Taper : définition de taper


Taper : définition du Wiktionnaire

Verbe 1

taper \ta.pe\ transitif, intransitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Familier) Frapper du plat de la main, battre, donner un ou plusieurs coups.
    • Taper un enfant.
    • Si vous désobéissez, je vous taperai.
    • Elles se tapèrent comme les laveuses tapent leur linge, rudement, en cadence. Quand elles se touchaient, le coup s’amortissait, on aurait dit une claque dans un baquet d’eau. — (Émile Zola, L’Assommoir, 1877, page 400)
    • Se taper le front.
    • Ça riait en se tapant les cuisses. — (Jean Giono, Un de Baumugnes, 1929, p. 67)
    1. Frapper, cogner, toquer pour produire un bruit.
      • Il faisait joyeusement taper ses béquilles sur le pavé. — (René Benjamin, Gaspard, 1915, page 150)
      • Taper trois coups à la porte.
      1. (Théâtre) Frapper trois coups pour annoncer le début du spectacle.
        • L’Annoncier tape fortement le sol avec sa canne, et lorsque le silence règne, il annonce : Le Soulier de satin ou Le Pire n’est pas toujours sûr — (Paul Claudel, Le Soulier de satin, 1944)
      2. (Musique) Mal jouer de la musique en frappant sans nuance sur un instrument.
        • Il n’y avait guère là, le soir, que la seconde des corsets, miss Powell, qui tapait sèchement du Chopin sur le piano. — (Émile Zola, Au Bonheur des dames, 1883, page 648)
  2. Dactylographier, écrire à la machine ou à l'ordinateur, les doigts frappant le clavier.
    • Je lui dictais sévèrement des choses ennuyeuses qu’elle tapait avec une application timide, toute frêle, toute mièvre dans sa robe de confection simili popeline. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 199)
    • J’étais écœurée de son attitude, elle jouait les étonnées et essayait de me persuader que c'était Jojo qui avait tapé ce courrier. — (Catherine Podgorski, Charlatan, Scélérat, Menteur! Je vous présente mon employeur, Éditions Publibook, 2001, page 68)
    • (Absolument) Elle ne tape pas vite.
  3. Jouer, le complément d’objet désignant des cartes (→ voir taper le carton) ou un jeu de cartes.
    • Il regarda dans la glace quatre vieux qui tapaient une belote en silence. — (René Fallet, Banlieue sud-est, 1947, page 33)
    • Les vrais « hommes » se réfugient chez Dupont tout est bon, où la banalité est encore de mise, dans les tabacs rebelles aux effets, et tapent leurs parties de cartes sur le tapis de tout le monde sans verser dans un académisme de sages-femmes. — (Léon-Paul Fargue, Le Piéton de Paris, 1939, page 137)
  4. (Argot) Prendre.
    • On pique, on avale… on tape dans le tas avec les doigts… le tout c’est de s’y mettre… Et c’est excellent ! — (Louis-Ferdinand Céline [Louis Ferdinand Destouches], Mort à crédit, Denoël, Paris, 1936, page 324)
  5. (Populaire) Se faire donner ou prêter.
    • Mon fils m’a tapé vingt euros.
    • Je ne sais pas si vous savez que vous êtes comtesse de Combray et que le chapitre vous doit une redevance ?
      — Je ne sais pas ce que me doit le chapitre, mais je sais que je suis tapée de cent francs tous les ans par le curé, ce dont je me passerais.
      — (Marcel Proust, Un amour de Swann, 1913, réédition Le Livre de Poche, page 198)
    • Entre vingt et trente ans, on peut taper les copains pour finir le mois, ça n’a pas d’importance. Entre trente et quarante, ça commence à devenir pénible. Au-dessus de quarante, c’est intolérable. — (Roger Vailland, Drôle de jeu, 1945, page 206)
    • Lecouvreur était encore un bleu dans le métier de bistrot. Il ne savait pas se débarrasser des raseurs qui le tapaient d’une tournée. — (Eugène Dabit, L’Hôtel du Nord, 1929, page 60)
  6. (Intransitif) Frapper, donner un ou plusieurs coups, rosser, heurter, cogner.
    • Taper sur quelque chose.
    • Il lui tapa sur le ventre.
    • Elles couraient et couraient. Leur cœur tapait ; bientôt le souffle leur manqua. — (Henri Pourrat, Gaspard des montagnes, 1930, page 242)
    • Ce fut lui, enfin, qui enfonça les crochets pour les fameux rideaux, non sans taper du marteau sur ses doigts. — (Georges Simenon, Le Blanc à lunettes, ch. VIII, Gallimard, 1937)
    • Levaque, délassé et excité d’avoir tapé sur sa femme, tâcha vainement d’entraîner Maheu chez Rasseneur. — (Émile Zola, Germinal, 1885, page 1233)
  7. (Intransitif) (Par extension) En parlant du soleil, frapper par sa puissance ou sa luminosité.
    • Mets-toi une casquette, le soleil va taper fort aujourd'hui. — (Michel Rabagliati , Paul à la pêche, éditions la Pastèque, Montréal, 2006, page 75)
  8. (Intransitif) Frapper, atteindre.
    • Taper à côté : Échouer.
    • Taper dans le mille : Réussir.
  9. (Intransitif) Monter à la tête, enivrer.
    • Tu monteras deux bouteilles de notre Lunel… du deux francs… de celui qui tape. — (Edmond et Jules de Goncourt, Germinie Lacerteux, 1864, page 129)
  10. Prendre au nez, à la gorge, puer.
    • Ça tape ici !
    • Il tape des arpions que c’est pas croyable… On se recule nauséeux. — (Bertrand Blier, Les Valseuses, 1972)
  11. (Pronominal) (Populaire) Manger, boire.
    • J’avais de quoi alimenter la conversation chez Lipp où j’avais l’intention d’aller me taper une choucroute. — (Jo Barnais [Georges Auguste Charles Guibourg, dit Georgius], Mort aux ténors, ch. II, Série noire, Gallimard, 1956, page 19)
      • Tiens, ma vieille elle a soixante-cinq ans, j’habite avec elle. Eh bien, à son âge, elle se tape encore son kil de rouge dans la journée. — (Jean-Paul Sartre, Les Chemins de la liberté : La Mort dans l’âme, 1949, page 247)
  12. (Pronominal) Faire, être obligé, contraint de faire.
    • C’est moi qui ait dû me taper tout le travail.
    • J’ai dû me taper tout le trajet à pied.
  13. (Pronominal) Être atteint par, subir.
    • Se taper une angine.
  14. (Pronominal) (Vulgaire) Se faire, faire l’amour avec.
    • Se taper un mec.
    • Se taper une pute.
  15. (Pronominal) (Populaire) Faire coup blanc, ne rien obtenir, faire des efforts en vain.
    • Tu peux toujours te taper.
  16. (Pronominal) (Vulgaire) Se branler, n’en avoir rien à foutre.
    • Je m’en tape !
    • Je n’en ai rien à taper.
  17. (Familier) Consommer de la drogue par le nez.
    • […] ce n’est pas parce que 11% des fumeurs de cannabis vont ensuite se taper une ligne de coke qu’ils le font à cause de la ganja qu’ils ont fumée. — (Théo Chapuis, Une fois pour toutes, le cannabis conduit-il à la consommation d'autres drogues ?, konbini.com, 29 avril 2015.)

Verbe 2

taper \ta.pe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se taper)

  1. Boucher, fermer, couvrir. Boucher avec une tape.
    • Par mauvais temps, il faut taper les hublots.
  2. (Rare) Se couvrir le visage.
    • Veut-elle sortir, elle passe sa saya sans corset (la ceinture de dessous serrant la taille suffisamment), laisse tomber ses cheveux, se tape, c’est-à-dire se cache la figure avec le menton, et sort pour aller où elle veut. — (Flora Tristan, Les Femmes de Lima, dans Revue de Paris, tome 32, 1836)

Nom commun

taper \te.pœʁ\ masculin (Anglicisme)

  1. (Informatique) Raccord de fibre optique.
    • On présente la technologie des composants à fibres optiques par un processus fusionné d’un raccord progressif (taper) biconique. — (http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=19431351)
  2. Clé de court-circuit placée entre les bornes d'un galvanomètre pour éviter le passage d'une trop forte intensité de courant électrique.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Taper : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TAPER. v. tr.
Frapper, donner un ou plusieurs coups. Taper un enfant. Si vous désobéissez, je vous taperai. En ce sens, il est familier. Il s'emploie aussi comme verbe intransitif. Taper sur quelque chose. Il lui tapa sur le ventre. Taper du pied, Frapper la terre, le plancher avec le pied. Le participe passé

TAPÉ s'emploie adjectivement et se dit particulièrement de Certains fruits aplatis et séchés au four. Des pommes tapées. Des poires tapées. Fig. et pop., Voilà une réponse bien tapée, un mot bien tapé se dit d'une Réponse faite à propos et piquante, d'une riposte qui a frappé juste.

Taper : définition du Littré (1872-1877)

TAPER (ta-pé) v. a.
  • 1Donner une tape, des tapes. Tapez ce petit drôle.
  • 2Taper les cheveux, les relever avec le peigne, les crêper ; locution vieillie ; on dit crêper. Dites à Montgobert qu'on ne tape point les cheveux, et qu'on ne tourne point les boucles à la rigueur, comme pour y mettre un ruban ; c'est une confusion qui va comme elle peut, et qui ne peut aller mal, Sévigné, 15 avril 1671.

    Taper un cheval, lui relever les crins, l'approprier, l'arranger.

  • 3Fig. Terme de peinture. Exprimer ses figures d'une manière hardie et négligée, en donnant çà et là quelques coups de pinceau.

    Terme de peintre en bâtiment. Frapper plusieurs petits coups de la brosse pour faire entrer la couleur dans tous les creux de la sculpture.

    Terme de peintre et doreur. Coucher les blancs d'apprêt pour la peinture et la dorure.

    Terme de gravure. Taper le vernis, l'étendre également sur la planche.

  • 4 Fig. et familièrement. Porter à la tête, en parlant d'un vin capiteux. Quand le vin tape L'époux qu'on drape, Que sur la nappe Il s'endort à point, Béranger, Cocag.

    Absolument. Ce vin tape fort. Ce vin tape à la tête.

  • 5 V. n. Porter des coups. Il faut taper sur le cousin, Taper sec, taper dur, et si bien qu'il le sente, Du Cerceau, les Deux cousins, II, 9.

    Taper du pied, frapper la terre, le plancher avec le pied. Je suis dans la chambre de M. le chevalier, il est dans sa chaise, qui tape du pied gauche, Sévigné, 28 janv. 1689. Comme elle [Mlle Corneille, jouant la comédie] était naturelle, vive, gaie ! comme elle était maîtresse du théâtre, tapant du pied quand on la soufflait mal à propos ! Voltaire, Lett. d'Argental, 8 mars 1762.

    Populairement. Taper sur les vivres, bien manger.

    Fig. Taper sur le ventre à quelqu'un, prendre un ton de familiarité excessive.

  • 6 Fig. et populairement. Taper de l'œil, dormir. Il y avait près d'une heure que je tapais de l'œil au mieux, quand je m'entends éveiller, Comte de Caylus, Hist. de M. Guill. Œuv. t. x, p. 50, dans POUGENS.
  • 7Se taper, v. réfl. Se donner des tapes l'un à l'autre. Ils se sont tapés à qui mieux.

HISTORIQUE

XVe s. Et tapoient ces viretons [flèches] si au juste parmi ces testes que… qui en estoit atteint, il avoit fait pour la journée, Froissart, II, III, 24. Les quelz orent un grant hutin Entr'eulx pour ta force du vin, Qui en cervel les ot tappez, Tant que l'un dist : vous y mentez, Deschamps, Poés. mss. f° 408.

XVIe s. Frappez dessus comme sus seigle verde, ne les espargnez ; tappez, doublez, frappez, je vous en prye, Rabelais, Pant. IV, 12. Si bien qu'en peu de temps toute cette corne de l'armée turquesque quitte le combat, tappe à terre [gagne la rive], pour sauver les hommes comme ils purent, D'Aubigné, Hist. II, 81. Il fallut paier d'autre monnoie, quand l'amiral et Haumont tapperent à bord et cramponnerent de haut en bas, D'Aubigné, ib. II, 208.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

1. TAPER. - HIST. Ajoutez : XIIe s. S'en vint [un faucon] ataignant à bandon Une [oie sauvage], fors de route asevrée, Si l'a si ferue et tapée Que contre tiere l'abati, Perceval le Gallois, V. 5556.

XIIIe s. Voir [vrai], se n'eüsse tant affaire, Volentiers un peu les tapasse [ceux qui ne croient pas aux miracles], Gautier de Coincy, les Miracles de la sainte Vierge, p. 665, éd. abbé Poquet.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Taper : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

TAPER, v. act. (Gram.) c’est frapper de la main à petits coups. Voyez les articles suivans.

Taper, terme de Coëffeuse, c’est peigner les cheveux courts contre l’ordre ordinaire, en faisant aller le peigne de la pointe à la racine : cela les enfle, & les fait paroître plus épais. (D. J.)

Taper, v. act. terme de Doreur ; on met le blanc en tapant, quand c’est pour dorer des ouvrages de sculpture, c’est-à-dire, qu’on le couche en frappant plusieurs coups du bout du pinceau, afin de mieux faire entrer la couleur dans les creux des ornemens. (D. J.)

Taper une forme, terme de sucrerie ; c’est boucher le trou qui est à la pointe d’une forme de sucre, avec du linge ou de l’étoffe, pour empêcher qu’elle ne se purge, c’est-à-dire, que le sirop n’en sorte, jusqu’à ce qu’elle soit en état d’être percée avec le poinçon. Savary. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Taper : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « taper » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « taper »

Étymologie de taper - Littré

Provenç. taparel, battoir. Diez le tire du bas-allem. tappe, patte.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de taper - Wiktionnaire

(Verbe 1) (XIIIe siècle) D’une onomatopée tap[1]. Apparenté par Diez[2] à l’allemand tappen, à l’anglais dab[3] au néerlandais deppen et au suivant.
Plus avant, le radical germanique est issu de l’indo-européen *dʰabʰ- qui donne[4] le latin faber (« artisan, celui qui fait ») et taper retrouve le sens de « fabriquer, forger [taper avec un marteau] » dans des expressions comme se taper une corvée, tout le travail.
(Verbe 2) (XVIIIe siècle) De l’occitan tapar (« couvrir »), apparenté à tapon, à l’espagnol tapar, à l’italien tappare et au précédent.
(Nom) De l’anglais taper.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « taper »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
taper tape play_arrow

Conjugaison du verbe « taper »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe taper

Citations contenant le mot « taper »

  • Le groupe débutant travaille dans un premier temps son jeu de jambes (shuffle) jusqu'au point d'orgue : le combat. « Le sol, ça se mérite », glisse Gary après quatre mois sans contact. Les premiers face-à-face sont hésitants, moins rigoureux. « On a le droit de se taper là ? » entend-on entre deux essoufflements. « Bah ouais, c'est la bagarre maintenant », rigole Léa. leparisien.fr, «On a le droit de se taper ?» La drôle de reprise avec contact des sports de combat - Le Parisien
  • Taper ou pas taper ? Emmanuel Macron ayant la fâcheuse habitude de débaucher ses Premiers ministres dans leurs rangs, les cadres des Républicains ne savent plus sur quel pied danser à propos du nouveau chef du gouvernement, Jean Castex. Alors que ce dernier était encore encarté chez LR vendredi dernier, le numéro deux du parti, Guillaume Peltier, a tenté ce lundi 6 juillet sur BFMTV, sans grand succès, de résoudre la difficile équation consistant à s'opposer au président de la République tout en épargnant "son" Premier ministre. Marianne, Gentil ou méchant ? Indécise, la droite hésite à taper sur l'encombrant monsieur Castex
  • L'homme est ainsi fait qu'il ne peut s'empêcher de taper dans un ballon qui approche. C'est dans le sang. Et quand un ballon s'éloigne, il se met à courir après. De Arto Paasilinna / La Cavale du géomètre
  • Si les réalisateurs travaillent toujours avec de belles comédiennes avec l'évidente arrière-pensée de se les taper, ils répugnent encore à travailler avec de beaux comédiens parce qu'ils ont peur de passer pour des homosexuels. De Gaël Morel / Il - Octobre 1996
  • Un acteur c'est comme un piano. Il doit être bien accordé, mais il ne faut pas taper dessus trop fort. De Monica Bellucci
  • Pour qu'il y ait le moins de mécontents possible, il faut toujours taper sur les mêmes. De Jacques Rouxel / Les Shadoks
  • Pour qu’il y ait le moins de mécontents possibles il faut toujours taper sur les mêmes. De Jacques Rouxel / Les Shadoks
  • Faites taper les garçons dans un ballon et ils oublieront ce qui les tiraillent entre les cuisses. De John Atkins / Le Sexe dans la littérature
  • Pour taper sur le ventre d'un colosse, il faut pouvoir s'y hausser. De Charles Baudelaire / L'Esprit et le style de M. Villemain
  • A force de taper sur le clou, on finit par l’enfoncer. De Proverbe québécois
  • Tout vient à point à qui sait taper du poing. De Christophe Chenebault

Images d'illustration du mot « taper »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « taper »

Langue Traduction
Corse tipu
Basque mota
Japonais タイプ
Russe тип
Portugais tipo
Arabe اكتب
Chinois 类型
Allemand art
Italien genere
Espagnol pegar
Anglais type
Source : Google Translate API

Synonymes de « taper »

Source : synonymes de taper sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires