La langue française

Verdeur

Sommaire

  • Définitions du mot verdeur
  • Étymologie de « verdeur »
  • Phonétique de « verdeur »
  • Citations contenant le mot « verdeur »
  • Traductions du mot « verdeur »
  • Synonymes de « verdeur »
  • Antonymes de « verdeur »

Définitions du mot « verdeur »

Trésor de la Langue Française informatisé

VERDEUR, subst. fém.

A. − Qualité de ce qui est vert, d'une couleur qui tire sur le vert.
1. [À propos de la lumière naturelle, d'un lieu couvert de végétaux] Verdeur des pâturages, des prés. Seul et grave, quand il venait contempler la verdeur de la verdure et la splendeur du jour (Flaub., 1reÉduc. sent., 1845, p. 222).Ce que jette l'aube, c'est (...) une herbe longue et dure; ce premier rais en a la verdeur et le parfum (Giono, Manosque, 1930, p. 88).
2. [À propos d'une chose concr.] Le silence fusait par la verdeur des stores (Jammes, Clairières, 1906, p. 66).Le tannage est incomplet si (...) on constate la présence d'une raie pâle, verdâtre (...), appelée raie de verdeur (Bérard, Gobilliard, Cuirs et peaux, 1947, p. 117).
3. Rare. [À propos du visage d'une pers.] Décoloration verdâtre de la peau sous l'effet d'une émotion. En le contemplant [le jeune homme] (...), peut-être y aurait-on reconnu l'espèce de flétrissure qu'imprime une grande pensée ou la passion, dans une verdeur mate (Balzac, Proscrits, 1831, p. 14).
B. −
1. [À propos d'un fruit, d'un légume ou, p. méton., d'une période de temps] État qui précède la maturité ou insuffisance de maturité. Synon. âpreté, mordant; anton. douceur, maturité, moelleux.Quand mûrissaient ces fruits un peu acides qui sentent la verdeur de l'année, les cerises, les groseilles (A. Daudet, Contes lundi, 1873, p. 256).La rocambole de France ayant presque toujours un goût de verdeur et d'âcreté très prononcé, il faut avoir soin de la faire blanchir (Gdes heures cuis. fr.,Éluard-Valette,1964, p. 249).
P. méton., ŒNOL. Qualité d'un vin trop jeune, qui n'est pas fait, qui présente une certaine acidité due au manque de maturité des raisins. Le vin d'une extrême verdeur agaçait le palais comme des prunelles sauvages (Champfl., Avent. Mlle Mariette, 1853, p. 145).
2. Au fig.
a)
α) [À propos d'une pers., de son âge, de sa personnalité] Fraîcheur éclatante et insolente de la jeunesse, charme de la spontanéité et de la fougue juvéniles. Avec l'âge, l'homme, insensiblement, se modèle sur les vieilles gens qu'il observait dans sa jeunesse et trouvait ridicules ou impossibles. Il en (...) devient plus solennel, plus courtois (...) qu'il ne le fut jamais au temps de sa verdeur (Valéry, Degas, 1936, p. 41).Celle que j'aime n'est rien que verdeur, qu'acidité printanière; elle se gonfle de tous les sucs (...): « Tu brûles tout (...) et n'engranges rien » (Mauriac, Plongées, 1938, p. 128).
β) [À propos d'une chose abstr.] Qualité de ce qui est encore à son début, en son état brut, de ce qui n'a pas atteint la plénitude de l'épanouissement. De simples notes prises sur nature et données dans la verdeur originale de la sensation (Zola, Romanc. natur., A. Daudet, 1881, p. 219).Je crains un empire dans sa première verdeur. Je crains l'âpre nouveauté d'une république (A. France, Opin. J. Coignard, 1893, p. 78).
b) [À propos d'une forme d'esprit ou d'expr.]
α) Qualité de celui/de ce qui exprime quelque chose librement, avec toute la crudité du franc-parler. Synon. cynisme, franchise, hardiesse, truculence, verve; anton. afféterie, apprêt, convention, fadeur, retenue.Cette popularité (...) était fondée sur cette brusquerie (...) verte, sur cette verdeur, sur cet humour un peu braque (...), sortant en boutades les plus imprévues, les plus réjouissantes (Péguy, Argent, 1913, p. 1227).Le style de la Correspondance [de Flaubert], plein de fantaisie, tout en verdeur et en exubérance (Thibaudet, Réflex. crit., 1936, p. 68).V. crudité A ex. de Goncourt, lettré ex. 1.
P. méton., au plur. Ce qui témoigne d'une grande liberté ou d'une certaine insolence de ton. [Ce secrétaire] conservera (...) la marque et la saveur de votre génie, fût-ce au prix de quelques-unes de ces verdeurs naturelles qui choquent les moralistes engoncés (Arnoux, Roi, 1956, p. 235).
β) Qualité de celui/de ce qui exprime quelque chose d'une manière leste, grivoise, sans se soucier des convenances. Synon. égrillardise (rem. s.v. égrillard), gaillardise, gauloiserie, grivoiserie, licence, obscénité, polissonnerie, salacité; anton. chasteté, décence, délicatesse, gravité, pudibonderie, réserve, sérieux.Il y a beaucoup de farces que je désapprouve: (...) mon éditeur (...) voulait quelque chose d'un peu égrillard. Vous pouvez répondre cela pour me justifier (...) si la verdeur des mots (...) scandalise (Sand, Corresp., t. 1, 1832, p. 212).Les visiteurs pudibonds feront bien de ne pas regarder de trop près les miséricordes des sièges; elles sont d'une étrange audace (...); les ébénistes de l'époque, dans leur verdeur populaire, se sont complus à les orner d'indécences mythologiques et de satires gaillardes (T'Serstevens, Itinér. esp., 1963, p. 244).
γ) Vieilli. Qualité de celui/de ce qui exprime quelque chose avec rudesse, sévérité, sans ménagements. Synon. acerbité, brutalité, dureté, virulence.L'abbé Dumont (...) conservait de la république une certaine verdeur âpre mais savoureuse sur les lèvres et dans le cœur (...). Mon âme jeune (...) était prédisposée à cette austérité d'opinion (Lamart., Confid., 1849, p. 353).
C. −
1. Qualité d'un élément végétal qui a encore de la sève après la coupe, qui n'est pas complètement sec. Anton. sécheresse.Du bois qui a encore de la verdeur, qui n'a pas perdu sa verdeur (Besch. 1845).
2. Au fig.
a) [À propos d'une pers. (notamment âgée)] Qualité de celui qui a (conservé) beaucoup d'allant, d'énergie physique. Synon. dynamisme, force, tonus, vaillance, vigueur; anton. débilité, décrépitude, faiblesse, langueur.Conserver dans les cadres de l'activité un préfet de plus de 65 ans, chez qui la fraîcheur intellectuelle se joint à la verdeur physique (Baradat, Organ. préfect., 1907, p. 79).Madame Maurisset est très vieille aussi, mais elle a gardé sa vitalité, une verdeur paysanne dans une figure ronde où les yeux vifs ont une expression directe (Chardonne, Dest. sent., I, 1934, p. 297).V. éprouver B 3 a ex. de Cladel, jour II B 2 a ex. de Zola.
b) [À propos d'une forme d'esprit ou d'expr.] Qualité de ce qui manifeste une grande vigueur ou vivacité. Rouvière: (...) tu ne possèdes plus tout-à-fait la même verdeur d'imagination, la même vivacité d'esprit que je t'avais connues autrefois (...). Dupuis: Ah! Ah! tu l'avoues donc enfin, tu me trouves rouillé! (Feuillet, Scènes et com., 1854, p. 20).Par son humanisme profond, la poésie de Maurras s'apparente à celle de Chénier. Par sa verdeur et sa sève, à celle d'Agrippa d'Aubigné (L. Daudet, Maurras, 1928, p. 26).
c) [À propos d'une chose abstr.] Puissance vitale, capacité de régénération. Le monde se mourait. La vertu de quelques-uns ne lui rendait ni la vie ni la verdeur, ni l'énergie, ni l'autorité; il était vieux, lui aussi (Gobineau, Pléiades, 1874, p. 241).
Prononc. et Orth.: [vε ʀdœ:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1remoit. xiies. verdur « couleur verte » (Lapidaire de Marbode, 217, éd. P. Studer et J. Evans, p. 36); 2. 1268-75 « sève du bois qui n'est pas mort ou pas encore sec » (Jean de Meun, Rose, éd. F. Lecoy, 5923); 3. a) 1393 « acidité des fruits verts » (Ménagier de Paris, IV, 5, éd. G. E. Brereton et J. M. Ferrier, p. 219); b) 1611 « acidité du vin » (Cotgr.); 4. 1437 « vigueur de la jeunesse » (Charles d'Orléans, Songe en complainte, 175, éd. P. Champion, t. 1, p. 105); 5. 1580 « vigueur physique conservée chez une personne, qui n'est plus jeune » (Montaigne, Essais, II, 6, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 372); 6. 1636 « rudesse des paroles » (Monet). Dér. de vert*; suff. -eur1*. Fréq. abs. littér.: 79.

Wiktionnaire

Nom commun

verdeur \vɛʁ.dœʁ\ féminin

  1. Caractère de ce qui est encore vert.
    • Ce bois a encore de la verdeur.
  2. Acidité du vin.
    • Le tannin, qui vient de la rafle, des pépins et des pellicules donne de l’âpreté ; […]. Les acides communiquent de la verdeur. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 136)
  3. Sève, humidité qui se trouve à l'intérieur d'un morceau de bois coupé qui n'est pas encore sec.
    • Verdeur : Il se dit aussi du bois pour marquer qu'il n'a pas perdu son humidité naturelle depuis qu'il est coupé. — (définition du Dictionnaire universel d'antoine Furetière, La Haye 1727)
  4. (Figuré) Jeunesse ou vigueur des hommes.
    • Dans la verdeur de l’âge, de son âge.
    • Il était alors dans sa verdeur.
  5. (Figuré) Rudesse des paroles.
    • Cela est fort juste ; mais Sainte-Beuve a répondu d’avance assez à propos, quoique avec une verdeur dont je n’userais certes pas et que je laisse à son compte. — (Émile Faguet, Simplification simple de l’orthographe, 1905)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

VERDEUR. n. f.
Caractère de ce qui est encore vert. Il se dit spécialement de l'État du bois qui n'est pas mort ou qui n'est pas encore sec. Ce bois a encore de la verdeur. Il se dit aussi de l'Acidité du vin. Ce vin a encore trop de verdeur, il faut attendre pour le boire. Il se dit, figurément, de la Jeunesse, de la vigueur des hommes. Dans la verdeur de l'âge, de son âge. Il était alors dans sa verdeur. Il se dit aussi figurément de la Rudesse des paroles. La verdeur de sa réponse fit taire les critiques.

Littré (1872-1877)

VERDEUR (vèr-deur) s. f.
  • 1Humeur, séve du bois qui n'est pas mort ou qui n'est pas encore sec. La verdeur et autres défectuosités du bois [de charpente et de menuiserie], Genlis, Maison rust. t. I, p. 19, dans POUGENS.

    Fig. Ma tige a refleuri de séve et de verdeur ; Seigneur, je vous bénis ! Hugo, Odes, v, 14.

  • 2Ce qu'il y a de rude dans les fruits verts et le vin nouveau. Le plomb uni aux acides fait un sel fort doux qui corrige au goût la verdeur du vin, mais qui est un poison pour ceux qui le boivent, Rousseau, Ém. III.

    Fig. Aussi voit-on dans ses premiers écrits [de J. J. Rousseau] une plénitude étonnante, une virilité parfaite ; et dans les miens, tout se ressent de la verdeur ou de la faiblesse d'un talent que l'étude et la réflexion n'ont pas assez longtemps mûri, Marmontel, Mém. IV.

  • 3 Par extension, force du vin. Villandri priserait sa séve et sa verdeur [d'un vin], Boileau, Sat. III.
  • 4 Fig. Jeunesse, vigueur chez les hommes. Le but que j'avais tant de peine à trouver dans la verdeur de mon âge, La Mothe le Vayer, la Promenade, Dial. II. Je regardai ce trait d'ambition [du duc de Noailles] comme une verdeur de jeunesse gâtée par tout ce qui peut flatter le plus à tout âge, Saint-Simon, 318, 149.
  • 5Fig. âpreté de paroles. La verdeur d'une réponse.

HISTORIQUE

XIIIe s. La dame est jà par la verdour [verdure] En un verger cueillant la flour, Audefroi le Bastard, Romancero, p. 9. Et quand l'un [arbre] en sa verdor dure, Les plusors i sunt sans verdure, la Rose, 5976.

XIVe s. Bouli en un petit pot en eaue clere pour oster la premiere verdeur, Ménagier, II, 5.

XVe s. À jeunes gens qui sont en leur verdeur, Orléans, Songe en complainte.

XVIe s. Je vous fais un present de ceste sempervive ; Elle vit longuement en sa jeune verdeur, Ronsard, 260. La couleur se changeant en verdeur, noirceur, lividité, Paré, IX, 24. Ils esperoient que cette armée en sa verdeur lui donneroit moyen de s'estendre et s'asseurer, D'Aubigné, Hist. II, 407. La maturité a ses defaults, comme la verdeur, et pires, Montaigne, IV, 221. J'ay passé une bonne partie de mon aage en une parfaicte et entiere santé… cet estat plein de verdeur et de feste…, Montaigne, II, 51.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « verdeur »

(XIIe siècle)[1] Dérivé de vert avec le suffixe -eur[2].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Vert ou verd ; provenç. et espagn. verdor ; ital. verdore.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « verdeur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
verdeur vɛrdœr

Citations contenant le mot « verdeur »

  • Toute vérité est bonne à dire, à condition d'avoir du pittoresque, de la verdeur, de l'originalité. De Jacques Ferron / La Confiture de coings et autres textes
  • Les vieux amis sont comme les vieux vins qui, en perdant de leur verdeur et de leur montant, gagnent en chaleur suave. De Charles-Augustin Sainte-Beuve / Correspondance
  • Paul Nougé est l’un des rares écrivains qui, lorsqu’il s’aventure sur le terrain de la pensée, ne se perd jamais dans la théorie, mais rebondit avec son lecteur dans une vitalité poétique pleine de verdeur. Au fil des pages, cette critique de ce goût très répandu pour la musique, par la musicalité et la fantaisie de sa prose, se transforme en un hymne à la grande musique, par le plus pur effet de contradiction, de provocation. Il n’échappait pas à cette «volonté délibérée d’agir sur le monde». Le Temps, Paul Nougé, le poète dynamiteur - Le Temps
  • Fraîcheur et verdeur sont ses maîtres mots. Dopant les plats en sauce, elle fleure bon la cuisine asiatique. On l’aime avec du lait de coco, de la cacahouète, de l’ananas ou de la mangue mais aussi avec de l’agneau, du fromage de chèvre ou simplement de la pomme de terre. Femme Actuelle, Utilisation, atouts santé, cueillette… Tout savoir sur les fines herbes : Femme Actuelle Le MAG
  • La grande roue est de retour place du Champ-de-Mars. Elle avait fait le bonheur des Angoumoisins l’été dernier. Elle va encore permettre aux touristes de prendre de la hauteur cet été et contempler la toute nouvelle verdeur de l’esplanade. CharenteLibre.fr, La grande roue revient pour un mois et demi au Champ de Mars - Charente Libre.fr

Traductions du mot « verdeur »

Langue Traduction
Anglais greenness
Espagnol verdura
Italien verde
Allemand grün
Chinois 绿色
Arabe خضرة
Portugais verdura
Russe незрелость
Japonais みどり
Basque berdea
Corse verde
Source : Google Translate API

Synonymes de « verdeur »

Source : synonymes de verdeur sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « verdeur »

Partager