Clouer : définition de clouer


Clouer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CLOUER, verbe trans.

A.− Fixer, attacher avec des clous. Clouer une gravure, un tapis; clouer des planches, une caisse (en clouer le couvercle) :
1. ... ils découvrirent presque au même instant l'antique bourgade autour de la vallée en face; sa grande rue tortueuse, ses façades décrépites (...) ses portes cochères, où sont clouées des chouettes déplumées. Erckmann-Chatrian, L'Ami Fritz,1864, p. 178.
Par brachylogie. Clouer qqn dans son cercueil. Fixer le couvercle du cercueil. Je me rappelle (...) très bien le cercueil, le bruit des coups de marteau quand on la cloua dedans (Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, La Morte, 1887, p. 1133).
Spéc., MAR. Clouer le pavillon. Pour indiquer que l'on ne se rendra pas (puisqu'on le laissera fixe en haut du mât) :
2. Le capitaine courut à lui. − Que faire, lieutenant? s'écria-t-il. − Il faut clouer notre pavillon à ce tronçon de mât et nous faire couler. Mérimée, Mosaïque,1833, p. 138.
P. ext.
1. Immobiliser. Un peu plus loin les balles avaient cloué contre une boutique un adolescent en pantalon de velours (Hugo, Napoléon le Petit,1852, p. 95).D'Alvimar était cloué en terre par la grande rapière du marquis : il avait cessé de vivre (G. Sand, Les Beaux Messieurs de Bois-Doré,t. 1, 1858, p. 265).
2. Enfoncer comme un clou. L'un lève le bras et brise sa lame sur une pierre du mur, l'autre lui cloue la sienne dans la gorge (P. Borel, Champavert,Barraou, le charpentier, 1833, p. 57).
B.− Au fig.
1. Maintenir sur place, figer. Être cloué par l'admiration, l'émotion, la peur, la stupeur, la surprise; par l'infirmité, la maladie. Je suis clouée ici mon pauvre chat, pour tout ce mois de janvier (G. Sand, Correspondance,t. 1, 1812-76, p. 329).La baronne était à demi couchée sur une bergère jaune où la clouait un accès de goutte (Ponson du Terrail, Rocambole,t. 1, L'Héritage mystérieux, 1859, p. 406).La Voix de Chantal le cloua au seuil, stupéfait (Bernanos, La Joie,1929, p. 658).
2. Réduire au silence. Quelqu'un était là, un inconnu dont je ne pouvais voir le visage et dont la présence m'avait cloué la voix dans le gosier (Lorrain, Sensations et souvenirs,1895, p. 20).
Loc. fam. Clouer le bec (cf. river le clou, rabattre le caquet*) :
3. Parmi le 106e, des acclamations avaient accueilli la première salve. Enfin, on allait donc leur clouer le bec, aux canons prussiens! Zola, La Débâcle,1892, p. 311.
3. Clouer qqn., qqc. (au pilori). Attirer l'attention publique sur ses méfaits pour susciter l'indignation, le mépris. Il [M. de Freycinet] trahit la France, n'ayant dessein que de tromper. Tout de même, il sera cloué au poteau de l'histoire (Clemenceau, Vers la réparation,1899, p. 549):
4. Chacun avait le droit de descendre dans la rue, et, masqué prudemment, de clouer au pilori, en pleine place publique, celui qu'il détestait, d'étaler aux passants (...) tout son trésor de secrets scandaleux, goutte à goutte amassés. R. Rolland, Jean-Christophe,Le Buisson ardent, 1911, p. 1391.
Rem. 1. On rencontre ds la docum. un ex. de clouer au sens de « mettre au clou, au mont-de-piété » (cf. clou B 4) :
5. Jeune insensé! oublies-tu que nous sommes passé le vingt du mois, et qu'à cette époque les habits de ces messieurs sont cloués et surcloués? Murger, Scènes de la vie de bohème,1851, p. 47.
Rem. 2. a) Lar. encyclop., Lar. Lang. fr. enregistrent cloueur, euse, subst. ,,Ouvrier, ouvrière de la peausserie chargés de clouer les peaux sur une planche, pour leur donner leur forme définitive``. b) Rob. enregistre cloueur, subst. masc. ,,Appareil à clouer`` et Lar. encyclop., Lar. Lang. fr., cloueuse, subst. fém. ,,Machine automatique à clouer les caisses``.
Prononc. et Orth. : [klue], (je) cloue [klu]. ,,La prononciation [wa] ne s'est jamais établie dans des mots comme louait, jouait, clouait, parce que l'influence des autres imparfaits a maintenu la prononciation è ([ε:] ouvert) pour -ait`` (Grammont Prononc. 1958, p. 31). Ds Ac. 1694 s.v. cloüer; ds Ac. 1718-1932 sous la forme moderne. Étymol. et Hist. 1170-85 cloer « fixer avec des clous » (G. de Berneville, St Gilles, 885 ds T.-L.). Dér. de clou*; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 436. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 397, b) 904; xxes. : a) 904, b) 484.
DÉR. 1.
Clouage, subst. masc.Action de clouer. Le contreplaqué ne se fend pas au clouage (J. Campredon, Le Bois,1948, p. 83). [klua:ʒ]. Ds Ac. 1932. 1reattest. 1611 cloiiage « action de clouer » (Cotgr.); de clouer, suff. -age*. Fréq. abs. littér. : 1.
2.
Clouement, subst. masc.,rare. Synon. de clouage.Des clouements à grands coups de marteau (E. et J. de Goncourt, Journal1888, p. 876). [klumɑ ̃]. Ds Ac. 1932. 1reattest. 1611 clouement « action de clouer » (Cotgr.); de clouer, suff. -ment1*.
BBG. − Cassagnau (M.). Qq. bizarreries de la nomenclature géogr. et hist. Vie Lang. 1969, p. 672. − Gottsch. Redens. 1930, p. 82, 330. − Griffin (D.). Language. 1955, t. 31, pp. 463-470. − Rog. 1965, p. 89. − Thomas (A.) Nouv. Essais 1904, p. 198.

Clouer : définition du Wiktionnaire

Verbe

clouer \klu.e\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Fixer avec des clous.
    • Cette pièce était meublée d’un petit lit de fer, […] ; en face de la couche, une table, […], et un prie-Dieu au-dessus duquel était cloué un Christ ; […]. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Clouer des tentures de portes, de fenêtres. - Clouer des planches, des lattes, des ardoises. - Clouer une caisse.
  2. (Par extension) Fixer d’une manière quelconque un objet contre un autre, sur un autre.
    • Par le soleil qui nous éclaire ! sans la honte qui me retient, je te clouerais en terre avec mon javelot ; […]. — (Walter Scott, Ivanhoé, Traduction de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820))
  3. (Figuré) Assujettir quelqu’un, le fixer dans une résidence, un état, une position.
    • […] ; mais il avoua pourtant que, deux ans auparavant, […], il avait été tout à coup attaqué d’une paralysie qui l’avait cloué dans son lit jusqu’à ce que des remèdes appliqués selon les prescriptions de Rébecca, […], lui eussent rendu en quelque sorte l’usage de ses membres. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Mon cœur battait à se rompre. J’étais littéralement hébété, et je tremblais de tous mes membres. Je rôdai quelque temps encore dans le corridor, en pleines ténèbres ; puis je restai cloué sur place sans aucune idée de ce que j’allais faire. — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, pages 224-225)
    • Une lettre type suffit, élaborée avec le tribunal de grande instance de Bobigny, qui évite d’avoir à passer par la case police des frontières après des heures de vol – ce qui en dissuadait plus d’un. Autre solution : clouer au sol les récidivistes. — (Pascale Krémer, Catherine Rollot, Les passagers agités, plaie du transport aérien, Le Monde. Mis en ligne le 8 décembre 2017)
    • Il est cloué sur son ouvrage, sur ses livres. - Il est toujours cloué à son bureau.
  4. (Jeu d’échecs) Attaquer une pièce adverse de façon à créer un clouage.

Verbe

clouer \Prononciation ?\

  1. Enclore.[1]
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Clouer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CLOUER. v. tr.
Fixer avec des clous. Clouer des pentures de portes, de fenêtres. Clouer des planches, des lattes, des ardoises. Clouer une caisse. Fig. et fam., Clouer la bouche, Réduire quelqu'un au silence. Il signifie quelquefois par extension Fixer d'une manière quelconque un objet contre un autre, sur un autre. Il le saisit à la gorge et d'un coup d'épée le cloua, le tint cloué contre la muraille. Il signifie aussi figurément Assujettir quelqu'un, le fixer dans une résidence, un état, une position. Son emploi le cloue à Paris. Une maladie cruelle me cloue dans mon lit. Cet homme ne s'en ira pas, il est cloué sur sa chaise. Il est cloué sur son ouvrage, sur ses livres. Il est toujours cloué à son bureau. Ce cavalier est cloué sur son cheval, Il s'y tient ferme, il ne quitte point la selle, quelque violents que soient les mouvements de son cheval.

Clouer : définition du Littré (1872-1877)

CLOUER (klou-é) v. a.
  • 1Fixer avec des clous. Clouer des lattes, des planches.

    Par extension. Le trait perça son bouclier et le lui cloua sur la poitrine. Il dit, et son épée, enfonçant la cuirasse, Le traverse et le cloue à cet infâme bois [un gibet qui était derrière], Masson, Helvét. III.

    Enfermer avec des clous. À sa mort on le cloue dans une bière, Rousseau, Ém. I.

    En termes de mer, clouer son pavillon, le fixer au mât du navire, de manière qu'il ne peut plus être amené : ce qui indique la détermination d'un équipage de ne pas se rendre.

  • 2 Fig. Fixer. Il saisit son adversaire et le cloua contre la muraille. Une maladie cruelle me cloue dans mon lit. Sans clouer de l'esprit à ses moindres propos, Molière, F. sav. I, 3. À moins que d'être cloué à Paris, rien n'eût pu m'empêcher d'aller aujourd'hui à Poissy, Voiture, Lett. 104. Nous sommes cloués par la destinée chacun chez nous, Voltaire, Lettres, Mme de Champbonin, 17 nov. 1764. Regrettez la torpeur qui vous cloue à la terre, Musset, Poésies nouv. Souvenir.
  • 3Se clouer, v. réfl. S'arrêter, se fixer. Ses pieds se clouèrent sur le carreau. D'Hacqueville veut qu'il ne se cloue point à Saint-Michel [qu'il n'y reste pas toujours], Sévigné, 197.

HISTORIQUE

XIIIe s. Ah ! sire Dieu, fait-ele, qui te laissas cloer…, Berte, XLIII. Seles fustines [de bois] clouées seur les auves derriere de clous d'estain sanz nul clou doré, Liv. des mét. 211. C'est cil qui nasqui sans pechié ; C'est cil qui soufri atachié Son cors en la crois et cloé, Rutebeuf, II, 142. Trop pou fu de tiex hommes, ne de si bien doez, Puisque Dieu fu por nous en sainte croix cloez, J. de Meung, Test. 104.

XVIe s. M. d'Orleans est cloué sur son livre et dit qu'il veut être saige, Marguerite de Navarre, Lett. XXX. Il sembloit que ce fust une seule masse de toute la multitude, et un seul corps cloué ensemble, Amyot, Pyrrhus, 76.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CLOUER.
2 Fig. Ajoutez : Je me porte très bien ; je ne sais que souhaiter de mieux, sinon de clouer ce bienheureux état, Sévigné, Lett. 4 sept. 1677.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « clouer »

Étymologie de clouer - Wiktionnaire

Du latin claudere (« fermer »). Variante dialectale de l’ancien français cloer ayant donné clore en français.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de clouer - Wiktionnaire

De clou, avec la désinence -er.
(1170-80) cloer (la vie de saint Gilles).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de clouer - Littré

Clou ; wallon, clawer ; rouchi, claure ; espagn. clavar ; ital. chiovare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « clouer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
clouer klue play_arrow

Conjugaison du verbe « clouer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe clouer

Évolution historique de l’usage du mot « clouer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « clouer »

  • Suite à l’indignation mondiale de la communauté scientifique « saine », le « Lancet » et le « New England Journal of Medicine » (« NEJM »), deux revues prestigieuses, ont retiré les études fallacieuses anti-hydroxychloroquine qu’elles ont publiées en mai. Ce fait, extrêmement rare, a sérieusement terni l’image de ces deux hebdomadaires dont le manque d’impartialité est apparu au grand jour. Il a fait comprendre au monde entier que de fortes pressions – peut-être des avantages – se sont exercées sur ces journaux et certaines institutions pour clouer au pilori un vieux produit bien toléré et pas cher, qui dérange énormément l’industrie pharmaceutique américaine. On aurait pu croire l’affaire close. Il n’en est rien : les enjeux économiques et politiques sont trop importants pour que les anti-HCQ baissent les bras. , Covid-19 : hydroxychloroquine, HCQ : le feuilleton continue
  • Toujours selon le quotidien britannique, la directive d'interdiction - qui n'a pas encore été signée par le secrétaire américain à l'Intérieur, David Bernhardt - conduirait à clouer au sol cette flotte de drones sauf dans certains cas de force majeure telles que la lutte contre les incendies ou bien encore des exercices d'entraînement. Les Echos, Drones : l'administration américaine pourrait clouer au sol définitivement ses appareils « made in China » | Les Echos
  • Eh oui, la reine des voitures hybrides conserve bien sa valeur, et ce, même si on aime ce moquer de cette dernière. En fait, si vous êtes propriétaire d’une Prius, voilà une raison de clouer le bec à tous vos amis. , Top 23 des véhicules avec la meilleure valeur retenue en 2020. | Autos à vendre sur AutoAubaine.com
  • Brussels Airlines, qui emploie 4.200 personnes, a annoncé en mai une réduction de 30% de sa flotte et d'un quart de ses effectifs pour tenter d'assurer sa survie après l'épidémie de coronavirus qui a lourdement pénalisé les compagnies aériennes, contraintes de clouer au sol leurs avions. usinenouvelle.com/, Lufthansa n'écarte pas la faillite ou la vente de sa filiale belge, selon La Libre - Infos Reuters
  • Pour ma part, comme le démontre le graphique plus haut, je pense que Harper est un joueur qui manque de constance de saison en saison, ce qui fait fortement réagir la communauté baseball, négativement malheureusement. La bonne nouvelle est qu’il a encore 12 années de contrat pour clouer le bec à tous ses dénigreurs et, oui, je sais bien, il connaîtra de bonnes et moins bonnes saisons, si la tendance se maintient. Passion MLB, Honte aux dénigreurs de Bryce Harper - Passion MLB
  • L’éducation de nos jours coûte cher. Et de jongler avec des chiffres imparables, des équations irréfutables, nombre de classes par niveau, nombre d’élèves par prof. Le tour de passe-passe est complet, la poudre aux yeux du grand public en est jetée. Ces derniers temps, une thèse s’est ainsi fait jour, parée de toute la rigueur scientifique nécessaire pour clouer le bec aux plus sceptiques : « Il y a un manque d’élèves et trop de profs ! » L'Orient-Le Jour, À tous les inconscients, les doux rêveurs, les mordus de la transmission - L'Orient-Le Jour
  • À l'instar de la majorité des compagnies aériennes, Air Canada s'est retrouvée dans la tourmente en raison de la pandémie de COVID-19, qui l'a obligée à clouer au sol une partie de sa flotte et à mettre à pied des milliers d'employés. Plusieurs groupes font pression sur le transporteur pour qu'il accepte de rembourser ses clients qui n'ont pu voyager, plutôt que d'offrir un crédit-voyage. Le Journal de Montréal, Air Canada, cancre des plaintes aux États-Unis | JDM

Traductions du mot « clouer »

Langue Traduction
Espagnol clavar
Anglais nail
Source : Google Translate API

Synonymes de « clouer »

Source : synonymes de clouer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « clouer »



mots du mois

Mots similaires