La langue française

Billevesée

Sommaire

  • Définitions du mot billevesée
  • Étymologie de « billevesée »
  • Phonétique de « billevesée »
  • Évolution historique de l’usage du mot « billevesée »
  • Citations contenant le mot « billevesée »
  • Traductions du mot « billevesée »
  • Synonymes de « billevesée »

Définitions du mot billevesée

Trésor de la Langue Française informatisé

BILLEVESÉE, subst. fém.

Gén. au plur., littér. ou fam.
A.− Propos, écrit vide de sens et souvent erroné. Synon. baliverne, faribole, sornette :
1. « (...). − Soyez tranquille, ma nièce, quand les fadaises et billevesées que débitent ces baladins dont les affaires m'intéressent fort peu m'ennuieront par trop grièvement, je regarderai et soudain j'ouvrirai l'œil clair comme basilic. » T. Gautier, Le Capitaine Fracasse,1863, p. 264.
2. Les gens qui racontent une histoire en plaisanterie finissent par y croire. Les médecins praticiens finissent certainement par croire à des billevesées qu'ils ont d'abord racontées à leurs malades pour les satisfaire; un homme finit par prendre l'opinion du journal qu'il lit tous les jours. C. Bernard, Principes de méd. exp.,1878, p. 223.
Spéc., p. plaisant. :
3. Eh! Mon dieu, que nous font la France, le trône, la légitimité, le monde entier? Ce sont des billevesées auprès de mon bonheur. Balzac, La Duchesse de Langeais,1834, p. 272.
Billevesées! Emploi exclamatif Sornettes que ces choses-là! Trêve de billevesées (T. Gautier, Le Capitaine Fracasse,1863p. 307).
B.− P. ext. Idée, comportement, occupation ou préoccupation frivole, sans fondement réel. Synon. chimère, futilité, niaiserie :
4. − Eh! Parle, cette vie que tu te fais si charmante, qui te l'a conservée? À qui dois-tu de respirer cet air, de voir ce ciel, et de pouvoir encore amuser ton esprit d'alouette de billevesées et de folies? Sans elle, où serais-tu? Hugo, Notre-Dame de Paris,1832, p. 449.
5. « De quelles billevesées embarrasses-tu ta pauvre cervelle, rejeton dégénéré de ma race orgueilleuse? De quelle chimère d'égalité remplis-tu tes rêves? L'amour n'est pas ce que tu crois; ... » G. Sand, Histoire de ma vie,t. 1, 1855, p. 32.
Iron. Érudit de billevesées (A. Arnoux, Le Chiffre,1926, p. 205).
PRONONC. : [bilvəze] ou [bijvəze].
ÉTYMOL. ET HIST. − xves. « parole vide de sens » (Farce de Badin, Anc. Théâtre fr., I, 184 dans R. Hist. litt. Fr., 1898, p. 292 : Quel bailleur de billevesées); 1574 « id. » (G. des Autels, Mitistoire Barragouyne, 10 dans Hug., s.v. bailleur : bailleurs [...] de belles visées). Composé de vesé/vezé « ventru » (cf. Thierry 1564 dans FEW t. 14, p. 339a) pris peut-être au sens de « gonflé », dér. de veze « cornemuse » (1532, Bourdigné, Faifeu, ch. 45 dans Hug.) encore attesté dans les dial. (L. Favre, Gloss. du Poitou, de la Saintonge et de l'Aunis, Niort, 1867), appartenant à la racine onomatopéique ves- exprimant un léger bourdonnement, un souffle (cf. FEW, loc. cit., pp. 339-340). Le premier élément demeure obscur; bille* semble exclu puisque désignant un objet solide qui ne peut être gonflé; une altération de beille « boyau » (Sain. Lang. Rab. t. 2, p. 163; Dauzat 1973) issu du lat. *botula (cf. FEW t. 1, p. 470) présente des difficultés phonét. (il faudrait p. ex. admettre que bille représente une fausse régression à partir de beille d'apr. les formes où -eille correspond à -ille dans l'extrême ouest du domaine poitevin, cf. J. Pignon, L'Évolution phonét. des parlers du Poitou, Paris, 1960, pp. 321 sqq.). L'hyp. d'un composé tautologique (Guir. Étymol., p. 15) d'un verbe biller qui signifierait « courir çà et là » et de vezer « id. » offre des sens trop éloignés du sens du composé à expliquer.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 54.
BBG. − Sain. Sources t. 1 1972 [1925], p. 320; t. 3 1972 [1930], p. 421.

Wiktionnaire

Nom commun

billevesée \bil.və.ze\ ou \bij.və.ze\ féminin

  1. (Vieilli) (Désuet) (Rare) Outre pleine d’air. [1]
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  2. (Vieilli) (Désuet) Bulle de savon. [1]
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  3. (Familier) Discours frivole ; conte vain et ridicule.
    • Ah ! saperlipopette, Monsieur, vous me la baillez belle ! Vous dites qu’on ne croit plus à rien ! Mais jamais, à aucune époque, on n’a cru à tant de billevesées, de bourdes, de mensonges, de sottises, d’absurdités qu’aujourd’hui. — (John Ruskin, Notes du chapitre I de La Bible d’Amiens, traduction par Marcel Proust, Mercure de France, 1904, p. 142)
    • Sganarelle : Je n’ai pas grande peine à le comprendre, moi ; et si tu connaissais le pèlerin, tu trouverais la chose assez facile pour lui. Je ne dis pas qu’il ait changé de sentiments pour Done Elvire, je n’en ai point de certitude encore : tu sais que, par son ordre, je partis avant lui, et depuis son arrivée il ne m’a point entretenu ; mais, par précaution, je t’apprends, inter nos, que tu vois en Dom Juan, mon maître, le plus grand scélérat que la terre ait jamais porté, un enragé, un chien, un diable, un Turc, un hérétique, qui ne croit ni Ciel, ni Enfer, ni loup-garou, qui passe cette vie en véritable bête brute, en pourceau d’Épicure, en vrai Sardanapale, qui ferme l’oreille à toutes les remontrances chrétiennes qu’on lui peut faire, et traite de billevesées tout ce que nous croyons. — (Molière, Dom Juan ou le Festin de pierre, acte I, scène 1)
    • Chrysale : Je n’aime point céans tous vos gens à latin,
      Et principalement ce Monsieur Trissotin.
      C’est lui qui dans des vers vous a tympanisées,
      Tous les propos qu’il tient sont des billevesées,
      On cherche ce qu’il dit après qu’il a parlé,
      Et je lui crois, pour moi, le timbre un peu fêlé.

      — (Molière, Les Femmes savantes, acte II, scène 7)
  4. Idées creuses ; idées chimériques.
    • Toutes les billevesées de la métaphysique ne valent pas un argument ad hominem. — (Denis Diderot, Pensées philosophiques, texte établi par J. Assézat, Garnier, 1875-77)
    • Mais le diable a soufflé là-dessus, de son haleine fiévreuse et empestée, et les pires billevesées ont pris leur vol. L’homme a inventé les dieux et il a créé l’amour avec son cortège de sensibleries ridicules ou criminelles. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 118)
    • Et puis, est-ce parce que nous les nions, avec une sorte de sombre énergie, que ces arcanes de l'inconnu ne contiennent que des sornettes et des billevesées ? On s'abstient dans le doute, et ici je m'abstiens. — (Jean Ray, Harry Dickson, Les Trois cercles de l'épouvante, 1932)
    • Pas de majorité républicaine — il va de soi — pour ces billevesées, si bien qu’une attaque bien conduite par vous n’aboutissait qu’à entamer un instant l’armée gouvernementale. — (Joseph Caillaux, Mes mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BILLEVESÉE. n. f.
Discours frivole, conte vain et ridicule. Il ne nous a entretenus que de billevesées. C'est un donneur de billevesées. Tout ce qu'il dit n'est que billevesée. Il se dit aussi des Idées creuses, des idées chimériques. Cet homme fait imprimer toutes les billevesées qui lui passent par la tête. Il est familier dans les deux sens.

Littré (1872-1877)

BILLEVESÉE (bi-le-ve-zée) s. f.
  • Discours frivole, idées chimériques, vaines occupations. Il traite de billevesées tout ce que nous croyons, Molière, Fest. I, 2. Je n'ai parlé de ces sublimes billevesées que pour faire savoir les opinions de Newton, Voltaire, Lett. vers, 80. Je suis accablé de tant de riens, si surchargé de billevesées, Voltaire, Lett. d'Argental, 1er mai 1761. Toutes les billevesées de la métaphysique ne valent pas un argument ad hominem, Diderot, Pens. phil. 17.

HISTORIQUE

XVIe s. Ayez en reverence le cerveau caseiforme, qui vous paist de ces belles bille-vezées, Rabelais, Prol. du 1er livre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « billevesée »

(Date à préciser) De l’ancien français billevese (« cornemuse »), se décomposant en beille (« boyau ») et veser (« gonfler »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lamonnoye, au mot bourguignon vezai, dit : « Veze est une espèce de musette ; de là gros vezé, pour un gros homme ; veze, pleine de vent, dans RABELAIS, IV, 43. » Leduchat tire billevesée de bille, boule, et vesée, soufflée. Il est certain que vesée est ici l'équivalent de vessie ; mais bille paraît une altération de belle : belle vessie, chose de vent, chose de rien. Cela se voit par ce vers du XIIIe siècle : Car Mahomes ne vaut une belle vessie, Roman du chevalier du Cygne, dans SCHWEIGHAÜSER, De la Négation, p. 81.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « billevesée »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
billevesée bijvœse

Évolution historique de l’usage du mot « billevesée »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « billevesée »

  • Elles s’alarment. Leur mari de roi – il a deux épouses, c’est plus sûr – va mourir dans une heure trente et des poussières, le temps d’une ultime représentation. C’est le Médecin (Raphaël Vachoux) dans son uniforme clinique vert tilleul qui l’a dit, ce n’est donc pas billevesée. Mais où se cache le futur moribond? Le Temps, Quand le roi se meurt, Ionesco reverdit - Le Temps
  • De nos jours, on préfère parler de «fakenews» et, en bon français, d’infox. Pourtant, il n’y a pas si longtemps, on pouvait utiliser le terme «billevesée», pour caractériser des «propos, écrits vides de sens et souvent erronés». Le substantif féminin se notait aussi bien sous la plume de Balzac que celle d’Hugo ou Sand. Alors pourquoi ne pas le ressusciter? D’autant que le mot peut également s’employer dans deux autres sens. Premièrement, en tant qu’exclamation. «Billevesée!» signifie alors «Sornettes!», «Mensonges!», «Faux!». Secondement, «billevesée» peut désigner une «idée, un comportement, une occupation ou une préoccupation frivole, sans fondement réel». Le Figaro.fr, Dix mots anciens à utiliser (urgemment) au quotidien
  • Une billevesée de plus, peu lui importe et ce n’est pas demain la veille que ça va changer. Elle racontera encore et toujours des bévues. Ça cause d’un vigipirate en France, sujet dont elle ignore les contours et l’éclairage de Finengo ne sera aucunement saisi par ses neurones qui sont déjà malmenés par toutes sortes de breuvage poculatif. À récupérer des billes d’ailleurs, une des spécialités du bac-3, pour tenter de justifier l’envoi des militaires, quelle pauvreté d’intellect ! Madagascar-Tribune.com, Le sénateur de Toamasina dénonce le comportement des militaires - Madagascar-Tribune.com
  • L'auteur de cette billevesée n’a toutefois pas eu l’audace de marquer cette même "solidarité" envers "le peuple catalan", ni envers les leaders indépendantistes emprisonnés ou en exil, encore moins dénoncer la répression méthodique des citoyens catalans, notamment dans la capitale Barcelone.  fr.le360.ma, Espagne: le parti Podemos, au pouvoir, se débarrasse du très encombrant militant anti-marocain Miguel Urban | www.le360.ma

Traductions du mot « billevesée »

Langue Traduction
Anglais nonsense
Source : Google Translate API

Synonymes de « billevesée »

Source : synonymes de billevesée sur lebonsynonyme.fr
Partager