La langue française

Taquin

Sommaire

  • Définitions du mot taquin
  • Étymologie de « taquin »
  • Phonétique de « taquin »
  • Citations contenant le mot « taquin »
  • Traductions du mot « taquin »
  • Synonymes de « taquin »

Définitions du mot « taquin »

Trésor de la Langue Française informatisé

TAQUIN, -INE, adj.

A. − Vx. Qui lésine sur la dépense. C'est un homme taquin, un vieux taquin, qui se ferait fesser pour le moindre profit (Ac.1798-1878).Si, comme les excellentes ménagères, elle [l'Administration française] est un peu taquine, elle peut, à toute heure, rendre compte de sa dépense (Balzac, Employés, 1837, p. 274).
B. − Vieilli. Qui prend plaisir à chicaner, quereller les autres. Synon. tracassier.Louis XI, roi défiant, taquin et travailleur qui tenait à entretenir, par des institutions et des révocations fréquentes, l'élasticité de son pouvoir (Hugo, N.-D. Paris, 1832, p. 226).Et taquin avec cela! Il faisait des scènes pour un pot de moutarde dérangé (Zola, Conquête Plassans, 1874, p. 1122).
C. − Qui s'amuse par jeu et malice à contrarier les autres en paroles ou en actes sur de petites choses pour les agacer, à les provoquer pour leur faire perdre leur calme. Écolier, enfant taquin. À vingt-cinq ans, j'étais extraordinairement taquin et rien ne m'amusait comme de jouer des tours à mes amis (Green, Journal, 1946, p. 54).
P. métaph. Combien tout cela l'enivrait, ce vent taquin, ce jeune azur (Coppée, Bonne souffr., 1898, p. 27).
[P. méton.] Qui dénote ce penchant, ce comportement. Caractère, geste, œil taquin; humeur taquine. Bientôt, il faudra lui chercher un mari, dit-il avec un air taquin (Chardonne, Épithal., 1921, p. 72).
Empl. subst. Un petit taquin. Au lieu de recevoir les taquins à coups de poing, il leur faisait des distributions de friandises, espérant qu'ainsi on le laisserait tranquille (Larbaud, F. Marquez, 1911, p. 71).Le taquin est pur de tout sentiment d'hostilité envers sa victime; il cherche simplement à affirmer sa supériorité sur elle en lui faisant faire ce qu'elle ne voulait pas, en triomphant si elle perd légèrement le contrôle de soi (Mounier, Traité caract., 1946, p. 560).
D. − [En parlant d'un inanimé abstr.] Provocant; où l'on ressent de la taquinerie. L'attrait taquin Du jupon qui se soulève (Hugo, Chans. rues et bois, 1865, p. 105).Il semble qu'aujourd'hui (...) les petits ennuis de la vie présente sont plus insupportables et que votre pensée prend un taquin plaisir à vous les rabâcher (Goncourt, Journal, 1870, p. 629).
REM.
Taquin, subst. masc.,jeux. Jeu de patience consistant à déplacer par glissement dans une boîte carrée de seize cases des cubes ou des pions numérotés imbriqués l'un dans l'autre pour les remettre dans un certain ordre. Le taquin, introduit en France en 1879, fut prétendu « double casse-tête gaulois » (Jeux et sports, 1967, p. 191).
Prononc. et Orth.: [takε ̃], fém. [-in]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1411 tacain subst. « gueux, bandit (injure) » (doc. Tarn ds Du Cange, s.v. tanqhanum); 2. a) 1440-42 « homme violent, emporté » (Martin le Franc, Le Champion des dames, ms. Arsenal 3121, fo133b ds Gdf. Compl.); b) 1762 subst. et adj. « (homme) querelleur, obstiné » (Ac.); c) 1855 adj. « qui prend plaisir à contrarier dans les petites choses, sans méchanceté » (Sand, Hist. vie, t. 2, p. 317); 1896 caractère, humeur taquine (Renard, Hist. nat., p. 239); d) 1890 jeu (Lar. 19eSuppl.); 3. a) 1496 subst. « avare » (Andrieu de La Vigne, Mystère de saint Martin, éd. A. Duplat, 1605); b) 1690 adj. « qui dénote de l'avarice » (Fur.). De l'a. fr. taquehan « assemblée illicite d'ouvriers, émeute » (1245 [n. st.] doc. ap. G. Espinas, H. Pirenne, Rec. de doc. relatifs à l'hist. de l'industr. drapière en Flandre, t. 2, p. 22), att. d'abord en Picardie et en Flandre, empr. à un m. néerl. *takehan, qui est prob. comp. de l'impér. de taken « saisir » et de han, abrév. de Johan (Jean), aussi « individu mâle », littéral.: « saisis, bonhomme! ». Fréq. abs. littér.: 134. Bbg. Wartburg (W. von). Glanures étymol. R. Ling. rom. 1960, t. 24, pp. 291-293. − Wind 1928, p. 107, 189.

Wiktionnaire

Adjectif

taquin \ta.kɛ̃\

  1. Qui prend un malin plaisir à contrarier ou à chicaner.
    • Cet enfant est taquin.
    • Il a l’humeur taquine.
    • Un grand homme sec et mince, le visage en lame de couteau, le teint pâle, à parole brève, taquin comme une vieille fille, méticuleux comme un chef de bureau. — (Honoré de Balzac, La Peau de chagrin, 1831)
    • Il la pressa de répondre pendant qu’ils étaient seuls ; elle répliqua, un peu taquine, qu’il était tard, qu’elle n’attendait plus de visites, et qu’il n’y avait que son mari qui pût entrer maintenant. — (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, réédition Le Livre de Poche, page 21)
    • il nous exposa longuement toutes les misères du soldat, les dégoûts de la caserne, les exigences taquines de l’étiquette, toutes les cruautés de l’habit, l’arrogance brutale des sergents, l’humiliation des obéissances aveugles, l’assassinat permanent de l’instinct et de la volonté sous la masse du devoir. — (Gustave Flaubert et Maxime Du Camp, Par les champs et les grèves (Voyage en Bretagne), 1886, Le Livre de poche, page 46, 2012)
  2. Relatif à Mesmay, commune française située dans le département du Doubs.

Nom commun 1

taquin \ta.kɛ̃\ masculin (pour une femme on dit : taquine)

  1. Personne taquine.
    • Petit taquin.
    • Laissez là ce taquin.

Nom commun 2

taquin \ta.kɛ̃\ masculin

  1. (Jeux) Jeu solitaire en forme de damier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TAQUIN, INE. adj.
Qui prend un malin plaisir à contrarier ou à chicaner. Cet enfant est taquin. Il a l'humeur taquine. Il s'emploie aussi substantivement. Petit taquin. Laissez là ce taquin.

Littré (1872-1877)

TAQUIN (ta-kin, ki-n') adj.
  • 1Vilain, avare, qui chicane sur la dépense ; il vieillit, en ce sens, qui est le sens propre. J'ai bien peur qu'il n'y ait bien des fautes [dans un livre] ; car tous nos libraires sont bien taquins et bien ignorants, Patin, Lett. t. II, p. 340, dans POUGENS. Courtenvaux était avare et taquin, et, quoique modeste et respectueux, fort colère, Saint-Simon, 151, 206.
  • 2 Par changement de sens, qui s'amuse à quereller sur de petites choses, pour le plaisir de contrarier. Un enfant jaloux et taquin. Ceux qui connaissent le caractère taquin, opiniâtre, vindicatif, Bachaumont, Mém. secr. t. XXXIII, p. 21.

    Subst. Quel ennuyeux taquin !

HISTORIQUE

XVe s. Icelui Pierre appela le suppliant arlot taquin… qui veut autant dire… truand, bastard, Lettres de remission, 1411, dans le Dict. de DOCHEZ.

XVIe s. Un prodigue despensier qui consumera tout, ils luy reprocheront qu'il sera un taquin mechanique, Amyot, Comm. disc. le flatt. 35. Nous disons avare ou avaricieux, eschars, taquin, H. Estienne, Précellence. Les courtisans estimoient Louis XII un taquin, pour estre plus retenu en ses dons, Pasquier, Lett. XII, 6.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « taquin »

De tacain.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Espagn. tacaño ; napolit. taccagno, avare. Le radical paraît être tac, clou, ce qui attache ; le taquin étant tenace de ce qu'il possède (voy. TACHE, à l'étymologie). Une autre étymologie, séparant taquin de taccagno, dit que le taquin, avare, a été nommé ainsi à cause de l'avarice d'un officier de la bouche chez Louis XI, nommé Taquin (voy. DUCLOS, Preuves de Louis XI, p. 258).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « taquin »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
taquin takɛ̃

Citations contenant le mot « taquin »

  • Julien Cohen taquin avec Pierre-Jean Chalençon : “un enfant qu’il faut recadrer” Gala.fr, Julien Cohen taquin avec Pierre-Jean Chalençon : “un enfant qu’il faut recadrer” - Gala
  • Le flirt, c'est taquiner le bouton sans cueillir la rose. De Ludovic O'Followell
  • Il y a des hommes qui nous inspirent l'irrésistible besoin de les taquiner : ceux dont les vertus ne sont pas les nôtres. De Graham Greene / La fin d’une liaison
  • «Dans les deux dernières semaines, [j’ai servi des touristes], ça paraissait parce que j’ai fait plus de pourboires», lance-t-elle d’un ton taquin. Le Journal de Montréal, Vieux-Port: Des touristes canadiens, mais pas internationaux | JDM
  • Un autre a tenté de tourner plus subtilement la chose, demandant au coach lyonnais s’il y avait une hiérarchie entre les deux rencontres. Mais l’intéressé, d’abord taquin (« vous vous êtes trompé de conférence de presse, c’est la Coupe de la Ligue ») ne bronche pas : « la hiérarchie, c’est que d’abord on pense au PSG et après le deuxième match. ». , OL-PSG : La Juve ? Lyon ne pense qu’à la Coupe de la Ligue, le chemin « le plus rapide » vers l’Europe

Traductions du mot « taquin »

Langue Traduction
Anglais teasing
Espagnol burlas
Italien stuzzicando
Allemand neckerei
Chinois 戏弄
Arabe إغاظة
Portugais provocando
Russe поддразнивания
Japonais からかい
Basque teasing
Corse burla
Source : Google Translate API

Synonymes de « taquin »

Source : synonymes de taquin sur lebonsynonyme.fr
Partager