La langue française

Souche

Définitions du mot « souche »

Trésor de la Langue Française informatisé

SOUCHE, subst. fém.

A. −
1. Usuel
a) Base du tronc d'un arbre (ou d'un grand arbuste) prolongée par ses racines.
α) Cette partie étant arrachée ou restant en terre après que l'arbre a été abattu. Souche biscornue, calcinée, noueuse; souche d'arbre, d'olivier, de pommier; rejet de souche; feu de souches; buter contre une souche. On imposait autrefois la même règle pour l'abattage des arbres au-dessous d'un certain diamètre correspondant à l'âge limite à partir duquel la souche perd sa faculté de rejeter (Cochet,Bois, 1963, p. 131):
1. La charpente [de l'arrache-souche] en forme de pyramide tronquée était amenée au-dessus d'une grosse souche et abaissée, la souche attachée avec des chaînes passant sur une poulie, et à l'autre extrémité de la chaîne le cheval tirait brusquement, jetant tout son poids en avant et faisant voler les mottes de terre sous les crampons de ses sabots. Hémon,M. Chapdelaine, 1916, p. 63.
β) Rare. Cette partie quand l'arbre est sur pied. Les hêtres séculaires se glaçaient à la fois par la souche et par le faîte (Pesquidoux,Livre raison, 1925, p. 3).
b) P. compar. ou p. métaph. Synon. bûche1.
α) P. compar. [Pour souligner l'immobilité ou l'inertie en parlant d'une pers.]
Rester comme une souche. Rester totalement immobile, rester sans rien faire. Il s'était noyé dans son chagrin et dans son dépit, au point de rester là comme une souche (Sand,Pte Fad., 1849, p. 85).Fallait-il pas rester là comme une souche avec une mine disgracieuse et revêche? (Gautier,Fracasse, 1863, p. 123).Var. Il ne bougea pas plus qu'une souche à l'approche de ses camarades (Gautier,Fracasse, 1863, p. 146).
Dormir comme une souche. Dormir d'un sommeil très profond. − (...) Est-ce que tu dors bien au moins? − Oh! père, comme une souche! (Zola,Rêve, 1888, p. 143).Pibou, dans notre chambre commune, pionçait comme une souche, d'un souffle égal et glaireux (Arnoux,Zulma, 1960, p. 281).
β) [À propos d'une pers. peu intelligente, le plus souvent p. métaph.] Où a-t-elle eu les yeux d'épouser cette grosse souche d'Alsacien? (Balzac,Goriot, 1835, p. 151).Et là-dessus Jean Aubard se retira, bête comme souche, et riant comme un nigaud (Sand,Fr. le Champi, 1848, p. 177).
c) P. métaph. La Trappe avait déraciné les souches des anciennes luxures (Huysmans,Cathédr., 1898, p. 42).Vous avez moins de trente ans et (...) j'en ai plus de quarante (...). Je suis la souche écimée et sans branches, et je vois dans votre œil brun le vert de la jeune feuille (Claudel,Otage, 1911, i, 1, p. 232).
2. Spécialement
a) BOT. Partie souterraine d'une plante vivace. Souche charnue, rameuse, simple. Le houblon. C'est une plante à souche ligneuse et vivace dont les racines rampantes sont munies d'yeux donnant des jets (Industr. fr. brass., 1955, p. 3).
b) VITIC. Pied de vigne. Souche court-nouée, faible, malade. Des champs rouges, où s'alignaient des files d'amandiers maigres, des têtes grises d'olivier, des traînées de vignes, rayant la campagne de leurs souches brunes (Zola,Faute Abbé Mouret, 1875, p. 1230).La densité pouvait atteindre 40 et même 50 000 pieds à l'hectare. Les mêmes vignobles sont aujourd'hui conduits en espalier et la densité y est tombée à 10 000 souches ha sans qu'aucune modification qualitative ou quantitative sensible ait pu être décelée (Levadoux,Vigne, 1961, p. 110).
B. − P. anal.
1. [Anal. fondée sur un rapport spatial]
a) ADMIN., COMM. Partie d'un document qui reste attachée à un registre, à un livre ou à un carnet et qui, portant les mêmes indications que la partie détachée, le volant, permet d'en attester l'authenticité. Synon. talon.Carnet, livre, registre à souches; souches d'un chéquier. Le contrôle était des plus faciles, il suffisait de collationner les notes remises par la caisse au bureau de défalcation, avec les souches restées entre les mains des commis (Zola,Bonh. dames, 1883, p. 421).La plupart des billets avaient été vendus un à un et les souches portaient les noms de gens du quartier (Simenon,Vac. Maigret, 1948, p. 129).
Vieilli. Le ,,plus long des deux morceaux de bois ajustés, sur lesquels les boulangers et les bouchers font des entailles pour marquer la quantité de pain ou de viande qu'ils fournissent à crédit`` (Ac. 1835).
b) ARCHIT., CONSTR. Base d'un élément de construction. Souche de clocher, d'une tourelle.
Souche (de cheminée). Partie de maçonnerie qui, s'élevant au-dessus d'un comble, renferme les conduits de fumée. On voit que les souches des cheminées viennent se grouper autour de la partie supérieure de la cage de l'escalier formant étendoir et réservoir d'air sec (Viollet-Le-Duc, Archit., 1872, p. 367).
c) MARÉCHALERIE. ,,Portion de clou à ferrer, demeurée dans le sabot`` (St-Riquier-Delp. 1975).
2. [Anal. fondée sur un rapport chronol.]
a) Personne ou animal qui est à l'origine d'une génération. Ces Andarran sont originaires du Bigorre. Vieille souche de cultivateurs et de soldats, enracinés au sol provincial (Vogüé,Morts, 1899, p. 86).Les vers aujourd'hui vivants (...) sont les exemplaires vidés et figés des formes infiniment plastiques, grosses d'un avenir indéfini, qui furent la souche commune des Échinodermes, des Mollusques, des Arthropodes et des Vertébrés (Bergson,Évol. créatr., 1907, p. 131).
DR. CIVIL. ,,Auteur commun à plusieurs personnes dans le droit des successions`` (Jur. 1985). Dans tous les cas où la représentation est admise, le partage s'opère par souche: si une même souche a produit plusieurs branches, la subdivision se fait aussi par souche dans chaque branche, et les membres de la même branche partagent entre eux par tête (Code civil, 1804, art. 743, p. 136).(Partage, succession) par souche(s) (p. oppos. à par tête). Supra ex. du Code civil.
Faire souche. Donner naissance à des descendants. Aux lits profonds où l'on fait souche (Verhaeren,Camp. halluc., 1893, p. 45).Cette poignée de braves Paulistes qui firent souche avec les filles des chefs, des princes, des rois des Indiens (Cendrars,Bourlinguer, 1948, p. 347).P. métaph. Dès les premières courses, le mot [vélocipède] fait souche: vélocipédie, -iste (Comment parlent les sportifsds Vie Lang.1954, p. 136).
[Avec adj.] Pense à ta femme, pense à tes enfants; il faut faire souche nouvelle, souche de braves gens (A. Daudet,Obstacle, 1891, ii, 4, p. 204).Elle pensait assez simplement qu'un raté dans mon genre devait avoir fait souches clandestines un peu sous tous les cieux (Céline,Voyage, 1932, p. 272).
[Avec compl. prép. de désignant une catégorie d'êtres] Elle y a vécu [la vieille bonne, dans la maison Tavera] (...) y a fait souche de vingt-cinq enfants et petits-enfants (Lorrain,Heures Corse, 1905, p. 105).Quand des parents ordinaires font souche d'enfants exceptionnels (Colette,Sido, 1929, p. 140).
P. anal. Les adeptes d'une culture générale, − qui n'ont pas tous fait souche de négateurs et d'apostats (Weill,Judaïsme, 1931, p. 73).
De souche.D'origine. Français de souche. Au fig. Ce roi [Louis XV] parle un très-bon français, en ce sens que ce français est de souche, mais c'est un français si familier qu'il en est trivial et bas (Sainte-Beuve,Nouv. lundis, t. 10, 1865, p. 231).
De souche + adj. (désignant une catégorie soc. ou une nationalité).De souche allemande, parlementaire. Les bourgeois de souche bourgeoise! Ah! les monstres de laideur, de vilenie, de cupidité, de stupidité, d'infamie! (Bloy,Journal, 1902, p. 102).Ces états sont peuplés en majeure partie de populations de souche européenne (Australie, Nouvelle-Zélande, Argentine, Uruguay) (Wolkowitsch,Élev., 1966, p. 52).
De souche + adj. qualificatif.L'honneur d'un cavalier de souche honnête et brave (Leconte de Lisle,Poèmes barb., 1878, p. 293).
De bonne souche (vieilli). De bonne famille. Toute maison de bonne souche A son histoire où le poison Joue un rôle (Glatigny,Fer rouge, 1870, p. 13).P. iron. Cancre de bonne souche, la crainte d'une leçon me fane le rêve (Cocteau,Portr.-souv., 1935, p. 80).P. métaph. [M. Töpffer] est de Genève, mais il écrit en français de bonne souche et de très-légitime lignée (Sainte-Beuve,Portr. contemp., t. 3, 1841, p. 211).
De vieille souche. De famille très ancienne. Le ton était celui, aimable avec une pointe de condescendance, d'un gentilhomme de vieille souche (Simenon,Vac. Maigret, 1948, p. 116).
b) P. anal. ou au fig. Source, origine, principe.
α) [À propos d'un groupe artistique] Les écoles flamande et hollandaise ont entre elles un air de famille, et on voit qu'elles émanent d'une même race et sont parties d'une souche commune (Ménard,Hist. Beaux-Arts, 1882, p. 194).
β) [À propos d'une lang. ou d'éléments ling.] Le titre d'ambassadeur, dérivé par le bas-latin d'un terme franc de souche celtique et désignant un serviteur chargé des commissions (Chazelle,Diplom., 1962, p. 10).
γ) [À propos de tout élément lié à un autre dans le temps] Les littératures germaniques sont romantiques et ont pour première souche l'Edda et les vieilles sagas du Nord (Taine,Philos. art, t. 1, 1865, p. 241).
c) BIOLOGIE
α) Ensemble des individus de même espèce provenant d'un ancêtre unique. Synon. lignée.Il existe enfin une souche de drosophile, dite souche P, résistante au gaz carbonique (P. Morand,Confins vie, 1955, p. 151).
β) Ensemble des micro-organismes provenant d'un micro-organisme unique par division directe ou asexuée. Souche mutante; souche bactérienne, cellulaire, microbienne; souche de pneumocoques, de vaccin, de virus. Le liquide provenant de flacons de Carrel où sont maintenues en culture des souches d'épithélium thyroïdien (J. Verne,Vie cellul., 1937, p. 114):
2. Les pays occidentaux ne possédant pas la souche asiatique A 2 en cause, dès l'apparition de la grippe en Chine le centre international de Londres et l'Organisation Mondiale de la Santé furent alertés. La première souche isolée en Asie fut identifiée par le centre de Londres, et immédiatement mise à la disposition de tous les centres nationaux, en vue de la préparation spécifique. R. Schwartz,Nouv. remèdes et mal. act., 1965, p. 133.
d) AUDIOVISUEL. Bande magnétique originale de montage. (Ds Franterm Néol. 1984).
REM. 1.
-souche, élém. de compos.a) [Le 1erélém. est un subst.] α)
Famille-souche, subst. fém.Famille qui constitue une souche (supra B 2 a). Un millier de personnages environ composait, sous cette famille-souche, le peuple des personnages secondaires dans cette roman-cité [les Rougon-Macquart] (Thibaudet,Hist. litt. fr., 1936, p. 372).
β)
Mot-souche, subst. masc.,bibliothécon., docum. Mot qui est à la base d'un classement. L'inconvénient de cette méthode est que le lecteur ne sait pas quels sont les mots adoptés pour le classement « mots-souches » (Civilis. écr., 1939, p. 52-3).
γ)
Parasite-souche, subst. masc.,biol. Parasite qui constitue une souche (supra B 2 c). Peut-être pourrait-on les concilier en admettant qu'il s'agit de « deux variétés secondairement différenciées d'un même parasite-souche » (Dévé dsNouv. Traité Méd.fasc. 5, 11924, p. 332).
b) [Le 1erélém. est une forme verbale fr.] V. arrache-souche(s) (s.v. arrache-).
2.
Souche-, élém. de compos.
Souche-mère, subst. fém.,bot. Souche destinée à la reproduction. La valeur de la lignée végétative n'est pas le reflet exact de celle extériorisée par la souche-mère (Levadoux,Vigne, 1961, p. 123).
3.
Souchon, subst. masc.,sylvic. Petite souche. (Dict. xixeet xxes.). Droit de souchons. ,,Droit de ravaler les troncs de bois coupés`` (Plais. 1969).
Prononc. et Orth.: [suʃ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) [Fin xies. çoche « partie du tronc qui reste en terre après qu'on a coupé l'arbre » (Raschi, Gl., éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, t. 1, 218)]; 1176-1181 çoche (Chrétien de Troyes, Chevalier Lion, éd. M. Roques, 290); 1178 çouche (Renart, éd. M. Roques, 13137); b) ca 1195 gésir cume choches « demeurer dans une immobilité complète » (Ambroise, Guerre sainte, 10496 ds T.-L.); 2emoit. du xiiies. [date ms. T] ne se movoir plus c'une choque « rester immobile » (1èreContinuation Perceval, éd. W. Roach, t. 1, p. 3774); ca 1363-64 estre comme une souche (Guillaume de Machaut, Le Livre du Voir dit, éd. P. Paris, p. 147); xives. [date du ms.] se tenir souche « rester inerte » (Le roi d'Angleterre et le jongleur d'Ely ds Fabliaux, éd. A. de Montaiglon et G. Raynaud, t. 2, p. 253); c) ca 1260 fig. souche « tronc d'arbre, de la racine jusqu'aux branches » (Philippe de Novare, Quatre Ages, 108 et 195 ds T.-L.); 2. 1373 choque « partie d'une cheminée qui s'élève sur le toit » (Arch. Nord, B 15279, f o35 v o); 1624 souche (Berty, Hist. gén. de Paris, Topographie hist. du vieux Paris, II, p. 216); 3. a) 1378 [date du ms.] souche « celui de qui sort une suite de descendants, la descendance » (Le songe du vergier, éd. M. Schnerb-Lièvre, livre I, chap. CL, 14); 1611 faire souche (Cotgr.); b) 1964 bactériol. souche microbienne (Lar. encyclop.); 4. 1808 « reste d'une feuille coupée en long » (Boiste). Mot d'orig. discutée (v. FEW t. 13, 2, p. 353). L'hyp. la plus vraisemblabe est celle de Hubschmid qui fait remonter le mot à un gaul. *tsŭkka (d'où aussi Montferrat soc, socca; aragonais zoque), qui corresp. à l'all. Stock « bâton ». La var. coche, très répandue dans l'Ouest, est sans doute due à une très ancienne métathèse att. dès le ixes. (Bl.-W.2-5). Le norm. chuque (1558, Poppe, Der Wortschatz des Journal des Sieur de Gouverville, p. 63) et le berrichon suche (cf. aussi piémontais süka, Engadine tschücha) s'expliquent par le fait que la voy. , tout comme dans qq. autres mots d'orig. gaul., a été traitée comme le lat. Le changement du Ọ en O (en partic. en Italie), est sans doute dû à l'infl. du lat. sŏccus « chaussure de bois, base, socle » phonétiquement et sémantiquement très proche de la racine *tsŭkka. Fréq. abs. littér.: 451. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 458, b) 539; xxes.: a) 904, b) 693.
DÉR.
Souchette, subst. fém.,bot. Variété comestible de champignon à pied coriace qui pousse en groupe sur les souches ou à la base des chênes ou des hêtres. V. hydre ex. de Bazin.[suʃ εt]. 1resattest. a) 1564 [éd.] « souche d'un tout jeune arbre » (Ch. Estienne, L'Agriculture et maison rustique, f o62 v o), b) 1904 « variété de champignon » (Nouv. Lar. ill.); dimin. de souche, b ainsi nommée parce qu'elle pousse sur les souches.
BBG. Quem. DDL t. 31 (s.v. registre à souche). − Swart (H. de). Qu'en est-il du sens de sommaire et de souche?... Nancy, 1986, pp. 12-13.

Wiktionnaire

Nom commun

souche \suʃ\ féminin

  1. (Botanique) (Jardinage) (Exploitation forestière) Partie basse du tronc d’un arbre qui reste en terre quand l’arbre a été coupé.
    • Bref, nous avions fini le litre, assis sur une grosse souche, avec la fameuse couverture pendue aux branches, qui pissait l’eau comme une gouttière. — (Georges Bernanos, Nouvelle Histoire de Mouchette, Plon, 1936)
    • La lune était toute nouvelle, et, du Nord, le vent apportait l’odeur des précoces jonchées de feuilles à bout de sève, de souches cariées. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    1. (Par extension) Rhizome.
      • Grâce à sa multiplication souterraine par drageons et à ses souches cespiteuses, le Brachypodium dont la spécialisation sociologique est assez médiocre, joue un rôle dynamique important. — (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises : les associations végétales de la vallée de la Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, p. 104)
    2. (Botanique) Partie basale souterraine, ou située juste au niveau du sol, de la tige des plantes vivaces, cep, pied.
      • Des champs rouges, où s’alignaient des files d’amandiers maigres, des têtes grises d’olivier, des traînées de vignes, rayant la campagne de leurs souches brunes. — (Émile Zola, La Faute de l’Abbé Mouret, 1875)
      • Vin acheté sur souche, se dit lorsqu’on achète le raisin encore sur le cep de vigne.
  2. (Figuré) Bûche, exprime l’immobilité, l’inertie.
    • Rester comme une souche, se dit d’une personne indolente, sans activité.
    • Je te sus exprimer des tendresses de coeur
      Mais à tous mes discours tu fus comme une souche,
      Et jamais un mot de douceur ne te put sortir de la bouche.
      — (Molière, Amphit. II, 3)
    • Mais le peuple, qui l’écoutait [Démosthène],
      Immobile comme une souche,
      Ne fut non plus touché de ce qu’il débitait
      Que s’il n’eût pas ouvert la bouche.
      — (Boursault, Fables d’Ésope, Prologue.)
    1. Bûche, personne stupide et sans activité.
      • C’est une vraie souche, Vous croyez donc que je sois une souche ? — (Hauteroche, Les Appar. tromp. I, 12)
  3. (Droit) (Administration) (Commerce) La partie la plus longue d’une taille de comptabilité.
  4. (Administration) Partie qui reste des feuilles d’un registre, lorsqu’on les a coupées, et qui sert à vérifier l’authenticité de la partie détachée.
    • Registre, carnet à souche.
    • La souche d’un carnet de chèques.
    • Ils examinèrent le spécimen d’un petit cahier à souches que Mouret venait d’inventer pour les notes de débit. — (Émile Zola, Au Bonheur des Dames, 1883)
    1. (Belgique) Ticket mentionnant les données d’un achat.
      • La caissière lui rendit sa monnaie et la souche.
  5. (Par analogie spatiale) Base d’un élément de construction.
    • Souche de clocher, d’une tourelle.
    • Souche de cheminée, partie de maçonnerie qui, s’élevant au-dessus d’un comble, renferme les conduits de fumée.
    • On voit que les souches des cheminées viennent se grouper autour de la partie supérieure de la cage de l’escalier formant étendoir et réservoir d’air sec. — (Viollet-Le-Duc, Archit., 1872)
  6. (Par analogie temporelle) Origine, source.
    • Les écoles flamande et hollandaise ont entre elles un air de famille, et on voit qu’elles émanent d’une même race et sont parties d’une souche commune. — (Ménard, Histoire des Beaux-Arts, 1882)
    1. (Généalogie) Origine d’un arbre généalogique ; ancêtre d’une lignée ; ancêtre commun à plusieurs branches.
      • Contrairement à leurs prédécesseurs, ils se laissent « yéméniser ». Malgré leur origine turkmène, ils se forgent une généalogie yéménite, en rattachant leur branche à la glorieuse souche des ghassanides. — (Joseph Chelhod, L'Arabie du Sud: histoire et civilisation, tome 2, Éditions G.-P. Maisonneuve et Larose,, 1984, page 260)
      • Robert de Clermont, sixième fils de saint Louis, est la souche de la maison de Bourbon.
      • Faire souche, commencer une branche dans une généalogie, être le premier d’une suite de descendants.
      • De tous les enfants de saint Louis, il n’y en a eu que deux qui aient fait souche.
      • Cette poignée de braves Paulistes qui firent souche avec les filles des chefs, des princes, des rois des Indiens. — (Cendrars, Bourlinguer, 1948)
      • Succéder par souche, succéder par représentation.
      • (Droit) Dans tous les cas où la représentation est admise, le partage s’opère par souche : si une même souche a produit plusieurs branches, la subdivision se fait aussi par souche dans chaque branche, et les membres de la même branche partagent entre eux par tête. — (Code civil, 1804, art. 743)
    2. (Génétique) Ancêtre d’une famille biologique, d’une espèce.
      • Les vers aujourd’hui vivants […] sont les exemplaires vidés et figés des formes infiniment plastiques, grosses d’un avenir indéfini, qui furent la souche commune des Échinodermes, des Mollusques, des Arthropodes et des Vertébrés. — (Bergson, Évolution créatrice, 1907)
      1. (Biologie) Lignée, ensemble des individus de même espèce provenant d’un ancêtre unique.
        • Il existe enfin une souche de drosophile, dite souche P, résistante au gaz carbonique. — (Pierre Morand, Aux Confins de la vie, 1955)
        • Les souches (ovins, lapins) et les lignées (volailles, bovins, équins, porcins) sont des produits de sélection issus d’un petit groupe d’individus d’une race donnée. Ils permettent d’obtenir des caractères reproductibles avec peu de variabilité. — (Cirad/Gret/MAE, Mémento de l’agronome, Cirad/Gret/Ministère des Affaires étrangères, Paris, 2002, page 1396)
      2. Ensemble des micro-organismes provenant d’un micro-organisme unique.
        • Souche virale, microbienne, bactérienne.
        • Les pays occidentaux ne possédant pas la souche asiatique A 2 en cause, dès l’apparition de la grippe en Chine le centre international de Londres et l’Organisation Mondiale de la Santé furent alertés. La première souche isolée en Asie fut identifiée par le centre de Londres, et immédiatement mise à la disposition de tous les centres nationaux, en vue de la préparation spécifique. — (R. Schwartz, Nouv. remèdes et mal. act., 1965)
    3. (Linguistique) Étymon, mot à l’origine de dérivés ou de descendants dans d’autres langues.
      • Le titre d’ambassadeur, dérivé par le bas-latin d’un terme franc de souche celtique et désignant un serviteur chargé des commissions. — (Chazelle, Diplomatie, 1962)
      • Dès les premières courses, le mot [vélocipède] fait souche : vélocipédie, -iste. — (Comment parlent les sportifs dans Vie Lang., 1954)
  7. (Par analogie de forme) (Informatique) Arbre de décision à un seul niveau.
    • Une souche est un arbre de décision comptant un nœud (la racine) directement connecté à ses feuilles. En intelligence artificielle, elle permet de prendre une décision à partir d’un paramètre unique.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SOUCHE. n. f.
Partie du tronc d'un arbre qui reste en terre quand l'arbre a été coupé. Ces souches ont repoussé. On a arraché toutes les souches qui restaient dans cet endroit de la forêt. Feu de souches. Fig. et fam., Rester comme une souche se dit d'une Personne indolente, sans activité. Fig. et fam., Dormir comme une souche, Dormir profondément.

SOUCHE, en termes de Généalogie, se dit figurément de Celui de qui sort une génération, une suite de descendants. Robert de Clermont, sixième fils de saint Louis, est la souche de la maison de Bourbon. Faire souche, Commencer une branche dans une généalogie, être le premier d'une suite de descendants. De tous les enfants de saint Louis, il n'y en a eu que deux qui aient fait souche. Fig. et fam., Faire souche d'honnêtes gens. En termes de Droit, Succéder par souche, Succéder par représentation. La succession par souche est opposée à la succession par tête.

SOUCHE, en termes d'Administration, désigne la Partie qui reste des feuilles d'un registre, lorsqu'on les a coupées dans leur longueur, et qui sert à vérifier l'authenticité de la partie détachée. Registre, carnet à souche. La souche d'un carnet de chèques. En termes de Maçonnerie, il désigne le Corps de la cheminée qui sort du toit et s'élève au-dessus du comble, soit qu'il n'ait qu'un seul tuyau, soit qu'il en renferme plusieurs. Une souche de cheminée ou de cheminées.

Littré (1872-1877)

SOUCHE (sou-ch') s. f.
  • 1Le bas du tronc d'un arbre, accompagné de ses racines et séparé du reste de l'arbre. Une grosse souche. Une souche pourrie. Plus un arbre est vieux quand on l'abat, moins sa souche épuisée peut produire, Buffon, Expér. sur les végét. 2e mém. La chaise où je m'assieds, la natte où je me couche, La table où je t'écris, l'âtre où fume une souche, Lamartine, Joc. VI, 227.

    Il se dit par comparaison, pour exprimer l'immobilité, l'inertie. Je te sus exprimer des tendresses de cœur ; Mais à tous mes discours tu fus comme une souche, Et jamais un mot de douceur Ne te put sortir de la bouche, Molière, Amphit. II, 3. Mais le peuple, qui l'écoutait [Démosthène], Immobile comme une souche, Ne fut non plus touché de ce qu'il débitait Que s'il n'eût pas ouvert la bouche, Boursault, Fabl. d'Ésope, Prologue. Il ne remue non plus qu'une souche, Dancourt, Vend. Surêne, sc. 10.

    Fig. et familièrement, personne stupide et sans activité. C'est une vraie souche, Vous croyez donc que je sois une souche ? Hauteroche, les Appar. tromp. I, 12.

  • 2 Terme de botanique. La partie principale du tronc, dite aussi pivot ou pivot des racines, située au-dessous du collet ; l'on réserve le nom de racines à l'ensemble des subdivisions qui en partent.

    Nom donné anciennement aux tiges souterraines des iridées, des fougères ; on les nomme aujourd'hui rhizomes. Le rhizome se distingue de la souche en ce que, sur une moitié du cylindre qu'il représente, il porte des feuilles, des hampes, des rameaux ou en montre les traces ; sur la moitié opposée ou profonde, il porte des racines, faisceaux de racines ou leurs traces ; il a l'organisation des tiges.

  • 3Souche, le pied même de la vigne, branche de charpente du cep.
  • 4Fig. Terme de généalogie. Celui de qui sort une génération, qui est reconnu pour en être le chef. Ils sortent d'une souche en gloire si féconde, Tristan, Marianne, III, 2. En examinant les différentes souches du genre humain, Bailly, Hist. astr. anc. p. 7. Son imagination [du nouvel anobli] se prosterne devant ses petits-fils, qui seront décorés de titres et n'auront rien de commun avec la souche originelle, Mercier, Tableau de Paris, ch. 600.

    Il se dit aussi des animaux. Comme on ne la trouve [la brebis d'Angola] que dans les pays les plus chauds… on ne peut pas la regarder comme la souche première ou la race première, de laquelle toutes les autres auraient tiré leur origine, Buffon, Quadrup. t. V, p. 132.

    Celui qui est reconnu pour être le plus ancien dans une généalogie. Un certain Witikind, Saxon, est la souche de la maison des Capétiens.

    Faire souche, être le premier d'une suite de descendants. Un tel eut trois enfants ; le premier mourut sans lignée, les deux autres ont fait souche. Cela m'oblige en conscience de me marier, pour faire souche et pour ne pas laisser périr la famille, Dancourt, la Parisienne, sc. 1.

    Faire souche d'honnêtes gens, contracter légitime mariage. Si ton ambition veut se borner à cette petite fortune, nous allons faire souche d'honnêtes gens, Lesage, Turcaret, V, 18. Quand ils ont passé neuf ou dix années dans une si douce servitude, Monseigneur les établit et en fait des souches d'honnêtes gens, Lesage, Est. Gonz. 4.

    Terme de droit. Succéder par souche, succéder par représentation de succession. Par souche est opposé à la succession par tête.

  • 5Le plus long des deux morceaux de bois ajustés, sur lesquels les boulangers et les bouchers font des entailles pour marquer la quantité de pain ou de viande qu'ils fournissent à crédit. La souche reste entre les mains du marchand, et l'échantillon entre celles de l'acheteur.
  • 6 Terme d'administration. La partie des feuilles d'un registre qui reste lorsqu'on les a coupées en zigzag, et qui sert à vérifier si l'autre partie s'y rejoint exactement. La souche d'un registre d'inscriptions. Registre à souche. Talon de souche.
  • 7 Terme de maçonnerie. La partie de la cheminée qui s'élève au-dessus du toit. S'ils ne profitent du dégel pour faire diligemment monter les souches de mes cheminées, les couvreurs ne pourront pas suivre leurs ouvrages sans discontinuation, Lettres de Colbert, VII, 11. Je vous prie de prendre garde que les entrepreneurs fassent faire les souches de cheminée assez hautes, afin qu'elles ne fument point, ib. p. 13.

    Tuyau d'où sort un jet d'eau au milieu d'un bassin.

  • 8Portion d'un cierge postiche, faite de bois ou de fer-blanc. Fabricant de souches d'église.
  • 9 Terme de maréchalerie. Portion de vieux clou qui reste quelquefois dans la corne après qu'elle a été déferrée.

HISTORIQUE

XIIIe s. Quant s'esveilla, si out la vue Ki cler veet avant, perdue ; Il frote front e oilz e buche, Mais ne veit plus ke une zuche, Édouard le conf. V. 2916. Fox est qui delez lui se couche, Qu'il ne valt mes ne qu'une cuche, Ren. 12478.

XIVe s. Tout ausi com de la racine vient la souche de l'arbre, et de la souche les branches…, H. de Mondeville, f° 27, verso. Là vi je d'amour la maistrie, Car j'estoie come une souche Delez madame en ceste couche, Machaut, p. 49. Souche de chesne vert, Modus, f° XCII. En tant qu'ilz [les fils d'un riche vilain] seront plus loing de souche et qu'il sera moins memoire du commencement de leur noblesse, en tant ilz seront tenus et reputez pour nobles, le Songe du vergier, I, 150. Et sont les uns plus proceins ensemble et les autres sont plus estranges ou plus loingtains, selon ce que il sont plus près ou plus loin de la premiere racine ou souche ou estoc, Oresme, Éth. 251.

XVe s. Quand Yvain fut assis sur cette tronche de bois que nous appeions souche en françois, Froissart, II, II, 30.

XVIe s. Alors on couppe les provins de leur mere souche, et, sans sejourner, on les porte planter en la nouvelle vigne, De Serres, 163. Il [Pyrrhon] n'a pas voulu se faire pierre ou souche ; il a voulu se faire homme vivant, discourant…, Montaigne, II, 234. Estendu à la renverse… n'ayant ny mouvement ny sentiment non plus qu'une souche, Montaigne, II, 53. Là d'une souche à demi-consumée Sortait encor quelque peu de fumée, Du Bellay, J. Moretum de Virgile.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

SOUCHE. Ajoutez :
10Vin acheté sur souche, se dit lorsqu'on achète le raisin encore sur le cep de vigne. Voici les premiers prix de débit des vins blancs achetés sur souche, Gaz. des Trib. du 5 janv. 1876, p. 14, 2e col.
11Prendre souche, s'embrancher. Le projet primitif disait que la ligne de Pierrefonds prendrait souche sur celle de Compiègne à Soissons, Journ. offic. 18 oct. 1877, p. 6855, 3e col.

HISTORIQUE

Ajoutez : XIIe s. Si grans angoisse en cuer li toce [touche], Qu'il ne se muet plus c'une coce, Perceval le Gallois, V. 13069.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SOUCHE, s. f. (Grammaire & Jurisprudence.) pris dans le sens littéral signifie le tronc d’un arbre ; on emploie ce terme dans un sens figuré en matiere de généalogies & de propres pour désigner celui qui est l’auteur commun de plusieurs personnes : on le compare à la souche ou tronc d’un arbre, dont ces autres personnes sont les branches ; on appelle donc souche ou tige commune celui du quel sont issus d’autres personnes.

Les immeubles qui n’ont pas encore été transmis par succession, ne forment que des acquêts quand ils ont fait souche, c’est-à-dire, qu’ils ont passé du pere au fils, ou d’un collatéral à un autre par voie de succession : ont dit qu’ils ont fait souche, parce que le défunt est regardé comme la souche d’où procede l’héritage qui devient propre. Voyez Propre & Coutume souchere.

Succéder par souches in stirpes, c’est lorsque plusieurs personnes viennent par représentation d’un défunt, & ne prennent tous ensemble que ce qu’il auroit pris, au lieu que ceux qui succédent par tête, prennent chacun jure suo leur portion virile. Voyez Représentation, Succession, Partage. (A)

Souche de cheminée, (Archit.) c’est un tuyau composé de plusieurs tuyaux de cheminée, qui paroît au-dessus d’un comble ; il ne doit être élevé que de trois piés plus haut que le faîte. Les tuyaux d’une souche de cheminée sont ou adossés au-devant les uns des autres, comme on les faisoit anciennement, ou rangés sur une même ligne, & joints par leur épaisseur, comme on le pratique quand ils sont dévoyés.

Les souches de cheminée se font ordinairement de plâtre pur, pigeonné à la main, & on les enduit des deux côtés de plâtre au panier. Dans les bâtimens considérables, on les construit de pierre ou de brique de quatre pouces, avec mortier fin & crampons de fer.

Souche feinte ; souche qu’on éleve sur un toit, pour répondre la hauteur, à la figure, à la situation des autres, & leur faire symmetrie.

Souche ronde ; tuyau de cheminée de figure cylindrique en maniere de colonne creuse, qui sort hors du comble, ainsi qu’il y en a au palais à Paris. Ces sortes de souches ne se partagent point par des languettes pour plusieurs tuyaux ; mais elles sont accouplées ou grappées, comme celles par exemple du chateau de l’Escurial, à sept lieues de Madrid, en Espagne. Daviler. (D. J.)

Souche, (Hydr.) est le tuyau qui s’éleve au milieu d’un bassin & d’où sort le jet ; on le soude à plomb sur la conduite & du même diametre, & il est terminé par un ajutage de cuivre soudé, & qui se dévisse pour nettoyer les ordures qui empêchent l’effet de l’eau. (K)

Souche, (Comm. en détail.) les détailleurs nomment ainsi la plus longue des deux pieces de bois qui composent ce que les marchands appellent une taille, sur laquelle ils marquent avec des hoches les marchandises qu’ils donnent à crédit. (D. J.)

Souche, (Exploitat. des bois.) c’est la partie de l’arbre qui est à fleur de terre & qui tient aux racines. On l’appelle aussi sepée ; mais ce dernier terme ne se dit guere que des arbres, du tronc desquels il sort diverses tiges.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « souche »

Berry, soche, choche, cosse ; bourguig. suche ; picard, choke, grosse bûche ; norm. chouque ; saintong. cosse ; patois des Fourgs, soutse ; provenç. soc et soca ; ital. zocco. Ce mot vient, d'après Diez, du lat. soccus, soulier de bois, dont le sens primordial doit avoir été base, soutien. Scheler préférerait l'allemand Stock, souche ; mais, d'après Diez, le z italien représente bien plus facilement l's latine que le st.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIIIe siècle)[1] En ancien français çoche, chocq[2], du gaulois *tsukka[1] « partie, pièce » (→ voir Stock, « bâton » en allemand, socar en portugais, souchañ (« (se) tapir », « (se) blotir ») en breton, stuk (« morceau ») en néerlandais, estoc (« souche, bâton ») en ancien français). Pour des raisons phonétiques[3], il ne peut dériver directement du gallo-romain soccus qui nous donne soc, socque.
Le mot fait dialectalement[3] soche, choche, cosse (Berry) ; suche (Bourgogne) ; choke, choque (Picardie) ; chouque (Normandie) ; soca, socha (Occitanie). Il est apparenté à l’italien zocco[3] (« socle »), à l’espagnol tueco (« souche »), au portugais toco (« souche »), à l’anglais chock[4] (« bloc de bois »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « souche »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
souche suʃ

Citations contenant le mot « souche »

  • Dans tout Québécois de vieille souche coule un mélange de trappeur et d'explorateur. Sa boussole indique toujours un nord à remonter. De Marcel Mélançon / L'Homme de la Manic ou la terre de Caïn
  • Doit-on, en bonne justice, en vouloir à l'endroit qui nous a reçu dans notre chute ou bien à la souche contre laquelle nous avons butté ? De Massa Makan Diabaté / Une hyène à jeûn
  • Le chercheur sur le cancer Matt Dun, de l’université de Newcastle en Australie, a récemment terminé une étude de trois ans indiquant qu’une souche modifiée spécifique de cannabis est destructrice pour certains types de cellules cancéreuses tout en restant inoffensive pour les propres cellules du corps humain. Vivez l'actualité avec Repha.fr, Des scientifiques ont modifié une souche de cannabis pour tuer les cellules cancéreuses - Vivez l'actualité avec Repha.fr
  • La découverte du D614G ne serait pas censée modifier les mesures-barrières. D’ailleurs, la nouvelle souche n’aggraverait pas les infections individuelles. Toutefois, cela n’enlève en rien l’intérêt de la trouvaille, qui pourrait effectivement permettre de mieux cerner la pandémie. Fredzone, Covid-19 : une nouvelle souche plus virulente identifiée
  • Deux souches très rares de tuberculose, d’une lignée plus ancestrale que toutes celles connues, ont été mises au jour en Afrique de l’Est. De quoi renforcer l’hypothèse d’une origine africaine du bacille et fournir des indices sur l’évolution de la virulence de cette bactérie. Pourlascience.fr, Une lignée ancestrale de souches de tuberculose découverte | Pour la Science
  • Le chercheur continue en disant que cette découverte nous dit que les traitements développés, à commencer par la recherche sur les vaccins, pourraient actuellement être efficaces pour toutes les souches virales existantes. Il y a actuellement six variantes du coronavirus. La souche originale de Wuhan est la «L», identifiée en décembre de l'année dernière. Emergency Live, Six souches de coronavirus découvertes: la contribution de l'Université de Bologne
  • « Les premiers tests qui visent à tester l'innocuité du vaccin sur les hommes sont déjà passés. On est en train de franchir une deuxième étape qui est de tester le meilleur rapport volume/efficacité. La troisième phase, qui devrait démarrer en 2022, est de tester ce vaccin sur environ 16 000 personnes », selon Franck Grimaud. Le but du laboratoire est de développer un sérum qui soit à la fois en mesure de lutter contre les souches européennes et américaines de la maladie. Le Point, Maladie de Lyme : un vaccin d'ici à 2025 ? - Le Point
  • Le dernier foyer de COVID-19 de Beijing a été causé par une souche virale en provenance d'Europe et transmis par de multiples méthodes d'exposition comme des environnements et des marchandises contaminés, a annoncé le 10 juillet le Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies (CDC chinois), notant que cette résurgence avait été efficacement contrôlée. , Le dernier foyer de COVID-19 à Beijing provient d'une souche virale européenne

Images d'illustration du mot « souche »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « souche »

Langue Traduction
Anglais strain
Espagnol presion
Italien sforzo
Allemand belastung
Chinois 应变
Arabe التواء
Portugais tensão
Russe напряжение
Japonais 緊張
Basque tentsio
Corse ceppu
Source : Google Translate API

Synonymes de « souche »

Source : synonymes de souche sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « souche »

Souche

Retour au sommaire ➦

Partager