Vanité : définition de vanité


Vanité : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

VANITÉ, subst. fém.

A. − [À propos d'une chose]
1. Caractère de ce qui est vain, de ce dont la réalité ou la valeur est illusoire. Synon. futilité, insignifiance, néant, vide.Vanité de la gloire militaire; vanité du monde, du siècle, des choses humaines; universelle vanité. Vous n'êtes sensible qu'aux espérances dont vous auriez dû depuis longtemps reconnaître la vanité. À quoi sert de chercher le bonheur où il n'est pas? Vous vous raidissez contre l'ordre éternel (Lamennais, Lettres Cottu, 1819, p. 58).La faute est pour une part de se lier par le rien; la vanité « qui s'est étendue sur toutes choses » est cette captivité dont nous sommes à la fois les geôliers et les détenus (Ricœur, Philos. volonté, 1949, p. 94).
[P. allus. biblique] Tout n'est que vanité. Pour un titre ils vendraient leur âme, en vérité! Vanité! vanité! tout n'est que vanité! (Hugo, Hernani, 1830, IV, 1, p. 99).
2. Caractère de ce qui est inutile, de ce qui ne peut rester que sans effet. Synon. inanité, inefficacité.Vanité des efforts, des prétentions. Je voudrais dans le cours insister sur une question qui les comprend toutes, la vanité des classifications, montrer que l'histoire du droit est impossible sans celle des religions, qui non seulement s'y enlace et s'y mêle comme cause, mais encore s'y engendre elle-même à son tour (Michelet, Journal, 1842, p. 840).
De vanité. Chacune de ses paroles était de vanité, et il me parut avoir, comme la plupart de ces hommes, un cerveau d'enfant dominé par des mots de spécialiste (Barrès, Jard. Bérén., 1891, p. 78).
3. Gén. au plur. Choses vaines et futiles; en partic., propos vains. Synon. futilité.Dire des vanités. Je vous arrache, parures! Elle arrache ses parures et les jette à terre. Tout, tout! reprenez tout! je vous dépouille, vanités, et je sortirai d'ici toute nue! (Claudel, Tête d'Or, 1901, 2epart., p. 254).
4. BEAUX-ARTS. Représentation picturale évoquant la précarité de la vie et l'inanité des occupations humaines. C'est (...) une « Vanité » [le tableau des Âges de la femme (1544) de Hans Baldung Green] comme l'étaient à la fin du Moyen Âge ces revers de tableaux opposant des trépassés, des « transis », à l'effigie d'un homme, d'une femme ou d'un couple en pleine jeunesse, comme l'étaient les danses des morts et comme le seront au XVIIesiècle ces innombrables natures mortes de « Vanités » (H. Haug, L'Art en Alsace, Paris, Arthaud, 1962, p. 123).
B. − [À propos d'une pers.]
1. Caractère d'une personne satisfaite d'elle-même et étalant complaisamment son plaisir de paraître. Synon. complaisance, fatuité, orgueil, suffisance.Basse, mesquine, petite, sotte vanité; flatter, ménager la vanité de qqn. Le frère de Pierre Gérard était un être d'une intelligence bornée, et très occupé de lui-même, des qualités qu'il pensait posséder. Il avait la secrète vanité d'être doué de tous les mérites et aurait voulu qu'on ne lui parlât que de lui, qu'on le régalât continuellement de son éloge (Duranty, Malh. H. Gérard, 1860, p. 35).
Sans vanité. Sans vouloir se vanter. C'est que, sans vanité, ou avec vanité, notre maison passe pour la première de Koenigsberg (Stendhal, Nouv. inéd., 1842, p. 32).
Faire vanité de (littér.)/tirer vanité de qqc. S'en glorifier, s'en enorgueillir. Mais il se tenait pour un chimpanzé méditatif. Et il en tirait vanité (A. France, Mannequin, 1897, p. 161).
2. Littér. Parole, acte de vanité. [L'orgueil] consume les petitesses et simplifie la personne même. Il la détache des vanités, car l'orgueil est aux vanités ce que la foi est aux superstitions (Valéry, Variété II, 1929, p. 172).
Prononc. et Orth.: [vanite]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. a) 1remoit. xiies. « ce qui est vide, de vaine apparence » (Psautier d'Oxford, éd. Fr. Michel, IV, 3: Purquei amez vus vanitet [...]? [Ut quid diligitis vanitatem]); cf. ca 1120-50 (Grant mal fist Adam, éd. H. Suchier, 119 c: Tot est vanité); b) 1170 plur. (Rois, I, XII, 21, éd. E. R. Curtius, p. 22: Laissez de cest siecle les vanitez); 2. 1remoit. xiies. « mensonge » humes de vanité [cum viris vanitatis]; parler vanité [vanitatem loqui] (Psautier de Cambridge, éd. Fr. Michel, XXV, 4; CXLIII, 8); 3. xiiies. [ms. xives.] « caractère de ce qui est vain, vide, néant » (Ms. Bibl. nat. fr. 15392 [Bible Guiart des Moulins], fol. 197 ds Trénel, p. 510: Vanité des vanitez). B. 1580 « caractère d'une personne satisfaite d'elle-même et qui désire paraître » (Montaigne, Essais, II, 10, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 419: narration pure [...] exempte de vanité parlant de soy). Empr. au lat.vanitas, -atis « état de vide, de non réalité; vaine apparence, mensonge; tromperie, fraude; frivolité, légèreté; vanité, jactance ». Les premiers ex. du sens A, sont exclusivement empr. à la lang. chrét. (cf. Blaise Lat. chrét.). Fréq. abs. littér.: 3 472. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 7 176, b) 4 421; xxes.: a) 3 781, b) 3 999.

Vanité : définition du Wiktionnaire

Nom commun

vanité \va.ni.te\ féminin

  1. Caractère de ce qui est vain, futile.
    • L’abondante littérature idyllique des professeurs de rhétorique est évidem­ment une pure vanité. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VII, La morale des producteurs, 1908, p.363)
  2. Inutilité, inconsistance.
    • Mais quand il s’aperçut de la vanité de ses efforts et que, d’autre part, il vit l’Église menacée dans son existence par le développement prodigieux pris par les sectes hérétiques, il changea brusquement d’attitude. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Deux ans chez les trappistes lui ont appris à la fois le poids des mots et leur vanité. — (Antoine Bello, Scherbius (et moi), Gallimard, 2018, p. 96)
  3. Désir de se faire valoir, fatuité.
    • Il y a une différence entre l’orgueil et la vanité. L’orgueil est le désir d’être au-dessus des autres, c'est l’amour solitaire de soi-même. La vanité au contraire, c’est le désir d’être approuvé par les autres. Au fond de la vanité, il y a de l’humilité; une incertitude sur soi que les éloges guérissent — (Henri Bergson)
    • Tels sont surtout les comédiens, les musiciens, les orateurs et les poètes. Moins ils ont de talent, plus ils ont d’orgueil, de vanité, d’arrogance. Tous ces fous trouvent cependant d’autres fous qui les applaudissent;.. — (Érasme; Éloge de la folie, 1509, traduction de Thibault de Laveaux, 1780)
    • Il avait endossé pour la circonstance un complet vert — peut-être un peu voyant — et orné sa cravate d'une perle qu'il reluquait sans fausse honte, ni, je dois bien le dire, une ombre de vanité. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
    • Et tous de le flatter, et de l’entourer d’une cour dont il ne peut être dupe, mais dont se gonfle sa vanité. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • La vanité et l’orgueil sont choses différentes, bien qu’on emploie souvent ces deux mots l’un pour l’autre ; on peut être orgueilleux sans être vaniteux. L’orgueil se rapporte plus à l’opinion que nous avons de nous-mêmes, la vanité à celle que nous voudrions que les autres aient de nous— (Jane Austen, Orgueil et Préjugés)
  4. Fierté excessive, amour-propre frivole.
    • Eh ! bien, lui qui devait n’avoir que de l’orgueil était dévoré de vanités blessantes et maladives qui décourageaient l’amitié. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • […]; et, sur ces sentiments de basse vanité, se greffait encore l’orgueil d’une vertu qu’il n’avait même pas conquise au prix d’efforts, […]. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Mais tout de même, procréer à son âge lui paraissait louche et, bien qu’un tel résultat flattât sa vanité de vieux coq, la crainte d’avoir été aidé dans cette œuvre par des collaborateurs bénévoles autant qu’inconnus le retenait hésitant au bord du fossé conjugal. — (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  5. (Arts) Genre particulier de nature morte, évoquant allégoriquement la destinée de l’homme, figurant souvent un crâne.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  6. (Spécialement) (Bijouterie) Bijou, bague, orné d’une tête de mort.
    • Les voûtes de l’établissement devaient remonter aux catacombes, l’éclairage aurait convenu à un enterrement clandestin, les clients et les serveurs arboraient des vanités à chaque doigt – tout ici présageait la mort. — (Amélie Nothomb, Pétronille, Albin Michel, Paris, 2014, p. 162)
  7. (Au pluriel) Mondanités, frivolités, futilités.
    • Je n’aime pas ces vanités, qui étaient inconnues à nos pères lorsque l’Angleterre était libre. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • De toute évidence, hommes et femmes ne viennent ici que pour se faire admirer. C'est le rendez-vous des vanités élégantes, des rivalités paradeuses et des clins d'œil assassins. — (Martial Debriffe, Le temps des illusions, Terre d'Histoires (City Edition), 2017)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Vanité : définition du Littré (1872-1877)

VANITÉ (va-ni-té) s. f.
  • 1Caractère de ce qui est vain, vide, sans solidité, sans durée. Tous les hommes qui n'ont pas la connaissance de Dieu ne sont que vanité, Sacy, Bible, Sagesse, XIII, 1. Qu'une chose aussi visible qu'est la vanité du monde soit si peu connue…, Pascal, Pens. VI, 59, édit. HAVET. Le sentiment de la fausseté des plaisirs présents, et l'ignorance de la vanité des plaisirs absents causent l'inconstance, Pascal, ib. VI, 45. Vanité des vanités, et tout est vanité… j'ai pris sans étude et sans choix les premières paroles que me présente l'Ecclésiaste, où, quoique la vanité ait été si souvent nommée, elle ne l'est pas encore assez à mon gré pour le dessein que je me propose, Bossuet, Duch. d'Orl. Ô vanité ! ô néant ! ô mortels ignorants de leurs destinées ! Bossuet, ib. Si M. de Turenne n'avait su que combattre et vaincre ; s'il ne s'était élevé au-dessus des vertus humaines… je laisserais à la vanité le soin d'honorer la vanité, Fléchier, Tur. Vanité des vanités ! mais tout n'est pas vanité ; ma tendre reconnaissance pour mes amis, et surtout pour vous, madame, n'est pas vanité, Voltaire, Lett. Mme Necker, 21 juin 1770. Je me félicite, sire, de penser comme Votre Majesté sur la vanité et la futilité de la métaphysique, D'Alembert, Lett. au roi de Pr. 17 sept. 1764. Un roi, je dirai plus, un sage Écrit que tout est vanité, Tout, y compris la majesté, Même l'amour, et c'est dommage, Chénier M. J. la Retraite. De toutes les couronnes que j'avais rêvées, l'amour d'une grande dame était celle qui flattait le plus ma vanité, Reybaud, Jér. Patur. II, 16.

    Au plur. Quittons ces vanités, lassons-nous de les suivre ; C'est Dieu qui nous fait vivre, C'est Dieu qu'il faut aimer, Malherbe, I, 3. La princesse palatine se montre au monde cette fois, mais c'est pour lui déclarer qu'elle avait renoncé à ses vanités, Bossuet, Anne de Gonz. Il ne s'apaise et il ne revient de ce grand fracas, que pour bredouiller des vanités et des sottises, La Bruyère, V.

  • 2Désir d'approbation qui se manifeste au dehors, désir de produire de l'effet. La vertu n'irait pas si loin, si la vanité ne lui tenait compagnie, La Rochefoucauld, Max. 200. Si la vanité ne renverse pas entièrement les vertus, du moins elle les ébranle toutes, La Rochefoucauld, ib. 388. La vanité nous fait faire plus de choses contre notre goût que la raison, La Rochefoucauld, ib. 467. Curiosité n'est que vanité ; le plus souvent on ne veut savoir que pour en parler, Pascal, Pens. II, 6. Un dénombrement exact de tous les ornements de la vanité, Bossuet, la Valliere. Quoique Dieu et la nature aient fait tous les hommes égaux, en les formant de même boue, la vanité humaine ne peut souffrir cette égalité, ni s'accommoder à la loi qui nous a été imposée de les regarder tous comme nos semblables, Bossuet, Gornay. On ne voit point mieux le ridicule de la vanité, et combien elle est un vice honteux, qu'en ce qu'elle n'ose se montrer, et qu'elle se cache souvent sous les apparences de son contraire, La Bruyère, XI. Que faut-il donc penser de la vanité ? à un certain point, c'est vice ; un peu en deçà, c'est vertu, Fontenelle, Dial. I, Morts mod. La vanité qui se montre n'est ni la plus habile, ni la plus à craindre, Massillon, Or. fun. Villars. L'orgueil d'un Espagnol le portera à ne pas travailler ; la vanité d'un Français le portera à savoir travailler mieux que les autres, Montesquieu, Esp. XIX, 9. Il y a bien des sortes de vanité ; mais la plus belle est celle qui, ne s'arrogeant aucun titre, rend presque tous les autres ridicules, Voltaire, Dict. phil. Quakers. La vanité, exigeant tout et n'accordant rien, est toujours inique, au lieu que l'amour, donnant autant qu'il exige, est par lui-même un sentiment rempli d'équité, Rousseau, Ém. v. La vanité est la mère des ridicules, comme l'oisiveté est la mère des vices, Marmontel, Œuv. t. IX, p. 352.

    Au plur. Mes vanités jusque-là ne se montent, Corneille, Suiv. III, 6. Que le souvenir de sa modestie et de son humilité [de J. C.]… vous guérisse de vos vanités, de vos projets, de vos prétentions frivoles, Massillon, Avent, Disp. à la comm. Combien de petites vanités intérieures devaient m'amuser et me distraire du souci que j'aurais pu prendre ! Marivaux, Marianne, 4e part. Les folles vanités, l'orgueil ambitieux, Voltaire, Scythes, II, 2.

    Faire vanité, tirer vanité, prendre vanité d'une chose, s'en glorifier. Peu, même des grands cœurs, tireraient vanité D'aller par ce chemin à l'immortalité, Corneille, Hor. II, 3. Quelque favorable accueil que Sa Majesté ait daigné faire à cet ouvrage, je n'en dois pas faire grande vanité, puisque je n'en suis que le traducteur, Corneille, Poëme sur les vict. du roi, Au lecteur. La solide vertu dont je fais vanité, Corneille, Hor. II, 3. On fait souvent vanité des passions, même les plus criminelles, La Rochefoucauld, Réflex. 27. Ce style figuré dont on fait vanité, Molière, Mis. I, 2. Il est certain que cette affaire-là était épineuse, et que, si la personne en sort, il y a sujet d'en prendre quelque vanité, Pascal, Lett à Mlle de Roannez, 7. Quand il ferme la bouche à un libertin qui fait vanité du vice, Bossuet, Panég. Ste Catherine, 3. Si, avant que de tirer vanité d'une chose, ils voulaient s'assurer bien qu'elle leur appartînt, il n'y aurait guère de vanité dans le monde, Fontenelle, Dial. 2, Morts mod. Gilbert : Vous êtes philosophe ? - Psaphon : Oui, j'en fais vanité, Et mes écrits moraux prouvent ma probité, Gilbert, Apologie.

    Sans vanité, sans vouloir me vanter, locution dont on se sert quand, disant de soi quelque chose d'avantageux, on veut le faire passer. Je puis dire sans vanité, que, dans tout Paris, il n'y a point de cocher qui prenne tant de soin de ses chevaux que moi, Hauteroche, le Coch. 3. Pour le petit marquis… C'est moi-même, messieurs, sans nulle vanité, Molière, Mis. v, 4. Pour le cœur, dont surtout nous devons faire cas, On sait, sans vanité, que je n'en manque pas, Molière, ib. III, 1.

  • 3Acte de vanité. Ceux que l'opinion fait plaire aux vanités Font dessus leurs tombeaux graver des qualités Dont à peine un dieu serait digne, Malherbe, V, 8. Mettre des bornes à son jeu, à ses dissipations, à ses vanités, à son attachement au monde, Bourdaloue, 2e dim. après l'Épiph. Dominic. t. I, p. 73. Qu'on me permette ici une vanité sur mon ouvrage, La Bruyère, Préf. Disc. de récept. Cette cour [de Rome] où tout se passe en cérémonie, était le tribunal où se jugeaient ces vanités de la grandeur [les préséances], Voltaire, Louis XIV, 7.
  • 4 Au plur. Des personnes vaines. Facilités offertes à certaines vanités pour arriver à la conquête de titres…, Journ. offic. 24 fév. 1872, p. 1316, 2e col.

    PROVERBE

    Une once de vanité gâte un quintal de mérite.

HISTORIQUE

XIIe s. Pur quei amez vus vanitet e querez menceunge ? Liber psalm. p. 3. Il esperat en la multitudine de ses richeises, e miez valut en sa vanitet, ib. p. 69. Laissez de cest siecle les vanitez, Rois, p. 41.

XIIIe s. Vanitez est là où veritez ne converse, Psautier, f° 10. Jonesce qui tout a gité [jeté] Son preterit en vanité, la Rose, 4550.

XVe s. Et des deliz de chacier ensement, Et de voler [chasser au vol] et de tournoiement, Vanitez sunt, croy donc certainement ; Car tout desplait fors estude et science, Deschamps, Plais. de l'étude.

XVIe s. S'arrester aux vanitez de la divination, Montaigne, I, 47. Puisque je n'ai rien profité par mes raisonnemens de ce soir sur la vanité des esmeutes populaires, D'Aubigné, Hist. I, 132.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Vanité : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

VANITÉ, s. f. (Morale.) le terme de vanité est consacré par l’usage, à représenter également la disposition d’un homme qui s’attribue des qualités qu’il a, & celle d’un homme qui tâche de se faire honneur par de faux avantages : mais ici nous le restreignons à cette derniere signification, qui est celle qui a le plus de rapport avec l’origine de l’expression.

Il semble que l’homme soit devenu vain, depuis qu’il a perdu les sources de sa véritable gloire, en perdant cet état de sainteté & de bonheur où Dieu l’avoit placé. Car ne pouvant renoncer au desir de se faire estimer, & ne trouvant rien d’estimable en lui depuis le péché ; ou plutôt n’osant plus jetter une vue fixe & des regards assurés sur lui-même, depuis qu’il se trouve coupable de tant de crimes, & l’objet de la vengeance de Dieu ; il faut bien qu’il se répande au-dehors, & qu’il cherche à se faire honneur en se revêtant des choses extérieures : & en cela les hommes conviennent d’autant plus volontiers qu’ils se trouvent naturellement aussi nuds & aussi pauvres les uns que les autres.

C’est ce qui nous paroîtra, si nous considérons que les sources de la gloire parmi les hommes se réduisent, ou à des choses indifférentes à cet égard, ou si vous voulez, qui ne sont susceptibles ni de blâme, ni de louange, ou à des choses ridicules, & qui bien loin de nous faire véritablement honneur, sont très propres à marquer notre abaissement, ou à des choses criminelles, & qui par consequent ne peuvent être que honteuses en elles-mêmes, ou enfin à des choses qui tirent toute leur perfection & leur gloire du rapport qu’elles ont avec nos foiblesses & nos défauts.

Je mets au premier rang les richesses, quoiqu’elles n’aient rien de méprisable, elles n’ont aussi rien de glorieux en elles-mêmes. Notre cupidité avide & intéressée ne s’informe jamais de la source, ni de l’usage des richesses, qu’elle voit entre les mains des autres, il lui suffit qu’ils sont riches pour avoir ses premiers hommages. Mais, s’il plaisoit à notre cœur de passer de l’idée distincte à l’idée confuse, il seroit surpris assez souvent de l’extravagance de ces sentimens ; car comme il n’est point essentiel à un homme d’être riche, il trouveroit souvent qu’il estime un homme, parce que son pere a été un scélérat, ou parce qu’il a été lui-même un fripon ; & que lorsqu’il rend ses hommages extérieurs à la richesse, il salue le larcin, ou encense l’infidélité & l’injustice.

Il est vrai, que ce n’est point-là son intention, il suit sa cupidité plutôt que sa raison : mais un homme à qui vous faites la cour est-il obligé de corriger par toutes ces distinctions la bassesse de votre procédé ? Non, il reçoit vos respects extérieurs comme un tribut que vous rendez à son excellence. Comme votre avidité vous a trompé, son orgueil aussi ne manque point de lui faire illusion ; si ses richesses n’augmentent point son mérite, elles augmentent l’opinion qu’il en a, en augmentant votre complaisance. Il prend tout au pié de la lettre, & ne manque point de s’aggrandir intérieurement de ce que vous lui donnez, pendant que vous ne vous enrichissez guere de ce qu’il vous donne.

J’ai dit en second lieu, que l’homme se fait fort souvent valoir, par des endroits qui le rendent ridicule. En effet, qu’y a-t-il, par exemple, de plus ridicule que la vanité qui a pour objet le luxe des habits ? Et n’est-ce pas quelque chose de plus ridicule que tout ce qui fait rire les hommes, que la dorure & la broderie entrent dans la raison formelle de l’estime, qu’un homme bien vêtu soit moins contredit qu’un autre ; qu’une ame immortelle donne son estime & la considération à des chevaux, à des équipages, &c. Je sais que ce ridicule ne paroît point, parce qu’il est trop général ; les hommes ne rient jamais d’eux-mêmes, & par conséquent ils sont peu frappés de ce ridicule universel, qu’on peut reprocher à tous, ou du moins au plus grand nombre ; mais leur préjugé ne change point la nature des choses, & le mauvais assortiment de leurs actions avec leur dignité naturelle, pour être caché à leur imagination, n’en est pas moins véritable.

Ce qu’il y a de plus fâcheux, c’est que les hommes ne se font pas seulement valoir par des endroits qui les rendroient ridicules, s’ils pouvoient les considérer comme il faut, mais qu’ils cherchent à se faire estimer par des crimes. On a attaché de l’opprobre aux crimes malheureux, & de l’estime aux crimes qui réussissent. On méprise dans un particulier le larcin & le brigandage qui le conduisent à la potence ; mais on aime dans un potentat les grands larcins & les injustices éclatantes qui le conduisent à l’empire du monde.

La vieille Rome est un exemple fameux de cette vérité. Elle fut dans sa naissance une colonie de voleurs, qui y chercherent l’impunité de leurs crimes. Elle fut dans la suite une république de brigands, qui étendirent leurs injustices par toute la terre. Tandis que ces voleurs ne font que détrousser les passans, bannir d’un petit coin de la terre la paix & la sûreté publique, & s’enrichir aux dépens de quelques personnes ; on ne leur donne point des noms fort honnêtes, & ils ne prétendent pas même à la gloire, mais seulement à l’impunité. Mais aussi-tôt qu’à la faveur d’une prospérité éclatante, ils se voient en état de dépouiller des nations entieres, & d’illustrer leurs injustices & leur fureur, en traînant à leur char des princes & des souverains ; il n’est plus question d’impunité, ils prétendent à la gloire, ils osent non-seulement justifier leurs fameux larcins, mais ils les consacrent. Ils assemblent, pour ainsi dire, l’univers dans la pompe de leurs triomphes pour étaler le succès de leurs crimes ; & ils ouvrent leurs temples, comme s’ils vouloient rendre le ciel complice de leurs brigandages & de leur fureur.

Il y a d’ailleurs un nombre infini de choses que les hommes n’estiment, que par le rapport qu’elles ont avec quelqu’une de leurs foiblesses. La volupté leur fait quelquefois trouver de l’honneur dans la débauche : les riches sont redevables à la cupidité des pauvres, de la considération qu’ils trouvent dans le monde. La puissance tire son prix en partie d’un certain pouvoir de faire ce qu’on veut, qui est le plus dangereux présent qui puisse jamais être fait aux hommes. Les honneurs & les dignités tirent leur principal éclat de notre ambition ; ainsi on peut dire à coup sûr que la plûpart des choses ne sont glorieuses, que parce que nous sommes déreglés.

Vanité, Vain, (Critiq. sacrée.) ces mots dans l’Ecriture signifient ce qui n’a rien de solide, Ecclés. j. 2. la fausse gloire, 2. Pier. ij. 18. le mensonge, Ps. xxxvij. 13. les idoles, Jérém. viij. 19. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « vanité »

Étymologie de vanité - Littré

Prov. vanitat, vanetat ; esp. vanidad ; ital. vanità ; du lat. vanitatem, de vanus, vain.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de vanité - Wiktionnaire

Du latin vanitas (« vide, futilité, frivolité, fausseté, jactance »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « vanité »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
vanité vanite play_arrow

Citations contenant le mot « vanité »

  • « À ce stade du jeu, c’est un record de vanité pour les gens qui aiment nos trucs, » Steve ajoutée. « Josephest dessus, et Josephle nouvel album, il passe tellement de temps à le produire méticuleusement et à le rendre génial. C’est sa première grande déclaration musicale, et il a vraiment grandi en tant que musicien. Je suis si fier de lui. [He’s] l’un de mes meilleurs amis – l’une des seules personnes que je laisse entrer chez moi à ce stade. Il vient tous les jours et ma fille le nourrit. Je l’aime à en mourir. Il est juste de la famille. Marseille News .net, Steve Lukather dit que son prochain album solo était `` tout fait en direct '' - Marseille News .net
  • Dépassez cette vanité du 21e siècle, cependant, et il n’y a pas beaucoup de différence entre les nouveaux Muppets et ceux des années 1970, à part les nouvelles voix identifiables – avec Matt Vogel remplaçant Steve Whitmire, qui a été viré, en tant que Kermit the Frog – et le talent de chair et de sang (Taye Diggs, Linda Cardellini et Danny Trejo parmi eux) s’est enrôlé pour se joindre à l’absurdité. News 24, Critique de `` Muppets Now '': Kermit et Miss Piggy apportent leurs vieux trucs dans une nouvelle maison sur Disney + - News 24
  • Vanité des vanités, tout est vanité. , L'événement Précis – Réaction d’Edgard Kpatindé suite à la mort du Premier Ministre ivoirien: « Cette triste nouvelle nous rappelle la vanité de toutes chose»
  • La démarche adoptée est de partir d’un premier état de leur réflexion : qu’est-ce qui vous paraît critiquable aujourd’hui ? Qu’est-ce qui vous choque, vous dérange ? À partir de ce “brainstorming”, les élèves choisissent un personnage qui leur paraît incarner tout particulièrement un défaut contemporain : la vanité, l’apparence, la futilité... Ils écrivent ensuite un premier jet de leur portrait. Des conseils leur sont dispensés sur des documents collaboratifs : style, vocabulaire, syntaxe, orthographe… Conseils donnés aussi bien par leurs professeurs que par leurs camarades (celles et ceux de leur classe, mais aussi de l’autre collège) : chaque élève relit, commente, aide et souvent encourage l’autre dans son écriture. , Réseau des Lettres : Des portraitistes du 20ème siècle en 3ème
  • Quelques jours après que des images de la vanité de Shah Rukh Khan aient inondé les plateformes de médias sociaux, des photos de la vanité de Salman Khan ont également surgi. DG Design on India a partagé les images modifiées de la plateforme de partage de photos. News 24, Un aperçu de la luxueuse vanité de Salman Khan - News 24
  • VIRGIL VERNIER C’est vrai. Ils sont voués à un autre type d’errance qui est la pire, c’est celle de ne rien construire. La vanité est au carré. Le fond de mon film repose sur ce concept de vanité. Avec ce crâne en cristal qui trône dans la boîte de nuit tel un fétiche ultime de luxe mi-rock, mi-gothique. Comme si ces hyper riches avaient conscience eux-mêmes de leur propre vanité. Et là, je pense aux vanités, ces peintures de nature morte avec un crâne.   L'Humanité, Virgil Vernier réalise des archives du temps présent en forme de vanités | L'Humanité
  • La vanité, encore qu’elle fleurisse, ne graine pas. De Proverbe basque
  • La beauté est soeur de la vanité et mère de la luxure. De Proverbe russe
  • L'inquiétude est toujours vanité. De Saint Jean de la Croix
  • De toutes les vanités, la plus vaine c’est l’homme. De Michel de Montaigne
  • Les grands vendent toujours leur société à la vanité des petits. De Chamfort
  • La vanité est le sixième sens. De Thomas Carlyle / The French revolution
  • Moins on a d'esprit, et plus on a de vanité. De Proverbe oriental
  • La vanité est l’écume de l’orgueil. De Alphonse Karr
  • La vanité met le mérite à notre merci. De Jean Rostand / De la vanité
  • La seule cure contre la vanité, c'est le rire, et la seule faute qui soit risible, c'est la vanité. De Henri Bergson / Le rire
  • La vanité et la crainte du ridicule sont les traits les plus saillants du caractère français. C'est étrange, à coup sûr, la vanité étant neuf fois sur dix la source du ridicule. De Elie Faure / Découverte de l'archipel
  • La vanité d’autrui n’offense notre goût que lorsqu’elle choque notre propre vanité. De Friedrich Nietzsche
  • Vanité des vanités, tout est vanité. De Salomon
  • Vanité. Hommage d'un sot au premier imbécile venu. Ambrose Gwinnet Bierce, The Devil's Dictionary
  • Vanité des vanités et tout est vanité ! , Ancien Testament, Ecclésiaste I, 2
  • La vanité, grande ennemie de l'égoïsme, peut engendrer tous les effets de l'amour du prochain. Paul Valéry, Suite, Gallimard
  • La vanité fait plus d'heureux que l'orgueil. Antoine Rivaroli, dit le Comte de Rivarol, Discours sur l'homme intellectuel et moral
  • Il faut bien passer quelque vanité aux pauvres gens. C'est le seul dédommagement de leurs misères. Charles Nodier, La Fée aux miettes
  • Pourquoi la vanité est-elle aussi forte que la mort ? André Malraux, Antimémoires, Gallimard
  • La vertu n'irait pas si loin si la vanité ne lui tenait compagnie. François, duc de La Rochefoucauld, Maximes
  • On parle peu quand la vanité ne fait pas parler. François, duc de La Rochefoucauld, Maximes
  • Ce qui nous rend la vanité des autres insupportable, c'est qu'elle blesse la nôtre. François, duc de La Rochefoucauld, Maximes
  • La vanité, c'est l'orgueil des autres. Sacha Guitry, Jusqu'à nouvel ordre, M. de Brunhoff
  • Tout est vain en nous, excepté le sincère aveu que nous faisons devant Dieu de nos vanités. Jacques Bénigne Bossuet, Oraison funèbre d'Henriette-Anne d'Angleterre, duchesse d'Orléans

Traductions du mot « vanité »

Langue Traduction
Corse vanità
Basque vanity
Japonais 虚栄心
Russe суета сует
Portugais vaidade
Arabe الغرور
Chinois 虚荣
Allemand nichtigkeit
Italien vanità
Espagnol vanidad
Anglais vanity
Source : Google Translate API

Synonymes de « vanité »

Source : synonymes de vanité sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « vanité »


Mots similaires