La langue française

Gageure

Définitions du mot « gageure »

Trésor de la Langue Française informatisé

GAGEURE, subst. fém.

A. − Vieilli. Action de gager. Tenir, faire, soutenir la gageure. Chacun paria pour ce qu'il croyait véritable. La gageure était sérieuse; elle fut faite et tenue devant notaire (A. France, J. d'Arc, t. 2, 1908, p. 416) :
1. Cette tentative [de courses de chevaux] vint à la suite d'une gageure qu'avait faite à Fontainebleau (...) un gentilhomme anglais (...). Il avait parié mille louis qu'il ferait, en deux heures, le trajet de Fontainebleau à la barrière des Gobelins, et il gagna de quelques minutes. Jouy, Hermite, t. 4, 1813, p. 202.
Au fig. et fam. Soutenir la gageure. Persévérer dans quelque chose que l'on a entrepris malgré les difficultés; persister dans une opinion malgré les oppositions. La vie, en somme, n'a pas trop mal servi M. Renan, l'a passablement aidé à soutenir sa gageure (Lemaitre, Contemp.,1885, p. 210) :
2. ... annoncer aux nations qu'on se comportera comme si ce qui existe n'existait pas et comme si ce qui n'existe pas existait, c'est une gageure que l'on peut soutenir quelque temps par la distraction ou la confiance du public, la longanimité ou la ruse de l'adversaire; mais, sitôt que le jeu devient sérieux, on perd. Maurras, Kiel et Tanger,1914, p. 33.
B. − P. méton.
1. Fam. Action étrange, opinion singulière que seul un défi peut expliquer. Je n'ai point à mentionner M. Simond, dont le voyage semble une gageure, et qui s'est amusé à regarder Rome à l'envers (Chateaubr., Mém., t. 3, 1848, p. 437).Nous avons à donner à nos amis une fête qui est une véritable gageure dans ce désert, vous le savez (Anouilh, Répét.,1950, I, p. 27) :
3. Et il faut dire que tout le poème, toute la pièce est comme une gageure. C'est déjà un défi, et c'est risquer gros, c'est jouer gros jeu, pour un moderne, que de se mettre, d'aller se mettre du Du Bellay en épigraphe, et un tel Du Bellay. Péguy, V.-M., comte Hugo,1910, p. 712.
Proverbe. Gager sa tête à couper, c'est la gageure d'un fou (Dict. xixes.; Lar. 20e, Quillet 1965).
2. La chose gagée elle-même. Voilà la gageure que je vous dois. Quand me paierez-vous ma gageure? (Ac. 1798-1932).
Prononc. et Orth. : [gaʒy:ʀ]. Var. [-ʒ œ:ʀ] unanimement réprouvée; elle correspond d'apr. Mart. Comment prononce 1913, p. 240, à une lecture fautive gag-eure pour gage-ure, puisque « le suff. -eure n'existe en fr. que dans quelques féminins de comparatifs de formation anc. : meill-eure, pri-eure, min-eure, maj-eure, et dans les fém. des adjectifs en -érieur ». (Mart. date cette prononc. du remplacement de gageure par pari dans l'usage courant). Bien que Thurot n'en ait trouvé aucune trace anc. (Buben 1935 § 70), elle est mentionnée indirectement dans Ac. 1740-1878 : ,,On prononce gajure``. Elle est pratiquée par 9 des 17 témoins de Martinet-Walter 1973. Étymol. et Hist. 1. a) Fin xiies. faire wageure « convention par laquelle deux ou plusieurs parties s'engagent à verser une certaine somme ou à donner un certain objet (enjeu) à la partie qui aura raison » (Cantique des Cantiques, éd. C.E. Pickford, 2939); b) xiiies. wagour masc. « la chose gagée elle-même » (Le Dit de la gageure, 123 ds Fabliaux, éd. A. de Montaiglon et G. Raynaud, t. 2, p. 196, 123), attest. isolée, de nouv. 1636 gageure fém. (Monet); 2. 1678 soutenir la gageure « persévérer dans une entreprise difficile » (Mmede Sévigné, Lettre du 28 avr., éd. L.-J. N. de Monmerqué, t. 5, p. 437); 3. 1684 « action, projet, opinion si étrange, si difficile qu'on dirait un pari à tenir » (Id., ibid., t. 7, p. 317). Dér. du rad. de gager*; suff. -ure*. Fréq. abs. littér. : 188.

Wiktionnaire

Nom commun

gageure \ɡa.ʒyʁ\ féminin (orthographe traditionnelle)

  1. Promesse que des personnes se font réciproquement de payer ce dont elles conviennent en gageant.
    • Faire une gageure.
    • Gagner une gageure, la gageure.
    • Perdre une gageure, la gageure.
    • Hasarder une gageure.
    • Soutenir la gageure.
  2. (Par extension) Chose gagée.
    • Voilà la gageure que je vous dois.
    • Quand me paierez-vous ma gageure ?
  3. (Figuré) (Familier) Action, opinion singulière et étrange, qui semble un défi au bon sens.
    • La dégringolade des notes trimestrielles de l’élève jusque là modèle aurait été due à une de ces gageures héroïques comme on n’en fait que dans l’adolescence : pour laisser à l’étrangère la première place, Fernande s’éclipsait, travaillait mal, bafouillait exprès. — (Marguerite Yourcenar, Souvenirs pieux, 1974, collection Folio, page 290)
    • Avoir 15 ans et déjà un plan pour sa vie est une gageure pour la plupart des jeunes. — (Eric Nunès, Dyspraxie : la lutte contre le handicap d’un futur ingénieur, Le Monde. Mis en ligne le 10 octobre 2018)
    • Si l’on s’élève un peu cependant, le secteur touristique fait face à un autre défi d’ampleur : il est aujourd’hui responsable d’un dixième des émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial, et cela ne fait que commencer. Penser le futur, à dix ou vingt ans, relève alors de la gageure : il faudrait imaginer une expérience touristique sans accrocs tout en réduisant l’impact du secteur sur la biosphère. Ces deux injonctions sont-elles seulement compatibles ? — (Mais où va le Web ?, Tourisme, désir et prospective, 20 novembre 2018 → lire en ligne)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GAGEURE. (On prononce Gajure.) n. f.
Promesse que des personnes se font réciproquement de payer ce dont elles conviennent en gageant. Faire une gageure. Gagner une gageure, la gageure. Perdre une gageure, la gageure. Hasarder une gageure. Soutenir la gageure. Fig. et fam., Cela ressemble à une gageure, C'est une gageure se dit d'une Action, d'une opinion singulière étrange, et qui semble un défi au bon sens. Il se prend quelquefois pour la Chose gagée. Voilà la gageure que je vous dois. Quand me paierez-vous ma gageure?

Littré (1872-1877)

GAGEURE (ga-ju-r') s. f.
  • 1Promesse de payer telle ou telle somme, de donner tel ou tel objet, stipulée par des personnes qui ont fait un pari. On a fait souvent des gageures sur la grossesse des reines, Guez de Balzac, liv. VII, lett. 7. Ils veulent soutenir, au dédit de ce que l'on voudra, que c'est une chose impossible [que les bêtes n'aient point de pensée]… ce n'est point la coutume d'en venir aux gageures que lorsque les preuves nous manquent, Descartes, Rép. aux 6es object. 5. Juge-nous un peu sur une gageure que nous avons faite, Molière, l'Impromptu, 3. Si j'avais fait cette gageure, j'aurais perdu mon argent, Sévigné, 61. Ces petites cailles ont cela de commun avec celles de nos climats qu'elles se battent à outrance les unes contre les autres, surtout les mâles, et que les Chinois font, à cette occasion, des gageures considérables, Buffon, Ois. t. IV, p. 283, dans POUGENS. Revenons à notre gageure ; vous voudriez, je crois, me la faire oublier, Sedaine, Gageure imprévue, sc. 22.

    Faire gageure, avancer une chose, en offrant de la soutenir par une gageure. Je fais gageure Qu'il n'est mortel…, La Fontaine, Joc. Ils avaient fait gageure à qui des deux aurait plus de bonheur [à la pêche], La Fontaine, Cal.

    Soutenir la gageure, accepter la gageure qui est proposée ; et fig. persévérer dans une entreprise. Quelle gageure elles se sont engagées à soutenir ! Sévigné, 371. Personne ne voudra soutenir une si mauvaise gageure, Sévigné, 472.

    Cela ressemble à une gageure, se dit d'une action étrange et dont on ne conçoit pas le motif.

  • 2La chose gagée elle-même. Payer une gageure.

    PROVERBE

    Gager sa tête à couper, c'est la gageure d'un fou.

HISTORIQUE

XIVe s. Et avecques iceulx [il] a fait plusieurs gaigeures de paier le disner…, Ménagier, I, 6.

XVe s. Tout autour les pins avoit dames et chevaliers armez et desarmez ; si dançoient les aucuns, les heaumes lacez, aussi comme se ce fust gageure [gage de bataille], Lancelot du Lac, t. II, f° 89, dans LACURNE. Vous avez perdu la gageure, Louis XI, Nouv. XXVII.

XVIe s. Il feit une gageure à l'encontre de l'orateur Hortensius, qu'il…, Amyot, Lucullus, 2. Rendre les terres labourables, en l'estat qu'elles estoient lors de la gageure du rachapt [offre réelle de racheter], Coust. gén. t. II, p. 549. Il seroit utile qu'on passast par gageure la decision de nos disputes ; qu'il y eust une marque materielle de nos pertes, afin que nous en teinssions estat ; et que mon valet me peust dire : il vous cousta l'année passée cent escus, à vingt fois, d'avoir esté ignorant et opiniastre, Montaigne, IV, 37.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

GAGEURE, s. f. (Analyse des hasards.) est la même chose que pari, qui est plus usité en cette rencontre. Voyez Pari, Jeu & Gageure (Jurisprud.)

Cet article nous fournit une occasion que nous cherchions d’insérer ici de très-bonnes objections qui nous ont été faites sur ce que nous avons dit au mot Croix ou pile, de la maniere de calculer l’avantage à ce jeu si commun. Nous prions le lecteur de vouloir bien d’abord relire le commencement de cet article. Voici maintenant les objections que nous venons d’annoncer. Elles sont de M. Necker le fils, citoyen de Genève, professeur de Mathématiques en cette ville, correspondant de l’académie royale des Sciences de Paris, & auteur de l’article Frottement ; nous les avons extraites d’une de ses lettres.

« On demande la probabilité qu’il y a d’amener croix en deux coups. Vous dites qu’il n’y a que trois évenemens possibles, 1°. croix d’abord, 2°. pile & croix, 3°. pile & pile ; & comme de ces évenemens deux sont favorables & un nuisible, vous concluez que la probabilité d’amener croix en deux coups, est de deux contre un. Cette conclusion suppose deux choses ; 1°. que cette énumération de tous les évenemens possibles est complette ; 2°. qu’ils sont tous trois également possibles, æquè proclives, comme dit Bernoulli. Je conviens avec vous de la vérité du premier chef ; mais nous différons sur le second point. Je crois que la probabilité d’amener croix d’abord est double de celle d’amener pile & croix ou pile & pile. La preuve directe que je crois en avoir, est celle-ci. Il est aussi facile d’amener croix d’abord que pile d’abord ; mais il est bien plus probable qu’on amenera pile d’abord, que pile & croix : car pour amener pile & croix, il faut non-seulement amener pile d’abord, mais après avoir amené pile, il faut ensuite amener croix ; second évenement aussi difficile que le premier. S’il étoit aussi facile d’amener en deux coups pile & pile que pile en un coup, il seroit par la même raison encore de la même facilité d’amener pile, pile, & pile en trois coups, & en général d’amener n coups ; cependant qui est-ce qui ne trouve pas incomparablement plus probable d’amener pile en un coup, que d’amener pile cent fois de suite ? Voici une autre façon d’envisager la chose. Ou j’amenerai croix du premier coup, ou j’amenerai pile. Si j’amene croix, je gagne toute la mise de l’autre ; si j’amene pile, je ne perds ni ne gagne, parce qu’ensuite au second jet j’ai une espérance égale à la sienne. Donc, puisque j’ai chance égale à avoir sa mise ou à n’avoir rien, c’est comme s’il rachetoit tout son risque, en me donnant la moitié de sa mise. Or la moitié de sa mise qu’il me donne, avec la mienne que je rattrape, fait les du tout, & l’autre moitié de sa mise qu’il garde fait l’autre quart du tout : j’ai donc trois parts, & lui une ; ma probabilité de réussir étoit donc de 3 contre 1. Mais voici quelque chose de plus décisif. Il suivroit de votre façon, Monsieur, de compter les probabilités, qu’on ne pourroit en aucun nombre de coups gager avec parité d’amener la face A d’un dez à trois faces A, B, C ; car vous la trouverez toûjours de 2n−1 contre 2n, n étant le nombe de coups dans lequel on entreprend d’amener la face A. Voici en effet tous les cas possibles en quatre coups, par exemple :»

A. No image.svg B, B, B, A. No image.svg B, B, B, B. No image.svg C, B, B, B.
B, A. B, B, C, A. B, B, B, C. C, B, C, B.
C, A. B, C, B, A. B, B, C, B. C, B, C, C.
B, B, A. B, C, C, A. B, C, B, B. C, B, B, C.
B, C, A. C, B, B, A B, B, C, C. C, C, C, C.
C, B, A. C, B, C, A. B, C, B, C. C, C, C, B.
C, C, A. C, C, B, A. B, C, C, B. C, C, B, C.
C, C, C, A. B, C, C, C. C, C, B, B.

Il est aisé de voir qu’il y a ici 15 cas favorables & 16 défavorables ; de façon qu’il y a 24-1 contre 24, qu’on amenera la face A. Il me paroît donc certain que le cas A ne peut pas être regardé comme n’étant pas plus probable que le cas B, C, B, B, &c.

Ces objections, sur-tout la derniere, méritent sans doute beaucoup d’attention. Cependant il me paroît toûjours difficile de bien expliquer pourquoi & comment l’avantage peut être triple, lorsqu’il n’y a que deux coups favorables ; & on conviendra du moins que la méthode ordinaire par laquelle on estime les probabilités dans ces sortes de jeux, est très-fautive, quand même on prétendroit que le résultat de cette méthode seroit exact ; c’est ce que nous examinerons plus à fond aux articles Jeu, Pari, Probabilité, &c. (O)

Gageure, (Jurisprud.) est une convention sur une chose douteuse & incertaine, pour raison de la quelle chacun dépose des gages entre les mains d’un tiers, lesquels doivent être acquis à celui qui a gagné la gageure.

On fait des gageures sur des choses dont l’exécution dépend des parties, comme de faire une course en un certain tems fixé, ou sur des faits passés, présens, ou à venir, mais dont les parties ne sont pas certaines.

Les gageures étoient usitées chez les Romains ; on les appelloit sponsiones, parce qu’elles se faisoient ordinairement par une promesse réciproque des deux parties, per stipulationem & restipulationem ; au lieu que dans les autres contrats, l’un stipuloit, l’autre promettoit.

En France on appelle ce contrat gageure, parce qu’il est ordinairement accompagné de consignation de gages ; car gager signifie proprement bailler des gages ou consigner l’argent, comme on dit gager l’amende, gager le rachat. Néanmoins en France on fait aussi les gageures par simples promesses réciproques sans déposer de gages ; & ces gageures ne laissent pas d’être obligatoires, pourvû qu’elles soient soient faites par des personnes capables de contracter & sur des choses licites, & que s’il s’agit d’un fait, les deux parties fussent également dans le doute.

Les Romains faisoient aussi comme nous des gageures accompagnées de gages ; mais les simples sponsions étoient plus ordinaires.

Ces sortes de sponsions étoient de deux sortes, sponsio erat judicialis aut ludicra.

Sponsio judicialis étoit lorsque dans un procès le demandeur engageoit le défendeur à terminer plûtôt leur différend, le provoquoit à gager une certaine somme, pour être payée à celui qui gagneroit sa cause, outre ce qui faisoit l’objet de la contestation.

Cette premiere sorte de gageure se faisoit ou par stipulation & restipulation, ou per sacramentum. On trouve nombre d’exemples de gageures faites par stipulations réciproques dans les oraisons de Cicéron pour Quintius, pour Cecinna contre Verrès, dans son livre des offices ; dans Varron, Quintilien, & autres auteurs.

La gageure per sacramentum est lorsque l’on déposoit des gages in æde sacrâ. Les Grecs pratiquoient aussi ces sortes de gageures, comme le remarque Budée. Ils déposoient l’argent dans le prytanée ; c’étoit ordinairement le dixieme de ce qui faisoit l’objet du procès, lorsque la contestation étoit entre particuliers, & le cinquieme dans les causes qui intéressoient la république, comme le remarque Jullius Pollux. Varron explique très-bien cette espece de gageure ou consignation dans son livre II. de la langue latine. C’est sans doute de là qu’on avoit pris l’idée de l’édit des consignations, autrement appellé de l’abbréviation des procès, donné en 1563, & que l’on voulut renouveller en 1587, par lequel tout demandeur ou appellant devoit consigner une certaine somme proportionnée à l’objet de la contestation ; & s’il obtenoit à ses fins, le défendeur ou intimé étoit obsigé de lui rembourser une pareille somme.

L’usage des gageures judiciaires fut peu-à-peu aboli à Rome ; on y substitua l’action de calomnie, pro decimâ parte litis, dont il est parlé aux instit. de pœnâ temerè litigant. ce qui étant aussi tombé en non-usage, sut depuis rétabli par la novelle 112 de Justinien.

On distinguoit aussi chez les Romains deux sortes de gageures, ludicres. L’une qui se faisoit par stipulation réciproque, & dont on trouve un exemple mémorable dans Pline, liv. IX. chap. xxxv. où il rapporte la gageure de Cléopatre contre Antoine ; & dans Valere Maxime, liv. II. où est rapportée la gageure de Valerius contre Luctatius. Il est aussi parlé de ces gageures en la loi 3. au digeste de aleo lusu & aleat. qui dit, licuisse in ludo qui virtutis causâ fit sponsionem facere ; suivant les lois, Cornelia & Publicia, alias non licuisse.

L’autre sorte de gageure, ludicre, se faisoit en déposant des gages, comme on voit dans une églogue de Virgile.

Depone, tu dic mecum quo pignore certes.

Il en est parlé dans la loi si rem, au digeste de præscriptis verbis, par laquelle on voit qu’on mettoit assez ordinairement les anneaux en gage, comme étant plus en main que toute autre chose : si quis, dit la loi, sponsionis causâ annulos acceperit, nec reddat victori, præscriptis verbis adversus eum actio competit. Planude rapporte que Xantus maître d’Esope, ayant parié qu’il boiroit toute l’eau de la mer, avoit donné son anneau en gage. Cette sorte de gageure per depositionem pignorum étoit la seule usitée chez les Grecs, comme il résulte d’un passage de Démosthene ; lequel en parlant d’une gageure, dit qu’elle ne pouvoit subsister, parce que l’on avoit retiré les gages.

On ne doit pas confondre toutes sortes de gageures avec les contrats aléatoires, qui sont proscrits par les lois ; & c’est une erreur de croire que toutes sortes de gageures soient défendues, qu’il n’y ait point jamais d’action en justice pour les gageures, à-moins que les gages ne soient déposés. Ce n’est pas toûjours le dépôt des gages qui rend la gageure valable ; c’est plûtôt ce qui fait l’objet de la gageure : ainsi elles ont été rejettées ou admises en justice, selon que les personnes qui avoient fait ces gageures étoient capables, ou non, de contracter, & que l’objet de la gageure étoit légitime.

Mornac sur la loi 3. au digeste, & sur la loi si rem de præscriptis verb. de aleat. dit qu’elles sont permises in rebus honestis, veluti ob spem futuri eventûs, & similibus.

Boniface, tome I. liv. VIII. titre xxjv. chapit. v. Despeisses, tome I. part. I. tit. xviij. Catelan, t. II. rapportent plusieurs arrêts qui ont déclaré des gageures valables.

L’exemple le plus récent que l’on connoît d’une gageure assez considérable, dont l’exécution fut ordonnée au conseil du Roi, est celui d’une gageure de 30000 liv. que M. le maréchal d’Estrées & le sieur Law contrôleur général, avoient faite ensemble par un écrit double du 14 Mars 1720, au sujet du cours que pourroit avoir dans cette année le change avec Londres & Amsterdam. M. le maréchal d’Estrées ayant gagné la gageure, les directeurs des créanciers du sieur Law furent condamnés à lui payer les 30000 liv. quoique la somme n’eût pas été déposée. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « gageure »

(Date à préciser) Ce mot est formé à partir du verbe gager, par l’ajout du suffixe -ure.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Gager ; wallon, wageur.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « gageure »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gageure gaʒyr

Évolution historique de l’usage du mot « gageure »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « gageure »

  • Il faut du coffre, de l'opiniâtreté, mais aussi la baraka. Pompidou et Philippe étaient pareillement inconnus des Français lorsqu'ils devinrent chef de gouvernement par la grâce du prince. Pompidou s'avéra, après quelques mois laborieux, le meilleur Premier ministre de la Ve République. Réussir le passage du sacré (de Gaulle) au profane (la France après de Gaulle) était pourtant une rude gageure. Philippe a ramé à contre-courant dans des eaux pas limpides (affaire Fillon, “gilets jaunes”, coronavirus, ministres “sociétaux” bavards et peu fiables) et il est parvenu à séduire les Français sur le registre de la sobriété. Valeurs actuelles, [Tillinac] Édouard Philippe a-t-il un destin ? | Valeurs actuelles
  • Elle non plus n’est pas du genre à sauter sur son siège comme un cabri en disant l’Europe, l’Europe, l’Europe ! Merkel n’en tient pas moins – et même plus que jamais – le destin de l’Union entre ses mains. La feuille de route des six mois de sa présidence débutée hier a le mérite de la clarté : solder le Brexit et sortir les 27 de l’ornière dans laquelle les a englués le Covid. Une gageure pour celle qui en quatre mandats de chancelière – 15 ans, un record ! – n’a pas fait montre de l’enthousiasme fédérateur de ses prédécesseurs. , Politique | Quitte ou double
  • S’inventer des dimensions au-delà de ces espaces-temps rangés, serrés, qui sont le cadre de nos quotidiens débordants, est une gageure. S’affranchir du réel, se télétransporter là où les limites ne sont plus que celles dessinées par le ciel, la terre, la mer, où l’on s’oublie sans se perdre, ça s’appelle du rêve. Il est un endroit où ce rêve existe, à deux heures de Paris, une heure trente de Lille, en baie de Somme. L'Obs, En Baie de Somme, chevauchée en terre henson
  • Passer le vert kaki en vert clair relève de la gageure. Mais l'apprentissage de la sobriété énergétique vaut aussi pour les Armées, a décidé la ministre des Armées Florence Parly, qui présente ce vendredi la nouvelle « stratégique énergétique de défense » des Armées. Les Echos, Le plan de l'armée française pour réduire son empreinte CO2 | Les Echos

Traductions du mot « gageure »

Langue Traduction
Anglais wager
Espagnol apostar
Italien scommettere
Allemand wette
Chinois 赌注
Arabe رهان
Portugais aposta
Russe ставка
Japonais 賭け
Basque apustua
Corse scumessa
Source : Google Translate API

Synonymes de « gageure »

Source : synonymes de gageure sur lebonsynonyme.fr

Gageure

Retour au sommaire ➦

Partager