Carcan : définition de carcan


Carcan : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CARCAN1, subst. masc.

A.− Collier de fer.
1. Collier de fer par lequel on attachait un condamné au poteau d'exposition. Être au carcan :
1. ... à présent, rien de plus clair. Un homme a-t-il été mis au carcan, n'y a-t-il pas été mis? Voilà l'état de la question. (...) Un homme n'a pas été mis au carcan : c'est un homme d'honneur, qui peut prétendre à tout, aux places du ministère, etc.; ... Chamfort, Maximes et pensées,1794, p. 27.
P. méton. Peine du carcan. Condamner au carcan. Cet officier (...) fut condamné par un tribunal français, aux galères à perpétuité, à la marque et au carcan (Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène,t. 1, 1823, p. 744).
2. P. ext. Collier de fer que portaient les esclaves ou les forçats ,,que l'on rivait à froid par derrière, et qui faisait partie de la chaîne générale, où ces misérables devaient rester attachés jusqu'au jour de leur arrivée à Brest`` (Jouy, L'Hermite de la Chaussée d'Antin, t. 3, 1813, p. 305).
P. compar. Col dans lequel on se trouve engoncé et qui gêne les mouvements du cou :
2. Qu'on imagine un malheureux enfant qui, tous les jours de l'année, pour le jeu comme pour l'étude, porte, à l'insu du monde et cachée sous sa veste, une espèce de cuirasse blanche et qui s'achevait en carcan; car la blanchisseuse empesait également, et pour le même prix sans doute, le tour du cou contre quoi venait s'ajuster le faux-col; ... Gide, Si le grain ne meurt,1924, p. 405.
Col carcan ou col-carcan. Col haut et rigide. Un col carcan, démesurément haut (Vercel, Capitaine Conan,1934, p. 213).
P. métaph. Ce qui entrave la liberté de façon rigoureuse. La civilisation nous passe son carcan au cou (Guéhenno, Journal d'un homme de 40 ans,1934, p. 29):
3. Inutile de dire que, aussitôt que le Consulat apparut, il forgea une chaîne de plus, il resserra le carcan dans lequel râlait déjà la liberté du travail. Les Fondateurs de la 3eRépublique,1881, p. 255.
B.− P. anal.
1. ÉLEV. Sorte de collier de bois que l'on met au cou de certains animaux pour les empêcher de passer à travers les haies.
2. HABILL. Chaîne de cou en or ou collier de pierreries faisant partie du costume des femmes et quelquefois des hommes, du Moyen Âge au xviiesiècle.
Ornement moderne :
4. Et tandis qu'elle donnait son manteau du soir, d'un magnifique rouge Tiepolo, lequel laissa voir un véritable carcan de rubis qui enfermait son cou, (...) Oriane s'assura du scintillement de ses yeux non moins que de ses autres bijoux. Proust, Sodome et Gomorrhe,1922, p. 662.
Prononc. et Orth. : [kaʀkɑ ̃]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1remoitié du xiies. charcanz « collier de fer servant à attacher un condamné au pilori » (Li ver del Juïse, 266 ds T.-L.); 1172-74 carcan (G. de Pont-Ste-Maxence, Vie de St Thomas, éd. E. Walberg, 2915); 1867 « collier de fer pour les forçats » (Lar. 19e); 2. p. anal. 1468 « collier de pierres précieuses » (Spécule des pécheurs ds L. Quicherat, Hist. du cost. en France, Paris, 1877, p. 313); 1832 « collier que l'on met au cou des porcs » (Raymond). Représente le lat. médiév. carcan(n)um (ixes. ds Mittellat. W. s.v., 269, 53), également attesté dans le domaine angl. aux xiieet xiiies. (Latham), d'orig. inconnue. La répartition des formes charchan/carchan (T.-L.; Gdf. Compl.) ne permet pas de leur attribuer une orig. géogr. précise. Les formes en cha- sont peut-être dues à une hyperfrancisation à partir des formes en ca- considérées comme normanno-picardes (v. FEW t. 2, p. 362b). Un rattachement à l'a. h. all. querca « gorge, cou » (Diez5, p. 539), plus spéc. à l'a. nord. kverkband « jugulaire, mentonnière » (Bugge ds Romania, t. 3, p. 146) fait difficulté des points de vue phonét. et chronol. L'étymon arabe ḫalḫal « anneau de la cheville » (REW3, no4002a) fait difficulté des points de vue phonét., chronol. et géogr., carcan n'étant pas attesté en a. prov., mais dans la partie nord du domaine d'oil. Bbg. Goug. Mots t. 1 1962, p. 249.

CARCAN2, subst. masc.

Péjoratif
A.− Cheval étique et rétif. Synon. carne, haridelle, rosse :
1. Un bulletin de vote par homme, quel que soit l'homme! payez-vous un bon cheval le même prix qu'un carcan? Maurois, Les Silences du colonel Bramble,1918, p. 34.
B.− P. compar. et injurieux. Personne maigre et acariâtre :
2. Ces deux carcans [Flore et Max] veulent la permission de vendre vos cinquante mille francs de rente, uniquement pour s'en aller se marier à Paris, et y faire la noce avec votre million. Balzac, La Rabouilleuse,1842, p. 515.
Terme d'injure. Carcan de moutard! (Hugo, Les Misérables,t. 1, 1862, p. 968).
Prononc. : [kaʀkɑ ̃]. Étymol. et Hist. 1842 terme d'injure (Balzac, La Rabouilleuse, p. 515); 1859-60 (L. Larchey, Les Excentricités de la lang. fr. en 1860, p. 432 : Carcan. Cheval étique, femme maigre et revêche). Soit emploi méton. de carcan « instrument de torture », soit mot différent, d'orig. inconnue.
STAT. − Carcan1 et 2. Fréq. abs. littér. : 120.
BBG. − Goug. Mots t. 1 1962, p. 72. − Sain. Lang. par. 1920, p. 295, 411.

Carcan : définition du Wiktionnaire

Nom commun 1

carcan \kaʁ.kɑ̃\ masculin

  1. (Histoire) Cercle de fer avec lequel on attachait par le cou à un poteau certains criminels condamnés au pilori.
    • Arrêt de la Cour du Parlement, qui condamne une quidane, connue sous le nom de la femme des Ormes, à être attachée au carcan à la place Saint-Michel, et au bannissement pendant neuf ans, pour avoir escroqué différentes marchandises chez une lingère. (Du 24 janvier 1775.) — (Hippolyte Monin, L'état de Paris en 1789: études et documents sur l'ancien régime à Paris, Paris : chez D. Jouaust, Charles Noblet & Maison Quantin, 1889, p. 95)
    • Dans le cercle d’un de ces carcans de fer, il restait encore deux os poudreux qui paraissaient avoir appartenu autrefois à une jambe humaine, comme si le prisonnier, après y avoir péri, avait, toujours enchaîné, passé à l’état de squelette. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    1. (Histoire) Chaine de fer, collier, souvent fixé à un poteau ou au sol, que l'on mettait aux galériens pour qu'ils ne s'échappent pas.
    2. (Vieilli) Collier de bois que l’on mettait aux animaux pour les empêcher de traverser les haies.
    3. (Figuré) Joug, ce qui emprisonne.
    • La rigidité du corps auquel il appartenait, se mariant avec une sévérité innée, l'emprisonnait dans un carcan de dogmatisme. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires: (I) Ma jeunesse orgueilleuse., 1942)
  2. Chaine ou collier d’or, de perles ou de pierreries.
    • Ces riches carcans, ces colliers
      Et cette pompe enchanteresse
      Ne valent pas un des baisers
      Que tu donnais dans ta jeunesse.
      — (Voltaire)

Nom commun 2

carcan \kaʁ.kɑ̃\ masculin

  1. Vieux cheval.
    • Cette rosse-là a été, comme une demi-douzaine d'autres carcans de son espèce, envoyée au roi l'an passé par je ne sais pas quel mamamouchi d'un pays du côté des Turcs. — (Eugène Sue, Godolphin-Arabian)
    • J’ai pas de conseils à te donner, mais si tu ne votes pas pour ma liste, tu peux te fouiller pour que je te prête le carcan pour rentrer tes foins et faire tes charrois. — (Louis Pergaud, Deux Électeurs sérieux, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Carcan : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CARCAN. n. m.
Cercle de fer avec lequel on attachait par le cou à un poteau certains criminels condamnés à l'exposition publique. Il se dit spécialement d'un Collier de bois que dans certaines régions l'on met aux porcs pour les empêcher de traverser les haies. Il désigne aussi une Espèce de chaîne ou de collier d'or, de perles ou de pierreries dont se parent les femmes.

Carcan : définition du Littré (1872-1877)

CARCAN (kar-kan) s. m.
  • 1Collier de fer fixé à un poteau pour y attacher un condamné. La peine du carcan a été supprimée en 1832. Une femme cria fort haut ; les archers la saisirent et la mirent indiscrètement à un carcan voisin, Saint-Simon, 244, 2. La mauvaise famille est du Maine et de Caen ; Oui, tous ces forçats-là méritent le carcan, Regnard, Légat. III, 8.
  • 2Sorte de collier de bois qu'on met aux cochons pour les empêcher de se frayer passage à travers les haies.
  • 3Sorte de collier de pierreries. Ces riches carcans, ces colliers Et cette pompe enchanteresse Ne valent pas un des baisers Que tu donnais dans ta jeunesse, Voltaire, Épître 28. Les méchants portent l'orgueil à leur cou comme un carcan d'or, Chateaubriand, Mart. 92.

HISTORIQUE

XIIe s. Celui qui tient carcan, Th. le mart. 73. Un grant cherchant li ont au col lanciet ; Li enfes pleure, ne se set consellier, Raoul de C. 307.

XIIIe s. Un grant charchant [il] li fait el col lacier, Aubery, dans DU CANGE, carcannum. En buies et en grans carcans, Ren. t. II, p. 192, V. 1739.

XVe s. Et durant la vie du dit duc de Brabant, y eut un nommé Jean Chevalier qui voulut mettre à icelui duc un carquant au cou, Monstrelet, II, 41.

XVIe s. Les capporaulx sont tenus de l'attacher eux-mesmes au carquan ou collier, Carloix, IV, 13. Un carcan, esmeraudé de perles et de rubis, De Laborde, Émaux, p. 195.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CARCAN. - ÉTYM. Ajoutez : M. Bugge, Romania, n° 10, p. 146, complète l'étymologie donnée par Diez, en expliquant la finale an, ant : qverk, cou, gosier, et band, lien ; kverkband, jugulaire, mentonnière, se trouve dans la littérature ancienne de l'Islande ; carquebant ou carcbant a passé à carcant.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Carcan : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

CARCAN, s. m. est un poteau planté en terre, avec un collier de fer attaché à hauteur d’homme, à quoi on attache par le cou des malfaiteurs qu’on ne juge pas dignes de mort, pour les punir d’un délit qui marque de la bassesse d’ame, par la confusion. La plûpart de ceux qu’on attache au carcan, ont été auparavant fustigés par le bourreau, & marqués d’un fer chaud, & sont souvent ensuite ou bannis ou envoyés aux galeres. (H)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « carcan »

Étymologie de carcan - Littré

Provenç. carcan ; bas-lat. carcannum ; ital. carcame. Ménage le rattache au grec ϰαρϰίνος qui a la signification de tenailles ; mais on ne voit pas comment il serait venu dans les langues romanes. Raynouard le rattache à carcer, prison, ainsi que le provençal carcol, collier ; mais comment carcer donnerait-il carcan ou carcol ? La vraie étymologie est celle que donne Diez : anc. Haut allem. querca ; anc. scandin. qverk, cou, gosier.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de carcan - Wiktionnaire

(Nom 1) (XVe siècle)[1] Au XIIe siècle charcanz, cherchant. Littré[2] explique : « le mot fait carcan en provençal, en italien carcame (« carcasse »). Ménage le rattache au mot grec qui a la signification de tenailles ; mais on ne voit pas comment il serait venu dans les langues romanes. Raynouard le rattache au latin carcer (« prison »), ainsi que le provençal carcol (« collier ») ; mais comment carcer donnerait-il carcan ou carcol ? La vraie étymologie est celle que donne Diez : l’ancien haut allemand querca, le norrois qverk (« cou, gosier »), l’anglais querk (« étrangler »). M. Bugge — (Romania, n° 10, p. 146), complète l'étymologie donnée par Diez, en expliquant la finale -an, -ant : qverk, « cou, gosier », et band, « lien » ; kverkband, « jugulaire, mentonnière », se trouve en islandais ; carquebant ou carcbant est passé à carcant. » Cette étymologie fait difficulté[1] des points de vue phonétique et chronologique. L’ancien français a aussi carcaille (« carcan ») qui ne peut être expliqué par carcbant[3]. Il est peut-être à rapprocher de cerce (« cercle »), cerchier (« chercher », étymologiquement « cercler, encercler ») devenu dialectalement charcher → voir charquemeneur et cerquemaneur. L’occitan carcan a aussi le sens de « noix » qui est dans cerneau.
(Nom 2) Soit l’emploi métonymique de carcan « instrument de torture »[1], soit de l’occitan carcan (« vieux cheval, vieille personne ») ; voir carcasse et carcas en ancien français.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « carcan »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
carcan karkɑ̃ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « carcan »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « carcan »

  • Critique : Le premier long métrage de Vero Cratzborn, ancienne assistante de Leos Carax, auteure de cinq courts et de plusieurs documentaires, revêt une dimension autobiographique : la réalisatrice s’inspire de son père atteint d’un handicap psychique. Ici, pourtant, la fiction se garde bien de nommer la pathologie de Jimmy, pour ne pas enfermer le protagoniste dans le carcan d’une nominalisation forcée, pour lui laisser sa liberté de personnage imprévisible, qui constamment interroge le spectateur en même temps que son entourage. L’institut où le père séjourne n’a qu’une valeur illustrative, comme si finalement l’essentiel était ailleurs, dans la manière dont la famille gère cette maladie : certes, sa femme Carole assume, à la fois fragile et déterminée, les conséquences psychologiques et financières de cette infortune. Mais c’est avant tout la jeune et mature Gina qui semble constamment prendre la mesure des événements, avec une volonté farouche de libérer Jimmy, l’extraire de la froideur carcérale d’un lieu où elle présume son mal-être. Elle détient la clef d’un fonctionnement hors normes, alors que ses effets entament la stabilité de la structure familiale, sans pourtant détruire les liens qui unissent tous ses membres. Le pouvoir quasi magique du personnage engendre les séquences les plus troublantes : on retient, en particulier, la scène de voyage en voiture, où, par la grâce d’une chanson doucement entonnée, Gina conjure la pulsion suicidaire de son père, déterminé à mourir avec femme et enfants, ému à la seule pensée d’accomplir ce geste radical. L’évocation d’une jeune fille douée d’une sorte d’aptitude mystérieuse s’accorde avec un entêtement qui détermine une confiance. La réalisatrice n’a pas à forcer le trait, en accompagnant les actes de son héroïne d’une prolixité embarrassante ou de psychodrames dont le cinéma français s’encombre trop souvent, lorsqu’il s’agit de traiter l’adolescence. Avoir Alire - Critiques de films, Livres, BD, musique, séries TV, Spectacles, La Forêt de mon père - Vero Cratzborn - critique
  • Pour les correspondants, c’est la liberté d’expression, dans le respect de l’autre. Ce sont des articles « à la main » de chacun. A Petite République, on ne rentre pas dans un moule. C’est aussi ne pas être dans un carcan : pouvoir offrir au lecteur une information complète et des photos…presque en nombre illimité. Petite République.com, Comminges – Sud Toulousain – Volvestre – Muretain La grande famille de Petite République.com | Petite République.com
  • Frustrée de son incapacité à assouplir le carcan des sanctions internationales qui étouffe son économie, Pyongyang a annoncé qu'elle coupait, à compter de ce midi, ses canaux de communication avec Séoul. Un énième coup d'éclat dans une stratégie de négociation alternant les provocations et les mains tendues. Les Echos, La Corée du Nord coupe encore une fois ses communications avec le Sud | Les Echos
  • Le félin, dont la tête était enfermée dans un grillage, errait dans les rues de Sessenheim, en Alsace, depuis deux mois. Il a été capturé mercredi 24 juin, relate Le Parisien. Le chat Pixar est littéralement libéré de son carcan. Orange Actualités, Après deux mois la tête coincée dans une grille, le chat Pixar est libre
  • La crise du Covid a libéré leur parole. Dans l’exposition “Et demain, on fait quoi ?”, à Paris, les architectes dénoncent les habitations trop petites, le carcan des normes, l’atteinte à la biodiversité. Et réclament que l’humain passe enfin avant la spéculation immobilière. Un cri du cœur salutaire. Télérama, Trop petit, trop conformiste, trop bâclé : le SOS des architectes pour repenser le logement urbain
  • Dans l’Italie de la Renaissance, Bianca demoiselle de bonne famille est promise à Giovanni, fils d’un riche marchand. Las, la jeune fille souhaiterait connaître son promis avant le jour du mariage. Envoyée chez sa tante pour apprendre les devoirs d’une épouse, elle va découvrir l’incroyable secret des femmes de la famille. Ces dernières possèdent une peau d’homme qui leur permet à leur guise de se transformer en Lorenzo, jeune éphèbe à la peau cuivré. Travesti en Lorenzo, Bianca entreprend d’en savoir plus sur son fiancé. La jeune fille va alors apercevoir et prendre goût à ce monde masculin. La ville semble si différente hors du carcan de la condition féminine. Le Figaro.fr, Peau d'Homme ou l'amour sans carcan, ni barrières
  • Celui qui est amené à légiférer doit le faire sans a priori, sans céder à tel ou tel lobby, tout en comprenant bien l'ensemble des enjeux en présence, et sans carcan idéologique étouffant. De Philippe Douste-Blazy / Les Dossiers de l’Audiovisuel
  • La haine est un carcan, mais c'est une auréole. De Edmond Rostand / Cyrano de Bergerac

Images d'illustration du mot « carcan »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « carcan »

Langue Traduction
Portugais jugo
Allemand zwangsjacke
Italien camicia di forza
Espagnol camisa de fuerza
Anglais straitjacket
Source : Google Translate API

Synonymes de « carcan »

Source : synonymes de carcan sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « carcan »



mots du mois

Mots similaires