La langue française

Frisson

Sommaire

  • Définitions du mot frisson
  • Étymologie de « frisson »
  • Phonétique de « frisson »
  • Évolution historique de l’usage du mot « frisson »
  • Citations contenant le mot « frisson »
  • Images d'illustration du mot « frisson »
  • Traductions du mot « frisson »
  • Synonymes de « frisson »

Définitions du mot frisson

Trésor de la Langue Française informatisé

FRISSON, subst. masc.

A.− Tremblement subit, involontaire, convulsif, irrégulier, accompagné d'une sensation de froid plus ou moins intense. Frisson de la fièvre, de la mort; être saisi, secoué d'un frisson. Avoir le frisson. Le sujet (...) se sent mal à l'aise, est pris tout à coup d'un grand frisson. Il grelotte, claque des dents, ressent une impression de froid intense (Menetrier, Stévenin dsNouv. Traité Méd.,fasc. 1, 1926, p. 262):
1. Je pleurais. Mon corps se vidait à grands frissons de sa chaleur, je devenais froide et molle comme un vieux cadavre. Beauvoir, Mandarins,1954, p. 513.
Expr. Le temps d'un frisson. Le temps d'un éclair. Il y eut, pendant le temps d'un frisson, un léger froissement, comme la fuite rapide d'êtres invisibles (Giono, Hussard,1951, p. 89).
B.− P. ext.
1. Saisissement nerveux, ébranlement psychique dont la cause est une émotion plus ou moins vive.
a) [Sur le mode de la peur, de la colère, de l'inquiétude, etc.] Un frisson d'effroi, de honte, d'horreur, de panique, de rage; cela me donne le frisson; des frissons me courent dans le dos, dans les épaules. Quand je songe à l'instant de mon réveil dans cette misérable chambre d'auberge, − des frissons me courent dans les os (Feuillet, Scènes et com.,1854, p. 42):
2. À peine avait-elle eu le temps d'espérer qu'un frisson d'épouvante lui courut sur la peau. La bête faramine était à ses talons. Aymé, Vouivre,1943, p. 47.
b) [Sur le mode du plaisir] Le frisson du désir; un frisson d'allégresse, d'espoir; un frisson délicieux. Sentir un doux frisson, de doux frissons (Ac.) :
3. Cette déclaration la toucha jusqu'au fond de l'âme (...). Elle fut parcourue d'un frisson et sentit la coloration de son visage changer, sans savoir s'il rougissait ou devenait pâle. Lacretelle, Hts ponts,t. 1, 1932, p. 68.
2. P. anal. Léger tremblement, frémissement. Le frisson des feuilles, des roseaux. Elle [la chanson] est discrète, elle est légère : Un frisson d'eau sur de la mousse! (Verlaine, Œuvres compl.,t. 1, Sagesse, 1881, p. 212).Une brise, moins qu'un souffle, agitait comme un tremblement ou un frisson passager le rideau des plantes odoriférantes (Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 129).
C.− Au fig.
1. Courant d'émotion qui gagne un groupe de personnes, une foule, etc. Un frisson de fête, un frisson d'enthousiasme courut dans l'auditoire. De 1911 à 1913 et aux six premiers mois de 1914, un immense frisson parcourut la jeunesse française (L. Daudet, Vers le roi,1922, pp. 222-223).Toujours passait dans le public un frisson, une onde communicatrice (Arnoux, Zulma,1960, p. 299):
4. ... un grand frisson avait traversé Paris, il revoyait la soirée ardente, les boulevards charriant la foule, les bandes qui secouaient des torches, en criant : À Berlin! À Berlin! Zola, Débâcle,1892, p. 10.
2. [Dans les créations artistiques] Vibration originale, nouvelle manière de sentir. Le frisson romantique; le frisson poétique d'un peintre. Ce que Hugo a dit de Baudelaire, qu'il avait créé un frisson nouveau (Saint-Saëns, Portr. et souv.,1909, p. 111).Ils [les Parnassiens] n'introduisent aucune fulguration, aucun frisson nouveau (Thibaudet, Hist. litt. fr.,1936, p. 329).
Prononc. et Orth. : [fʀisɔ ̃]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 2emoitié xies. friçons « tremblements qui précèdent les menstrues » (Gloses fr. de Raschi, 522, p. 73 ds T.-L.); ca 1170 « tremblement précédant un accès de fièvre » (Marie de France, Lais, Equitan, éd. J. Rychner, 109); 2. ca 1135 « émoi, angoisse, crainte » (Couronnement de Louis, 1061 ds T.-L.). Du b. lat. frictio, -onis « frisson » (Grégoire de Tours), gén. considéré comme dér. de frigēre « avoir froid » (Ern.-Meillet). Fréq. abs. littér. : 2 141. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 161, b) 4 691; xxes. : a) 6 241, b) 1 846. Bbg. Thomas (A.). Nouv. Essais 1904, p. 252.

Wiktionnaire

Nom commun

frisson \fʁi.sɔ̃\ masculin

  1. Tremblement causé par le froid ou la fièvre.
    • Le frisson de la fièvre. — Grand frisson.
    • La fièvre est ordinairement précédée par le frisson, d’un frisson. — Être pris de frisson.
  2. (Figuré) Saisissement qui naît de la peur, de la répulsion, de l’horreur, ou au contraire de l’admiration, de l’enthousiasme.
    • Elles avaient des frissons sur la peau, non de froid, mais des frissons de solitude venus du cœur inquiet et troublé. — (Guy de Maupassant, La maison Tellier, 1881, collection Le Livre de Poche, page 33.)
    • J’eus un frisson qui me glaça jusqu’au cœur. Il me semblait que le froid envahissait la cour par les portes. — (Ivan Tourgueniev, L’Exécution de Troppmann, avril 1870, traduction française de Isaac Pavlovsky, publiée dans ses Souvenirs sur Tourguéneff, Savine, 1887)
    • Cette lecture fit courir un frisson dans l’auditoire.
  3. (Quelquefois) Sensation d’émotions légères et même agréables.
    • Sentir un doux frisson, de doux frissons.
  4. (Par analogie) Léger tremblement, frémissement d'une chose.
    • Le ciel était sans un nuage ; la mer brillait sous le soleil, sans un frisson. — (Octave Mirbeau, Les eaux muettes )
    • Ses voiles délavées par le soleil et la pluie mais qui paraissaient blanches sur le gris du ciel, essayaient de récupérer les rares frissons de brise pour améliorer la lente progression du bateau. — (Jean Petot, Histoire contemporaine de l'or de Guyane (de 1947 à nos jours), Éditions de l'Harmattan, 1994)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FRISSON. n. m.
Tremblement causé par le froid ou la fièvre. Le frisson de la fièvre. Grand frisson. La fièvre est ordinairement précédée par le frisson, d'un frisson. Être pris de frisson. Il se dit, au figuré, du Saisissement qui naît de la peur, de la répulsion, de l'horreur, ou au contraire de l'admiration, de l'enthousiasme. Un frisson de terreur, d'épouvante. Cela donne le frisson. Cette lecture fit courir un frisson dans l'auditoire. Il se dit quelquefois en parlant d'Émotions légères et même agréables. Sentir un doux frisson, de doux frissons.

Littré (1872-1877)

FRISSON (fri-son) s. m.
  • 1Contraction subite et passagère de la peau et des fibres superficielles des plans musculaires, accompagnée d'un sentiment plus ou moins marqué de froid. Être dans le frisson de la fièvre.

    Par extension, léger mouvement d'une chose qui tremble. Le sismographe a signalé un frisson continuel du sol avec des secousses de tremblement de terre. Au frisson d'une feuille il est prêt à s'enfuir, Andrieux, dans le Dict. de POITEVIN.

  • 2 Fig. Vif saisissement de terreur, d'horreur. Rien que d'y penser j'en ai le frisson. Et pâle, sans haleine, interdite, éperdue, Un frisson me saisit, je tremble, je me meurs, Boileau, Longin, VIII.

    Il se dit aussi des émotions agréables. Sentir un doux frisson.

HISTORIQUE

XIIe s. Rolant le voit, si fut en grant frison, Ronc. p. 88.

XIIIe s. Si en avoit moult grant friçon, Ren. 1389. À une part iras tous seus [seul], Lors te vendront soupirs et plaintes, Friçons et autres dolors maintes, la Rose, 2286.

XVIe s. Quand je vous touche, ou quand je pense en vous, D'une frisson tout le cœur me fretille, Ronsard, 53. Les uns [accès] viennent avec frissons, les autres avec horreur, autres avec rigueur…, Paré, XX, 18.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

FRISSON, s. m. (Medecine.) c’est un mouvement convulsif très-prompt de la surface du corps, c’est-à-dire des tégumens, qui se fait à l’occasion d’un sentiment de froid externe, causé par l’application subite d’un air, ou de tout autre corps beaucoup plus froid que l’air dont on étoit environné dans l’instant précédent ; ou par un embarras de la circulation du sang dans les vaisseaux cutanés, en conséquence duquel embarras la chaleur de la peau est considérablement diminuée, & les nerfs qui en sont affectés de la même maniere, portent à l’ame la même impression que si le froid étoit de cause externe, absolument étrangere au corps.

Si ces différentes causes sont de nature à se renouveller ou à subsister, & à produire les mêmes effets pendant un tems considérable, sans interruption, ce mouvement extraordinaire de la peau est le frisson proprement dit ; si elles ne sont qu’instantanées, ou qu’elles ne se fassent sentir que par intervalles, la convulsion de la peau est appellée frissonnement comme par diminutif.

L’un & l’autre de ces mouvemens contre nature, constituent un véritable tremblement de la peau, dont les causes occasionnelles prochaines & finales ne different que par le siége & l’intensité de celles du tremblement des membres : celui-là, comme celui-ci, peut être produit par le froid, être un symptome de fievre, ou de différentes affections de l’ame : ainsi voyez Tremblement, (Patholog.) Fievre, Passion, Nature. (d)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « frisson »

(XIe siècle)[1] Du bas-latin frictio, lui-même dérivé de frīgere (« avoir froid »)[1][2].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

(1777) Du français frisson.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, fruzion ; namur. frûjon, frîjon ; du bas-latin frictionem qui a eu ce sens (illas quas vulgo frictiones vocant, GREG. TURON. De vitis patrum, cap. 6). Du Cange regarde, avec raison, frictio en ce sens comme l'équivalent de frigitio, mot fictif tiré de frigere, avoir froid. C'est pour cela que frisson, dans l'ancienne langue, est féminin.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « frisson »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
frisson frisɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « frisson »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « frisson »

  • Voler est le second frisson le plus intense qu’un homme connaisse... Atterrir est le premier ! De Anonyme
  • Le frisson est une réponse de l'âme face à une situation inconsciemment rejetée. De Michelle Harrisson
  • L'air est plein du frisson des choses qui s'enfuient. De Charles Baudelaire / Le Crépuscule du matin
  • L’amour, panique de la raison, Se communique par le frisson. De Victor Hugo / Chansons des rues et des bois
  • Quand je songe qu'un homme juge un autre homme, je suis pris d'un grand frisson. De Félicité de Lamennais
  • Gardons-nous d'appeler amour ce qui relève seulement du hasardeux frisson et de la brève moiteur. De Louis Pauwels / Les Dernières chaînes
  • Le conteur, qui veut faire paraître des choses absentes, y réussit bien mieux par le frisson de la peur que par une suite raisonnable de causes et d'effets. De Alain / Les idées et les âges
  • C'est un thème récurrent, je l'ai observé dans les foyers catholiques : l'humour du prêtre; les blagues de prêtre : rien que d'y penser, j'en ai le frisson. De Emmanuel Carrère / Le Royaume
  • Aimer, ce n'est pas gagner à tous les coups. C'est prendre des risques, faire des paris incertains, connaître la frayeur de perdre sa mise pour mieux savourer le frisson de la doubler. De Philippe Besson / Se résoudre aux adieux
  • La crainte frissonnante de vivre vaut mieux que le refus de vivre. De Karel van de Woestijne / Jules de Bruycker
  • J'aime... à ce nom fatal, je tremble, je frissonne. De Jean Racine / Phèdre
  • Le sport est bien affaire de frissons. De Jean Dion / Le Devoir - 24 décembre 1999
  • Ne demandez pas à l’école de vous donner des frissons, demandez-lui plutôt de vous étonner. De André Lévy / L’Enseignement
  • L'inquiétude sursaute au frisson d'une feuille. De Joost Van Den Vondel / Zungehin
  • S'il ne reste aucun frisson, l'horreur reviendra. De Jürgen Habermas
  • Vous créez un frisson nouveau. Victor Hugo, Lettre à Baudelaire, 6 octobre 1859
  • Une visite de Corbie sera proposée à la nuit tombée aux participants en quête de frissons et de savoirs sur l’histoire de l’ancienne cité médiévale. Au départ de l’office de tourisme, la visite débutera par les interventions du guide concernant l’histoire de la ville à travers toutes les époques, du VIIe siècle jusqu’au XIXe. Elle sera agrémentée de multiples apparitions des comédiens, grimés pour l’occasion, qui raconteront leur histoire aux téméraires qui braveront leur peur de l’obscurité. Pic'Avenir, Des visites théâtralisées qui donnent le frisson à Corbie
  • https://7detable.com/article/nos-cantines/esquimaux-minute-et-pots-frissons-la-collection-glacee-2020-de-pierre-marcolini/3056 , Esquimaux minute et pots frissons : la collection glacée 2020 de Pierre Marcolini - 7detable.com
  • Le Final 8 de la reine des compétitions européennes célèbrera enfin le retour des matches couperets, des frissons, de l'émotion après cinq mois de vide (ou presque). Sport24, Final 8 de la Ligue des champions : Vivement le retour du vrai foot… - Ligue des champions - Football

Images d'illustration du mot « frisson »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « frisson »

Langue Traduction
Anglais thrill
Espagnol emoción
Italien brivido
Allemand nervenkitzel
Chinois 激动
Arabe التشويق
Portugais emoção
Russe возбуждение
Japonais スリル
Basque emozioa
Corse emozione
Source : Google Translate API

Synonymes de « frisson »

Source : synonymes de frisson sur lebonsynonyme.fr
Partager