La langue française

Section

Définitions du mot « section »

Trésor de la Langue Française informatisé

SECTION, subst. fém.

A. −
1. GÉOM. Figure déterminée par l'intersection d'un volume par un plan, de deux volumes, ou de deux plans.
Section conique. Section produite par un plan dans un cône. Une section conique ou simplement une conique est la section plane d'un cône droit à base circulaire (Bég.Dessin1978).V. conique ex. de Gds cour. pensée math.
Section droite d'un cône, d'un cylindre, d'un prisme. Section d'un cône, d'un cylindre, d'un prisme par un plan perpendiculaire aux génératrices ou aux arêtes. On nomme section droite d'une surface prismatique, une section par un plan perpendiculaire à la direction commune des arêtes (Hadamard,Géom. ds espace, 1921 [1901], p. 66).On désigne sous le nom de sections droites du cylindre, les sections par des plans perpendiculaires aux génératrices (Hadamard,Géom. ds espace, 1921 [1901], p. 120).
Section plane. Courbe ou surface produite par l'intersection d'un solide et d'un plan. Une section plane est produite par un plan de surface ou de volume (Bég.Dessin1978).
Section principale. Section normale pour laquelle la courbure de l'intersection est, au point considéré, la plus grande ou la plus petite. En tout point O d'une surface (S) passent deux courbes planes, orthogonales entre elles, dont les courbures sont l'une maximale, l'autre minimale: ce sont les sections principales de (S) (Mathieu-KastlerPhys.1983).
BEAUX-ARTS. [P. réf. à Léonard de Vinci ou à la manifestation d'expression cubiste qui voulait réinstaurer dans la composition le nombre d'or] Section d'or; section dorée. Partage asymétrique d'un segment selon le nombre d'or. Les partisans fanatiques de la section dorée ont essayé de l'appliquer à la longueur des cordes (Gds cour. pensée math., 1948, p. 496).
2.
a) Surface, forme que présente une chose coupée selon un plan transversal. Synon. profil.Section carrée, circulaire, rectangulaire, triangulaire. Les usines peuvent aussi bien fondre des colonnes à section rectangulaire que des colonnes à section circulaire (Viollet-Le-Duc, Archit., 1872, p. 327).La chaise et le fauteuil (...) ne sont pas très différents de ceux que Percier dessinait vers 1810 (...); les pieds antérieurs à section carrée sont incurvés à l'avant au lieu d'être droits (Viaux,Meuble Fr., 1962, p. 149).
HYDROGRAPHIE. Section mouillée d'un cours d'eau. ,,En un point donné d'un cours d'eau ou d'un canal, section plane perpendiculaire à la direction de l'écoulement comprise entre la surface libre et la paroi mouillée`` (Métro 1975).
PHYS. Section efficace. Surface apparente d'un noyau atomique soumis au bombardement d'un neutron (d'apr. Charles 1960). La section efficace totale de réaction devient alors plus petite que la section géométrique du noyau mais cesse de diminuer aux très hautes énergies par suite de la production de mésons (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 367).
b) Opération qui consiste à couper quelque chose; résultat de cette action. Synon. coupe, coupure.Cette viande, préparée par une main inexpérimentée, est mal parée: la section des os n'est pas nette (Macaigne,Précis hyg., 1911, p. 218).
MÉD. Opération chirurgicale consistant à sectionner; résultat de cette action. Section du grand sympathique, d'un ligament, d'un nerf. Les rameaux situés au dessous de la section, ou de la ligature, ne communiquent plus avec l'ensemble de l'organe sensitif (Cabanis,Rapp. phys. et mor., t. 1, 1808, p. 82).La section de la moelle épinière dans la région cervicale fait devenir le sang rouge et augmente l'irritabilité musculaire (Cl. Bernard, Notes, 1860, p. 83).
DESSIN. Représentation graphique sous forme de coupe transversale ou longitudinale, d'un ensemble complexe (édifice, machine, navire, véhicule). La section est située, sur les autres vues correspondantes, par un axe et sur le plan sécant lui-même, par des hachures (Bég.Dessin1978).
MAR. Maîtresse section d'un navire. Synon. maître couple (v. couple2C 1 b).La section transversale du navire (...) [a] son maximum, sur le maître-couple (Armengaud,Moteurs à vapeur, t. 2, 1861, p. 274).
B. − [À propos d'élém. constitutifs d'une organ. hum. à caractère admin., jur., associatif ou prof.]
1. Subdivision d'une circonscription administrative.
Section de commune. ,,Division administrative d'une commune, ayant une personnalité juridique propre et assumant elle-même sa gestion`` (Barr. 1974). La rémunération des gens de service dans les écoles maternelles publiques est à la charge des communes; il en est de même des frais de balayage et de nettoyage des classes et des locaux à l'usage des écoles primaires élémentaires de toute commune ou section de commune (Encyclop. éduc., 1960, p. 115).
Section électorale. ,,Subdivision de la commune ayant ses intérêts distincts à défendre et à laquelle pour cette raison, on accorde une représentation spéciale dans le conseil municipal`` (Cap. 1936). Le préfet pourra, par un arrêté, diviser en sections électorales les communes, quelle que soit leur population (Bacquias,Cons. gén. et cons. arrondiss., 1934, p. 45).
Section de vote. Un des bureaux de vote d'une commune lorsqu'il en existe plusieurs. La section de vote, à la différence de la section électorale, ne constitue pas un collège électoral séparé, mais simplement une division matérielle destinée à faciliter aux citoyens l'accomplissement de leur devoir (Cap.1936).
HIST. Sections parisiennes, de Paris. Circonscriptions de Paris de 1790 à 1795. Le 25 juillet 1792, à la première nouvelle du manifeste publié par le duc de Brunswick, les sections de Paris se constituent en permanence et délibèrent sur les mesures que réclame le salut de la patrie (Pol.1868).
2. ,,Subdivision d'une cour, d'un tribunal, ou d'une chambre dans les juridictions importantes`` (Barr. 1974). Section administrative, contentieuse; section des finances du conseil d'état; section criminelle de la cour de cassation; section d'un conseil de prud'hommes. Sur le vu de la requête et des pièces, la cour de cassation, section criminelle, statuera définitivement (Code instr. crim., 1808, art. 545, p. 787).Le conseiller Albert Prince, chef de la section financière du parquet, avait été trouvé écrasé, près de Dijon, sur la voie ferrée (L. Daudet,Brév. journ., 1936, p. 196).
3. Division opérant un classement par discipline ou par catégorie dans l'organisation scolaire ou universitaire, dans un institut ou une académie. Section de l'école pratique des hautes études; section littéraire, juridique, scientifique du conseil national des universités; section classique, moderne; section industrielle, commerciale; section d'économie politique, de droit, de géographie, de lettres. La science du gouvernement appartient de droit à l'une des sections de l'Académie des sciences, dont le secrétaire perpétuel devient nécessairement premier ministre (Proudhon,Propriété, 1840, p. 340).J'ai (...) terminé ma présidence de la section de Littérature de l'Institut genevois (Amiel,Journal, 1866, p. 39).
4. Groupement le plus souvent local d'un parti politique, d'un syndicat professionnel. Section de propagande; membre d'une section; réunion de section. Parmi les militants de sa section, il connaît un garagiste, d'origine polonaise, auquel on peut faire confiance (Martin du G.,Thib., Été 14, 1936, p. 714).Les manifestants sont présentés comme des irresponsables: « La plupart n'avaient pas été consultés avant cette action décidée quasi unilatéralement par la section locale du CNJA » (Debatisse,Révol. silenc., 1963, p. 212).
En partic.
[À propos de l'organ. propre à certains partis pol., notamment aux marxistes] ,,Organisation élémentaire permanente qui groupe les adhérents sur une base locale`` (Graw. 1981). Synon. cellule.Quand j'ai appris que les Maures combattaient pour Franco, j'ai dit à ma section socialiste: « Nous devons faire quelque chose. Sinon, qu'est-ce que les camarades ouvriers diront des Arabes? » (Malraux,Espoir, 1937, p. 788).
[À propos de l'organ. propre à un syndicat] Section syndicale (d'entreprise). ,,À l'intérieur d'une entreprise, ensemble des adhérents à un même syndicat dont le caractère représentatif est reconnu`` (Manag. 1971). Délégué de section. V. délégué II B 2 a.
5.
a) DÉFENSE. Subdivision d'une compagnie d'infanterie ou d'autres armes comprenant une quarantaine d'hommes, commandée par un officier subalterne (sous-lieutenant, lieutenant) ou par un sous-officier supérieur (adjudant, adjudant-chef). Section antitank; section d'artillerie, du génie, d'infanterie, d'assaut, de mitrailleurs. Ce n'est pas l'homme qui existe, c'est un nouvel être: la troupe. La section est plus brave que l'homme; la compagnie, plus brave que la section (Barrès,Cahiers, t. 11, 1916, p. 162).Le sergent chef a rallié les survivants (...) les groupant avec une section de mitrailleuses à la sortie du côté de l'étang (Bordeaux,Fort de Vaux, 1916, p. 138).
Chef de section. Officier ou sous-officier qui commande cette unité. Karlitch, enfin chef de section de chars, avançait, tirant sans arrêt sur les sections antitanks ennemies (Malraux,Espoir, 1937, p. 844).
Demi-section. Petite unité d'infanterie ou de cavalerie comprenant deux escouades, et commandées par un sergent. V. escouade ex. de Romains.
Section spéciale. Unité disciplinaire où sont affectés les insoumis et les militaires punis à plus de cent jours de prison. Les insoumis qui sont condamnés sont, à l'expiration de leur peine, envoyés dans une section spéciale (J.O., Loi rel. recrut. arm., 1928, p. 3824).
Section d'état-major. Partie d'un bureau d'état-major. (Dict. xxes.).
b) P. méton. Petit groupe d'unités mécanisées. Section d'automitrailleuses, d'autos-canons. Supra B 5 a ex. de Malraux.
AVIAT., MAR.
,,Groupe de deux bâtiments, en tant que subdivision d'une division ou d'une escadrille`` (Gruss 1978).
Groupe de deux ou trois avions d'une même escadrille. Des études étaient en cours en vue de l'organisation de sections d'avions légers pour les divisions de cavalerie et l'artillerie des corps d'armée (Joffre,Mém., t. 1, 1931, p. 171).
C. − [À propos d'une division matérielle]
1. Partie d'un ouvrage, d'un code, d'un chapitre d'un livre; partie d'une classification. Conformément aux dispositions de la section II du chapitre II du titre de la Jouissance et de la Privation des Droits civils (Code civil, 1804, art. 719, p. 131).
2. Partie d'un parcours, d'un trajet.
TRANSP. Partie d'une ligne d'autobus, d'un tramway constituant pour le prix d'un trajet une unité indivisible. Changement, fin de section. (Dict. xxes.).
3. Partie d'un ensemble organisé ou fonctionnel.
ÉCON. Section homogène. ,,Groupement réel ou fictif d'un certain nombre de charges de l'entreprise qui peuvent être ramenées à une unité commune, ou unités d'œuvre`` (cida 1973).
MUS. Section rythmique d'un orchestre de jazz. Ensemble des instruments chargés de marquer le temps soit en jouant un rôle rythmique (percussion, batterie) soit à la fois un rôle rythmique et harmonique (piano, basse à corde(s), ou à vent, guitare, banjo) (d'apr. Hachette 1980, Rob. 1985).
ZOOL. ,,Division d'un genre en groupes d'espèces affines`` (Séguy 1967).
Prononc. et Orth.: [sεksjɔ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. 1366 « dissension, scission » (Ord. du roy Charles, Reg. du Parlem., ms. Bibl. du Louvre, B 1253 ds Gdf. Compl.); 2. fin xives. « action de couper » (Evrart de Conti, Probl. d'Arist., B. N. 210, f o204 v o; ibid.); 3. a) 1690 « dessin en coupe » (Fur.); b) 1857 hydrol. section d'un cours d'eau (Blanche); 1908 id. section mouillée (De Martonne, Géogr. physique, t. 1, p. 458 ds Rob.); 4. a) 1564 math. (P. Forcadel, Les Six premiers livres des éléments d'Euclide, p. 4); b) 1654 sections coniques (Pascal, Traité des coniques, éd. L. Lafuma, p. 38); c) 1694 point de section (Ac.); d) 1871 section normale (...), plane, principale (Littré); e) 1953 phys. nucl. section efficace (Lar. 20eSuppl.). B. 1. a) 1657-58 « division ou subdivision d'une œuvre écrite » (Pascal, Esprit géométrique, Section I ds Œuvres, éd. L. Lafuma, p. 349); b) 1871 « en biologie, division d'un grand genre » (Littré); 2. a) 1789 « subdivision d'une chambre de justice, tribunal » (Sieyès, 7 sept., Arch. Parl., 1reSér., t. VIII, p. 597, col. 1 ds Brunot t. 9, 2, p. 1021); b) 1790 « division administrative d'une ville » (Doc. Hist. Révol., Contr. Dir., p. 150, Décret sur la contrib. foncière, 23 nov., ibid., p. 1022); c) id. « subdivisions de Paris » (Décret 21 mai-27 juin, Duvergier, t. I, p. 179, ibid., p. 1021); 3. a) 1798 « fraction d'un corps de troupe » (Schwan, Suppl. au dict. de la lang. all. et françoise, p. 71); b) 1872 chef de section (Littré); 4. a) 1862 « subdivision d'un parti, d'un syndicat » (Hugo, Misér., éd. M. Allem, p. 864 [La Pléiade]); b) 1939-40 section du P.C. (Aragon, Les Communistes, p. 215 ds Rob.); 1968 section d'entreprise (Journal officiel, 27 déc. ds Jur. 1985); 5. 1887 section d'une voie ferrée (Herdner, Constr. et conduite locomot., t. 1, p. 73); 1932 « partie d'une ligne d'autobus qui constitue une unité indivisible pour le calcul du prix » (J. Romains, Hommes de bonne volonté, t. 1, XXII, p. 259 ds Rob.). Empr. au lat.sectio « action de couper, coupure, amputation », géom. « division à l'infini ». Fréq. abs. littér.: 1 129. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2 202, b) 1 301; xxes.: a) 1 208, b) 1 497.
DÉR.
Sectionnaire, subst.,hist. Membre des sections de Paris sous la Révolution française. Il n'a pas entendu rouler sur le pavé les sabots des femmes du peuple et le canon des sectionnaires (Faure,Hist. art, 1921, p. 122).Empl. adj. Les réacteurs ressuscitèrent le mouvement sectionnaire et organisèrent en bandes armées la « jeunesse dorée » (Lefebvre,Révol. fr., 1963, p. 435). [sεksjɔnε:ʀ]. 1resattest. a) 1793 subst. « nom donné pendant la Révolution française aux membres des sections de Paris » (Rapp. de Barère, 1eroct., Buchez et Roux, t. XXIX, p. 211 ds Brunot t. 9, 2, p. 863); b) 1793-94 adj. « relatif à une section de Paris » (C. Desmoul., Vx Cord., n oVI, ibid., p. 1023); de section, suff. -aire1 et 2*. Fréq. abs. littér.: 21.
BBG.Dub. Pol. 1962, p. 417. − Quem. DDL t. 27 (s.v. sous-section). − Pour l'hist. du fr. mod. Rom. Forsch. 1913, t. 32, p. 161. − Ranft 1908, p. 88.

Wiktionnaire

Nom commun

section \sɛk.sjɔ̃\ féminin

  1. Action de couper, de diviser ou résultat de cette action.
    • On peut même couper avec des ciseaux les deux antennes d'un Zygène sans troubler son repas, bien qu'une goutte de sang jaune vienne perler sur la surface de section. — (Paul Portier, La biologie des lépidoptères, Editions P. Lechevalier, 1949, note 1 p. 445)
  2. Division ou subdivision d’un ouvrage, d’un traité, d’un compte, d’une ville, d’un tribunal, d’un conseil, d’une académie, d’un établissement d’enseignement, fraction d’un corps de troupe, etc.
    • Dans ceux de Vouziers et d'Attigny, on la limite aux villages de Tourcelles-Chaumont, Quilly et Chardeny, trois communes aujourd'hui distinctes, mais réunies en 1828 en une seule municipalité. Tourcelles avait alors comme sections ou écarts : Chaumont, Quilly, Chardeny, le moulin de Chartogne, le Cloux et le Chauffour : c'est toute la région qui nous occupe. — (Octave Guelliot, Géographie traditionnelle et populaire du département des Ardennes, E. Nourry, 1931, p. 47)
    • Les habitants de la paroisse de Valroufié, chef-lieu de section de la commune de Laroque-des-Arcs. ont formé une demande, reproduite plusieurs fois depuis 1813, pour obtenir que leur territoire soit séparé de cette commune et érigé en commune distincte, comme il était en 1800. — (Addition à la séance du samedi 2 août : Rapport fait par M. de Villeneuve dans le Compte rendu des séances de l'Assemblée nationale législative, tome 16, du 14 juillet au 3 novembre 1851, Paris : typographie Panckoucke, 1951 p. 208)
    • Ce livre est divisé par sections, en tant de sections.
    • Chapitre premier, seconde section.
    • Au commencement de la Révolution, Paris fut divisé en quarante-huit sections.
    • Le conseil d’état est partagé en sections.
  3. (Histoire) (France) Assemblée générale permanente révolutionnaire durant la Convention.
    • Le jour commençait à paraître; la générale retentissait, battue dans toutes les sections de Paris; ce mouvement et ce bruit se répercutaient jusque dans la tour, et glaçaient le sang dans les veines de l'abbé de Firmont et de Cléry. — (Alexandre Dumas, La Comtesse de Charny, 6e partie, chap. 23, 1853)
  4. (Militaire) Petite unité, subdivisée en escouades et regroupée en pelotons.
    • Les sections d’une compagnie d’infanterie.
    • Une section d’état-major.
    • Chef de section : Gradé qui commande une section.
  5. Désigne, dans certaines écoles, celui qui est le premier de sa promotion.
  6. (Géométrie) se dit de la ligne, de la surface suivant laquelle se coupent deux surfaces, un volume et une surface.
    • Le rocroi est à section carrée, de 12 cm de côté et 2,5 cm d'épaisseur, pour un poids de 180 grammes environ. Il est fait de lait écrémé. — (Jean Froc, Balade au pays des fromages: Les traditions fromagères en France, Éditions Quae, 2006)
    • La section plane d’une sphère est un cercle.
    • Les sections coniques sont les lignes d’intersection d’un plan et d’un cône de révolution.
    • Point de section : Endroit où deux lignes s’entrecoupent.
  7. (Architecture) Document graphique représentant exclusivement l’intersection du plan de coupe et de la matière de l’élément.
  8. (Biologie) (Classification phylogénétique) Taxon de bas niveau, placé immédiatement sous le sous-genre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SECTION. n. f.
T. didactique. Action de couper, de diviser ou Résultat de cette action. La section d'un tendon, d'un nerf. Il se dit, dans le langage courant, de l'Une des divisions ou subdivisions dans lesquelles se partage un ouvrage, un traité, un compte, etc. Ce livre est divisé par sections, en tant de sections. Chapitre premier, seconde section. Il se dit aussi de l'Une des divisions d'une ville, d'un tribunal, d'un conseil, d'une académie, d'un établissement d'enseignement, etc. Au commencement de la Révolution, Paris fut divisé en quarante-huit sections. Le conseil d'État est partagé en sections. La section du contentieux. Il désigne spécialement, en termes militaires, une Fraction d'un corps de troupe. Les sections d'une compagnie d'infanterie. Une section d'état-major. Chef de section se dit, en termes militaires, du Gradé qui commande une section. Il se dit aussi, dans certaines écoles, de Celui qui est le premier de sa promotion.

SECTION, en termes de Géométrie, se dit de la Ligne, de la surface suivant laquelle se coupent deux surfaces, un volume et une surface. La section plane d'une sphère est un cercle. Les sections coniques sont les lignes d'intersection d'un plan et d'un cône de révolution. Point de section, Endroit où deux lignes s'entrecoupent.

Littré (1872-1877)

SECTION (sè-ksion ; en vers, de trois syllabes) s. f.
  • 1Action de couper. Section des tendons. Pourquoi les tyrans n'ordonnaient-ils pas la blessure au cœur ou la section des artères, dont on périt si rapidement ? Diderot, Claude et Nér. I, 14.
  • 2 Terme de géométrie. Ligne ou surface suivant laquelle se coupent deux surfaces, deux solides, une surface et un solide.

    Section plane, celle qui est produite par un plan dans une surface ou un volume.

    Sections coniques, ce sont les sections planes d'un cône droit à base circulaire : cercle, ellipse, parabole, hyperbole.

    Section normale, c'est la section plane d'une surface qui contient la normale.

    Sections principales, ce sont les sections normales en un point d'une surface, qui contiennent les rayons de courbure minimum et maximum.

    Point de section, endroit où deux lignes s'entrecoupent.

  • 3 Terme d'astronomie. Section vernale, le point où le zodiaque coupe l'équateur à l'époque du printemps. Section automnale, le point où commence l'automne.
  • 4Section d'un cours d'eau, surface qu'on obtiendrait en coupant transversalement son lit par un plan vertical.

    Section d'un bâtiment, le profil ou la délinéation qui se fait des hauteurs et des profondeurs élevées sur le plan, comme si l'on coupait le bâtiment pour voir l'intérieur.

  • 5Division ou subdivision d'un compte, d'un ouvrage, d'un livre, d'un traité. Les chapitres se divisent en articles, les articles en sections ; on marque ordinairement la section par cette figure §. Et parce que cet art [la démonstration] consiste en deux choses principales, l'une de prouver chaque proposition en particulier, l'autre de disposer toutes les propositions dans le meilleur ordre, j'en ferai deux sections dont l'une…, Pascal, Esprit géom. I. Les interruptions, les repos, les sections ne devraient être d'usage que quand on traite des sujets différents, Buffon, Disc. de récept.
  • 6 Terme d'histoire naturelle. Division d'un genre.
  • 7Chacune des divisions d'une ville, d'un conseil, d'un tribunal, d'un collége électoral, etc.

    Division d'un corps administratif. Les sections du conseil d'État. La section du contentieux.

    Sections, s'est dit des divisions électorales de la France sous la république.

    Sections armées, la garde nationale, après le 10 août. Les tribunes des quarante-huit sections de Paris retentirent des plus véhémentes attaques, Lanfrey, Hist. de Napoléon Ier, ch. 2.

  • 8 Terme de théorie militaire. La moitié d'un peloton ou d'une compagnie d'infanterie. Rompre par sections.

    En artillerie, une section est la subdivision d'une batterie, comprenant le personnel et le matériel de deux bouches à feu. Section de droite, du centre, de gauche. Chef de section. École de section

HISTORIQUE

XVIe s. Le duc de Montmorency alloit en ceci pesamment en besongne, et cherchoit tous remedes sans faire section [scission], D'Aubigné, Hist. II, 115. Du moyen de proceder à la section du membre, Paré, X, 21. Il fut gari par section de veine [saignée], Paré, XXIV, 24. Les sections ou portions ou parties d'un cercle sont esgalles ou inesgalles, Forcadel, Éléments d'Euclide, p. 4.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SECTION, s. f. (Gram.) portion d’une chose divisée. On dit une section de cet ouvrage, la section de ce bâtiment, la section d’un solide.

Section, en Géométrie, c’est l’endroit où des lignes, des plans, &c. s’entrecoupent. Voyez Bissection, Trissection, &c.

La commune section de deux plans est toujours une ligne droite. Voyez Plan. On appelle aussi section la ligne ou la surface formée par la rencontre de deux lignes, ou de deux surfaces, ou d’une ligne & d’une surface, ou d’une surface & d’un solide, &c.

Si l’on coupe une sphere d’une maniere quelconque, le plan de la section sera un cercle, dont le centre est dans le diametre de la sphere. Voyez Sphere.

Il y a cinq sections du cone, le triangle, le cercle, la parabole, l’hyperbole & l’ellipse. Voyez chacune de ces sections à l’article qui leur est particulier. Voyez aussi Cone. (E)

Sections coniques, voyez l’article Conique.

Sections contiguës ou sections fréquentes, est un terme dont Apollonius se sert dans son traité des sections coniques. Pour faire entendre ce que signifie ce terme, imaginons deux lignes droites, telles que AB, CD, (Pl. coniq. fig. 5) qui s’entrecoupent mutuellement en E. On suppose que ce point E est le centre commun des sections hyperboliques opposées F, G ; H, I, qui ont aussi pour asymptotes communes les mêmes lignes AB, CD ; dans ce cas, les sections F, H, G, I sont appellées sections contiguës, parce qu’elles sont disposées de maniere qu’elles se suivent l’une l’autre dans les angles contigus des deux lignes droites qui s’entrecoupent. Voyez Conjugué. Chambers. (E)

Sections opposées, voyez Opposées.

Section automnale, (Sphere.) c’est le point de l’écliptique où il est coupé par l’équateur, & où le soleil se trouve au commencement de l’automme ; on l’appelle encore point automnal. (D. J.)

Section, (Archit.) c’est la superficie qui paroît d’un corps coupé ; c’est aussi l’endroit où les lignes & les plans se coupent. (D. J.)

Section dans le Blason, il se dit lorsque l’écu est divisé en deux parties égales de droit à gauche, parallelement à l’horison, & en maniere de fasce. Voyez Coupée.

Ce mot se dit aussi des pieces honorables, & même des animaux & des meubles, quand ils sont également divisés de la même façon, de maniere pourtant qu’une moitié soit de couleur, & l’autre de métal. On dit que les pieces sont coupées, quand elles ne viennent pas pleines aux extrémités de l’écu.

Section, terme de chasse, secter le cerf, c’est le dépecer ; la premiere chose qu’on doit lever, sont les daintiers, autrement couillons ; après il faut commencer à le fendre à la gorge jusqu’au lieu des daintiers, puis le faut prendre par le pié d’entre le devant, & enciser la peau tout-autour de la jambe, au-dessous de la jointure, & la fendre depuis l’encisure jusqu’au lieu de la poitrine, & autant aux autres jambes ; après on commence par les jambes ou par les pointes des encisures, & on le dépouille.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « section »

Lat. sectionem (voy. SECTILE)

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) Du latin sectio (« coupure »), dérivé du verbe secare (« couper, trancher »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « section »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
section sɛksjɔ̃

Citations contenant le mot « section »

  • À l’époque, Laurence Lemarchand – responsable des sections basket au sein du Comité départemental, toujours en poste – cherchait à développer les pépinières basket en Alsace. Pierrick Lazare, alors professeur d’EPS au Collège Notre-Dame de Sion, adhère et définit les lignes du projet. Quatorze élèves sélectionnés sur dossier scolaire et niveau de jeu – tous licenciés dans différents clubs régionaux – intègrent ainsi la première classe de sixième de cette toute nouvelle section. « Il s’agissait d’un recrutement qui permettait d’estimer la capacité de travail de ces élèves qui doivent conjuguer scolarité et entraînements intensifs sans qu’aucun des deux volets en soit altéré. Ils bénéficient d’horaires aménagés, doivent assurer les entraînements en club et trois entraînements par semaine en section, tout en poursuivant une scolarité normale », confie Loïc Beyhurst, actuel responsable de la section basket au sein du collège et entraîneur de l’équipe féminine de Geispolsheim. , Culture - Loisirs | Section basket : un premier cru exceptionnel à Notre-Dame de Sion
  • La section du CA Evronnais (Mayenne) est relancée après un long sommeil de 20 ans. Fonctionnement mode d’emploi. , Mayenne. Voile : la section du CAE reprend souffle | Côté La Flèche
  • A bord de la Belle de Rives, les membres de la section thononaise du sauvetage assure leur mission de surveillance du Léman en coopération avec leurs homologues d’Ouchy. Une entente franco-suisse indispensable sur ce lac partagé entre les deux pays. L'Essor Savoyard, Bip à la ceinture et gilet de sauvetage sur les épaules : une matinée avec les sauveteurs de Thonon - L'Essor Savoyard

Images d'illustration du mot « section »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « section »

Langue Traduction
Anglais section
Espagnol sección
Italien sezione
Allemand sektion
Chinois 部分
Arabe الجزء
Portugais seção
Russe раздел
Japonais セクション
Basque atala
Corse sezione
Source : Google Translate API

Synonymes de « section »

Source : synonymes de section sur lebonsynonyme.fr

Section

Retour au sommaire ➦

Partager