Unir : définition de unir


Unir : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

UNIR, verbe trans.

I. − Empl. trans. dir.
A. − Mettre ensemble deux ou plusieurs éléments de façon à former un tout ou à ne faire qu'un.
1. [Les compl. désignent des animés] Qqn1unit qqn2à/avec/et qqn3
a)
α) Faire exister ensemble des personnes ou leur vie, leur destinée, de façon à ne faire qu'un. Synon. accorder, assembler, réunir ; anton. éloigner, séparer.Être uni à Dieu, à qqn par le cœur; (être) unis par l'amitié, par l'amour, par un lien, par des liens de, par des rapports, par le sang:
L'être en état de grâce, comme il ne cesse pas d'être uni au Christ, s'il vient à subir le martyre, comme il ne cesse pas d'être en état d'assentiment à son Créateur, participe à la même passion et en dilate sur tout ce qui l'entoure la vertu d'expiation et de rachat. Claudel, Nuit Noël, 1915, p. 576.
Absol. Justement, parce qu'Il est Celui qui unit, il [Jésus] est aussi Celui qui trie, qui sépare, et qui juge. Il y a le bon grain, dans l'Évangile, et les brebis, et la droite du Fils de l'homme, et la salle du festin nuptial, et le feu qui embrase de joie. Mais il y a aussi l'ivraie; il y a les boucs; il y a la gauche du Juge (Teilhard de Ch., Milieu divin, 1955, p. 187).
[Le suj. désigne la nature, la cause de l'union des pers.] Qqc. unit qqn1à/avec qqn2.Lien qui unit les hommes, les membres d'un groupe; lien(s), parenté, rapports qui unissent des personnes; sentiment, sympathie qui unit des personnes; unir les cœurs, les âmes; lien qui unit l'individu à la société, à un groupe; solidarité qui unit (des hommes). L'horreur du mal unit à Dieu, car Dieu a le mal en horreur (Joubert, Pensées, t. 1, 1824, p. 139).
β) En partic. Marier.
[Avec compl. au plur. désignant les membres du couple, ou au sing. désignant le couple lui-même] Il disait: « Il va nous unir, comme mari et femme » (Vercors, Sil. mer, 1942, p. 37).À quelque temps de là, je ceignis pour la première fois mon écharpe en vue d'unir le nouveau couple (Gide, Feuillets d'automne, 1949, p. 1094).
[Avec compl. au sing.] Qqn1unit qqn2à/avec/et qqn3.Vatard crut que sa réponse aux propositions d'unir Désirée avec Auguste était cause de ces bourrasques (Huysmans, Sœurs Vatard, 1879, p. 199).Ainsi vous avez envisagé d'unir votre fille à ce révolutionnaire? (R. Char, Trois coups sous les arbres, 1985 [1967], p. 1004).
Absol. L'ancien blason du notariat exprimait pittoresquement ce pouvoir d'unir qu'a le notaire: c'étaient deux mains l'une dans l'autre (Gozlan, Notaire, 1836, p. 34).
[Le suj. désigne qqc.] Les fiancés échangent devant le prêtre le oui qui les unit (Beauvoir, Mém. j. fille, 1958, p. 152).
γ) Créer l'entente, la concorde. Synon. accorder, rapprocher, rassembler, réunir; anton. diviser.Être étroitement, intimement unis. Qu'aucune force au monde ne dresse plus jamais les uns contre les autres ces Français que, dans la Résistance, le général de Gaulle a unis (Mauriac, Bâillon dén., 1945, p. 391).
Absol. L'absence unit et désunit, elle rapproche aussi bien qu'elle divise, elle fait se souvenir, elle fait oublier (Fromentin, Dominique, 1863, p. 16).
b) [Les compl. désignent un ou plusieurs États, des pers. physiques ou morales] Qqn1unit qqn2à/et qqn3.Associer politiquement ou économiquement. Synon. allier, annexer, fédérer, réunir.François Ier, d'après la prière des États assemblés à Vannes, unit, par édit publié à Nantes en 1532, le duché de Bretagne à la couronne de France, garantissant à ce duché ses libertés et privilèges (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 196).En 1786, par un traité de commerce qui sera un des griefs des États Généraux contre la monarchie (...), le gouvernement de Louis XVI voulut réconcilier les deux pays, les unir, les associer par les échanges (Bainville, Hist. Fr., t. 2, 1924, p. 15).
c) Rare. [Le suj. désigne une entité concr.] Lier matériellement. Ils allaient du même pas, obligés de se presser l'un contre l'autre, de cette allure gênée, maladroite, spéciale aux prisonniers que la chaîne unit par le bras et entrave (Van der Meersch, Invas. 14, 1935, p. 461).
2. [Les compl. désignent des inanimés] Qqn1/qqc.1unit qqc.2à/avec/et qqc.3
a)
α) Mettre ensemble pour former un tout. Synon. additionner, adjoindre, agglutiner, agréger, amalgamer, fondre, fusionner, joindre, lier, mélanger, mêler, réunir, raccorder; anton. désagréger, disloquer, distinguer, séparer, trier.On unit l'eau-de-vie au sucre et aux parfums, pour (...) en faire des potions qu'on appelait, suivant l'usage du temps, potions cordiales (Brillat-Sav., Physiol. goût, 1825, p. 277).
β) [Le suj. désigne une ou des pers.; les compl. désignent des entités abstr.] Mettre en relation, en communication. Synon. associer, joindre, rapprocher, relier, réunir; anton. disjoindre, dissocier.Unir des idées. Dans tous ces monastères on a travaillé à unir les lettres anciennes avec les doctrines chrétiennes (Barrès, Cahiers, t. 12, 1919, p. 104).Je veux unir la pensée et son contenu, sortir avec élégance d'une contradiction pour laquelle les artistes n'ont encore trouvé que des solutions grossières (J. Bousquet, Trad. du sil., 1936, p. 117).
[P. méton.; le suj. désigne le lien] Relations qui unissent des choses, des personnes à des choses. Tout s'harmonise dans la nature; des rapports secrets unissent l'aigle et le brin d'herbe, les anges et nous dans l'ordre de l'intelligence (E. de Guérin, Journal, 1838, p. 200).
[Le compl. d'obj. désigne des mots] Synon. agencer, associer, attacher, combiner.Ma pensée grelotte encore avec une incohérence sénile, incapable d'unir deux mots, tant j'ai eu froid en voyage (Mallarmé, Corresp., 1865, p. 191).
[P. méton.; le suj. désigne une entité abstr.] Il y a donc dans toutes les langues (...) des prépositions (...) dont la fonction est d'unir un nom ou un adjectif, à un autre nom qui lui sert de complément (Destutt de Tr., Idéol. 2, 1803, p. 116).
[Le compl. d'obj. est un subst. sing. coll.] Puis donc qu'on [Bergson] ne nie pas l'extériorité réciproque des parties de l'espace, il faudrait chercher à unir cette multiplicité homogène (Hamelin, Élém. princ. représ., 1907, p. 121).
γ) [Le suj. au plur. désigne des pers.; le compl. d'obj. au plur. désigne souvent des attributs des pers., à valeur réciproque, précédé souvent d'un adj. poss.] Mettre en commun en vue d'un but déterminé. Synon. conjuguer, joindre, rassembler.Unir les compétences, leurs efforts, leurs forces, leurs voix. Ils se sont rencontrés en route et ont uni leurs commerces (Flaub., Champs et grèves, 1848, p. 346).
δ) [Le suj. désigne souvent une entité concr. ou une partie du corps, d'un organe] Lier matériellement. Synon. attacher, enchaîner, joindre, relier.Avec le temps, les larges membranes qui unissent les doigts des canards, des oies, etc., se sont formées telles que nous les voyons (Lamarck, Philos. zool., t. 1, 1809, p. 249).
b) Qqn1/qqc.1unit qqc.2à/avec/et qqc.3Faire communiquer, se toucher.Synon. joindre, rapprocher, rejoindre, réunir.Unir leurs mains, leurs lèvres. Ses épais sourcils (...) étaient tellement rapprochés, qu'il suffisait pour les unir d'un simple froncement (Ponson du Terr., Rocambole, t. 2, 1859, p. 89).
c) Relier par un moyen de communication. Synon. desservir, joindre, relier.Il arrêtait l'heureuse et hardie mesure d'unir le golfe de Venise et celui de Gênes, à l'aide du Pô et d'un canal qui, partant d'Alexandrie, eût gagné Savone au travers de l'Apennin (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 2, 1823, p. 263).Tramways. Lignes intérieures. (...) La ligne Montrouge-Gare de l'Est, dessert l'une des plus grandes artères de la ville. Elle relie le Sud au Nord et coupe l'agglomération en deux portions presque égales. Elle unit des quartiers en plein développement, au centre des affaires et du travail (Albitreccia, Gds moyens transp., 1931, p. 70).
d) Qqc.1unit qqc.2à/avec qqc.3Constituer un élément de liaison.De même que les colonnes d'un temple, émergeant seules du sable, montrent encore les vestiges de la table qui s'est éboulée, ainsi ces piliers solitaires témoignent d'un vaste plateau qui les unissait autrefois (Saint-Exup., Terre hommes, 1939, p. 174).
e) Littér. Qqn unit qqc.1à qqc.2Faire coopérer.Synon. allier, joindre, marier (v. ce mot II).Apporte de Selma la harpe secourable; Unis ta voix légère à mes tristes accents: Le barde va chanter un combat mémorable (Baour-Lormian, Ossian, 1827, p. 66).
f) Qqn/qqc.1unit qqc.2à/avec/et qqc.3Posséder à la fois, faire coexister deux caractères, deux qualités très différentes, le plus souvent contrastés.Synon. ajouter, allier, associer, joindre.Digne neveu d'Innocent III, il sut unir toujours la justice et la fermeté (Montalembert, Ste Élisabeth, 1836, p. xviii).On retrouve pareillement en lui cette race d'entraîneurs d'hommes qui sait unir la méthode à l'élan (Bordeaux, Fort de Vaux, 1916, p. 51).
[Le compl. d'obj. est un subst. au plur.] Unir les contraires. La doctrine qu'on prônait était un éclectisme aristocratique, qui s'efforçait d'unir les caractères distinctifs de trois ou quatre grandes époques musicales, du VIeau XXesiècle (Rolland, J.-Chr., Foire, 1908, p. 695).
B. − Rare. [Le compl. d'obj. est un subst. sing.] Qqn/qqc.1unit qqc.2Rendre égal, uni, supprimer les aspérités de.Synon. aplanir, égaliser, lisser, planer1, polir.Je ne vous croyais pas si jeune. Où diable avez-vous vécu? Vous êtes un caillou non uni par les frottements (Stendhal, L. Leuwen, t. 3, 1835, p. 102).Une lumière de lune (...) qui adoucit la ride, unit le teint, baigne le contour (Pesquidoux, Livre raison, 1925, p. 117).
II.
A. − Empl. pronom.
1. [Le suj. au plur. désigne des entités concr., des éléments] Se trouver ensemble pour former un tout. Synon. adhérer, se confondre, se fondre, se joindre, se mêler.Le surplus d'une fontaine chante en deux sources. Elles tombent du roc et le vent les éparpille. Elles pantèlent sous l'herbe, puis s'unissent et coulent ensemble sur un lit de jonc (Giono, Colline, 1929, p. 9).Les cellules fixes, qui s'unissent pour former les organes (Carrel, L'Homme, 1935, p. 86).
Rare. [Le suj. est un subst. sing. coll.] Le chaos tourbillonnant de la barbarie, qui, dès Attila, dès Théodoric, voulait se fixer et s'unir, trouva son centre en Charlemagne (Michelet, Introd. Hist. univ., 1831, p. 422).
2. [Le suj. au plur. désigne des entités abstr. ou douées de vie] Être associé de façon harmonieuse. Synon. s'harmoniser, se marier (v. ce mot II).On ne sait si c'est le soleil encore ou si c'est déjà la Grâce, Tant la nature et l'esprit s'unissent en de subtils accords! (Claudel, Feuilles Saints, 1925, p. 615).
Rare. [Le suj. est un indéf.] Concourir. Environ la trentaine, tout semblait s'unir pour abattre ma confiance naïve en la vie (Blanche, Modèles, 1928, p. 5).
3. [Le suj. au plur. désigne deux ou plusieurs caractères différents] Exister ensemble. Synon. s'allier, s'associer, cohabiter, se concilier, s'enchaîner.Un type de héros en qui s'unissent l'aptitude à l'action, la culture et la lucidité (Malraux, Conquér., 1928, p. 163).
B. − Empl. pronom. réfl.
1. Qqn1s'unit à qqn2; qqn1s'unit avec qqn2(plus rare)
a) Être en communion avec; se joindre à. Synon. s'associer à, communiquer avec.S'unir à Dieu; Dieu s'unit à l'humanité; s'unir de cœur, d'intention à qqn. Pompée voulant faire confirmer tout ce qu'il avait fait en Asie, malgré Cicéron, Lucullus et Caton, il s'unit étroitement avec Crassus et César (Michelet, Hist. romaine, t. 2, 1831, p. 232).
Absol., rare. Le Christianisme sauve, avec les droits de la pensée, l'aspiration essentielle de toute mystique: s'unir (c'est-à-dire devenir l'Autre) en restant soi (Teilhard de Ch., Milieu divin, 1955, p. 139).
[P. méton.; le compl. désigne une action] Il a ressenti l'effroi de l'univers et de la vie. Il s'est uni à la communion des vivants et des morts (Barrès, Cahiers, t. 7, 1909, p. 199).
P. anal. [Le suj. désigne qqc.] C'était (...) en nous et par nous que la nature connaissait Dieu, et non seulement l'adorait, mais s'unissait à lui dans l'Eucharistie (Mauriac, Journal 1, 1934, p. 89).
b) En partic. Épouser; vivre avec; avoir des relations sexuelles avec. Elle était convaincue qu'elle trouverait le bonheur en s'unissant avec lui; mais elle ne pouvait l'épouser qu'en montrant son acte de naissance (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 2, 1823, p. 54).Et le mâle s'était uni à la femelle, le peuple est né, Que tu gouvernes avec sagesse selon les règles de la Musique et le précepte de l'Antiquité (Claudel, Repos 7ejour, 1901, i, p. 798).
2. Qqc.1s'unit à/avec qqc.2
a) [Le suj. désigne une chose, notamment une partie du corps ou d'un organe] Communiquer avec, se joindre à. Synon. s'attacher à, coopérer.Un corps s'unit (chimiquement) à un autre. Chacune des apophyses, tant épineuses que transverses, a aussi un petit ligament qui l'unit à celle qui la précède ou qui la suit. La dernière vertèbre s'unit absolument de la même manière avec l'os sacrum (Cuvier, Anat. comp., t. 1, 1805, p. 154).
b) Littér. Exister en même temps que, coopérer avec. Synon. s'allier à, se joindre à, se marier à (v. ce mot II).Le murmure des invités s'unit au bruissement des pas qui foulaient le sable (Adam, Enf. Aust., 1902, p. 408).
c) [Le suj. et le compl. désignent deux qualités distinctes, voire opposées] Exister en même temps que. Synon. s'ajouter à, s'allier à, s'associer à, se joindre à.Il venait de composer une recette, en vers, où ses idées de vieux militant s'unissaient à des conseils de cuisinier (Dabit, Hôtel Nord, 1929, p. 195).
C. − Empl. pronom. réciproque
1. Qqn1et qqn2s'unissent (l'un à l'autre/entre eux)
a) Créer et entretenir des liens affectifs réciproques, s'entendre. Synon. s'accorder.Ainsi le maître et le disciple s'unissent-ils l'un à l'autre sous l'ascendant et dans un réciproque amour d'une même et commune vérité (Blondel, Action, 1893, p. 243).Jésus se tient au bord de la tombe et frémit (...). Là où les Trois Personnes de la Trinité S'unissent dans le lien suprême, Le froid de la mort a pénétré et l'Évangile nous dit qu'Il se troubla Lui-même (Claudel, Visages radieux, 1947, p. 789).
b) En partic. [Le suj. désigne un homme et une femme] Se marier; vivre ensemble; avoir des rapports sexuels. Joseph fut fiancé à Marie. L'intention de cette coutume est de laisser aux deux époux le temps de se connoître avant de s'unir (Chateaubr., Génie, t. 1, 1803, p. 73).Une galerie par laquelle on arrive à une chambre où nous nous unissons, pied à pied, tête à tête (Éluard, Donner, 1939, p. 39).P. anal. [Le suj. désigne des animaux] S'accoupler. Les animaux sont ardents à s'unir selon leurs guises; mais il s'en faut que les divers hymens des quadrupèdes, des oiseaux, des poissons et des reptiles égalent en vénusté les noces des arbres (A. France, Île ping., 1908, p. 107).
c) Avoir des liens sociaux réciproques (entre personnes ou entre groupes), vivre dans l'entente, dans la concorde; faire œuvre commune. Synon. s'accorder, s'associer, s'entendre, se rapprocher, se rassembler, se solidariser.S'unir pour collaborer, pour faire qqc., pour la défense de qqn, contre qqn; s'unir davantage, étroitement, intimement. Il faut que nous acceptions de nous unir fraternellement afin de guérir la France blessée (De Gaulle, Mém. guerre, 1959, p. 623).
d) [Le suj. au plur. désigne des États, des pers. physiques ou morales ] S'associer politiquement ou économiquement. Synon. collaborer, se fédérer.Les artisans commencent à sentir le besoin de s'unir et forment leurs premières associations (Durkheim, Divis. trav., 1902, p. xi).V. prolétaire I B 2 b ex. de Martin du Gard.
2. [Le suj. au plur. désigne des parties du corps] Se mettre en contact. Synon. se joindre, se rapprocher.Lèvres, mains, doigts qui s'unissent. Une grille séparait les deux quartiers; mais les barreaux n'en étaient pas assez rapprochés pour empêcher les mains de se joindre et les bouches de s'unir (A. France, Dieux ont soif, 1912, p. 242).
Rem. gén. La loc. pléonastique unir ensemble est att. dans la docum. par qq. ex.: Deux amis, l'un d'Athènes et l'autre de Corinthe, ont résolu d'unir ensemble leur fils et leur fille (Staël, Allemagne, t. 2, 1810, p. 202). Un nouveau sceptre qui s'étendrait sur le monde entier, et lui rendrait l'âge d'or, en fondant et unissant ensemble tant de peuples absorbés dans l'empire, mais non identifiés jusque-là (P. Leroux, Humanité, 1840, p. 737).
REM.
Unissable, adj.Qui peut être uni (à quelque chose). Maintenir strictement le principe de la non-individualité de l'âme en tant que telle, car deux formes de ce genre qui seraient numériquement distinctes en tant que formes, c'est une absurdité; elles ne le sont pas même en tant qu'unissables à des corps différents (Gilson, Espr. philos. médiév., 1931, p. 206).
Prononc. et Orth.: [yni:ʀ], (il) unit [yni]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. 1. Fin xes. « établir des liens affectifs entre des personnes », ici part. passé adj. (Passion, éd. d'Arco Silvio Avalle, 276: en caritad toz es uniz); 1538 unir (Est.); 2. ca 1180 « assembler, rapprocher étroitement des éléments de façon à former un tout » unir un cunte « réunir les données d'un récit » (Thomas, Tristan, éd. B. H. Wind, D, 836); ca 1200 uniz part. passé adj. (Dialogue Grégoire, éd. W. Foerster, p. 131, ligne 17); 3. 1371 « associer par un lien politique » (Lettres qui portent que le comté d'Auxerre ... sera uni à la couronne ds Ordonnances des Rois de France de la 3erace, t. 5, p. 415: nous avons Approprié, unie & annexé); 4. 1594 « associer, joindre ensemble » (P. Pithou, 61 ds Littré); 1616 [éd.] pronom. (D'Aub., Hist., II, 193, ibid.); 5. 1644 trans. « lier par le mariage » (Corneille, Rodogune, V, 3, 1592); 1669 pronom. (Racine, Britannicus, II, 2, 477); 6. 1660 « créer le rapprochement, la concorde » (Corneille, Toison d'or, 356, éd. Ch. Marty-Laveaux, t. VI, 270); 7. 1727 « établir une communication entre deux choses » canaux ... qui unissent les villes entre elles (Ramsay, Voyages de Cyrus, p. 178). II. 1. Ca 1170 uni part. passé adj. « sans variété, sans changement » sa volente est tuz jours unie (Rois, éd. E. R. Curtius, I, XV, 11, p. 29); 2. a) ca 1480 id. « dont la surface ne présente pas d'inégalités; dont le relief ne présente aucun accident » et sur terre unie ... sommes abordez (Myst. Vieux Testament, éd. J. de Rothschild, 6127, t. 1, p. 237); d'où b) 1567 subst. à l'uni (J. Martin, Arch. Vitruve, p. 52 vo; les ouvriers [...] coupperent à l'uni des parois les sorgects des dictes solives); c) 1539 unir et applanir (Est.); 3. 1640 part. passé adj. « qui n'est agrémenté d'aucun ornement » (Oudin Curiositez ; habit tout Uni, simple, sans ornement); 4. 1625 id. cheval uny (Pluvinel, L'Instruction du Roy en l'exercice de monter à cheval, Paris, M. Nivelle, p. 49); 5. a) 1669 id. « d'humeur égale » je suis si unie, si tranquille et si reposée (Mmede Sévigné, Corresp., éd. R. Duchêne, t. 1, p. 114); b) 1727 « qui se comporte d'une manière naturelle, sans recherche ni affectation » le plus simple, le plus uni [des] hommes (Boissy, Le Français à Londres, p. 38); 6. 1732 « qui est d'une seule couleur » drap tout uni (Lesage, Hist. de Gil Blas, p. 548); d'où subst. 1783 l'uni « étoffe d'une seule couleur » (Mercier, Tableaux de Paris, p. 44). Empr. au lat. d'époque impérialeunīre « unir », dér. de unus, v. un1. Fréq. abs. littér.: 2 913. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 7 404, b) 2 516; xxes.: a) 2 466, b) 3 240.

Unir : définition du Wiktionnaire

Verbe

unir \y.niʁ\ transitif 2e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’unir)

  1. Joindre deux ou plusieurs choses ensemble.
    • Unir deux tuyaux par leurs extrémités.
    • unir deux pièces de métal avec une soudure.
    • unir un mot à un autre, par un autre.
    • unir deux mois par un trait d’union, pour n’en former qu’un seul.
    • unir deux terres ensemble.
    • Ils ont uni leurs forces, leurs armées.
    • On avait uni ces deux charges, ces deux fiefs, ces deux bénéfices.
    • provinces-Unies, Les provinces qui composaient la république de Hollande.
    • Etats-Unis, Les états qui forment la grande république de l’Amérique septentrionale.
  2. Se dit figurément en parlant des personnes qui ont des liens entre elles.
    • De temps en temps, ces potentats féodaux européens s'unissaient contre les musulmans pillards. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p.163)
    • C’est un intérêt commun, c’est l’amitié qui les unit.
    • unir deux maisons, deux familles par un mariage.
    • Ils sont unis par les liens du mariage.
    • Ils se sont unis pour repousser l’ennemi commun, contre l’ennemi commun.
    • S’unir par le mariage.
    • S’unir étroitement l’un à l’autre.
    • Unissez-vous à lui.
  3. Rendre égal, ôter les inégalités, aplanir une surface raboteuse.
    • Il faut unir cette pierre, cette planche, ce chemin.

Verbe

unir \u.ˈnir\ (voir la conjugaison)

  1. Unir.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Unir : définition du Littré (1872-1877)

UNIR (u-nir) v. a.
  • 1Rendre un. Il faut les [emplois civils et militaires] unir dans la république, et les séparer dans la monarchie, Montesquieu, Esp. v, 19. Le Dauphiné fut uni à la France en 1349, Duclos, Œuv. t. v, p. 65.
  • 2Joindre ensemble. Tous les oiseaux qui nagent et dont les doigts sont unis par des membranes, ont le pied court, la jambe reculée et souvent en partie cachée dans le ventre, Buffon, Ois. t. XVI, p. 288. J'ai des occupations pour chaque heure… j'unis les jours aux jours ; cela fait un an, puis deux, puis la vie, Staël, Delphine, I, 7.

    Fig. Que désormais le ciel, les enfers et la terre Unissent leurs fureurs à nous faire la guerre, Corneille, Hor. II, 3. Je ne sépare point ce qu'unissent les dieux [la qualité d'époux et celle d'amant], Molière, Amph. I, 3. La cour veut toujours unir les plaisirs avec les affaires, Bossuet, Anne de Gonz. La reine a bien connu la religion et la vertu de la croix, quand elle a uni le christianisme avec les malheurs, Bossuet, Reine d'Anglet. Unissons nos douleurs, Et par tout l'univers cherchons-lui des vengeurs, Racine, Mithr. v, 5. Et, dans un chant plaintif conforme à ses douleurs, Elle unissait souvent et sa voix et ses pleurs, Ducis, Othello, v, 2.

  • 3Faire que des personnes soient réunies. Oui, je vous unirai, couple ingrat et perfide… Oui, je vous unirai, puisque vous le voulez, Corneille, Cinna, v, 2. Je saurai le surprendre avec son Atalide, Et, d'un même poignard les unissant tous deux, Les percer l'un et l'autre, et moi-même après eux, Racine, Bajaz. IV, 4. La vertu qui nous sépara sur la terre, nous unira dans le séjour éternel, Rousseau, Hél. VI, 12.
  • 4Établir une communication entre. Un fleuve unit ces deux villes. Alexandre forma le dessein d'unir les Indes avec l'Occident par un commerce maritime, comme il les avait unies par des colonies qu'il avait établies dans les terres, Montesquieu, Esp. XXI, 8. J'ai peint Louis XIV unissant les deux mers, fondant la marine et le commerce…, Voltaire, Mél. litt. Réfutation.
  • 5Posséder simultanément. Il unit l'esprit au savoir. À la force du sens unissez l'harmonie infuse dans vos périodes pour charmer l'oreille d'un préfet, Courier, Xe lettre au Censeur.
  • 6 Fig. Etablir un lien entre des personnes. Recevez de ma main la coupe nuptiale, Pour être après unis sous la loi conjugale, Corneille, Rod. v, 3. J'ai une tendresse de cœur pour ceux que Dieu m'a unis plus étroitement, Pascal, Profess. de foi, édit. FAUGÉRE. Elle eut de quoi satisfaire à sa noble fierté, quand elle vit qu'elle allait unir la maison de France à la royale famille des Stuarts, Bossuet, Reine d'Anglet. Jamais sœurs ne furent unies par des liens ni si doux ni si puissants, Bossuet, Anne de Gonz. Par un hymen secret elle me fut unie, Voltaire, Mort de Cés. I, 1.
  • 7 Fig. Procurer le rapprochement, la concorde, l'alliance. C'est un intérêt commun qui les unit. N'est-il herbes, parfums, ni chants mystérieux, Qui puissent nous unir ces bras victorieux ? Corneille, Toison, I, 2. Les sages du monde représentèrent en vain à saint Louis que l'habileté n'était pas d'unir ses voisins, mais de les diviser, Fléchier, Panég. St Louis. Plus on les veut brouiller, plus on va les unir, Racine, Andr. I, 1.
  • 8 Terme de manége. Unir un cheval, le rassembler.
  • 9Enlever les inégalités, aplanir une superficie raboteuse. Unir une pierre. Unir une planche. Unir une allée.
  • 10S'unir, v. réfl. Devenir un. Seigneur, pour sauver Rome, il faut qu'elle s'unisse En la main d'un bon chef à qui tout obéisse, Corneille, Cinna, II, 1. Il se peut… que votre sang soit encore trop échauffé, pour pouvoir s'unir à la fraîcheur du lait, Sévigné, 16 fév. 1680. Par quelle fatalité le système de Malebranche paraît-il retomber dans celui de Spinosa ; comme deux vagues qui semblent se combattre dans une tempête, et le moment d'après s'unissent l'une dans l'autre ? Voltaire, les Systèmes, note l. J'ai annoncé que les métaux ne peuvent pas s'unir aux acides, sans être préalablement oxydés, Fourcroy, Conn. chim. t. I, p. CX. Comme l'air avec l'air, l'âme s'unit à l'âme, Delille, Paradis perdu. VIII.
  • 11 Fig. Former des liens avec. Fasse le ciel que nous profitions du temps, des grâces et des exemples que Dieu nous offre, et qu'après nous être unis à lui par la foi, nous jouissions de lui par la charité aux siècles des siècles ! Fléchier, Dauphine. Vos deux États voisins qui cherchent à s'unir, L'intérêt, la raison, l'amitié, tout vous lie, Racine, Bérén. III, 2.
  • 12Devenir unis, en concorde. Il est leur général, Ils combattent sous lui, sous son ordre ils s'unissent, Corneille, Sertor. II, 1.

    Se liguer. Que peuvent contre lui [Dieu] tous les rois de la terre ? En vain ils s'uniraient pour lui faire la guerre, Racine, Esth. I, 3. Telle a toujours été ma destinée : sitôt que j'ai rapproché l'un de l'autre deux amis que j'avais séparément, ils n'ont jamais manqué de s'unir contre moi, Rousseau, Conf. VIII.

  • 13S'accoupler, en parlant d'animaux. On a vu quelques-uns de ces oiseaux s'unir et produire en domesticité, Buffon, Ois. t. XV, p. 58.

REMARQUE

M. Chapelain est du sentiment de M. de Vaugelas, et dit que ceux qui condamnent unir ensemble comme un pléonasme et une superfluité de mots, le font sans raison, VAUGEL. Rem. not. Th. Corn. t. I, p. 260, dans POUGENS. Cette observation est juste ; ensemble détermine unir, et ne fait pas pléonasme.

HISTORIQUE

XIIe s. Tuz dis [toujours] est unie et estable la volenté, Rois, p. 54.

XIIIe s. Ainsinc Barat a tout honni, Par qui les biens jadis onni [égaux] Furent as gens aproprié, la Rose, 5172. Après de son front [je] vous renonce, Qu'il est blans, onis et sans fronce, Bl. et Jeh. 261. Comme li meffet ne sont pas onni, ne sunt pas les venjances onnies, Beaumanoir, XXXI, 1.

XIVe s. Mais il laira ses gens ens ou païs onni, Guesclin. 17508. Nous avons approprié, uni et annexé, approprions, unions et annexons perpetuellement à nous, à nos successeurs et au domaine de la couronne de France, Du Cange, appropriare.

XVe s. Et demeura Pietre du Bois, capitaine de Bruges, tant que ces portes, ces murs et ces fosses fussent mis à uni, Froissart, II, II, 160. Il commença à pleuvoir une pluie si grosse et unie, et monta un vent si froid, Froissart, II, II, 17. Fault il donc faire tous unis [traiter également] Les humbles servans et les faulx, Et que les bons soient punis Pour les pechez des desloyaux ? Chartier, Œuvres, p. 521.

XVIe s. Le pape ne peut conferer ni unir hospitaux ou leproseries de ce royaume, et n'a lieu en iceux la reigle de pacificis, P. Pithou, 61. Numa n'eut point l'œil à unir et applanir toute inegalité, Amyot, Lyc. et Numa comp. 5. Avec cela s'unit à eux Bourci, qui avoit cinq compagnies, D'Aubigné, Hist. II, 193. De là sur cette union il montre l'impossibilité de des-unir cette province, de lui faire, estant unie, accepter par force la division qu'ils ont à contre cœur, D'Aubigné, ib. II, 261. Peau deliée, cheveux unis, longs, blonds ou roux, Paré, Introd. 7. Style equable, uny et ordonné, Montaigne, III, 38.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

UNIR. Ajoutez : - REM. Dans les textes du XIIe et du XIIIe siècles qui sont rapportés à l'historique, uni n'a que le sens d'égal, de plan, de poli. Mais en voici un du XIIe siècle où il a le sens de joindre : Ses chiez [sa tête, d'un évêque qui avait eu la tête tranchée] ensi fut uniz à son cors, alsi com il ne fust pas jus trenchiez, li Dialoge Gregoire lo pape, 1876, p. 131.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Unir : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

UNIR, v. act. (Gramm.) c’est applanir, rendre égal. Voyez Uni.

Unir un cheval, (Maréchal.) c’est le remettre lorsqu’il est désuni au galop. Voyez Désuni.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « unir »

Étymologie de unir - Littré

Provenç. et espagn. unir ; ital. unire ; du lat. unire, de unus, un.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de unir - Wiktionnaire

Vient du verbe latin unire (unir), lui même de unus (un).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « unir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
unir unir play_arrow

Conjugaison du verbe « unir »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe unir

Citations contenant le mot « unir »

  • Face au risque que représente la droite, le Président semble faire le pari que la gauche représente une moindre menace. Sans doute parce que si celle-ci a remporté de nombreuses victoires aux municipales –parfois inespérées, inenvisageables il y a encore quelques semaines-, ce fut entièrement grâce à sa capacité à forger des alliances larges au plan local. L’exemple marseillais l’illustre parfaitement. Lorsque la gauche s’est désunie, et notamment lorsque PS et EELV ont abordé le second tour en ordre dispersé, la victoire fut rarement à la clé. Or, et c’est sans doute là que se trouve le pari de Macron, là où la gauche a su non sans mal s’unir pour gagner dans les territoires, elle peine encore trop souvent à se parler et à mener des combats communs sur le plan national. Au grand désespoir des électeurs de gauche, elle se querelle et se divise sans cesse depuis 2017. Bien que le patron du PS ait, dès 2018, affirmé sa volonté de construire des combats communs, puis des alliances de plus en plus étroites avec les autres partis de gauche, ces derniers ont souvent traîné des pieds. La stratégie d’union à gauche divise en effet, notamment chez EELV –sans doute parce que les victoires électorales n’invitent pas à l’humilité. Le risque est que l’aveuglement des instants de petites victoires ne vienne compromettre la possibilité de victoires plus grandes, aux régionales puis à la présidentielle. Le HuffPost, Remaniement: Emmanuel Macron parie que la gauche ne saura pas s'unir en 2022 | Le HuffPost
  • Oissel et Sotteville-lès-Rouen ont décidé d’unir leurs forces pour devenir le Cercle Seino Métropolitain.Une convention doit permettre aux deux clubs de viser plus haut. www.paris-normandie.fr, Handball : Oissel et Sotteville-lès-Rouen ont décidé de s’unir pour devenir le Cercle Seino Métropolitain
  • Les supporters de ce projet jugent qu’unir les réseaux de transports de gaz et d’électricité serait un atout pour la transition énergétique. Notamment RTE qui rêve d’un outil de stockage de l’électricité pour gérer l’intermittence des énergies renouvelables. Le réseau de gaz serait utilisé pour stocker l’excès d’électricité en la transformant en hydrogène. Ou inversement, l’hydrogène serait (re)transformé en électricité en cas de forte consommation, notamment l’hiver. Pour le patron de RTE, il s’agissait de disposer d’un outil de pilotage énergétique unique sur tout le territoire français. BFM BUSINESS, Le projet qui veut unir les rivaux EDF et Engie
  • J’en ai marre de la politique politicienne. Le sport, c’est autre chose. On travaille tous pour la même cause, le tennis. Je n’ai jamais vu de projets qui allaient à l’encontre de la marche des clubs. Ce ne sont pas les projets qui sont importants mais les hommes et les femmes qui les mènent. J’aimerais un mouvement qui puisse réunir tout le monde. Ce mouvement décidera ensuite qui pourra être porteur de ce projet. Pour moi, il faut réunir et pas exclure. Je ne trouve pas normal qu’un club soit pénalisé parce qu’il n’adhère pas à telle ou telle chose… Je ne suis pas adepte de la politique descendante mais du droit à la différence. Je lance un appel à tous les présidents de clubs pour que l’on se réveille un peu. On a surtout besoin de gens qui soient unificateurs. Le Telegramme, Tennis. Patrick Le Bacquer veut unir le tennis breton - Tennis - Le Télégramme
  • S'unir à l'essence universelle, se fondre en Dieu, c'est aboutir à une détermination passive de l'existence humaine, c'est se perdre dans l'océan de l'infini. De Albert Schweitzer / La Mystique de l'apôtre Paul
  • Quand le dieu et la déesse veulent s’unir, ils entraînent chacun de leur côté, l’un vers l’autre, le monde où ils habitent. De Alfred Jarry / Le Surmâle
  • L'essence même du mariage tel qu'il est institué dans nos moeurs est d'unir une fille vierge à un homme déjà fait. De Léon Blum / Du mariage
  • Ce n’est pas s’unir à une femme qu’un homme redoute lorsqu’il pense à se marier ; c’est se séparer de toutes les autres. De Helen Rowland
  • Il vaut mieux s'unir pour obtenir le bonheur sur la terre que de se disputer sur l'existence d'un paradis dans le ciel. De Maurice Thorez / Le Front populaire
  • Les arts sont le plus sûr moyen de se dérober au monde ; ils sont aussi le plus sûr moyen de s'unir avec lui... De Franz Liszt
  • L'art du théâtre ne prend toute sa signification que lorsqu'il parvient à assembler et à unir. De Jean Vilar
  • J'ai pour but l'amitié avec le monde entier. Je peux unir le plus grand amour à la plus ferme opposition au mal. De Gandhi / Ganesh
  • Il y aurait beaucoup plus de célibataires prêts à s’unir à une femme s’ils ne devaient se séparer de tant d’autres. De Anonyme
  • Le sexe est une folie quand, au lieu d’unir, il sépare, renvoyant l’homme au délire de sa solitude. De Camille Laurens / Dans ces bras-là
  • Se rencontrer et s’unir, rien de plus facile ; demeurer ensemble et vivre en paix, voilà le difficile. De Anonyme
  • L'effort d'unir sagesse et pouvoir aboutit rarement et seulement très brièvement. De Albert Einstein / Comment je vois le monde
  • Le plus beau métier d'homme est le métier d'unir les hommes. De Antoine de Saint-Exupéry
  • Pour unir une patrie, donnez-lui la guerre ou la Coupe du Monde. De Antoine Robein
  • Expliquer un fait, c'est l'unir à un autre. De Jorge Luis Borges / Fictions
  • Ainsi ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Eh bien ! ce que Dieu a uni, l'homme ne doit point le séparer. , Évangile selon saint Matthieu, XIX, 6

Images d'illustration du mot « unir »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « unir »

Langue Traduction
Corse unisce
Basque elkartu
Japonais 団結する
Russe unite
Portugais unir
Arabe توحد
Chinois 团结
Allemand vereinen
Italien unire
Espagnol unir
Anglais unite
Source : Google Translate API

Synonymes de « unir »

Source : synonymes de unir sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « unir »



mots du mois

Mots similaires