La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « provocation »

Provocation

Variantes Singulier Pluriel
Féminin provocation provocations

Définitions de « provocation »

Trésor de la Langue Française informatisé

PROVOCATION, subst. fém.

Action de provoquer.
A.− Provocation (de qqn).Action de provoquer (quelqu'un); p. méton., acte, geste, parole qui en est le moyen ou l'expression.
1.
a) [Corresp. à provoquer A 1] Provocation calculée, délibérée, éhontée, goguenarde, haineuse, vindicative, virulente; relever une provocation; réagir, répondre, résister à une provocation; être en butte aux provocations de qqn; c'est de la provocation! À la fin de mars 1916, les vexations et les provocations à notre égard se multiplièrent (Joffre, Mém.,t. 2, 1931, p. 298).L'officier des gardes civils a donné l'ordre de tirer avant toute provocation (Camus, Révolte Asturies,1936, ii, 5, p. 420).V. défi ex. 3, droit3ex. 19, grief2ex. de Camus, inusable ex. de Drieu La Rochelle.
P. anal. [Des chiens malades] se montrent très irritables; ils cherchent à mordre sous la moindre provocation (Nocard, Leclainche, Mal. microb. animaux,1896, p. 418).
[En position de compl. déterm.] Accent, air, attitude, geste de provocation. De Günther, il avait traduit les cris de provocation et d'ironie vengeresse contre le Dieu ennemi qui l'écrase, ces malédictions furieuses du Titan terrassé, qui retourne la foudre contre le ciel (Rolland, J.-Chr.,Révolte, 1907, p. 511).À quoi riment ces destructions imbéciles? Certains vont jusqu'à les attribuer à des avions allemands camouflés; tirs de provocation, disent-ils (Gide, Journal,1943, p. 210).
Cycle provocation-répression. L'annulation du match Bastia-Nice du 10 avril (...) avait provoqué chez les insulaires une nouvelle flambée de colère, trois semaines avant l'ouverture du procès Simeoni devant la Cour de Sûreté de l'État. Pour les Corses, il ne s'agit pas d'un fait divers mais de « discrimination politique ». (...) « On a encore voulu punir : c'est le cycle provocation-répression », proclame Max Simeoni, leader de l'Association des Patriotes corses (Le Nouvel Observateur,3 mai 1976, p. 46, col. 2).
b) En partic. [Corresp. à provoquer A 2]
α) Provocation en duel. On parlait hier de l'alcoolisation de Catulle Mendès (...) et, en même temps, de son côté insultant, querelleur dans les cafés. Et Ajalbert parlait presque d'une provocation en duel adressée à Chincholle, pour s'être permis d'adresser la parole à sa maîtresse Moréno (Goncourt, Journal,1892, p. 194).
β) [Dans le domaine érotique, l'agent de l'action est gén. une femme ou l'un de ses attributs] Là (...) [dans sa loge], il revenait en elle un peu de l'ancienne Faustin (...) Ses yeux s'armaient involontairement de provocation, son sourire prenait un rien de prometteur (E. de Goncourt, Faustin,1882, p. 249).Les danseurs s'avancent l'un vers l'autre, se croisent et se contournent avec une attitude de provocation amoureuse (T'Sertevens, Itinér. esp.,1933, p. 169):
1. Est-ce qu'un regard comme elle sait en avoir n'est pas plus provocant, plus impudique, plus clair que toutes nos déclarations brûlantes? Je fis semblant de ne pas comprendre d'abord. Puis la persistance de cette muette provocation me troubla. Je lui murmurai dans l'oreille des choses tendres. Un jour elle s'abandonna. Je l'avais séduite, Messieurs. Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Pétition, 1882, p. 770.
c) [L'agent de l'action est une chose] [La basilique du Sacré-Cœur] était, vue ainsi, sous le pâle ciel nocturne, une floraison monstrueuse, d'une provocation et d'une domination souveraines (Zola, Paris,t. 2, 1897, p. 166).
2. [Corresp. à provoquer B]
a) Provocation à
α) [Le compl. est un subst.] Devant une provocation à l'action, (...) [certains inactifs] réagissent en secrétant un système ou un plan sans lendemain et dont l'arrangement suffit à les occuper (Mounier, Traité caract.,1946, p. 400).
En partic. [Le compl. prép. désigne un acte, un comportement répréhensible au regard de la loi ou de la morale] Provocation à la désertion. Toute opinion même contraire à l'idéal démocratique, pourra s'exprimer librement pourvu qu'elle ne soit pas diffamatoire et ne constitue pas une provocation directe à une action illégale (Vedel, Dr. constit.,1949, p. 245).V. accablant ex. 18, exhibitionnisme ex. :
2. « En vertu de l'article 10 du Code d'instruction criminelle; Requérons le commissaire de police (...) de se transporter chez M. le vicomte de Chateaubriand (...) à l'effet d'y rechercher et saisir tous papiers, correspondances, écrits, contenant des provocations à des crimes et délits contre la paix publique (...) » Chateaubr., Mém.,t. 4, 1848, p. 82.
[L'obj. de l'action est désigné] Les types (...) se font poisser à la caserne pour provocation-de-militaires-à-la-désobéissance-dans-un-but-de-propagande-anarchiste (Nizan, Conspir.,1938, p. 68).
β) [Le compl. est un inf.] Les deux jeunes personnes n'avaient pas manqué d'entretenir Messieurs Marcel et Schaunard de la générosité de leur ami envers sa maîtresse; et ces confidences avaient été suivies de provocations non équivoques à imiter l'exemple donné par le poëte (Murger, Scènes vie boh.,1851, p. 188).
b) Provocation de + subst., vx.Les provocations d'aumônes, interdites aux mendians qui ont échappé aux dépôts obligent ces derniers à mettre en jeu une industrie nouvelle pour attirer sur eux l'attention des passans (Jouy, Hermite,t. 1, 1811, p. 40).
B.− Provocation de qqc.
1. [Corresp. à provoquer C 1] Depuis de nombreuses années on sait que la provocation de fièvres artificielles (...) entraîne une augmentation assez importante du pouvoir thrombolytique du sang (R. Schwartz, Nouv. remèdes et mal. act.,1965, p. 94).L'excitation sexuelle, la provocation du désir est le prétexte de jeux qui sont (...) élevés au rang d'institutions sociales ou même de rites (Jeux et sports,1967, p. 809).
2. DR. ROMAIN. Le droit de provocation établi par Valérius, était un privilége des patriciens, comme tous les autres droits (Michelet, Hist. romaine,t. 1, 1831, p. 104).Le droit d'appel au peuple, provocatio, est une des plus anciennes institutions de Rome (...); cependant, à voir le nombre de lois (...) présentées successivement pour assurer l'exercice de la provocation, il faut croire que les factions (...) parvenaient facilement à rendre illusoire cette sauvegarde de la liberté (Mérimée, Essai guerre soc.,1841, p. 31).
P. ext. Fait d'intenter une action. [Les fonctions du corps conservateur seront] 4) De prononcer la destitution des membres du corps exécutif, s'il y a lieu, sur la demande du corps législatif. 5) De décider, d'après la même provocation, s'il y a lieu à accusation contre eux (Destutt de Tr., Comment. sur Espr. des lois,1807, p. 204).
Prononc. et Orth. : [pʀ ɔvɔkasjɔ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1remoit. du xiiies. « appel » (Berengier, Antéchrist, éd. E. Walberg, 258); 2. 1314 « ce qui déclenche une réaction d'ordre physiologique » (Henri de Mondeville, Chrirurgie, 2115 ds T.-L.); 3. a) 1549 « action d'inciter quelqu'un à une action violente ou repréhensible » (Est.); b) 1569 « acte, moyen par lequel on défie un individu ou un groupe, par lequel on l'incite à attaquer ou à répondre à une attaque » (G. Du Bellay, Mém., fo152 vods Gdf. Compl.); c) 1865 « moyen employé par une femme pour exciter le désir d'un homme » (Taine, Philos. art, t. 2, p. 45). Empr. au lat. provocatio « défi; appel, droit d'appel »; dér. de provocare (v. provoquer). Fréq. abs. littér. : 301. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 279, b) 341; xxes. : a) 374, b) 633. Bbg. Dub. Pol. 1962, p. 392. − Notes de lexicogr. critique. Trav. Ling. Litt. Strasbourg. 1985, t. 23, no1, p. 28.

Wiktionnaire

Nom commun - français

provocation \pʁɔ.vɔ.ka.sjɔ̃\ féminin

  1. Action de provoquer.
    • Et pourtant le bon sens s’oppose à ce qu’une impératrice s’accommode comme une danseuse, qui semblerait une manière de provocation aux bonnes mœurs. — (Franc-Nohain [Maurice Étienne Legrand], Guide du bon sens, Éditions des Portiques, 1932)
    • Je peux comprendre que certains collègues pètent une durite. Dans la rue, certains de nos “clients” sont des spécialistes de la provocation. — (Brendan Kemmet, S.O.S. Police, Éditions du Cherche-Midi, 2011)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PROVOCATION. n. f.
Action de provoquer. Provocation à la révolte. Coupable de provocations. Ces continuelles provocations finirent par le lasser.

Littré (1872-1877)

PROVOCATION (pro-vo-ka-sion ; en vers, de cinq syllabes) s. f.
  • 1Action de provoquer. Provocation à la révolte.

    Appel à un combat singulier, à un duel.

  • 2Ce qui provoque. Ce langage est une provocation

    Il se dit aussi des choses qui excitent à. Provocation au sommeil. Il a vomi sans aucune provocation.

HISTORIQUE

XIVe s. Il font [par des corrosifs] provocation des humeurs, et font, par ce, ulcere, H. de Mondeville, f° 98.

XVIe s. …que pour son honneur il n'y pouvoit plus reculer, attendu la provocation que luy en avoit faitte le roy de France, Du Bellay, M. 266. Il faut que le chirurgien se gouverne sagement, tant à la provocation [des menstrues] que restriction, Paré, XXIV, 46.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « provocation »

Prov. provocatio ; espagn. provocacion ; ital. provocazione ; du lat. provocationem, de provocare, provoquer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIIe siècle) Du latin provocatio (« action de provoquer »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « provocation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
provocation prɔvɔkasjɔ̃

Fréquence d'apparition du mot « provocation » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « provocation »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « provocation »

  • La provocation est très précieuse. Elle est absolument nécessaire en démocratie.
    Elisabeth Badinter — Lire, 1er mars 2015
  • Prudence et langueur ont vaincu plus de résistance qu'audace et provocation.
    Jacques Lamarche — La Dynastie des Lanthier
  • C’est bien ça l’esprit français: l’humour, l’impertinence, parfois la provocation.
    Fleur Pellerin — France 2, 14 janvier 2015
  • L'impuissance et l'athéisme ont cela en commun, ils conduisent tous deux à la provocation.
    Gilbert Cesbron — Don Juan en automne
  • La provocation n’est que superficialité et ne sert qu’à faire réagir momentanément les gens.
    Danielle Arbid — Evene.fr - Mai 2007
  • Ecrire n'est pas une vocation, mais un désir ferme de provocation.
    Georges Raby — Les Dents longues
  • A la liberté de provocation, répond la liberté d'objection.
    Bernard Pivot — Le Métier de lire
  • La rencontre entre le Corinthians et Palmeiras, remportée par les locaux à l'occasion de la reprise du Championnat de l'État de Sao Paulo mercredi, a été marquée par des provocations des deux côtés.
    France Football — Foot - BRE - Brésil : Corinthians bat Palmeiras dans un climat de provocation - France Football
  • La provocation, quand elle vient de l’artiste, suscite la réflexion.
    Elisabeth Badinter — Lire, 1er mars 2015
  • La provocation peut être de mauvais goût, absurde, engendrer critiques et réactions, mais elle est nécessaire.
    Elisabeth Badinter — Lire, 1er mars 2015
Voir toutes les citations du mot « provocation » →

Traductions du mot « provocation »

Langue Traduction
Anglais provocation
Espagnol provocación
Italien provocazione
Allemand provokation
Chinois 挑衅
Arabe إثارة
Portugais provocação
Russe провокация
Japonais 挑発
Basque probokazio
Corse provocazione
Source : Google Translate API

Synonymes de « provocation »

Source : synonymes de provocation sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « provocation »

Combien de points fait le mot provocation au Scrabble ?

Nombre de points du mot provocation au scrabble : 18 points

Provocation

Retour au sommaire ➦