Transir : définition de transir


Transir : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

TRANSIR, verbe

A. − Empl. trans.
1. [En parlant d'une sensation de froid] Saisir, glacer, faire frissonner. L'image s'élança en lui, retomba comme un jet d'eau, de toutes parts, avec des ondes qui le transissaient (Montherl., Songe, 1922, p. 118).
2. Au fig. ou p. métaph. [En parlant d'un sentiment violent] La gitane effarée, hagarde, sentait l'épouvante transir ses nerfs et gâter son sang (D'Esparbès, Vent du boulet, 1909, p. 111).Le jour tout envahi de pâleurs blanches comme un visage où se peint une expression d'effroi. Lividité uniforme où le regard se perd dans sa mémoire, et semble faite pour transir des sentiments avec des pensées (J. Bousquet, Trad. du sil., 1935, p. 27).
B. − Empl. intrans.
1. Être paralysé de froid. Aussi bien, je commence à transir et à ne plus sentir le bout de mon nez (Gautier, Fracasse, 1863, p. 165).
2. Éprouver une très grande crainte. Il y eut un cri à faire transir, un vrai cri d'assassiné: le hurlement désespéré de l'horreur à la face de la mort (Pourrat, Gaspard, 1930, p. 244).
REM.
Transissement, subst. masc.a) Sensation de froid intense. (Dict. xixeet xxes.). b) Vive inquiétude qui paralyse (Dict. xixeet xxes.).
Prononc. et Orth.: [tʀ ɑ ̃zi:ʀ], (il) transit [-zi]. Fér. Crit. t. 3 1788, Passy 1914, Rouss.-Lacl. 1927, p. 156 [-s-]. Barbeau-Rodhe 1930 [-s-], [-z-]. Fouché Prononc. 1959, p. 363, Warn. 1987 [-z-], [-s-]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1140 transir « mourir » (Geffrei Gaimar, Hist. des Anglais, éd. A. Bell, 1124); xiiies. transi de vie « mort » (Résurrection du Sauveur, éd. J. Gray Wright, 81 et 126); 1306 transi « mort » (Guillaume Guiart, Royaux Lignages, II, 640 ds T.-L.); b) 1355 transi de froit « mort de froid » (Miracles ND par personnages, XVI, 1466, éd. G. Paris et U. Robert, t. 2, p. 396); 2emoit. du xives. transi de froid « pénétré, engourdi de froid » (Livre chevalier la Tour Landry, éd. A. de Montaiglon, p. 268); ca 1520 transy de froit « pénétré, engourdi de froid » (Philippe de Vigneulles, Gedenkbuch, éd. H. Michelant, 50, reprend comme mort de froit); 2emoit. du xives. transir (qqn) de froit (en parlant d'une eau glacée) « pénétrer, engourdir de froid » (Livre chevalier la Tour Landry, éd. citée, p. 268); 1572 transir de froidure « être saisi de froid » (Amyot, Que les stoïques disent des choses plus estranges que les poètes, 4 ds Hug.); 1628-30 trancir « id. » (A. d'Aubigné, Sa vie (I, p. 13-14), ibid.); 1680 transi « pénétré, engourdi de froid » (Rich.); c) ca 1480 avoir le cueur transsy « avoir le cœur insensible » (Myst. Pacience Job, éd. A. Meiller, 4795); 2. a) ca 1340 transi « qui a perdu conscience, qui est dans un état second » (Guillaume de Machaut, Dit dou Vergier, 149 ds Œuvres, éd. E. Hoepffner, t. 1, p. 18); b) ca 1445 amoureux transi (Confession et Testament de l'amant trespassé du dueil, éd. R. M. Bidler, 889); c) ca 1445 transi « transporté de joie » (ibid., 893); d) 1486 transi « ravi en extase mystique » (Jean Michel, Mystère Passion, éd. O. Jodogne, 10160); 3. 1340-70 transi par (qqc.) « bouleversé (par la douleur) » (Guillaume de Machaut, Poésies lyriques, éd. V. Chichmaref, 149-23); 1357 transi de (qqc.) « bouleversé (par la peur) » (Guillaume de Digulleville, Pélerinage Ame, éd. J. J. Stürzinger, 1912); ca 1480 avoir le cueur transi (Le Mistere du Viel Testament, éd. J. de Rotschild, 39233). Empr. au lat. class.transire « passer, partir, traverser, être transféré » (d'où transe* sens I 1), mais surtout dans un sens propre au lat. chrét., celui de « passer de vie à trépas », att. dès le ves. (v. G. Roques, Anc. et moy. fr. transir, transi, transe ds Trav. Ling. Litt. t. 20, 1, Strasbourg, 1982, pp. 42-44 et Mél. Planche (A.), 1984, pp. 426-428). Fréq. abs. littér.: 15.

Transir : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

TRANSIR, verbe

A. − Empl. trans.
1. [En parlant d'une sensation de froid] Saisir, glacer, faire frissonner. L'image s'élança en lui, retomba comme un jet d'eau, de toutes parts, avec des ondes qui le transissaient (Montherl., Songe, 1922, p. 118).
2. Au fig. ou p. métaph. [En parlant d'un sentiment violent] La gitane effarée, hagarde, sentait l'épouvante transir ses nerfs et gâter son sang (D'Esparbès, Vent du boulet, 1909, p. 111).Le jour tout envahi de pâleurs blanches comme un visage où se peint une expression d'effroi. Lividité uniforme où le regard se perd dans sa mémoire, et semble faite pour transir des sentiments avec des pensées (J. Bousquet, Trad. du sil., 1935, p. 27).
B. − Empl. intrans.
1. Être paralysé de froid. Aussi bien, je commence à transir et à ne plus sentir le bout de mon nez (Gautier, Fracasse, 1863, p. 165).
2. Éprouver une très grande crainte. Il y eut un cri à faire transir, un vrai cri d'assassiné: le hurlement désespéré de l'horreur à la face de la mort (Pourrat, Gaspard, 1930, p. 244).
REM.
Transissement, subst. masc.a) Sensation de froid intense. (Dict. xixeet xxes.). b) Vive inquiétude qui paralyse (Dict. xixeet xxes.).
Prononc. et Orth.: [tʀ ɑ ̃zi:ʀ], (il) transit [-zi]. Fér. Crit. t. 3 1788, Passy 1914, Rouss.-Lacl. 1927, p. 156 [-s-]. Barbeau-Rodhe 1930 [-s-], [-z-]. Fouché Prononc. 1959, p. 363, Warn. 1987 [-z-], [-s-]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1140 transir « mourir » (Geffrei Gaimar, Hist. des Anglais, éd. A. Bell, 1124); xiiies. transi de vie « mort » (Résurrection du Sauveur, éd. J. Gray Wright, 81 et 126); 1306 transi « mort » (Guillaume Guiart, Royaux Lignages, II, 640 ds T.-L.); b) 1355 transi de froit « mort de froid » (Miracles ND par personnages, XVI, 1466, éd. G. Paris et U. Robert, t. 2, p. 396); 2emoit. du xives. transi de froid « pénétré, engourdi de froid » (Livre chevalier la Tour Landry, éd. A. de Montaiglon, p. 268); ca 1520 transy de froit « pénétré, engourdi de froid » (Philippe de Vigneulles, Gedenkbuch, éd. H. Michelant, 50, reprend comme mort de froit); 2emoit. du xives. transir (qqn) de froit (en parlant d'une eau glacée) « pénétrer, engourdir de froid » (Livre chevalier la Tour Landry, éd. citée, p. 268); 1572 transir de froidure « être saisi de froid » (Amyot, Que les stoïques disent des choses plus estranges que les poètes, 4 ds Hug.); 1628-30 trancir « id. » (A. d'Aubigné, Sa vie (I, p. 13-14), ibid.); 1680 transi « pénétré, engourdi de froid » (Rich.); c) ca 1480 avoir le cueur transsy « avoir le cœur insensible » (Myst. Pacience Job, éd. A. Meiller, 4795); 2. a) ca 1340 transi « qui a perdu conscience, qui est dans un état second » (Guillaume de Machaut, Dit dou Vergier, 149 ds Œuvres, éd. E. Hoepffner, t. 1, p. 18); b) ca 1445 amoureux transi (Confession et Testament de l'amant trespassé du dueil, éd. R. M. Bidler, 889); c) ca 1445 transi « transporté de joie » (ibid., 893); d) 1486 transi « ravi en extase mystique » (Jean Michel, Mystère Passion, éd. O. Jodogne, 10160); 3. 1340-70 transi par (qqc.) « bouleversé (par la douleur) » (Guillaume de Machaut, Poésies lyriques, éd. V. Chichmaref, 149-23); 1357 transi de (qqc.) « bouleversé (par la peur) » (Guillaume de Digulleville, Pélerinage Ame, éd. J. J. Stürzinger, 1912); ca 1480 avoir le cueur transi (Le Mistere du Viel Testament, éd. J. de Rotschild, 39233). Empr. au lat. class.transire « passer, partir, traverser, être transféré » (d'où transe* sens I 1), mais surtout dans un sens propre au lat. chrét., celui de « passer de vie à trépas », att. dès le ves. (v. G. Roques, Anc. et moy. fr. transir, transi, transe ds Trav. Ling. Litt. t. 20, 1, Strasbourg, 1982, pp. 42-44 et Mél. Planche (A.), 1984, pp. 426-428). Fréq. abs. littér.: 15.

Transir : définition du Wiktionnaire

Verbe

transir \tʁɑ̃.ziʁ\ transitif 2e groupe (voir la conjugaison)

  1. Pénétrer et engourdir de froid.
    • Il fait un vent qui me transit. Je suis transi de froid.
    • Mes yeux ne voyaient plus, je ne pouvais parler ;
      Je sentis tout mon corps et transir et brûler :
      Je reconnus Vénus et ses feux redoutables,
      D’un sang qu’elle poursuit tourments inévitables !
      — (Jean Racine, Œuvres de Jean Racine, précédées des Mémoires sur sa vie, par Louis Racine, Didot, 1854, pages 241-261)
  2. (Figuré) Faire frissonner, paralyser.
    • La peur le transit.
    • — À quoi buvons-nous ?
      — À l’or, bien sûr.
      — À l’or, reprit don Elemirio d’une voix mystique.
      La gorgée les transit.
       — (Amélie Nothomb, Barbe bleue, Albin Michel, Paris, 2012, p. 50)

transir \tʁɑ̃.ziʁ\ intransitif

  1. Effet que produit la peur ou l’affliction.
  2. Être pénétré, engourdi par le froid, la peur, etc.
    • Transir de froid, de peur.

Verbe

transir \tran.ˈsir\ (voir la conjugaison)

  1. Se changer en.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Transir : définition du Littré (1872-1877)

TRANSIR (tran-sir) v. a.
  • 1Pénétrer et engourdir de froid. Le froid et les neiges d'Alsace les transissent [les amis de Paris, en songeant aux amis qui sont en Alsace], Voiture, Lett. 67.

    Absolument. Un air égal et doux, tiède haleine de l'onde, Règne ici quand la bise ailleurs transit ou gronde, Lamartine, Joc. II, 83.

  • 2 Fig. Il se dit de l'effet que produit la crainte, l'affliction, et même le respect et l'admiration. Cette nouvelle le transit de peur. Vous le voudriez voir en corps et en âme avec cette gravité qui transissait les peuples d'admiration, Guez de Balzac, les Romains. J'entre en une vénération qui me transit de respect envers ceux qu'il semble avoir choisis pour ses élus, Pascal, Lett. à Mlle de Roannez, 3.
  • 3V. n être saisi de froid. Or me voici d'un mal chu dans un autre ; Je transissais, je brûle maintenant, La Fontaine, Orais. Je sentis tout mon corps et transir et brûler, Racine, Phèdre, I, 3.

    Fig. Cette vaine pitié dont mon cœur est transi, Rotrou, Bélis. v, 5. Je n'ai fait que penser à votre état, à transir pour l'avenir, à craindre qu'il ne devienne pis : voilà ce qui m'a possédée, Sévigné, 333. J'ai transi de vous voir passer de nuit cette montagne que l'on ne passe jamais qu'entre deux soleils et en litière, Sévigné, 21.

HISTORIQUE

XIIe s. Charles comande les transiz [morts] enterrer, Ronc. p. 176. Car mult plus grief martyre suffri tant cum fu vis, Que ne fist el mustier là ù il fu ocis ; Car erramment transi [mourut] e en joie fu mis, Th. le mart. 156.

XIIIe s. Quant saint François transsi, Jesu Crist reclama, En cinq leus, ce m'est vis, le sien cors entama, Rutebeuf, 180.

XVe s. Et ainsi transist la gloire du monde, Christine de Pisan, Ch. V, II, 11. Si raconter convenoit les histoires Des mauvais tours qui sont assez notoires, Que femmes font aux amoureux transis, le Loyer des folles amours, p. 229, dans LACURNE.

XVIe s. La langue se transit et la voix se fige, Montaigne, I, 98. Le voyant transi de ces nouvelles et en silence, Montaigne, I, 129. Roides, transis et immobiles de froid, Montaigne, II, 262. Il s'estonnera, il se transira [d'admiration], Montaigne, I, 266. Estants revenus à eulx, ils en transissent d'estonnement les premiers, Montaigne, II, 22. Son œil morne et transi en voyant ne void pas, D'Aubigné, Tragiques, éd. LALANNE, p. 142.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Transir : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

TRANSIR, v. act. & n. (Gram.) c’est saisir d’un grand froid. Ce vent me transit. La vue de cet homme me transit, tant il est légerement vétu. On transit d’effroi, de douleur, de chagrin. Le recit de cette action m’a transi. C’est un amant transi.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « transir »

Étymologie de transir - Littré

Génev. tranzi, transi ; du lat. transire, passer, de trans, au delà, et ire, aller. Le sens primitif de transir dans l'ancienne langue est mourir, qui se dit encore aujourd'hui passer ; de là les sens consécutifs.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de transir - Wiktionnaire

Du latin transire (« aller au-delà »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de transir - Wiktionnaire

(XIIe siècle)[1] Attesté dans la Chanson de Roland[2][1]. Du moyen français transir (« trépasser, passer, partir »)[2][1], de l’ancien français transir (« trépasser »)[2][1], du latin transire (« aller au-delà »)[2][1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « transir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
transir trɑ̃zir play_arrow

Conjugaison du verbe « transir »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe transir

Citations contenant le mot « transir »

  • Le journaliste s’est même interrogé sur certains choix d’investissement de l’Etat du Sénégal. Ainsi il a rappelé Diamniadio, l’autoroute Il Touba, le trains express régional (Ter) et le projet BRT (bus rapid transir). Senego.com - Actualité au Sénégal, toute actualité du jour, Charles Faye : « Pourquoi on n'a pas mis notre argent dans l’électricité ?» - Senego.com
  • Alors, comment ça va, l’Etat ? Te voilà réhabilité mais en charge d’un sacré merdier. Tu voudrais bien, mais il est probable que tu ne puisses point. Et à te voir blêmir sous ton masque, je parie que tu sens le flip te gagner et le blues te transir. Libération.fr, L’Etat (ne) paiera (pas) - Libération
  • Truffaut excuse-t-il Bernard de frapper Mathilde parce qu'il en est éperdument amoureux ? Truffaut considère-t-il l'amour absolu comme une passion violente ? À moins qu'il suggère que la violence soit inhérente à la passion ? Je crois surtout que Truffaut ne jugeait pas ses personnages, qu'il voulait montrer une réalité, comment ce couple vivait son aventure. Ce sont les vers de Racine, via la voix de Phèdre, projetés dans le monde de Truffaut : « Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue. Je sentis tout mon corps et transir et brûler. » Le Point, « La Femme d'à côté » : ni avec toi ni sans toi - Le Point
  • En chemin vers les Plaines, il pleut dru. Pas des hallebardes, mais de quoi transir un festivalier jusqu’à la substantifique moelle. À chaque pas, je me dis : non ! NON ! C’est pas Dieu vrai… Pas encore le déluge pour les Foo Fighters ! Le déluge après le déluge ! Trois ans tout juste après la fameuse fois où Dave Grohl, jambe dans le plâtre, assis sur une sorte de trône médiévalo-futuriste en acier… trempé, avait dû abdiquer, la mort dans l’âme, après quatre chansons. Les trombes le mitraillaient, la foudre menaçait de lui parler du pays, il n’avait pas eu le choix. Le Devoir, Festival d'été de Québec: le retour furieusement fou des Foo Fighters sur les Plaines | Le Devoir
  • En effet, pour la période d'entre janvier et avril 2017, au titre de droit de transir du pétrole tchadien par le Cameroun, la SNH a annoncé que le trésor public camerounais avait engrangé une somme de 9,1 milliards de francs CFA. « Cette légère diminution du droit de transit, malgré l'accroissement des volumes de pétrole brut enlevés au Terminal Komé-Kribi 1, s'explique par la chute du cours du dollar », a laissé entendre la SNH dans son communiqué. La société ajoute qu'entre le 1er janvier et le 30 avril 2018, le volume cumulé de pétrole brut enlevé sur le pipeline s'est élevé à 12,88 millions de barils, contre 11,27 millions de barils au cours de la même période en 2017. Soit 1,61 million de barils de pétrole brut de plus enlevés à travers l'oléoduc. La Tribune, Pétrole : le pipeline Tchad-Cameroun a généré 8 milliards Fcfa de droits de transit entre janvier et avril 2018
  • En quelques secondes, les milliers de likes de certains utilisateurs sont tombés à 0. De quoi les faire transir… Et face à cette véritable hécatombe, les adeptes de TikTok émettent toutes sortes d’hypothèses, persuadés que c’est la fin de l’application. sudinfo.be, Que se passe-t-il avec TikTok? Les milliers d’utilisateurs affolés: «Oh mon dieu», «TikTok ferme?», «Je fais quoi sans TikTok?»

Images d'illustration du mot « transir »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « transir »

Langue Traduction
Corse sudorazione
Basque izerdia
Japonais 発汗
Russe потливость
Portugais suando
Arabe التعرق
Chinois 出汗
Allemand schwitzen
Italien sudorazione
Espagnol transpiración
Anglais sweating
Source : Google Translate API

Synonymes de « transir »

Source : synonymes de transir sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires