La langue française

Abîmé

Sommaire

  • Définitions du mot abîmé
  • Phonétique de « abîmé »
  • Évolution historique de l’usage du mot « abîmé »
  • Images d'illustration du mot « abîmé »
  • Traductions du mot « abîmé »
  • Synonymes de « abîmé »
  • Antonymes de « abîmé »

Définitions du mot abîmé

Trésor de la Langue Française informatisé

ABÎMÉ, part. passé et adj.

I.− Qui est jeté, plongé dans un abîme.
A.− [En parlant d'une pers. ou d'une chose] Qui est tombé et a disparu au fond d'un abîme ou de toute autre cavité de l'espace physique :
1. − Je le croyais noyé, disparu, abîmé avec tout l'équipage du Britannia. Je pensais avoir survécu seul. J. Verne, Les Enfants du capitaine Grant,t. 2, 1868, p. 72.
2. Sous l'azur tendre de la belle journée, c'était un cloaque, les ruines d'une ville abîmée et fondue dans de la boue. É. Zola, Germinal,1885, p. 1556.
P. ext. [En parlant d'une région géogr.] Qui contient des abîmes, est creusé d'abîmes :
3. La Germanie « hérissée de forêts et abîmée de marécages », sous un ciel triste, où le printemps n'existe guère, sur cette terre, ils rêvent de proie. M. Barrès, Mes cahiers,t. 11, 1918, p. 219.
Emploi fig. :
4. Combien de découvertes n'ai-je pas faites durant ces quarante premiers jours pleins d'amertumes réelles, de joies tacites, d'espérances tantôt abîmées, tantôt surnageant! H. de Balzac, Le Lys dans la vallée,1836, p. 72.
HÉRALD. Qui se trouve dans l'abîme d'un écusson (cf. abîme) :
5. ... le cintre était surmonté de l'écusson de pierre, aux armes de l'antique famille des comtes d'Athol, savoir : d'azur, à l'étoile abîmée d'argent, ... P.-A.-M. de Villiers de L'Isle-Adam, Contes cruels, Vera, 1883, p. 21.
B.− Contexte profane ou religieux[En parlant d'une pers., l'adj. étant souvent accompagné d'un compl. introduit par la prép. dans + n. de chose ou en + Dieu] Qui est absorbé par une activité ou une préoccupation de nature intellectuelle, spirituelle ou affective :
6. Souvent on la surprend au pied des autels, à genoux sur le marbre, abîmée dans un profond recueillement, ne voyant rien, n'entendant rien de ce qui se passe autour d'elle ... MmeCottin, Mathilde,t. 2, 1805, p. 69.
7. Je suis convaincu que depuis le commencement du monde, il n'a pas existé deux hommes vivant comme nous, uniquement plongés, abîmés, engloutis dans les choses d'intelligence et d'art. E. et J. de Goncourt, Journal,févr. 1862, p. 1021.
8. Il y vécut jusqu'en 1830, solitaire et abîmé dans l'étude, plongé dans la lecture, en tirant une éducation immense, un savoir en tout sens, ... E. et J. de Goncourt, Renée Mauperin,1864, p. 17.
9. ... elle y répondit par un air de stupeur qui pouvait exprimer une soumission abîmée aussi bien qu'une morne indifférence. A. France, Les Dieux ont soif,1912, p. 138.
10. Nous devons être (et par lui) tout changés en lui, consommés et abîmés en lui [Dieu]; ... H. Brémond, Histoire littéraire du sentiment religieux en France,t. 3, 1921, p. 377.
II.− [En parlant d'une chose ou d'une pers.] Qui a subi un dommage, une dégradation de sa valeur (cf. abîmer II).
A.− [En parlant d'une chose] :
11. Quelque chose de bougrement magnifique, ce sont les tombeaux des rois (...) C'est très ravagé et abîmé, non pas par le temps, mais par les voyageurs et les savants. G. Flaubert, Correspondance,1850, p. 205.
12. Des gestes redonnaient force aux mots abîmés par un trop fréquent usage. R. Queneau, Pierrot mon ami,1942, p. 17.
B.− [En parlant d'une pers., parfois d'un pays habité, cf. ex. 14] :
13. Je suis abîmé d'avoir été si longtemps dans le monde. Quel étouffoir pour toute espèce de talent! B. Constant, Journaux intimes,sept. 1804, p. 136.
14. Les journaux de France, en comparant l'état des finances des deux pays, représentaient toujours l'Angleterre comme abîmée de dettes, et la France comme maîtresse d'un trésor considérable. G. de Staël, Considérations sur les principaux événements de la Révolution française,t. 2, 1817, p. 305.
15. ... elle courut sur un sol qui était un peu mieux battu, abîmée, déchirée, salie à se faire peur, si elle avait pu se voir. L.-E. Duranty, Le Malheur d'Henriette Gérard,1860, p. 329.
16. ... j'ai passé toute la semaine dernière dans mon lit, tellement abîmé de rhumatismes que je ne pouvais faire un mouvement sans crier. G. Flaubert, Correspondance,1862, p. 52.
17. ... je constate que l'homme actuel est un être abîmé, dégradé, par le système social qu'il subit. R. Martin du Gard, Les Thibault,L'Été 1914, 1936, p. 164.
C.− [En parlant d'une partie de l'être phys. ou psychique, ou de l'aspect de l'homme] :
18. Ah! Quel déchirement cette nouvelle affreuse m'a causé! A peine si je puis vous écrire, tant mes yeux sont abîmés par les larmes. G. de Staël, Correspondance générale,Lettres inédites à Louis de Narbonne, 1794, p. 228.
19. ... ces pauvres lieux où l'on fumait des cigarettes de Maryland, roulées si poétiquement avec des doigts abîmés d'engelures! G. Flaubert, Correspondance,1857, p. 218.
20. ... ses cheveux jaunes, rares et collés sur le crâne, donnent à sa figure un air usé, un air sale, un air abîmé tout à fait affreux. G. de Maupassant, Contes et nouvelles,t. 1, Une Vente, 1884, p. 140.
21. Après un instant la paysanne retira sa main abîmée par les grosses besognes, dont les ongles étaient chargés de terre, et la laissa tomber sur son tablier. P.-J. Jouve, Paulina i880, 1925, p. 255.
Rem. L'adj. empl. au sens II est fréquemment accompagné d'un compl. introduit par l'une des prép. dans, sous, par ou de, et indiquant les circonstances dans lesquelles s'est produit l'abîmement. Avec dans, le compl. suggère l'image d'un être tombé au fond d'un abîme; avec sous, l'image est celle d'un écrasement sous la masse des éboulis; par et de introduisent un compl. d'agent ou de cause; par se construit avec un nom actualisé par l'article, avec l'idée que l'agent est une force de destruction; de se construit avec un inf. ou avec un nom sans article qui en raison de son indétermination suggère une idée de cause type, voire de mal(adie) déjà classique.
En emploi subst. :
22. Les dernières, deux vieilles, ficelées dans des paquets de loques, la face noire de la poussière de la route où elles se prosternent par moments, chantent une de ces plaintes entrecoupées de longues aspirations et de hoquets, qui est le désespoir professionnel de ces abîmés. P. Claudel, Connaissance de l'Est,1907, p. 26.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 386. Fréq. rel. litt. : xixes. : a) 463, b) 571; xxes. : a) 742, b) 493.

Wiktionnaire

Adjectif

abîmé \a.bi.me\ masculin

  1. Qui est précipité dans un abîme.
  2. Qui n’est pas en bon état, en parlant d’un objet.
  3. (Figuré) Qui n’est pas en bon état, en parlant d’une personne.
    • Svelte et creusé, long et abîmé, François s’avance vers sa soeur, les bras ouverts sur elle, qui revient enfin. — (Anaïs Barbeau-Lavalette, La femme qui fuit, éditions Marchand de feuilles, Montréal, 2015, p. 329)

Forme de verbe

abîmé \a.bi.me\

  1. Participe passé masculin singulier de abîmer.
    • Celui de gauche est pratiquement complet mais très abîmé par l’incendie. — (Janine Balty, Mosaïques antiques du Proche-Orient, 1995)

Forme de verbe

abîmé \abimə\ (orthographe non normalisée du gallo)

  1. Participe passé masculin singulier de abîmer
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ABÎMER. v. tr.
Précipiter dans un abîme. Les cinq villes que Dieu abîma. Un tremblement de terre vient d'abîmer toute une ville au Japon. Cette montagne, cette maison s'est abîmée tout à coup. La barque s'entrouvrit et s'abîma. Il signifie au figuré Ruiner entièrement. Cette affaire l'a abîmé. Des dépenses excessives l'ont abîmé. Il a vieilli dans cet emploi. Il signifie aussi, figurément et familièrement, Endommager beaucoup. La pluie a abîmé mon chapeau. La rouille abîme le fer. L'ouragan abîma les blés. Ces longues pluies ont abîmé les chemins. Cette robe s'abîme à la poussière. Laisser des meubles s'abîmer à l'humidité.

S'ABÎMER signifie au figuré S'abandonner complètement à une pensée, à un sentiment, à un genre de vie, s'y plonger. S'abîmer dans ses pensées. S'abîmer dans la contemplation des merveilles de Dieu. S'abîmer dans la débauche, dans les plaisirs. Une femme abîmée dans sa douleur.

Littré (1872-1877)

ABÎMÉ (a-bi-mé, mée) part. passé.
  • 1Jeté dans le fond. Le vaisseau abîmé dans les flots. La flotte abîmée ou dispersée par la tempête. Il est arrivé plusieurs fois que des terrains mis à sec ont été recouverts par les eaux, soit qu'ils aient été abîmés, ou que les eaux aient été seulement portées au-dessus d'eux, Cuvier, Rév. 21. Le petit espace que je remplis et même que je vois abîmé dans l'infinie immensité des espaces que j'ignore, Pascal, Édit. Cous.
  • 2 Fig. Le Messie abîmé dans la douleur, Bossuet, Hist. II, 4. Possédé de Dieu et abîmé dans la gloire, Bossuet, Culte. Vous vous trouverez abîmés devant lui dans un sentiment de respect, Bossuet, Retr. La douleur où elle se voit abîmée, Corneille, Ex. du Cid. L'autre, par Néron dans le vice abîmé, Ramènera ce luxe où sa main l'a formé, Corneille, Oth. III, 3. Le roi [Charles XII] paraissait abîmé dans une rêverie profonde, Voltaire, Ch. XII, 1. Toujours abîmé dans sa philosophie, Sévigné, 542. Le pauvre chevalier était bien abîme de douleur, Sévigné, 211. Mme de Vias est abîmée dans ses procès, Sévigné, 422. J'étais abîmé dans la plus amère douleur, Fénelon, Tél. II. Bacchus était tel qu'il parut à la malheureuse Ariane, lorsqu'il la trouva seule, abandonnée et abîmée dans la douleur sur un rivage inconnu, Fénelon, ib. XVII. Une tendre amante abîmée dans la douleur, Hamilton, Gramm. 11. Un homme abîmé dans la débauche, Massillon, Doute. Le crime où vous êtes abîmés depuis tant de temps, Massillon, Délai.
  • 3Ruiné, abattu, endommagé, en parlant des personnes et des choses. Il est abîmé. Abîmé dans une discussion. Pays abîmé par les impôts. Routes abîmées par les pluies. Robe tout abîmée. Sire, ce sont mes dettes ; je suis abîmé, Sévigné, 111. Voilà une femme bien abîmée, Sévigné. Tout le monde est abîmé [sans argent], Sévigné, 127. Un tribut que le prince lèverait difficilement sur des sujets abîmés, Montesquieu, Esprit, v, 15.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « abîmé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
abîmé abime

Évolution historique de l’usage du mot « abîmé »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Images d'illustration du mot « abîmé »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « abîmé »

Langue Traduction
Anglais damaged
Espagnol dañado
Italien danneggiato
Allemand beschädigt
Portugais danificado
Source : Google Translate API

Synonymes de « abîmé »

Source : synonymes de abîmé sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « abîmé »

Partager