La langue française

Surtout

Définitions du mot « surtout »

Trésor de la Langue Française informatisé

SURTOUT1, adv.

[Signifie que ce qui est dit vaut particulièrement pour ce que désigne le terme ou le groupe modifié par surtout]
A. − [Le cont. de réf. est explicite]
1. [le terme modifié par surtout est distingué d'un ensemble désigné]
a) [par un subst. plur.] Donc le Survenant grandit en estime et en importance aux yeux de plusieurs, surtout parmi les anciens (Guèvremont, Survenant, 1945, p. 138).Oui, je me méfie des mortifications, surtout de celles qu'on s'impose avec plaisir, dit-il d'une voix de plus en plus entrecoupée (Abellio, Pacifiques, 1946, p. 342).
b) [par un subst. coll.] Beaucoup de monde, surtout des femmes: des bonnes, des femmes de ménage, des patronnes aussi (Sartre, Nausée, 1938, p. 100).
c) [par un pron. ou un nom.] Jamais je n'en avais fait la confidence à personne, et surtout pas à Geneviève (Bosco, Mas Théot., 1945, p. 126).[Elle restera celle] à qui l'on ne peut rien reprocher ni rien soustraire, même pas, et surtout pas, sa mort (H. Bazin, Vipère, 1948, p. 29).
2. [Le terme modifié par surtout est opposé à un autre terme (ou une série de termes)]
a) [Les termes sont des groupes nom. désignant des êtres ou des choses] On enviait le bonheur du vieux général, et surtout (faut-il le dire?) l'aisance dont il allait jouir (About, Grèce, 1854, p. 100).Nous avons l'occasion de détruire la France, elle le sera. Pas seulement sa puissance: son âme aussi. Son âme surtout (Vercors, Sil. mer, 1942, p. 70).En 1952 le C.E.A. n'avait ni les connaissances, ni surtout les moyens financiers pour construire une usine de séparation isotopique de taille minimum (Gold-schmidt, Avent. atom., 1962, p. 145).
[Dans un dialogue] Taisez-vous, cria-t-il encore. Puis, avec fatigue: J'ai beaucoup de tendresse pour Gina et pour vous.Oui, surtout pour Gina (Abellio, Pacifiques, 1946, p. 71).
b) [Les termes sont des adj.] Il avait une mère avare mais surtout folle et qui pouvait donner tout son bien aux prêtres (Stendhal, Souv. égotisme, 1832, p. 15).Si je m'étais comporté avec ma plume comme avec ma langue, mes écrits seraient sans valeur; encore qu'ils eussent remporté sans doute un plus grand, et surtout un plus prompt succès (Gide, Journal, 1943, p. 182).
c) [Les termes opposés peuvent être des loc. verb., des proverbes, des phrases entières; surtout introd. une raison, une considération, une circonstance plus importante que toute autre] Pour moi, je ne vais plus aux écoles de natation; on y fait trop de tapage, on y pue trop et surtout ça coûte cher (Flaub., Corresp., 1842, p. 114).Évidemment les rochers le meurtrissaient un peu; mais surtout il avait grand-peur de tous les animaux mystérieux qu'il imaginait dans les flaques (Gide, Journal, 1914, p. 495).[C'est] un garçon pas fier, d'abord facile, fréquentant les avenues du pouvoir, familier des personnages consulaires, ayant enfin la langue bien pendue, mais surtout le bras long (Mauriac, Bâillon dén., 1945, p. 485).
B. − [Le cont. de réf. est implicite, seulement suggéré]
1.
a) [Surtout porte sur la relation du verbe au suj., à l'obj.] Quand il blâmait Shakspeare surtout, je rougissais intérieurement (Stendhal, H. Brulard, t. 1, 1836, p. 338).Il ne faut pas s'imaginer qu'on doit avoir en sortant des lycées des encyclopédistes. Il faut surtout apprendre à apprendre (Cl. Bernard, Princ. méd. exp., 1878, p. 216).
b) [Surtout porte sur un syntagme circ.] Vous avez raison, mon frère, disait Colomba; je sais bien ce qui me manque, et je ne demande pas mieux que d'étudier, surtout si vous voulez bien me donner des leçons (Mérimée, Colomba, 1840, p. 79).Après cela, vous aurez, comme il arrive toujours, prêché dans le désert, ce qui est aucunement une raison pour ne pas prêcher, surtout quand on prêche si bien (Lamennais, Lettres Cottu, 1842, p. 320).
2. [Surtout renforce un conseil, une exhortation, un ordre, valant plus que tout autre] Surtout, dis-lui que c'est d'accord; surtout, ne lâche pas la corde. Surtout, dit Mariette, viens plutôt le matin ici, quand tu voudras me voir (Champfl., Avent. MelleMariette, 1853, p. 228).Et pas de bêtises, surtout... ne vas pas le tuer (Ponson du Terr., Rocambole, t. 2, 1859, p. 134):
− Quel âge? − Dix-neuf ans... Une curieuse fille, plutôt intéressante que jolie... N'allez surtout pas vous mettre des idées en tête... Simenon, Vac. Maigret, 1948, p. 32.
P. ell. [Dans un dialogue, renforçant une réponse nég. à une demande d'instructions] La cuisinière entra, lui demandant s'il fallait préparer les verres à madère et le thé comme la dernière fois. Ah non, surtout pas, Martha! s'écria Lartois (Druon, Gdes fam., t. 2, 1948, p. 28).
3. Loc. fam. Surtout que. [Introd. une incidente qui justifie de manière privilégiée ce qui a été dit] Oh! je sais bien que ce n'est pas un métier pour moi. J'ai pris ça en attendant. Surtout que j'ai beaucoup d'instruction (Romains, Hommes bonne vol., 1932, p. 240).
Prononc. et Orth.: [syʀtu]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1470 sur tout « en tout » (ds Comptes de la ville de Doullens, éd. B. H. J. Weerenbeck, p. 21); fin xves. adv. sur tout « principalement » (Philippe de Commynes, Mém., éd. J. Calmette, t. 1, p. 68); 1718 surtout (Ac.); d'où la loc. conj. 1. 1539 sur tout que « avant tout que, principalement » (Est.); 2. 1903 surtout que « d'autant plus que » (Fr. Jammes, Le Roman du Lièvre, p. 96 ds Grev.,986, p. 1104). Comp. de la prép. sur* et de tout1*; a remplacé l'a. m. fr. ensobre tot « principalement » fin xes. (Passion, éd. D'Arco Silvio Avalle, 187) − fin xives. insoretout 1392, Arch. Frib., Aff. de la ville, no96 ds Gdf., s.v. enseurtout, la loc. enseurque tot « d'autant plus que » 1remoit. xiiies. (Guillaume de Palerme, 5594 ds T.-L.). Fréq. abs. littér.: 21 152. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 32 631, b) 26 935; xxes.: a) 28 137, b) 30 758. Bbg. D.C.F.G. 1976. − Nølke (H.). Les Adv. paradigmatisants. Copenhague, 1983, p. 106-126 (Nospécial de R. rom.); Problems in the semantic pragmatic description of Fr. adverbials like même, aussi, surtout and seulement. Acta ling. hafn. 1982, t. 17, no2, p. 157-168. − Pottier (B.). Théorie et analyse en ling. Paris, 1987, p. 178-184. − Quem. DDL t. 32.

SURTOUT2, subst. masc.

Vieilli
A. −
1. Vêtement ample que l'on mettait par-dessus les habits. Où sommes-nous? dit mademoiselle de Cinq Cygne en arrêtant deux officiers qu'elle vit venir et dont l'uniforme était caché par des surtouts en drap (Balzac, Tén. affaire, 1841, p. 235).[L'homme était] vêtu d'une livrée couleur feu, visible du haut en bas par la fente verticale d'un long surtout gris qu'on appelait alors capenoche, mot espagnol contracté qui veut dire cape-de-nuit (Hugo, Homme qui rit, t. 2, 1869, p. 158).
2. Élément protecteur, qui recouvre. Synon. revêtement.Il s'interrompit pour montrer sur la commode une caisse carrée enveloppée d'un surtout de cuir (Balzac, E. Grandet, 1834, p. 161).
Spécialement
ANAT. ,,Expansions aponévrotiques qui recouvrent certaines articulations`` (GDEL). Toute la partie antérieure du corps des vertèbres est recouverte d'un surtout large de fibres tendineuses ou ligamenteuses, très-solides, qui s'étendent de la première vertèbre à l'os sacrum (Cuvier, Anat. comp., t. 1, 1805, p. 154).
APIC. ,,Paillasson conique dont on recouvre une ruche`` (GDEL).
B. − Surtout de table ou, p. ell., surtout. Plateau richement décoré, destiné à orner le centre de la table, où l'on plaçait les salières, boîtes à épices, sucriers, etc. et auquel on pouvait adapter des lumières. Ma bonne tante me fit même assister à un grand souper donné par MlleSimon. Je me souviens encore de l'éclat des lumières et de la magnificence du service, il y eut au milieu de la table un surtout avec des statues d'argent (Stendhal, H. Brulard, t. 1, 1836, p. 113).C'était une pièce de surtout de table assez ancienne, car elle avait servi de jouet à mon père dans son enfance, le surtout entier n'existant plus apparemment à cette époque (Sand, Hist. vie, t. 2, 1855, p. 182).
Prononc. et Orth.: [syʀtu]. Att. ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. 1. 1690 « vêtement que l'on met sur les autres habits » (Fur. qui précise: ,,Ce mot est nouveau, et n'a été en usage qu'en cette presente année 1684``); 2. 1694 « grande pièce de vaisselle ou d'orfèvrerie contenant des mets » (Dangeau, Journal, 18 mars, t. IV, p. 464 ds Havard); 3. 1760 « draperie qui recouvre une table » (Inventaire après décès de MlleLouise Dalise, dite Chevrier, ibid.); 4. 1781 surtout (d'une ruche) (Rozier, Cours compl. d'agric., Paris, t. 1, p. 71a); 5. 1805 anat. (Cuvier, loc. cit.). Dér. de tout1*; préf. sur-*.

Wiktionnaire

Adverbe

surtout \syʁ.tu\

  1. Principalement ; plus que toute autre chose.
    • L’élève du cheval de trait et du mulet est aujourd’hui une industrie très-prospère et surtout très-rémunératrice […] — (Jean Déhès, Essai sur l’amélioration des races chevalines de la France, École impériale vétérinaire de Toulouse, Thèse de médecine vétérinaire, 1868)
    • […] les variations de température qu’on constate en Champagne, surtout au printemps, donnent à cette région un caractère continental […] — (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises : les associations végétales de la vallée de la Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, p. 48)
    • La célébration du mouloud, de la nativité du Prophète, à laquelle je viens d'assister, fut un beau spectacle surtout en raison du temps superbe dont il a été favorisé. — (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Rabat : Les éditions de la porte, 1947, p. 234)
    • Les produits viennent surtout naturellement des grandes régions de l’industrie textile : Mulhouse pour les tissus de coton et la mercerie, le Nord pour les lainages, Troyes pour la bonneterie. — (Jean Pierre Fruit, Vexin normand ou Vexin parisien?: Contribution à l'étude géographique de l'espace rural, Presse Universitaires de France, 1974, page 158)
    • Il avait fait considérablement pire avec un 45 tours dont le refrain était : « Ah ce qu'il est joli le petit Rocheteau », un nanar de niveau olympique, mais tout marchait, tout se vendait, même n'importe quoi, surtout n'importe quoi. — (Vincent Duluc, Un printemps 76, Éditions Stock, 2016)

Nom commun

surtout \syʁ.tu\ masculin

  1. (Vieilli) (Désuet) Sorte de vêtement fort large, que l’on mettait sur les autres.
    • […] un torse enveloppé d’un surtout de futaine avec une fourrure dont on voyait moins de poil que de cuir. — (Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, 1831)
    • […] on lui jetait sur les épaules un magnifique surtout de dentelles de Malines. — (Alexandre Dumas, Joseph Balsamo, 1846)
    • Et la coiffure des belles Géorgiennes, le « tassakravi », […], et leurs robes aux couleurs éclatantes, […], leur surtout d’hiver en velours garni de fourrure et d’orfèvrerie aux brandebourgs, leur mantille d’été […], – toutes ces modes, enfin, si soigneusement notées sur mon carnet de reporter, qu’en dirai-je maintenant ? — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. I, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • Rappelons cependant que Chardon était de tenue négligée. En 1780, il possédait :
      Un surtout de sirsacas rayé jaune et blanc.
      Une redingote de taffetas à petits carreaux.
      — (André de Maricourt, « Un intendant de Corse sous Louis XVI : Daniel-Marc-Antoine Chardon et sa famille (1731-1805) », dans la Revue des questions historiques, vol. 77, Librairie de Victor Palmé, 1905, p. 538)
  2. Grande pièce de vaisselle d’orfèvrerie décorative que l’on place au milieu d’une table.
    • Et la vaisselle d’argent, les surtouts ciselés, les fleurs, les candélabres !… Jamais il ne se sera vu un réveillon pareil. — (Alphonse Daudet, Les trois messes basses, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, réédition Le Livre de Poche, pages 195-196)
    • Au milieu de la table, la corbeille renfermait un massif de fleurs dans son large cercle de bronze doré, où les aigles s’éployaient parmi des étoiles et des abeilles, sous les anses lourdes formées de cornes d’abondance. Sur les côtés, des Victoires ailées soutenaient les branches enflammées des candélabres. Ce surtout de style Empire avait été donné par Napoléon, en 1812, au comte Martin de l’Aisne, grand-père du comte Martin-Bellème actuel. — (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, réédition Le Livre de Poche, page 43)
    • Il disposa, au centre de la table, un surtout formé d'un bocal de formol à l’intérieur duquel deux embryons de poulet semblaient mimer le Spectre de la Rose, dans la chorégraphie de Nijinsky. — (Boris Vian, L’Écume des jours -1947)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SURTOUT. adv.
Principalement, plus que toute autre chose. Il lui recommanda surtout de bien servir Dieu. Surtout n'oubliez pas de venir tel jour.

Littré (1872-1877)

SURTOUT (sur-tou ; le t se lie) adv.
  • Principalement, plus que toute autre chose. Adieu, sors ; et surtout garde bien qu'on te voie, Corneille, Cid, III, 4. Surtout, mortels, désabusez-vous de la pensée dont vous vous flattez, qu'après une longue vie la mort vous sera plus douce et plus facile, Bossuet, le Tellier. Qu'il est rare de trouver cette pureté de Marie-Thérèse parmi les hommes ; mais surtout qu'il est rare de la trouver parmi les grands ! Bossuet, Mar.-Thér. L'Hanovrien constant, qui, formé pour servir, Sait souffrir et combattre, et surtout obéir, Voltaire, Fontenoy.

HISTORIQUE

XVIe s. Je vous prie surtout, gardés vostre santé et me mandés comme elle se porte, Marguerite de Navarre, Lett. 11.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SURTOUT, (terme de Charretier.) espece de petite charrette à deux roues, fort légere, faite en forme de grande manne, & qui sert à porter du bagage. (D. J.)

Surtout, (Orfévrerie.) piece de vaisselle d’argent ou d’autre métal, que l’on sert garnie de fruit sur la table des gens riches. Il a quelquefois plusieurs bobêches dans lesquelles on met les bougies. Germain a fait des surtouts de la plus grande beauté pour la cizelure & le goût. (D. J.)

Surtout, terme de Tailleur, nom qu’on a donné à un just-au-corps qu’on met en hiver par-dessus les autres habits. Ce mot n’a été mis en vogue qu’en 1684 ; on l’appelloit anciennement suravit, comme qui diroit surhabit. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « surtout »

Sur 1, et tout. Les anciennes formes variaient : sur que tout, en surquetout, etc.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

 Composé de sur et de tout.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « surtout »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
surtout syrtu

Citations contenant le mot « surtout »

  • Un ivrogne, ça raconte n’importe quoi, surtout la vérité. De Daniel Pennac / Le fée carabine
  • Il faut mépriser l'argent, surtout la petite monnaie. De François Cavanna
  • Tout est humain, surtout les faiblesses, les lâchetés. De Driss Chraïbi / La foule
  • Bonheur : un mot fragile, évanescent, léger, surtout. De Philippe Delerm
  • La détente : faut surtout pas appuyer dessus ! De Pierre Desproges / Fonds de tiroir
  • Espérer, c'est surtout douter. De Charles Soucy / A travers la mer
  • Un arrêt de mort est surtout un arrêt de vie. De Jean Deluca
  • Les prévisions sont difficiles, surtout lorsqu’elles concernent l’avenir. De Pierre Dac
  • Chaque médaille a son revers, surtout si elle est militaire. De Tomi Ungerer / Vracs
  • Ce que les femmes aiment surtout, c'est préférer. De Sacha Guitry
  • Je hais les mauvaises critiques, surtout si elles sont fondées. De Frédéric Dard
  • Le whisky est une mauvaise chose, surtout le mauvais whisky. De George Bernard Shaw
  • Futur adversaire de l'Atalanta Bergame avec le PSG, Presnel Kimpembe tient à ne pas sous-estimer la Dea avant le quart de finale de Ligue des Champions. «C’est une équipe qui n’a pas l’habitude d’être là, mais ils n’ont pas fait une saison comme ça  par hasard. Cela reste, tout de même une grosse équipe, avec un pouvoir offensif très puissant. On le sait, on en est conscients (...) ça va être un match engagé. J’espère un beau match. C’est une équipe qu’on ne va surtout pas sous-estimer», a averti le défenseur central parisien au micro de RMC Sport. La rencontre aura lieu le 12 août prochain, à Lisbonne et à huis clos.  Sport24, Presnel Kimpembe sur l'Atalanta : «une équipe qu’on ne va surtout pas sous-estimer» - Fil Info - Ligue des champions - Football
  • Je rentrerai demain à Majorque pour m'entraîner sur un court dur avant de me rendre à New York. Je n'aime pas perdre, surtout après ces trois balles de match, mais je dois trouver des notes positives et rebondir à l'US Open, ''a déclaré Rafael Nadal. Tennis World FR, Rafael Nadal: ''Je n'aime pas perdre, surtout après trois balles de match ''

Images d'illustration du mot « surtout »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « surtout »

Langue Traduction
Anglais mostly
Espagnol sobretodo
Italien sopprattuto
Allemand meist
Chinois 大多
Arabe خاصة
Portugais na maioria das vezes
Russe в основном
Japonais 主に
Basque gehienbat
Corse soprattuttu
Source : Google Translate API

Synonymes de « surtout »

Source : synonymes de surtout sur lebonsynonyme.fr

Surtout

Retour au sommaire ➦

Partager