La langue française

Décapiter

Sommaire

  • Définitions du mot décapiter
  • Étymologie de « décapiter »
  • Phonétique de « décapiter »
  • Évolution historique de l’usage du mot « décapiter »
  • Citations contenant le mot « décapiter »
  • Traductions du mot « décapiter »
  • Synonymes de « décapiter »

Définitions du mot décapiter

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉCAPITER, verbe trans.

A.− Trancher la tête d'un condamné à mort. Décapiter au moyen de l'épée, de la hache, de la guillotine; être décapité. (cf. décoller, guillotiner). Une grande épée à feuille servant à exécuter et décapiter les personnes qui par justice sont condamnées pour leurs démérites (Hugo, N.-D. Paris,1832, p. 492):
1. Pauvre Matasierpes! cela le contrariait d'être pendu, non qu'il se souciât du trépas; mais comme noble, il prétendait avoir le droit d'être décapité. Gautier, Le Capitaine Fracasse,1863, p. 74.
P. anal. Le libertin qui, un jour d'ivresse, avait décapité les statues de l'arc de Constantin (Musset, Lorenzaccio,1834, I, 4, p. 104).
P. ext. [Le compl. d'obj. désigne un animal] On décapite une grenouille. L'animal est-il mort? Question de langage (J. Rostand, Vie et ses probl.,1939, p. 107):
2. ... ils invitent leurs hôtes à manger des anguilles. On applaudit. On choisit dans le seau. On écorche, on décapite. On jette les poissons en tronçons dans la poêle... Pesquidoux, Chez nous,1923, p. 70.
B.− P. métaph. et p. anal. Couper, abattre la partie supérieure de quelque chose. Je me suis acheminé vers le château (...) décapitant (...) à coups de canne les marguerites qui perçaient le gazon (Feuillet, Rom. j. homme pauvre,1858, p. 79).Versant le champagne, qu'elle a décapité d'un coup de couteau (Goncourt, Journal,1856, p. 243):
3. ... ils s'étonnent sans doute de ce que je laisse vivre mes fleurs et de ce que je ne décapite pas mes arbres. Gozlan, Le Notaire de Chantilly,1836, p. 48.
Rem. Le verbe suivi de l'obj. dir. peut être accompagné d'un compl. introduit par de précisant la nature réelle de ce qui est enlevé ou le moyen utilisé (cf. Goncourt, loc. cit.).
C.− Au fig. Enlever ce qui est capital, essentiel. Décapiter un parti politique, une institution. Le genre humain peut-il être décapité? Vous imaginez-vous cette haute cité [Paris] (...) évanouie! (Hugo, Année terr.,1872, p. 270):
4. En éliminant Kent (...) Mortimer décapitait l'opposition et empêchait que le jeune roi pût échapper à son emprise. Druon, Le Lis et le Lion,1960, p. 182.
Rem. On rencontre chez A. Arnoux les adj. décapitateur, décapiteur. Qui décapite. Henri VIII, le roi décapitateur de femmes (Calendr. Fl., 1946, p. 78). [Les] sans-culottes décapiteurs des tyrans et pourfendeurs des curés (Visite Mathus., 1961, p. 214).
Prononc. et Orth. : [dekapite], (je) décapite [dekapit]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Début xives. decapiter « couper la tête de quelqu'un » (Ovide moralisé, éd. C. de Boer, t. 5, p. 102, vers 3661); 2. av. 1630 fig. « détruire ce qui est capital » (d'Aub., Vie, I, 6 ds DG); 3. 1779-88 part. passé adjectivé « dont on a enlevé la tête, l'extrémité (d'un animal) » (Bonnet, 1ermém. Reprod. limaçons ds Littré); 1809 décapiter « enlever la tête, l'extrémité (id.) » (Lamarck, Philos. zool., t. 1, p. XI). Empr. au b. lat. decapitare « enlever la tête », attesté en lat. médiév. au sens de « enlever l'extrémité » (1432 ds Latham : decapitare quercum). Fréq. abs. littér. : 69. Bbg. Meyer-Lübke (W.). Literaturblatt für germanische und romanische Philologie. 1906, no11, p. 370.

Wiktionnaire

Verbe

décapiter \de.ka.pi.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Trancher la tête à un condamné à mort avec une épée, une hache (sur le billot), ou au moyen de la guillotine.
    • Il fut condamné à être décapité en place de Grève pour crime de parricide.
    • — Comme de frais, le roi Henry d’Angleterre fit mourir sa femme Anne de Boulan, et la décapiter, pour en épouser une autre, ainsi qu’il était fort sujet au sang et au change de nouvelles femmes. Ne vaudrait-il pas mieux qu’ils les répudiassent selon la parole de Dieu, que les faire ainsi cruellement mourir ? Mais il leur en faut de la viande fraîche à ces messieurs […] — (Brantôme [Pierre de Bourdeille], Les Dames galantes, 1666)
    • Pour ménager les herbes, il [Hamilcar] ordonna aux Clinabares de tuer les moins robustes des étalons. Quelques-uns s’y refusèrent ; il les fit décapiter. — (Gustave Flaubert, Salammbô, 1862)
  2. (Par extension) Ôter la tête d'un animal.
    • La première scène qui s'offre à nos yeux est une scène de carnage : des hommes roux, aux cheveux incultes, armés de coutelas, les bras nus et rouges de sang, éventrent des morues fraîches et les décapitent; […]. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 32)
  3. (Par extension) Enlever, ôter, la partie supérieure.
    • Ils étaient trois ou quatre, incurables discutailleurs qui « pantaïllaient » sous le soleil, tout en décapitant des oursins et creusant des clovisses. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 35)
  4. (Figuré) Éliminer physiquement les quelques personnes qui dirigent un mouvement ennemi, qui en sont l’âme et la force, et laisser les autres tranquilles.
    • Décapiter l’opposition, décapiter la résistance, décapiter la réaction au progrès.
    • Les mafias ne sont pas des organisations criminelles comme les autres : les « décapiter » est futile ; ce qu’il faut, c’est les « déraciner ». — (Jean-François Gayraud, Le Monde des mafias : Géopolitique du crime organisé, Odile Jacob, Paris, juin 2008, Préface, page 14)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉCAPITER. v. tr.
Trancher la tête à un condamné à mort avec une épée, une hache et aujourd'hui avec la guillotine. Il fut condamné à être décapité pour crime de parricide. Par extension, Décapiter un arbre, Lui enlever la partie supérieure. Fig., Décapiter une société, une compagnie, un corps, Détruire ce qui en est la tête, ce qui en fait l'honneur et la force.

Littré (1872-1877)

DÉCAPITER (dé-ca-pi-té) v. a.
  • 1 Terme de jurisprudence criminelle. Trancher la tête à un condamné. Courage, ma fille [Clothon, la parque], pends les uns, décapite les autres, pour leur apprendre qu'ils sont hommes, et ne les élève que pour les précipiter de plus haut, Perrot D'Ablancourt, Lucien, Caron. On bandait les yeux de ceux qu'on décapitait pour crimes de trahison envers le roi et l'État… ceux qu'on ne décapitait point pour crimes de trahison, étaient les maîtres d'avoir ou de n'avoir pas les yeux bandés, Saint-Foix, Ess. hist. Paris, Œuvres, t. IV, p. 217, dans POUGENS. Combien de gouverneurs son maître avait fait décapiter, depuis qu'il avait introduit sa domination dans les Indes, Raynal, Hist. phil. II, 5.

    Fig. Dans la guerre que le despotisme fait aux supériorités sociales, il ne recule pas plus que la démagogie devant les attentats qui décapitent la société même, Hugo, cité dans le Dict. de POITEVIN.

  • 2Ôter la tête, le bout supérieur de quelque chose. Les rivets [dans les chemins de fer] sont soumis à des efforts de cisaillement qui en décapitent un grand nombre qu'il faut remplacer au fur et à mesure, Presse scientifique, 1861, t. III, p. 232.

HISTORIQUE

XIVe s. Premierement batuz de verge et puis descapitez, Bercheure, f° 69, recto.

XVe s. Et tantost feurent interroguez, et confesserent le cas, et feurent decapitez, ainsi que raison vouloit, Juvénal Des Ursins, Charles VI, 1404. Et fit decapiter un sien secretaire, Commines, VII, 2.

XVIe s. Nostre justice ne peult esperer que celuy que la crainte de mourir et d'estre decapité ou pendu ne gardera de faillir, en soit empesché par l'imagination d'un feu languissant ou des tenailles ou de la roue, Montaigne, III, 120. Pour toute aultre chose [dans une armée turque] tant legiere soit elle, non necessaire à la nourriture, on les empale ou decapite sans deport, Montaigne, IV, 200.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

DÉCAPITER, v. act. (Jurispr.) en France c’est la peine des nobles que l’on condamne à mort, lorsque le crime n’est pas assez atroce pour les dégrader de noblesse. Ce supplice ne déroge point : mais il ne fait pas une preuve suffisante de noblesse pour attribuer la noblesse aux descendans de celui qui a été décapité. Voyez la Roque, tr. de la noblesse. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « décapiter »

(1320) Du latin decapitare, de caput, « tête ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dé… préfixe, et le latin caput, capitis, tête ; provenç. descapitar, decapitar ; ital. decapitare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « décapiter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
décapiter dekapite

Évolution historique de l’usage du mot « décapiter »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « décapiter »

  • Essayez de concevoir la seconde, que dis-je, le quart de seconde pendant lequel le criminel entend glisser le couperet qui doit le décapiter. Il n'y a rien de plus hallucinant. De Fiodor Dostoïevski / L'Idiot
  • Je te tuerai avec un couteau ! Je vais t’écraser avec ma voiture ! Je vais te couper la tête ! Te décapiter ! , À Caen, il menace de décapiter la mère de ses enfants : prison avec sursis | Liberté Caen
  • "Dans ce pays, on adore décapiter les gens." Dans une interview au Parisien, comme il devrait le faire devant la commission d’enquête, il continue de défendre l’hydroxychloroquine. Ainsi, il prescrit toujours ce traitement aux patients l’institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée Infection, à Marseille. "J’ai traité plus de 3 700 patients avec ce médicament. 0,5 % de mortalité, pas de toxicité cardiaque", étaye-t-il, ajoutant : "On a voulu le diaboliser." La France en a banni l’usage le 28 mai contre le Covid-19, mais le professeur a obtenu "le droit de l’utiliser de la direction générale de la santé". midilibre.fr, Coronavirus : Didier Raoult auditionné ce mercredi par la commission d’enquête - midilibre.fr
  • Quelques jours avant de décapiter Romina, sa fille de 14 ans, Reza Achrafi a appelé un proche parent qui exerce la profession d’avocat. « Qu’est-ce que je risque ? », lui a-t-il demandé. Entre trois et cinq ans de prison, en aucun cas la peine de mort, lui a répondu l’homme de loi. Tout est d’une sordidité accablante dans l’assassinat de Romina Achrafi. C’est pourquoi, une quinzaine de jours après sa mort, la colère des Iraniens n’est toujours pas retombée et sa photo maille toujours Instagram, le réseau social préféré de la jeunesse iranienne.  Mediapart, Un horrible «crime d’honneur» bouleverse l’Iran - Page 1 | Mediapart
  • Alors que Cersei s'arrange pour faire arrêter Ned et le décapiter, Marguerite d'Anjou bannit simplement Richard York en Irlande. C'est justement là-bas que la résistance York se forme: une armée se crée, afin de détrôner les Lancaster –un peu, finalement, comme lorsque le Nord se rebelle sous l'impulsion du fils de Ned Stark, Robb, pour réparer l'impair causé par Cersei. Dans la Guerre des Deux-Roses, les York ne réussissent pas totalement leur soulèvement, mais s'assurent que Richard York soit réinstauré protecteur du royaume. Il peut, lorsqu'Henri VI tombe malade, faire passer de nombreuses réformes. Et puisque les Lannister, pardon, les Lancaster, sont impitoyables, Marguerite d'Anjou force Henri VI à destituer une nouvelle fois Richard York. Ce dernier est finalement tué par les fidèles de Marguerite, et sa tête atterrit... sur une lance. Ned et Richard, même destin. Slate.fr, Ce que «Game of Thrones» doit à la Guerre des Deux-Roses | Slate.fr
  • Par conséquent, ajoute-t-il, tout acte que les nouveaux députés vont poser sera nul et de nul effet. « Le cas de l’Assemblée nationale va être comme le cas de Kindia. Des gens ont fui la mairie de Kindia parce qu’ils ont compris qu’ils ont été jetés dans la forfaiture par Taliby Sylla, qui paye aussi aujourd’hui les frais de sa forfaiture. Il est couché à Foulaya et il est au chômage comme Abdoulaye Bah. C’est eux qui ont œuvré pour pouvoir m’expulser de la mairie. Puisque Dieu ne dort pas, il ne pardonne pas l’injustice, Taliby Sylla qui est l’auteur de tout ce qui est arrivé à Kindia, est couché à Foulaya et il ne fait rien. Kindia est mort à cause de certains de ces fils cruels. Donc, le sort de l’Assemblée nationale d’aujourd’hui va être le même que celui de Kindia. Dans quelques temps, les gens ne pourront plus s’afficher comme des députés ; mais, des dépités à décapiter », estime Abdoulaye Bah. Guinée Matin - Les Nouvelles de la Guinée profonde, Abdoulaye Bah à propos des nouveaux députés : bientôt, ils seront « des dépités à décapiter » - Guinée Matin - Les Nouvelles de la Guinée profondeGuinée Matin – Les Nouvelles de la Guinée profonde
  • Sa mort est le catalyseur de toute une série d’événements terrifiants alors que Charlie, la fille de 13 ans de la famille qui était la plus proche d’Ellen, commence à agir étrangement – allant même jusqu’à décapiter un pigeon. Breakingnews.fr, Comment le destin de Peter a été planifié tout au long

Traductions du mot « décapiter »

Langue Traduction
Anglais decapitate
Espagnol decapitar
Italien decapitare
Allemand enthaupten
Chinois 杀头
Arabe قطع الرأس
Portugais decapitar
Russe обезглавьте
Japonais 斬首する
Basque decapitate
Corse decapitate
Source : Google Translate API

Synonymes de « décapiter »

Source : synonymes de décapiter sur lebonsynonyme.fr
Partager