La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « univers »

Univers

Définitions de « univers »

Trésor de la Langue Française informatisé

UNIVERS, subst. masc.

I.
A. − PHILOS. et cour.
1. L'ensemble de tout ce qui existe, la totalité des êtres et des choses. Synon. monde (v. monde1I A).L'univers est un système d'êtres et de relations entrelacés, dont l'homme fait partie (Gilson, Espr. philos. médiév., 1931, p. 91).Le principe de causalité est dit universel et nécessaire en ce double sens qu'il est un principe commun à tous les hommes doués de raison et qu'il postule qu'il n'y a pas dans l'univers de fait sans cause (Morf.Philos.1980).V. anthropomorphiquement ex. 1 et cause2ex. 5.
− Domaine relig.L'Âme* de l'univers; le grand Architecte* de l'univers. L'auteur, la cause, le créateur de l'univers. Dieu, principe de toute chose. Par l'analogie de nos idées morales, nous concluons que l'auteur de l'univers ne manque pas des qualités morales qui font de lui le juste gouverneur du monde et le juge de nos actions (Théol. cath.t. 41920, p. 914).
Univers + adj. déterminatif.Vision de l'univers propre à telle ou telle religion. Univers hindouiste, shintoïste. Dans un univers chrétien, où les êtres sont créés par l'Être, toute créature est un bien, analogue du Bien (Gilson, Espr. philos. médiév.1932, p. 82).
2.
a) L'univers physique, sensible. L'ensemble des choses et des phénomènes physiques perçus par l'homme et objets de la science. Il est arrivé constamment que les constructions logiques par lesquelles les mathématiciens avaient l'unique souci de faire progresser leur science, se sont révélées en accord mystérieux avec l'univers sensible (E. Borel, Paradoxes de l'infini,1946, p. 9).Leur doctrine [des alchimistes chinois du XIIIes.] concernant la matière et l'énergie, leurs notions cosmologiques en général dissociaient moins encore que par le passé l'univers physique de l'univers métaphysique (Caron, Hutin, Alchimistes,1959, p. 110).
b) L'univers astronomique, cosmique, sidéral, stellaire. L'ensemble des corps célestes. La structure de l'univers stellaire ne peut ressortir que d'investigations statistiques (Hist. gén. sc.,t. 3, vol. 1, 1961, p. 141).
B. − ASTRON., ASTROPHYS. [Le plus souvent avec une majuscule]
1.
a) L'ensemble des galaxies, considérées dans leur évolution dans l'espace et dans le temps. Synon. cosmos (v. cosmos1A).L'univers visible, accessible aux instruments d'optique; âge, structure de l'Univers; exploration de l'Univers; variation de la courbure de l'Univers au cours du temps; théorie relativiste de l'Univers. Bien que de nombreux points restent obscurs, il est très vraisemblable qu'un très grand nombre de planètes analogues à notre Terre existent dans l'Univers, dans lesquelles les conditions nécessaires à l'apparition d'une forme de vie sont réunies (Géophys.,1971, p. 40 [Encyclop. de la Pléiade]).V. cosmos ex. 1:
1. Un article sur les étoiles. C'est à donner le vertige. Elles sont je ne sais combien de millions qui fuient dans le ciel à une vitesse inimaginable (...). Quel aspect curieux cela donne aux choses humaines, cette notion nouvelle que nous avons de l'univers. Green, Journal,1954, p. 266.
Expansion de l'Univers. [La] loi de Hubble, où le décalage vers le rouge des raies spectrales est interprété comme un effet Doppler, traduit le phénomène connu sous le nom d'expansion de l'Univers: les galaxies s'éloignent les unes des autres avec une vitesse proportionnelle à leur distance (Astron.1973).
b) Modèle théorique de cet ensemble. Univers fini, infini; univers homogène et isotrope; univers hyperbolique; univers à trois dimensions, à quatre dimensions. La théorie de la relativité a introduit la représentation d'un univers à la fois courbe et non fini (Legrand1972).
Modèle d'univers. Ce sont ces découvertes [la fuite des galaxies et la loi de Hubble] qui ont permis de faire un tri dans la diversité des modèles d'Univers théoriquement possibles (Astron.1973).Le modèle d'univers le plus satisfaisant est décrit par un espace-temps de Riemann dont les propriétés géométriques sont reliées à la distribution de matière-énergie par les équations d'Einstein de la Relativité Générale (Mathieu-KastlerPhys.1983).
c) L'univers de + nom propre.Le modèle théorique de l'univers selon (tel ou tel savant). L'univers de Copernic, de Newton. Eddington démontra (1930) que l'univers statique d'Einstein n'est susceptible que d'un équilibre instable. O. Heckmann a étendu cette démonstration à tous les modèles d'univers proposés, y compris l'univers euclidien, infini, de Newton (Hist. gén. sc.,t. 3, vol. 2, 1964, p. 595).
L'univers + adj. dér. de nom propre.L'univers copernicien, einsteinien. Michelet pensait, sentait sous les espèces de l'organique; fils d'un âge auquel l'univers newtonien semblait donner le modèle achevé de la science, Fustel recevait ses métaphores de l'espace (M. Bloch, Apol. pour hist., 1944, p. 78).
2. Système planétaire ou galactique. Le tournoiement des nébuleuses, des univers en formation (Huyghe, Dialog. avec visible,1955, p. 219).Chacune [des nébuleuses spirales] paraît, en effet, constituer un univers analogue à notre Galaxie, avec ses étoiles, ses amas, ses masses absorbantes, etc. (Muller1990):
2. ... l'étoile de première grandeur alpha du Centaure plane à 10 trillions de lieues d'ici, Sirius à 39 trillons, l'Étoile Polaire à 100 trillions, Capella à 170 trillions. Or, ces soleils comptent parmi les plus proches. Au delà gisent d'autres univers, que la vision perçante du télescope commence à saisir dans les inaccessibles profondeurs de l'immensité. Flammarion, Astron. pop.,1880, p. 92.
[Dans un cont. métaph.] Hélas! que d'univers j'ai parcourus dans ces voyages de l'âme! (Sand, Lélia, 1833, p. 93).
Notre Univers. Notre galaxie. Nous ne pourrons compléter cette première ébauche du plan général de la galaxie qu'après avoir étudié les nébuleuses extragalactiques, dans lesquelles nous trouverons le véritable modèle de notre propre univers (Danjon, Cosmogr., 1948, p. 296).L'origine du temps de notre univers est estimée aux environs de dix milliards d'années au grand maximum (Furonds R. gén. sc.,t. 63, 1956, p. 43).
En compos. Univers-île. Système galactique autre que le nôtre. Curtis pensa que ces étoiles étaient analogues aux novae galactiques et déduisit de la comparaison des éclats que les nébuleuses blanches devaient être des univers-îles analogues à notre propre système (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 564).
C. − Le plus souvent p. hyperb., littér.
1. L'ensemble des parties du globe terrestre; en partic., la terre habitée. Synon. monde (v. monde1I C 1).Conquérir, dominer l'univers; être connu dans l'univers entier; au bout de l'univers. L'Amérique septentrionale est l'endroit de l'univers où les droits de l'homme sont le mieux connus (Chamfort, Max. et pens.,1794, p. 80).Saupoudrer l'univers de bombes atomiques, méthodiquement, kilomètre par kilomètre? Carroyage de précision? Beau progrès; mais on sait des moyens moins chers de se suicider (L. Febvre, Face au vent,[1946] ds Combats, 1953, p. 40).
Les limites, les extrémités de l'univers. Dès les premiers temps, les chrétiens, qui n'étaient encore qu'une infime minorité, se jugeaient comme ayant virtuellement atteint les limites de l'univers (Philos., Relig., 1957, p. 44-16).
2.
a) L'ensemble des hommes, la société des hommes vivant sur terre. Synon. monde (v. monde1II A 1).Il est connu de l'univers entier; les apôtres ont annoncé l'Évangile à tout l'univers. Tout l'univers paye des contributions, pour avoir de l'ordre et de la liberté dans le travail (Erckm.-Chatr., Ami Fritz,1864, p. 123).MmeBarrel donne à l'univers le spectacle édifiant de la simplicité dans la richesse (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 22).
Au su de l'univers; aux yeux de l'univers. V. héros II A 2 b ex. de Duhamel.
À tout l'univers. Le pauvre garçon, répliqua la vicomtesse, avouerait cela devant vingt personnes (...) Je le crierais à tout l'univers, dit l'avoué (Balzac, Gobseck,1830, p. 400).Érasme écrivait en latin, comme fait encore Spinoza; la moitié des écrits de Descartes (...) sont rédigés en latin. Ce qui s'écrivait en latin s'adressait à tout l'univers (Civilis. écr.,1939, p. 30-4).
De l'univers (2eélém. de superl. rel.). Avec la maison entière, je fis chorus au sujet de la princesse Flibustofskoï; je la reconnus pour la palatine la plus généreuse et la plus adorable de l'univers (Reybaud, J. Paturot,1842, p. 189).
En partic. Le monde civilisé. Les hivernants qui passent l'année entière séparés de l'univers dans les stations arctiques (Arts et litt.,1936, p. 84-5).
b) P. anal. Groupe organisé formé d'une multitude d'êtres. À chaque pas que l'homme fait, il écrase des univers, empêche l'éclosion d'un peuple innombrable d'infiniment petits (Zola, Fécondité,1899, p. 75).
II. − Courant
A. −
1. Ensemble particulier formé de choses ou d'êtres considérés dans leur totalité. Univers biologique, végétal; univers aérien; univers sonore. Je grattais mes cordes et j'entretenais un univers de vibrations (Arnoux, Suite var.,1925, p. 146).Paul Valéry écrivait, en 1929: Quant à l'univers de l'ouïe, les sons, les bruits, les voix, nous appartiennent désormais. Nous les évoquons quand et où il nous plaît (Disque Fr.,1963, p. 14).
En partic. La société des hommes telle qu'elle se présente à une époque donnée dans un milieu géographique et social déterminé. J'achève souvent le tour des murs de Rome à pied; en parcourant ce chemin de ronde, je lis l'histoire de la reine de l'univers païen et chrétien écrite dans les constructions , les architectures et les âges divers de ces murs (Chateaubr., Mém.,t. 3, 1848, p. 547).La version de Ptolémée en a fait [de l'Ancien Testament] un phénomène perceptible à l'univers grec. Elle préparait les voies au Christ. Elle lui faisait son lit (Civilis. écr.,1939, p. 30-3).
2.
a) Ensemble de personnes et/ou de choses (concrètes, abstraites) constituant l'environnement de quelqu'un; milieu dans lequel on vit. Univers hostile; univers familial. Ah! laisse-moi espérer que tu viendras vivre ici pour compléter mon univers, j'ai besoin d'être trop heureux! (Sand, M. Sylvestre,1866, p. 328).Un homme qui travaille, la pauvreté, l'avenir lentement fermé, le silence des soirs autour de la table, il n'y a pas de place pour la passion dans un tel univers (Camus, Peste,1947, p. 67).
Univers extérieur. Un homme qui ne perçoit point n'est pas livré à ses propres idées; bien plutôt il n'a plus d'idées; il dort. S'il rêve, c'est que l'univers extérieur l'attaque par quelque côté; c'est qu'il commence à percevoir (Alain, Propos, 1921, p. 299).
Univers immédiat. J'attendrai que, revenu des vanités mondaines, il jette de lui-même un regard ému sur ce qui l'entoure, sur son univers immédiat (Miomandre, Écrit sur eau,1908, p. 12).
b) Environnement naturel, milieu physique. Le voici revenu, pour n'en plus sortir, dans cet univers de montagnes pas trop hautes, de nappes d'eau pas trop vastes et de prairies fraîches (Bourget, Ét. angl.,1888, p. 132).Que d'horizons l'automne nous découvre! En été, un buisson rétrécissait notre univers. Une feuille nous cachait un monde. Au soleil de Novembre, l'œil s'emplit à éclater (Renard, Corresp.,1897, p. 182).
3.
a) Ensemble de personnes considérées dans leur environnement (matériel, psychologique, social, moral) et constituant une communauté à part. Univers hospitalier, scolaire. Les hasards et les malheurs de la guerre ont eu le privilège de rassembler des hommes de milieu et de culture différents, champ expérimental d'où sont nées quelques-unes des idées maîtresses de l'éducation populaire. Dans ces univers concentrationnaires, des vocations sont nées (Cacérès, Hist. éduc. pop.,1964, p. 143).Restriction des visites, activités insuffisantes, peu de possibilités de travail par manque d'encadrement: la dégradation de l'univers carcéral est largement dénoncée, y compris par les gardiens et le corps des visiteurs bénévoles (Le Monde,19 mai 1990, p. 12, col. 1).
b) Ensemble de personnes formant un groupe social, un milieu particulier. L'univers paysan; l'univers des lettres, des affaires. Ils ne se distinguent que par la diversité de ces uniformes qui les unissent en gros et les séparent si abruptement de l'univers bourgeois (Arnoux, Roi, 1956, p. 50).Composé en 1924, en pleine bagarre surréaliste, « Caravansérail » resta inédit jusqu'à l'an dernier (...) C'est un document pétillant de drôlerie sur le Paris des années vingt et le petit univers esthéticomondain où régnait Picabia (Le Point,23 févr. 1976, p. 110, col. 2).
B. − Au fig.
1.
a) Ce qui embrasse un champ d'activité, un domaine artistique, intellectuel, psychologique, moral. Univers affectif, psychique; univers de la sensibilité, des émotions, de la raison, du rêve; univers pictural (d'un artiste); univers poétique. Les rapports de l'intelligence et de la sensibilité avec l'univers entier des sensations et des images (Faure, Hist. art.,1909, p. 127).Il ne comprenait pas clairement ce qui lui arrivait. Il se sentait dans son droit. C'était son univers mental qui vacillait (Debatisse, Révol. silenc.,1963, p. 225).
− Domaine de la spéculation.Univers métaphysique, philosophique, théologique. Si la science positive se charge de dissiper les ténèbres extérieures, l'autre connaissance a surtout pour objet de dissiper les ténèbres intérieures. Cette définition emboîte le pas à la différenciation établie par Robert Amadou entre l'univers scientifique et le cosmos astrologique (Barbault, De psychanal. à astrol.,1961, p. 19).
L'univers de qqn. Sa perception, sa conception du monde. Quelque part d'illusion qu'il y ait dans l'univers de Blake, j'admire que cet homme (...) n'ait jamais renié ses visions et soit mort en chantant (Green, Journal,1942, p. 244).V. aussi infra III C psychol.
b) Système, ensemble d'objets abstraits formant un tout harmonieusement organisé. Univers mathématique. Ces techniques [romanesques] ont fini par constituer un système de conventions et de croyances très solide, cohérent, bien construit et bien clos: un univers ayant ses lois propres et qui se suffit à lui-même (Sarraute, Ère soupçon, 1956, p. 95).À lire les chroniques « féeriques et libertaires » qu'Arrabal consacre aux échecs dans l'Express et vient de réunir en volume, on dirait presque que le pape du sarcasme trouve plus de bonheur à nous guider dans l'univers échiquéen qu'à gérer la maison « Ubu et fils. Démolitions en tout genre » (L'Express, 11 oct. 1980, p. 95, col. 2).
2. Domaine, objet auquel on limite ses préoccupations, ses aspirations, ses pensées.On vient m'avertir pour aller à un conseil. Adieu, mon adorable amie, mon univers. Je baise mille et mille fois vos belles mains (Sénac de Meilhan, Émigré,1797, p. 1892).Tu es tout pour moi, mon univers, mon bonheur, le dieu que j'adore (Cottin, Cl. d'Albe,1799, p. 173).
III. − Spécialement
A. − LING., LOG. Univers du discours
1. LING. Ensemble des éléments (linguistiques et extralinguistiques) qui constituent les conditions de production d'un énoncé (d'apr. Rey Sémiot. 1979). Considéré du point de vue de l'univers du discours, un énoncé du type la terre tourne est anormal avant Copernic (Ling.1972).L'univers du discours peut être réaliste, imaginaire. Le dialogue suppose que l'interlocuteur accepte l'univers du discours du locuteur (ReySémiot.1979).
2. LOG. ,,Ensemble des idées, ou plus exactement des éléments et des classes logiques qui sont pris en considération dans un jugement ou un raisonnement`` (Lal. 1968). L'affirmation: « Aucun chien ne parle » est vraie dans l'Univers du discours de la Zoologie, mais non dans celui de la Fable (Lal.1968).Tel ou tel élément peut être vrai dans un univers du discours donné et inexact dans un autre (Legrand1972).
B. − MATH. Ensemble que l'on peut munir d'une probabilité. (Dict. xxes.).
C. − PSYCHOL. Univers (privé). ,,Ensemble des situations et des significations personnelles qu'un individu éprouve dans son existence, dans son environnement-pour-lui`` (Morf. Philos. 1980). Ce qu'on appelle l'égoïsme du vieillard n'est souvent qu'un repli sur le présent et sur une mémoire qui, désormais impuissante à créer un avenir, tourne en contemplation de soi. Cette involution modifie tout l'univers du vieillard (Mounier, Traité caract.,1946, p. 162).Chaque homme a son univers. L'univers privé [est] essentiellement marqué par l'affectivité personnelle (Mucch.Sc. soc.1969).Univers d'attitude. ,,Ensemble des limites à l'intérieur desquelles se situe l'attitude d'un individu`` (Lar. Lang. fr.).
D. − ROBOTIQUE ,,Portion d'espace dans laquelle le ou les robots doivent évoluer`` (Art.-Barr. Productique 1985). Univers esclave. ,,Espace multidimensionnel dans lequel s'insère tout ce qui concerne la partie esclave d'un système de téléopération`` (Art.-Barr. Productique 1985)
E. −
1. STAT. ,,Ensemble du groupe d'éléments dans lesquels on tire un échantillon`` (Méd. Biol. Suppl. 1982).
2. SOCIOL. Groupe social qu'on étudie, pour un problème donné, au moyen d'un échantillon représentatif. On parle d'univers d'une enquête par référence implicite à la manière dont un groupe déterminé vit, pense, agit, réagit, perçoit (Média1971).Un échantillon de consommateurs représente une partie de l'univers des consommateurs (Graw.1981).
IV. − TECHNOL. Grand univers
A. − PAPET. ,,Format de papier de 100 x 130 cm`` (Comte-Pern. 1984). ,,Format de carton de 100 x 148 cm`` (Comte-Pern. 1984).
B. − LITHOGR. Le format « grand univers » des pierres lithographiques employées dans le commerce est de: 103 x 135 centimètres (Chelet, Lithogr.,1933, p. 25).
Prononc. et Orth.: [ynivε:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. Adj. 1. ca 1175 universe monde « le monde entier, l'univers » (Thomas de Kent, Le Roman de toute chevalerie, éd. B. Foster et I. Short, 7875), expr. cour. jusqu'au xvies. le monde univers (Hug.); 2. xiiies. universe « tout entier, complet » (Dialogue de l'âme et de la raison, éd. F. Bonnardot ds Romania t. 5, p. 299: universe genz, eingimis sor moi [trad. du lat. ingemiscite super me, universum gentis]). II. Subst. A. 1. a) 1543 « la Terre habitée tout entière » (Marot, Epître LVI, 84, éd. C. A. Mayer, t. 1, p. 276: Par l'univers, le monde me lira); b) 1550 p. méton. « les habitants de la Terre, l'ensemble des hommes » (Ronsard, Œuvres compl., éd. P. Laumonier, t. 1, p. 135: un vers Qui raconte à l'univers Ton los); 2. 1550 « l'ensemble de ce qui existe » (Id., ibid., t. 3, p. 6); 3. a) 1588 « ensemble des divers systèmes de planètes et d'étoiles » (Montaigne, Essais, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, II, 12, p. 532: toutes les pieces de l'univers); b) 1948 expansion de l'Univers (Danjon, Cosmogr., p. 298). B. 1. Système, tout organisé a) 1552 dans le domaine affectif, intellectuel, moral (Ronsard, op. cit., t. 4, p. 40: L'ennuy, le soing, et les pensers ouvers [...] Ont façonné [...] Dedans mon cuœur l'amoureux univers), rare av. le xviiies. 1722 (Marivaux, Le Spectateur fr. in Journaux et œuvres diverses, éd. F. Deloffre et M. Gilot, p. 148: les Anciens avaient [...] tout un autre univers que nous [sur le plan des idées, des mœurs, des sentiments]); 1751 (D'Alembert, Discours préliminaire ds Encyclop. t. 1, p. XV: l'univers littéraire); b) 1578 dans le domaine matériel, physique (Ronsard, op. cit., t. 17, p. 212: chef [= tête], petit Univers, qui monstres par effait Que tu as du grand Tout parfaite cognoissance [ici, p. réf. au microcosme et au macrocosme]); 2. 1671 « l'endroit, le milieu dans lequel on vit » (La Fontaine, Le Songe de Vaux ds Œuvres diverses, éd. P. Clarac, p. 112: [Neptune] dieu du liquide Univers); 1747 (Mmede Grafigny, Lettres d'une jeune Péruvienne, éd. 1821, p. 169: ce petit univers [affaires, famille, maison]); 3. 1758 « ce qui est le tout, l'essentiel pour quelqu'un » (Colardeau, Lettre d'Héloïse à Abailard, p. 11: mon Univers, mon Dieu, je trouvois tout dans toi). C. 1. a) 1932 log. univers du discours (Lal. t. 2 1932); b) 1972 ling. univers du discours (Ling.); 2. a) 1968 psychol. sociale « totalité des éléments qui répondent à tous les critères déterminés dans le domaine que l'on étudie » (Lar. encyclop. Suppl.); b) 1968 « ensemble des personnes sur lesquelles portera l'enquête après détermination de leurs caractéristiques » (ibid.); c) 1968 univers d'attitude (ibid.); 3. 1972 math. « ensemble que l'on peut munir d'une probabilité » (La Gde encyclop., Paris, Larousse, t. 2, p. 348, s.v. aléatoire). D. 1904 papet. grand univers (Nouv. Lar. ill.). I empr. au lat. class. universus « tout entier, considéré dans son ensemble, général, universel », propr. « tourné de manière à former un ensemble, un tout », comp. de uni- (unus « un ») et versus, part. passé de vertere « tourner, faire tourner ». Au sens 1, cf. l'expr. lat. universus mundus « le monde entier, l'univers » (Cicéron ds TLL III, 2084, 10-11). II empr. au lat. class. universum neutre subst. de universus « ensemble, totalité; somme des choses existantes, univers ». Au sens C 1 a, empr. à l'angl. universe of discourse (1846 A. de Morgan d'apr. Lal., v. aussi NED Suppl.2, s.v. universe); au sens C 2 a, cf. l'angl. universe, terme de stat. (1911 Yule ds Ned Suppl.2); au sens D, p. réf. à un format de papier inférieur dénommé grand monde (1723 Savary ds FEW t. 6, 3, p. 219b). Fréq. abs. littér.: 7 022. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 10 275, b) 4 326; xxes.: a) 8 559, b) 13 630.

Wiktionnaire

Adjectif - ancien français

univers \Prononciation ?\ masculin

  1. Entier.
    • de cels qui precherent Jhesu Crist e porterent ses paroles par universe mund — (Sermon sur Joshua, Trinity College Library, Cambridge, ms. O.2.14)
    • par universe monde — (idem, ms. 19525 français de la Bnf)

Nom commun - français

univers \y.ni.vɛʁ\ masculin, singulier et pluriel identiques

  1. Le monde entier, l’ensemble de tout ce qui existe.
    • La prière, c’est […] une sorte de tapage doublé de flagornerie. Ainsi en jugent […] les rationalistes qui affirment que rien n’est aussi absurde que de s’adresser à un Dieu immuable pour lui demander de bouleverser les lois de son univers en notre faveur. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 248)
    • Rôde-t-il de par l’univers je ne sais quel dieu de la malédiction et du carnage ayant pouvoir à de certaines heures d’arracher de la vie les fils aînés de la famille humaine taillés pour lui faire obstacle? — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • Selon la plupart des scientifiques, l’univers existe depuis environ treize milliards d’années ; la Terre depuis quatre milliards et demi, et la vie depuis environ trois milliards d'années. — (L’insoutenable légèreté du darwinisme, dans Le Québec sceptique, n°60, pp.40-47, été 2006)
    • Mais dans les univers courbés du second système einsteinien, des boucles temporelles pourraient autoriser une certaine exploration du passé, sans condition de vitesse, le principe de causalité étant dans ce cas invalidé. — (Jacqueline Sessa, Du mouvement dans l'espace au déplacement du temps : l'Uchronie, dans le recueil Le cours du temps, ‎Centre d'études comparatistes/Université de Saint-Étienne, 1998, page 13)
  2. (Vieilli) Notre galaxie, la Voie lactée, et par extension toute autre galaxie.
    • Mais l’on disputait toujours de leur véritable nature : nébuleuses gazeuses, nuages de matière ou atmosphères d’étoiles à haute température ; ou bien vrais univers, confédérations stellaires analogues à la Voie Lactée, distinctes d’elle? — (André Georges, L’Univers humain : Naissance des mondes in « Études, Revue catholique d’intérêt général », 1939)
    • Remarquons, d’autre part, que les nébuleuses extragalactiques, qui sont des univers analogues au nôtre (univers-îles), possèdent elles aussi leurs novæ ordinaires. Elles ont les mêmes propriétés que les novæ de notre Voie Lactée. — (Annuaire pour l’an 1954, Le Bureau des longitudes, ca. 1953)
  3. (Par métonymie) Ensemble du globe terrestre.
    • La grande Limagne ! N’est-elle pas l’une des plus féconde plaine de l’univers ? — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • L'univers ne s'étendait pas, pour moi, beaucoup au-delà du quai Malaquais, où j'avais commencé de respirer le jour, comme dit cette tendre vierge d'Albe. — (Anatole France, Pierre Nozière ; livre 1 : Enfance, ch. I, 1899)
  4. (En particulier) Ensemble des habitants de la planète.
    • Tu mettrais l’univers entier dans ta ruelle,
      Femme impure ! L’ennui rend ton âme cruelle.
      — (Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal,)
    • […], il se senti assez fort pour lancer un cartel à l’univers. Sa personnalité s’enflait. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 31)
    • […], Bert se rendit compte de l’immense tragédie qui ébranlait l’humanité, […] ; il comprit qu’arrivait une époque où l’univers se désorganisait effroyablement, où c’en était fini de la sécurité, de l’ordre, de l’habitude… — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 392 de l’édition de 1921)
  5. Ensemble de ce qui constitue le monde des personnages dans une œuvre de fiction.
    • L’univers de Jules Verne.
    • Ce qui se passe dans ce jeu, c’est grave. C’est grave. Et en plus, si on est fan de l’univers de Batman, mais… jouer à ce jeu, … c’est aussi plaisant que de se prendre un concombre dans le cul. — (Joueur du Grenier, Batman & Robin - Playstation, 18 mai 2011)
  6. Groupe organisé formé d’une multitude d’êtres.
    • À chaque pas que l’homme fait, il écrase des univers, empêche l’éclosion d’un peuple innombrable d’infiniment petits. — (Émile Zola, Fécondité, 1899, p. 75)
    • Pour les non-baiseuses, toutes les baiseuses sont des salopes, mais ce n'est pas ce genre de dénonciation qui rendra l’univers des chastes plus attrayant. — (Christian Coffinet, La jambe de mon père, Éditions Jean-Claude Lattès, 1977)
    • Cette anthropologie approximative du peuple satyresque laisse de côté l'embarrassante question des satyreaux, dont on se demande comment ils ont bien pu être engendrés dans cet univers sans femmes: […]. — (Françoise Lavocat, La syrinx au bûcher: Pan et les satyres à la Renaissance et à l'âge baroque, Librairie Droz, 2005, page 357)
  7. Ensemble de personnes considérées dans leur environnement (matériel, psychologique, social, moral) et constituant une communauté à part.
    • L’univers hospitalier, scolaire.
  8. Ensemble de personnes formant un groupe social, un milieu particulier.
    • « Au niveau » est certes déjà une vieille connaissance, et même une vieille tarte à la crème, puisque l'expression fit irruption dans l’univers branchouillard voilà une bonne vingtaine d'années. — (Pierre Merle, Le nouveau charabia: le français est une langue étrangère!, Milan, 2005, p.192)
  9. Ce qui embrasse un champ d’activité, un domaine artistique, intellectuel, psychologique, moral.
    • Enfin, dans l’univers du web 2.0, en particulier autour des blogs, on a vu se développer la pratique d'une indexation publique et collective ou « partagée » autour des tags. — (Alain Giffard, Bernard Stiegler & Christian Fauré, Pour en finir avec la mécroissance : Quelques réflexions d'Ars industrialis, Éditions Flammarion, 2009, chap. 12)
  10. Système, ensemble d’objets abstraits formant un tout harmonieusement organisé.
    • Cette Antigone voyoute pourrait courir toutefois le risque d'énoncer un univers d’indifférenciation où l'ordre légal et la transgression s’égaleraient sur un seuil éthique au-delà du bien et du mal, […]. — (Rose Duroux, Les Antigones contemporaines: de 1945 à nos jours, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2010, page 310)
  11. (Mathématiques) (Par métonymie) Ensemble des issues possibles, résultats d’une expérience aléatoire.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

UNIVERS (u-ni-vêr ; l's ne se lie pas) s. m.
  • 1Le système illimité de planètes, de comètes, de satellites, de soleils, d'étoiles, disséminés dans l'espace, système qui semble tourner autour de nous. En mesurant les cieux sans bouger d'ici-bas, Il [Démocrite] connaît l'univers et ne se connaît pas, La Fontaine, Fabl. VIII, 26. En regardant l'homme sans lumière, abandonné à lui-même, et comme égaré dans ce recoin de l'univers, sans savoir qui l'y a mis, Pascal, Pens. XI, 8, édit. HAVET. L'univers est-il infini ? on me le dit, mais qui me le prouvera ? Voltaire, Princ. d'action, 4. L'univers est l'ensemble de tous les êtres créés ; cet ensemble est systématique ou harmonique ; il ne s'y trouve pas une seule pièce qui n'ait sa raison dans le tout, Bonnet, Paling. XXI, 8. L'univers est un espace immense où il n'y a point de désert, Condillac, Art de rais. v, 10. Il [Kepler] partageait l'univers en trois régions principales : la première est celle qu'occupe le corps du soleil… la seconde s'étend depuis le soleil jusqu'à Saturne … enfin la troisième commence à Saturne, et passe au delà des fixes, Bailly, Hist. astr. mod. t. II, p. 115. L'univers s'est prodigieusement agrandi pour nous ; et l'on peut, au gré de son imagination, en étendre indéfiniment les bornes, Delambre, Abr. astron. Leçon X.
  • 2Particulièrement, le système solaire, avec ses planètes et leurs satellites, dit aussi monde, quand on oppose le monde à l'univers. Qu'il [l'homme] se regarde comme égaré dans ce canton détourné de la nature, et que, de ce petit cachot où il se trouve logé, j'entends l'univers, il apprenne à estimer la terre, les royaumes, les villes et soi-même à juste prix, Pascal, Pens. I, 1, édit. HAVET. Notre corps, qui tantôt n'était pas perceptible dans l'univers, imperceptible lui-même dans le sein du tout, Pascal, ib. On veut que l'univers ne soit en grand que ce qu'une montre est en petit, et que tout s'y conduise par des mouvements réglés qui dépendent de l'arrangement des parties, Fontenelle, Mondes, 1er soir. Cet univers si vaste à notre faible vue, Et qui n'est qu'un atome, un point dans l'étendue, Voltaire, Épît. 44. Il y a cette différence entre le monde et l'univers, que l'univers est infini, Diderot, Opin. des anc. philos. (stoïcisme). Et le jeune univers commençant ses beaux jours, Et le premier hymen et les premiers amours, Delille, Imag. v.
  • 3La terre ou une grande partie de la terre. Au bout de l'univers. Colombo, frappé des entreprises des Portugais, conçut qu'on pouvait faire quelque chose de plus grand, et, par la seule inspection d'une carte de notre univers, jugea qu'il devait y en avoir un autre, Voltaire, Mœurs, 145. À quels maîtres, grands dieux, livrez-vous l'univers ! Voltaire, Triumv. I, 1. Faites régner le prince et le Dieu que je sers Sur la riche moitié d'un nouvel univers, Voltaire, Alz. I, 1.
  • 4Les habitants de la terre. Cette longue tranquillité [du règne de Cromwell] qui a étonné l'univers, Bossuet, Reine d'Anglet. Voilà, messieurs, les spectacles que Dieu donne à l'univers et les hommes qu'il y envoie, quand il y veut faire éclater, tantôt dans une nation, tantôt dans une autre, sa puissance et sa sagesse, Bossuet, Louis de Bourbon. J'ai vengé l'univers autant que je l'ai pu, Racine, Mithr. v, 5. L'univers ayant souffert ce monstre [Néron] pendant quatorze ans, Montesquieu, Goût, Surprise. Il faut un nouveau dieu pour l'aveugle univers, Voltaire, Fanat. II, 5. Hors le seul objet qui m'occupe, l'univers n'est plus rien pour moi, Rousseau, Confess. I. Depuis une heure, uniquement occupé de Julie, j'avais oublié l'univers, Genlis, Veillées du château t. I, p. 316.
  • 5 Par exagération, la société au milieu de laquelle on vit, le monde. Célimène : Mais de tout l'univers vous devenez jaloux. - Alceste : C'est que tout l'univers est bien reçu de vous, Molière, Mis. II, 1. À voir la sérénité qui reluisait sur son front auguste, eût-on soupçonné que ce grand roi [Louis XIV], en retournant à Versailles, allât s'exposer à ces cruelles douleurs où l'univers a connu sa piété, sa constance et tout l'amour de ses peuples ? Bossuet, Louis de Bourbon. Un déluge d'écrits, tant en prose qu'en vers, Qui vont à mes dépens réjouir l'univers, Destouches, Phil. marié, v, 1. Il [le P. Castel] a déjà écrit plusieurs brochures pour rassurer l'univers, pour éclairer l'univers ; imitez l'univers, monsieur, et ne lui répondez point, Voltaire, Lett. Rameau, mars 1738. Je déclare, non pas à l'univers à qui le P. Castel s'adressait toujours, mais à quelques gens de lettres qui font la plus petite partie de l'univers, que…, Voltaire, Odes, 12. Réponds donc : - L'univers doit venger mes injures, L'univers me contemple, et les races futures Contre mes ennemis déposeront pour moi. - L'univers, mon ami, ne pense point à toi, L'avenir encor moins, Voltaire, la Vanité. On peut faire une chanson sur elle ; Cela vaut mieux qu'un livre, et court tout l'univers, Gresset, le Méch. II, 3. Pour Mme de Miranda, elle voudrait marier tout l'univers, Riccoboni, Œuvres, t. VI, p. 29, dans POUGENS.
  • 6 Fig. Domaine matériel, intellectuel ou moral, comparé à l'univers. Les polypes sont placés sur les frontières d'un autre univers qui aura un jour ses Colombs et ses Vespuces, Bonnet, Contempl. nat. Œuv. t. VIII, p. 181, dans POUGENS. Les lieux que j'ai parcourus avec elle [Corinne], la musique que nous avons entendue ensemble, les tableaux qu'elle m'a fait voir, les livres qu'elle m'a fait comprendre, composent l'univers de mon imagination, Staël, Corinne, II, 2. Et pour lui [un campagnard] l'univers s'étendait de la pente Où sous ces peupliers son beau fleuve serpente, Jusqu'à ces monts voisins…, Lamartine, Harm. II, 12.

HISTORIQUE

XVe s. Au salut des universes terres, Christine de Pisan, Charles V, I, 5.

XVIe s. Au roy du ciel et du monde univers, Marot, I, 397. Et tant qu'ouy et nenni se dira, Par l'univers le monde me lira, Marot, II, 221. Un pretendant et aspirant à l'empire univers ne peut tousjours avoir ses aises, Rabelais, I, 33.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

UNIVERS, s. m. (Phys.) nom collectif, qui signifie le monde entier, ou l’assemblage du ciel & de la terre avec tout ce qui s’y trouve renfermé. Les Grecs l’ont appellé τὸ πᾶν, le tout, & les Latins mundus. Voyez Monde, Ciel, Terre, Système, &c.

Plusieurs philosophes ont prétendu que l’univers étoit infini. La raison qu’ils en donnoient, c’est qu’il implique contradiction de supposer l’univers fini ou limité, puisqu’il est impossible de ne pas concevoir un espace au-dela de quelques limites qu’on puisse lui assigner. Voyez Espace.

D’autres pour prouver que l’univers est fini, leur opposent ces deux réflexions.

La premiere, que tout ce qui est composé de parties, ne peut jamais être infini, puisque les parties qui le composent sont nécessairement finies, soit en nombre, soit en grandeur ; or si ces parties sont finies, il faut que ce qu’elles composent soit de même nature.

Seconde réflexion : si l’on veut que les parties soient infinies en nombre ou en grandeur, on tombe dans une contradiction, en supposant un nombre infini : & supposer des parties infiniment grandes, c’est supposer plusieurs infinis ; dont les uns sont plus grands que les autres : c’est ce que l’on peut passer aux mathématiciens, qui ne raisonnent sur les infinis que par supposition ; mais on ne peut pas passer la même chose aux philosophes dans une question de la nature de celle-ci. Chambers.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « univers »

Lat. universus, tout entier, universum, l'univers, de unus, un, et vertere, tourner : rassemblé, mis en un. Primitivement univers est adjectif, conformément à l'étymologie.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1694) Emprunté au latin universum de même sens, dérivé de l’adjectif universus (« tourné d’un seul élan vers » au pluriel et « tous ensemble » au neutre singulier, traduction du grec τό ὅλον « le tout », « l'univers » ), lui-même composé de uni- (« un ») et versum (« tourner ») - un univers est « uni vers », « versé dans une même direction », « tourné vers un but commun ». Ce qu’il « en retourne d’un univers, c’est son unité ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « univers »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
univers ynivɛr

Citations contenant le mot « univers »

  • Le néant, c'est l'univers sans moi. De André Suarès
  • Otez le genre humain, l'univers est sans témoins. De Antoine de Rivarol
  • Souvenez-vous que chacun vit dans son univers. De Olivier Lockert
  • Seul un regard peut créer l'univers. De Christian Morgenstern / Borne kilométrique
  • La religion est l'intuition de l'univers. De Friedrich Schleiermacher / Discours sur la religion
  • L’univers est suspendu à un baiser, l’univers tient dans un baiser. De Zalman Chneour / Avec le coucher du soleil
  • Chaque âme représente exactement l'univers tout entier... De Leibniz
  • […] la fonction essentielle de l'univers, qui est une machine à faire des dieux. Henri Bergson, Les Deux Sources de la morale et de la religion, P.U.F.
  • C'est l'univers qui doit être interrogé tout d'abord sur l'homme et non l'homme sur l'univers. André Breton, Le Surréalisme et la Peinture, Gallimard
  • L'univers n'est qu'une manière totale de ne pas être ce qui est. Paul Claudel, Art poétique, Mercure de France
  • Je suis maître de moi comme de l'univers : Je le suis, je veux l'être. Pierre Corneille, Cinna, V, 3, Auguste
  • Périsse l'Univers, pourvu que je me venge ! Savinien de Cyrano de Bergerac, La Mort d'Agrippine Rodogune de Corneille
  • Si l'on bannit l'homme de dessus la surface de la terre, ce spectacle pathétique et sublime de la nature n'est plus qu'une scène triste et muette. L'univers se tait ; le silence et la nuit s'en emparent. Denis Diderot, Encyclopédie
  • Nous sommes l'univers entier. Vrai ou faux, j'aime ce système qui m'identifie avec tout ce qui m'est cher. Denis Diderot, Lettres, à Falconet
  • Imaginez l'univers sage et philosophe ; convenez qu'il serait diablement triste ! Denis Diderot, Le Neveu de Rameau
  • C'est en se débarrassant de son opacité que l'univers se fond dans l'homme. Max Ernst, Écritures, Gallimard
  • Les spéculations purement intellectuelles dépouillent l'univers de son manteau sacré. Jean Giono, Les Vraies Richesses, Grasset
  • Pour expliquer un brin de paille, il faut démonter tout l'univers. Remy de Gourmont, Le Chemin de velours, Mercure de France
  • L'univers, ce qui est l'exception de soi. Alfred Jarry, Gestes et opinions du Dr. Faustroll, pataphysicien, Fasquelle
  • Il connaît l'univers et ne se connaît pas. Jean de La Fontaine, Fables, Démocrite et les Abdéritains
  • L'homme n'est qu'un roseau, le plus faible de la nature ; mais c'est un roseau pensant. Il ne faut pas que l'univers entier s'arme pour l'écraser : une vapeur, une goutte d'eau suffit pour le tuer. Mais, quand l'univers l'écraserait, l'homme serait encore plus noble que ce qui le tue, parce qu'il sait qu'il meurt, et l'avantage que l'univers a sur lui ; l'univers n'en sait rien. Blaise Pascal, Pensées, 347 Pensées
  • Tout l'univers est plein de sa magnificence. Jean Racine, Athalie, I, 4, le chœr
  • L'univers entier se conduirait par une seule loi, si cette loi était bonne. Donatien Alphonse François, comte de Sade, dit le marquis de Sade, Aline et Valcour
  • L'esprit est peut-être un des moyens que l'Univers s'est trouvé pour en finir au plus vite. Paul Valéry, Mélange, Gallimard
  • L'univers m'embarrasse, et je ne puis songer Que cette horloge existe et n'ait pas d'horloger. François Marie Arouet, dit Voltaire, Satires, les Cabales
  • A esprit libre, univers libre. De Koan zen
  • L'univers est un immense livre. De Mohyddin Inb Arabi
  • L'univers de chacun est universel. De Eugène Ionesco / Journal en miettes
  • L’univers existe pour que j’existe. De Amélie Nothomb / Le Sabotage amoureux
  • Autrui, pièce maîtresse de mon univers. De Michel Tournier / Vendredi ou les limbes du Pacifique
  • Nous sommes des univers passagers dans l'univers qui s'éternise. De Régis Jauffret / Univer, univers
  • « Ce travail nous offre tout simplement l’histoire de l’expansion de l’Univers la plus complète à ce jour », a souligné l’un des chercheurs, Will Percival, de l’université de Waterloo. Le Monde.fr, Des astrophysiciens dévoilent la plus grande carte en 3D de l’Univers jamais réalisée
  • L’expansion de l’univers, depuis le Big Bang, a été le sujet de nombreuses théories scientifiques. Et grâce à diverses études réalisées au fil du temps, nous savons maintenant qu’à un moment donné, cette expansion s’est accélérée, pour ne plus cesser. Fredzone, Une carte tridimensionnelle de l'univers désormais disponible
  • Illustris, la simulation d'un bout d'univers, révèle les secrets des galaxies Futura, Rare : une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA
  • Lundi 20 juillet 2020, des astrophysiciens du monde entier ont publié la plus grande cartographie 3D de l'univers jamais réalisée. Pour cela, plus de quatre millions de galaxies et de quasars ont été analysés, dans le cadre du projet Sloan Digital Sky Survey. Entretien avec Jean-Paul Kneib, astrophysicien, à l'origine de ces travaux. Techniques de l'Ingénieur, Cartographie 3D de l'univers : seulement un début pour l’astrophysicien Jean-Paul Kneib | Techniques de l'Ingénieur

Images d'illustration du mot « univers »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « univers »

Langue Traduction
Anglais universe
Espagnol universo
Italien universo
Allemand universum
Chinois 宇宙
Arabe كون
Portugais universo
Russe вселенная
Japonais 宇宙
Basque unibertsoa
Corse universu
Source : Google Translate API

Synonymes de « univers »

Source : synonymes de univers sur lebonsynonyme.fr

Univers

Retour au sommaire ➦

Partager