Branche : définition de branche


Branche : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

BRANCHE, subst. fém.

I.− BOTANIQUE
A.− Tige secondaire d'un arbre qui se développe à partir du tronc, dont elle possède la nature ligneuse, et qui porte les feuilles, les jeunes rameaux et, le cas échéant, les fruits. Des branches d'arbre; (voler, sauter) de branche en branche; à travers les branches :
1. ... le feu pétillant de branches sèches autour duquel nous pressons nos chaises après ce signe de croix qui porte au ciel nos actions de grâces... M. de Guérin, Journal intime,1833, p. 190.
2. Voici des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches, Et puis voici mon cœur, qui ne bat que pour vous. Verlaine, Romances sans paroles,1874, p. 51.
3. Une longue caresse d'air passe sur la forêt; les arbres ployent; les branches basses balayent le sol, comme des franges; ... R. Martin du Gard, Devenir,1909, p. 25.
4. La nuit rêve. Les étoiles volettent de branche en branche. Montherlant, Encore un instant de bonheur,1934, p. 693.
5. Au lieu des géants repus, altiers, infaillibles, il vit des arbres penchés, avides, impatients, aux branches arrondies, tels de grands bras accueillants, pour attendre le vent, le soleil, la pluie : ... G. Guèvremont, Le Survenant,1945, p. 190.
SYNT. 1. Subst. + adj. a) Branche chargée, dépouillée, nouvelle, pendante, souple, flexible, noueuse; branche morte, verte; grosse, longue, petite, sèche branche. b) La plus haute branche, branches basses, branche maîtresse. 2. Subst. + subst. La fourche d'une branche, une litière faite de branches, à l'extrémité de la branche, fruits cueillis sur la branche, branche de chêne, de pin, de sapin, etc. 3. Verbe + subst. Atteindre à une branche, casser une branche, écarter les branches, pendre à une branche.
Spéc. Branche mère ou charpentière (qui pousse directement du tronc et qui supporte de nombreuses branches importantes); branche terminale. Branches à bois (qui sont conservées pour porter les branches à fruits), branche chiffonne (ou folle) (branche de pêcher ne portant que des bourgeons à fleurs), branche gourmande (au développement excessif, épuisant les autres).
Rem. On rencontre dans la lang. poét. de nombreuses images autour de 2 thèmes essentiels : le bruit du vent dans les branches : le frôlement, le froissement des branches, le vent froisse les branches, et le spectacle de la pluie ou du givre sur les branches : les branches larmoient, enfilent des gouttes de pluie; les branches glacées ressemblent à de grands lustres de cristal.
B.− P. ext.
1. Ramification peu importante de la tige d'un arbuste, d'un végétal. Une branche de buis, de laurier; cueillir une branche d'aubépine, se couronner de branches de myrte. Synon. rameau.Un pauvre bénitier en or avec une branche de buis bénit (Flaubert, La 1reÉducation sentimentale,1845, p. 15):
6. C'était la Trouille, la fille à Jésus-Christ, une gamine de douze ans, maigre et nerveuse comme une branche de houx, aux cheveux blonds embroussaillés. Zola, La Terre,1887, p. 45.
2. Tige d'un végétal, ou division d'une racine. Asperges en branche(s) (entières, avec pointe et tige); céleri, épinards en branche(s) (comprenant tige et feuilles).
Rem. Attesté dans la plupart des dict. gén. du xxes. à partir de Lar. 20e.
P. anal., vieilli, COMM. Suif en branche. Suif brut, tel qu'il est détaché du corps de l'animal. Bien marinée chez un fondeur de suif en branche (Les Gdes heures de la cuis. fr., Grimod de la Reynière, 1838, p. 159).
Rem. Attesté dans Lar. 19e, Nouv. Lar. ill., Lar. 20e.
C.− Proverbes et loc.
1. Être, vivre comme l'oiseau sur la branche. Vivre naturellement ou accidentellement dans l'incertitude, la précarité, sans pouvoir présager de l'avenir :
7. Je me sens à peine posé comme l'oiseau sur la branche. Mes feuilles tiennent à peine encore. Un coup de vent va venir... Michelet, Journal,1846, p. 653.
Sauter de branche en branche. Au cours d'une conversation, changer rapidement et fréquemment de sujet. Synon. passer du coq-à-l'âne.
Scier la branche sur laquelle on est assis. Compromettre soi-même la position, la situation stable et élevée dont on jouit.
Rem. Attesté dans Rob., Lar. Lang. fr.
2. S'accrocher à toutes les branches, à la branche. Ne négliger aucun moyen pour résoudre un problème, sortir d'une difficulté.
S'attacher, se prendre aux branches. Faire grand cas du superflu et de l'accessoire en négligeant l'essentiel.
Il vaut mieux se tenir au gros de l'arbre qu'aux branches. Il est préférable d'avoir recours directement à un supérieur qu'à un subordonné. Synon. plus usité : « Il vaut mieux s'adresser au bon Dieu qu'à ses saints ».
Rem. Attesté dans la plupart des dict. gén. du xixes. et dans Quillet 1965.
II.− P. anal.
A.− GÉNÉALOGIE. Lignée issue d'une même famille (cf. arbre généalogique). Branche aînée, cadette, collatérale; branche légitime, bâtarde, héritière :
8. Ta triste aventure m'avait rappelé que l'île de Man appartenait de temps immémorial à une branche de ma famille dont l'héritage me revenait de droit, ... Nodier, La Fée aux miettes,1831, p. 152.
Loc. fig. Avoir de la branche.
1. Fam. [En parlant d'une pers.] Avoir de la classe, de la distinction :
9. Sa poitrine n'était pas rebondie, sa taille n'était pas fine, ni ses hanches évasées. Mais elle avait une grâce onduleuse et une ligne magnifique. C'est en la voyant que je compris bien pour la première fois l'expression qui naissait alors : « avoir de la branche ». Gyp, Souvenirs d'une petite fille,1928, p. 240.
Rem. Attesté dans Lar. encyclop., Quillet 1965, Rob. Suppl. 1970, Lar. Lang. fr.
2. [En parlant d'un cheval] Avoir une encolure longue et fine, un beau port de tête.
Rem. Attesté dans Littré Add., Lar. 19eSuppl. 1878, Guérin 1892, Lar. encyclop., Rob. Suppl. 1970.
Rarement. [En parlant d'un inanimé concr.] Une soirée qui a de la branche.
[Interj., fam., adressée à un ami] Ma vieille branche. Mon vieux camarade, mon vieil ami. Coupeau surtout, soulagé, rajeuni, qui appelait les autres « ma vieille branche! » (Zola, L'Assommoir,1877, p. 624).
Rem. 1. Attesté dans Nouv. Lar. ill. et dans la plupart des dict. gén. du xxes. 2. Emploi plus souvent rattaché au sens de branche (généalogique). On pourrait penser aussi à la branche servant de soutien ou de maintien. « Ma vieille branche » ami, sur qui, on peut compter, se reposer.
B.− Domaines de la nature et de la technique :
10. ... ça baigne tout dans une espèce de machine glauque, la petite Phèdre là-dedans fait trop branche de corail au fond d'un aquarium. Proust, À l'ombre des jeunes filles en fleurs,1918, p. 561.
1. ANATOMIE :
a) Nerfs, artères secondaires qui prennent naissance à partir d'une artère, d'un nerf principal et qui se ramifient. Branches cervicales, collatérales :
11. La crosse de l'aorte ne donne de même, dans le dauphin, que deux branches principales; mais chacune d'elles se divise semblablement, et fournit la carotide, l'axillaire et la vertébrale de son côté. Cuvier, Leçons d'anat. comp.,t. 4, 1805, p. 249.
SYNT. Branches ascendantes, descendantes; branche cardiaque, génitale d'un nerf, d'une artère.
b) Une des parties de l'os iliaque.
Rem. Attesté dans Lar. encyclop., Méd. Biol. t. 1 1970.
VÉN. Branches des bois d'un cerf, etc. Les diverses ramifications des bois de l'animal, ou les deux parties des bois qui s'élèvent de part et d'autre de la tête :
12. Outougamiz donna à René le bois d'un élan, qui tombant chaque année, chaque année se relève avec une branche de plus, comme l'amitié qui doit s'accroître en vieillissant. Chateaubriand, Les Natchez,1826, p. 155.
2. Nature physique etp. ext. travaux sur le terrain.Division se détachant d'un élément principal. Branche d'un fleuve; d'une route, d'une tranchée, d'un égout.
3. Domaine technique.
a) ARCHIT. Branches d'une voûte (essentiellement dans l'archit. gothique). Nervures de pierre, saillantes, qui partant du pilier, se continuent et se répartissent dans la voûte. Synon. arête*.
Rem. Attesté dans la plupart des dict. généraux.
b) MAR. Cordages ou filins résultant de la division d'un cordage ou d'un filin plus épais et qui sont répartis en plusieurs points d'un même objet. Branches de bouline, de martinet, d'araignée.
Rem. Attesté à partir de Lar. 19e.
c) MINES et CARR. Filon(s) secondaire(s) issu(s) d'un filon principal.
4. Objets divers fabriqués. Partie d'un objet, disposée d'un côté ou de l'autre d'un élément central.
a) [Cas de branches multiples] Branche d'un éventail, candélabre à sept branches :
13. Ne semble-t-il pas que cette échelle de grâces soit comme un candélabre à sept branches, qui aille poussant une branche toujours nouvelle, et chaque fois plus ardente, à mesure qu'on s'élève vers le plus haut de l'autel et à la cime du sacerdoce? Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 1, 1840, p. 452.
b) [Cas de 2 branches] Branches de lunettes, de compas, d'un mors, d'un fer à cheval, d'une croix. Des vieux, qui avaient des binocles à deux branches, venaient lui faire la cour (Flaubert, L'Éducation sentimentale,t. 1, 1869, p. 205).
C.− Divers domaines de l'activité et de la pensée humaines.
1. Division ou subdivision d'une science, d'une activité commerciale, etc. Une des branches de l'art; branche de commerce, d'industrie. Cette branche de littérature (Jouy, L'Hermite de la Chaussée d'Antin,t. 5,1814, p. 171);une branche de l'industrie française (Zola, Son Excellence E. Rougon,1876, p. 68).
SYNT. Branche (d'une classification des sciences naturelles) des vertébrés, des mammifères; branche d'un programme scolaire (synon. matière); branche des mathématiques, branche d'une administration.
2. LITT. Partie homogène d'une œuvre composite et généralement d'auteurs multiples. Les branches du roman de Renart.
3. LOG., MATH.
a) LOG. Une des deux parties d'un raisonnement. Branche d'une alternative.
b) MATH. Partie d'une courbe, qui à partir du sommet, s'éloigne à l'infini. Branche d'une courbe, d'une hyperbole, d'une parabole :
14. Le lieu des points où l'on observe une différence constante entre les durées de trajet des ondes provenant de deux émetteurs est en effet une branche d'hyperbole ayant ces émetteurs pour foyers... B. Decaux, La Mesure précise du temps,1959, p. 45.
PRONONC. : [bʀ ɑ ̃:ʃ].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. a) Ca 980 (Passion éd., G. Paris dans Romania, t. 2, p. 300b); 1704 branche à bois, branche à fruit, branche mere (Trév.); xiiies. de branche en branche (De Barat et de Haimet, 59 dans Fabliaux, éd. Barbazan et Méon. t. 4, p. 235); d'où 1387-93 de branche en branche « successivement » (J. d'Arras, Melus., p. 188 dans Gdf. Compl.); 1690 sauter de branche en branche « passer du coq à l'âne » (Fur.); b) av. 1704 p. ext. « ramification de toute partie de plante » (Boss. dans Lar. 19e); 1863 asperges en branches (E. et J. de Goncourt, Journal, p. 1352); 2. au fig. a) ca 1178 « partie d'une œuvre littéraire » (Renart, éd. M. Roques, 3275); b) ca 1280 « partie » (Clef d'amour, 3387 dans Gdf. Compl.) − xives., ibid.; repris en 1704 (Trév.); 3. p. anal. « ramification » a) av. 1250 « bois de cerf » (Renart, 22346 dans T.-L.); b) 1293 branke « embranchement d'un chemin, d'une rivière, d'une source » (Coutumes Lille, éd. Roisin, p. 329); c) 1306 « division de tout objet » (G. Guiart, Royaux Lignages, II, 9590 dans T.-L.); d) 1306 « lignage » (Id., op. cit., Prol. 293, ibid.); e) 1611 archit. (Cotgr.); f) 1637 anat. « ramification d'une veine » (Desc., Méth., 5 dans Rob.); g) 1820 géom. (Lav.); 4. 1872 (Littré Add. : On dit qu'un cheval a de la branche, quand il a le garrot bien sorti, la tête petite, et l'encolure longue et bien portée); av. 1907 avoir de la branche « avoir de la distinction » (Mora, Gil Blas dans France); 5. 1877 pop. « ami », supra. Du b. lat. branca « patte d'un animal » (St Augustin dans TLL s.v., 2163, 65), le sens de « branche » s'étant seulement développé dans le domaine gallo-roman (1073 dans Nierm.); la forme latine est d'orig. obsc.; peut-être celte en raison de son extension géogr. (Ern.-Meillet, s.v. branca), hyp. cependant sans appui dans les lang. celtes (REW3; Thurneysen). L'hyp. d'un empr. au lat. *biramica formé sur ramus « branche » (Neumann dans Z. rom. Philol., t. 5, p. 386) ou celle d'un rattachement au germ. *crampa (Nigra dans Archivio glottologico italiano, t. 15, pp. 100-101) sont à écarter.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 6 363. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 11 003, b) 9 994; xxes. : a) 8 792, b) 7 028.
BBG. − Delamaire (J.). Meuniers et moulins à vent. Vie Lang. 1970, p. 629. − Gohin 1903, p. 366. − Goug. Mots t. 1 1962, p. 92. − Kuhn 1931, p. 45, 224. − Rog. 1965, p. 134. − Pickford (C.E.). L'Évolution du roman arthurien en prose vers la fin du Moy. Âge. Paris, 1960, pp. 144-153. − Rommel (A.). Die Entstehung des klassischen französischen Gartens im Spiegel der Sprache. Berlin, 1954, p. 73, 79, 83, 174.

Branche : définition du Wiktionnaire

Nom commun

branche \bʁɑ̃ʃ\ féminin

  1. Partie ramifiée et aérienne d'un arbre depuis le tronc.
    • Ce sont les larves des pucerons qui, réunies en familles innombrables, recouvrent quelquefois des branches entières de nos arbres fruitiers, la tige de nos fleurs, de nos légumes. — (Jean Louis Armand de Quatrefages de Bréau, Les Métamorphoses et la généagénèse, Revue des Deux Mondes, 2e période, tome 3, 1856 (pp. 496-519))
    • D'une grosseur appétissante, fermes et opaques, long-pendues en trochets bien fournis, elles courbaient les longues branches. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 10)
    • Branche à bois, celle qui ne donne ni fleurs ni fruits.
    • Branche à fruits, celle dont les boutons doivent produire des fleurs et ensuite des fruits.
    • Branche gourmande, celle qui absorbe la nourriture des autres branches.
    • Branche chiffonne, rameau court et menu qui ne peut donner ni bois ni fruit.
  2. (Par extension) Structure qui se subdivise de la manière ci-dessus ; chacune des différentes parties ou divisions de certaines choses.
    • La veine porte, ses branches afférentes et ses branches de division intra-hépatiques ont un flux hépatopète et une analyse spectrale similaire. — (Marie-Christine Plainfossé, L'écho-doppler couleur en pratique viscérale et périphérique, page 170, Masson, 1997)
    • Si la Révolution nationale dont on parle depuis des mois, veut apporter une rénovation nécessaire dans toutes les activités de la nation, l’État nouveau devra encourager l'Apiculture comme l'une des branches les plus fécondes de l'Agriculture. — (Marcelin Lassalle, La cité des abeilles : cours pratique d'apiculture, éd. Bloud & Gay, août 1942, page 222)
    • Il consiste en une sorte de double tube en U, avec une branche longue unique, et une branche courte qui se bifurque en deux autres branches dont chacune est munie d'un robinet. — (August Wilhelm von Hofmann, Sur la force de combinaison des atomes: leçon faite à l'Institution royale de Londres, traduit de l'anglais par l'abbé Moigno, Paris : Gauthier Villars, 1868, p.24)
    • Une bonne branche de commerce. — Une nouvelle branche d’industrie. — Les différentes branches de l’administration.
    • Les différentes branches des mathématiques, de la physique, de l’anatomie, de l’histoire naturelle.
  3. (Par analogie) Diverses choses qui ont avec les branches des arbres un certain rapport de forme et de position.
    • Les branches du bois d’un cerf, les deux parties du bois d’un cerf.
    • Chandelier à plusieurs branches, chandelier dont la tige se partage en plusieurs rameaux qui portent chacun une chandelle, une bougie, une ampoule électrique, etc.
    • Les branches d’un mors, Les deux pièces de fer qui tiennent au mors du cheval et où la bride est attachée.
    • Les branches des lunettes, les deux petites tiges de métal, d’écaille fondue, etc., qui s’appliquent le long des tempes.
    • Les branches d’un compas, d’un binocle, d’un forceps, etc., les deux pièces qui forment un compas, un binocle, un forceps, etc., et qu’on peut écarter ou rapprocher à volonté.
    • Les branches d’une artère, d’une veine, d’un nerf, les petites artères, les petites veines, les petits nerfs qui tiennent, qui aboutissent aux grosses artères, aux grosses veines, aux grands nerfs.
    • Les branches d’un fleuve, d’une rivière. partage d’un cours d’eau principal.
    • Les branches d’une mine d’or, d’argent, etc., les petits filons qui partent du filon principal.
    • Branche de tranchée, boyau d’une tranchée.
  4. (Généalogie) Famille différente qui sort d’une même lignée.
    • Il attaquait dans le moment unique et irretrouvable d’une guerre civile qui armait les uns contre les autres les princes de la branche allemande ; […]. — (Auguste Simon Jean Chrysostome Poirson, Histoire du règne de Henri IV, 1865, préface, p.XLIV)
    • […], il se laissa imposer le titre de roi des Français sous le nom de Louis-Philippe Ier (7 août 1830). C’était une usurpation audacieuse de la souveraineté nationale; l’avènement de la branche cadette peut être qualifiée un escamotage. — (Alfred Barbou, Les Trois Républiques françaises, A. Duquesne, 1879)
    • Contrairement à leurs prédécesseurs, ils se laissent « yéméniser ». Malgré leur origine turkmène, ils se forgent une généalogie yéménite, en rattachant leur branche à la glorieuse souche des ghassanides. — (Joseph Chelhod, L'Arabie du Sud: histoire et civilisation, tome 2, Éditions G.-P. Maisonneuve et Larose,, 1984, p. 260)
    • La branche cadette.
    • La branche de Valois.
    • Il est l’aîné de sa branche.
  5. (Informatique) Version d’un logiciel, d’un ensemble de fichiers ; contrairement aux révisions, qui se succèdent dans le temps, les branches peuvent coexister.
    • Si vous êtes sous Windows 10, toutes les branches supportées reçoivent à peu près les mêmes correctifs. Seule l'actuelle branche April Update (1803) bénéficie de quelques corrections supplémentaires, dont une dans l'assistant de compatibilité qui pouvait entraîner une utilisation CPU intensive. Les branches précédentes (qui concernent essentiellement les grandes entreprises) reçoivent dans la plupart des cas les mêmes que pour la 1803. Même la mouture originale de Windows 10 continue de recevoir des mises à jour. — (Next INpact, Patch Tuesday : nombreux correctifs pour Windows 7, 8.1 et 10, 12 septembre 2018 → lire en ligne)

Forme de verbe

branche \bʁɑ̃ʃ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de brancher.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de brancher.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de brancher.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de brancher.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de brancher.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Branche : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BRANCHE. n. f.
Bois que pousse le tronc d'un arbre, d'un arbrisseau. Petite branche. Grosse branche. Branche morte. Cet arbre étend ses branches bien loin, pousse ses branches toutes droites. Il faut couper cette branche. Une branche de laurier. Un tronc dépouillé de branches. Mère branche, Grosse branche d'où sortent plusieurs autres branches. Branche à bois, Celle qui ne donne ni fleurs ni fruits. Branche à fruits, Celle dont les boutons doivent produire des fleurs et ensuite des fruits. Branche gourmande, Celle qui absorbe la nourriture des autres branches. Branche chiffonne, Branche courte et menue qui ne peut donner ni bois ni fruit. Fig. et fam., S'accrocher à toutes les branches, Se servir de tous les moyens, bons ou mauvais, pour se tirer d'embarras, de danger. Fam., Être comme l'oiseau sur la branche, Être dans un état incertain et sans savoir ce qu'on deviendra. Il désigne, par analogie, Diverses choses qui ont avec les branches des arbres un certain rapport de forme et de position. Les branches du bois d'un cerf, Les deux parties du bois d'un cerf. Chandelier à plusieurs branches, Chandelier dont la tige se partage en plusieurs rameaux qui portent chacun une chandelle, une bougie, une ampoule électrique, etc. Les branches d'un mors, Les deux pièces de fer qui tiennent au mors du cheval et où la bride est attachée. Lunettes à branches, Lunettes qu'on fixe devant les yeux au moyen de deux petites branches de métal, d'écaille fondue, etc., qui s'appliquent le long des tempes. On dit plus communément Lunettes. Les branches d'un compas, d'un binocle, d'un forceps, etc., Les deux pièces qui forment un compas, un binocle, un forceps, etc., et qu'on peut écarter ou rapprocher à volonté. En termes d'Anatomie, Les branches d'une artère, d'une veine, d'un nerf, Les petites artères, les petites veines, les petits nerfs qui tiennent, qui aboutissent aux grosses artères, aux grosses veines, aux grands nerfs. Les branches qui sortent du tronc de la veine cave. On dit aussi Les branches de la moelle allongée, les branches du pubis, etc. En termes de Géographie, Les branches d'un fleuve, d'une rivière. Partage d'un cours d'eau principal. Le Nil se divise en plusieurs branches. Il se dit aussi des Rivières moins considérables qui se jettent dans le cours d'eau principal. La Marne et l'Yonne sont deux branches de la Seine. Les branches d'une mine d'or, d'argent, etc., Les petits filons qui partent du filon principal. En termes de Génie militaire, Branche de tranchée, Boyau d'une tranchée.

BRANCHE se dit figurément, en termes de Généalogie, des Familles différentes qui sortent d'une même tige. La branche aînée. La branche cadette. La branche de Bourbon. La branche de Valois. Il a fait une nouvelle branche. Il est la tige de telle branche. Il est l'aîné de sa branche. Il se dit encore figurément des Différentes parties ou divisions de certaines choses. Une bonne branche de commerce. Une nouvelle branche d'industrie. Une branche d'exportation. Ce commerce a bien des branches. Les différentes branches de l'administration. Les branches d'une science. Les différentes branches des mathématiques, de la physique, de l'anatomie, de l'histoire naturelle.

Branche : définition du Littré (1872-1877)

BRANCHE (bran-ch') s. f.
  • 1Bois que pousse le tronc d'un arbre. Petite branche. Branche d'olivier. Menues branches. L'arbre étendait ses branches. Pousser trop de branches. Mère branche, grosse branche d'où sortent plusieurs autres branches.

    Fig. De là l'Église étendait ses branches par toute la terre, Bossuet, Hist. II, 7.

    Fig. et familièrement. S'accrocher à toutes les branches, recourir à tous les moyens pour sortir d'embarras. Il jure qu'il n'a aucune branche pour se reposer, Sévigné, 67.

    Fig. Sauter de branche en branche, passer brusquement d'un sujet à un autre.

    Fig. et familièrement. Se prendre, s'attacher aux branches, s'arrêter aux circonstances inutiles, et négliger l'essentiel.

    Être comme l'oiseau sur la branche, être dans une position incertaine, sans garantie.

    Terme de jardinage. Branche gourmande, branche qui prend trop de développement et empêche les branches à fruit de se former. Branches de charpente, celles qui constituent la forme de l'arbre et portent les petites branches et les branches fruitières. Branches coursonnes sur le pêcher, celles qui sont placées entre la charpente et la branche à fruit de l'année. Branche chiffonne, petite branche grêle du pêcher qui a des boutons à fruits dans toute son étendue. Branche à bouquet, très petite branche sur le pêcher de 2 à 8 centimètres qui porte à son extrémité quatre ou cinq boutons à fruits. Branche à demi-bois, celle qui, étant trop menue pour branche à bois et trop grosse pour branche à fruits, est coupée à deux ou trois pouces de long pour en faire de meilleures soit à bois, soit à fruit, La Quintinye, Jardins, 1re partie, Dictionnaire.

  • 2 Par extension. Les branches d'une racine, ses divisions. C'est une racine qui étend ses branches par tous les sens, Bossuet, Comédie.
  • 3 Par analogie. Tout ce qui peut être comparé avec les branches des arbres. Les branches du bois de cerf. Les branches d'un lustre. Lunettes à branches, lunettes qu'on fixe sur le nez au moyen de deux petites branches d'écaille fondue, de métal, etc. qui s'appliquent le long des tempes. Le chemin se partage en deux branches. Plus d'une erreur passe et repasse Entre les branches d'un compas, Béranger, Sciences.
  • 4Partage d'un cours d'eau principal. Le Nil se divise en plusieurs branches.

    Les branches d'un fleuve, les petits affluents de ce fleuve.

  • 5 Terme d'anatomie. Les branches d'une veine, d'un nerf, veines, nerfs qui se détachent d'un tronc principal. La grande artère qui envoie ses branches par tout le corps, Descartes, Méth. 5, 6.

    Les branches d'une mine, les filons qui dérivent du filon principal.

    Terme de fortification. Les branches d'une tranchée, les boyaux d'une tranchée.

  • 6 En termes de généalogie, les familles qui proviennent d'une même souche. Branche aînée ; branche cadette. Ils sont issus de deux branches différentes. Jusqu'à ce qu'il eût conduit ses ancêtres de branche en branche jusqu'à Yolande, Hamilton, Gramm. 4. Le père du maréchal [de Tallard] était puîné de la Tournon et fit sa branche, Saint-Simon, 342, 226. La branche qui régnait en France était encore moins en état de disputer l'empire, Montesquieu, Esp. XXXI, 31. J'étais un conjuré, j'avais entrepris de faire passer la couronne dans une autre branche, Courier, Lett. II, 76.
  • 7Partie, division. Une des branches de la littérature. Les différentes branches de l'administration, du commerce, etc. Les différentes branches des sciences naturelles. Ce fut encore [les pelleteries] une branche de commerce enlevée à Venise, Voltaire, Mœurs, 119. L'envie de commander est une des branches de l'orgueil, Voltaire, Métaph. 8.
  • 8 Terme d'architecture. Nervure saillante des voûtes gothiques.
  • 9 Terme de manége. Branche de la bride, chacune des deux pièces de fer courbées, portant l'embouchure, les chaînettes et la gourmette, et attachées d'un côté à la têtière et de l'autre aux rênes.
  • 10 Terme de marine. Divisions de divers cordages à l'effet d'agir sur plusieurs points.
  • 11 Terme d'art militaire. Branche d'armement, certaines parties de l'armement d'uniforme.
  • 12Corps d'une épingle.

    Partie de la poignée d'une épée.

    Tige d'une clef.

    Chacune des portions dans lesquelles une chaîne d'étoffe est divisée.

    Planche à l'usage des verriers.

    PROVERBE

    Il vaut mieux se tenir au gros de l'arbre qu'aux branches, c'est-à-dire il vaut mieux s'attacher à celui qui a l'autorité supérieure qu'à celui qui n'a qu'une autorité subalterne.

HISTORIQUE

XIe s. Branches d'olive en vos mains porterez, Ch. de Rol. V.

XIIe s. Tous jours [il] ama le roi sans branche de renart [par allusion aux perfidies de Renart, dans le célèbre poëme de ce nom], Sax. XI. Cume li muls vint suz [sous] un grand chaigne e ki mult out branches, une des branches aerst Absalon par la tresce, Rois, 186.

XIIIe s. Et la masenghe [mésange] saut sour une brance, et fu mervelles lie de çou qu'elle fut escapée, Chr. de Rains, 236. Quant le flum vient en Egypte, il jete ses branches aussi comme j'ai jà dit devant, Joinville, 220.

XVe s. Et sachez que nous devons mieux aimer les branches et les membres qui viennent de si vaillant homme [Jacques d'Artevelle] que de nul autre, Froissart, II, II, 101.

XVIe s. Ce bon Bacchus, qui de branches de vigne Guide le cours de tigres attelez, Du Bellay, J. IV, 61, verso.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

BRANCHE. Ajoutez :
13Petite succursale d'une banque, d'une compagnie. Ces banques d'Écosse ont de petites succursales, des délégations, des branches, comme on les appelle, dans chaque village, Journ. offic. 29 janv. 1873, p. 648, 2e col. Attendu que les articles 31 des statuts de la branche l'Incendie et 35 de ceux de la compagnie d'assurances sur la vie stipulent l'un et l'autre que le directeur peut être révoqué par l'assemblée générale, Gaz. des Trib. 23 août 1876, p. 820, 4e col.
14Dans l'exploitation du bois de flottage, portion d'un coupon. Un coupon prend quatre branches dans lesquelles il entre six mises ou portions de 0m, 72, plus deux petites mises de 0m, 11 environ appelées acoulures, Mém. de la soc. centrale d'agric. 1873, p. 266.
15 Terme d'hippologie. On dit qu'un cheval a de la branche, quand il a le garrot bien sorti, la tête petite, et l'encolure longue et bien portée.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « branche »

Étymologie de branche - Littré

Picard, branke ; bourguig. brainche ; provenç. branca fém. et branc masc. ; ital. branca ; valaque, brëncë, patte de devant (bas-latin, branca leonis, pied de lion, sorte de plante, dans un texte du XIe siècle). Diez remarque que branca doit être fort ancien et peut-être même avoir appartenu à la latinité, puisqu'il se trouve dans le valaque, qui fut, de si bonne heure, séparé du domaine de la langue latine. Il est disposé à le rattacher au celtique : ancien gaél. brac, cornw. brech, qui signifient bras (les branches d'un arbre sont ses bras) ; d'où le bas-breton brank, branche, qui alors n'aurait pas emprunté ce mot aux langues romanes.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de branche - Wiktionnaire

Du latin branca (« patte d’un animal »), le sens de « branche » étant propre au gallo-roman.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « branche »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
branche brɑ̃ʃ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « branche »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « branche »

  • Alors que le mois dernier le Gouvernement soumettait un texte de loi relatif à la dette sociale résultant de la crise sanitaire, évoquant la création une 5ème branche de la Sécurité sociale visant à couvrir les risques de la vie liés à la perte d’autonomie et au handicap, L’Assemblée nationale a adopté ce texte en première lecture dans la nuit du 15 au 16 juin 2020. Silver Economie, Création d’une 5ème branche de la Sécurité sociale dédiée à la perte d’autonomie - Silver Economie
  • Le vote doit encore être validé dans l'hémicycle. Les députés ont donné leur feu vert en commission au principe de la création d'une cinquième branche "autonomie" à la Sécurité sociale, dédiée à la prise en charge des personnes en situation de dépendance.  LExpress.fr, Sécurité sociale : les députés se prononcent pour la création d'une 5e branche "autonomie" - L'Express
  • L'Assemblée nationale a voté dans la nuit du lundi 15 à ce mardi 16 juin le principe de la création d'une cinquième branche de la Sécurité sociale dédiée à l'autonomie, "première pierre" de la future réforme de la dépendance selon la majorité, mais "coquille vide" aux yeux de l'opposition. midilibre.fr, Sécurité sociale : les députés instaurent une cinquième branche "dépendance" - midilibre.fr
  • La Sécurité Sociale a quatre branches : famille, maladie, accidents du travail et retraite. Le gouvernement propose d'en créer une cinquième pour couvrir la perte d'autonomie face à la hausse des besoins de prise en charge des personnes âgées. De quoi s'agit-il ? Comment serait-elle financée ? Quelles conséquences pour les assurés ? , Cinquième branche de la Sécurité sociale : ça changerait quoi ?
  • Examinant les projets de lois relatifs à la dette sociale et à l’autonomie, la commission des Affaires sociales du Sénat a validé le principe de la création d’une cinquième branche de Sécurité sociale. Par ailleurs, le gouvernement a nommé un pilote pour la concertation à venir sur la perte d'autonomie. argusdelassurance.com, Sénat : la création d’une cinquième branche de Sécu validée en commission
  • Dans un communiqué, les ministres Olivier Véran, Gérald Darmanin et Sophie Cluzel demandent à Laurent Vachey de définir les dépenses associées à la branche et ses sources de financement « dans une logique de lisibilité des ressources et dépenses associées et afin d’assurer son équilibre dans la durée ». Laurent Vachey doit bien identifier les missions de la CNSA ainsi que l’articulation des politiques relatives au grand âge et au handicap. News Assurances Pro, Grand âge : Laurent Vachey architecte de la branche autonomie
  • Ce qui dure, c'est l'indifférence. Rien ne tient mieux à l'arbre qu'une branche morte. De Henry de Montherlant / Demain il fera jour
  • Pour un grand nombre de gens, la télévision est une variété de tranquillisant que l’on branche au lieu d’avaler. De Anonyme
  • C'est contrarier les desseins du maître que d'arracher à la branche le fruit qu'elle veut nourrir encore. De Proverbe persan
  • La douleur est un fruit : Dieu ne le fait pas croître Sur la branche trop faible encore pour le porter. De Victor Hugo / Les contemplations
  • Etre dur de la feuille n'empêche pas pour autant d'être mou de la branche et réciproquement. De Pierre Dac
  • Sur sa branche, une fleur se croit toujours immortelle, même fanée. Comme nous. De Pierre Karch / Noëlle à Cuba
  • La morale n'est pas une branche de la philosophie mais la philosophie première. De Emmanuel Levinas
  • Une jeune branche prend les formes qu'on lui donne. De Proverbe chinois
  • En se posant sur la branche, le papillon craint de la briser. De Proverbe arménien
  • Telle la nuit d’été, qui n’a pas de rives, De branche en branche passe le feu léger. De Yves Bonnefoy / Les Planches courbes
  • La neige ne brise jamais la branche du saule. De Proverbe japonais
  • On plie une jeune branche, mais pas un vieil arbre. De Proverbe belge
  • Si la branche vieillit, tu ne pourras plus la courber. De Proverbe oubykh
  • Qui aime l'arbre aime la branche. De Proverbe français
  • La branche chargée de fruits s'incline. De Thomas Fuller

Images d'illustration du mot « branche »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « branche »

Langue Traduction
Portugais ramo
Allemand schenkel
Italien ramo
Espagnol rama
Anglais branch
Source : Google Translate API

Synonymes de « branche »

Source : synonymes de branche sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « branche »



mots du mois

Mots similaires