La langue française

Persiflage

Sommaire

Définitions du mot persiflage

Trésor de la Langue Française informatisé

PERSIFLAGE, subst. masc.

Action de persifler; propos ironique(s) de celui qui persifle. Synon. moquerie, raillerie, mise en boîte (fam.).Tout son discours n'est qu'un long persiflage, que persiflage (Ac.1935).Pour rien, pour des bêtises, il s'est moqué de moi si ardemment! C'était un âpre persiflage, tourner chaque mot que je disais en dérision (Montherl., Songe, 1922, p.195).Je les avais lues [ces pages] à un âge où je ne pouvais en goûter toute l'ironie, une ironie très subtile, digne d'un Français, et qui se fait à peine voir sous un voile d'apparente candeur. C'est ce qu'on eût appelé autrefois du persiflage (Green, Journal, 1942, p.214):
. Vous venez chercher votre ministère, monsieur? fit le président du Conseil. Comment donc! Vous pensez bien qu'on meurt d'envie de s'adjoindre le frère d'un condamné. Et comme Justin, déconcerté par ce persiflage, restait silencieux: −Mais enfin répondez-donc. Arland, Ordre, 1929, p.274.
[À propos d'une attitude, d'un comportement] Les gens du peuple sont beaucoup plus près d'être poëtes que les hommes de bonne compagnie, car la convenance et le persiflage ne sont propres qu'à servir de bornes, ils ne peuvent rien inspirer (Staël, Allemagne, t.2, 1810, p.115).Il est homme... fat, despotique... Il me parle sur un ton de galanterie, de persiflage... et de menace (Hermant, M. de Courpière, 1907, i, 6, p.7).
Prononc. et Orth.: [pε ʀsifla:ʒ]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1735 (Abbé Prévost, Pour et Contre, VI, 71 ds Fonds Barbier). Dér. de persifler*; suff. -age*. Fréq. abs. littér.: 66. Bbg. Krauss (W.). Zur Wortgeschichte von Persiflage. Arch. St. n. Spr. 1965, t.201, pp.1-28.

Wiktionnaire

Nom commun

persiflage \pɛʁ.si.flaʒ\ masculin

  1. Propos de celui qui persifle.
    • Il était visible que chaque parole, chaque geste et surtout les continuelles et parfois gauches attentions de son mari l'agaçaient ; elle y répondait par une attitude hostile et méprisante, s'efforçant de la cacher sous un ton d'ironie familière et de persiflage affectueux […]. — (Pierre-Henri Simon, Les Raisins verts, 1950)
    • C'est l'apogée pour Dupatoy : sur le cadavre, il prononce un éloge funèbre dans lequel, tout en notant avec indulgence les erreurs et l'excessive audace de " son jeune ami " tombé, il rend hommage à la pureté de ses intentions stériles. Cet abject persiflage lui concilie définitivement les plus rebelles. La révolution est défaite. — (Léon Trotsky, Le drame du prolétariat français, 1922, annexe à l'édition de 1964 de Littérature et Révolution (les Lettres Nouvelles, éditeur))
    • Exaspéré par tout ce qu’on s’ingéniait à inventer contre lui, Roukoz finit par réagir d’une manière si bouffonne qu’elle lui fit certainement plus de tort que tous les persiflages de ses détracteurs. — (Amin Maalouf, Le rocher de Tanios, Grasset, 1993, collection Le Livre de Poche, page 246.)

Nom commun

persiflage

  1. Simulacre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PERSIFLAGE (pèr-si-fla-j') s. m.
  • Discours de celui qui persifle. Le persiflage, amas fatigant de paroles, volubilité de propos qui font rire les fous, scandalisent la raison, déconcertent les gens honnêtes ou timides, et rendent la société insupportable, Duclos, Consid. mœurs, 8. De la joie et du cœur on perd l'heureux langage Pour l'absurde talent d'un triste persiflage, Gresset, Méchant, IV, 7. Duclos parle beaucoup de ces sociétés de médisance où naquit ce qu'on nomme le persiflage, mot qui est de ce siècle, et qui date à peu près du temps où Duclos composait ses Considérations, et Gresset son Méchant, La Harpe, Notice sur Duclos. Ce livre [les Mémoires de Grammont] est le premier où l'on ait montré souvent cette sorte d'esprit qu'on a depuis appelé persiflage… qui consiste à dire plaisamment les choses sérieuses, et sérieusement les choses frivoles, La Harpe, Cours de litt. t. IX, p. 481, dans POUGENS. Il faut donner une dénomination nouvelle aux départements ; je ne pense pas qu'il puisse exister une opération plus grande, plus importante et moins digne de persiflage, malgré l'esprit du préopinant [l'abbé Maury], Mirabeau, Collection, t. III, p. 230.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « persiflage »

Mot dérivé de persifler avec le suffixe -age. Selon Elisabeth Bourguinat, le mot persiflage viendrait du nom du héros d'une petite parodie amphigourique du début du XVIIIe siècle, Persiflès. Persiflage signifierait, à l'origine, "langage de Persiflès", comme marivaudage signifie "langage de Marivaux". Dans son ouvrage Le Siècle du persiflage (PUF, 1998), réédité en format de poche sous le titre Persifler au siècle des Lumières (Creaphis Editions, 2016), Elisabeth Bourguinat indique que le persiflage a d'abord désigné un langage ampoulé et incompréhensible, pratiqué par les personnages élégants de la Cour que l'on appelle petits-maîtres. Il s'est ensuite appliqué à une ironie mordante mise en oeuvre notamment par les libertins (ou "roués"), imperceptible pour celui qu'elle vise et détectée uniquement par les témoins, dont on trouve de nombreux exemples dans Les Liaisons dangereuses de Laclos et dans les œuvres de Crébillon fils. Enfin, le persiflage a désigné la forme d'ironie particulièrement illustrée par Voltaire et également appelée "gaîté philosophique". La vogue du persiflage a pris fin avec la révolution française.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Mot emprunté au français au XVIIIe siècle.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « persiflage »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
persiflage pɛrsiflaʒ

Citations contenant le mot « persiflage »

  • Le scénario, écrit par Rémi Waterhouse, s’inspire, lui, d’une vérité historique : la mode du persiflage, répandue à Versailles mais aussi dans les salons parisiens, fréquentés par savants et hommes de lettres. "J’avais lu les mémoires de la comtesse de Boigne, confiera Rémi Waterhouse. Elle y raconte son enfance à Versailles. Quand ses jeunes filles ont été à la Cour, le duc de Guines leur a dit : ‘Les vices sont sans conséquence, mais le ridicule tue.’ C’est dans le livre de Boigne. Je l’ai pris au mot. […]" Pour exister à la cour du roi, lieu de futilités et d'oisiveté où les courtisans tuaient le temps en fêtes et jeux d'esprit, il fallait donc se montrer incisif et cruel, aux dépens d'un plus faible que soi, afin d'amuser les autres convives. , Ridicule (Arte) : c'est quoi, l'art du persiflage ?
  • Exemple de ce persiflage cynique qui oscille entre premier et second degrés, ces phrases prononcées dans les haut-parleurs de la forêt des pauvres par le "narrateur lyrique" installé par les riches: "Remercions les pluies du printemps passé, à la mi-mars, qui ont empli nos jardins de légumes. Remercions la révolution capitaliste, qui a enfin remis chaque chose à sa place. Où vit-on mieux qu'au sein de sa propre classe? Soyons heureux d'avoir évité des mélanges antinaturels bien inopportuns"… FranceSoir, "Tiempo después": le monde d'après, encore après, bien après (vidéo)
  • Ce livre c'est, au fond, l'histoire d'un mot : le mot "persiflage" qui est une sorte de "faux ami" dans tous les sens du terme. On croit le connaître mais il recèle des sens différents depuis son invention au XVIIIe siècle. Il est apparu brusquement vers 1734, et il a connu aussitôt un immense succès dans la société mondaine, avant de décliner tout aussi rapidement dès le début de la Révolution. C'est un mot clé de la littérature du siècle mais il désigne aussi très concrètement les pratiques mondaines de l'époque, liées au langage. , É. Bourguinat, Persifler au siècle des Lumières. Histoire du mot "persiflage" 1734-1789
  • Votre persiflage est ridicule car il occulte toute la fin de mon commentaire. AgoraVox, Un mensonge de Macron : Le système universel de retraite par points - AgoraVox le média citoyen

Traductions du mot « persiflage »

Langue Traduction
Anglais banter
Espagnol broma
Italien beffa
Allemand geplänkel
Chinois 嘲笑
Arabe مزاح
Portugais brincadeira
Russe подшучивать
Japonais 冗談
Basque banter
Corse banter
Source : Google Translate API

Synonymes de « persiflage »

Source : synonymes de persiflage sur lebonsynonyme.fr
Partager