enfoncés dans les intérêts matériels de la vie, si entravés, si préoccupés de tous les soins de leur civilisation élégante et industrieuse, Villemain, Litt. fr. 18e siècle, 2e partie, 1re leçon.

    Substantivement. On fait vanité de porter l'épique dans la tragédie ; en croyant la parer, on la déguise, Lamotte, Réponse à M. de Voltaire.

  • 3Qui s'applique à l'épopée. Un poëte épique.
  • 4 Par extension, digne de l'épopée. Les dragons chevelus, les grenadiers épiques, Et les rouges lanciers…, Hugo, Crép. 5.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « épique »

Ἔπος, poëme.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Siècle à préciser) Du latin epicus (« épique ») du grec ancien ἐπικός, epikós, dérivé de ἔπος, épos (« parole »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « épique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
épique epik

Évolution historique de l’usage du mot « épique »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « épique »

  • Les Français n'ont pas la tête épique. Nicolas de Malézieu, Cité par Voltaire, Essai sur la poésie épique
  • Les grands rêves poussent les hommes aux grandes actions et aux mythomanies épiques. De André Malraux
  • Puis, comme cela lui arrive parfois, voire souvent, le Parisien se tend à l'approche de la possible conclusion. En fin de 4e set, il vendange un smash de minime 2e année et perd son service pour la toute première fois du match. Stich saute sur l'occasion et égalise à deux manches partout. On craint alors ce scénario trop bien connu pour Pioline, roi des défaites épiques en cinq manches. Mais il breake d'entrée et va maintenir jusqu'au bout son avantage. Plus encore que son titre à Monte-Carlo ou ses succès contre Kuerten à Flushing ou Safin à Roland-Garros, c'est le chef-d'œuvre de sa carrière. Eurosport, Del Potro perdant épique, Tsonga et Krajicek régicides : Le Top 100 des matches de Wimbledon (30-21) - Wimbledon 2019 - Tennis - Eurosport
  • En moins de deux minutes, cette nouvelle vidéo nous promet ainsi de nouveaux affrontements épiques où le sang coulera à flot, les explosions résonneront un peu partout et où les séquences de combats se mêleront aux scènes WTF pour notre plus grand plaisir. Oui, The Boys est la seule série capable de passer d'une tête décapitée à une léchouille perverse de lait de façon extrêmement naturelle. On a hâte ! purebreak.com, The Boys saison 2 : du sang, des explosions et séquences WTF dans une bande-annonce épique - Purebreak

Traductions du mot « épique »

Langue Traduction
Anglais epic
Espagnol épico
Italien epico
Allemand epos
Chinois 史诗
Arabe الملحم
Portugais épico
Russe эпический
Japonais 大作
Basque epiko
Corse epica
Source : Google Translate API

Synonymes de « épique »

Source : synonymes de épique sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « épique »

Partager