La langue française

Stoïque

Sommaire

  • Définitions du mot stoïque
  • Étymologie de « stoïque »
  • Phonétique de « stoïque »
  • Citations contenant le mot « stoïque »
  • Images d'illustration du mot « stoïque »
  • Traductions du mot « stoïque »
  • Synonymes de « stoïque »
  • Antonymes de « stoïque »

Définitions du mot stoïque

Trésor de la Langue Française informatisé

STOÏQUE, adj.

A. − Vx. Stoïcien.
1. PHILOS. [En parlant d'une pers.] Vous êtes vêtu comme un philosophe stoïque! (Flaub., Tentation, 1856, p. 517).
Empl. subst. Philosophe stoïcien. Je ne vous dirai rien de Lyon, où j'ai passé deux semaines sans plaisirs et sans peines, bonnes par conséquent selon les stoïques, mauvaises au dire d'Épicure (Courier, Lettres Fr. et Ital., 1799, p. 662).Montaigne ne me fait pas l'effet d'un sceptique, mais d'un stoïque (Sand, Hist. vie, t. 3, 1855, p. 447).
2. [En parlant d'une chose] Doctrine stoïque. Les principes de vie stoïques, sous lesquels il avait eu plaisir jusque-là à ployer sa volonté: la morale, le devoir, lui apparaissaient maintenant sans vérité (Rolland, J.-Chr., Adolesc., 1905, p. 267).
B. − P. ext.
1. [En parlant d'une pers.] Qui fait preuve de stoïcisme. Synon. impassible, inébranlable.Elle fut stoïque, le lendemain, lorsque maître Hareng, l'huissier, avec deux témoins, se présenta chez elle pour faire le procès-verbal de la saisie (Flaub., MmeBovary, t. 2, 1857, p. 148).Ma mère elle reprenait des nouilles, stoïque, pour nous inciter... Il fallait une bonne gorgée de vin rouge pour s'empêcher de les vomir (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 61).
Empl. subst. Personne qui fait preuve de stoïcisme. Tu connais Marcel! C'est plus qu'un sage, c'est un stoïque! (Verne, 500 millions, 1879, p. 32).
2. [En parlant d'une chose] Qui relève du stoïcisme. Détachement, discipline stoïque. L'habitude de la peine physique l'avait doué de l'impassibilité stoïque des vieux soldats de 1799 (Balzac, Cous. Pons, 1847, p. 110).Le récit de cette mort stoïque retentissait dans son cœur, s'y gravait profondément (Zola, Dr Pascal, 1893, p. 307).
3. P. anal., littér. J'ai toujours admiré ce mutisme stoïque des renards capturés (Pesquidoux, Chez nous, 1923, p. 141).Un zeppelin de nuées, noir, gonflé de grêle, filait très bas (...) pour aller crever enfin sur les landes où les pins stoïques, indifférents à cette lapidation, amis des ciels tristes et tourmentés, ne redoutent aucun autre fléau que le feu (Mauriac, Journal 1, 1934, p. 24).
Prononc. et Orth.: [stɔik]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1291-95 [impr. 1529] adj. « qui est adepte de la doctrine de Zénon » stoyques philosophes (Bible en françoys [trad. Guiart des Moulins] Actes, XVII, t. 2, fol. XCc); 1508-17 philosophe stoicque (Fossetier, Cron. Marg., ms. Bruxelles 10511, VI, vi, 11 ds Gdf. Compl.); b) 1372 subst. les stoiques (D. Foulechat, Trad. du Polycr. de J. de Salisbury [II, 21, 76], Bibl. nat. 24287, fol. 53a, ibid.); 2. 1580 « inspiré par, propre à cette doctrine » rudesse Stoïque; secte Stoique (Montaigne, Essais, I, 33; I, 52, éd. P. Villey et V. L. Saulnier, pp. 218 et 308); 3. a) 1603 p. ext. adj. resolutions stoïques « empreint de la fermeté propre aux Stoïciens » (H. D'Urfé, Epistres morales, I, XX, Paris, J. Micard, p. 127a); 1668 (Boileau, Discours sur la Satire ds Œuvres, éd. F. Escal, p. 57: j'ai regardé avec des yeux assez Stoïques les libelles diffamatoires qu'on a publiez contre moy); b) 1675 en parlant d'une pers. subst. (Bouhours, Nouv. rem. lang. fr., Paris, S. Mabre-Cramoisy, p. 448: d'un particulier qui se moque de la faveur des grands, qui se met au-dessus de la calomnie et des injures [on dit] c'est un Stoïque, c'est un vrai Stoïque). Sur les rapp. entre stoïque et stoïcien, v. stoïcien. Empr. au lat.stoicus « stoïcien », adj. et subst., gr. Σ τ ω ι κ ο ́ ς, de σ τ ο α ́ « portique », Zénon enseignant sous un portique. Fréq. abs. littér.: 221. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 279, b) 563; xxes.: a) 183, b) 289.
DÉR.
Stoïquement, adv.D'une manière stoïque. Un idéal politique pour lequel, demain, lui, Ennberg, se ferait stoïquement tuer sur les barricades d'une guerre civile (Martindu G., Vieille Fr., 1933, p. 1064). [stɔikmɑ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1718. 1resattest. a) 1555 « qui est dans l'esprit de la doctrine stoïcienne » (Billon, Fort inexpugnable, 171b d'apr. H. Vaganay ds Rom. Forsch. t. 32, p. 166), b) 1679, 27 déc. « avec courage » (Mmede Sévigné, Corresp., éd. R. Duchêne, t. 2, p. 776: la maréchale de Clairembaut ... soutient stoïquement sa disgrâce); de stoïque, suff. -ment2*.

Wiktionnaire

Adjectif

stoïque \stɔ.ik\ masculin et féminin identiques

  1. (Philosophie) Qui tient de l’insensibilité et de la fermeté que s’imposent les stoïciens. Qui reste fixé sur son objectif malgré les difficultés en maitrisant ses émotions.
    • Les Comanches se regardèrent un instant avec stupeur ; la stoïque abnégation de ces hommes […] leur paraissait dépasser tous les traits d’héroïsme restés célèbres dans leur nation. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)

Nom commun

stoïque \stɔ.ik\ masculin et féminin identiques

  1. (Par substantivation) Celui, celle qui pratique le stoïcisme.
    • C’est un stoïque.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

STOÏQUE. adj. des deux genres
. Qui tient de l'insensibilité et de la fermeté que s'imposaient les stoïciens. Vertu stoïque. Mœurs stoïques. Visage stoïque. Cœur, âme, courage stoïque. Maxime stoïque. Il s'emploie substantivement pour désigner Celui qui pratique le stoïcisme. C'est un stoïque.

Littré (1872-1877)

STOÏQUE (sto-i-k') adj.
  • 1Qui tient de l'insensibilité et de la fermeté des stoïciens. Il [Montaigne] rejette bien loin cette vertu stoïque qu'on peint avec une mine sévère, un regard farouche. .. loin des hommes…, Pascal, Entr. avec M. de Saci. Sourd au bruit des canons, calme au sein de l'horreur, D'un œil ferme et stoïque il [Duplessis-Mornay] regarde la guerre Comme un fléau du ciel, affreux, mais nécessaire, Voltaire, Henr. VI. Est-il quelqu'un de vous d'un esprit assez fort, Assez stoïque, assez au-dessus du vulgaire, pour oser décider ce que Brutus doit faire ? Voltaire, M. de César, III, 2. Comme je n'ai jamais eu le caractère bien stoïque, je payais moins patiemment à la nature le tribut de douleur qu'elle m'imposait tous les ans, Marmontel, Mém. v. Combien de fois ainsi mon esprit abattu A cru s'envelopper d'une froide vertu, Et, rêvant de Zénon la trompeuse sagesse Sous un manteau stoïque a caché sa faiblesse ! Lamartine, Méd. I, 18.
  • 2Il se dit quelquefois de ce qui sent la doctrine de Zénon. On peut donner plusieurs causes de cette coutume si générale des Romains de se donner la mort : le progrès de la secte stoïque qui encourageait…, Montesquieu, Rom. 12.

    S. m. Se dit quelquefois pour stoïcien. Ce que les stoïques proposent est difficile et si vain ! les stoïques pensent que tous ceux qui ne sont point au haut degré de sagesse sont également vicieux, Pascal, Pens. XXV, 136, édit. HAVET. Qu'un stoïque aux yeux secs vole embrasser la mort, Moi je pleure et j'espère, Chénier, la Jeune captive.

HISTORIQUE

XVIe s. Si est la pitié passion vicieuse aux stoïcques, Montaigne, I, 3. La définition stoïque de l'amour [donnée par les stoïciens], Montaigne, I. 212. La secte stoïcque, Montaigne, I, 240.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

STOÏQUE. Ajoutez :
3Il s'est dit pour stoïcisme. Le stoïque est une belle et noble chimère, Saint-Simon, dans Scènes et portraits choisis, etc. par Eug. de Lanneau, Paris, 1876, t. II, p. 415.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « stoïque »

Στοϊϰὸς, de στοὰ, portique, à cause que Zénon donnait son enseignement sous un portique à Athènes.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin Stoicus, du grec ancien Στωικός, stoikós de στοά, stoá (« portique »). Le portique du Pecile qui était le lieu à Athènes où Zénon de Citium enseignait cette philosophie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « stoïque »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
stoïque stɔik

Citations contenant le mot « stoïque »

  • Cette méthode stoïque de subvenir à ses besoins en supprimant ses désirs équivaut à se couper les pieds pour n'avoir plus besoin de chaussures. De Jonathan Swift / Pensées sur divers sujets moraux et divertissants
  • L'être stoïque sait que la vie moderne n'est qu'une série de moments pendant lesquels on attend de passer à la caisse. De Jean Dion / Le Devoir - 12 Novembre 1998
  • Aux États-Unis, la Floride vient d’arracher à la Californie le record de 15 mille nouveaux cas de COVID-19 en 24 heures. Dany Flanders reste serein. «La situation n’est pas aussi pire que les médias le disent, on a ce nombre, mais on a surtout plus de tests», analyse-t-il d’un ton faussement stoïque : «tout était fermé mais quand on a rouvert les portes, on a vu que les gens étaient prêts à revivre.» Le musicien a hâte de transmettre ses émotions au travers de la scène, mais son enthousiasme se heurte aux restrictions du comté de Miami : pas de regroupements à l’intérieur, masques obligatoires, etc. Il ne reste plus que les terrasses pour communier avec les Floridiens, mais personne ne peut aller plus vite que la musique. Le Progrès de Coaticook, L’été québécois de Dany Flanders en Floride - Le Progrès de Coaticook
  • Cheveux de Louis XVI, armure, pommeau d’ombrelle de Marie-Antoinette, portraits… Dans la salle du chapitre, où se poursuit la visite, impossible de rester stoïque face aux dizaines de reliques plus fascisantes les unes des autres. , Le Foeil. Le château de la Noë Sèche, une bâtisse familiale qui regorge d’histoire - Saint-Brieuc.maville.com
  • La décision de Donald Trump, pour scandaleuse qu’elle soit, ne surprend même pas. Nous l’attendions. Robert Mueller, habituellement stoïque et prudent, est sorti de son mutisme pour remettre les pendules à l’heure. Dans une entrevue accordée au Washington Post, il a rappelé que «Stone a été poursuivi et déclaré coupable parce qu’il a commis des crimes fédéraux. Il demeure un repris de justice condamné à juste titre». Le Journal de Québec, Roger Stone et l’intervention divine | JDQ
  • Dans le magazine français Le Courrier de l'Atlas, l'acteur et réalisateur algéro-français Lyes Salem a confié que Djemel Barek était «Très malade depuis trois ans, il ne s'est jamais plaint et gardait le sourire. C'était un guerrier». Et de témoigner: « Je l'avais rencontré en 2005 lors du tournage de Munich où il avait obtenu un petit rôle. On est devenu très copain et j'ai tout de suite eu envie de bosser avec lui. Djemel Barek était d'une douceur absolue et en même temps, il avait une autorité naturelle. Dans la vie, il était tellement proche des gens. Il était très aimé. Pour moi, c'était un frère de cinéma. Dans la vie, Djemel Barek était tellement proche des gens.» On se souvient en effet que Djemel Barek avait joué dans le film de Lyes Salem l'Oranais et puis deux ans plus tard, dans le même feuilleton algérien El Khawa 2 (2017), où ils avaient partagé l'affiche et,notamment avec l'acteur et metteur en scène algérien Idir Benaibouche qui confie sur facebook sa grande peine en ces termes: «À Dieu mon frère Djemel Barek, toi l'homme stoïque, toi qui m'as beaucoup aidé qui m'as appris des choses dans ce métier et dans la vie surtout, aujourd'hui tu vas te reposer définitivement en paix je t'aime khouya la3ziz!». L'Expression, L'Expression: Culture - «Un frère de cinéma...»

Images d'illustration du mot « stoïque »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « stoïque »

Langue Traduction
Anglais stoic
Espagnol estoico
Italien stoico
Allemand stoisch
Chinois 坚忍的
Arabe رواقي
Portugais estóico
Russe стоик
Japonais ストイック
Basque stoic
Corse stoico
Source : Google Translate API

Synonymes de « stoïque »

Source : synonymes de stoïque sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « stoïque »

Partager