La langue française

Truand, truande

Définitions du mot « truand, truande »

Trésor de la Langue Française informatisé

TRUAND, -ANDE, subst.

A. −
1. HIST. [Au Moy. Âge et sous l'Ancien Régime] Membre d'une communauté de voleurs, de mendiants professionnels. Synon. argotier (v. ce mot A).Roi des truands. Il faut que tu épouses une truande ou la corde. (...) holà! femmes, femelles, y a-t-il parmi vous, depuis la sorcière jusqu'à sa chatte, une ribaude qui veuille de ce ribaud? (Hugo, N.-D. Paris, 1832, p. 110).Ce Willette, une tête moyenâgeuse, une tête de mauvais truand de la Cour des Miracles (Goncourt, Journal, 1895, p. 734).V. aigrefin ex. 2.
Empl. adj. Propre à ce type de communauté, qui en fait partie. Nous devons dire à l'honneur de la discipline truande que les ordres de Clopin furent exécutés en silence et avec une admirable précision (Hugo, N.-D. Paris, 1832, p. 469).Je ne sais quelle pouillasserie de ville du moyen âge, initiée aux bienfaits du suffrage universel, mais qui ne peut se défaire de son vieux fond truand (Rolland, J.-Chr., Foire, 1908, p. 650).V. cagou B ex. de Hugo, gueuserie ex. 1.
2. P. ext., pop., vieilli. Personne qui vit de mendicité. Synon. gueux, mendiant, mendigot (pop.), vagabond.C'est une grosse truande (Ac.). Le Louvre est encombré tout l'hiver par des bandes de truands qui assiègent les bouches de chaleur et donnent au Salon Carré l'aspect déplaisant d'un Asile de nuit (Réau, Archives, bibl., musées, 1909, p. 20).
B. − Subst. masc.
1.
a) Homme du milieu, voleur, voyou. Truands du quartier. C'est l'écoute téléphonique d'un trafiquant qui, voici deux ans, a mis la puce à l'oreille du contrôleur général François Le Mouël (...). Le truand branché fait état de relations bien placées qui lui évitent de se laisser piéger (L'Express, 12 févr. 1982, p. 66, col. 2).
Au fém., rare. Avant d'être truande, j'ai été Guide de France (A. Sarrazin, La Cavale, 1962, p. 313 ds Rob. 1985).
En compos. Selon lui [l'inspecteur Roux], le téléphone de Guy Simoné, ce policier-truand organisateur de l'assassinat de Jean de Broglie, était, avant le meurtre, tout comme celui de Bernard Andréle premier tueur pressenti par les assassins, sur table d'écoute (Le Nouvel Observateur, 19 juill. 1980, p. 30, col. 1).Le fusil, c'est celui qui devait permettre au truand-indicateur de police Serge Gehrling de tuer Pierre de Varga, considéré comme l'un des instigateurs de l'assassinat de Jean de Broglie (Le Nouvel Observateur, 3 oct. 1981, p. 52, col. 2).
b) P. ext. Personne sans scrupules qui abuse de la confiance ou de la naïveté d'autrui; en partic., commerçant malhonnête. Synon. arnaqueur, bandit (v. ce mot B), escroc.Comportement, mentalité de truand; être un vrai truand. Le vrai [chauffeur] truand considère l'arnaque comme étant l'armature du métier (...) De plus, notre truand met une brillante émulation à fronder la police (Simonin, J. Bazin, Voilà taxi!1935, p. 106).
2. Plais., fam. [Avec une nuance affectueuse ou admirative] Personne débrouillarde, qui sait profiter de la vie. Synon. bandit (v. ce mot C 2), chenapan, vaurien.Vous êtes de fameux truands tous les deux. À onze heures moins vingt, vous vous balladez [sic] encore en liquette et en calbard (Fallet, Banl. Sud-Est, 1947, p. 28).
Ce truand de + subst. ou nom propre.Et ce formidable truand de Philippe Bridau, avec son regard bleu d'acier « qui plombe les imbéciles » (Coppée, Vingt contes nouv., 1883, p. 47).
Prononc. et Orth.: [tʀyɑ ̃], fém. [-ɑ ̃:d]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. a) Ca 1165 trüant, trüande « celui (celle) qui vagabonde, qui mendie » ([Chrétien de Troyes], Guillaume d'Angleterre, éd. M. Wilmotte, 575 et 648); ca 1250 trüant « homme de rien » (terme d'injure) (Doon de Mayence, éd. A. Pey, 6176); b) 1188 adj. « misérable, méprisable » (Florimont, 2613 ds T.-L.). D'un gaul. *trūganto « mendiant, vagabond » que l'on restitue d'apr. l'irl. trôgán, dimin. de truag « malheureux », gall. tru (d'où aussi a. prov. truan « celui qui vagabonde, qui mendie » (xiie-xiiies. ds Rayn. et Levy Prov.), esp. truhán « bateleur », port. truão « id. »). Fréq. abs. littér.: 111.
DÉR. 1.
Truandaille, subst. fém.a) Pop., vieilli. Synon. de truanderie (v. ce mot A 2 a).Un ramassis qui ne compte pas, gens de métier, artisans ou truandaille (Cendrars, Homme foudr., 1945, p. 241).P. ext., péj. Ramassis de gens méprisables ou considérés comme tels. Synon. canaille, racaille.Quelques gifles retentissantes, sur les faces de quelques gourmets d'étrons, n'expliquent pas assez l'unanime détestation de la truandaille (Bloy, Journal, 1893, p. 88).P. méton. Canaillerie, débauche grossière. V. godaille ex. de Barrès.b) Pop. Synon. de truanderie (v. ce mot B 1 b).La crise du logement, personne n'en souffre plus que la truandaille (...). Le fatal meublé le guette [le truand en fuite] (Simonin, Touchez pas au grisbi, 1953, p. 81).c) Littér. Caractère fourbe de quelqu'un. La lumière jette une sorte de pourpre sur la truandaille des hommes (Suarès, Voy. Condottière, t. 2, 1932, p. 35). [tʀyɑ ̃dɑ:j]. Att. ds Ac. dep. 1694. 1reattest. xiiies. « gens qui mendient la plus vile populace » (La Riote du monde, ms. Berne 113, fo201b ds Gdf.); de truand, suff. -aille*.
2.
Truander, verbe.a) Empl. intrans. α) Vieilli. Vivre de mendicité; p. ext., se comporter en mendiant. Synon. gueuser.Aussi demandai-je au roi Louis de m'armer chevalier et de me donner une épée, car il ne m'était point séant de truander (Arnoux, Abisag, 1919, p. 228). β) Fam. Enfreindre une règle, un usage; tricher. Soldat qui essaie toujours de truander pour échapper aux corvées. Élève qui truande en composition (Lar. Lang. fr.). b) Empl. trans., fam. α) Tromper quelqu'un en abusant de sa confiance ou de sa naïveté. Il nous a truandés avec ses boniments (Lexis1975). β) En partic. Voler, escroquer. Se faire truander. Ce commerçant truande ses clients (Rob. 1985). [tʀyɑ ̃de], (il) truande [-ɑ ̃:d]. Att. ds Ac. dep. 1694. 1reattest. ca 1165 « gueuser, vagabonder, mendier » ([Chrétien de Troyes], Guillaume d'Angleterre, éd. M. Wilmotte, 598); de truand, dés. -er.

Wiktionnaire

Adjectif

truand \tʁy.ɑ̃\ masculin

  1. Relatif aux truands, aux gueux.
    • Je ne sais quelle pouillasserie de ville du moyen âge, initiée aux bienfaits du suffrage universel, mais qui ne peut se défaire de son vieux fond truand. — (Romain Rolland, J.-Chr., Foire, 1908)

Nom commun

truand \tʁy.ɑ̃\ masculin

  1. (Désuet) Vagabond, mendiant, fainéant.
    • Il courait éperdu sur la galerie. Notre-Dame allait être enlevée par les truands. — (Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, 1831)
    • Un soir, au moment où le couvre-feu sonnait à tous les beffrois de Paris, les sergents du guet, s'il leur eût été donné d'entrer dans la redoutable cour des Miracles, auraient pu remarquer qu'il se faisait dans la taverne des truands. — (Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, page 219, Eugène Hugues à Paris, 1832)
    • Les truands se dissimulaient dans toutes les encoignures des maisons, et gare au bon bourgeois cousu d'or, qui rentrait trop tard chez lui. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 43)
  2. Malfaiteur, criminel.
    • Envoyé à la prison du Cherche-Midi puis au camp de Cepoy, Chamberlin y fait la connaissance de truands encore en herbe comme Pierre Loutrel — bientôt on l'appellera Pierrot-le-Fou — et Georges Brahim — alias Jo Attia. — (Renaud de Rochebrune & Jean Claude Hazera, Les patrons sous l'Occupation, Odile Jacob, 1995, page 202)
    • Des truands d’autant plus imprévisibles qu’ils n'obéissent plus maintenant à aucune règle, d’autant plus dangereux qu’ils ont la gâchette facile, de plus en plus facile. — (Jean Rolland, Les mousquetaires du Prado, Éditions Pierre Téqui, 2003)
    • Mais cette ex-prostituée fréquentait aussi Henri Lafont, un caïd parisien qui avec toute une bande de truands placés sous ses ordres, servait de supplétif aux Allemands dans de multiples trafics de marché noir et aussi pour la traque des résistants. — (Jean-Pierre Fontaine, Les nouveaux mystères de l'Yonne, Éditions de Borée, 2007)

Adjectif

truand \Prononciation ?\

  1. Misérable, miséreux.
    • Toute France [il] a cerchie [parcourue] come tapins truanz. — (Sax. XIIe s.)
  2. Misérable, méprisable.
    • Tro bien sembles truans et pautonnier. — (Raoul de C. 280, XIIe s.)
  3. Mendiant.
    • El [la fortune] les veskiès [évêchés] done as truans,
      Et les boins clers fait pain querans.
      — (Fl. et bl. 2515, XIIIe s.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

TRUAND (tru-an, an-d') s. m.
  • 1Vaurien, vagabond qui mendie par fainéantise. Tais-toi, truand, pied plat, cagou, bigot ! Scarron, D. Japh. d'Arménie, III, 21. Ah ! truande, as-tu bien le courage De m'avoir fait cocu dans la fleur de mon âge ? Molière, Sganar. IX.
  • 2 S. m. Marchepied du métier de tisserand.

HISTORIQUE

XIIe s. Toute France [il] a cerchie [parcourue] come tapins truanz, Sax. v. Tro bien sembles truans et pautonnier, Raoul de C. 280.

XIIIe s. Quant ge voi tous nus ces truans Trembler, sor ces femiers puans, De froit, de fain crier et braire, la Rose, 11437. El [la fortune] les veskiès [évêchés] done as truans, Et les boins clers fait pain querans, Fl. et bl. 2515.

XVe s. Je ne fusse pas bons truans ; Je ne sçai deux fois demander, Deschamps, Poésies mss. f° 182. Les truandes font les maqueleries En truandant, en portant leur cofin ; Et pour rober sont maintes fois espies, Deschamps, ib. f° 353. Lequel Hardelet dit au suppliant qu'il avoit menti comme mauvais trutain, fils de putain, navarrois, Du Cange, trutanus.

XVIe s. Qui fit normand, il fit truand, Cotgrave Nos anciens appellerent un homme truant qui alloit mendiant sa vie, et truander pour caimander, Pasquier, VIII, p. 717, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TRUAND, s. m. (Langue franç.) truand, truande, truander, truandaille, sont de vieux mots qui étoient autrefois fort en usage, comme il paroît par le roman de la Rose, Villon, l’auteur de la comédie de Pathelin, & autres.

Truand signifioit un mendiant valide qui fait métier de gueuser ; truander, demander l’aumône par fainéantise, par libertinage ; truandaille, nom collectif pour dire de la gueuserie, des gueux, des vauriens : ce mot se trouve dans la vieille bible des noëls.

Vous n’êtes que truandaille,
Vous ne logerez point céans.

Truande s’est dit encore dans le dernier siecle au figuré, pour une salope.

Ah ! truande, as-tu bien le courage
De me faire cocu à la fleur de mon âge. Mol.

Ces mots pourroient donc bien venir de truillon, qui en langage celtique ou bas breton, signifie guenille. Nicod prend aussi le mot de truand pour un bateleur.

Borel a dit trualté pour gueuserie. Il ajoute que truand, truande, truandaille, se prennent pour des souillons, des souillones, & comme qui diroit, tripiers, tripieres, triperia, d’où vient la rue de la Truanderie, qu’on appelloit anciennement par cette raison, vicus Trutenariæ, selon le chartulaire de S. Lazare. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « truand »

Wallon, trouwan ; poitevin, trudant ; provenç. truan ; catal. truá, truhá ; espagn. truhan ; portug. truão ; bas-lat. trutanus, trudanus. Ce mot paraît venir du celtique : gaél. truaghan, pauvre, misérable ; kimry, tryan ; gaél. trudanach, un vagabond. Du Cange, après Pasquier, tire truant de l'ancien treü, tribut : il paraît bien qu'on a dit truanderie pour impôt : Nouveaux imposts, nouvelles daces, truanderies et maletotes, Pasquier, Lett. t. III, p. 44. Mais, malgré cela, jamais treü équivalant au latin tributum, n'aurait pu donner truand dans l'ancienne langue.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du gaulois *trugo → voir trucher (« mendier »), l’occitan truan (« truand, traitre »), le gallois tru, truan (« miséreux »), l’écossais truaghan (« id. »), le breton truc (« mendiant »), l’irlandais trogha, le latin trux (« farouche, sauvage »). Du sens de « vagabond », le néerlandais a dérivé celui de « satellite » avec trawant.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Voir truand.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « truand »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
truand tryɑ̃

Citations contenant le mot « truand »

  • Si l’on pose d’un côté ce qu’un hold-up rapporte en argent et de l’autre ce qu’il rapporte en années de prison, on s’aperçoit que le truand est bien le salarié le plus misérable du monde. De André Frossard
  • Allons, vous êtes un bon fils, comme la plupart des truands… De Bernard Domeyne / Casting d’enfer (2015)
  • Entre truands, les bénéfices ça se partage, la réclusion, ça s’additionne. De Michel Audiard / Le cave se rebiffe
  • Mercredi, la cour du manoir, à Taden, accueillait l’un des Renc’Arts de l’été 2020. 120 chanceux ont pu assister aux délires du « Magnifique Bon à Rien ». Avec des planches, des caisses, des ballons et des palettes, un drôle de personnage a fait revivre les scènes cultes, les seconds rôles et les personnages principaux du film de Sergio Leone : « Le bon, la brute et le truand ». Les amateurs de western spaghetti se sont régalés, et les plus jeunes ont découvert une histoire hilarante, qui leur a peut-être donné envie de voir ce grand classique des westerns. Le Telegramme, Une version délirante du « Bon, la brute et le truand » - Taden - Le Télégramme
  • Ennio Morricone, ce talentueux et exceptionnel compositeur de film, vient de décéder. Il a composé la bande sonore du fameux western de Sergio Leone « le bon, la brute et le truand » considéré comme la quintessence du genre du western spaghetti, dont les accords musicaux resteront à jamais dans notre mémoire auditive. Le titre de ce film va nous servir de fil rouge dans cette tribune consacrée à la détermination de l’UE pour imposer sa « juste » transition énergétique.  Atlantico.fr, Le Pacte vert : le bon, la brute et le truand | Atlantico.fr
  • Mafieux au grand cœur, père inquiet, petit truand ou jeune homme amoureux… l’acteur est tous ces personnages à la fois, les dix-huit héros de Cologio, ce gamin de neuf ans vivant dans le Bronx des années 60, où règne la mafia et où le racisme perdure. Il y grandira partagé entre sa fascination pour les malfrats et les valeurs familiales de droiture et d’honnêteté. , Culture - Loisirs | Sisteron : Francis Huster au sommet de son art
  • Connu pour ses musiques des westerns de Sergio Leone tels que «Le bon, la brute et le truand» ou encore «Il était une fois dans l'Ouest», Ennio Morricone est décédé lundi. Il est l'auteur de près de 500 musiques de film après 60 ans d'une carrière exceptionnelle. Orange Actualités, Ennio Morricone, le compositeur du «Bon, la brute et le truand», est mort
  • Bien fait pour ceux qui utilisent les bitcoins, cette monnaie de truands. MacGeneration, Arnaque au bitcoin : les pirates auraient harponné des employés de Twitter 🆕 | MacGeneration

Images d'illustration du mot « truand »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « truand »

Langue Traduction
Anglais ugly
Espagnol feo
Italien brutta
Allemand hässlich
Chinois 丑陋
Arabe البشع
Portugais feio
Russe уродливый
Japonais 醜い
Basque itsusiak
Corse brutta
Source : Google Translate API

Synonymes de « truand »

Source : synonymes de truand sur lebonsynonyme.fr

Truand

Retour au sommaire ➦

Partager