Décoller : définition de décoller


Décoller : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

DÉCOLLER1, verbe trans.

A.− Vieilli. Trancher le cou à quelqu'un. Synon. décapiter.On ne décollait autrefois en France que les gentilshommes (Ac.). Pendant cette nuit, Arabelle voulut montrer son pouvoir comme un sultan qui, pour prouver son adresse, s'amuse à décoller des innocents (Balzac, Lys,1836, p. 271).
B.− P. anal., PÊCHE. Trancher la tête de la morue avant le salage.
Prononc. et Orth. : [dekɔle]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 2emoitié xes. « décapiter » (St Léger, éd. J. Linskill, 222 et 228). Empr. au lat. class. decollare « enlever du cou » d'où « décapiter », dér. de collum (v. cou).
DÉR.
Décolleur, subst. masc.,pêche. a) Celui qui coupe la tête des morues avant le salage. b) Couteau servant à décoller les morues. [dekɔlœ:ʀ]. 1resattest. a) xiiies. « bourreau » (Vie Ste Marguer., Richel. 19525, fo144 vods Gdf.); b) 1732 pêche « homme chargé de couper la tête des morues » (Rich.); de décoller1, suff. -eur2*.

DÉCOLLER2, verbe.

A.− Emploi trans.
1. Détacher une chose qui était collée. Décoller un papier, une image, une vignette, une affiche :
1. calchas, regardant la lettre. − Le timbre de Cythère! (...) De Vénus (...) c'est bien de Vénus! ... Il mouille le timbre, le décolle et le met dans une petite boîte. Meilhac, Halévy, La Belle Hélène,1865, I, 7, p. 186.
En emploi pronom. Cesser d'être collé avec quelque chose. Enveloppe, placage qui se décolle. Il y a aux murs du papier qui se décolle (Hugo, Travaill. mer,1866, p. 57).
2. P. anal. [Le plus souvent avec un compl. indir. prép. de marquant la séparation]
a) Séparer ce qui était en contact. Décoller l'écorce du bois, des ventouses. Décoller son dos de la muraille (cf. Zola, Terre,1887p. 420):
2. L'ébéniste, silencieux, roulait autour de lui des regards interrogateurs; et, pour décoller le mégot fixé à sa lèvre, il remuait la bouche comme un poisson. Martin du Gard, Les Thibault,L'Été 1914, 1936, p. 505.
P. métaph. Décoller les yeux de qqc. :
3. Je te remercie bien de ma blague, elle est magnifique, on ne peut décoller ses yeux de dessus; je suis sûr qu'elle excitera l'enthousiasme et l'envie partout où je la porterai. Flaubert, Correspondance,1843, p. 17.
Spéc., JEUX. (billard). Décoller une bille. Détacher une bille de la bande contre laquelle elle était collée.
b) En emploi pronom. [Le compl. prép. exprime une matière qui adhère] S'en détacher. Se décoller de la glu, de la boue. Une couche visqueuse d'où le pied se décolle (Barbusse, Feu,1916, p. 11).
[En parlant d'un tissu organique] Qui se sépare d'un autre auquel il adhérait. Rétine, bourgeon qui se décolle. Les greffes se décollèrent (Flaubert, Bouvard t. 1, 1880, p. 31).Se décoller un muscle du bras (cf. A. France, Révolte anges,1914, p. 392).
P. anal., fam. Se décoller de son siège. En sortir difficilement. Les deux compères livides se levèrent, ou mieux se décollèrent de leurs sièges (L. Daudet, Ariane,1936, p. 175).
Pop. [En parlant de deux pers. vivant maritalement sans être mariées] Rompre leur liaison. Ils [les amoureux du Quartier Latin] se collaient et se décollaient, se mariaient et divorçaient, sans la moindre raison apparente (Magnane, Bête à concours,1941, p. 359).
B.− Emploi intrans.
1. AVIAT. [En parlant d'un avion, d'un hydravion, d'un hélicoptère, d'une fusée, etc.] Quitter le sol, le pont d'envol d'un porte-avions, la surface de l'eau. Bombardier qui décolle; hélicoptère prêt à décoller; autorisation, ordre de décoller; décoller rapidement; décoller de Port-Étienne. En bas, les lumières qui s'éteignent, les avions de chasse qui décollent (Malraux, Espoir,1937, p. 664):
4. Les secrétaires, convoqués pour une heure du matin, avaient regagné leurs bureaux. Ils apprenaient là, mystérieusement, que, peut-être, on suspendrait les vols de nuit, et que le courrier d'Europe lui-même ne décollerait plus qu'au jour. Saint-Exupéry, Vol de nuit,1931, p. 117.
Rare et p. ext. [En parlant d'autres moyens de transport] Partir, appareiller. Le train décolla (R. Martin du Gard, Thib.,Sorell., 1928, p. 1247).Quatre remorqueurs décollèrent (Peisson, Parti Liverpool,1932, p. 29).
Fam. Ne pas décoller d'un lieu. S'incruster, se rendre importun :
5. Il a fallu longuement attendre la correspondance. Juliette, appuyée contre un poteau, attendait. « Qu'est-ce que vous payez le lapin, mademoiselle? » Cette femme commençait à l'embêter, elle ne décollait plus. Il faisait froid, de plus en plus froid... E. Triolet, Le Premier accroc coûte deux cents francs,1945, p. 31.
Rem. On rencontre parfois décoller avec un sens factitif. Des solliciteurs difficiles à décoller (Arnoux, Nuit St-Avertin, 1942, p. 81).
2. P. métaph. ou au fig.
a) Domaine de la vie intellectuelle ou morale
S'élever intellectuellement ou socialement. Décoller des bas-fonds; décoller de son état. Décoller d'une situation pour prendre un point de vue sur elle (Sartre, Sit. III,1949, p. 194).
Quitter le domaine de la réalité pour celui de la fiction et vice versa. (Se) décoller du rêve (cf. Cocteau, Enf. terr.,1929, p. 117).Décoller de ce monde (Beauvoir, Mém. jeune fille,1958, p. 46).
b) ÉCON. [En parlant d'un pays en voie de développement, d'une branche d'activité] Sortir de la stagnation (cf. également décollage). La production a décollé : + 8 1/2 % cette année (L'Express,6 oct. 1969ds Gilb. 1971).Si la télévision en couleurs ne « décolle pas » c'est que l'O.R.T.F. n'organise pas sa promotion (L'Express,16 mars 1970ds Gilb. 1971).
C) SP. Se détacher du peloton.
[En parlant d'un athlète ou d'un cycliste] S'échapper du peloton pour prendre de l'avance, démarrer :
6. Dominique regretta de s'être mise sur les talons de la Kestner. Il lui fallait reprendre sa ligne, la fin de la course approchait; en la sentant « décoller », Kestner n'allait-elle pas s'échapper, de crainte d'être surprise? Montherlant, Le songe,1922, p. 35.
Péj. Ne plus suivre le rythme de la course, rétrograder par rapport à ses adversaires. Sentir son rival décoller.
Pop. Maigrir considérablement, dépérir. Ce pauvre Charles décolle de plus en plus (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 544).
Prononc. et Orth. : [dekɔle], (je) décolle [dekɔl]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1382-85 (Bréard, Comptes du clos des galées de Rouen, 109 ds Barb. Misc. 15, no17 : Pavois vieux et rompus, tous descollés et les couvient tous recoler); 2. a) 1866 « s'en aller » (Delvau, p. 109); b) [1907 d'apr. Lar. Lang. fr.]; 1918 aviat. « quitter le sol » (Proust, Filles en fleurs, p. 555). Dér. de coller*; préf. dé-*.
STAT. − Décoller1 et 2. Fréq. abs. littér. : 172.
DÉR.
Décollable, adj.Qu'on peut décoller. Vignette pharmaceutique facilement décollable (Rob.Suppl.1970).P. ext., méd. Zone décollable (de la dure-mère) (G. Gérard, Anat. hum.,1912, p. 373). 1reattest. 1912 id.; de décoller2, suff. -able*.

Décoller : définition du Wiktionnaire

Verbe 1

décoller \de.kɔ.le\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se décoller)

  1. Séparer, détacher une chose qui était collée.
    • Décoller du papier peint.
    • Décoller une estampe.
    • Lebrac fut décollé de la vase et fit un grand pas vers la rive, quand la ficelle cassa net et il se mit à enfoncer de nouveau. — (Louis Pergaud, Un sauvetage, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • La pluie décolle les châssis.
  2. (Billard) Éloigner, détacher la bille, en jouant, de la bande contre laquelle elle était.
  3. (Aviation) Quitter le sol pour un aéronef, ou occasionnellement pour d’autres véhicules.
    • Après une minutieuse préparation, tant de la machine que du passager, à 4 heures du matin, je décolle dans les ténèbres, emmenant un solide gaillard Serbe, ex-chef célèbres de comitadjis. — (Jacques Mortane, Missions spéciales, 1933, p.223)
  4. (Intransitif) (Familier) Partir.
    • Il ne décolle pas d’ici. - On ne peut le faire décoller de sa chaise.
    • Bon, assez traîné, maintenant on décolle d’ici.
    • Il a décollé, il était même pas 4h.
  5. (Figuré) Commencer à réussir en parlant d’une entreprise.
    • Au Poislay, Cyril Natali construit depuis six ans des maisons isolées à la paille. Le matériau est local, la technique rodée, l’activité a décollé. — (Aziliz le Berre, Il a mis toute son entreprise sur la paille sur www.lanouvellerepublique.fr, 25 avril 2013)

Verbe 2

décoller \de.kɔ.le\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Vieilli) Faire mourir en tranchant le cou, décapiter.
    • On ne décollait autrefois en France que les gentilshommes.
    • — Je plaque Machin. Il parle de me décoller. Je lui ai dit : Oh ! là, là, mon petit ! T’as jamais cassé trois pattes à un canard. — (Charles-Louis Philippe, Bubu de Montparnasse, 1901, réédition Garnier-Flammarion, page 104)
    • Tout le mardi se passa dans la plus grande détresse, effrayé et angoissé que j'étais à l'idée de déshonorer mon père en me faisant décoller sur un échafaud public pour avoir profané une sépulture, mes deux pauvres compagnons, n'ayant pas l'heur d'être gentilshommes, étant pendus haut en l'air au gibet […]. — (Robert Merle, En nos vertes années, XI., 1979)
  2. (Pêche) Couper la tête du poisson.
    • La morue, il faut la préparer, il faut l’ébréguer, il faut la décoller, il faut la trancher, il faut l’énocter, il faut la laver, il faut l’empiler, il faut la saler. — (Jean Recher, Le grand métier, Plon, 1977, première époque, chapitre XXIII)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Décoller : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉCOLLER. v. tr.
Faire mourir en tranchant le cou. On ne décollait autrefois en France que les gentilshommes. On dit aujourd'hui DÉCAPITER.

Décoller : définition du Littré (1872-1877)

DÉCOLLER (dé-ko-lé) v. a.
  • Couper le cou à quelqu'un. Lamberti rapporte que le czar Pierre avait décollé de sa propre main son fils aîné, Voltaire, Russie, II, 10.

    Terme de pêche. Couper la tête d'une morue.

HISTORIQUE

XIIe s. Venu sunt al quint jur de la nativité En l'endemain que furent innocent decolé, Que Herodes ocist par sa grant cruelté, Th. le mart. 137.

XIIIe s. Je voudroie, par m'ame, qu'ele fust decolée, Berte, XVI. Et fu sacrés à roi, et fu li pires rois qui onques feust, puis le roi Herodes qui fist les enfans decoller, Chron. de Rains, 120. La nuis est revenue et li jors trespassés, Desous le Civetot fut li vaus [le vallon] grans et lés : Là ot de nostre gent trente mil decolés, Chans. d'Ant. I 549.

XVe s. Le roi fit prendre tous ces seigneurs et en fit decoler sans delai et sans connoissance de cause jusques à vingt deux des plus grands barons, Froissart, I, I, 6.

XVIe s. Elle pour obeïr prend le pied de la beste ; Lors en lieu de l'hostie il decolla la teste De la femme perfide, Ronsard, 672.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Décoller : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

DÉCOLLER (se), Jard. se dit de la tige d’un arbre, qui par une altération de la seve se détache du pié, à l’endroit de la greffe. (K)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « décoller »

Étymologie de décoller - Littré

Lat. decollare, de de, et collum, cou (voy. COU).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de décoller - Wiktionnaire

(Verbe 1) Dérivé de coller avec le préfixe dé-.
(Verbe 2) (Xe siècle) Du latin decollare (« décapiter, couper le cou »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « décoller »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
décoller dekɔle play_arrow

Conjugaison du verbe « décoller »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe décoller

Évolution historique de l’usage du mot « décoller »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « décoller »

  • “Mon genou allait bien mieux, pas de douleur. J’ai même le sentiment de décoller plus facilement et de sauter plus haut. J’ai pris mon temps pour me concentrer sur mon corps, m’assurer que tout allait bien, de façon à ce que lorsque j’irai sur les parquets, ça aille bien.” Morant Basket Infos, Jo Morant : "Je suis plus costaud, j'ai même le sentiment de décoller plus facilement et de sauter plus haut"
  • La planète sèche et poussiéreuse que nous connaissons aujourd'hui était très différente dans un passé lointain. Le rover qui s’apprête à décoller pour une nouvelle mission d’exploration se posera dans une région de Mars qui abritait autrefois un lac, un endroit parfait pour rechercher des traces de microbes anciens. CNET France, Tout ce qu'il faut savoir sur Perseverance, le nouveau rover de la Nasa qui va chercher de la vie sur Mars - CNET France
  • Tandis que le lancement d'ExoMars 2020 a été reporté à 2022 et que la date de lancement de Perseverance est incertaine, les responsables de la mission Mars des Émirats arabes unis ont le sourire. Leur sonde Hope est prête et décollera le 14 juillet à destination de Mars. Futura, Mars : la sonde Hope des Émirats arabes unis est prête à décoller

Traductions du mot « décoller »

Langue Traduction
Corse da falà
Basque kendu
Japonais 離陸する
Russe взлетать
Portugais decolar
Arabe للاقلاع
Chinois 起飞
Allemand abheben
Italien per decollare
Espagnol despegar
Anglais to take off
Source : Google Translate API

Synonymes de « décoller »

Source : synonymes de décoller sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « décoller »



mots du mois

Mots similaires