Rêne : définition de rêne


Rêne : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RÊNE, subst. fém.

A. − Courroie fixée au mors d'une bête de selle et servant à guider ou à retenir l'animal. Rêne de bride, de mors, de filet; ajuster, partager, rassembler les rênes; laisser flotter, tenir court, tirer les rênes. Les seigneurs suzerains, appuyés sur leurs pages, Les rênes dans les mains, devançaient leurs coursiers (Delavigne, Louis XI, 1832, i, 5, p. 19).Il l'aida à grimper sur le siège, lui arrangea une place avec sa couverture, puis les rênes d'une main, le fouet de l'autre: « Hue, Blanchette! » (Dabit, Hôtel Nord, 1929, p. 166).
Fausse rêne. ,,Longe de cuir dont on se sert quelquefois pour forcer un cheval à plier l'encolure`` (Littré). Longues rênes. Rênes semblables à celle que l'on emploie pour diriger un cheval attelé, dont le cavalier se sert au lieu de longe pour faire travailler le cheval. (Dict. xxes.).
Loc., arg., HIPP., vx. Prendre la troisième/la cinquième rêne. Saisir la crinière du cheval ou le pommeau de la selle pour se maintenir en équilibre sur sa monture. Attraper la cinquième rêne (...) de peur de tomber (Rigaud, Dict. arg. mod., 1881, p. 99).
B. − P. métaph. ou au fig., au plur. Direction, contrôle. Tenir les rênes de l'État, du gouvernement, d'une entreprise. Depuis que M. le Préfet a pris les rênes de cette administration, si calomniée et si utile (Balzac, Cous. Bette, 1846, p. 353):
... M. Paul Reynaud (...) n'avait plus de prise sur les événements déchaînés. Pour ressaisir les rênes, il eût fallu s'arracher au tourbillon, passer en Afrique, tout reprendre à partir de là (...). Mais cela impliquait des mesures extrêmes... De Gaulle, Mém. guerre, 1954, p. 66.
Lâcher, relâcher les rênes (à qqc.). Abandonner le contrôle de quelque chose, laisser libre cours à quelque chose. Pour peu qu'il relâche les rênes à sa fantaisie, voilà son récit submergé par le pathos (Milosz, Amour. init., 1910, p. 174).Malgré toutes les interdictions, nous nous avancions de plus en plus loin. La mégère, qui escomptait « la grande affaire », lâchait les rênes, quitte à bloquer le mors d'un seul coup, au moment opportun (H. Bazin, Vipère, 1948, p. 242).
REM.
Rêner, verbe trans.,vx. Assujettir à l'aide de rênes. Rêner un cheval (Littré). P. métaph. Maîtriser. Rêner sa chair cela valait-il tant d'effort, quand la satisfaire délivrerait son esprit de cette ignoble et lassante hantise? (Péladan, Vice supr., 1884, p. 42).
Prononc. et Orth.: [ʀ εn]. Homon. reine, renne. Ac. 1694, 1718: resne; dep. 1740: rêne. Étymol. et Hist. a) Ca 1100 resne « courroie de la bride du cheval » (Roland, éd. J. Bédier, 1290); b) déb. xives. fig. (Ovide moralisé, XIV, 2992, éd. C. de Boer t. 5 p. 85). Du lat. pop. *retina, déverbal du lat. retinere « retenir » (cf. le lat. retinaculum « lien, corde, cordage, rêne »), cf. les corresp. rom.: ital. redina (xives., Tomm.-Bell.), esp. rienda (dep. 1140, Cid, Cor.), cat. regna (xiiies., Alc.-Moll.), a. prov. regna (xiies., Rayn.), port. redea (xiiies., Mach.), v. aussi REW3n o7261). Fréq. abs. littér.: 278. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 458, b) 460; xxes.: a) 268, b) 382. Bbg. Quem. DDL t. 3.

Rêne : définition du Wiktionnaire

Nom commun

rêne \ʁɛn\ féminin

  1. Courroie fixée au mors d’un cheval et dont le cavalier se sert pour diriger sa monture.
    • Pour arrêter le cheval étant au pas, au trot ou au galop, passer du galop au trot ou au pas, du trot au pas, et même pour reculer, la tension des rênes, la pression des jambes, la position des mains et des jambes sont les mêmes, c est-à-dire que les mains doivent être à la même hauteur et les jambes également en arrière. — (Félix van der Meer, Connaissances complètes du cavalier, de l'écuyer et de l'homme de cheval, p.242, Lebègue & Cie à Bruxelles & Dumaine à Paris, 1865)
    • Parfois les rênes s'échappent de nos doigts engourdis, et nos montures aveuglées, tournant le dos à la tempête, refusent d'avancer. Nous les laissons souffler un instant, puis reprenons notre course muette et aveugle. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 36)
    • (Figuré) Objet évoquant l’aspect d’une rêne.
    • Tu t’es encore mis cette nuit un papier à papillotes sur le front, hein, mâtine ? Enfin…
      Elle lâchait ma rêne de cheveux, s’éloignait de moi pour me mieux voir.
      — (Colette, Sido, 1930, Fayard, page 44.)
  2. (Figuré) (Soutenu) (Au pluriel) Symbolise le pouvoir que l’on exerce sur quelque chose.
    • Par un hardi coup d’état Si Ahmed Ben Moussa s'était alors emparé du grand-vizirat et des rênes du gouvernement, […]. — (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Rabat : Les éditions de la porte, 1947, p. 61)
    • Quitter les rênes du gouvernement et les remettre en d’autres mains.
    • Greg Kroah-Hartman, responsable de manière temporaire du noyau Linux, a publié la version 4.19 du noyau Linux. Mais, c’est Linus Torvalds qui va finalement reprendre les rênes du projet pour le développement de Linux dans ses moutures 4.20 puis 5.0. — (Rénald Boulestin, Linus Torvalds reprend du service après la publication du noyau Linux 4.19, Silicon.fr, 23 octobre 2018 → lire en ligne)

Forme de verbe

rêne \ʁɛn\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe rêner.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe rêner.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe rêner.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe rêner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe rêner.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Rêne : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RÊNE. n. f.
Courroie fixée au mors d'un cheval et dont le cavalier se sert pour diriger sa monture. Rêne de bride. Rêne de mors. Ajuster les rênes. Il y a une rêne de rompue. La rêne droite est plus courte que la gauche. Fig. et dans le style soutenu, Les rênes de l'État, du gouvernement, L'administration souveraine, la haute administration de l'État. Prendre en main les rênes de l'État. Quitter les rênes du gouvernement et les remettre en d'autres mains.

Rêne : définition du Littré (1872-1877)

RÊNE (rê-n') s. f.
  • 1Courroie de la bride d'un cheval. Une des rênes de la bride. Sa main sur ses chevaux laissait flotter les rênes, Racine, Phèdre, V, 6. Les tritons conduisaient les chevaux, et tenaient les rênes dorées, Fénelon, Tél. IV.

    Ajuster les rênes, saisir les rênes avec le pouce et l'index de la main droite, et les élever perpendiculairement jusqu'au bouton fixe qui se trouve à leur extrémité.

    Partager les rênes, prendre une rêne dans chaque main et conduire ainsi son cheval.

    Fausse rêne, longe de cuir dont on se sert quelquefois pour forcer un cheval à plier l'encolure.

    Familièrement. Prendre la cinquième rêne, s'attacher aux crins et à la selle pour retrouver son équilibre sur le cheval.

  • 2 Fig. Gouvernement, direction. Lorsque Justinien tient les rênes du monde, Rotrou, Bélis. I, 6. Elle se soumit plus que jamais à cette main souveraine qui tient du plus haut des cieux les rênes de tous les empires, Bossuet, Reine d'Anglet. Un héraut chargé des volontés d'Athènes De l'État en ses mains vient remettre les rênes, Racine, Phèdre, II, 6. Henri III, roi de Pologne, s'échappa de Varsovie pour venir tenir d'une main faible, quoique sanguinaire, les rênes du plus malheureux État et du plus mauvais gouvernement qui fût alors au monde, Voltaire, Hist. parl. XXIX. Les plus vastes empires, où tout se soutient par sa propre masse, et où les rênes de l'État peuvent tomber entre les mains d'un sot, sans que les affaires cessent d'aller, Rousseau, Hél. VI, 5. On l'invita [Périclès] à reprendre les rênes du gouvernement, et il les reprit, mais il mourut de la peste quelques mois après, Condillac, Hist. anc. II, 5. Ah ! si de telles mains, justement souveraines, Toujours de cet empire avaient tenu les rênes, Chénier, Hymne à la France.
  • 3 Terme d'anatomie. Rênes ou frein de la glande pinéale, nom donné aux pédoncules supérieurs de ce corps.

SYNONYME

GUIDES, RÊNES. Un cheval de selle a des rênes, un cheval de voiture a des guides. Cependant rênes se dit en tout cas dans le style noble.

HISTORIQUE

XIe s. Son cheval [il] broche, si li lasche la resne, Ch. de Rol. XCVIII.

XIIe s. La cruiz arcevesqual fist porter à sa destre, E la reisgne del frein tint en la main senestre, Th. le mart. 38.

XIIIe s. Si tost com l'achoisit [l'aperçut], [il] a sa resne tirée [a arrêté son cheval], Berte, XLVI.

XVIe s. S'estant parfaictement commis l'un à l'autre, ils [Lélius et Gracchus] tenoient parfaictement les renes de l'inclination l'un de l'autre, Montaigne, I, 214.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Rêne : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

RÊNE, s. f. terme de Bourrelier, les rênes sont deux longes de cuir attachées à la branche de la bride ; elles sont dans la main du cavalier, font agir l’embouchure, tiennent la tête du cheval sujette, & servent à le conduire, soit à droite, soit à gauche.

Ce qu’on appelle fausse rêne, est une longe de cuir qu’on patte quelquefois dans l’arc du banquet, pour faire donner un cheval dans la main, ou pour lui faire plier l’encolure. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « rêne »

Étymologie de rêne - Littré

Provenç. regna ; espagn. rienda ; port. redea ; ital. redina ; du lat. retinere, retenir. Les formes romanes supposent un bas-lat. rétina (accent sur re), d'où l'ital. rédina ; le provenc. regna pour retna ; le français resne, avec une s d'allongement à cause du t supprimé.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de rêne - Wiktionnaire

Du latin retinere (« retenir »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « rêne »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rêne rɛn play_arrow

Citations contenant le mot « rêne »

  • Les choses ne sont pas ce qu'elles sont mais ce qu'elles doivent être, à nous de tirer sur les rênes. De Gilles Veber / Gauthier
  • Pour garder les rênes du pouvoir, on ne provoque pas les mécontentements, on les canalise... De Jean-Pierre April / Berlin-Bangkok
  • L'homme a pour conducteur le discernement et pour rênes la pensée parvient à l'autre rive de son voyage. De Anonyme / Katha Upanishad

Images d'illustration du mot « rêne »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « rêne »

Langue Traduction
Corse rinuncia
Basque rein
Japonais 手綱
Russe узда
Portugais rédea
Arabe كبح
Chinois in
Allemand zügel
Italien rein
Espagnol rienda
Anglais rein
Source : Google Translate API

Synonymes de « rêne »

Source : synonymes de rêne sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires