La langue française

Guillotiner

Définitions du mot « guillotiner »

Trésor de la Langue Française informatisé

GUILLOTINER, verbe trans.

A. − Décapiter quelqu'un au moyen de la guillotine. Synon. exécuter, raccourcir (fam.); couper, trancher la tête à.Jusqu'au dernier moment, il s'est dit innocent de l'assassinat pour lequel on l'a guillotiné (Bloy, Journal,1894, p. 134).La Terreur du Midi, qui fit guillotiner on ne sait combien de religieuses et de prêtres à Orange (Pourrat, Gaspard,1922, p. 244) :
... il lui montait au front des sueurs glacées, lorsqu'il songeait qu'on aurait pu découvrir son crime et le guillotiner. Alors il sentait à son cou le froid du couteau. Zola, T. Raquin,1867, p. 99.
Emploi pronom. réciproque. S'envoyer réciproquement à la guillotine. Je voyais déjà notre république perdue, cette manière de se guillotiner les uns les autres ne pouvait pas durer longtemps; ce n'est pas en coupant le cou aux gens qu'on prouve au peuple qu'ils avaient tort (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 304).
Emploi subst. masc., rare. Action de guillotiner. Les doux bourreaux qui coupaient le cou des enfants et des vieillards, les bénins spectateurs qui assistaient au guillotiner des femmes, s'attendrissaient sur les progrès de l'humanité (Chateaubr., Mém., t. 4, 1848, p. 342).
Part. passé en emploi subst. Baudelaire soupe à côté, sans cravate, le col nu, la tête rasée, en vraie toilette de guillotiné (Goncourt, Journal,1857, p. 404).On entendait au loin des rumeurs, des vivats; il y en eut une plus forte, soudaine, comme à l'instant où la tête du guillotiné tombe (Barrès, Cahiers, t. 2, 1898, p. 19).
B. − P. anal.
1. Trancher la tête de quelqu'un au moyen d'un objet quelconque. Cet homme qui a guillotiné sa maîtresse d'un coup de rasoir (Zola, Bonh. dames,1883, p. 551).
2. Trancher la partie supérieure de quelque chose. L'on n'a plus la patience de déboucher les bouteilles. Mes vilains garnemens les guillotinent à coups de couteau, comme les gens mal élevés (Baudel., Paradis artif.,1860, p. 331).Elle guillotine les carottes (H. Bazin, Huile sur feu,1954, p. 240).
C. − Au fig. Condamner, mettre fin à, tuer. La révolution française a guillotiné les grâces légères, elle a proscrit le sourire facile (A. France, Vie littér., t. 1, 1888, p. 54).Trop tard! Toujours ces mêmes mots qui me guillotinent : trop tard! Allons, ma vie est fichue (Montherl., J. filles,1936, p. 970).J'ai connu Mallarmé, après avoir subi son extrême influence, et au moment même où je guillotinais intérieurement la littérature (Valéry, Lettres à qq.-uns,1945, p. 95).
REM. 1.
Guillotinade, subst. fém.,rare. Action de guillotiner. Les guillotinades cesseraient après la punition des grands coupables (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 338).
2.
Guillotineur, subst. masc.,rare. Celui qui guillotine ou est responsable, partisan de condamnation à la guillotine. La députation conservatrice et religieuse de la Bretagne composée de petits-fils de guillotineurs et de spoliateurs de 93 (Goncourt, Journal,1888, p. 830).Au fig., emploi adj. Synon. de condamnatoire.J'ai mis Saint-Just dans un numéro rieur et il me met dans un rapport guillotineur où il n'y a pas un mot de vrai à mon égard (Desmoulins, Vx Cord.,1794, p. 294).
Prononc. et Orth. : [gijɔtine], (il) guillotine [gijɔtin]. Att. ds Ac. 1835-1932. Étymol. et Hist. 1790 (Peltier, Actes des apôtres, t. 1, p. 16 ds DG). Dér. de guillotine*; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 229. Bbg. Cordié (C.). St. fr. 1973, t. 17, p. 156. - Dub. Pol. 1962, pp. 314-315 (s.v. guillotineur). - Quem. DDL t. 2, 11 (s.v. guillotinade).

Wiktionnaire

Verbe

guillotiner \ɡi.jɔ.ti.ne\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Appliquer la peine de mort par le supplice de la guillotine.
    • Nous étions au plus fort des exécutions, on guillotinait trente ou quarante personnes par jour, et une si grande quantité de sang coulait sur la place de la Révolution, que l'on avait été obligé de pratiquer autour de l'échafaud, un fossé de trois pieds de profondeur. — (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes)
    • Le soldat des guerres de la Liberté attachait une importance presque supersti­tieuse à l’accomplissement des moindres consignes. De là résulte qu'il n'éprouvait aucune pitié pour les généraux ou les fonctionnaires qu'il voyait guillotiner après quelque défaite, sous l'inculpation de manquement à leur devoir. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VII, La morale des producteurs, 1908, p.357)
    • J'en ai connu beaucoup, de ces maîtres d'autrefois.
      Ils avaient une foi totale dans la beauté de leur mission, une confiance radieuse dans l'avenir de la race humaine. Ils méprisaient l'argent et le luxe, ils refusaient un avancement pour laisser la place à un autre, ou pour continuer la tâche commencée dans un village déshérité.
      Un très vieil ami de mon père, sorti premier de l'École normale, avait dû à cet exploit de débuter dans un quartier de Marseille : quartier pouilleux, peuplé de misérables où nul n'osait se hasarder la nuit. Il y resta de ses débuts à sa retraite, quarante ans dans la même classe, quarante ans sur la même chaise.
      Et comme un soir mon père lui disait :
      « Tu n'as donc jamais eu d'ambition ?
      — Oh mais si ! dit-il, j'en ai eu ! Et je crois que j'ai bien réussi ! Pense qu'en vingt ans, mon prédécesseur a vu guillotiner six de ses élèves. Moi, en quarante ans, je n'en ai eu que deux, et un gracié de justesse. Ça valait la peine de rester là. »
      — (Marcel Pagnol, La gloire de mon père, 1957, collection Le Livre de Poche, pages 25-26)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GUILLOTINER. v. tr.
Faire mourir par le supplice de la guillotine. L'assassin fut condamné à être guillotiné. Le participe passé

GUILLOTINÉ, ÉE s'emploie comme nom. La dépouille d'un guillotiné.

Littré (1872-1877)

GUILLOTINER (ghi-llo-ti-né, ll mouillées) v. a.
  • Trancher la tête au moyen de la guillotine.

    V. réfl. Se guillotiner, s'envoyer l'un l'autre à la guillotine. Les divers partis s'emprisonnaient, se déportaient, se guillotinaient.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

GUILLOTINER. Ajoutez :
2 Substantivement. Le guillotiner, l'action de guillotiner. Les bénins spectateurs qui assistaient au guillotiner des femmes, s'attendrissaient sur les progrès de l'humanité, Chateaubriand, Mém. d'outre-tombe (édit. de Bruxelles), t. VI, Architecture vénitienne, Antonio, etc.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « guillotiner »

Dénominal de guillotine.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « guillotiner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
guillotiner gijɔtine

Citations contenant le mot « guillotiner »

  • Les adversaires de la peine de mort guillotineraient volontiers les partisans de la peine de mort. De René Barjavel
  • Dans notre édition du 14 novembre 2019, « Le Témoin » s’était agacé du comportement irresponsable de Massata Diack passant tout son temps à nier, entre quatre murs dakarois, les accusations portées contre lui dans l’affaire de corruption à l’Iaaf qui a valu à son père, Lamine, d’être inculpé et placé en résidence surveillée à Paris. Comme un lâche fugitif, Massata Diack a détalé devant la justice française là où Karim Wade avait choisi de venir répondre à la convocation de la justice sénégalaise, quitte à se faire guillotiner à Rebeuss. Qui dit qu’entre Diack-fils et Wade-fils, c’est comme « Yalla ak Yalli » ? De nombreux lecteurs et sportifs du monde entier avaient qualifié notre article inédit et véridique. L’époque, le célèbre quotidien sportif français « L’Equipe » dont le tirage frôle les 2 millions d’exemplaires, l’avait même repris. A l’occasion du procès de Lamine Diack, nous republions l’article en intégralité pour vous rafraîchir la mémoire. SenePlus, MASSATA DIACK ET KARIM WADE… « COMME YALLA AK YALLI ! » | SenePlus
  • Il a évoqué : «La Révolution française a été un vrai désastre et la démocratie n'a été réalisée en France qu'il y a un siècle et demi pour aboutir à sacrer Napoléon Empreur. Il leur arrivait de guillotiner jusqu’à 600 personnes par jour». tuniscope.com, Youssef Seddik : L'Islam Politique est un concept contradictoire

Traductions du mot « guillotiner »

Langue Traduction
Anglais guillotine
Espagnol guillotina
Italien ghigliottina
Allemand guillotine
Chinois 断头台
Arabe مقصلة
Portugais guilhotina
Russe гильотина
Japonais ギロチン
Basque gillotina
Corse guillotina
Source : Google Translate API

Synonymes de « guillotiner »

Source : synonymes de guillotiner sur lebonsynonyme.fr

Guillotiner

Retour au sommaire ➦

Partager