La langue française

Tige

Sommaire

Définitions du mot tige

Trésor de la Langue Française informatisé

TIGE, subst. fém.

A. −
1. BOT. Partie des plantes vasculaires généralement aérienne et très variable dans ses dimensions, sa direction, sa forme, qui porte les feuilles et les organes reproducteurs et qui conduit la sève entre les racines et les feuilles. Tige herbacée, ligneuse; tige grimpante, rampante, souterraine; tige volubile; tige simple, ramifiée; tige épineuse, lisse, florale, laiteuse, rameuse, poilue, velue; bois, écorce, entre-nœuds de la tige. La tige n'est pas toujours aérienne; elle rampe quelquefois sous terre, émet des racines adventives pendant que ses branches et ses feuilles se développent au dehors. On la distingue alors sous le nom de rhizome (ZollaAgric.1904).La tige feuillée des Mousses et des Hépatiques à feuilles est toujours de taille restreinte et toujours grêle; elle ne dépasse pas 10-20 cm, et souvent n'a guère plus de 1 mm de longueur; en principe, elle est dressée chez les Mousses et couchée chez les Hépatiques (Bot., 1960, p. 485 [Encyclop. de la Pléiade]).
2. [S'applique à des végétaux d'aspect différent]
a) [La tige est ligneuse]
Partie axiale de la plante, épaisse, dure et dépourvue de feuilles. Tige d'un arbuste; écorcer une tige. Ce semis est devenu fourré; un fouillis de tiges inégales et de petites branches entrelacées (Pesquidoux, Livre raison, 1928, p. 19).
Vieilli ou littér. Synon. de fût, tronc.Tige d'un sapin. Dès qu'un souffle insensible traverse le vallon, le peuplier s'agite et frémit sur la tige élancée (Senancour, Rêveries, 1799, p. 102).Un vieux chêne était là; sa tige Eût orné le seuil d'un palais (Hugo, Chans. rues et bois, 1865, p. 55).
[Dans une compar.] Le dolman bleu à tresses d'argent faisait ressortir avec grâce l'élégance de sa taille, svelte et souple comme la tige d'un jeune peuplier! (Sandeau, Mllede La Seiglière, 1848, p. 18).
Partie axiale cylindrique à surface rugueuse terminée par une couronne de feuilles chez les plantes monocotylédones. Synon. hampe, stipe.Des milliers de cocotiers, haut perchés sur leurs tiges flexibles, balancent perpétuellement leurs têtes au-dessus de ces forêts (Loti, Mariage, 1882, p. 98).[Le cocotier] n'a point de branches; au sommet de sa tige, il érige une touffe de palmes (Claudel, Connaiss. Est, 1907, p. 25).
ARBORIC., SYLVIC. Jeune arbre à planter ou nouvellement planté. Synon. plant.Ils cherchèrent dans leurs livres une nomenclature de plants à acheter, et (...) s'adressèrent à un pépiniériste de Falaise, lequel s'empressa de leur fournir trois cents tiges dont il ne trouvait pas le placement (Flaub., Bouvard, t. 1, 1880, p. 40).
Expressions
Haut sur tige. Dont l'arborescence est située à l'extrémité d'une tige unique. C'était un bizarre et charmant arbrisseau haut sur tige, dont les innombrables branches fines comme des fils, ébouriffées, sans feuilles, étaient couvertes d'un million de petites rosettes blanches (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 164).
À/de haute tige. Qui porte haut sa ramure; qu'on a laissé pousser en hauteur. Il n'est permis de planter des arbres de haute tige qu'à la distance prescrite par les réglemens particuliers actuellement existans (Code civil, 1804, art. 671, p. 122).
ARBORIC. [En parlant d'un arbre fruitier] À/de haute tige. Dont on laisse la tige libre de s'élever. À/de basse tige. Que l'on maintient par taille à faible hauteur. À/de demi-tige. Qui a environ 1, ou 1,50 m de hauteur. On distingue en effet: l'arbre fruitier à haute-tige (ou arbre de « plein vent », dont le tronc mesure 1,50 à 2 m de longueur; l'arbre fruitier à demi-tige: le tronc a une hauteur de 1 m à 1,50 m; l'arbre fruitier à basse-tige: longueur du tronc inférieure à 1 m (Boulay,Arboric. et prod. fruit.,1961,p. 47).P. ell. Haute(-)tige, basse(-)tige. Toute forme fruitière est définie par: 1) la hauteur de son tronc (haute-tige, demi-tige ou basse-tige); 2) le mode de ramification du tronc (Boulay,Arboric. et prod. fruit.,1961,p. 88).
b) [La tige est herbacée] Tige creuse, droite, souple; tige des Graminées, du maïs, des roseaux; briser, couper une tige. Haricots d'Espagne, dont les tiges minces commençaient à s'enrouler autour d'un berceau de ficelles (Zola, Assommoir, 1877, p. 416).Les tiges coupées du seigle, à travers les sandales, me faisaient mal (Mauriac, Th. Desqueyroux, 1927, p. 224).
c) Rare. Partie qui supporte le chapeau des champignons. Synon. pédicule, pied.Le champignon s'élève sur son pédicule, ou tige, ou pied. Celui-ci est haut et cylindrique, ou évasé, ou étalé (Pesquidoux, Chez nous, 1921, p. 161).
3. BROD. Point de tige. Point arrière dont chaque point légèrement oblique chevauche l'autre sur une demi-longueur. Les feuilles [sont exécutées] au point de tige (Jardins des modes, janv. 1951, p. 41).
4. P. métaph. ou au fig. Premier père, fondateur d'où sont sorties toutes les branches d'une famille. Synon. ancêtre.La tige capétienne; avoir pour tige (de sa branche); sortir d'une tige illustre. Jésus, l'arbre nouveau, la tige fertile dont David devait fournir le germe, suivant les prophètes (P. Leroux, Humanité, 1840, p. 805).Que pensez-vous du prince Crucho?C'est un aimable jeune homme et, j'ose dire, le digne rejeton d'une tige auguste (A. France, Île ping., 1908, p. 201).
Loc. verb., vieilli. Faire tige. Avoir une descendance. Synon. faire souche.Littér. [Le suj. désigne un inanimé] Le Jansénisme, très-fort en terre de France (...) n'avait pas en lui la séve propre du Puritanisme, et il n'était pas de force à faire tige ailleurs (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 4, 1859, p. 267).
B. − Partie fine, nue et droite, sans rameaux, portant la fleur, parfois le fruit; p. méton., fleur coupée avec sa tige. Synon. pédoncule, queue.Tige frêle, souple, verte; tige de la jacinthe, du pissenlit, du pavot, de la rose; fleur à longue tige, sans tige. De ses doigts blancs, sur la tige verte d'un nénuphar, la jeune fille saisit une libellule (Barrès, Barbares, 1888, p. 68):
Pendant la semaine qui suivit les obsèques (...) il n'avait pas manqué de porter chaque matin à sa femme un bouquet maladroit aux tiges trop courtes, comme ceux que les enfants coupent. Mauriac, Genitrix, 1923, p. 352.
C. − P. anal.
1.
a) Pièce ou partie longue et mince d'un objet, d'un ensemble. Tige métallique; tige de bois; tige d'une ancre, d'un clou, d'un guéridon, d'un paratonnerre. Factures embrochées dans des tiges de fer (Theuriet, Mais. deux barbeaux, 1879, p. 110).Lunettes à tiges d'acier (Green, Journal, 1944, p. 124).V. échassier rem. ex. de Gide.
b) Spécialement
Partie de la chaussure, de la botte qui enveloppe la jambe, couvre le dessus du pied. Tige basse, haute; bottine, chaussure à tige. Les souliers [du facteur et du fantassin] étaient presque pareils, en gros cuir dur, les tiges gondolées, les semelles ferrées jusqu'aux talons (Aymé, Jument, 1933, p. 195).
Fam., vieilli. Marcher sur les tiges. Porter des chaussures très usées. Au fig. Être à bout de ressources. Finot, il y a trois ans, marchait sur les tiges de ses bottes, dînait chez Tabar à dix-huit sous (Balzac, Illus. perdues, 1839, p. 328).
P. anal., région. (Ouest). Tige de botte. Tuile en forme de cône tronqué. Des maisons basses, couvertes en tuiles creuses (tiges de bottes) jointes à la chaux (Aguiaine, 1968, p. 13 ds Réz. Ouest 1984, p. 263).
Partie mince et allongée de la clef située entre l'anneau et le panneton. Tige d'une clef (Poignon 1967).
Tige d'une plume. Partie prolongeant le tuyau et sur laquelle se développent les barbes. La tige de la plume fait la continuité du tube. C'est un cône plus ou moins alongé, convexe sur une face, plat et sillonné sur l'autre, sur les parties latérales duquel s'attachent les barbes (Cuvier, Anat. comp., t. 2, 1805, p. 607).
Élément d'un lampadaire, d'un flambeau qui va du pied au dispositif d'éclairage. Le candélabre de Tarente, portant sur sa tige autant de lampadaires qu'il y a de jours dans l'année (Flaub., Salammbô, t. 2, 1863, p. 21).
ANAT. Tige pituitaire. Cordon de substance nerveuse qui unit l'infundibulum à l'hypophyse. [L'hypophyse] est reliée au plancher du troisième ventricule par une tige conique ou tige pituitaire ou encore infundibulum (Quillet Méd.1965, p. 321).
ARCHIT. Tige d'une colonne. ,,Sorte de branche qui part d'un fleuron et qui porte le feuillage d'un rinceau d'ornement`` (Noël 1968).
2. Élément long et mince, de section généralement circulaire, appartenant à un mécanisme. Tige métallique; tige de démarreur, de piston; tige carrée, filetée. Il prit le revolver dans la main gauche, et pressa doucement. Une seconde la petite tige résista puis elle glissa dans la rainure (Bernanos, Imposture, 1927, p. 372).Parfois, l'axe du volant est creux et permet le passage d'une tige actionnant, du centre du volant, l'avertisseur et l'éclairage (Chapelain, Techn. automob., 1956, p. 232).V. culbuteur ex. 2.
HORLOG. Tige de remontoir. Axe muni d'une couronne moletée permettant de remonter une montre ou de la mettre à l'heure. On voit apparaître [au XIXes.] le « remontoir au pendant », où l'on tourne la « couronne » fixée sur la tige de remontoir (Bassermann-Jordan, Montres, horl. et pend., 1964, p. 184).
TECHNOL. Tige de forage. Tube métallique utilisé pour former une colonne de forage dans les forages pétroliers. Comme on ne peut par ces procédés allonger de 10 mlongueur d'une tigele train d'outils, on utilise des tiges plus courtes que l'on remplace par une tige normale lorsque la longueur voulue est atteinte (Chartrou, Pétroles natur. et artif., 1931, p. 47).
3. Fam. Vieille tige. Pilote d'aviation breveté avant 1914. Pour un film on a reconstruit le premier avion d'Henry Farman. De gauche à droite: les « vieilles tiges » Gaubert et Saladin (L'Œuvre, 30 nov. 1941).
4. Argot
a) ,,Cigarette`` (Cellard-Rey 1980). Brouter la tige. ,,Pratiquer la fellation`` (Rey-Chantr. Expr. 1979).
b) Gardien de la paix, agent de police. Laisser emballer Tintin par les tiges (Simonin, Cave se rebiffe, 1954, p. 124).
REM. 1.
Coton-tige, subst. masc.Bâtonnet dont les extrémités sont enrobées de coton hydrophile, utilisé pour les soins d'hygiène et de toilette. Rien n'est plus délicat que de remaquiller des yeux qui viennent tout juste d'être démaquillés. Contentez-vous simplement de nettoyer le contour de l'œil et la paupière supérieure avec un coton-tige (Avantages, mars 1990, p. 50).Plur. des cotons-tiges.
2.
Tigeron, subst. masc.,horlog. ,,Tige très courte qui entre dans l'axe d'une roue ou d'un balancier`` (Peyroux Techn. Métiers 1985).
Prononc. et Orth.: [ti:ʒ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. 1. a) Ca 1100 « partie d'une plante qui sort de la terre et qui pousse des branches, des feuilles, des fruits » ici « tronc » (Roland, éd. J. Bédier, 500); b) 1703 arboric. arbre de tige (Liger, Dict. gén. des termes propres à l'agric., Paris., D. Beugnié); 1859 haute-tige (Bouillet); 2. a) 1559 généal. « premier père duquel sont sorties toutes les branches d'une famille » (Amyot, Mar. et Pyr., 4 ds Littré); b) 1560 masc. « origine, source » (Du Bellay, Louange de la France, 68 ds Œuvres poét., éd. H. Chamard, t. 5, p. 311); fin xvies. fém. (Pasquier, 89 ds IGLF); 1689 faire tige (Boss., 1eravert., 37 ds Littré). II. 1. 1382-84 « partie allongée de diverses choses » (Le Compte du Clos des Galées, éd. Ch. Bréard, p. 65: barreaulx de fer pour faire tiges à ancres de galées); en partic. 1676 « partie longue et cylindrique qui est entre l'anneau et le panneton d'une clef » (Félibien, p. 487); 2. 1567 archit. (J. Martin, Arch., p. 116); 3. 1660 « partie de la botte qui surmonte l'empeigne et enveloppe la jambe » (Oudin Esp.-Fr.); 4. 1905 arg. « cigarette » (Bruant Suppl., p. 461); 5. 1920 arg. vieille tige « pilote breveté avant 1914 » (ds Esn. 1966); 6. a) 1923 tige de sonde (Bresson, Manuel prospect., p. 233); b) 1964 tige de forage (Pétrol.). Dér. du lat. class. tibia, v. tibia qui a pris en lat. pop. le sens de « tige ». Fréq. abs. littér.: 1 401. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2 312, b) 1 651; xxes.: a) 2 297, b) 1 718. Bbg. Quem. DDL t. 30.

Trésor de la Langue Française informatisé

TIGE, subst. fém.

A. −
1. BOT. Partie des plantes vasculaires généralement aérienne et très variable dans ses dimensions, sa direction, sa forme, qui porte les feuilles et les organes reproducteurs et qui conduit la sève entre les racines et les feuilles. Tige herbacée, ligneuse; tige grimpante, rampante, souterraine; tige volubile; tige simple, ramifiée; tige épineuse, lisse, florale, laiteuse, rameuse, poilue, velue; bois, écorce, entre-nœuds de la tige. La tige n'est pas toujours aérienne; elle rampe quelquefois sous terre, émet des racines adventives pendant que ses branches et ses feuilles se développent au dehors. On la distingue alors sous le nom de rhizome (ZollaAgric.1904).La tige feuillée des Mousses et des Hépatiques à feuilles est toujours de taille restreinte et toujours grêle; elle ne dépasse pas 10-20 cm, et souvent n'a guère plus de 1 mm de longueur; en principe, elle est dressée chez les Mousses et couchée chez les Hépatiques (Bot., 1960, p. 485 [Encyclop. de la Pléiade]).
2. [S'applique à des végétaux d'aspect différent]
a) [La tige est ligneuse]
Partie axiale de la plante, épaisse, dure et dépourvue de feuilles. Tige d'un arbuste; écorcer une tige. Ce semis est devenu fourré; un fouillis de tiges inégales et de petites branches entrelacées (Pesquidoux, Livre raison, 1928, p. 19).
Vieilli ou littér. Synon. de fût, tronc.Tige d'un sapin. Dès qu'un souffle insensible traverse le vallon, le peuplier s'agite et frémit sur la tige élancée (Senancour, Rêveries, 1799, p. 102).Un vieux chêne était là; sa tige Eût orné le seuil d'un palais (Hugo, Chans. rues et bois, 1865, p. 55).
[Dans une compar.] Le dolman bleu à tresses d'argent faisait ressortir avec grâce l'élégance de sa taille, svelte et souple comme la tige d'un jeune peuplier! (Sandeau, Mllede La Seiglière, 1848, p. 18).
Partie axiale cylindrique à surface rugueuse terminée par une couronne de feuilles chez les plantes monocotylédones. Synon. hampe, stipe.Des milliers de cocotiers, haut perchés sur leurs tiges flexibles, balancent perpétuellement leurs têtes au-dessus de ces forêts (Loti, Mariage, 1882, p. 98).[Le cocotier] n'a point de branches; au sommet de sa tige, il érige une touffe de palmes (Claudel, Connaiss. Est, 1907, p. 25).
ARBORIC., SYLVIC. Jeune arbre à planter ou nouvellement planté. Synon. plant.Ils cherchèrent dans leurs livres une nomenclature de plants à acheter, et (...) s'adressèrent à un pépiniériste de Falaise, lequel s'empressa de leur fournir trois cents tiges dont il ne trouvait pas le placement (Flaub., Bouvard, t. 1, 1880, p. 40).
Expressions
Haut sur tige. Dont l'arborescence est située à l'extrémité d'une tige unique. C'était un bizarre et charmant arbrisseau haut sur tige, dont les innombrables branches fines comme des fils, ébouriffées, sans feuilles, étaient couvertes d'un million de petites rosettes blanches (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 164).
À/de haute tige. Qui porte haut sa ramure; qu'on a laissé pousser en hauteur. Il n'est permis de planter des arbres de haute tige qu'à la distance prescrite par les réglemens particuliers actuellement existans (Code civil, 1804, art. 671, p. 122).
ARBORIC. [En parlant d'un arbre fruitier] À/de haute tige. Dont on laisse la tige libre de s'élever. À/de basse tige. Que l'on maintient par taille à faible hauteur. À/de demi-tige. Qui a environ 1, ou 1,50 m de hauteur. On distingue en effet: l'arbre fruitier à haute-tige (ou arbre de « plein vent », dont le tronc mesure 1,50 à 2 m de longueur; l'arbre fruitier à demi-tige: le tronc a une hauteur de 1 m à 1,50 m; l'arbre fruitier à basse-tige: longueur du tronc inférieure à 1 m (Boulay,Arboric. et prod. fruit.,1961,p. 47).P. ell. Haute(-)tige, basse(-)tige. Toute forme fruitière est définie par: 1) la hauteur de son tronc (haute-tige, demi-tige ou basse-tige); 2) le mode de ramification du tronc (Boulay,Arboric. et prod. fruit.,1961,p. 88).
b) [La tige est herbacée] Tige creuse, droite, souple; tige des Graminées, du maïs, des roseaux; briser, couper une tige. Haricots d'Espagne, dont les tiges minces commençaient à s'enrouler autour d'un berceau de ficelles (Zola, Assommoir, 1877, p. 416).Les tiges coupées du seigle, à travers les sandales, me faisaient mal (Mauriac, Th. Desqueyroux, 1927, p. 224).
c) Rare. Partie qui supporte le chapeau des champignons. Synon. pédicule, pied.Le champignon s'élève sur son pédicule, ou tige, ou pied. Celui-ci est haut et cylindrique, ou évasé, ou étalé (Pesquidoux, Chez nous, 1921, p. 161).
3. BROD. Point de tige. Point arrière dont chaque point légèrement oblique chevauche l'autre sur une demi-longueur. Les feuilles [sont exécutées] au point de tige (Jardins des modes, janv. 1951, p. 41).
4. P. métaph. ou au fig. Premier père, fondateur d'où sont sorties toutes les branches d'une famille. Synon. ancêtre.La tige capétienne; avoir pour tige (de sa branche); sortir d'une tige illustre. Jésus, l'arbre nouveau, la tige fertile dont David devait fournir le germe, suivant les prophètes (P. Leroux, Humanité, 1840, p. 805).Que pensez-vous du prince Crucho?C'est un aimable jeune homme et, j'ose dire, le digne rejeton d'une tige auguste (A. France, Île ping., 1908, p. 201).
Loc. verb., vieilli. Faire tige. Avoir une descendance. Synon. faire souche.Littér. [Le suj. désigne un inanimé] Le Jansénisme, très-fort en terre de France (...) n'avait pas en lui la séve propre du Puritanisme, et il n'était pas de force à faire tige ailleurs (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 4, 1859, p. 267).
B. − Partie fine, nue et droite, sans rameaux, portant la fleur, parfois le fruit; p. méton., fleur coupée avec sa tige. Synon. pédoncule, queue.Tige frêle, souple, verte; tige de la jacinthe, du pissenlit, du pavot, de la rose; fleur à longue tige, sans tige. De ses doigts blancs, sur la tige verte d'un nénuphar, la jeune fille saisit une libellule (Barrès, Barbares, 1888, p. 68):
Pendant la semaine qui suivit les obsèques (...) il n'avait pas manqué de porter chaque matin à sa femme un bouquet maladroit aux tiges trop courtes, comme ceux que les enfants coupent. Mauriac, Genitrix, 1923, p. 352.
C. − P. anal.
1.
a) Pièce ou partie longue et mince d'un objet, d'un ensemble. Tige métallique; tige de bois; tige d'une ancre, d'un clou, d'un guéridon, d'un paratonnerre. Factures embrochées dans des tiges de fer (Theuriet, Mais. deux barbeaux, 1879, p. 110).Lunettes à tiges d'acier (Green, Journal, 1944, p. 124).V. échassier rem. ex. de Gide.
b) Spécialement
Partie de la chaussure, de la botte qui enveloppe la jambe, couvre le dessus du pied. Tige basse, haute; bottine, chaussure à tige. Les souliers [du facteur et du fantassin] étaient presque pareils, en gros cuir dur, les tiges gondolées, les semelles ferrées jusqu'aux talons (Aymé, Jument, 1933, p. 195).
Fam., vieilli. Marcher sur les tiges. Porter des chaussures très usées. Au fig. Être à bout de ressources. Finot, il y a trois ans, marchait sur les tiges de ses bottes, dînait chez Tabar à dix-huit sous (Balzac, Illus. perdues, 1839, p. 328).
P. anal., région. (Ouest). Tige de botte. Tuile en forme de cône tronqué. Des maisons basses, couvertes en tuiles creuses (tiges de bottes) jointes à la chaux (Aguiaine, 1968, p. 13 ds Réz. Ouest 1984, p. 263).
Partie mince et allongée de la clef située entre l'anneau et le panneton. Tige d'une clef (Poignon 1967).
Tige d'une plume. Partie prolongeant le tuyau et sur laquelle se développent les barbes. La tige de la plume fait la continuité du tube. C'est un cône plus ou moins alongé, convexe sur une face, plat et sillonné sur l'autre, sur les parties latérales duquel s'attachent les barbes (Cuvier, Anat. comp., t. 2, 1805, p. 607).
Élément d'un lampadaire, d'un flambeau qui va du pied au dispositif d'éclairage. Le candélabre de Tarente, portant sur sa tige autant de lampadaires qu'il y a de jours dans l'année (Flaub., Salammbô, t. 2, 1863, p. 21).
ANAT. Tige pituitaire. Cordon de substance nerveuse qui unit l'infundibulum à l'hypophyse. [L'hypophyse] est reliée au plancher du troisième ventricule par une tige conique ou tige pituitaire ou encore infundibulum (Quillet Méd.1965, p. 321).
ARCHIT. Tige d'une colonne. ,,Sorte de branche qui part d'un fleuron et qui porte le feuillage d'un rinceau d'ornement`` (Noël 1968).
2. Élément long et mince, de section généralement circulaire, appartenant à un mécanisme. Tige métallique; tige de démarreur, de piston; tige carrée, filetée. Il prit le revolver dans la main gauche, et pressa doucement. Une seconde la petite tige résista puis elle glissa dans la rainure (Bernanos, Imposture, 1927, p. 372).Parfois, l'axe du volant est creux et permet le passage d'une tige actionnant, du centre du volant, l'avertisseur et l'éclairage (Chapelain, Techn. automob., 1956, p. 232).V. culbuteur ex. 2.
HORLOG. Tige de remontoir. Axe muni d'une couronne moletée permettant de remonter une montre ou de la mettre à l'heure. On voit apparaître [au XIXes.] le « remontoir au pendant », où l'on tourne la « couronne » fixée sur la tige de remontoir (Bassermann-Jordan, Montres, horl. et pend., 1964, p. 184).
TECHNOL. Tige de forage. Tube métallique utilisé pour former une colonne de forage dans les forages pétroliers. Comme on ne peut par ces procédés allonger de 10 mlongueur d'une tigele train d'outils, on utilise des tiges plus courtes que l'on remplace par une tige normale lorsque la longueur voulue est atteinte (Chartrou, Pétroles natur. et artif., 1931, p. 47).
3. Fam. Vieille tige. Pilote d'aviation breveté avant 1914. Pour un film on a reconstruit le premier avion d'Henry Farman. De gauche à droite: les « vieilles tiges » Gaubert et Saladin (L'Œuvre, 30 nov. 1941).
4. Argot
a) ,,Cigarette`` (Cellard-Rey 1980). Brouter la tige. ,,Pratiquer la fellation`` (Rey-Chantr. Expr. 1979).
b) Gardien de la paix, agent de police. Laisser emballer Tintin par les tiges (Simonin, Cave se rebiffe, 1954, p. 124).
REM. 1.
Coton-tige, subst. masc.Bâtonnet dont les extrémités sont enrobées de coton hydrophile, utilisé pour les soins d'hygiène et de toilette. Rien n'est plus délicat que de remaquiller des yeux qui viennent tout juste d'être démaquillés. Contentez-vous simplement de nettoyer le contour de l'œil et la paupière supérieure avec un coton-tige (Avantages, mars 1990, p. 50).Plur. des cotons-tiges.
2.
Tigeron, subst. masc.,horlog. ,,Tige très courte qui entre dans l'axe d'une roue ou d'un balancier`` (Peyroux Techn. Métiers 1985).
Prononc. et Orth.: [ti:ʒ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. 1. a) Ca 1100 « partie d'une plante qui sort de la terre et qui pousse des branches, des feuilles, des fruits » ici « tronc » (Roland, éd. J. Bédier, 500); b) 1703 arboric. arbre de tige (Liger, Dict. gén. des termes propres à l'agric., Paris., D. Beugnié); 1859 haute-tige (Bouillet); 2. a) 1559 généal. « premier père duquel sont sorties toutes les branches d'une famille » (Amyot, Mar. et Pyr., 4 ds Littré); b) 1560 masc. « origine, source » (Du Bellay, Louange de la France, 68 ds Œuvres poét., éd. H. Chamard, t. 5, p. 311); fin xvies. fém. (Pasquier, 89 ds IGLF); 1689 faire tige (Boss., 1eravert., 37 ds Littré). II. 1. 1382-84 « partie allongée de diverses choses » (Le Compte du Clos des Galées, éd. Ch. Bréard, p. 65: barreaulx de fer pour faire tiges à ancres de galées); en partic. 1676 « partie longue et cylindrique qui est entre l'anneau et le panneton d'une clef » (Félibien, p. 487); 2. 1567 archit. (J. Martin, Arch., p. 116); 3. 1660 « partie de la botte qui surmonte l'empeigne et enveloppe la jambe » (Oudin Esp.-Fr.); 4. 1905 arg. « cigarette » (Bruant Suppl., p. 461); 5. 1920 arg. vieille tige « pilote breveté avant 1914 » (ds Esn. 1966); 6. a) 1923 tige de sonde (Bresson, Manuel prospect., p. 233); b) 1964 tige de forage (Pétrol.). Dér. du lat. class. tibia, v. tibia qui a pris en lat. pop. le sens de « tige ». Fréq. abs. littér.: 1 401. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2 312, b) 1 651; xxes.: a) 2 297, b) 1 718. Bbg. Quem. DDL t. 30.

Wiktionnaire

Nom commun

tige \tiʒ\ féminin

  1. (Botanique) Partie d’une plante qui sort de la terre et sur laquelle poussent des branches, des feuilles, des fleurs, des fruits. Organe de la plante, en forme d'axe, qui relie ses organes fondamentaux : feuilles et racines.
    • Ce sont les larves des pucerons qui, réunies en familles innombrables, recouvrent quelquefois des branches entières de nos arbres fruitiers, la tige de nos fleurs, de nos légumes. — (Jean Louis Armand de Quatrefages de Bréau, Les Métamorphoses et la généagénèse, Revue des Deux Mondes, 2e période, tome 3, 1856 (pp. 496-519))
    • Le chanvre femelle continuant à végéter jusqu'à la maturité de la graine, sa tige acquiert plus de force, sa fibre plus de dureté et on ne peut en tirer parti que dans les carderies. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 148)
    • Elle sourit en baissant les yeux; sur ses bras, elle portait toute une gerbe de fleurs vives aux longues tiges. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans "Trois contes de l'Amour et de la Mort", 1940)
    • Il sait aussi fabriquer une flûte douce dans l'entre-nœud d'une grosse tige de berce. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Les trous seront effectués à la tarière hélicoïdale ou à la barre à mine avec comme objectif d'enfoncer la tige à 1 mètre de profondeur. — (Vincent Thècle, Peupliers : comment réussir les nouvelles plantations., dans La France agricole, n° 3361 du 26 novembre 2010)
  2. (Par analogie) (Parfois) Pédoncule d'une fleur.
  3. (Par métonymie) (Foresterie) Arbre, semis, pied.
    • Dans les cas où ces chênes sont entourés de charmes ou, à plus forte raison, de hêtres, le suivi de la régénération devra être continu et fin pour ne pas risquer de perdre trop de chênes et donc limiter le choix ultérieur des tiges qui composeront le peuplement final. — (Thierry Sardin, Chênaies continentales, Office national des forêts, 2008, ISBN 978-2-84207-321-3 → lire en ligne)
  4. (Généalogie) Premier père duquel sont sorties toutes les branches d’une famille, tant la branche aînée que la cadette.
    • Il sort d’une tige illustre.
  5. (Par analogie) Partie allongée de diverses choses.
    1. (En particulier) L’espèce de branche qui part d’un culot ou fleuron et qui porte les feuillages d’un rinceau d’ornement.
    2. (En particulier) Le fût d’une colonne.
    3. (En particulier) La partie longue et cylindrique d’une clef, qui est entre l’anneau et le panneton.
    4. (En particulier) La partie d’un flambeau qui prend depuis le pied jusqu’à la bobèche.
    5. (En particulier) La partie d’un guéridon qui prend depuis le pied jusqu’à la tablette.
    6. (Golf) Manche d’une canne.
    7. (En particulier) La partie de la botte qui surmonte l’empeigne et enveloppe la jambe.
      • Au bruit de leurs lourds sabots, à tiges de toile bise, les marins dévalaient par groupes, le dos courbé sous le poids de leurs filets ; […]. — (Octave Mirbeau, Les eaux muettes )
      • Son pantalon à grand pont, éraillé aux boutonnières et bombé aux genoux, s’arrêtait à mi-jambe sur la tige d’une forte botte dont le cuir ne ployait pas — (Gustave Flaubert et Maxime Du Camp, Par les champs et les grèves (Voyage en Bretagne), 1886, Le Livre de poche, page 180, 2012)
  6. (Familier) Cigarette.
    • Ça te tente-tu de revenir ? l'interrompit Maria d'une voix rauque qui trahissait une forte consommation de tiges de huit. — (Luc Baranger, Maria chape de haine, ch. I, Baleine, 2010)
    • La cueillette n'a pas été très fructueuse. Les bouts de cigarettes deviennent de plus en plus courts. Tout ça à cause des filtres. Si ça continue, les gens vont fumer leurs « tiges » jusqu'au coton hydrophile (dit tampax dans le jargon populaire). — (Guy Vicq, Janine, Éditions Edilivre, 2014)

Forme de verbe

tige \tiʒ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe tiger.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe tiger.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe tiger.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe tiger.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe tiger.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TIGE. n. f.
Partie d'une plante qui sort de la terre et qui pousse des branches, des feuilles, des fleurs, des fruits. Cet arbre a une belle tige. Tige branchue. Laisser monter la tige d'un arbre. Arbre à haute tige ou, elliptiquement, Haute tige se dit d'un Arbre fruitier dont on laisse la tige s'élever. Arbre à basse tige ou, par ellipse, Basse tige, Celui dont on empêche la tige de s'élever.

TIGE se dit plus spécialement en parlant des Plantes qui ne sont ni arbres ni arbrisseaux. Laisser mourir une fleur sur sa tige. Tige de lis. Tige de pavot. Plante à plusieurs tiges. Tige rameuse. Tige simple. Tige droite. Tige couchée. Tige carrée. Tige cylindrique. Tige glabre. Tige velue. Tige ligneuse. Tige herbacée. En termes de Généalogie, il désigne le Premier père duquel sont sorties toutes les branches d'une famille, tant la branche aînée que la cadette. Il sort d'une tige illustre.

TIGE se dit, par analogie, de la Partie allongée de diverses choses. La tige d'un rinceau, L'espèce de branche qui part d'un culot ou fleuron et qui porte les feuillages d'un rinceau d'ornement. La tige d'une colonne, Le fût. La tige d'une clef, La partie longue et cylindrique qui est entre l'anneau et le panneton. La tige d'un flambeau, La partie d'un flambeau qui prend depuis le pied jusqu'à la bobèche. La tige d'un guéridon, La partie qui prend depuis le pied jusqu'à la tablette. La tige d'une botte, La partie de la botte qui surmonte l'empeigne et enveloppe la jambe.

Littré (1872-1877)

TIGE (ti-j') s. f.
  • 1Partie de la plante qui tend à s'élever verticalement, et qui porte les feuilles, les fleurs et les fruits ; on l'appelle tronc dans les arbres dicotylédons ; stipe dans les monocotylédones arborescentes ; chaume dans les graminées ; hampe dans les oignons, lorsque, naissant au milieu des feuilles, elle est nue, droite et terminée par les fleurs. …ce chêne énorme Dont la tige toujours informe S'épuise en rameaux superflus, Gresset, Épît P. Bougeant. De ta tige détachée, Pauvre feuille desséchée, Où vas-tu ? - Je n'en sais rien, A. Arnault, Fabl. v, 16.

    Arbres à hautes tiges, ou, simplement, hautes tiges, arbres dont on laisse les tiges s'élever.

    Arbres à basses tiges, ou, simplement, basses tiges, ceux qu'on empêche de s'élever.

    Demi-tige, arbre fruitier de quatre ou cinq pieds de haut, et dont la croissance naturelle a été arrêtée.

    Tige se dit, chez les jardiniers, des arbres auxquels on ne laisse qu'un seul jet, pour les distinguer de ceux qu'on destine à former des espaliers ou des gobelets

    Fig. Vous reconnaissez que l'Église a une tige toujours subsistante, dont on ne peut se séparer sans se perdre, Bossuet, Hist. II, 13.

  • 2Il se dit plus particulièrement en parlant des plantes qui ne sont ni arbres ni arbrisseaux. Laisser mourir une fleur sur sa tige. Tige de lis. Tige droite. Tige couchée.
  • 3 Terme de généalogie. Chef de qui sont sorties les branches d'une famille, tant la branche aînée que la cadette. Et que si de cette couronne, Que sa tige illustre lui donne [à Henri IV], Les lois ne l'eussent revêtu, Malherbe, II, 4. Tel le grand saint Louis, la tige des Bourbons, Lui-même du soudan forçait les bataillons, Corneille, Victoires du roi. Un peuple qui ne s'est jamais regardé que comme une seule famille, nous conduit naturellement, à Abraham qui en est la tige, Bossuet, Hist. II, 13. Triste reste de nos rois, Chère et dernière fleur d'une tige si belle, Racine, Athal. IV, 6. Abdolonyme, descendu, quoique de loin, de la tige royale [de Tyr], Rollin, Hist. anc. Œuv. t. VI, p. 263. Saint Louis, neuvième du nom, roi de France, est la tige de la branche des Bourbons, Voltaire, Henr. I, Notes. De ce nombre [des protestants sauvés par des catholiques lors de la Saint-Barthélemy] fut un Tronchin, qui resta plusieurs jours caché dans un tonneau, et, s'étant retiré à Genève, y a été la tige de la famille de ce nom, Voltaire, Henr. II, Notes.

    Par extension, il se dit des animaux. Dans l'état actuel, on doit regarder le loup et le renard comme des tiges majeures du genre des cinq animaux que nous avons indiqués ; le chien, le chacal et l'isatis n'en sont que les branches latérales, Buffon, Quadrup. t. VII, p. 251.

    Lignée. Tous les mâles depuis vingt ans et au-dessus qui pouvaient aller à la guerre, furent comptés par tiges par familles et par maisons, Sacy, Bible, Nomb. I, 22.

    Faire tige, devenir l'origine d'une famille. La branche d'où il est issu a fait tige en France.

    Fig. Si quelques-uns [des saints Pères] ont eu quelque chose de particulier dans leurs sentiments ou dans leurs expressions, tout cela s'est évanoui et n'a pas fait tige dans l'Église, Bossuet, 1er avert. 37.

  • 4 Fig. Origine, source. Les luthériens, qui étaient la tige de la réforme, Bossuet, 6e avert. 3e part. 4. Toutes les Églises naissantes venaient de la tige commune des apôtres, ou de ceux que les apôtres avaient envoyés, et en tiraient leurs pasteurs avec la doctrine, Bossuet, 2e instr. past. 64. On a vu sortir de cette tige d'iniquité des rejetons honteux, qui ont été l'opprobre de leur nom et de leur siècle, Massillon, Pet. carême, Hum. des gr.
  • 5 Par analogie, tout prolongement allongé et plus ou moins cylindrique, qui fait partie d'un corps quelconque.

    La tige d'une colonne, le fût.

    La tige d'un rinceau, l'espèce de branche qui part d'un culot ou fleuron, et qui porte les feuillages d'un rinceau d'ornement.

    La tige d'une roue de montre, l'arbre de cette roue quand il est un peu mince.

    Terme d'architecture. Pied qui supporte une coupe d'où jaillit une fontaine.

    La tige d'une clef, etc. la partie mince et allongée qui est entre l'anneau et le panneton.

    Tige de flambeau, le tuyau depuis la patte jusqu'à l'embouchure.

    La tige d'un guéridon, la partie qui prend depuis le pied jusqu'à la table.

    Tige d'une plume, la partie qui surmonte le tuyau et de chaque côté de laquelle se développent les barbes.

    Tige de botte, le corps de la botte où l'on met la jambe.

    La partie d'un bas de tricot où on le rétrécit.

    Corps d'un clou.

    Tige de pompe, manche auquel tient le piston.

  • 6 Terme de sculpture. Tige d'un trépan, partie de cet instrument à laquelle on applique l'archet.

    Terme de métallurgie. Tige de laminoir, partie carrée qui se trouve en dehors du tourillon, et sur laquelle s'adaptent les intermédiaires du mouvement.

  • 7Carabine à tige, carabine portant une tige fixée à la culasse, de manière à ménager, entre elle et le canon, un espace annulaire dans lequel se loge la poudre. La balle prend appui sur l'extrémité de cette tige, et elle est forcée par des coups de baguette qui l'aplatissent et l'engagent dans les rayures.

REMARQUE

Au XVIe siècle, tige devint masculin chez quelques-uns, malgré l'étymologie et l'usage plus ancien.

HISTORIQUE

XIe s. [Guenes] Vait s'apuier suz le pin à la tige, Ch. de Rol. XXXVI.

XIVe s. Prenez la tige du rouge chol [chou], Modus, f° XCIV.

XVIe s. De la racine procede ung tige unicque, rond, ferulacé, verd on dehors, Rabelais, Pant. III, 49. Pour esclaircir le branchage de ce tige foisonnant en trop de gaillardise, Montaigne, III, 98. Le roseau produict une longue tige et droicte, Montaigne, IV, 168. Pyrrus issu de la noble tige de Hercules, Amyot, Mar. et Pyr. 4. Tant que tige fait souche, elle ne branche jamais, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TIGE, s. f. (Botan.) c’est la partie des plantes qui tire sa naissance de la racine, & qui soutient les feuilles, les fleurs & les fruits. La tige dans les arbres prend le nom de tronc, en latin, truncus ; & celui de caudex dans les herbes, on l’appelle caulis, & scaphus lorsqu’elle est droite comme une colonne. Les auteurs modernes l’ont nommée viticulus, lorsqu’elle est grèle & couchée, comme est celle de la nummulaire. Enfin, la tige des plantes graminées, s’appelle culmus.

Mais ce ne sont pas des mots qui intéressent les physiciens, ce sont les phénomenes curieux de la végétation ; par exemple, le redressement des tiges, car on sait que de jeunes tiges de plantes inclinées vers la terre se redressent peu-à-peu, & regardent la perpendiculaire. Dans celles qui n’ont de libre que l’extrémité, c’est cette extrémité qui se redresse. M. Dodart est le premier qui ait observé ce fait en France. Des pins qu’un orage avoit abattus sur le penchant d’une colline, attirerent l’attention de cet habile physicien. Il remarqua avec surprise, que toutes les sommités des branches s’étoient repliées sur elles-mêmes, pour regagner la perpendiculaire ; ensorte que ces sommités formoient avec la partie inclinée, un angle plus ou moins ouvert, suivant que le sol étoit plus ou moins oblique à l’horison.

M. Dodart cite à ce sujet dans les Mém. de l’acad. des Sciences ann. 1700. l’exemple de quelques plantes qui croissent dans les murs, telles que la pariétaire ; ces plantes après avoir poussé horisontalement, se redressent pour suivre la direction du mur : mais il n’a pas approfondi davantage la nature de ce mouvement de tiges ; nous savons seulement qu’il s’opere presque toujours, de façon que la partie qui se redresse devient extérieure à celle qui demeure inclinée : la tige prend alors la forme d’un siphon à trois branches : j’ai appris que depuis vingt ans, M. Bonnet a tenté plusieurs expériences curieuses sur cette matiere ; mais il en reste encore beaucoup à faire avant que de chercher à en assigner la cause, car ce n’est pas avec des dépenses d’esprit & des hypothèses, qu’on y peut parvenir. (D. J.)

Tige, s. f. (Archit.) on appelle ainsi le fût d’une colonne.

Tige de rinceau, espece de branche qui part d’un culot ou d’un fleuron, & qui porte les feuillages d’un rinceau d’ornement. (D. J.)

Tige, s. f. (Hydr.) voyez Souche. (K)

Tige de Fontaine, (Archit. hydr.) espece de balustre creux, ordinairement rond, qui sert à porter une ou plusieurs coupes de fontaines jaillissantes, & qui a son profil différent à chaque étage. (D. J.)

Tige, s. f. terme de plusieurs ouvriers, la tige d’une clé, en terme de Serrurier, est le morceau rond de la clé, qui prend depuis l’anneau jusqu’au panneton.

La tige d’une botte, en terme de Cordonnier, est le corps de la botte, depuis le pié jusqu’à la genouillere.

La tige d’un flambeau, en terme d’Orfevre, est le tuyau du flambeau, qui prend depuis la pate jusqu’à l’embouchure inclusivement.

La tige d’un guéridon, en terme de Tourneur, est la partie du guéridon, qui prend depuis la pate jusqu’à la tablette. (D. J.)

Tige, nom que les Horlogers donnent à l’arbre d’une roue ou d’un pignon, lorsqu’il est un peu mince ; c’est ainsi que l’on dit la tige de la roue de champ, de la roue de rencontre, &c. Voyez Arbre, Aissieu, Axe, &c.

Tige, (Serrurerie.) c’est la partie de la clé, comprise depuis l’anneau jusqu’au bout du panneton, elle est ordinairement ronde, quelquefois cependant en tiers-point.

Tige, adj. terme de Blason, qui se dit des plantes & des fleurs représentées sur leurs tiges.

Le Fevre d’Ormeson & d’Eaubonne à Paris, d’azur à trois lis au naturel d’argent, feuillés & tigés de synople.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tige »

Du latin tibia (« flûte »), en latin classique puis « os principal de la jambe ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. tibia, jambe, dont le sens a été appliqué à la jambe d'une plante, d'un arbre. Tigel diminutif de tige s'est dit des jambes des chausses.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « tige »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tige tiʒ

Citations contenant le mot « tige »

  • L’humanité ressemble aux tiges des citrouilles : si on creuse le sol, la tige est unique. De Proverbe malgache
  • Ils ne voient pas la rose, mais ils scrutent attentivement les épines de la tige. De Lucien de Samosate / Comment il faut écrire l’histoire
  • La tête du poireau est blanche, mais la tige n'en est pas moins verte. De Jean Boccace
  • Si vous battez une femme avec une fleur, prenez plutôt une rose, sa tige a des épines. De Henri de Régnier / Donc...
  • Il en est du royaume des cieux comme d’un coton-tige ! Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende ! De Michel Houellebecq / Plateforme
  • La civilisation est fragile comme une fleur : plus elle est belle et plus elle attire les doigts cruels qui couperont sa tige et lui donneront la mort. De Lao She / Quatre générations sous un même toit
  • Après plus de deux ans de recherche, la Phantom GT (GT pour Generative Texture) se dévoile donc et entre en scène pour le retour de la Ligue des Champions. Un moment bien évidemment opportun pour mettre en avant les dernières innovations mises en place par le Nike Sport Research Lab (NSRL). Parmi toutes les innovations que comptent la Phantom GT, la tige est indiscutablement l’élément majeur et la partie qui a demandé le plus de temps aux ingénieurs de la marque américaine car la demande était aussi simple que précise, avoir une chaussure conçue pour aider à une sensation parfaite sur la balle tout en libérant les compétences créatives d’un joueur. Durant les deux années de développement de la Phantom GT, les équipes de Nike ont découvert à quel point la texture était un sujet trop important et qu’il ne fallait pas rendre la chaussure trop adhérente. En étudiant à un niveau micro comment le ballon se connecte avec la chaussure, des cartes de pression et des points de données ont été formés pour guider les paramètres de conception générative. footpack., Nike dévoile la Phantom GT et réorganise sa gamme de crampons
  • Market Research Vision a publié un rapport récent et très tendance sur Ascenseur de tige Market, qui estime que la taille du marché mondial de Ascenseur de tige personnes s’épanouirait avec un taux de croissance annuel composé (CAGR) considérable au cours de la période de prévision besoin de ce produit / service dans le monde entier, soutenu par de nouvelles inventions et des avancées technologiques sur le marché. Journal l'Action Régionale, Ascenseur de tige Market Research 2026 Region Wise Analyse des principaux acteurs du marché par ses types et son application – Journal l'Action Régionale
  • Dans la nuit du 17 au 18 juillet, une bagarre a éclaté entre deux habitants du quartier du Mont-Liébaut, tous deux sous l’emprise de l’alcool. Premier acte, un combat, à mains nues. Deuxième acte, une tige métallique brandie, et un coup de couteau asséné en retour. La Voix du Nord, Une rixe engendre des menaces avec une tige métallique et un coup de couteau, à Béthune
  • Dans sa cabine à plus de 3 mètres de hauteur, Armelle manie sa machine d'une dizaine de tonnes très naturellement. Une machine tout en un qui permet de tout faire ou presque en un passage. Elle arrache les tiges complètes de blé, le blé est ensuite envoyé dans un convoyeur qui l'emmène dans un batteur qui va séparer le grain de la tige. Le blé est ensuite stocké dans une trémie avant d'être vidé dans la benne d'un tracteur qui le conduit directement à la coopérative. Et derrière la machine, la paille sera ensuite récupérée pour faire des ballots qui seront ensuite utilisés pour la litière ou la nourriture des bêtes. France Bleu, Dans la moissonneuse batteuse d'Armelle Payent agricultrice à Gommegnies
  • Il lui faut plusieurs années pour monter à plusieurs mètres de hauteur, alors ne coupez pas les plus longues tiges. Si vous le taillez à l’automne ou au printemps comme tous les autres rosiers, vous supprimez sa floraison 2021 voire même celle de 2022 France 3 Normandie, Jardinage : cet été taillez vos rosiers grimpants mais pas les autres
  • Au sein du PreFAP, qui contribue à la mise en œuvre de la Politique agricole de l’Union (PAU), chaque pays membre de l’Uemoa développe un projet en fonction de sa spécialité : le projet d’Amélioration de l’accès au financement des acteurs du maillon commercialisation de la filière maïs (Amafine) au Bénin, au Burkina Faso en Côte d’ivoire ; celui de la valorisation des tiges de coton en panneaux de particules (Vaticopp) au Bénin, au Mali et au Togo ; et celui de la valorisation des ressources génétiques animales et de l’aquaculture locale (Progeval) qui se déroule au Burkina Faso, en Côte d’ivoire, en Guinée Bissau, au Niger et au Sénégal. Commodafrica, Le Coraf promeut la fabrication de contreplaqué à partir de la tige du cotonnier | Commodafrica
  • En dehors de cela, le rapport sur le marché mondial des brosses à tige 2020 fournit des détails cruciaux concernant la catégorisation, les tendances de croissance évaluées, le réseau de distribution, les conditions économiques ou industrielles et de nombreuses autres pièces très importantes associées aux brosses à tige. l’augmentation rapide des gains financiers consommables et des produits innovants proposés par les fabricants devraient pimenter l’industrie des brosses à tige au cours de l’intervalle de prévision. une base d’acheteurs colossale et croissante de l’industrie des brosses à tige crée une chance pour les producteurs de servir un grand marché et de créer de l’argent. Instant Interview, Analyse financière du marché mondial des brosses à tige 2020-2026 par les fabricants Herder, HOLARAS Hoopman Machines, I.ME.CA – Instant Interview

Images d'illustration du mot « tige »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « tige »

Langue Traduction
Anglais rod
Espagnol varilla
Italien asta
Allemand stange
Chinois 竿
Arabe قضيب
Portugais cajado
Russe стержень
Japonais ロッド
Basque kanabera
Corse verga
Source : Google Translate API

Synonymes de « tige »

Source : synonymes de tige sur lebonsynonyme.fr
Partager