Despote : définition de despote


Despote : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

DESPOTE, subst. masc. et adj.

Gén. péj.
A.− Chef d'État qui exerce le pouvoir seul et sans contrôle et qui gouverne avec une autorité absolue et arbitraire; chef d'État qui s'arroge une autorité absolue alors que le pouvoir qu'il détient n'est pas absolu en soi. Le monarque, poussé hors de son caractère pacifique, prend le ton d'un despote, qui veut que tout ploie sous ses ordres absolus (Marat, Pamphlets,Dénonciation contre Necker, 1790, p. 81):
1. ... les despotes, considérant les empires comme des domaines, et les peuples comme des propriétés, se livrèrent aux déprédations et aux déréglemens de l'autorité la plus arbitraire. Volney, Les Ruines,1791, p. 70.
En emploi adj. Le gouvernement de France a été constamment arbitraire, et de temps en temps despote (Staël, Consid. Révol. fr.,t. 1, 1817, p. 46).Napoléon, qui se montre franchement despote, traite la France comme son domaine (Stendhal, Racine et Shakspeare,1825, p. 153).
HIST., non péj.
Despote éclairé. Chef d'État qui gouverne selon la doctrine du despotisme éclairé. Malgré les efforts des despotes éclairés du XVIIIesiècle, elle [l'Europe orientale] demeurait pauvre (Lefebvre, Révol. fr.,1963, p. 7):
2. Ce n'est pas en vain que la jeune bourgeoisie traça le portrait du despote éclairé : un Joseph II, une Catherine de Russie lui offrirent en leur temps le visage qu'elle souhaitait à ses représentants. Nizan, Les Chiens de garde,1932, p. 93.
[Dans l'Empire byzantin] Titre honorifique porté par l'empereur puis par les membres de sa famille; prince ou hospodar des provinces danubiennes. De hautes murailles aux tours crénelées sont les vestiges du palais des despotes byzantins (BarrèsVoy. Sparte,1906, p. 214).
B.− P. ext. Quiconque tend à s'arroger une autorité tyrannique pour dominer un entourage auquel il impose sa volonté, sa loi. Charvet restait le despote du groupe, étant le plus autoritaire et le plus instruit (Zola, Ventre Paris,1873, p. 709).Le despote à froid casse tout à la maison, torture tout le monde, répondant à la désapprobation par une brutalité cynique et sarcastique (Mounier, Traité caract.,1946, p. 368):
3. ... nous devons prendre au collet le despote, quel qu'il soit, depuis le charretier qui maltraite un cheval jusqu'au roi qui opprime un peuple. Hugo, Actes et paroles,2, 1875, p. 425.
Au fém. Pour obéir aux ordres de la petite despote, − car il avait pris à la lettre toutes ses prétentions, − il ne sortait plus de chez lui (Rolland, J.-Chr.,Matin, 1904, p. 210):
4. J'ai un peu de crainte pour cette immorale petite, et je l'avertirais bien de se méfier d'Armand, mais l'autre, sa despote, prétendrait tout de suite que je suis allée dénoncer sa conduite à Richelieu... Colette, Claudine à l'école,1900, p. 113.
Rem. Lorsque le mot est employé pour parler d'une femme, on conserve gén. la forme masc. Quel despote que cette femme! (Ac. 1835-1932).
En emploi adj. Il était despote et impérieux en paroles; doux, libéral et faible par le fait (Sand, Hist. vie, t. 2, 1855, p. 263).Tous les ouvriers étaient pareils comme moi. Ils avaient peur, parce qu'il était dur, despote, cruel même s'il faut (Martin du G., Thib.,État 1914, 1936, p. 49).
P. méton. Mon âme, despote et jalouse, t'enveloppait de son amour (Sand, Lélia,1833, p. 318).
[En parlant d'un attribut de la pers. hum.] Qui révèle un caractère autoritaire, tyrannique. Samuel a (...) le menton carré et despote (Baudel., Fanfarlo,1847, p. 527).
C.− P. métaph. [En parlant de qqc. qui s'impose à qqn comme une loi tyrannique, en parlant de qqc. qui constitue une règle absolue dans un domaine] La clarté, ce despote des langues modernes (Stendhal, Mém. touriste,t. 2, 1838, p. 463).Le moi, cet obscur et sinistre despote (Amiel, Journal,1866, p. 310).L'art est un despote. Il faut se donner à lui tout entier (A. Daudet, Nabab,1877, p. 258).L'argent despote invisible (Jouve, Trag.,1922, p. 120).
En emploi adj. Et quelles nuances entre gamins implique cette différence despote de situation sociale en miniature [externe et interne]! (Verlaine, Œuvres posth., t. 1, Souv., 1896, p. 251).Se soumettre aux caprices du sort aveugle et despote, qui vous retire, l'instant d'après, la faveur qu'il vous a faite, l'instant d'avant (Rolland, Beeth.,t. 1, 1928, p. 61).
Prononc. et Orth. : [dεspɔt]. Ds Ac. 1762-1932. Étymol. et Hist. 1. [3equart xiiies. adj. despos « qui fait preuve d'autorité et d'arbitraire » (Alexandre de Paris, Alexandre, branche II, 2891, variante ds Elliot Monographs, vol. V, p. 239), attest. isolée]; 1773 despote (Mllede Lespinasse, Lett., 6 sept. ds DG); [av. 1382 (Oresme ds Meunier, p. 173 : En grec despotes, c'est seigneur de la chose de laquelle il peut dire : ce est mien)]; 1611 subst. « souverain » (Cotgr.); 1748 « souverain autoritaire et arbitraire » (Montesq., Espr., III, 8 ds Littré); 1831 subst. « toute personne qui exerce un pouvoir tyrannique » (Balzac, Peau chagr., p. 89); 2. 1305 [ms. xves.] despos « titre porté par des seigneurs de l'Empire byzantin » (Liv. de la Conq. de la Morée, p. 98, Buchon ds Gdf.); 1572 despote (Yver, p. 540 ds Littré). Empr. au gr. δ ε σ π ο ́ τ η ς « maître absolu, despote ». Fréq. abs. littér. : 422. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 191, b) 698; xxes. : a) 374, b) 178.

Despote : définition du Wiktionnaire

Nom commun

despote \dɛs.pɔt\ masculin et féminin identiques

  1. Souverain qui gouverne avec une autorité arbitraire et absolue.
    • Toutes les actions de Nadir ne furent plus que les caprices sanglants d'un despote cruel et avare; et lorsque des insurrections, habilement fomentées par les prêtres schiites, éclatèrent de tous les côtés, la violence de Nadir se tourna en fureur. — (Louis Dubeux , La Perse, Paris : chez Firmin Didot frères, 1841, p. 364)
    • Le monde ne sera pas plus reconstruit par un despote de hasard qu’une ville ne s’éclaire par des fusées d’artifice. — (H. G. Wells, Anticipations, 1901, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Société du Mercure de France, Paris, 1904)
    • Il y a trois espèces de despote. Celui qui tyrannise les corps. Celui qui tyrannise les âmes. Celui qui tyrannise et les corps et les âmes. Le premier, c’est le prince. Le deuxième, le pape. Le troisième est le peuple. — (Oscar Wilde, L’Âme humaine, 1891. Traduction de Nicole Vallée, 2006. p. 65.)
    • L'État au sens du règne d'un dynaste, d’un satrape ou d'un despote, n’en semble pas moins être la structure la plus durable d'organisation du pouvoir dans l’islam. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p. 87.)
  2. (Figuré) Quiconque exerce ou s’arroge une autorité absolue, oppressive, tyrannique.
    • […] ; il ne serait pas très difficile de détacher le peuple de ces capitaines, qui sont en général de petits despotes avides et cruels, et dont le pouvoir repose en grande partie sur la misère de ceux qui les entourent. — (Anonyme, Grèce. - Administration intérieure, Revue des Deux Mondes, 1829, tome 1)
    • Va trouver Lucas de Beaumanoir, et dis-lui que tu as renoncé à ton vœu d’obéissance, tu verras combien d’heures de liberté te laissera le vieux despote. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Mieux vaut la glorieuse fin d'un ver insurgent, qu'une vie longue et supplicieuse traînée sous des despotes vindicatifs. — (Lucien Jaume, Les déclarations des droits de l’homme : du débat 1789-1793 au préambule de 1946, Flammarion, 1989, p. 278)
    • C’est que la femme, telle qu’elle a été créée par la nature et telle qu’elle attire l’homme actuel, ne peut être que son ennemie, son esclave ou son despote, mais jamais sa compagne. Elle ne pourra l’être que lorsqu’elle sera son égale en droit, lorsqu’elle sera son égale par l’éducation et par le travail. — (Leopold von Sacher-Masoch, La Vénus à la fourrure, 1870. Traduit de l’allemand par Pierre Malherbet, 2013, p. 181)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Despote : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DESPOTE. n. m.
Souverain qui gouverne avec une autorité arbitraire et absolue. Gouverner en despote. Secouer le joug d'un despote. Il se dit figurément de Quiconque exerce ou s'arroge une autorité absolue, oppressive, tyrannique. Cet homme, qui paraît si doux dans le monde, est un despote dans sa famille. Cet enfant est un petit despote. Quel despote que cette femme!

Despote : définition du Littré (1872-1877)

DESPOTE (dè-spo-t') s. m.
  • 1Prince qui gouverne avec une autorité arbitraire et absolue. Les despotes de l'Asie. Comment l'honneur serait-il souffert chez le despote ? il fait gloire de mépriser la vie, et le despote n'a de force que parce qu'il peut l'ôter, Montesquieu, Espr. III, 8. Ces despotes altiers partagent l'univers, Voltaire, Tancr. I, 1. Le hardi Japonais n'attend pas qu'au cercueil Un despote insolent le plonge d'un coup d'œil, Voltaire, Orphel. V, 5. Trop souvent le danger rallie à la domination absolue, et dans le sein de l'anarchie un despote même paraît un sauveur, Mirabeau, Collection, t. I, p. 350. Et nous n'aurons rien fait en entrant au tombeau Qu'avancer le pouvoir d'un despote nouveau, Legouvé, Épichar. et Néron, I, 3.

    Par extension, prince qui abuse ou que l'on suppose abuser d'une autorité qui en soi n'est pas absolue. Quelques-uns traitent Louis XIV de despote.

  • 2 Fig. Personne qui s'arroge une autorité tyrannique. Cet homme, cette femme est un despote dans sa famille.

    Par extension, celui, celle qui abuse de son autorité en un moment donné pour faire faire à un autre ce qui ne lui convient pas. Quel diable de petit despote mon oncle s'est donné là [sa femme] ! Bayard Et Potron, Laure et Delphine, II, 14.

HISTORIQUE

XIVe s. En grec despotes, c'est seigneur de la chose de laquelle il puet dire : ce est mien, Oresme, Thèse de MEUNIER.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

1. DESPOTE. Ajoutez :
3 Adj. Le gouvernement de France a été constamment arbitraire, et souvent despote, Staël, Consid. sur la Révol. franç. I, 3.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « despote »

Étymologie de despote - Littré

Δεσπότης, maître, qu'on rattache à une origine sanscrite : dasa, contrée, et patis, maître.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de despote - Wiktionnaire

Du grec ancien δεσπότης, despótês évolution de δεμς-πότης dems-pótês [1] (« maître de maison ») → voir domus et potis pour des équivalents latins du mot grec ancien ; comparez avec dominus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « despote »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
despote dɛspɔt play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « despote »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « despote »

  • Qui est vraiment le prince tout-puissant d'Arabie saoudite ? Un réformateur, qui a accordé en 2018 aux femmes de son pays le droit de conduire, ou un vulgaire despote, qui a ordonné la même année l'assassinat à la scie du journaliste Jamal Khashoggi au consulat saoudien d'Istanbul ? Voilà l'épineuse question à laquelle tente de répondre Antoine Vitkine dans MBS, prince d'Arabie*, mardi 11 février à 20 h 50 sur France 5, en partenariat avec Le Point. Déjà auteur de documentaires remarqués sur Mouammar Kadhafi, Bachar el-Assad ou Vladimir Poutine, le réalisateur français se penche cette fois sur l'impétueux prince héritier de 35 ans, propulsé en 2017 au sommet du pouvoir par son père, le roi Salmane, 85 ans et malade. Le Point, « MBS se voit comme un despote éclairé » - Le Point
  • Oui la Russie n’a pas les moyens de ses ambitions. Son PIB est du même ordre que celui de l’Italie. Mais dans le martyr de la Syrie, il y a fort peu d’acteurs démocratiques ou respectables. Sur Assad le despote cet article dit les choses comme d’autres articles du Monde. En face, les djihadistes, souvent soutenus par la Turquie, les E-U et l’Arabie ne sont pas une alternative souhaitable (je reste poli). Les sanctions américaines vont répandre elles aussi la misère. Aucun des acteurs ne veut une paix rationnelle pour redonner vie au pays et la Syrie est un terrain de jeu pour les diverses puissances. Israël bombarde à qui mieux mieux sans que la Russie l’en empêche. Comme l’Afghanistan, ce pays sera dévasté même si personne ne peut gagner la guerre et la paix de façon décisive. Syrie, Palestine, Yémen, Bolivie personne ne s’intéresse au bien-être des populations . Pas plus la Russie que les E-U. Un si Proche Orient, L’heure de vérité pour Poutine au Moyen-Orient – Un si Proche Orient
  • Octobre 1974. La nuit du 29 au 30. La chaleur est étouffante au-dessus de la capitale d’un Congo, devenu Zaïre par la volonté du Maréchal Joseph-Désiré Mobutu, devenu lui-même Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu wa Za Banga. Un despote qui veut éclairer son temps, son pays et le monde. Pour marquer les esprits, pour imposer son pays sur la carte mondiale, l’homme rêve d’un événement sportif majeur. Qu’importe le coût. L’argent coule à flots au sommet de l’État. , Mohamed Ali, Objectif Kinshasa - DH Les Sports+
  • "Je ne suis pas un despote ou un tyran"... Le procès de Ferdinand Bernhard a commencé à Marseille Var-Matin, "Je ne suis pas un despote ou un tyran"... Le procès de Ferdinand Bernhard a commencé à Marseille - Var-Matin
  • Le roman ne se contente pas seulement de la narration historique. Il construit des vies, imagine des relations, établit des liens et explore l’intimité de certains personnages, tiraillés entre l’angoisse, la soif du pouvoir et le simple désir de survivre. Ainsi, les effets des lettres écrites par Bonaparte à sa bien-aimée Joséphine sur Jazzâr révèlent la face cachée du despote ottoman : sa misérable enfance en Bosnie, son viol de Darnika sa belle-sœur qu’il aime encore ou son mépris des femmes et de la « faiblesse » humaine. Quant à ses crimes horrifiant et tétanisant ses entourages là où il s’est imposé, ils sont souvent commis lors de ses crises de folie ou de colère paranoïaque contre des « supposés traîtres ». L'Orient-Le Jour, Le conquérant, le despote et Saint-Jean-d’Acre - L'Orient-Le Jour
  • L'esclave a sa vanité, il ne veut obéir qu'au plus grand des despotes. De Honoré de Balzac
  • Il existe des despotes de la démocratie. De Achille Chavée / Décoctions II
  • S'il fallait choisir, je détesterais moins la tyrannie d'un seul que celle de plusieurs. Un despote a toujours quelques bons moments ; une assemblée de despotes n'en a jamais. De Voltaire
  • On est mal fait pour le mariage quand on n'a l'étoffe ni d'un despote ni d'un esclave. De Jean Rostand / Pages d'un moraliste
  • L'homme de qualité exige tout de soi. C'est un souverain. L'homme sans qualité exige tout des autres. C'est un despote. De Louis Pauwels / L'apprentissage de la sérénité

Traductions du mot « despote »

Langue Traduction
Corse despota
Basque despota
Japonais 専制君主
Russe деспот
Portugais déspota
Arabe طاغية
Chinois 暴君
Allemand despot
Italien despota
Espagnol déspota
Anglais despot
Source : Google Translate API

Synonymes de « despote »

Source : synonymes de despote sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « despote »



mots du mois

Mots similaires