Volant : définition de volant


Volant : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

VOLANT1, -ANTE, part. prés., adj. et subst.

I. − Part. prés. de voler1* et 2*.
II. − Adj. [Corresp. à voler1] Qui vole, qui est capable de voler.
A. − [S'applique à un animal]
1. [Corresp. à voler1I A 1] Qui se soutient dans l'air et s'y meut.
a) [S'applique le plus souvent à un oiseau, en vertu d'une faculté possédée par l'espèce] Chauve-souris volante (Besch. 1845). Avril donne aux fleurs l'ambre et la rosée aux plantes Pour l'assouvissement des abeilles volantes Dans la lueur des bois (Hugo, Légende, t. 4, 1877, p. 578).J'ai voulu seulement lire dans ces grandes lignes que sont, sur l'univers, les voies des caravanes, les chemins des navires, le tracé des grues volantes et des races (Giraudoux, Guerre Troie, 1935, ii, 13, p. 191).
Qui possède l'aptitude à voler en montant très haut et sans faire de culbutes. [Le pigeon anversois] est plus volant que le liégeois, son vol est plus puissant, d'où meilleure résistance au vent (Coupin, Animaux de nos pays, 1909, p. 64).
CHASSE. Bien volant. Qui est doué d'un vol vigoureux. Une compagnie de perdreaux bien volants (Chasse1974).
HÉRALD. Qui est représenté les ailes étendues dans toute leur largeur. Borel du Chambon: D'azur, à la colombe volante d'argent, au soleil d'or (Lar. 19e).
[P. méton. du subst.] Un brûlant frelon vient se pendre Au mol clocheton d'une fleur. Ils s'unissent: on peut entendre Un bruit volant, vibrant, ronfleur (Noailles, Forces étern., 1920, p. 310).
b) [Sans que l'espèce considérée possède la faculté de voler] Je suscite sur mes pas des monstres qui guettent (...). Voici « les éléphants à tête de femme et les lions volants » que, Soupault et moi, nous tremblâmes naguère de rencontrer (Breton, Manif. Surréal., 1erManif., 1924, p. 66).
Écureuil* volant. V. polatouche.
2. [Corresp. à voler1I A 2] Qui se soutient quelques instants dans l'air grâce à des organes adaptés. On en compte aussi deux [lobes du foie] dans le scorpène volant (...), tandis qu'il n'y en a pas dans le scorpène l'horrible (Cuvier, Anat. comp., t. 4, 1805, p. 17).
ZOOL. Poisson volant. V. poisson1A 3 a.
3. [Corresp. à voler1I A 3] Qui court très rapidement. Mais Flavien, Gunman voulaient plus, et le cheval volant allait le leur donner (...) Sombrero, tout d'un coup, paraissait stationnaire (...) - Il va se faire coiffer! (Vialar, Éperon arg., 1952, p. 182).
B. − [S'applique à un inanimé]
1. [Corresp. à voler1I B 1; en parlant le plus souvent d'un élément naturel] Qui est mû, qui peut être mû dans l'espace par un agent extérieur; qui s'y déplace ou peut s'y déplacer. Il y avait eu deux jours de bruine où Marguerite et le petit étaient restés au domaine. Puis une grande après-dînée de vent, de nuages volants, où ils étaient allés aider la mère à planter les pommes de terre (Pourrat, Gaspard, 1931, p. 111).
[P. méton. du subst.] [Jourdan] se dressa pour aller chercher un gros papier d'épicerie qui faisait paquet. Il le détortilla. C'étaient des graines comme en acier brun, avec des formes volantes comme des feuilles d'érable (Giono, Que ma joie demeure, 1935, p. 87).
Feuille volante. V. feuille II A 3.Synon. détaché, indépendant, séparé.Je n'avais point le loisir, mon départ étant précipité, de m'expliquer longuement sur la feuille volante que j'ai laissée sur la table (Miomandre, Écrit sur eau, 1908, p. 237).SEPT-ÉPÉES: (...) vous flottez au hasard sur une eau sans courant, livrant aux vents tout ce qui sort de votre imagination. DON RODRIGUE: Et pourquoi n'aurais-je pas le droit de produire mes papiers volants, comme le cerisier ses fruits (...)? (Claudel,Soulier,1929,4ejournée, 8, p. 904).
ASTRON. Poisson volant. V. poisson1B 1 c.
En partic. Qui se déplace sans contrainte autour d'un ou de deux point(s) de fixation. Fil volant. On n'avait connu jusque-là que la « corde volante », celle des danseurs de corde, que des acrobates utilisaient détendue et autour de laquelle ils exécutaient des rétablissements, des tourniquets et des exercices du même ordre (Hist. spect.,1965, p. 1532).
MÉD. Mouches volantes. V. mouche II D 1.
2. [Corresp. à voler1I B 2; en parlant d'un élément naturel ou d'un objet fabriqué]
a) Qui est transporté en l'air et s'y maintient quelque temps en suspension. Le vent a embouché la cheminée et il souffle sa musique avec de la fumée, des cendres volantes et en aplatissant la flamme (Giono, Regain, 1930, p. 49).
[P. méton. du subst.] Du ciel qui pâlissait, les flocons plus rares tombaient avec une légèreté volante de plumes (Zola, Page amour, 1878, p. 1083).
b) Qui s'agite ou paraît s'agiter au souffle de l'air. Draperie volante (Ac. 1798-1935). C'est pour elle une joie amusée d'écouter le babil zézayant d'Hubert aux cheveux volants et de jouer avec lui une comédie perpétuelle (Duhamel, Suzanne, 1941, p. 195).
3. [Corresp. à voler1I B 3; en parlant d'un objet aérien, d'un ensemble d'objets aériens, d'un engin spatial] Qui effectue un parcours déterminé dans l'air, dans l'espace. Bombe volante; matériel volant d'un organisme civil ou militaire; objet volant non identifié (O.V.N.I). Ces plans qui ne manqueront pas de te paraître obscurs comme des croquis de machines volantes de Léonard de Vinci sont commentés par quelques feuillets dactylographiés (Nizan, Conspir., 1938, p. 157).
Aile volante. AÉRON. Appareil de navigation aérienne dans lequel les ailes sont prédominantes et le fuselage très réduit. L'appareil se présente sous l'aspect d'une curieuse sorte d'aile volante ovoïde, mue par deux moteurs entraînant des propulseurs à régime lent (...). Ce genre d'avion pourrait voler suivant une gamme de vitesses comprises entre 35 km-h seulement et 700 km-h (Le Masson, Mar., 1951, p. 29).SPORTS. Appareil constitué par une aile de matière souple tendue sur une structure métallique et qui porte son pilote durant les vols effectués à partir de la pente d'un lieu élevé. Synon. aile delta*, deltaplane (rem. s.v. delta).Dans l'après-guerre et parallèlement à l'expansion sportive du vol plané, on assiste à un retour aux origines grâce à l'aile volante, instrument du vol libre (Galy-La Burthe, Pratique du Vol Libre, 1978ds Petiot 1982).
Fusée volante. ,,Fusée attachée à une baguette et qui s'élève d'elle-même en l'air quand on y a mis le feu`` (Littré). J'ai aussi sur moi les photographies obscènes et des fusées volantes; aux moments les plus graves de mon discours j'aurai soin de distraire avec elles le public (Gide, Prométhée, 1899, p. 321).
P. métaph. [Une chanteuse] lance ses serpenteaux, ses fusées volantes, à seize doubles croches par mesure (Berlioz, À travers chants, 1862, p. 109).
[Contrairement à la destination première de l'objet désigné par le 1erélém. du syntagme] Forteresse*, soucoupe* volante.
Tapis volant. Tapis magique dont parlent les légendes orientales et qu'une personne peut emprunter, lorsqu'elle n'est plus en état de veille, pour se rendre d'un point de l'espace à un autre. Par-dessus le repas du soir, le tapis volant l'emporte sans escales dans le cœur du sommeil (Giraudoux, Sodome, 1943, i, 1, p. 39).P. métaph. Ces ouvrages entomologiques que je nomme mes « tapis volants » (Colette, Pays. et portr., 1954, p. 252).
4. [Corresp. à voler1I B 4; en parlant d'un inanimé naturel, d'un attribut d'une pers., d'un objet fabriqué] Qui se déplace avec une grande vitesse dans l'air où il a été projeté. L'art assyrien est d'une violence inouïe: ce ne sont que lions égorgés (...), flèches volantes, vautours sur les cadavres en lambeaux (Arts et litt., 1935, p. 64-18).
Trapèze* volant.
[P. méton. du subst.] Un gouacheur qui n'a rien de la large manière de Baudouin, mais non sans mérite (...) d'un travail précieux, d'un badinage de pinceau dans les étoffes, léger, volant (E. de Goncourt, Mais. artiste, t. 1, 1881, p. 103).
[Le mouvement éventuel de l'objet, limité dans l'espace, ne peut s'effectuer qu'autour de quelques points de fixation; dans le domaine du travail du cuir et des matières assimilées] Poche volante d'un portefeuille, etc. ,,Poche faite d'une séparation fixée sur deux seulement de ses quatre côtés`` (Rama Maroq. 1975).
5. [Corresp. à voler1I B 5; en parlant d'un objet, d'un ensemble d'objets fabriqué(s)]
a) Qui se déplace avec rapidité sur le sol, sur un objet, sur l'eau. Synon. léger, mobile.Nos grêles canons modernes (...), un peu trop lourds toutefois pour vos batteries (...) volantes (...) défilaient respectueusement devant les canons monstrueux (Péguy, V.-M., comte Hugo, 1910, p. 831).En 1733, la navette volante de John Kay libère une main du tisseur (Thiébaut, Fabric. tissus, 1961, p. 133).
PÊCHE. Pêche à la (ligne) volante, pêche volante. Pêche pratiquée en surface, avec un hameçon esché d'un insecte ou d'une grappe de larves, et visant à capturer plus particulièrement le chevaine, le rotengle, la vandoise. Un pêcheur de truites jurait, car il avait pris un gardon à la ligne volante (Giraudoux, Simon, 1926, p. 211).
[P. méton. du subst.] [L'automobile] tremblait à souffles très doux, toutes ses lignes fondues en des résultantes d'une pesante et volante élégance (Malègue, Augustin, t. 2, 1933, p. 241).
P. anal.
Proverbial, vx et fam. Pistole volante. ,,Pistole qu'on suppose revenir toujours à celui qui la dépense`` (Ac. 1798-1878). Cet homme est d'une étonnante prodigalité, il faut qu'il ait la pistole volante (Ac.1798-1878).
PATHOL. [En parlant d'une maladie] Qui se déplace d'un endroit à un autre du corps humain. « On serait mieux en terre qu'en pré », soupirait-il. Il se plaignait de rhumatismes volants (Pourrat, Gaspard, 1931, p. 193).Qui se propage très facilement. La rubéole est une maladie volante (Lar. encyclop.-Lexis1975).Vx. Petite vérole volante. Varicelle. La petite vérole volante vaut mieux qu'une autre petite vérole, qui serait déjà préférable à une vérole ni petite ni volante (Mallarmé, Corresp., 1864, p. 142).
b) Que l'on (dé)place à volonté, qui n'a pas de place fixe sur, dans quelque chose; qui est utilisé de manière provisoire, à titre complémentaire. Boutique, manœuvre volante; escalier, foc, radar volant. Entre elles [les baraques foraines] se dressent des tables volantes, chargées de menus objets, miracles de la petite industrie parisienne (A. Daudet, Nabab, 1877, p. 99).
Rem. Pour qq. lexicographes du xixes., une table volante est aussi une ,,table qui s'abaisse au-dessous du parquet, et qui se relève à volonté`` (Ac. 1798, Raymond 1832); table volante est encore l'anc. nom de la table à ouvrage*, sans qu'il y ait, semble-t-il, modification du signifié (cf. Ac. 1835, 1878, Littré, Guérin 1892). V. table I B 2.
Assiettes volantes. ,,Assiettes qui ne font point partie du service, et sur lesquelles on apporte quelques mets légers`` (Ac. 1798-1878). Chaise volante. ,,Chaise qui, avec des cordages, s'élève et s'abaisse pour épargner la peine de monter et de descendre un escalier`` (Ac. 1798). Chaise basse et légère, ne possédant pas d'emplacement déterminé au milieu des autres meubles de la chambre à coucher et du salon. (Dict. xixeet xxes.). Cachet*, camp* volant. Échafaudage* volant. Pont volant. V. pont I A 1 d et B 1 f, g.
Au fig.
[Dans le domaine de la méd., rare] Pourquoi (...) faire opérer des actes matériels, comme les mouvements volontaires, etc., à une entité intra-cérébrale, fixe ou volante, active ou virtuelle, façonnée sur le modèle de ce moteur qu'on ne connaît pas? (Broussais, Phrénol., leçon 3, 1836, p. 80).
GÉOGR., ÉCON. RURALE. [Concerne une pièce de terre] ,,Qui ne fait pas partie intégrante des champs appartenant à une ferme`` (Nouv. Lar. ill.). Dans ce calcul [aboutissant à 1 123 hectares], les jeunes ne font entrer que des exploitations complètes: terres et bâtiments. Si l'on ajoute les surfaces de terres en « herbages volants » appartenant aux bouchers, le total s'élève approximativement à 2 000 hectares (Debatisse, Révol. silenc., 1963, p. 215).
C. − [S'applique à une pers., à un être mythol., à une entité personnifiée, à un attribut de la pers.]
1. [Corresp. à voler1I B 6] Qui se déplace dans l'air après y avoir été projeté par une cause humaine immédiate. Les mouvements de la foule l'ont repoussé (...) vers le drapeau noir d'où il saisit les paroles volantes de Dumoulin (Aragon, Beaux quart., 1936, p. 342).
2. [Corresp. à voler1I C 1] Qui se soutient dans l'air et s'y déplace comme un oiseau. Toutes les expériences d'« hommes volants » au cours du XIXe siècle se heurtaient à l'indifférence du public: celui-ci était pour le « plus léger que l'air », qui emportait des passagers sans risque à des milliers de mètres d'altitude (P. Rousseau, Hist. techn. et invent., 1967, p. 353).
[P. méton. du subst.] Des échelles blanches allaient jusqu'à la voûte où les plus jeunes anges (...) s'élançaient d'un pied volant et se croisaient, montant sécher au ciel la lessive des âmes (Goncourt, Ch. Demailly, 1860, p. 391).
P. métaph. ou au fig. J'ai longtemps marché dans ma chambre de long en large, fort et vigoureux, lucide comme au sortir d'un bain, alerte et gorgé d'idées claires, complaisantes, volantes (Gracq, Beau tén., 1945, p. 16).
3. [Corresp. à voler1I C 2] Qui effectue son activité professionnelle à bord d'un aéronef. Synon. navigant; anton. à terre.Médecin, pompier volant. Organiser 1 groupe de chasse pour la Russie (personnel volant, personnel de commandement et d'administration) (De Gaulle, Mém. guerre, 1954, p. 655).
4. [Corresp. à voler1I C 3]
a) Qui se déplace sur le sol avec une grande rapidité. Élisabeth lourde, légère, volante, comme si son peignoir eût environné ses chevilles du bouillonnement qui indique chez les primitifs les personnages surnaturels, suivait les couloirs, la tête vide (Cocteau, Enfants, 1929, p. 148).
[P. méton. du subst.] La danseuse-étoile (...), portée par ses jambes puissantes (...), ployait (...) ses bras minces, prodige d'acrobatie et de grâce dansante, volante, tourbillonnante, portée par le vent de la musique (Triolet, Prem. accroc, 1945, p. 297).
DÉFENSE. Artillerie volante. Artillerie dont les canonniers sont à cheval (...) (d'apr. Ac. 1835, 1878). Synon. plus usuel artillerie légère, artillerie à cheval.
b) Qui n'a pas de situation fixe, qui se déplace ou est sujet à se déplacer à tout moment, selon les besoins ressentis, qui n'est pas affecté à un poste de travail permanent ou déterminé. Synon. de remplacement, intérimaire, remplaçant; anton. titulaire.Dans les ports on connaît des gardiens volans (Will.1831).
Camp* volant.
[P. méton. du subst.; dans le temps] Rare. Qui s'effectue avec célérité, de manière imprévue. J'allai (...) faire une visite volante au curé de Bregnier (Brillat-Sav., Physiol. goût, 1825, p. 63).
[Concerne un groupe de pers. exerçant une activité spécifique] Dont la mobilité permet la réalisation d'interventions rapides et efficaces. Douanes volantes. S'ajoute à cela une impeccable logistique du téléphone, de la radio, des automobiles (avec leurs patrouilles volantes de grévistes) (Traité sociol., 1967, p. 494).
5. [Corresp. à voler1I C 4] HIST. Escadron* volant.
III. − Substantif
A. − [À propos d'un animal]
1. Subst. masc. [Corresp. à voler1I A 1]
a) ENTOMOL. Volant doré. Lépidoptère nocturne appartenant à un groupe ayant la noctuelle dorée pour type. (Ds Besch. 1845, Littré, Lar. 19e).
b) ORNITH. Pigeon voisin du culbutant. (Ds Ledieu, Cadiat, Nouv. matér. nav., t. 2, 1890, p. 449).
2. Subst. fém. [Corresp. à voler1I A 2] Exocet. (Ds Besch. 1845, Guérin 1892).
B. − Subst. fém. [À propos d'un inanimé]
1. Arg. [Corresp. à voler1I B 2 b] Blouse d'homme. Il avait planqué le pacson sous sa volante (Bruant, 1901, p. 61, s.v. blouse).[Corresp. à voler1I B 4] ,,Plume à écrire`` (France 1907). ,,Dépêche télégraphique`` (Larchey, Dict. hist. arg., 2eSuppl., 1883).
2. HIST. DES TRANSP. [Corresp. à voler1I B 5] Véhicule hippomobile anciennement utilisé à La Havane. La fameuse volante, avec ses grandes roues et ses longs brancards, disparaît promptement et fait place à la victoria plus moderne, traînée par un seul cheval (Journ. offic., 11 mars 1873, p. 1687 ds Littré).
C. − Subst. masc. ou fém. [Corresp. à voler1I C 3; à propos d'une pers., d'un groupe de pers. exerçant une activité spécifique; corresp. à voler1I B 4, en parlant d'un attribut de la pers. ou d'un objet fabriqué]
1. Subst. fém., fam. Brigade de police mobile; personnel de la Régie, des douanes se déplaçant continuellement pour effectuer les contrôles dont il est chargé. Le patron de la volante était passé ce soir chez lui [au Cimeterre d'Or] (...) Dans toutes les taules, tous les endroits drivés par des malfrats, ça serait du quès [pareil] (Le Breton, Rififi, 1953, p. 79).
Loc. adv., pop. ou arg. À la volante. Sans hésiter, à toute vitesse, d'un mouvement puissant et ample. Synon. à la volée.J'ai bondi à la lourde [de mon appartement], et l'ai débouclée à la volante (...) puis j'ai refoncé au téléphone (Simonin, Cave se rebiffe, 1954, p. 61).
2. Subst. masc.
a) HIST. MILIT. Artilleur à cheval. Les batteries à cheval [sont] imitées des volants de Frédéric II (Paloque, Artill., 1909, p. 29).
b) Membre du personnel volant d'une compagnie aérienne, d'un organisme civil ou militaire. (Ds Davau-Cohen 1972, Lar. Lang. fr., Rob. 1985). Anton. rampant.
3. ÉCONOMIE
a) Subst. Manœuvre exerçant son activité dans le secteur agricole, pour une courte période, ou dans le secteur industriel pour y assurer certains travaux de chapellerie (d'apr. Mét. 1955).
b) Subst. fém. ,,Ouvrière polyvalente pouvant occuper n'importe quel poste défaillant sur une chaîne de montage`` (Termes nouv. Sc. Techn. 1983).
Prononc. et Orth.: [vɔlɑ ̃], fém. [-ɑ ̃:t]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. Part. prés., adj. et subst. masc. A. 1. a) ca 1140 « capable de s'élever, de se déplacer dans les airs » (Pèlerinage de Charlemagne, éd. P. Aebischer, 346: oiseaus volanz); 1874 pigeons volants « pigeons qui volent en montant très haut et sans culbuter » (Lar. 19e, s.v. pigeon); 1933 chasse bien volant (Lar. 20e: perdreaux bien volants); b) 1529-31 poisson volant ([J. Crignon], Le Discours de la navigation de J. et R. Parmentier de Dieppe, éd. Ch. Schefer, p. 13: vismes une balene et des poissons volans); 2. 1611 p. ext. en parlant d'objets (J. Bertaut, Œuvres poét., éd. 1620, p. 303: l'enleveroit au ciel dans un coche volant); 1655 pyrotechnie fusée volante (Cyrano de Bergerac, Les Estats et Empires de la lune, éd. F. Lachèvre, p. 19); 1934 tapis volant (Montherl., Célibataires, p. 901); 1947 soucoupe volante (L'Aurore, 8 juill., p. 1); 1965 objet volant non identifié (Quillet); 3. a) 1678 aéron. machine volante (Besnier ds Journal des Savans, 12 déc., p. 426 ds Guilb. Aviat., p. 90); 1781 (Restif de La Bretonne, La Découverte australe par un homme-volant ds Zastrow, p. 468); 1851 (L'Illustration, t. II, p. 35 ds Guilb. Aviat., p. 103); b) 1935 forteresse volante (Lar. mens., B. mens. du 15 oct. au 14 nov., 30 oct.: l'avion géant de bombardement « Forteresse volante »); c) 1954 personnel volant « personnel navigant (dans l'aviation) » (De Gaulle, Mém. guerre, p. 655); [1919] subst. un volant (Esnault, Notes compl. Poilu, 1956, s.v. homme de vol); 1963 subst. les volants (Sandry-Carr. Aviat.); 1956 matériel volant (Chenot, Entr. national., p. 70). B. 1. 1414 se dit de personnes, de groupements qui se déplacent avec rapidité (Registre [JJ] 167, ch. 483 ds Du Cange, s.v. volagius: Besson, qui estoit [...] compaignon Volant); 1525 (Robert de La Mark, Mém., 201 ds La Curne: artillerie volante); 1964 brigades volantes, compagnies volantes de sécurité (Lar. encyclop.); 2. a) 1414-16 se dit de choses que l'on peut déplacer facilement et rapidement (Compte de J. Martin, Forteresse, Despence, XXXI, A. mun. Orléans ds Gdf. Compl.: barriere voulente); b) 1547 pont volant « sorte de machine de guerre » (J. Martin, Archit. de Vitruve, fo151 ro: la machine motante [sic], dicte Pont volant, par lequel on peult aller a plain pied sus la muraille); 1611 (Cotgr.: Pont volant. The ladder of a ship); 1660 (Oudin Fr.-Esp.: Pont volant, puente que se mueve); c) 1548 camp volant « camp provisoire établi par des troupes en déplacement » (Th. Sébillet, Art poét. fr., éd. F. Gaiffe, p. 102: dés camps volans et camps assiz); d) 1769 table volante (Mercure, juillet ds Havard t. 4, col. 1124); e) 1798 chaise volante (Ac.); f) 1831 mar. manœuvre volante (Will.); g) 1845-46 escalier volant (Besch.); h) 1964 scierie volante (Lar. encyclop.); 3. a) 1456 se dit d'un objet léger qui flotte au vent (A. de La Sale, Jehan de Saintré, éd. J. Misrahi et Ch. A. Knudson, p. 153); b) 1718 peint. draperie volante (Ac.); 4. 1623 se dit d'un objet qui n'est pas retenu, qui n'est pas fixé, ou qui se meut librement autour d'un point fixe (Garasse, La Doctrine curieuse, p. 154: des papiers volans); 1632 feuille volante (P. Gassendi, 14 déc., Let. familières à François Luillier, 36 ds Quem. DDL t. 14); 5. 1660 vérole volante « qui se transmet facilement » (Oudin Fr.-Esp.); 1672 petite vérole volante (Mmede Sévigné, Corresp., éd. R. Duchêne, t. 1, p. 554); 1835 (Stendhal, L. Leuwen, t. 1, p. 168: la goutte volante). II. Subst. fém. 1. 1596 arg. « ange » (Péchon de Ruby, Vie généreuse des Mercelots ds Var. hist. littér., t. 8, p. 181: Les franches volantes, Les anges); 2. 1860 « voiture légère, en usage à La Havane » (R. Dana, Voyage à l'île de Cuba ds Le Tour du Monde, 2esemestre, p. 354b); 3. déb. xxes. « personnel de la Régie chargé des contrôles » (Pesquidoux, s. réf. ds Lar. Lang. fr.); 4. 1964 pêche à la volante (Lar. encyclop.) [d'abord pêche à la ligne volante (1903, Nouv. Lar. ill., s.v. pêche)]. Part. prés. adjectivé et subst. de voler1*. Fréq. abs. littér.: 1 147. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 812, b) 2 508; xxes.: a) 1 979, b) 1 650. Bbg. Quem. DDL t. 14, 18, 20, 27, 30, 34.

VOLANT2, subst. masc.

I. − [À propos d'un objet naturel ou fabriqué qui permet le déplacement d'un autre objet] Réalité, objet qui se déplace dans l'air ou qui s'agite au souffle de l'air.
A. − [Corresp. à voler1I B 1] Rare. Faisceau de poils, prolongement en forme d'aile donnant prise au vent, dont sont pourvus certains fruits ou certaines graines, et qui permet leur déplacement dans l'air. [Certains fruits] sont armés d'aigrettes ou de volants, pour traverser les airs et se ressemer sur toutes les hauteurs, depuis celle d'une taupinière jusqu'à celle du Mont Liban (Bern. de St-P., Harm. nat., 1814, p. 75).
B. − [Corresp. à voler1I B 2 b]
1. Vieilli. Surtout léger, non doublé afin d'être plus léger. M. le duc d'Orléans était vêtu, autant qu'il peut se le rappeler, d'un frac ou volant gris (Le Moniteur, t. 2, 1789, p. 567).
2. Bande d'étoffe amovible, plissée ou froncée, dont on garnit un vêtement féminin, une pièce d'ameublement et qui peut s'agiter au souffle de l'air ou sous l'effet d'un mouvement. Synon. falbala.Volant de manche. Ma mère avait une affreuse robe à « dispositions », c'est-à-dire qu'au bord de chaque volant, courait une « grecque » d'une autre couleur que le fond. Il y avait sept volants, qui tombaient sur une cage gigantesque. C'était purement hideux! (Gyp, Souv. pte fille, 1927, p. 212).V. festonner ex. 1.
P. anal.
BOT. Volant d'eau. (Fleur du) nénuphar. Synon. myriophylle (s.v. myria-). (Dict. xixeet xxes.).
ÉBÉN. Petit ornement en forme d'écusson qui est situé à la partie supérieure des pieds de table et de siège. (Ds Lar. 20e, Lar. encyclop., Lexis 1975).
C. − [Corresp. à voler1I B 4]
1. Petit cône de bois, de liège ou d'une autre matière, garni de plumes, qu'on lance en l'air avec une raquette vers un partenaire qui le renvoie à son tour à l'aide de sa propre raquette; jeu pratiqué avec cet objet. Synon. badminton.Partie de volant. On se dit que ces gens-là, − les rhétoriqueurs de cette force-là, celle de G. Crétin, − ont simplement maintenu la poésie, comme dans un jeu on maintient la balle, ou le volant, en mouvement (Larbaud, Journal, 1934, p. 337).
2. COMPTAB. Partie détachable d'une feuille de carnet, de livre à souches. Anton. souche, talon.À l'aide de ces quittances ou volants, il donnait à des débitants illettrés ou inexpérimentés décharge des sommes que ceux-ci lui avaient payées sur sa demande et qu'ils ne devaient pas (Gaz. des Trib.,24 janv. 1877ds Littré Suppl. 1877).
3. MÉTALL. Dans un soufflet de forge, caisse qui est mise en mouvement. (Ds Littré, Guérin 1892, Lar. 19e-20e).
II. − [À propos d'un objet exposé au vent et animé d'un mouvement circulaire] Aile de moulin à vent. Raccommoder un volant, remettre un volant à un moulin (Ac. 1798-1935).
III. − [À propos d'un objet animé d'un mouvement circulaire]
A. − MÉCANIQUE
1. Arbre garni de palettes qui, par sa rotation, maintient constante la vitesse d'un mouvement de sonnerie dans une pendule, la vitesse d'un mouvement de tournebroche. La roue de délai actionne la sonnerie au moment exact. Comme régulateur, on utilise depuis le XVIIesiècle le volant à ailettes (Bassermann-Jordan, Montres, horl. et pend., 1964, p. 210).
2. Disque, roue le plus souvent métallique, de poids important, entraîné(e) à la main, par un moteur ou une machine, qui régularise par sa rotation la vitesse de l'arbre ou de l'axe sur lequel il/elle est fixé(e). Volant d'inertie. On a rempli les réservoirs [de l'engin]. Le gicleur a bavé partout. Le volant avait des renvois... Y a eu des explosions horribles. On a remis ça à la volée, à la courroie (...) Enfin une grande détonation!... Le moteur se met à tourner (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 80).
Volant magnétique. Roue aimantée servant à produire le courant d'allumage sur un moteur de motocyclette. (Dict. xxes.).
Volant manivelle*.
P. métaph. Il marcha vers elle comme si sa réapparition était une espèce de miracle, de triomphe sur le temps, la distance, les grands volants sans pitié de la vie (Nizan, Conspir., 1938, p. 164).
3. P. anal.
a) Masse d'eau faisant fonction de régulateur dans une installation ou dans une réalité naturelle; volume d'air chaud, de vapeur faisant office de régulateur thermique et dont est doté un système naturel ou un appareil. La marine marchande s'est longtemps contentée de la classique chaudière dite « écossaise », Scotch, à grand volant d'eau et tubes de fumée, parce qu'elle recherche avant tout des appareils robustes et d'un fonctionnement simple (Le Masson, Mar., 1951, p. 77).
b) Volant de sécurité. Ce qui sert à entretenir et à rendre régulier le mouvement d'un processus de production, de commercialisation; ensemble de moyens en matériel ou en personnel dont l'exploitation permet à une entreprise de faire face à l'imprévu. En partic. Moyens matériels dont dispose une personne en cas d'imprévu. Il compte dépenser 500 francs en voyage, mais il a emporté 200 francs de plus à titre de volant de sécurité (Davau-Cohen1972).P. métaph. Les Rezeau sont l'élite de la société contemporaine, le frein, le régulateur, le volant de sécurité de la pensée moderne (H. Bazin, Vipère, 1948, p. 112).
Absol. Synon. de réserve.C'était donc un total de plus de 8 divisions, avec tous les soutiens, volants et services correspondants, que le général de Lattre aurait sous ses ordres pour atteindre et franchir le Rhin (De Gaulle, Mém. guerre, 1959, p. 133).
c) ÉCON. Volant de trésorerie. Somme d'argent qu'une entreprise a en sa possession pour assurer sa trésorerie et qui équivaut au surplus entre les valeurs disponibles et réalisables à court terme et celles qui sont exigibles à court terme (d'apr. Lar. encyclop.).
B. − INDUSTR. TEXT. Axe pourvu de règles métalliques qui, dans certaines machines de filature, frappe avec une grande rapidité la matière à travailler pour en chasser les corps étrangers. (Ds Lar. 19e-Lar. encyclop., GDEL).
C. − INDUSTR. VESTIMENTAIRE. Cylindre des machines à carder la laine, dont les dents sont presque droites et qui tourne à une très grande vitesse (Ds Lar. 19e-Lar. encyclop., GDEL).
D. − TECHNOLOGIE
1. Cylindre métallique dont la rotation produit l'apparition d'une information sur la consommation de gaz dans une installation donnée. Le compteur hydraulique ordinaire (...) se compose essentiellement d'un volant mesureur en étain durci (...) ou en tôle de fer, qui se meut dans une caisse cylindrique remplie d'eau jusqu'à un certain niveau (Quéret, Industr. gaz, 1923, p. 222).
2. Brosse de forme circulaire utilisée dans un dispositif de polissage des métaux. [Les brosses] peuvent affecter des formes diverses (...) et portent alors des noms spéciaux: (...) champignons, volants (Gasnier, Dépôts métall., 1927, p. 260).
E. − Roue transmettant une manœuvre à un mécanisme dans un dispositif, dans un aéronef, sur un engin de traction sur rail. Le conducteur dispose devant lui d'un manipulateur sur lequel se trouvent les manettes ou volants de commande lui permettant de provoquer (...) le fonctionnement de l'appareillage (...) manivelle ou volant de traction, servant pour l'élimination des résistances de démarrage... (Bailleul, Matér. roulant ch. de fer, 1951, p. 79).
P. métaph. À chaque nouvelle secousse, cramponnée à sa mécanique séculaire, à ses volants, à ses leviers, elle [la société] ordonne d'une voix étranglée par la peur de resserrer d'un tour (...) l'ordre administratif, vissé jadis par le premier Consul (Bernanos, Gde peur, 1931, p. 431).
F. − Organe de commande manuelle relié par des engrenages et des pièces de timonerie aux roues directrices d'un véhicule automobile. Coup de volant. J'arrêtai brutalement la voiture (...). J'ouvris la portière: « Monte » (...) mes mains serraient trop fort le volant (Beauvoir, Mandarins, 1954, p. 198).
Se mettre au volant, (re)prendre le volant. S'installer dans un véhicule automobile pour le conduire. Après son terrible accident, Courtial avait fait le vœu (...) de ne plus jamais (...) reprendre le volant dans une course (...) Vingt ans plus tard il fallait presque qu'on le supplie pour qu'il se décide à conduire au cours d'inoffensives promenades (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 441).Donner, passer le volant à qqn. Permettre à quelqu'un de conduire un véhicule déterminé. Il conduit lui-même l'auto, à toute vitesse (...). Il ralentit, et me passe le volant (Malraux, Conquér., 1928, p. 154).
Être au volant, tenir le volant. Être le conducteur d'un véhicule. Marie-Jeanne, qui était au volant, a calé son moteur devant cette apparition merveilleuse (T'Serstevens, Itinér. esp., 1933, p. 170).Comme je tiens le volant sur une route insipide qui permet de la vitesse (T'Serstevens, Itinér. esp., 1963, p. 237).
P. méton. Conduite d'un véhicule automobile. Champion, fou du volant. On a fort heureusement supprimé cette année la très ridicule épreuve de démarrage-freinage (...) qui éliminait souvent sur quelques centimètres, après des milliers de kilomètres harassants, des as du volant (Le Monde, 12 janv. 1952, p. 7, col. 5).
G. − Porte vitrée constituant l'un des éléments d'un tambour tournant sur lui-même et permettant d'accéder à l'intérieur d'un édifice ainsi que d'en sortir. La rieuse cordialité de son accueil fut dissipée par la vue d'un inconnu qui ne savait pas se dégager des volants de verre [d'une porte] (Proust, Guermantes 2,1921, p. 401).
IV. − [À propos d'une chose qui s'élève en l'air, ou qui établit un lien entre plusieurs autres objets de même type]
A. − BÂT. Espace compris entre deux supports qui se suivent. Synon. portée. (Dict. xxes.).
B. − CHASSE. Perche pliante sur laquelle l'oiseleur dispose des gluaux. (Dict. xixeet xxes.).
C. − MAR. Vergue mobile. [Parmi les voiles carrées, on distingue:] Au mât d'artimon: le perroquet de fougue (ou s'il y a 2 huniers, le fixe de fougue et le volant de fougue), la perruche (Galopin, Lang. mar., 1925, p. 65).
REM.
Volanté, -ée, adj.,cout. Étoffe que l'on a garnie d'un volant. [Le chapeau] est (...) de paille laquée. La recouvrant toute un chou volanté en mousseline, et qui est un poème, s'écrase sur sa petite calote [sic] plate (L'Œuvre, 31 mars 1941).Empl. subst. masc. Mode où l'ample se décline avec le volanté-froncé-juponné (Le Nouvel Observateur, 24 oct. 1981, p. 77, col. 1).
Prononc. et Orth.: [vɔlɑ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. xiiies. « aile de moulin à vent » (Coutumes d'Hénin-Liétard ds Tailliar, Rec. d'actes, p. 452: metre le volant [du moulin] en piece de tiere); 1366 (Chirographe, 20 déc., Arch. de Tournai ds Gdf. Compl.: les draps des volans); 2. 1611 « petit morceau de liège ou de bois léger que des joueurs se renvoient à l'aide d'une raquette » (Cotgr.); 1656 (Colletet, Poésies diverses, p. 219: le jeu du volant); 3. 1747 habill. (doc. ds Mém. de la Sté de l'hist. de Paris et de l'Île-de-France, 1907, p. 187: deux volans de jupons de mousseline double); 1752 (Trév. Suppl.); 4. 1873 « portion détachable de chaque feuillet d'un livre ou d'un carnet à souche » (Douanes, 2e div. 4e bur. Lettre commune du 19 Juin, no102 ds Littré Suppl. 1877); 5. 1890 ébén. (Havard t. 4). B. 1. 1437 horlog. « arbre garni de palettes qui, en tournant, régularise le mouvement de sonnerie d'une pendule » (Comptes, devis et inventaires du manoir archiépiscopal de Rouen, éd. L. A. Jouen, p. 160: l'abre et le pignon de la roue du foliot, les volans); 1461 (22 août-21 nov., Compte d'ouvrages, 1reSomme de mises, A. Tournai ds Gdf. Compl.: ressors a volans a l'orloge du belfroy); 2. a) 1731 mécan. « roue ou disque métallique qui régularise le mouvement d'un moteur, d'une machine » (Terrasson, Sethos, t. 1, p. 226: rouë composée de volans de tole [dans le mécanisme d'un pont-levis]); 1765 (Encyclop. [dans le mécanisme d'un tournebroche]); 1785 (Encyclop. méthod. Mécan., t. 4, p. 186); 1872 volant à ailettes (Littré); 1949 volant magnétique (Nouv. Lar. univ.); 1950 volant thermique (Maurain, Météor., p. 42); 1964 volant de sécurité (Rob.); b) α) 1908 p. ext. « réserve en personnel » (Ratel, Prépar. mécan. minerais, p. 135: un volant de personnel); 1978 volant de main d'œuvre (Le Monde, 24 sept. ds Gilb. 1980); β) [1926 « réserve en matériel » (La Sc. et la Vie, août, p. 137 d'apr. Lar. Lang. fr.)] 1931 (Chartrou, Pétroles natur. et artif., p. 66); γ) 1945 « réserve monétaire » (Baudhuin, Crédit et banque, p. 152); 1964 volant de trésorerie (Lar. encyclop.); c) 1930 fig. « organe ou élément régulateur » (Alain, Propos, p. 921: la machine boursière, volant principal et suprême régulateur); 1948 fig. volant de sécurité (H. Bazin, loc. cit.); 3. a) 1860 « organe de direction d'une automobile » (Le Monde illustré, 16 juin, p. 395 ds Quem. DDL t. 5 et Fr. mod. t. 43, p. 58); 1907 expr. être au volant (Rivière, Corresp. [avec Alain-Fournier], p. 187); 1914 prendre le volant (France, Révolte anges, p. 312); 1933 tenir le volant (T'Serstevens, Itinér. esp., p. 18); 1938 se mettre au volant (Queneau, Enf. du limon, p. 46); b) 1903 fig. « la conduite d'une voiture » (Automobile-revue du littoral, no99, p. 8 ds Fr. mod. t. 43, p. 58: quelques tristes ,,chevaliers du volant``); 4. 1873 mécan. « roue servant à transmettre une manœuvre à un mécanisme » (Lar. 19e, s.v. locomobile); 5. a) 1876 industr. text. (Lar. 19e); b) 1876 industr. vestimentaire (ibid.). C. 1. 1743 chasse (Trév. ds FEW t. 14, p. 600a); 2. 1873 bât. (Du Camp, Rev. des Deux-Mondes, 15 févr., p. 803 ds Littré Suppl. 1877); 3. 1904 mar. volant d'un double hunier (Nouv. Lar. ill.). Part. prés. subst. de voler1*. Bbg. Kemna 1901, pp. 154-155. − Quem. DDL t. 5.

VOLANT3, subst. masc.

A. − Région. (Massif Central, Alpes du Nord, Suisse romande). Faucille de grande dimension, à la lame non dentelée, utilisée pour la moisson. Aiguiser un volant. Emmancher un volant (J. Humbert, Nouv. gloss. genev., 1852).[Le moissonneur] coupe, avec son volant tenu de la main droite, les tiges, tandis que de la main gauche, il les rabat tout en les appuyant et les roulant contre le blé non coupé (Menon, Lecotté, Vill. Fr., 2, 1954, p. 8).
B. − Instrument employé pour rogner les sarments de vigne (d'apr. Brunet, Matér. vitic., 1909, p. 152); grosse serpe attachée à une perche, servant à tailler les arbres. Au moment où il [le général] parut à l'Hôtel-de-Ville, un homme du faubourg de Rome [à Issoudun] lui passa son volant au cou (Balzac, Rabouill., 1842, p. 358).
C. − Instrument utilisé dans les jardins pour tondre les gazons (d'apr. Lar. 19e); ,,serfouette`` (Bén.-Vaesk. Jard. 1981).
REM.
Volain, subst. masc.,var., technol. Serpe courbée par le bout et très tranchante, dont se servent les fabricants de cercles pour tonneaux. (Ds Littré, Guérin 1892 et Rob. 1985).
Prononc.: [vɔlɑ ̃]. Étymol. et Hist. 1. 1397 dans le Loiret volin « serpe » (Arch. nat. JJ 152, fo172 rods Gdf.); 1441 en Charente-Maritime volant (Arch. nat. JJ 176, pièce 399, ibid.); 2. 1842 « grosse serpe attachée à une perche qui sert à tailler les arbres » (Balzac, loc. cit.). Mot dial., répandu dans l'Ouest, le Centre et le Sud de la France, issu d'une forme gaul. *volammo- « faucille » (J. U. Hubschmied ds Vox rom. t. 4, p. 220; FEW t. 14, p. 597).
STAT. Volant1, 2 et 3. Fréq. abs. littér.: 1 147. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 812, b) 2 508; xxes.: a) 1 979, b) 1 650.

Volant, part. prés. en empl. adj.,hapax. [Les voleurs] marchent aussi avec leur siècle (...) Le monde volant n'a pas d'académie, que je sache, cependant il a, comme le monde littéraire, ses classiques et ses romantiques (Vidocq, Mém., t. 4, 1828-29, p. 9).

Volant : définition du Wiktionnaire

Adjectif

volant \vɔ.lɑ̃\

  1. Qui a la faculté de voler.
    • Les légendes de l’homme volant ne sont-elles pas répandues sur la quasi-totalité du globe et, semblables en cela à celles de l’homme enceint, longtemps restées de purs fantasmes ? — (Daniel Parrochia, L’homme volant : Philosophie de l’aéronautique et des techniques de navigation, Champ Vallon, Seyssel, 2003, page 17)
  2. Qui n’est pas fixe, qu’on place et qu’on déplace à volonté.
    • Draperie volante, draperie légère, qui paraît agitée par le vent.
    • Cloison volante.
    • (Marine) Cabestan volant.
    • Table volante, petite table légère qui n’a point de place fixe dans un appartement.
    • Feuille volante se dit d’une feuille d’écriture ou d’impression qui n’est attachée à aucune autre.
  3. Qui est fixe, mais n'est pas posé directement sur le sol.
    • Escalier volant.

Nom commun

volant \vɔ.lɑ̃\ masculin

  1. (Automobile) Organe en forme de roue par le moyen duquel on donne la direction à un véhicule automobile.
    • La circulation à Paris lui avait paru exécrable, dangereuse, des maniaques au volant qui avaient l'œil fixé sur le bout du capot comme des gosses dans des autos-tamponnantes. — (André Girod, Ilkya, Éditions Publibook, 2010, p.174)
  2. (Badminton) Petit morceau de bois, de liège, d’os, etc., recouvert de cuir et garni de plumes par le moyen desquelles il se soutient quelque temps en l’air après qu’on l’a lancé avec une raquette.
    • […] ; ces mœurs sont loin d'être austères, puisqu'on trouve dans ce salon une table de jeu, une boîte de loto ainsi que quatre raquettes et deux volants, ancêtre peut-être du badminton, et même une baignoire dans le corridor. — (Philippe Meyzie, La table du Sud-Ouest et l'émergence des cuisines régionales: 1700-1850, Presses universitaires de Rennes, 2015, chap. 4)
    • À l’angle de la rue de Cluny, je vis une petite fille d’environ quatorze ans, qui jouait au volant avec une de ses camarades. — (Honoré de Balzac, La Peau de chagrin, 1831)
    • Un franc dix… vingt… trente… trente-cinq… quarante… La surenchère ressemble à un volant, qui vole de raquette en raquette. — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, page 192.)
  3. Aile de moulin à vent.
    • Un des quatre volants a été rompu par le vent.
    • Remettre un volant à un moulin.
  4. (Mécanique) (Par ellipse) Volant d’inertie.
    • A cet effet, on utilise un volant muni d'un balourd à masse fixe, mais avec un rayon de giration réglable. — (Ch. Berthelot, Épuration, séchage, agglomération et broyage du charbon, Paris : chez Dunod, 1938, p. 35)
  5. (Par extension) (Économie) Réserve destinée à amortir les variations brusques ou imprévues.
    • Volant de fonds propres, de conservation, de sécurité, de liquidités, de trésorerie.
    • Récemment, j’ai visité pas mal d’usines PSA, ça tourne à plein avec un volant d’intérimaires très important […] — (Le Monde.fr (avec Eric Béziat), PSA compte recourir à la rupture conventionnelle collective dès 2018, Le Monde. Mis en ligne le 28 décembre 2017)
  6. (Par extension) (Sport) Titularisation d’un pilote dans une écurie de sport automobile.
    • Il a obtenu un bon volant cette année et pourra sans doute viser le titre mondial.
  7. (Administration) Partie qui peut être détachée d’un livre à souche.
  8. Garniture que l’on met à des vêtements de femme, à des rideaux, etc.
    • Un seul volant garnissait le devant de la jupe (...) — (Émile Zola, La Curée, 1871)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Volant : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

VOLANT, ANTE. adj.
Qui a la faculté de voler. Dragon volant. Poissons volants. Fig., Petite vérole volante, Varicelle. Fusée volante, Fusée qui est attachée à une baguette et qui s'élève d'elle-même en l'air quand on y a mis le feu. On tira à cette fête un grand nombre de fusées volantes. En termes de Peinture, Draperie volante, Draperie légère, qui paraît agitée par le vent.

VOLANT se dit figurément de Certaines choses qu'on place et qu'on déplace à volonté. Escalier volant. Cloison volante. En termes de Marine, Cabestan volant. Manœuvre volante. Table volante, Petite table légère qui n'a point de place fixe dans un appartement. On dit dans le même sens Chaise volante. Feuille volante se dit d'une Simple feuille d'écriture ou d'impression qui n'est attachée à aucune autre. Cela était écrit sur une feuille volante. En termes de Guerre, Camp volant s'est dit d'un Corps de troupes qu'on déplaçait rapidement, spécialement pour observer l'ennemi et pour faire des incursions sur son territoire. Fig. et fam., Être en camp volant, N'être point à demeure dans un endroit, être exposé à se déplacer à tout moment. Pont volant. Voyez PONT. Cerf-volant, Passe-volant. Voyez ces mots à leur rang alphabétique.

Volant : définition du Littré (1872-1877)

VOLANT (vo-lan, lan-t') adj.
  • 1Qui a la faculté de voler, quoique appartenant à une classe d'êtres qui ne jouit pas de ce pouvoir. Un poisson volant. Un dragon volant. Ô dieux ! ce char volant, disparu dans la nue, La dérobe à sa peine, aussi bien qu'à ma vue, Corneille, Médée, v, 8. Qu'une volante escorte Vous conduise au travers Des noires vapeurs des enfers, Quinault, Alceste, IV, 5.

    Terme de blason. Se dit d'un oiseau représenté les ailes étendues dans toute leur largeur.

    Fig. Pistole volante, voy. PISTOLE.

  • 2Fusée volante, fusée attachée à une baguette et qui s'élève d'elle-même en l'air quand on y a mis le feu.
  • 3 Terme de peinture. Draperie volante, draperie légère, qui paraît agitée par le vent.
  • 4Qui se meut avec rapidité comme s'il volait. Ces sortes d'ennemis volants ou invisibles [les protestants poursuivis lors de la révocation de l'édit de Nantes] donnent des peines infinies… car ils disparaissent en un moment, et, dès qu'on a le dos tourné, ils ressortent de leurs tanières, Sévigné, 16 mars 1689.

    Terme de guerre. Camp volant, petite armée chargée de faire des courses sur les ennemis, ou de les observer. Je trouve un si grand mouvement partout, que le camp volant de Boufflers ne demeurera pas sans rien faire, Sévigné, 580.

    Fig. et familièrement. Être en camp volant, n'avoir pas de demeure, de situation fixe, être exposé à se déplacer à tout moment.

  • 5 Terme de guerre. Artillerie volante, nom donné autrefois à l'artillerie à cheval.

    Pont volant, corps flottant retenu à l'extrémité d'un cordage fixé, en amont, au milieu de la rivière ; il passe d'une rive à l'autre par l'action du courant, auquel on le présente obliquement.

    Sape volante, tranchée pour l'exécution de laquelle on place une file de gabions jointifs qu'on remplit de terre.

  • 6Il se dit de certaines choses qu'on place et qu'on déplace à volonté, ou de choses qui n'ont point de place fixe. Escalier volant.

    Table volante, petite table qu'on déplace à volonté, et qu'on appelle aujourd'hui table à ouvrage.

    Assiettes volantes, assiettes qui ne font pas partie du service et sur lesquelles on apporte quelques mets légers.

  • 7 Terme de marine. Se dit de toutes les parties du gréement qui ne sont placées et employées que momentanément. Manœuvres volantes. Cabestan volant.
  • 8Feuille volante, feuille d'écriture ou d'impression qui n'est attachée à aucune autre. Nous ne voyons pas assez l'abbé Bigorre ; il vous enverra ce soir une belle feuille volante, Sévigné, 504. Le parlement tâcha de se venger, en faisant écrire sur une feuille volante de registres secrets et fugitifs, qu'il n'avait ni pu ni dû opiner au lit de justice, Saint-Simon, 518, 126. Ce n'est pas un grand ouvrage, mais c'est l'ouvrage d'un grand peintre ; ce qu'on peut toujours dire des feuilles volantes de Voltaire ; on y retrouve le signe caractéristique, l'ongle du lion, Diderot, Salon de 1767, Œuv. t. XIV, p. 251, dans POUGENS. J'ai ouï dire qu'Addison, Pope, Steele, etc. s'amusaient aussi à faire des feuilles volantes ; on les recevait le matin, on les lisait à déjeuner ; et les feuilles n'ont été ni brûlées ni dispersées, Genlis, Veillées du château t. III, p. 102. Les harangues de Cicéron parurent en feuilles volantes, Courier, Pamphlet des pamphl.

    Fig. Voilà [le sable] la faveur sur quoi l'on bâtit, et voilà la feuille volante à quoi l'on s'attache, Sévigné, 19 août 1676.

    Par extension, brochure très mince. Une cargaison de petites pièces comiques, d'opéras, de feuilles volantes m'est venue ; ah ! mon ami, quelle barbarie ! quelle misère ! la nature est épuisée, Voltaire, Lett. Thiriot, 24 sept. 1735.

  • 9Escadron volant, voy. ESCADRON.
  • 10Petite vérole volante, voy. petite VÉROLE.
  • 11Cachet volant, voy. CACHET.

HISTORIQUE

XVe s. Lequel Besson, qui estoit Breton et compaignon volant [homme de passage], qui n'avoit femme ne enfans ne rien que son corps, Du Cange, volagius. Il veoit la banniere qui reluysoit pour l'or et l'argent des vestures de l'ymage et des escussons volans qui estoient en la champaigne, Perceforest, t. I, f° 138.

XVIe s. Rentes constituées à prix d'argent, communement dites volantes, Coust. gén. t. II, p. 1075. Si quelque philosophe vollant, pour se moquer de la simplicité de nostre foy, dist…, Calvin, Instit. 1041.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

1. VOLANT. Ajoutez :
12Dans la marine, gardien volant, gardien qui n'est pas à poste fixe. Périneau (Timothée), gardien volant, mort (le 16 avril 1874) titulaire d'une pension de retraite, Bullet. des lois, XIIe série, partie supplém. 2e sem. 1874, n° 735, p. 1392.
13 Dans le département de la Mayenne, terres volantes, terres qui n'appartiennent pas à un corps de ferme, les Primes d'honneur, p. 220, Paris, 1874.
14 S. m. Un volant, une feuille détachée d'une souche. Deux carnets, l'un donnant le détail par nature des valeurs existant matériellement en caisse à la fin de chaque journée, l'autre présentant sur une souche et un volant, destiné à servir de bordereau, la composition de chaque versement, Douanes, 2e div. 4e bur. Lettre commune du 19 juin 1873, n° 102. Il se procurait des quittances ou volants, extraites du registre à souche ; et, à l'aide de ces quittances ou volants, il donnait à des débitants illettrés ou inexpérimentés décharge des sommes que ceux-ci lui avaient payées sur sa demande et qu'ils ne devaient pas, Gaz. des Trib. 24 janv. 1877, p. 78, 3e col.
15 Terme de construction. Portée, longueur comprise entre les supports. Un vaste grenier dont on a jeté les murs de refend par terre pour en faire une seule pièce, si grande maintenant, si disproportionnée, que le plancher a trop de volant, et qu'il s'effondrerait sur l'étage inférieur, si les enfants, toujours surveillés, n'étaient forcés de modérer leurs ébats, Maxime du Camp, Rev. des Deux-Mondes, 15 févr. 1873, p. 803.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Volant : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

VOLANT, adj. & part. (Gram.) Voyez le verbe Voler, qui se meut par le moyen des aîles. Il y a des poissons volans.

Volant, (Cuisine.) est une verge de fer plantée au-dessus de la cage du tournebroche, à l’extrémité de laquelle est une croix dont chaque branche est chargée de plomb pour ralentir l’action du poids qui entraineroit toutes les roues dans un instant, sans le volant qui par sa pesanteur est plus difficile à mouvoir.

Volant, terme d’Horlogerie ; c’est une piece qui se met sur le dernier pignon d’un rouage de sonnerie, ou de répétition, & qui sert à ralentir le mouvement de ce rouage, lorsque la pendule ou l’horloge sonne. Voyez Sonnerie, Pendule, &c. & les fig. Pl. de l’Horlogerie, n°. 18. & 17. 19.

Dans les pendules le volant est une espece de rectangle de cuivre fort mince, & assez large. Voyez la figure 8 & 9. Planches de l’Horlogerie, pour que la résistance de l’air, lorsqu’il tourne, puisse retarder son mouvement, & par conséquent ralentir, comme nous l’avons dit plus haut, celui du rouage. Il tient à frottement sur la tige de son pignon au moyen d’un petit ressort aa, fig. 9. qui appuie contre cette tige. Par-là ils peuvent bien tourner ensemble ; mais lorsque l’on arrête le pignon, ce frottement n’est pas assez fort pour empêcher le volant de tourner seul. Cette disposition est nécessaire pour que celui-ci par son mouvement acquis, ne casse pas les pivots de son pignon. Au moyen de ce frottement, ils peuvent bien tourner ensemble ; mais lorsqu’on arrête le pignon, ce frottement n’est pas assez fort pour empêcher le volant de tourner tout seul. Dans les montres à répétition on se sert peu de volant, & quand on l’y emploie, il y est fixément adapté.

Comme dans les grosses horloges le mouvement de la sonnerie est plus rapide, & que le volant est beaucoup plus considérable, comme on peut le voir dans la fig. 5. 17. 18. il y a un ressort 19. dont l’extrémité entre dans un rochet PP, adapté sur la tige du pignon ; par ce moyen, l’horloge sonnant le volant & son pignon tournent ensemble, & la sonnerie étant arretée, il peut encore tourner par son mouvement acquis ; ce qui produit un bruit assez semblable à celui d’une cresselle. Voyez Horloge.

Volant, terme de Meunier, ce sont deux pieces de bois qui sont attachées en forme de croix à l’arbre du tournant, mises au-dehors de la cage du moulin à vent, & qui étant garnies d’échelons, & vêtues de toiles, tournent quand les toiles sont tendues, & qu’il vente assez pour les faire aller ; on les appelle aussi volées, & ailes de moulin. (D. J.)

Volant, (Hist. des modes.) on a donné ce nom dans le dernier siecle à des bandes de taffetas qu’on attachoit aux jupes des dames, & dont le nombre se mettoit à discrétion ; il y en avoit quelquefois deux, trois, quatre, ou cinq. C’étoit autant de cerceaux volans, parce qu’ils n’étoient cousus que par le haut, & que le vent faisoit voler le bas à discrétion. Les volans étoient quelquefois de différentes couleurs, & alors on les nommoit volans pretintailles, qui furent tellement à la mode, que chaque volant étoit encore de plusieurs couleurs. (D. J.)

Volant, (Hist. des modes d’hommes.) espece de surtout léger qui a peu de plis dans le bas, & qui n’est doublé qu’en certains endroits. (D. J.)

Volans, s. m. pl. (Pipée.) les pipeurs appellent volans, les rejets ou perches dont ils ont coupé le feuillage, & qu’ils plient & attachent par le bout aux environs de la loge, en y faisant des entailles pour y insérer des gluaux. (D. J.)

Volant, (Jeu.) morceau de liége taillé en forme de cône obtus, couvert par-dessous de velours ou d’autre étoffe, & percé en-dessus d’une douzaine de petits trous, dans lesquels on met, on range, & on dispose en calice une douzaine de plumes uniformes, ou de toutes couleurs, & d’une grandeur proportionnée à là grosseur du cône, que deux personnes se renvoient avec des raquettes ou des tymbales. C’est un jeu ou un exercice d’adresse agréable, bien imaginé, très-sain, & qui se pratique avec raison dans toute l’Europe. (D. J.)

Volant, adj. (Blason.) on appelle oiseau volant, un oiseau qui est élevé en l’air, les aîles étendues, comme s’il voloit ; il doit avoir les aîles plus ouvertes & plus étendues que celui qui est dit essorant. La maison de Noël en Languedoc, porte d’azur à la colombe volante en bande, becquée & membrée d’or, à la bordure componée d’or & de gueules. (D. J.)

Volantes, rentes, (Jurisprud.) voyez Rente volante.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « volant »

Étymologie de volant - Littré

Voler 1.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de volant - Wiktionnaire

Participe présent du verbe voler.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « volant »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
volant vɔlɑ̃ play_arrow

Citations contenant le mot « volant »

  • C'est un nouveau pas qui a été réalisé par Airbus en matière d'innovation. La firme a diffusé ce vendredi 31 juillet de nouvelles images de son futur taxi volant, entièrement électrique et automatisé : le CityAirbus. La démonstration s'est déroulée en trois étapes : décollage, stabilisation en vol et atterrissage, le tout sans le moindre pilote à bord de l'appareil. En mai 2019, l'appareil avait réalisé un premier décollage "sécurisé", en étant relié à des câbles au sol, pour tester ses systèmes de propulsion et de contrôle. ladepeche.fr, De nouvelles images inédites du taxi volant d'Airbus, entièrement électrique et automatisé - ladepeche.fr
  • Durant ce week-end de chassé-croisé, la somnolence au volant peut arriver très rapidement. On se demande quels en sont les signes annonciateurs et comment anticiper le problème. Journal L'Union, Départs en vacances : attention à la somnolence au volant
  • En ce grand week-end de chassé-croisé estival, de nombreux automobilistes prennent la route dans le sens des départs comme des retours. Et la fatigue peut se faire sentir. Quels sont les signes de somnolence ? Comment éviter de s'endormir au volant ? France Bleu fait le point. France Bleu, Somnolence au volant : quels sont les signes et quelles précautions prendre ?
  • BMW est justement l'une des entreprises qui cherchent à innover sur ce point. Son dernier brevet consiste à remplacer le volant par une paire de joysticks pour conduire la voiture. On ne sait pas sur quelle voiture BMW pourrait proposer ce genre de technologie, mais pourquoi pas sur la future i4 ? Au moins sous forme de concept. Turbo.fr, Bientôt plus de volant sur les BMW ?
  • « Quand elle a redémarré, elle nous a foncé dessus. » Grosse frayeur, samedi soir, pour ce patron d'une crêperie de Blaye (Gironde) et ses clients. Une femme au volant d'un camion a renversé la terrasse du restaurant, avant de finir sa course folle contre un arbre, rapporte Sud Ouest. leparisien.fr, Gironde : une femme au volant d’un camion fonce sur la terrasse d’un restaurant - Le Parisien
  • Le véhicule enfin immobilisé, les policiers ont eu la surprise de trouver au volant un adolescent de 14 ans. Ce dernier aurait emprunté le véhicule de sa mère à son insu. Placé en garde à vue dans la foulée, il devait être présenté ce lundi 3 août devant le Parquet des mineurs. Le Messager, Chambéry: à 14 ans, au volant d’une voiture, il tente de fuir un contrôle de police - Le Messager
  • Un homme de 31 ans s'est tué au volant, dimanche 2 août, près de Trèbes, dans l'Aude. Un enfant âgé de 5 ans, présent à bord du véhicule, est dans un état critique. midilibre.fr, Aude : un homme se tue au volant, un enfant de 5 ans dans un état critique - midilibre.fr
  • Quand je m’ennuie, j’aime bien prendre ma voiture, aller en ville et me garer. Je reste alors assis au volant et je compte le nombre de personnes qui me demandent si je m’en vais. De Steven Wright
  • S'endormir au volant, c'est très dangereux. S'endormir à vélo, c'est très rare. S'endormir à pied, c'est très con. De Philippe Geluck / Le chat est content
  • Il y a plus de gens qui meurent dans leur lit que sur la route. J'en conclus qu'il est plus dangereux de s'endormir dans son lit qu'au volant de sa voiture. De Régis Nicolle
  • Un chef d'orchestre, c'est comme le conducteur d'une voiture : il tourne le volant doucement, quand il le faut, en anticipant, parce que s'il tourne le volant trop violemment, la voiture va dans le fossé. De Les solistes de l'Orchestre de Paris
  • Un optimiste est un homme qui s’en va joyeusement au volant d’une voiture d’occasion, persuadé d’avoir roulé le marchand qui la lui a vendu. De Anonyme
  • Oui, Bach, Mozart, Dieu, elles commencent toujours par ça. Ça fait conversation honnête, alibi moral. Et quinze jours plus tard, trapèze volant sur le lit. De Albert Cohen / Belle du Seigneur
  • Tout le monde court après sa jeunesse. A douze ans, on court après un cerf-volant. Puis, on court après son âme d'enfant. De Francis Blanche
  • Il avait échoué à son permis de conduire. Le permis d'inhumer lui a été accordé au premier coup de volant. De Yvan Audouard
  • Les économistes sont présentement au volant de notre société, alors qu’ils devraient être sur la banquette arrière. De John Maynard Keynes
  • Une femme, c'est comme un cerf-volant. Malgré ses belles couleurs, et son balancement harmonieux dans le ciel, le cerf-volant est attaché à une ficelle qui est dans les mains de quelqu'un d'autre. De Lao She / Quatre générations sous un même toit
  • Le bonheur, ça tient à un coup de volant mal négocié. De Guy Bedos / Télérama - 1987
  • L’imagination s’élève plus haut que le meilleur cerf-volant. De Lauren Bacall
  • Les conducteurs: 75 chevaux dans le moteur, 1 âne au volant. De Roland Magdane / Le Merdier
  • Tout cerf-volant est rattaché à un fil. De Anonyme
  • Hirondelle volant haut, Le temps sera beau ; Hirondelle volant bas, Bientôt il pleuvra. De Proverbe français

Images d'illustration du mot « volant »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « volant »

Langue Traduction
Corse volante
Basque bolantea
Japonais ハンドル
Russe руль
Portugais volante
Arabe المقود
Chinois 方向盘
Allemand lenkrad
Italien volante
Espagnol volante
Anglais steering wheel
Source : Google Translate API

Synonymes de « volant »

Source : synonymes de volant sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « volant »



mots du mois

Mots similaires