La langue française

Tablier

Sommaire

  • Définitions du mot tablier
  • Étymologie de « tablier »
  • Phonétique de « tablier »
  • Citations contenant le mot « tablier »
  • Images d'illustration du mot « tablier »
  • Traductions du mot « tablier »
  • Synonymes de « tablier »

Définitions du mot « tablier »

Trésor de la Langue Française informatisé

TABLIER, subst. masc.

I. − Pièce qui sert à protéger.
A. −
1. Vêtement de protection constitué d'une pièce d'étoffe ou de matière souple, munie d'attaches et qui s'applique sur le devant du corps afin de recouvrir et de protéger les vêtements. C'est moi qui serai ta servante, aujourd'hui (...). Elle s'était drapée dans un immense tablier blanc, elle était délicieuse, les manches retroussées, montrant ses bras délicats, comme pour une besogne énorme (Zola, Dr Pascal, 1893, p. 173).Nous disions trois tabliers sans bavette, et quatre avec bavette... C'est drôle, ça fait plusieurs fois que je remarque cette année que la vente des tabliers sans bavette baisse. Après tout, c'est peut-être la mode (Aragon, Beaux quart., 1936, p. 96).
SYNT. Tablier bouillonné, brodé, en/de dentelle; tablier de cuisine, du dimanche, d'intérieur, de ménage, de ménagère; tablier de batiste, de bure, de calicot, de coton, de cotonnade, de cuir, de (grosse) toile; tablier à poches; tablier à carreaux, à rayures.
En compos. Robe-tablier. V. robe rem.Tablier- bavette. Tabliers-bavettes (...) en vichy écossais grand teint (Catal. La Redoute, 1951-52, p. 36).
Pop., fam. Aller à qqn comme un tablier à une vache. Ne pas aller du tout. On leur mit (...) un bel habit galonné qui leur allait comme un tablier à une vache (Vidal, Delmart, Caserne, 1833, p. 250).
a) [À propos d'un vêtement de protection à usage prof.] Tablier de boucher, de bourrelier, de cordonnier, de droguiste, de forgeron, de jardinier. Je vois paraître M. Birault en manches de chemise, en espadrilles et en tablier bleu, le véritable tablier du marchand de vin (Duhamel, Combat ombres, 1939, p. 60).Chez les Favre, le père, géant antique aux longues moustaches rousses, le buste protégé par le traditionnel tablier fait d'une peau de veau en cuir brut et le fils aîné en bleu de mécanicien (...), régnaient côte à côte (Vailland, Drôle de jeu, 1945, p. 139).
MÉD. Tablier de protection. ,,Tablier en caoutchouc ou en matière plastique radio-opaque, pour la protection de l'examinateur au cours des examens radiologiques`` (Méd. Biol. t. 3 1972).
b) [À propos de la tenue du personnel domestique, des serveurs] Tablier de domestique, de serveur. Cette bonne en tablier blanc, menée au marché de la ville voisine dans la voiture des maîtres, soulevait une indignation (Zola, Germinal, 1885, p. 1292).Cinq autres garçons se tenaient (...) le long des murs (...), tous vêtus d'un tablier blanc qui leur tombait jusqu'aux chevilles et le torse emprisonné dans une petite veste de coutil à boutons de métal (Green, Moïra, 1950, p. 197).
Loc. fam. Rendre son tablier. Refuser de continuer son service; au fig., démissionner, abandonner. J'aime mieux rendre mon tablier au docteur Paulo plutôt que d'adresser la parole à un sale nègre! (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 356).
P. méton., fam. Tablier blanc. Garçon de café; bonne d'enfants. [L'ouvrier] donne facilement dans la blanchisseuse, la femme de chambre ou le tablier blanc (Poulot, Sublime, 1872, p. 44).
c) En partic.
α) Tablier de sapeur. Long tablier en cuir qui faisait partie de l'équipement des sapeurs, qui fait encore partie de l'uniforme d'apparat de certains corps d'armée (légion étrangère, etc.). Tabliers blancs des sapeurs, passepoils, retroussis versicolores (Arnoux, Roi, 1956, p. 182).
CUIS. [Spécialité lyonn.] Gras double découpé, enduit d'œuf battu, puis pané. (Dict. xxes.).
Arg. Tablier de sapeur, de forgeron. Poils du pubis abondants, s'étendant sur le bas-ventre (d'apr. Car. Argot 1977).
β) Tablier de franc-maçon. Tablier de peau d'agneau blanche, symbolisant le travail (d'apr. Symboles 1969). Robert Caze (...) raconte qu'il l'a vu [Vallès] manger une choucroute dans une brasserie du Quartier Latin avec un tablier de franc-maçon, dont il s'essuyait les lèvres (Goncourt, Journal, 1885, p. 446).Ceindre le tablier. Devenir franc-maçon. (Dict. xixeet xxes.).
2. Pièce de vêtement, lé d'étoffe porté sur le devant d'une robe comme élément décoratif, en particulier dans les costumes traditionnels. Tablier de dentelles, de mohair; tablier brodé; tablier à fichu. Elle porte un coquet tablier de taffetas rouge sur une jupe de damas jaune à fleurs (Gautier, Guide Louvre, 1872, p. 329).Les jeunes soignent avec un amour particulier leur tablier, le « devantiau » (Berry), aux plis incalculables. Beaucoup plus courts que la jupe, ils sont assez étroits et se complètent parfois d'une « bavousette ». Les moins riches se contentent d'un tablier de toile de coton rayée ou quadrillée, les plus raffinées les brodent à la main (Menon, Lecotté, Vill. Fr., 1, 1954, p. 95).
3. Blouse boutonnée par-devant ou par-derrière, généralement à manches longues et qui se porte sur les vêtements pour les protéger. Tablier d'écolier; tablier noir. Cher enfant: joli sous tes vêtements si simples et si proprets, ce tablier blanc et bleu d'écolier que j'eus aussi (Verlaine, Souv. et fantais., 1896, p. 258).On a six ans (...), un tablier à manches courtes laissant voir la chair trop frêle des poignets, une figure de soubrette ratée, sérieuse et chiffonnée (Frapié, Maternelle, 1904, p. 64).
B. −
1. [À propos d'une pièce de protection en matière souple] Morceau de cuir, de toile cirée qui était fixé sur le devant des voitures à chevaux pour garantir de la pluie, des éclaboussures. Tablier d'un cabriolet. [Saccard] héla une voiture vide qui passait. C'était une victoria, il eut beau ramener sur ses jambes le tablier de cuir, il arriva trempé rue Larochefoucauld (Zola, Argent, 1891, p. 110).
Spécialement
Tablier de timbale. Pièce d'étoffe qui entoure une timbale pour la protéger (d'apr. Chesn. t. 2 1858).
MAR. ,,Doublage sur la partie arrière d'un hunier, d'un perroquet pour préserver ces voiles du frottement contre les hunes ou les barres`` (Gruss 1952).
BIJOUT. Pièce de cuir fixée à l'établi d'un bijoutier et qui est rabattue sur les genoux pour recueillir les rognures de métal. (Dict. xixeet xxes.).
2. [À propos d'une pièce rigide verticale] Panneau mobile qui recouvre ou protège. Lisa, assise devant le tablier baissé du secrétaire, écrivait, alignait des chiffres, d'une grosse écriture ronde, très lisible (Zola, Ventre Paris, 1873, p. 656).Ils se séparèrent à la porte de la brasserie quand déjà le tablier de tôle descendait en grondant sur la devanture (A. France, Révolte anges, 1914, p. 130).
Tablier de cheminée. Rideau de tôle fait de plusieurs plaques qui se déplacent verticalement devant le foyer d'une cheminée pour en rétrécir ou en fermer l'ouverture. Elle vint dans la bibliothèque (...) pour allumer un petit feu (...) Je l'observais (...) tandis qu'elle était accroupie, la tête sous le tablier de la cheminée (A. France, Bonnard, 1881, p. 299).
Spécialement
AUTOMOB. Cloison séparant le compartiment moteur et l'intérieur de la carrosserie d'un véhicule. En laissant tomber le capot et me relevant, je regardai machinalement vers le tablier, à l'endroit réservé d'ordinaire à la plaque qui porte le nom du propriétaire (Bourget, Conflits int., 1925, p. 224).
Pièce de métal, de plastique, etc., qui enferme la fourche d'un scooter, d'un vélomoteur et qui protège les jambes du conducteur. (Dict. xxes.).
[Sur une machine-outil] Pièce de tôle destinée à protéger les organes mécaniques des projections de copeaux. Les éléments spéciaux aux machines-outils, bâtis, chariots et tabliers (Gorgeu, Machines-outils, 1928, p. 1).
ARCHIT. Lambrequin en forme de bas de bannière en saillie (d'apr. Nér. Hist. Art 1985).
3. ANAT. Tablier épiploïde. Partie inférieure du grand épiploon au-dessous du côlon transverse (d'apr. Méd. Biol. t. 3 1972). Tablier des Hottentotes. Malformation caractérisée par une hypertrophie des petites lèvres [La conformation ordinaire des organes de l'accouplement dans la femme] ne présente de différence (...) que celle (...) concernant ce que plusieurs voyageurs ont appelé le tablier des hottentotes (...) ce tablier est en effet un appendice distinct des grandes lèvres, de 8 centimètres de longueur dans une femme adulte (Cuvier,Anat. comp., t. 5,1805,p. 124).
II. − Surface plane horizontale.
A. − JEUX, vx. Surface plane sur laquelle se jouent les parties d'échecs, de dames, de trictrac. Synon. damier, échiquier.Tablier de jeu. (Dict. xixeet xxes.).
Vx. Rester maître du tablier. Dominer la situation et gagner la partie. (Dict. xxes.).
B. − CONSTRUCTION
1. Partie d'un pont-levis qui s'abaisse (d'apr. Jossier 1881).
2. Ensemble des éléments résistants constituant l'ossature porteuse d'un pont. Tablier en charpente; tablier métallique, mobile, suspendu. Gustave Eiffel multiplia les études et les réussites, sur les piles tubulaires, les « poutres en treillis » (...) le lancement des tabliers de pont en porte-à-faux (Lesourd, Gérard, Hist. écon., 1966, p. 338):
... Gilquin, qui avait le goût des imaginations atroces (...) insistait, disait que ces ponts de fer n'étaient jamais bien solides; et, quand les deux voitures furent au milieu du pont, il affirma qu'il voyait le tablier danser. (...) les voitures roulaient doucement, sans bruit; le tablier était si léger, avec sa longue courbe molle, qu'elles étaient comme suspendues, au-dessus du grand vide de la rivière... Zola, E. Rougon, 1876, p. 97.
C. − En partic.
1. Support plan, en bois ou en pierre, sur lequel repose une ruche (d'apr. Chesn. t. 2 1858).
2. [Sur une locomotive à vapeur] Ensemble des passerelles et des plates-formes permettant de circuler autour de la chaudière et de travailler devant la boîte à fumée. Il fit jouer les manettes, s'assura du fonctionnement de la soupape. Il monta sur le tablier, alla emplir lui-même les godets graisseurs des cylindres (Zola, Bête hum., 1890, p. 116).
Prononc. et Orth.: [tablie]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. 1170-83 « table du jeu d'échecs » (Wace, Roman de Rou, 3epart., éd. A. J. Holden, 2337); 1306 « table de tous les jeux qui se jouent, avec des pièces mobiles, sur une surface plane » (Joinville, Vie de Saint-Louis, éd. N.-L. Corbett, p. 167); 1762 « chacune des deux parties d'un trictrac » (Ac.); 2. ca 1200 « table sur laquelle on dépose les marchandises » (Raimbert de Paris, Ogier le Danois, éd. J. Barrois, 8356); 3. 1762 « ornement sculpté sur la face d'un piédestal » (Ac.); 4. 1793 « partie d'un pont-levis qui s'abaisse pour donner passage sur le fossé » (Schwan, Nouv. dict. de la lang. all. et françoise); 5. 1812 « support sur lequel repose une ruche » (Mozin-Biber). B. 1. 1176-81 « dessus de table; nappe » (Chrétien de Troyes, Chevalier de la Charrete, éd. M. Roques, 985); 2. 1530 « pièce de toile que les femmes, les domestiques, mettent devant eux pour préserver leurs vêtements » (Palsgr., p. 194); a) 1809 aller comme un tablier à une vache ([Leclair], Médit. hussard, p. 49); b) 1866 rendre son tablier « faire faillite; mourir » (Delvau, p. 339); 1889 « donner sa démission » (Larch. Nouv. Suppl., p. 234); 3. 1680 « pièce de toile ou taffetas que les femmes mettent devant elles comme ornement » (Rich.). C. 1. 1752 « garniture d'étoffe qui habille la caisse de la timbale et retombe tout autour » (Trév.); 2. 1765 « morceau de peau cloué à la table qui enchâsse la pierre des batteurs d'or » (Encyclop. t. 15); 3. 1788 anat. tablier des Hottentotes (Buffon, Hist. nat., t. 5, p. 499); 4. 1842 « morceau de toile qu'on suspend sous le ventre des béliers pour les empêcher de saillir les brebis » (Ac. Compl.); 5. a) 1875 « rideau en tôle qui se trouve devant une cheminée » (Lar. 19e); b) id. « plaque de protection à l'entrée des cylindres d'un laminoir » (ibid.); c) 1933 « cloison séparant le compartiment avant d'une automobile » (Lar. 20e). Dér. de table*; suff. -ier*. Fréq. abs. littér.: 1 117. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 593, b) 2 468; xxes.: a) 2 212, b) 1 591. Bbg. Archit. 1972, p. 178. − Jaberg (K.). Soif und die sprachliche Expansion in Nordfrankreich. Z. fr. Spr. Lit. 1912, t. 38, pp. 239-241. − Prigniel (M.). Sur les noms pop. du tablier et du pantalon. Fr. mod. 1967, t. 35, pp. 103-106. − Quem. DDL t. 16, 22, 25, 28, 32, 33.

Trésor de la Langue Française informatisé

TABLIER, subst. masc.

I. − Pièce qui sert à protéger.
A. −
1. Vêtement de protection constitué d'une pièce d'étoffe ou de matière souple, munie d'attaches et qui s'applique sur le devant du corps afin de recouvrir et de protéger les vêtements. C'est moi qui serai ta servante, aujourd'hui (...). Elle s'était drapée dans un immense tablier blanc, elle était délicieuse, les manches retroussées, montrant ses bras délicats, comme pour une besogne énorme (Zola, Dr Pascal, 1893, p. 173).Nous disions trois tabliers sans bavette, et quatre avec bavette... C'est drôle, ça fait plusieurs fois que je remarque cette année que la vente des tabliers sans bavette baisse. Après tout, c'est peut-être la mode (Aragon, Beaux quart., 1936, p. 96).
SYNT. Tablier bouillonné, brodé, en/de dentelle; tablier de cuisine, du dimanche, d'intérieur, de ménage, de ménagère; tablier de batiste, de bure, de calicot, de coton, de cotonnade, de cuir, de (grosse) toile; tablier à poches; tablier à carreaux, à rayures.
En compos. Robe-tablier. V. robe rem.Tablier- bavette. Tabliers-bavettes (...) en vichy écossais grand teint (Catal. La Redoute, 1951-52, p. 36).
Pop., fam. Aller à qqn comme un tablier à une vache. Ne pas aller du tout. On leur mit (...) un bel habit galonné qui leur allait comme un tablier à une vache (Vidal, Delmart, Caserne, 1833, p. 250).
a) [À propos d'un vêtement de protection à usage prof.] Tablier de boucher, de bourrelier, de cordonnier, de droguiste, de forgeron, de jardinier. Je vois paraître M. Birault en manches de chemise, en espadrilles et en tablier bleu, le véritable tablier du marchand de vin (Duhamel, Combat ombres, 1939, p. 60).Chez les Favre, le père, géant antique aux longues moustaches rousses, le buste protégé par le traditionnel tablier fait d'une peau de veau en cuir brut et le fils aîné en bleu de mécanicien (...), régnaient côte à côte (Vailland, Drôle de jeu, 1945, p. 139).
MÉD. Tablier de protection. ,,Tablier en caoutchouc ou en matière plastique radio-opaque, pour la protection de l'examinateur au cours des examens radiologiques`` (Méd. Biol. t. 3 1972).
b) [À propos de la tenue du personnel domestique, des serveurs] Tablier de domestique, de serveur. Cette bonne en tablier blanc, menée au marché de la ville voisine dans la voiture des maîtres, soulevait une indignation (Zola, Germinal, 1885, p. 1292).Cinq autres garçons se tenaient (...) le long des murs (...), tous vêtus d'un tablier blanc qui leur tombait jusqu'aux chevilles et le torse emprisonné dans une petite veste de coutil à boutons de métal (Green, Moïra, 1950, p. 197).
Loc. fam. Rendre son tablier. Refuser de continuer son service; au fig., démissionner, abandonner. J'aime mieux rendre mon tablier au docteur Paulo plutôt que d'adresser la parole à un sale nègre! (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 356).
P. méton., fam. Tablier blanc. Garçon de café; bonne d'enfants. [L'ouvrier] donne facilement dans la blanchisseuse, la femme de chambre ou le tablier blanc (Poulot, Sublime, 1872, p. 44).
c) En partic.
α) Tablier de sapeur. Long tablier en cuir qui faisait partie de l'équipement des sapeurs, qui fait encore partie de l'uniforme d'apparat de certains corps d'armée (légion étrangère, etc.). Tabliers blancs des sapeurs, passepoils, retroussis versicolores (Arnoux, Roi, 1956, p. 182).
CUIS. [Spécialité lyonn.] Gras double découpé, enduit d'œuf battu, puis pané. (Dict. xxes.).
Arg. Tablier de sapeur, de forgeron. Poils du pubis abondants, s'étendant sur le bas-ventre (d'apr. Car. Argot 1977).
β) Tablier de franc-maçon. Tablier de peau d'agneau blanche, symbolisant le travail (d'apr. Symboles 1969). Robert Caze (...) raconte qu'il l'a vu [Vallès] manger une choucroute dans une brasserie du Quartier Latin avec un tablier de franc-maçon, dont il s'essuyait les lèvres (Goncourt, Journal, 1885, p. 446).Ceindre le tablier. Devenir franc-maçon. (Dict. xixeet xxes.).
2. Pièce de vêtement, lé d'étoffe porté sur le devant d'une robe comme élément décoratif, en particulier dans les costumes traditionnels. Tablier de dentelles, de mohair; tablier brodé; tablier à fichu. Elle porte un coquet tablier de taffetas rouge sur une jupe de damas jaune à fleurs (Gautier, Guide Louvre, 1872, p. 329).Les jeunes soignent avec un amour particulier leur tablier, le « devantiau » (Berry), aux plis incalculables. Beaucoup plus courts que la jupe, ils sont assez étroits et se complètent parfois d'une « bavousette ». Les moins riches se contentent d'un tablier de toile de coton rayée ou quadrillée, les plus raffinées les brodent à la main (Menon, Lecotté, Vill. Fr., 1, 1954, p. 95).
3. Blouse boutonnée par-devant ou par-derrière, généralement à manches longues et qui se porte sur les vêtements pour les protéger. Tablier d'écolier; tablier noir. Cher enfant: joli sous tes vêtements si simples et si proprets, ce tablier blanc et bleu d'écolier que j'eus aussi (Verlaine, Souv. et fantais., 1896, p. 258).On a six ans (...), un tablier à manches courtes laissant voir la chair trop frêle des poignets, une figure de soubrette ratée, sérieuse et chiffonnée (Frapié, Maternelle, 1904, p. 64).
B. −
1. [À propos d'une pièce de protection en matière souple] Morceau de cuir, de toile cirée qui était fixé sur le devant des voitures à chevaux pour garantir de la pluie, des éclaboussures. Tablier d'un cabriolet. [Saccard] héla une voiture vide qui passait. C'était une victoria, il eut beau ramener sur ses jambes le tablier de cuir, il arriva trempé rue Larochefoucauld (Zola, Argent, 1891, p. 110).
Spécialement
Tablier de timbale. Pièce d'étoffe qui entoure une timbale pour la protéger (d'apr. Chesn. t. 2 1858).
MAR. ,,Doublage sur la partie arrière d'un hunier, d'un perroquet pour préserver ces voiles du frottement contre les hunes ou les barres`` (Gruss 1952).
BIJOUT. Pièce de cuir fixée à l'établi d'un bijoutier et qui est rabattue sur les genoux pour recueillir les rognures de métal. (Dict. xixeet xxes.).
2. [À propos d'une pièce rigide verticale] Panneau mobile qui recouvre ou protège. Lisa, assise devant le tablier baissé du secrétaire, écrivait, alignait des chiffres, d'une grosse écriture ronde, très lisible (Zola, Ventre Paris, 1873, p. 656).Ils se séparèrent à la porte de la brasserie quand déjà le tablier de tôle descendait en grondant sur la devanture (A. France, Révolte anges, 1914, p. 130).
Tablier de cheminée. Rideau de tôle fait de plusieurs plaques qui se déplacent verticalement devant le foyer d'une cheminée pour en rétrécir ou en fermer l'ouverture. Elle vint dans la bibliothèque (...) pour allumer un petit feu (...) Je l'observais (...) tandis qu'elle était accroupie, la tête sous le tablier de la cheminée (A. France, Bonnard, 1881, p. 299).
Spécialement
AUTOMOB. Cloison séparant le compartiment moteur et l'intérieur de la carrosserie d'un véhicule. En laissant tomber le capot et me relevant, je regardai machinalement vers le tablier, à l'endroit réservé d'ordinaire à la plaque qui porte le nom du propriétaire (Bourget, Conflits int., 1925, p. 224).
Pièce de métal, de plastique, etc., qui enferme la fourche d'un scooter, d'un vélomoteur et qui protège les jambes du conducteur. (Dict. xxes.).
[Sur une machine-outil] Pièce de tôle destinée à protéger les organes mécaniques des projections de copeaux. Les éléments spéciaux aux machines-outils, bâtis, chariots et tabliers (Gorgeu, Machines-outils, 1928, p. 1).
ARCHIT. Lambrequin en forme de bas de bannière en saillie (d'apr. Nér. Hist. Art 1985).
3. ANAT. Tablier épiploïde. Partie inférieure du grand épiploon au-dessous du côlon transverse (d'apr. Méd. Biol. t. 3 1972). Tablier des Hottentotes. Malformation caractérisée par une hypertrophie des petites lèvres [La conformation ordinaire des organes de l'accouplement dans la femme] ne présente de différence (...) que celle (...) concernant ce que plusieurs voyageurs ont appelé le tablier des hottentotes (...) ce tablier est en effet un appendice distinct des grandes lèvres, de 8 centimètres de longueur dans une femme adulte (Cuvier,Anat. comp., t. 5,1805,p. 124).
II. − Surface plane horizontale.
A. − JEUX, vx. Surface plane sur laquelle se jouent les parties d'échecs, de dames, de trictrac. Synon. damier, échiquier.Tablier de jeu. (Dict. xixeet xxes.).
Vx. Rester maître du tablier. Dominer la situation et gagner la partie. (Dict. xxes.).
B. − CONSTRUCTION
1. Partie d'un pont-levis qui s'abaisse (d'apr. Jossier 1881).
2. Ensemble des éléments résistants constituant l'ossature porteuse d'un pont. Tablier en charpente; tablier métallique, mobile, suspendu. Gustave Eiffel multiplia les études et les réussites, sur les piles tubulaires, les « poutres en treillis » (...) le lancement des tabliers de pont en porte-à-faux (Lesourd, Gérard, Hist. écon., 1966, p. 338):
... Gilquin, qui avait le goût des imaginations atroces (...) insistait, disait que ces ponts de fer n'étaient jamais bien solides; et, quand les deux voitures furent au milieu du pont, il affirma qu'il voyait le tablier danser. (...) les voitures roulaient doucement, sans bruit; le tablier était si léger, avec sa longue courbe molle, qu'elles étaient comme suspendues, au-dessus du grand vide de la rivière... Zola, E. Rougon, 1876, p. 97.
C. − En partic.
1. Support plan, en bois ou en pierre, sur lequel repose une ruche (d'apr. Chesn. t. 2 1858).
2. [Sur une locomotive à vapeur] Ensemble des passerelles et des plates-formes permettant de circuler autour de la chaudière et de travailler devant la boîte à fumée. Il fit jouer les manettes, s'assura du fonctionnement de la soupape. Il monta sur le tablier, alla emplir lui-même les godets graisseurs des cylindres (Zola, Bête hum., 1890, p. 116).
Prononc. et Orth.: [tablie]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. 1170-83 « table du jeu d'échecs » (Wace, Roman de Rou, 3epart., éd. A. J. Holden, 2337); 1306 « table de tous les jeux qui se jouent, avec des pièces mobiles, sur une surface plane » (Joinville, Vie de Saint-Louis, éd. N.-L. Corbett, p. 167); 1762 « chacune des deux parties d'un trictrac » (Ac.); 2. ca 1200 « table sur laquelle on dépose les marchandises » (Raimbert de Paris, Ogier le Danois, éd. J. Barrois, 8356); 3. 1762 « ornement sculpté sur la face d'un piédestal » (Ac.); 4. 1793 « partie d'un pont-levis qui s'abaisse pour donner passage sur le fossé » (Schwan, Nouv. dict. de la lang. all. et françoise); 5. 1812 « support sur lequel repose une ruche » (Mozin-Biber). B. 1. 1176-81 « dessus de table; nappe » (Chrétien de Troyes, Chevalier de la Charrete, éd. M. Roques, 985); 2. 1530 « pièce de toile que les femmes, les domestiques, mettent devant eux pour préserver leurs vêtements » (Palsgr., p. 194); a) 1809 aller comme un tablier à une vache ([Leclair], Médit. hussard, p. 49); b) 1866 rendre son tablier « faire faillite; mourir » (Delvau, p. 339); 1889 « donner sa démission » (Larch. Nouv. Suppl., p. 234); 3. 1680 « pièce de toile ou taffetas que les femmes mettent devant elles comme ornement » (Rich.). C. 1. 1752 « garniture d'étoffe qui habille la caisse de la timbale et retombe tout autour » (Trév.); 2. 1765 « morceau de peau cloué à la table qui enchâsse la pierre des batteurs d'or » (Encyclop. t. 15); 3. 1788 anat. tablier des Hottentotes (Buffon, Hist. nat., t. 5, p. 499); 4. 1842 « morceau de toile qu'on suspend sous le ventre des béliers pour les empêcher de saillir les brebis » (Ac. Compl.); 5. a) 1875 « rideau en tôle qui se trouve devant une cheminée » (Lar. 19e); b) id. « plaque de protection à l'entrée des cylindres d'un laminoir » (ibid.); c) 1933 « cloison séparant le compartiment avant d'une automobile » (Lar. 20e). Dér. de table*; suff. -ier*. Fréq. abs. littér.: 1 117. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 593, b) 2 468; xxes.: a) 2 212, b) 1 591. Bbg. Archit. 1972, p. 178. − Jaberg (K.). Soif und die sprachliche Expansion in Nordfrankreich. Z. fr. Spr. Lit. 1912, t. 38, pp. 239-241. − Prigniel (M.). Sur les noms pop. du tablier et du pantalon. Fr. mod. 1967, t. 35, pp. 103-106. − Quem. DDL t. 16, 22, 25, 28, 32, 33.

Wiktionnaire

Nom commun 1

tablier \ta.bli.je\ masculin

  1. (Habillement) Pièce de toile, de serge, de cuir, etc., que les domestiques, les artisans, etc., mettent sur leurs habits pour les préserver tout en travaillant.
    • Cela intéressait vivement notre maître d’hôtel pourtant, car le voici ceint de son blanc tablier, la mine souriante, la bouche en cœur, le visage jambonné par la chaleur des fourneaux et venant connaître notre opinion sur sa cuisine. — (Gustave Fraipont; Les Vosges, 1895)
    • […]; et le maréchal, avec son tablier de cuir et ses manches de chemise retroussées jusqu’à l'épaule, tenait le cheval par la bride, […]. — (Gilbert Guisan, C.-F. Ramuz ou Le génie de la patience, E. Droz, 1958, page 43)
    • Ses rasoirs, à manche d’agate, coupaient bien, et il arborait un tablier de basaine blanche, immaculé, détail dont il n’aurait eu cure douze ans auparavant. — (Orhan Pamuk, Mon nom est Rouge, Éditions Gallimard, 2011)
  2. (Habillement) Vêtement de toile que les enseignants et les écoliers portent sur leurs habits pour préserver ceux-ci pendant la classe.
    • Elle porte un tablier noir d’institutrice, avec des poches où il y a des bons points, des crayons d’ardoise, de la craie ; ce vêtement à lui seul caractérise mademoiselle et il est comme une partie d’elle-même. — (Léon Frapié, Le tablier, dans Les contes de la maternelle, éditions Self, 1945, page 69)
    • Un peu engoncée dans mon épais tablier noir à longues manches fermé dans le dos, pas commode à boutonner, je me penche sur mon pupitre avec toutes les autres filles de ma classe, à peu près de la même taille et du même âge que moi… — (Nathalie Sarraute, Enfance, Gallimard, 1983, collection Folio, page 166)
  3. Morceau de cuir attaché sur le devant d’une voiture découverte, pour garantir de la pluie et des éclaboussures.
  4. Panneau rigide.
    • Dehors les dernières gerbes montent sur le tablier de la batteuse et disparaissent à jamais. — (Charles Briand, La Batteuse, Le Cherche Midi, 1996 - éd. De borée, 2005, page 117)
  5. (Arts) Rideau composé de plusieurs plaques de tôle qu’on lève ou qu’on baisse devant le foyer d’une cheminée.
  6. (Arts) Ornement sculpté sur la face d’un piédestal.
  7. (Militaire) Partie d’un pont-levis qui s’abaisse pour donner passage sur le fossé.
    • Un châtelet, qui peut être isolé de la barbacane, la précède, à cheval sur le pont qui était composé de deux tabliers mobiles en bois, dont les tourillons sont encore à leur place. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
  8. (Construction) Plate-forme, plancher d’un pont.
    • Ali et moi déambulons sous le tablier du métro aérien qui abrite, entre les étals du marché, les bicraves, les petits trafics du trabendo, […]. — (Jack-Alain Léger, Tartuffe fait ramadan, Denoël, 2003, page 30)
  9. (Transport) (Vieilli) Plancher d’un scooter.
    • Sur une Vespa ces fictions s’effondraient. Juliette serait assise, les deux pieds posés à plat sur le tablier de sa machine. De toute la surface de ses semelles elle affirmerait sa prééminence. Moi je serais à califourchon, derrière. — (Paul Guth, Le mariage du Naïf, 1957, réédition Le Livre de Poche, page 186)
  10. (Marine) Doublure que l’on met à certaines voiles pour les garantir du frottement des hunes et des barres.
  11. (Jeux) (Vieilli) Planche de jeu de société, sur laquelle on dispose les pions ; et plus particulièrement, planche du jeu (médiéval) des « tables » (trictrac). C’est sans doute le premier sens du mot. On remplace fréquemment ce mot par le terme plateau.
    • Le tablier est disposé, et les pièces bougent — (JRR Tolkien, Le Retour du Roi, 1955)

Nom commun 2

tablier \ta.bli.je\ masculin (pour une femme on dit : tablière)

  1. (Sénégal) (Rare) Marchand tablier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TABLIER. n. m.
Pièce de toile, de serge, de cuir, etc., que les femmes, les domestiques, les artisans, etc., mettent devant eux pour préserver leurs vêtements en travaillant. Tablier de toile. Tablier de cuir. Tablier de cuisine. Tablier à bavette. Tablier à manches. Les poches d'un tablier. Fig. et fam., Rendre son tablier, Quitter volontairement une place qu'on occupait, en parlant des Gens de maison. Il s'emploie aussi, par plaisanterie, en parlant de Toute personne qui quitte volontairement son emploi.

TABLIER se dit encore d'un Morceau de cuir attaché sur le devant d'une voiture découverte, pour garantir de la pluie et des éclaboussures. En termes d'Arts, il désigne un Rideau composé de plusieurs plaques de tôle qu'on lève ou qu'on baisse devant le foyer d'une cheminée. En termes de Sculpture, il se dit d'un Ornement sculpté sur la face d'un piédestal. En termes de Fortification, il désigne la Partie d'un pont-levis qui s'abaisse pour donner passage sur le fossé. En termes de Ponts et Chaussées, il désigne la Plate-forme qui constitue le plancher d'un pont. En termes de Marine, il se dit de la Doublure que l'on met à certaines voiles pour les garantir du frottement des hunes et des barres.

Littré (1872-1877)

TABLIER (ta-bli-é ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : des ta-bli-é-z en ivoire) s. m.
  • 1Anciennement, la table, non pas seulement du jeu des tables, mais de tous les jeux qui se jouent avec des pièces mobiles sur une surface plane.

    Petite table distinguée par des carrés de deux différentes couleurs pour jouer aux échecs aux dames.

  • 2La totalité d'un trictrac, divisée en deux parties subdivisées chacune en deux tables.
  • 3Parquet d'un pont suspendu.

    Ensemble des poutres et des planches qui forment une des travées d'un pont de charpente

    Partie supérieure d'un pont militaire, sur laquelle se fait le passage.

  • 4Support en bois ou en pierre sur lequel pose une ruche.
  • 5 Terme de sculpture. Ornement sculpté sur la face d'un piédestal.
  • 6Anciennement, nom donné à des bureaux de recette des droits du roi, en certaines provinces. Et la nouvelle imposition qui fut établie en 1599… elle a été créée pour être levée de tablier en tablier, et lesdits tabliers sont composés de certain nombre de paroisses [hors desquelles les marchandises ne peuvent sortir sans payer le droit], Édit, sept. 1664.

HISTORIQUE

XIIIe s. Monsieur Gautier en fu le miex paié ; car il jeta tous les deniers qui estoient sus le tablier, dont il y avoit grant foison, Joinville, 253.

XIVe s. Li taule rouge est eslevée ou taulier, Hist. litt. de la Fr. t. xxv, p. 54. Un tablier de fust garny de jeux de tables et d'eschez, De Laborde, Émaux, p. 509.

XVe s. Ung tablier de marbre blanc et noir, bordé par dedens, ouvré tout autour à ymaiges de petiz enfans nuz, et est percié, entre le tablier et l'eschiquier, à mectre une petite layette de bois où sont les tables et eschecz de yvoire blanc et noir, De Laborde, ib. p. 510. Vivres, tabliers, cartes aurons, Où souvent nous estudierons, Orléans, Chanson 96. Les supplians commencerent à s'en partir d'illec pour eulx en aler en ung tablier ou ouvrouer d'escripture… où avoient acoustumé escrire et exercer fait de pratique, Du Cange, tabularium.

XVIe s. Ceulx qui par certains jeux de tablier apprennent l'arithmetique et la geometrie, Montaigne, I, 195. Il declara au receveur general que toutes les finances de sa generalité et celles de Picardie et Bourgoigne, qui se devoient rapporter par commandement exprès de sa majesté à son tablier…, Carloix, V, 3. Je presente seulement les choses et les estalle comme sur le tablier, Charron, Sagesse, Préf. de la 2e éd. Il n'est permis à aucun voisin ou habitant de la ditte ville, vendre, trancher ou poiser chair en detail aux tabliers [étaux] communs de la ditte ville, s'il n'a premierement fait et presté le serment en tel cas accoustumé, Coust. gén. t. II, p. 698. Ils poursuivirent leurs desseins avecques telle opiniastreté, qu'en fin de jeu ils demeurerent maistres du tablier, c'est à dire paisibles possesseurs du royaume d'Angleterre, Pasquier, Rech. I, p. 31, dans LACURNE. Nostre vie ressemble à un jeu de tablier : si les dez ne viennent à propos pour nous, nous rengeons par artifice à nostre profit ce qui est venu par sort et hazard, Nature d'amour, f° 148, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TABLIER, s. m. terme de Lingere, morceau de toile fine, baptiste ou mousseline, ourlé tout-au-tour, & embelli quelquefois de dentelle, avec une ceinture en-haut, & une bavette que les dames mettent devant elles. Il y a de ces tabliers bordés, d’autres lacés, & d’autres bouillonnés, tous agrémens faits de rubans de couleurs, autrefois à la mode. Il y a des tabliers de taffetas qui sont tout unis ; il y en a de toile commune, de serge pour les femmes du petit peuple, & de toile grossiere pour les cuisinieres. (D. J.)

Tablier, en terme de Batteur d’or, c’est une peau clouée à la table de la pierre, que le batteur avance sur ses genoux, pour y recevoir les parcelles d’or qui s’échappent de dessous le marteau.

Tablier, ustencile de Boyaudiers, qui leur sert à garantir leurs hardes.

Les boyaudiers ont trois sortes de tabliers, qu’ils mettent les uns par-dessus les autres ; le premier est appellé simplement tablier ; il est fait de grosse toile qui sert simplement à garantir leurs hardes

Le second est appellé le tablier poissé ; il se met par dessus le premier, & sert à le garantir ; on l’appelle poissé, parce qu’il reçoit une partie de l’ordure qui passe à-travers le troisieme.

Le troisieme est le tablier à ordure ; il se met par-dessus le second, & c’est lui qui reçoit toute l’ordure & la saleté qui sort des boyaux.

Ces trois tabliers sont faits de grosse toile forte, & s’attachent au-tour des reins avec des cordons ; ils descendent jusqu’au coup de pié.

Tablier de cuir, des Cordonniers, Savetiers, est une peau de veau qui a un licol pour retenir la bavette, & une ceinture que l’ouvrier attache autour de lui. Voyez la Planche du Cordonnier bottier.

Tablier, terme d’Ebeniste, table divisée en soixante quatre carreaux blancs & noirs, sur lesquels on joue aux échecs, aux dames, & à d’autres jeux : on dit aujourd’hui damier ; mais le mot tablier est bien ancien, car nous lisons dans Joinville, que le roi ayant appris que le comte d’Anjou, son frere, jouoit avec messire Gautier de Nemours, « il se leva, & alla tout chancelant, pour la grande foiblesse de la maladie qu’il avoit, & quand il fut sur eux, il print les dez & les tables, & les gesta en la mer, se courroussant très-fort à son frere, de ce qu’il s’estoit sitoust prins à jouer au dez, & que autrement ne lui souvenoit plus de la mort de son frere, le comte d’Artois, ne des périls desquels notre Seigneur les avoit délivrés ; mais messire Gautier de Nemours en fut le mieux payé, car le roi gesta tous ses deniers, qu’il vit sur les tabliers, après les dez & les tables, en la mer ». Dict. du Commerce. (D. J.)

Tablier de tymbale, terme de Tymbalier, c’est le drapeau ou la banderolle en broderie d’or & d’argent, qui est autour des tymbales, & qui les enveloppe. Il y a un pareil drapeau, mais plus petit, qui pend aux trompettes militaires, & ce drapeau se nomme banderolle. (D. J.)

Tablier, (Comm.) terme usité en Bretagne, particulierement à Nantes, pour signifier un bureau, ou recette des droits du roi.

Tablier, on nomme aussi à la Rochelle droit de tablier & prevôté, un droit de quatre deniers par livres de l’évaluation des marchandises sortant par mer de cette ville pour les pays étrangers, & la Bretagne seulement. Voyez Prevoté. Dict. du Com.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tablier »

Provenç. taulier ; du lat. tabularium, de tabula, table, planche.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De table.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « tablier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tablier tablije

Citations contenant le mot « tablier »

  • Il pleut des Vérités Premières : Tendons nos rouges tabliers. Georges Moinaux, dit Georges Courteline, Godefroy, Flammarion Hugo dans Odes et Ballades
  • Enfants, voici des bœufs qui passent, Cachez vos rouges tabliers. Victor Hugo, Odes et Ballades, la Légende de la nonne
  • Le verger d'une femme pauvre est dans son corsage, et son champ sous son tablier. De Proverbe estonien
  • Vous aurez de l'encre noire, des tableaux noirs, des tabliers noirs. Le noir est, dans notre beau pays, la couleur de la jeunesse. De Jean Giraudoux / Intermezzo
  • Le dernier rapport de recherche sur le rapport de marché tablier chargeur fournit une analyse détaillée de la part de l’industrie sur la base des revenus et du volume. L’étude comprend en outre la dynamique du marché ainsi que les principales entreprises opérant sur le marché tablier chargeur. Le rapport sur le marché tablier chargeur sert les approches clés des entreprises ou des clients pour leur donner des informations sur l’état, la taille et la part du marché concurrentiel mondial actuel. , Marché tablier chargeur 2020-2024 | Principales industries avec taux de croissance du marché, taille de l’industrie, part, dernières tendances et prévisions – La Tribune de Tours
  • Aux commandes de ce véritables petit bouchon lyonnais depuis 2007 (13 ans), labellisé Authentique Bouchon Lyonnais par l’association de Défense des Bouchons Lyonnais, Marc Gorgette vient de raccrocher son tablier en cette fin juillet 2020. , » Au Petit Bouchon chez Georges: Marc Gorgette raccroche hélas son tablier…LYON SAVEURS
  • Dans le cadre du chantier de remplacement du tablier métallique du pont ferroviaire de l’Arbonne, une grosse étape a été franchie samedi. Le tablier, d’environ 40 tonnes, a été soulevé dans les airs comme un fétu de paille par la grue en place au bord du torrent. , Insolite | Bourg-Saint-Maurice : le tablier métallique du pont ferroviaire de l’Arbonne n'est plus

Images d'illustration du mot « tablier »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « tablier »

Langue Traduction
Anglais apron
Espagnol delantal
Italien grembiule
Allemand schürze
Chinois 围裙
Arabe ساحة
Portugais avental
Russe фартук
Japonais エプロン
Basque mantala
Corse mandili
Source : Google Translate API

Synonymes de « tablier »

Source : synonymes de tablier sur lebonsynonyme.fr
Partager