La langue française

Chaume

Sommaire

  • Définitions du mot chaume
  • Étymologie de « chaume »
  • Phonétique de « chaume »
  • Évolution historique de l’usage du mot « chaume »
  • Citations contenant le mot « chaume »
  • Images d'illustration du mot « chaume »
  • Traductions du mot « chaume »
  • Synonymes de « chaume »

Définitions du mot chaume

Trésor de la Langue Française informatisé

CHAUME, subst. masc.

A.− BOT. Tige des graminées, cylindrique, creuse, garnie de nœuds et rarement ramifiée. Les fils virent ployer le chaume sous les grains (Jammes, Les Géorgiques chrétiennes,Chants 1 à 4, 1911, p. 10).
B.− Spéc., AGRIC., cour. Partie de la tige des céréales qui reste sur pied après la moisson. Chaume d'avoine, de blé, de seigle (cf. paille). Une de ces collines basses couvertes de chaume coupé ras, qui après la moisson ressemblent à des têtes tondues (Hugo, Les Misérables, t. 1, 1862, p. 88).Ces dards de porc-épic que sont les chaumes des graminées (Gide, Le Retour du Tchad,1928, p. 979):
1. Le blé tombe; elle va, courbant les reins. Son bras D'un geste calme fauche à pleins faisceaux les tiges. Elle avance; derrière elle le chaume est ras : Les pauvres seuls pourront glaner sur ses vestiges. Ch. Guérin, Le Cœur solitaire,Recueil 5, 1904, p. 115.
Rem. Ds la docum., le mot est empl. aussi souvent au sing. qu'au pluriel.
P. métaph. Des yeux bleus dans un rond visage cuit, sous des cheveux blonds en chaume raide (Colette, Le Blé en herbe,1923, p. 19):
2. Le cheveu devenu rare et sec, l'artiste, couvert de chaumes, est mûr pour le silence, ou les salons, qui reviennent au même. Camus, L'Envers et l'endroit,1937, p. 13.
P. méton. Champ de chaume. À l'angle du chaume d'avoine et de la prairie de Fonteneilles (R. Bazin, Le Blé qui lève,1907, p. 267):
3. Vous savez ce que c'est qu'un chaume. Dans les anciennes grandes manœuvres, n'est-ce pas, un chaume c'était une espèce de grande brosse à l'envers sur laquelle on marchait, une brosse immense, à perte de vue. Couchée sur le dos,... Péguy, Victor-Marie, Comte Hugo,1910, p. 685.
C.− Spéc. Paille couvrant le toit de maisons rurales (cf. chaumière). Toit de chaume. Dix maisons (...) celles-ci coiffées de chaume et celles-là d'ardoises (Maupassant, Bel-Ami,1885, p. 222):
4. ... le lutin attentif (...) resserre les chaumes du toit à mesure qu'un vent obstiné les divise, ... Nodier, Trilby,1822, p. 132.
5. ... des cases à toit pointu, d'un chaume tout différent que celui des toits précédents (dont on enlève une poignée pour faire torche), d'un chaume plus menu, plus souple, formant tignasse non égalisée et tombant en franges au bord du toit (aspect très indochinois) − couvrant le toit en éteignoir. Gide, Le Retour du Tchad,1928, p. 989.
P. méton., littér.
1. Toit de chaume. Les maisons des paysans, coiffées d'un chaume poli par le temps (Maurois, Les Silences du colonel Bramble,1918, p. 16):
6. Chez les Septmance, elles sont quatre filles, trois garçons, des cousins, le tout abrité sous un chaume ancien et fleuri, au bord d'une route. Colette, La Maison de Claudine,1922, p. 104.
2. Chaumière. Un doux être (...) habitant (...) Un vieux chaume croulant qui s'étoile le soir (Hugo, Les Contemplations,t. 3, 1856, p. 128):
7. On finit par les découvrir [la mère et l'enfant] chez le père d'Irma, dans un affreux petit chaume, à la lisière de la forêt de Rambouillet... A. Daudet, Les Femmes d'artistes,1874, p. 217.
3. Symbole des pauvres, des simples. Être né, vivre sous le chaume. L'homme qui repose sous le chaume et l'homme entouré du faste de l'opulence (La Martelière, Robert, chef de brigands,1793, II, 2, p. 17).Serfs et maîtres, palais, chaumes, peuples et rois (Leconte de Lisle, Poèmes tragiques,Hiéronymus, 1886, p. 88).
D.− Littér. Synon. de paille.Cette espèce de surexcitation s'éteignit bientôt comme un feu de chaume (Sandeau, Mlle de La Seiglière,1848, p. 77).Tous s'étendirent silencieusement sur leurs lits de chaume (Loti, Le Mariage de Loti,1882, p. 244):
8. Dans le sous-sol d'une boulangerie un grillon chante, et on voudrait l'en faire sortir, comme de son trou avec un chaume, en fouillant de la canne dans le soupirail. Giraudoux, Simon le Pathétique,1926, p. 242.
Rem. Littré et Guérin 1892 enregistrent le subst. masc. chaumet, agric. Outil servant à arracher les chaumes.
Prononc. et Orth. : [ʃo:m]. Ds Ac. 1694-1932. Homon. chôme (-nt, -s) du verbe chômer. Lar. 19ementionne l'anc. forme chaulme. Étymol. et Hist. 1. 1195 agric. (Ambroise, Guerre sainte, 6291 ds T.-L.); 2. 1275 « paille qui couvre le toit des maisons » (J. de Meun, Rose, éd. F. Lecoy, 6078); d'où fig. 1651-52 (Corneille, L'Imitation, I, 24 ds Littré : Et les princes verront les chaumes préférés Au faste ambitieux de leurs palais dorés). Du lat. class. calamus « roseau » puis « tige d'une plante » dep. Virgile ds TLL s.v., 124, 47 : lupini calamos; fréquemment en parlant de céréales (Pline, ibid., 124, 61) lui-même empr. au gr. κ α ́ λ α μ ο ς de même sens. Fréq. abs. littér. : 516. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 667, b) 690; xxes. : a) 1 130, b) 574. Bbg. Gir. t. 2. Nouv. Rem. 1834, pp. 18-19.

Wiktionnaire

Nom commun

chaume \ʃom\ masculin

  1. (Botanique) Tige herbacée, creuse, simple, garnie de nœuds, qui est propre aux graminées, telles que le blé, l’avoine, etc.
    • Le chaume flexible des graminées de nos prairies, dont les épis légers ne s'élèvent que peu au-dessus du sol et que le moindre souffle du zéphyr suffit à bercer mollement , est remplacé dans certaines contrées de l'Asie par les tiges de bambous, riches en nœuds et d'un diamètre si considérable, […]. — (Frédéric de Tschudi, Lectures agricoles dédiées à la jeunesse suisse, traduit de l'allemand (Suisse) sous la direction de A. Mauron, Frauenfeld : chez J. Huber, Fribourg : chez J. Labastroy & Lausanne : chez Jacques Chantrens, 1865, p. 168)
  2. (Agriculture) Partie de la tige du blé, du seigle, etc., qui reste dans le champ quand on les a coupés.
    • Les chaumes sont hauts, sont forts. Brûler les chaumes.
  3. (Par extension) Champ où le chaume est encore sur pied.
    • […] l’aspect automnal, de beaucoup le mieux marqué, est surtout déterminé par la floraison de Galeopsis Ladanum qui étend ses nappes roses lilacées sur le fond jauni des chaumes parmi le rouge des Coquelicots, le jaune soufre des Linaires et l’azur des Bleuets. — (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises : les associations végétales de la vallée de la Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, p. 33-34)
  4. (Architecture) Paille qui couvre certaines maisons de village, certaines habitations de paysans, certains hangars.
    • Pendant de longs siècles, la maison resta bien fragile. […] En Champagne et sur le plateau agricole de Porcien, c’est en chaume qu’elle était couverte à la fin du XVIIIe siècle. Les incendies fréquents, calamités de l’ancienne France, dévoraient des villages en un clin d’œil […] — (Octave Guelliot, « Villages et maison des Ardennes », dans la Revue de folklore français et de folklore colonial, vol. 8, Librairie Larose, 1937, p. 188)
    • Ils avaient une maison à eux. […] Oh ! une vraie cabane ! couverte de chaume, bâtie en pisé, fermée par des volets qui claquaient au vent. — (Émile-Ambroise Thirion, La Politique au village, Fischbacher, 1896, p. 324)
    • Les cheminées et les toits de chaume, à droite et à gauche de la route, dépassaient à peine les montagnes de neige. — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
  5. (Par métonymie) (Poétique) Chaumière.
    • Être né sous le chaume. Vivre, habiter sous le chaume.

Forme de verbe

chaume \ʃom\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de chaumer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de chaumer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de chaumer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de chaumer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de chaumer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHAUME. n. m.
T. de Botanique. Tige herbacée, creuse, simple, garnie de nœuds, qui est propre aux graminées, telles que le blé, l'avoine, etc. Il désigne plus ordinairement, en termes d'Agriculture, la Partie de la tige du blé, du seigle, etc., qui reste dans le champ quand on les a coupés. Les chaumes sont hauts, sont forts. Brûler les chaumes. Il se dit, par extension, d'un Champ où le chaume est encore sur pied. Cette compagnie de perdrix s'est allée remettre dans un chaume. Battre un chaume. Il se dit souvent aussi de la Paille qui couvre certaines maisons de village, certaines habitations de paysans, certains hangars. Toit de chaume. Il se dit encore par extension et poétiquement en parlant d'une Chaumière quelconque. Être né sous le chaume. Vivre, habiter sous le chaume.

Littré (1872-1877)

CHAUME (chô-m') s. m.
  • 1Portion de la tige des céréales qui reste sur pied après la récolte.
  • 2 Terme de botanique. Nom de toute tige cylindrique, simple ou rarement ramifiée, le plus souvent fistuleuse, offrant de distance en distance des nœuds d'où partent des feuilles alternes et engainantes : c'est la tige des graminées.
  • 3Champ où le chaume est encore sur pied. Les perdrix se réunissent dans les chaumes. Nous mîmes une demi-heure pour nous rendre à Athènes à travers un chaume de froment, Chateaubriand, Itin. 171.

    Terme d'ancienne coutume. Chaumes, landes et bruyères.

  • 4La paille qui couvre les maisons de village. Le pauvre en sa cabane où le chaume le couvre, Malherbe, VI, 18. Du chaume ! des roseaux ! voilà donc sa retraite ! Voltaire, Scythes, III, 1. Il [le roi d'Yvetot] faisait ses quatre repas Dans son palais de chaume, Béranger, Yvetot.

    Fig. Toit de la maison du paysan, du pauvre, et, par extension, cette maison même. Vous qui habitez sous le chaume. Et les princes verront les chaumes préférés Au faste ambitieux de leurs palais dorés, Corneille, Imit. I, 24. La justice, fuyant nos coupables climats, Sous le chaume innocent porta ses derniers pas, Delille, Géorg. III. Elle [notre gloire] épouvante encor les rois Et nous bannit des humbles chaumes, Béranger, Ch. d'asyle. Dans les palais et sous le chaume Moi, dit la sœur, j'ai de mes mains Distillé le miel et le baume…, Béranger, Deux sœurs de ch.

    Être né, vivre sous le chaume, c'est-à-dire dans l'humble condition des paysans.

HISTORIQUE

XIIIe s. À Paris [j'] emportoie chaume, busche et estrain, Berte, LXXIII. D'autre part sunt li mur de bue, Qui n'ont pas d'espès plaine paume ; S'est [la maison] toute coverte de chaume, la Rose, 6132. Sor ung poi de chaume ou de fain [foin], ib. 10171. En yver, par la grant froidure, Se gisoit sor la chaume dure, Deux coutes metoit desus soi, Rutebeuf, II, 210. Premier ne demanderent qu'un peu de repostaille, Atout un pou d'estrain ou de chaume ou de paille, Rutebeuf, 176. Bien dire sans bien faire est comme feu de chaume Qu'on esteint de legier du pié ou de la paume, J. de Meung, Test. 695.

XIVe s. Si tu sens que tes ennemis Viengne, prie tous tes amis Et fait tantost ton mandement… Mais garde le contremander : Car li contremant du royaume Ont fait ardoir maint toit de chaume, Machaut, p. 108.

XVe s. Cheurent par milliers morts et navrez en grand confusion et desolation l'un sur l'autre, en telle maniere que les mons et multitude de morts et navrez estoient, en plusieurs lieux, plus grans que ne sont les chaumes des moissons au mois d'aoust, Monstrelet, t. I, ch. 47, p. 75, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CHAUME, s. m. (Agricult.) est la tige des plantes qui se sement en plain champ, telles que les blés & les avoines. On les nomme encore roseaux. Voy. Roseaux.

Chaume, (Jurisprud.) que quelques coûtumes comme Artois appellent aussi esteulles, est ordinairement laissé dans les champs pour les pauvres habitans de la campagne, qui l’employent au fourrage & à la litiere des bestiaux, à couvrir les maisons ou à leur chauffage.

Chacun peut cependant conserver son propre chaume pour son usage : il y a même des endroits où on le vend à tant l’arpent ; dans d’autres on le brûle sur le lieu pour rechauffer la terre & la rendre plus féconde. Dans quelques endroits on ne peut conserver que le tiers de son propre chaume, le surplus doit être laissé pour les pauvres ; cela dépend de l’usage de chaque lieu.

Les juges ne permettent communément de chaumer qu’au 15 Septembre, ou même plus tard, ce qui dépend de l’usage des lieux & de la prudence du juge. Ce qui a été ainsi établi, tant pour laisser le tems aux glaneurs de glaner, que pour la conservation du gibier qui est encore foible.

Il n’est permis de mener les bestiaux dans les nouveaux chaumes qu’après un certain tems, afin de laisser la liberté de glaner & d’enlever les chaumes. Ce tems est reglé diversement par les coûtumes ; quelques-unes comme Amiens, Ponthieu, & Artois le fixent à trois jours ; d’autres étendent la défense jusqu’à ce que le maître du chaume ait eu le tems d’enlever son chaume sans fraude.

Les défenses faites pour les chaumes de blé ont également lieu pour les chaumes d’avoine, & autres menus grains, parce que les pauvres glanent toutes sortes de grains. Voy. le Levitique, ch. xxix. n. 9. La coûtume d’Orléans, art. 195. L’arrêt de réglement du 4. Juillet 1750. Et le code rural, ch. 21. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « chaume »

(Date à préciser) Du latin calamus (« roseau, tige d’une plante ») lui-même emprunté au grec ancien κάλαμος kálamos, de même sens  [1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Le latin calamus. Le bas-latin calma répond à chaume féminin, qui se trouve quelquefois dans l'ancien français.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « chaume »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
chaume ʃom

Évolution historique de l’usage du mot « chaume »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « chaume »

  • Au chaume on reconnaît l'épi. Homère, L'Odyssée, XIV, 214-215 (traduction V. Bérard)
  • Les sapeurs-pompiers ont été appelés pour un feu de végétation à Dehéries en fin de matinée ce dimanche. Ce sont en fait trois hectares de chaume qui ont été détruits par les flammes. La Voix du Nord, Dehéries: trois hectares de chaume partent en fumée
  • Elles ont quasi disparu à la fin du XIXème siècle en raison notamment des risques d’incendie. Après un retour des toits en chaume durant les années 60, ils ont aujourd’hui quasi disparu de la circulation, si ce n’est dans les maisons haut de gamme. Peu de sociétés sont encore capables de nos jours de poser un toit en chaume, on les retrouve principalement dans le nord du pays. La technique de pose est ancestrale et s’appuie sur un savoir-faire très particulier. Les qualités esthétiques, écologiques, acoustiques et isolantes contribuent à un retour en grâce des toits en chaume. Plusieurs matériaux de base sont utilisés, traditionnellement de la paille, mais souvent aussi des roseaux. Le coût d’une telle toiture est relativement élevé, de l’ordre de 120 à 150 euros le m². Cela s’explique essentiellement par la durée du temps de pose t le coût élevé de la main-d’œuvre. Le temps de vie d’une toiture en chaume est estimé à une quarantaine d’années, à condition qu’il soit régulièrement entretenu. Si une ouverture doit être faite pour une fenêtre de toit par exemple, l’intervention d’un artisan spécialisé est indispensable. De nos jours, les toits en chaume sont extrêmement compacts. L’épaisseur en haut de la toiture est d’environ 35 cm pour 30 cm dans le bas. Les risques d’incendie sont aussi minimisés grâce à un traitement anti-flamme. Pour que l’eau de pluie s’évacue facilement, la pente doit être au minimum de 40%. Si elle est moindre, l’eau n’est pas évacuée assez rapidement et risque de faire pourrir le matériau. Tous les trois ans environ, les mousses doivent être éliminées avec un taille-haie thermique. Communes, régions, Belgique, monde, sports – Toute l'actu 24h/24 sur Lavenir.net, Le charme désuet des toitures en chaume

Images d'illustration du mot « chaume »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « chaume »

Langue Traduction
Anglais thatch
Espagnol paja
Italien paglia
Allemand stroh
Portugais palha
Source : Google Translate API

Synonymes de « chaume »

Source : synonymes de chaume sur lebonsynonyme.fr
Partager