La langue française

Falbala

Sommaire

  • Définitions du mot falbala
  • Étymologie de « falbala »
  • Phonétique de « falbala »
  • Évolution historique de l’usage du mot « falbala »
  • Citations contenant le mot « falbala »
  • Traductions du mot « falbala »
  • Synonymes de « falbala »

Définitions du mot « falbala »

Trésor de la Langue Française informatisé

FALBALA, subst. masc.

A.− Vx, au sing. ou au plur. Bande d'étoffe froncée en largeur, garnissant les toilettes féminines ou l'ameublement. Robe, jupe à falbala; rideaux à falbala, garnis de plusieurs falbalas (Ac.). Synon. (mod.) volant.Les plis, les falbalas, les ruches (Pommier, Paris,1866, p. 374).Des guirlandes vertes pendaient sur l'autel, orné d'un falbala en point d'Angleterre (Flaub., Cœur simple,1877, p. 71).
P. métaph. Des grèves que les algues festonnent de leurs grands falbalas frisés (Chateaubr., Essai Révol., t. 2, 1797, p. 169).
B.− P. ext.
1. Except. au sing. avec valeur générique; avec ou sans idée péj. Ornement, garniture à effet de la toilette féminine ou masculine. Synon. atours (cf. ce mot B).Et les failles, les satins, les cachemirs, tout le coûteux falbala apporté avec soin (Céard, Soir. Médan,Saignée, 1880, p. 196).Les gentils-hommes, les grandes dames en moire, velours et falbalas (Lemaitre, Contemp.,1885, p. 190).Les grandes dames promenant leurs falbalas et les seigneurs leurs chamarrures (P. Rousseau, Hist. transp.,1961, p. 209):
Et coquette donc! Je l'ai vue arriver, avec des bas à jour, des jupes brodées, des guimpes, des manchettes, un tas de falbalas... Ah! bien! les falbalas ont duré longtemps! Zola, Faute Abbé Mouret,1875, p. 1255.
P. métaph. [Appliqué à l'archit.] Toute l'archivolte D'un grand falbala rococo (Hugo, Chansons rues et bois,1865, p. 211).Ils prenaient une boisson couleur de colchique devant les falbalas pétrifiés de l'église du Gesù (Morand, Ouv. la nuit,1922, p. 152).[Appliqué aux éléments de la nature] Les vrais arbres du parc, les sorbiers, les lilas. Les ébéniers qu'avril charge de falbalas (Hugo, Contempl.,t. 1, 1856, p. 138).L'écume étale ses falbalas tout autour du navire (Green, Journal,1933, p. 162).Les derniers falbalas d'un coucher de soleil (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 220).
En falbala(s). En vêtement d'apparat (à falbalas). Avoir des calèches, des femmes en falbalas, des cochers à perruque (Reybaud, J. Paturot,1842, p. 24).La mouche assassine, En grand falbala venait Proserpine, Comme une princesse à la cour d'un roi (Bouilhet, Dern. chans.,1869, p. 183).Deux singes suivaient, en falbalas de soie et de paillettes (Colette, Music-hall,1913, p. 90).
Rem. La docum. atteste également un emploi apposé avec valeur d'adj. Madame Lefèvre était une dame de campagne, une veuve, une de ces demi-paysannes à rubans et à chapeaux falbalas (Maupass., Contes et nouv., t. 2, Pierrot, 1882, p. 347).
2. Mod., péj., au plur. Ornements excessifs, prétentieux. Synon. affiquets (cf. ce mot A 1), fanfreluches.Parées de bijoux douteux, de falbalas criards (Léautaud, Passe-temps,1929, p. 67).Rien ne s'usant aussi vite que la pommade, les falbalas et le clinquant des baisers (Cendrars, Homme foudr.,1945, p. 228).
Au fig. [Appliqué à l'expression écrite ou orale] Ornements excessifs, fioritures. Que vient-il nous parler de l'amour, celui-là, Avec sa flûte et ses sonnets à falbalas? (Ch. Guérin, Cœur solit.,1904, p. 21).Je vous explique ça comme je le sais, sans falbalas (Giono, Baumugnes,1929, p. 204).Mais il y a des pages qui ne sont que falbalas (Green, Journal,1931, p. 75).
Prononc. et Orth. : [falbala]. Passy 1914 note une var. [-ɑ]. Ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. 1692 (Des mots à la mode, p. 169 ds Havard); péj. 1872 (Lar. 19e). Prob. empr. au franco-prov. farbella « frange; guenille » (Du Puitsp. et Gras; Mistral : farbello « guenille ») à cause de l'infl. de l'industr. lyonnaise, remontant, comme l'a. fr. frepe, felpe (v. fripier), à un groupe de mots contenant la suite de consonnes f − l − p et désignant quelque chose de peu de valeur, attesté seulement en lat. tardif, falŭppa « brin de paille, pacotille » (xes. ds CGL 5, 525, 32), cf. FEW t. 3, p. 401a et Baldinger ds Mél. Gardette, 1966, p. 63. Fréq. abs. littér. : 73. Bbg. Sain. Sources t. 2 1972 [1925], p. 55; t. 3 1972 [1930], p. 108.

Wiktionnaire

Nom commun

falbala \fal.ba.la\ masculin

  1. Pièce d’étoffe plissée utilisée pour rehausser l’apparence d’un vêtement ou d'un rideau.
    • Madame Necker, […], ne le cédait en magnificence à aucune des dames de son cercle. Trois étages de falbalas garnissaient sa robe; …. — (Julie de Quérangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, T. 2,4, 1833)
    • Quant aux serpents, il en vit plusieurs, et l’Infante épouvantée serrait autour de ses chevilles sa robe à falbalas, qui traînait des guirlandes de ronces mortes. — (Marcel Pagnol, Le temps des secrets, 1960, collection Le Livre de Poche, page 167)
  2. (Péjoratif) Ornement trop voyant sur les vêtements.
    • Une dame vint à la messe avec des falbalas à remplir toute l'église ; le commissaire du quartier, qui se trouvait là par hasard, fit reculer la foule jusqu'au portail, afin de protéger une si riche toilette. — (Henri Mongault (trad.), Les Âmes mortes, 1949 ; traduit du russe : Nicolas Gogol, Мёртвые ду́ши, 1842)
  3. (Péjoratif) Rituel inutile.
    • – Je connais les déguisements qui conviennent à toutes ces sortes de singeries, m’avait-elle expliqué. Dans la journée, il faut être printanière, claire et nette, chic et surtout pas provocatrice. Le soir, romance et falbalas, charme et féminité. Ne vous faites aucun souci, je serai une cavalière à la hauteur de votre rêve. — (Philippe Labro, L’étudiant étranger, Gallimard, 1986, page 250)
    • Si l'homme moderne jure qu'il ne veut pas pour lui-même de falbala religieux après sa mort, quelque chose lui enjoint d'avoir la faiblesse de l'offrir à son défunt. — (Philippe Delaroche, Caïn et Abel avaient un frère, Éditions de l'Olivier / Le Seuil, 2000, page 293)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FALBALA. n. m.
Bandes d'étoffe plissées qu'on mettait pour ornement à une robe, à des rideaux. Robe, jupe à falbala. Rideaux à falbala. Il se dit surtout maintenant d'une Surcharge d'ornements. Toilette à falbalas.

Littré (1872-1877)

FALBALA (fal-ba-la) s. m.
  • Large bande d'étoffe plissée que les femmes mettent au bas et autour de leurs jupes, De Caillières, 1690. (qui dit que le mot est venu de la cour). Son habit d'une étoffe antique Sur des falbalas en portique Offrait d'équivoques couleurs, Hamilton, Œuvres, III, 154 (lett. du 1er juillet 1705). Parlons maintenant de nos belles ; Elles repassent leurs dentelles, Vont mettre dans votre jardin Leurs cornettes sur des ficelles, Réparent quelques falbalas, Hamilton, ib. III, 197 (année 1707). Falbala par haut pour celles qui n'ont point de hanches, celles qui en ont trop le portent plus bas, Regnard, Attendez-moi sous l'orme, sc. 6.

    Aujourd'hui le falbala, qui paraît dater de la fin du règne de Louis XIV, s'appelle volant.

    On met aussi des falbalas à des rideaux.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

FALBALA, s. m. bandes d’étoffe plissées & festonées, qui s’appliquent sur les robes & jupons des femmes. C’est la garniture des jupons qui est particulierement appellée falbala ; elle est connue aussi sous le nom de volans ; celle des robes s’appelle communément pretintaille. Les falbalas sont placés par étages autour du jupon ; cette mode est, dit-on, fort ancienne, mais le mot est nouveau.

On conte que deux de ces hommes chargés de modes & de ridicules, & qui se ruinent pour être aimables, traversoient les salles du palais ; les petites marchandes leur offrirent de tout selon l’usage : il n’existe rien, dit l’un, que l’on ne trouve ici ; vous y trouverez même, répondit l’autre, ce qui n’existe pas : inventez un mot qui ne soit qu’un son sans idée, toutes ces femmes y en attacheront une ; falbala fut le mot qui s’offrit, & des garnitures de robes furent présentées avec assûrance sous ce nom qui venoit d’être fait, & qu’elles porterent depuis. Voyez l’article Etymologie.

Les savans amateurs de l’antiquité feroient remonter, s’ils pouvoient, l’origine des falbalas jusqu’au déluge ; c’est bien assez pour l’honneur de cette mode, qu’elle ait passé des Perses aux Romains : divers législateurs ennemis du luxe l’ont, dit-on, condamnée ; mais les graces & le goût ne reçoivent de lois que de l’amour & du plaisir.

Cette grande roue du monde qui ramene tous les évenemens, ramene aussi toutes les modes, & fait reparoître aujourd’hui les falbalas avec plus d’éclat que jamais, les plus riches étoffes en sont ornées, les plus communes en reçoivent du relief, & toutes les femmes, les belles, les laides, les coquettes, & les prudes, ont des falbalas jusque sur leurs jupons les plus intimes : les dévotes même en portent sous le nom de proprété recherchée : on renonce plus facilement au plaisir d’aimer qu’au desir de plaire.

Falbala, en terme de Boutonnier, est une longueur de bouillon, attaché en demi-cercle à côté de la zone sur le roste, dans les espaces où le cerceau seul paroît.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « falbala »

(1872)[1]. Du francoprovençal farbella[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Génev. farbala ; espagn. falbalá et aussi farbalá ; portug. falbalá ; ital. falbalà ; Parme, frambalà ; piém. farabalà. D'après Ménage (au mot passe-caille), falbala a été inventé par M. de Langlée, maréchal des camps et armées du roi, qui, à une couturière lui montrant une robe avec cette bande plissée, fit accroire qu'on nommait ainsi à la cour ces sortes de bandes ; la couturière redit ce mot imaginaire, qui fit fortune. D'après Génin, Récréat. t. I. p. 11, il vient de l'espagnol falda, habit de femme, faldellin, cotillon plissé. D'après d'autres, il vient de l'anglais furbelow, falbala, de fur, fourrure, below, en bas ; ce qui est peut-être la vraie étymologie ; à moins toutefois que furbelow ne soit une altération du mot français, transformé de manière à avoir un sens apparent en anglais. On voit que l'origine de ce mot, né du temps de Louis XIV, est ignorée.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « falbala »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
falbala falbala

Évolution historique de l’usage du mot « falbala »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « falbala »

  • à Maud Une mort délicieuse et douce / Dans un aéroport petit / Ce serait à l'insu de tous / (Ou, pourquoi pas, à Rimini?) J'aimais beaucoup le cul des filles / Et je n'ai guère aimé que ça / Dans la nuit, si peu qui scintille, / Si peu de joies, de falbalas. Hardi ! Les carcinomes opèrent / Leur travail secret et serein, / Ils enlèvent des morceaux de chair / (Il me reste à peu près un rein). Mets ta langue, un peu, sur ma bite / Avant qu'il n'y ait plus rien du tout. / Promène ta langue. Tu habites / Dans un autre univers que nous.

Traductions du mot « falbala »

Langue Traduction
Anglais falbala
Espagnol falbala
Italien falbala
Allemand falbala
Chinois 法巴拉
Arabe falbala
Portugais falbala
Russe falbala
Japonais ファルバラ
Basque falbala
Corse falbala
Source : Google Translate API

Synonymes de « falbala »

Source : synonymes de falbala sur lebonsynonyme.fr
Partager