Pétrifier : définition de pétrifier


Pétrifier : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

PÉTRIFIER, verbe trans.

A. −
1. Changer en pierre. Seigneur, Seigneur, préservez-moi de trop mépriser les hommes (...). Quelquefois mon regard les glace et voudrait les pétrifier (Vigny,Journal poète, 1845, p.1231).Le Choeur: (...) Bacchus a pétrifié le fils de Dryas. Ce jeune homme regrette beaucoup d'avoir bousculé les ménades, éteint leurs torches et ri des muses (Cocteau,Antigone, 1932, p.29).
Empl. pronom. En une seconde les lutteurs, les pêcheurs, les femmes, se pétrifièrent, devinrent des objets d'art gracieux et terribles. Alors, Minerve s'avança sur la digue (Cocteau,Appogiatures, 1953, p.80).
En partic. Transformer une substance organique par imprégnation de substances minérales. Synon. fossiliser, minéraliser.Dans certaines formations volcaniques, les troncs d'arbres ont été imprégnés de silice et pétrifiés (...). La pénétration de la silice s'est faite d'une façon si délicate que rien n'a été altéré dans la structure de ces plantes (Boule,Conf. géol., 1907, p.50).
Empl. pronom. Au bas des rapides est un îlot où les corps se pétrifient (...) on prétend que la vertu pétrifiante confinée à ce petit coin de terre ne s'étend pas au rivage voisin (Chateaubr.,Voy. Amér. et Ital., t.1, 1827, p.93).
P. anal. Rendre dur comme la pierre, solidifier et, en partic., geler. Parfois, une grosse branche se détachait et tombait, l'invincible gelée pétrifiant la sève et cassant les fibres (Maupass.,Contes et nouv., t.1, Conte de Noël, 1882, p.83).Ses artères durcies étant déjà à demi pétrifiées, on voyait de longs rubans sculpturaux parcourir les joues, avec une rigidité minérale (Proust,Temps retr., 1922, p.998).Quand tu glissais, tu devais te redresser vite, afin de n'être point changé en pierre. Le froid te pétrifiait de seconde en seconde, et, pour avoir goûté, après la chute, une minute de repos de trop, tu devais faire jouer, pour te relever, des muscles morts (Saint-Exup.,Terre hommes, 1939, p.163).
Empl. pronom. Le champ défoncé dont les ornières parallèles et tournantes se pétrifient dans la chaleur (Barbusse,Feu, 1916, p.89).Des perdreaux affamés becquetaient (...) la housse froide qui leur dérobait la pâture, où se pétrifiait la trace du sanglier et du cerf (Arnoux,Calendr. Fl., 1946, p.82).
2. Recouvrir d'une couche de calcaire. Synon. incruster.C'est probablement une relique... se dit-elle... Une sainte, étrange et précieuse relique... Une relique pétrifiée dans quelque source miraculeuse (Mirbeau,Journal femme ch., 1900, p.224).
3. Rare. Représenter dans la pierre. V. lapider A ex. de Arnoux.
B. − P. anal. ou au fig.
1. [Le compl. d'obj. désigne une pers. ou un attribut de la pers.]
a) Rendre d'une immobilité absolue, généralement sous l'effet d'une émotion intense; laisser sans réaction. Synon. clouer, figer, paralyser.S'il avait su conquérir le moindre droit qui lui permît d'être jaloux de cette femme, il aurait pu la pétrifier en lui disant: «Rue Soly»! (Balzac,Hist. Treize, Ferragus, 1831, p.28).Le buste droit, la tête dressée comme celle d'un rapace (...), les lèvres pincées (...), quelque chose de rigide qui lui pétrifiait tout l'être, ne disaient que la tension suffocante de l'anxiété (Montherl.,Olymp., 1924, p.285).
[Le suj. désigne un état affectif] Denise jeta un cri de joie. Tous les autres demeurèrent dans une stupéfaction qui les pétrifia (Balzac,Curé vill., 1839, p.104).[Suivi d'un compl. second. qui en indique la cause] Sa destinée est devant lui, comme une tête de Méduse. L'épouvante le pétrifie à ce spectacle (Bourget,Nouv. Essais psychol., 1885, p.293).
[Le suj. désigne un acte, un fait, un spectacle qui provoque une émotion intense] Sans attendre un jour de plus (...) j'ai déclaré ma volonté et décliné mes motifs avec un aplomb et un sang-froid qui l'ont pétrifié [mon mari] (Sand,Corresp., t.1, 1830, p.132).Le nom de Javert prononcé les mettait en déroute; la face de Javert apparaissant les pétrifiait. Tel était cet homme formidable (Hugo,Misér., t.1, 1862, p.215).Soudain je m'immobilisai (...). Une évidence me pétrifiait: des tâches infinies m'attendaient, j'étais tout entière exigée; si je me permettais le moindre gaspillage, je trahissais ma mission et je lésais l'humanité (Beauvoir,Mém. j. fille, 1958, p.181).
[Suivi d'un compl. second. qui en précise l'effet] Ces mots pétrifièrent de terreur les trois auditeurs (Hugo,Han d'Isl., 1823, p.334).
Empl. pronom. Des gens se pétrifiaient devant l'or des joailleries et des bureaux de change (Huysmans,En mén., 1881, p.201).Tout lui était prétexte à suspendre ses gestes, à se figer dans une belle attitude, à se pétrifier; il raffolait de ces courts instants d'éternité où il devenait sa propre statue (Sartre,Mots, 1964, p.16).V. bigarré ex. 2.
[Suivi d'un compl. second.] Se pétrifier d'attention. Et se pétrifiant dans l'exaltation, Le Révérend, les bras croisés, tête baissée, Semble l'esprit sculpté de l'Inquisition (Verlaine,Poèmes saturn., 1866, p.92).
b) En partic. [Le compl. d'obj. désigne le visage, les yeux] Figer dans une certaine expression; rendre sans expression, sans vie. Vivre ainsi, se gêner, mentir à ce qu'on aime! Enchaîner cet aveu qui vole de lui-même! Mordre sa lèvre en sang, pétrifier ses yeux! (Sainte-Beuve,Livre d'amour, 1843, p.6).À cette question (...) une (...) expression d'inintelligence pétrifia l'oeil ordinairement pénétrant d'Hervé (Feuillet,Bellah, 1850, p.160).La lumière vint frapper ce visage pétrifié par une anxiété plus qu'humaine (Bernanos,Joie, 1929, p.722).
Empl. pronom. En quelques secondes, son visage s'est pétrifié. Je n'aime pas ce souffle court. Ces mains crispées. Ces prunelles de verre (H. Bazin,Huile sur feu, 1954, p.313).
[P. méton.] Les soirées devenaient languissantes aux Tournelles. La maussaderie se pétrifiait sur tous les visages (Duranty,Malh. H. Gérard, 1860, p.206).Au rappel de cette promesse (...) son sourire se pétrifia, toute sa figure prit une expression d'incroyable dureté (A. Daudet,Nabab, 1877, p.2).
c) [Sans idée d'immobilité physique]
Priver de spontanéité, de liberté, guinder. Le midi de la France, Toulouse surtout, a des rapports frappants avec l'Italie (...). Les jeunes gens y sont moins pétrifiés par la peur de n'être pas bien (Stendhal,Rome, Naples et Flor., t.1, 1817, p.167).Personne ici [à Turin] n'est pétrifié par le souci de singer l'ennui. Même les jolies femmes ne sont pas affectées (Giono,Voy. Ital., 1953, p.21).
Priver de ses moyens, de ses facultés intellectuelles. Vous avez fait une affaire de trente mille francs avec une maison [genevoise] (...) Vous avez de nouveaux rapports après dix ans; cette maison vous fait observer que, lors de la première affaire, vous avez oublié de lui rembourser un port de lettre de sept sous. Ces procédés-là me pétrifient, mais je les approuve infiniment (Stendhal,Mém. touriste, t.2, 1838, p.292).Un grand nombre d'esprits se croient définitivement et entièrement inaptes à penser mathématiquement. (...) la simple vue d'une page de géométrie les paralyse et les pétrifie (Valéry,Entret.[avec F. Lefèvre], 1926, p.22).
Empl. pronom. Douloureux mystère! Que la folie ne soit presque jamais la nuit complète des idées (...). Dans ces âmes hallucinées, dans ces cerveaux qui se pétrifient, il y a des retours, des jours, des lueurs (Goncourt,Ch. Demailly, 1860, p.389).
2. [Le compl. d'obj. désigne une pers. considérée dans sa vie affective ou un attribut de la pers.] Rendre dur, priver de chaleur, de sensibilité. Mon coeur n'est pas encore pétrifié; et je crois au contraire qu'il n'a jamais été plus véritablement ému (Sand,Jacques, 1834, p.100).
Empl. pronom. Au rebours de la fable de Pygmalion, plus Bettina écrit, plus Goethe se pétrifie, plus ses lettres sont glaciales (Balzac,Lettres Étr., t.2, 1843, p.189).
[Suivi d'un compl. second.] C'est une misère abrutie, au milieu de laquelle l'intelligence s'éteint comme une lampe dans un lieu sans air; où le coeur se pétrifie dans une misanthropie féroce (Murger,Scènes vie boh., 1851, p.10).Elle se distrayait de ses peines en plongeant dans celles des autres. Peut-être la curiosité l'emportait-elle sur la pitié, dans cette période où son coeur s'était pétrifié au spectacle des souffrances, et surtout des défaites et des abdications (Rolland,Âme ench., t.2, 1925, p.232).
3. [Le compl. d'obj. désigne une pers., une collectivité du point de vue de leur comportement intellectuel, moral, etc., ou une de leurs productions] Fixer dans un certain état, empêcher toute évolution. Synon. figer.Pétrifier l'art, la religion. L'impôt progressif arrête le développement de la richesse (...); il rapetisse, il pétrifie la société (Proudhon,Syst. contrad. écon., t.1, 1846, p.278).La tradition familiale, renforcée par l'école, les relations personnelles et, à l'occasion, la profession, tendit à pétrifier l'opposition (Lefebvre,Révol. fr., 1963, p.594):
. ... c'est notre vénération devant ce qui a été déjà fait, si beau et si valable que ce soit, qui nous pétrifie, qui nous stabilise et nous empêche de prendre contact avec la force qui est dessous, qu'on l'appelle l'énergie pensante, la force vitale... Artaud,Théâtre et son double, 1938, p.94.
[Suivi d'un compl. second.] C'est donc en vain que l'on voudrait pétrifier la mobile physionomie de notre idiome sous une forme donnée (Hugo,Préf. Cromwell, 1827, p.36).Quelle fut donc la croyance, également accréditée auprès de tous, qui se pétrifia par la suite dans la lettre des formules hiératiques et dans le texte de la loi, contraignant par des liens immobiles et figés l'esprit mobile des hommes? (Gaultier,Bovarysme, 1902, p.144).
Empl. pronom. À ces gens-là [à courte vue], tous les souvenirs historiques sont tournés en préjugés; toute leur expérience s'est pétrifiée en fausses analogies (Sainte-Beuve,Prem. lundis, t.1, 1830, p.370).Leurs constitutions [des villes italiennes] (...) s'étaient pétrifiées (...) au point où la conquête romaine les avait surprises (Mérimée,Essai guerre soc., 1841, p.72).
Prononc. et Orth.: [petʀifie], (il) pétrifie [petʀifi]. Ac. 1694, 1718: petrifier; dep. 1740: pé-. Étymol. et Hist. [1515 (J. Falcon, Notables declaratifz sur le Guidon, Lyon ds Sigurs, p.411: car telle matiere petrifiqueroit et endurciroit plus fort la matiere melancolique)] 1. a) 1580 trans. «changer en pierre» (B. Palissy, Discours admirable ds OEuvres, éd. A. France, p.325); 1580 pétrifié (Id., ibid.); 1749 pétrifiant (Buffon, Hist. nat., t.1, p.10: suc pétrifiant); b) 1669 pétrifiant «(eau) qui a la faculté de recouvrir d'une couche de pierre» (Hist. de la société royale de Londres, 236 [trad. d'un ouvrage angl. de Th. Sprat]: sources petrifiantes); 1680 trans. (Rich.); 2. 1668 fig. «immobiliser, figer (une chose en mouvement)» (Boileau, Satire IX, éd. A. Cahen, p.133); 1810 pétrifié (Staël, Allemagne, t.2, p.254); 3. 1706 «immobiliser quelqu'un par une émotion violente» (Maintenon, Lettre au D. de Noailles, 15 juin ds Littré); 1782 pétrifié (Laclos, Liaisons dangereuses, I, 26). Comp. de pétri- (lat. petra «roche, rocher») et de -(i)fier*. Fréq. abs. littér.: 78.

Pétrifier : définition du Wiktionnaire

Verbe

pétrifier \pe.tʁi.fje\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Convertir en matière pierreuse.
    • Il y a des eaux qui pétrifient les choses qu’on y jette.
    • Suivant la Fable, la tête de Méduse avait la vertu de pétrifier ceux qui la regardaient.
    • Le bois se pétrifie promptement dans cette terre.
    • Os pétrifiés.
    • Coquillages pétrifiés.
  2. (Figuré) Frapper de stupeur, rendre immobile.
    • Ce n’est pas de mon temps ! — Si noire trahison
      Pétrifie un vieillard au seuil de sa maison,
      Et fait que le vieux maître en attendant qu’il tombe,
      A l’air d’une statue à mettre sur sa tombe !
      — (Victor Hugo, Hernani ou l’Honneur castillan, 1830)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Pétrifier : définition du Littré (1872-1877)

PÉTRIFIER (pé-tri-fi-é), je pétrifiais, nous pétrifiions, vous pétrifiiez ; que je pétrifie, que nous pétrifiions, que vous pétrifiiez v. a.
  • 1Changer en pierre. Je suis persuadé qu'on pourrait par notre art imiter la nature et pétrifier les corps avec de l'eau convenablement chargée de matière pierreuse ; et cet art, s'il était porté à sa perfection, serait plus précieux pour la postérité que l'art des embaumements, Buffon, Min. t. VII, p. 232.

    Absolument. On parle d'un lac en Islande qui pétrifie, Buffon, Hist. nat. Pr. théor. terr. Œuv. t. II, p. 178.

  • 2 Fig. Rendre infertile comme la pierre. Ai-je par un écrit Pétrifié sa veine [de Chapelain] et glacé son esprit ? Boileau, Sat. IX.
  • 3 Fig. Rendre immobile par l'effet de quelque sentiment intense. Jugez de ce qu'il devint à cette vision : elle le pétrifia, Marivaux, Marianne, 8e part. Tout ce que vous me dites là me pétrifie d'admiration, Voltaire, Dial. XXIX, 7.
  • 4Se pétrifier, v. réfl. Se convertir en pierre.

    Fig. Sa philosophie [du stoïcien] était une espèce de profession religieuse… où l'on faisait vœu d'apathie, et sous laquelle on restait de chair, avec quelque zèle qu'on travaillât à se pétrifier, Diderot, Claude et Nér. II, 64.

HISTORIQUE

XVIe s. Pourquoy ne pourra estre affoiblie la chaleur de mes reins, si qu'ils ne puissent plus petrifier mon flegme [former des calculs] ? Montaigne, IV, 273.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « pétrifier »

Étymologie de pétrifier - Littré

Lat. petra, pierre, et facere, faire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de pétrifier - Wiktionnaire

Du latin petra (« pierre, rocher »), avec le suffixe français -ifier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « pétrifier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pétrifier petrifie play_arrow

Conjugaison du verbe « pétrifier »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe pétrifier

Citations contenant le mot « pétrifier »

  • Plutôt que de pétrifier la production nationale au nom du sacro-saint principe de précaution, il serait temps de retenir la véritable leçon donnée par la gestion bureaucratique de la crise sanitaire : laissez faire les entreprises, laissez faire les citoyens. Contrepoints, Stocks de masques : la comédie politicienne continue | Contrepoints
  • D’abord, il va falloir digérer la défaite, cruelle, forcément cruelle, d’autant plus quand elle sacre votre pire ennemi. Le voir, lui, enchaîner un quatrième mandat historique, ça doit le pétrifier ; ça ne fait pas mystère, Lachaud déteste Fournier au moins autant que la réciproque est vraie. "Je ne reviendrai pas sur tout ça, la campagne est terminée, lâche-t-il ce lundi, après avoir défouraillé jusqu’à tard la veille, après les résultats. C’est un moment compliqué, c’est vrai. Mais pas pour moi, surtout parce que j’ai le souci de ce que vont faire les membres de mon équipe. Ce ne sont pas de simples collaborateurs, ce sont des amis." midilibre.fr, Nîmes : lendemain de défaite, derniers allers-retours pour Yvan Lachaud - midilibre.fr

Traductions du mot « pétrifier »

Langue Traduction
Corse petrificà
Basque harritzen
Japonais 石化する
Russe окаменевать
Portugais petrificar
Arabe تحجر
Chinois 石化
Allemand versteinern
Italien petrify
Espagnol petrificar
Anglais petrify
Source : Google Translate API

Synonymes de « pétrifier »

Source : synonymes de pétrifier sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires